Francaisdefrance's Blog

09/03/2012

En Tunisie, ce n’est pas comme en France: on n’y profane pas le drapeau national impunément…

Il faut que l’exemple vienne du Maghreb…

En France, on brûle notre drapeau en public, on crache dessus, on le piétine, on le souille, on le décroche sciemment des mairies et des monuments et j’en passe… Un semblant d’indignation chez nos élus et on n’en cause plus.

En Tunisie, on ne plaisante pas avec ça. Que certains en prennent de la graine…

FDF

.

.

La Présidence Tunisienne exige la fermeté dans l’affaire du drapeau

Le porte-parole de la présidence, Adnène Moncer, s’est exprimé sur l’affaire de la profanation du drapeau Tunisien sur la page facebook de la Présidence de la République Tunisienne. 

La Présidence exige la fermeté dans l'affaire du drapeau

M. Adnène Moncer a indiqué, dans un communiqué, que la présidence de la république suit de près les évènements de la faculté de la Manouba. En effet, la présidence a été terriblement ébranlée par les incidents qui ont secoué la faculté tout au long de cette journée.

La présidence considère que l’épisode de la profanation du drapeau tunisien une agression contre un symbole de la conscience nationale pour lequel des milliers de Tunisiens se sont sacrifiés.

Cet incident est témoin de la lâcheté de son auteur et est considéré comme un crime contre les martyrs et la Patrie. D’ailleurs, la présidence appelle les autorités en charge une fermeté par rapport aux auteurs de ce crime pour en faire un exemple.

Source: http://www.tuniscope.com/

14/07/2011

Ben quoi? C’est la fête à la France, non ?

Le « métissage des cultures », veut Sarközy…

Val d’Oise: la racaille a célébré le 14 juillet… à sa façon. Et c’est à peu près partout pareil. Et le pire est que le scénario est connu depuis longtemps. A chaque 14 juillet, les « chances pour la France » se défoulent plus que d’habitude. On le sait d’avance; alors: la prévention, c’est pour les chiens? On sait qui sont ces sous-merdes et on ne bouge pas. On renforce leur sentiment d’impunité. Je n’ose pas parler de répression: ce serait du racisme…

Au fait: on nous a prévenu que la répression, puisqu’on en parle, serait sur-multipliée en ce long week-end de fête nationale sur les routes. Normal; là, il y a du fric à faire. Et les prévenus sont dociles et solvables. Argent facile…

FDF

.

Val-d’Oise: gymnase partiellement détruit, voitures incendiées, tirs de feux d’artifice sur les policiers !

C’est le département du Val-d’Oise qui a connu les incidents les plus importants pour la soirée d’hier où de nombreux bals étaient organisés pour la traditionnelle fête nationale.

Hier soir, vers 23 heures un gymnase de 8.000 m2, à Gonesse a été à moitié détruit par un incendie, qui, d’après les policiers, serait d’origine criminelle.

Ce matin, vers une heure, les pompiers dressaient un bilan provisoire des voitures incendiées et des feux de poubelle. Ils en avaient dénombrés pas moins d’une cinquantaine.

Par ailleurs, dans plusieurs villes du département, les policiers ont été la cible de tirs de feux d’artifice.

Source: Le Post

17/06/2011

Les « sans-culotte » arboraient ils comme emblème un « torche-cul » ???

Lu sur Riposte Laïque… Pas mal.

FDF

.

Un « torche-cul » le drapeau tricolore ?

Nous portons à la connaissance de nos lecteurs cette magnifique réponse qu’avait faite Léon Landini, un des fondateurs du comité Valmy, à Christian Eyschen, l’ineffable secrétaire de la Libre Pensée, qui avait qualifié le drapeau tricolore de « torche-cul ». Un texte inoubliable, que nous recommandons à tous nos lecteurs.

Depuis la parution sur le mensuel « LA RAISON » N° 537, d’un article déjà fort ancien signé par Jean Zay et intitulé « Le drapeau », un débat parait s’être institué entre nos camarades et diverses autres personnes. Ne pouvant rester silencieux sur un problème et sur certaines affirmations qui me paraissent offensantes, je ne peux m’empêcher de donner mon sentiment sur ce sujet.

Je voudrais surtout intervenir sur la réponse de Christian Eyschen, (rédacteur en chef de la revue La Raison) à Annie Lacroix-Riz lorsqu’il écrit : « chacun est libre d’aimer ou pas le drapeau tricolore et la Marseillaise. En ce domaine comme dans d’autres, la Libre Pensée pratique le respect de la liberté de conscience…. Je partage tout à fait ce point de vue … « le patriotisme est le dernier refuge de la canaille » … et je ne me lève jamais quand passe la Marseillaise ».

Permets-moi cher Christian de te faire remarquer que traiter de « torche-cul » un drapeau, qui pour moi (et sans doute pour beaucoup d’autres) représente quelque chose d’important, ce n’est pas : « pratiquer le respect de la liberté de conscience », comme tu l’affirmes. Je suis convaincu, que si quelqu’un t’avais demandé de faire paraître un article sur ta revue dans lequel on traite le drapeau rouge et l’Internationale (que tu défends avec acharnement) de torche-cul, tu aurais très vraisemblablement refusé en disant et avec juste raison, que l’utilisation d’un pareil langage offenserait de nombreux adhérents de la Libre Pensée. Si comme tu le dis, je suis libre d’aimer la Marseillaise et le drapeau tricolore, il n’y a aucune raison que je permette à quelqu’un d’offenser ces symboles sans réagir fermement.

Venons-en maintenant au fond du problème. Il convient de mettre en évidence que la Marseillaise n’est pas uniquement un hymne français, mais un chant révolutionnaire de la première heure, qui a été repris et adopté par nombre de révolutionnaires de tous les continents. En voici quelques exemples :

– Le drapeau tricolore et la Marseillaise étaient l’emblème et le chant des sans culottes, qui à Valmy vainquirent la coalition royale accouru pour écraser la République française. Arboraient-ils un « torche-cul » ?

– Vers 1900, ceux qui en Russie chantaient la Marseillaise en public étaient arrêtés et déportés par la police du tsar.

– Après la révolution d’octobre en 1917, les bolchevicks l’adoptèrent pour hymne, avant de reprendre un autre chant révolutionnaire : L’Internationale.

– En 1931, à l’avènement de la Seconde République espagnole, les espagnols accueillirent le nouveau régime en chantant la Marseillaise, dans une version espagnole ou catalane.

– En 1940, dans la France occupée c’est au chant de la Marseillaise que les 27 fusillés de Châteaubriant furent emmenés au poteau d’exécution.
– C’est à Auschwitz, que 300 françaises pénétrèrent dans ce camp de la mort en chantant la Marseillaise, défit antinazi incomparable, ce qui redonna du cœur au ventre à l’ensemble des déportés.

– Combien de résistants, militants communistes furent fusillés poings levés, en chantant la Marseillaise et en criant vive le Parti communiste. Un grand nombre d’entre eux auraient considéré comme un honneur d’être ensevelis dans un drapeau tricolore.

– Il me semble utile de rappeler, (ce que beaucoup ignorent) que L’Internationale a été écrite par Eugène Pottier pendant la révolte de la commune de 1871 sur l’air de la Marseillaise et, qu’aujourd’hui encore on peut très bien mettre les paroles de L’Internationale sur la Marseillaise et vice et versa….

Suite et source: http://ripostelaique.com/un-torche-cul-le-drapeau-tricolore.html

29/05/2011

Soutien au Père Benoit Julien de Pommerol…

Recu par mail. je relaie… Et tout mon soutien au Padre.
FDF
.
Mon Père,
La France dans ses profondeurs, à tressailli d’indignation en apprenant les humiliations subies par nos soldats à leur arrivée en terre d’Islam, en même temps qu’elle était frappée de stupeur en constatant que l’on pouvait critiquer un aumônier courageux qui les dénonçait.
Les multiples témoignages qui me parviennent le montrent.
Car en même temps que l’on humilie nos soldats, qu’on les affaiblit, que l’on détruit leur moral, c’est nos Forces Armées que l’on méprise, notre drapeau que l’on salit et la nation toute entière que l’on outrage!
C’est pourquoi,tout Français digne de ce nom, et quelle que soit la confession qui est la sienne, je dis bien quelle que soit la confession qui est la sienne, dès lors que les questions spirituelles transcendent tous les hommes, tous les citoyens, tous les officiers, tous les soldats, les marins, les aviateurs, tous vos camarades du 2ème Régiment Etranger de Parachutistes, bref, tout ce qui dans notre pays à de l’honneur, doit impérativement se ranger derrière vous pour vous soutenir.
Il est du devoir de chacun, et partout, pour soutenir le moral de nos Forces Armées de le faire comme il l’entend, et notamment auprès des élus, en utilisant les modèles de documents que, mon Père, vous avez joints à votre réponse et que l’on trouve ci-joint.
Oui, mon Père, en dénonçant ce que vous avez dénoncé, vous êtes parfaitement dans votre rôle d’aumonier et de soldat, c’est à dire de maintenir le plus haut possible le moral de vos camarades au combat!
Le présent message sera diffusé vers nos compatriotes civils et militaires, car, d’évidence, il intéresse l’entièreté de la Patrie.
Le pays attend des autorités de tutelle qu’elle réagissent en conséquence pour que cet affront à nos Forces Armées et à notre drapeau soit lavé et notre dignité restaurée.
Enfin, mon Père, sur la proposition de nombre de patriotes  qui nous entourent, afin de vous soutenir plus encore,vous trouverez ci-joint un soutien musical fort, en hommage au 2ème REP et en mémoire de votre glorieux ancien l’Aspirant André Zirnheld.
Avec toutes nos amitiés et notre total soutien.
B. C.
Secrétaire général de l’Alliance pour la Souveraineté de la France.
Expert agréé auprès de la Commission Européenne.
Expert en droit constitutionnel et international.
*************************************************************************************************************************************************************
— En date de : Sam 28.5.11, bjulliendepommerol@free.fr <bjulliendepommerol@free.fr> a écrit :
> Objet: Re: Soutien
> À: « france libre » <francelibreetsouveraine@yahoo.fr>
> Date: Samedi 28 mai 2011, 8h04
> Cher monsieur,
>
> merci de votre soutien.
>
> Oui, faire enlever les croix n’était pas qu’un respect des
> traditions
> islamiques, mais bien un acte violent.
>
> Quelle violence psychologique et spirituelle en effet
> d’enlever cet objet,
> symbole d’une protection sous laquelle on se met, mais
> aussi objet rempli de
> l’affection de ceux qui l’ont offert.
> Une mère, une grand-mère, des enfants, une épouse, etc.
> ces croix était bel et
> bien la présence de ceux qui, en France, espéraient
> priaient et attendaient dans
> l’angoisse le retour du soldat.
>
> Les chrétiens d’irak d’iran ou du pakistan etc vivent des
> choses épouvantables
> dont nous voyons ici ou là les prémices sans que nous
> réagissions, refusant de
> voir que cela a pu commencer comme ça ailleurs…
>
> Puisque vous me parlez de personnes qui vous entourent et
> pourraient réagir,
> voici trois courriers que des internautes m’ont envoyé, un
> pour le ministre, un
> pour le député Bouchet, à l’origine de la question
> écrite et qu’il faut
> soutenir, et un pour son propre député.
Voir: 

> Des précisions sont dans le fichier « adresse ».
>
>
> je trouve cette initiative heureuse, car nos élus doivent
> aussi être sollicités
> quand cela va mal. bien entendu ces courriers peuvent être
> modifiés à l’envie.
>
> Merci encore de votre soutien.
> Soyez assuré de ma prière à vos intentions.
>
> Amicalement
>
> Le Padre.

23/04/2011

Soutenons la lettre de Marine Le Pen aux préfets !

Si nous voulons redonner ses couleurs à notre République, c’est le moins que l’on puisse faire…

FDF

.


Cliquer pour agrandir
recto de la lettre de Marine Le Pen à tous les préfetsverso de la lettre de Marine Le Pen à tous les préfets

Version pdf noir & blanc (en plus haute résolution)

drapeau

Monsieur le Préfet,

Représentant de l’Etat dans votre département, c’est à vous que reviennent la charge et l’honneur d’assurer le respect de l’intérêt général.

Vous le savez, l’Etat est aujourd’hui trop faible pour s’acquitter de celle noble mission dans des conditions satisfaisantes. Vos éminentes fonctions vous placent directement face aux ravages d’une politique d’amoindrissement de l’Etat, de découragement de ses personnels, et d’inefficacité de sa gouvernance.

Lorsque tout devient prioritaire, il n’y a plus de priorité. Cette réflexion de bon sens résume l’un des travers majeurs de la gouvernance actuelle de l’Etat. Absorbé par l’actualité médiatique immédiate, toujours à l’affut d’un coup de communication efficace, le pouvoir politique ne définit plus les orientations qu’il fixe et qu’il vous demande d’appliquer selon des considérations d’intérêt général. Le plus souvent, son action s’appuie sur des motivations strictement électoralistes, qui empêchent par définition de dessiner une politique publique durable, efficace et juste. La multiplication des lois « publicitaires » depuis 2002, sur la sécurité notamment, l’augmentation exponentielle des circulaires qui vous sont adressées dans tous les domaines, révèlent un profond malaise de l’action publique, et la disparition de l’intérêt général comme cap de l’action publique. L’obsession communicationnelle constitue une dérive très grave que nos compatriotes ressentent douloureusement.

Les agents de la fonction publique subissent eux-aussi les effets néfastes de cette évolution. Le cadre national des préfectures, les agents des services déconcentrés de l’Etat, sont un modèle de loyauté et de dévouement. Mais depuis quelques années, vous sentez la démotivation gagner du terrain chez ces personnels, parfois même en tout début de carrière. Vous rencontrez des agents désabusés, qui n’ont pas l’habitude de se plaindre, mais qui expriment aujourd’hui à leur façon un profond désarroi. Ce ne sont pas seulement des conditions de travail de plus en plus difficiles et précaires qui inquiètent légitimement ces agents, mais aussi un sentiment d’impuissance face à l’affaissement du service public et du sens de l’Etat, vécu comme de plus en plus grave, voire inéluctable.

L’affaiblissement de l’Etat est en effet une autre réalité que vous constatez. Conduite aveuglément, la révision générale des politiques publiques ne s’est pas faite dans l’intérêt des Français. Au contraire, pour des motifs purement comptables, elle a profondément désorganisé l’Etat, lui a souvent fait perdre un ancrage territorial précieux, et s’est traduite par une réduction irresponsable des capacités d’action et de réaction de l’Etat. Aucun domaine de l’action publique n’a échappé à cette funeste entreprise : police et gendarmerie, école, armée, santé, représentations de l’Etat, ingénierie publique. En parallèle, les collectivités territoriales ont profité de cet effacement de notre Etat pour déployer des politiques clientélistes appuyées sur des stratégies de communication souvent sophistiquées. Un état d’esprit qu’on peut sans exagération qualifier de malsain s’est installé dans nos territoires. L’histoire de France nous montre que dès qu’il y a béance de l’Etat, les baronnies locales se reconstituent.

Cette situation, Monsieur le Préfet, n’est pas satisfaisante. Elle amène un nombre croissant de nos concitoyens, les plus pauvres en particulier, à douter de la capacité de l’Etat, et renforce chez eux le sentiment d’injustice, voire d’abandon.

La politique de redressement de l’Etat que je propose au pays s’appuiera sur ces grands serviteurs de l’Etat que j’évoquais dans mon discours d’investiture à la tête du Front National, en janvier dernier à Tours.

Vous le savez comme je le sais, la France possède d’immenses réserves de courage et de dynamisme. C’est l’Etat, je le crois, qui a vocation dans notre pays à les détecter et les catalyser. L’Etat stratège que je propose s’appuiera sur un sens de l’Etat réaffirmé. Il raisonnera sur le temps long, et se donnera les moyens de suivre le cap de l’intérêt général qu’il aura fixé pour le pays. Il reprendra notamment des compétences transférées de façon irresponsable dans le cadre de l’édification d’une Europe supranationale et d’une décentralisation non maîtrisée. Les principes qui guideront son action seront simples : liberté. égalité, mérite, justice, et efficacité.

Les grands serviteurs de l’Etat réellement soucieux de l’intérêt général n’ont aucune raison de redouter notre arrivée au pouvoir et l’application des idées que je porte.

Au contraire ! La perspective de redressement que je leur offre m’apparaît correspondre à ces moments ce notre histoire où l’intelligence collective a su rencontrer un projet national et un espoir populaire. C’est ce qui a motivé certains d’entre vous à me contacter.

L’ambition que je porte pour notre pays, pour notre peuple, doit s’appuyer sur des serviteurs dévoués et sincères de la France et de son Etat.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma haute considération.

Vive la République, vive la France !

signature Marine Le Pen
Marine Le Pen

Avril 2011

Vous souhaitez aider Marine Le Pen à convaincre les préfets ?
Vous avez une enveloppe ?

imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de soutenir
Démocratie Directe

1 Imprimer la copie en version pdf de la lettre ouverte de Marine Le Pen aux préfets :

lettre ouverte de Marine Le Pen aux hpréfets
lettre_prefets_marine-le-pen.pdf

2 Trouver le nom et l’adresse de votre préfet à partir de la page www.interieur.gouv.fr/sections/a_l_interieur/les_prefectures/votre_prefecture.

3 Mettre la lettre dans l’enveloppe, écrire le nom et l’adresse, timbrer et poster.

C’est la nouvelle façon de soutenir.

22/03/2011

Maître Collard et le malaise de la France…

SI CELA VIENT VRAIMENT DE LUI, EN CAS DE PROBLEME, JE LE PRENDS COMME AVOCAT…

.

Libres propos de Gilbert Collard (avocat)

.
Marine Le Pen donnée par un sondage en tête au premier tour de la présidentielle, je crains le pire pour le révérend père président de la République, Nicolas Sarközy du Chardonnet.


Va-t-on le filmer, errant sur les lieux de mémoire vêtu d’une soutane noire ?
Va-t-il transformer le Fouquet’s en lieu de pèlerinage pour people repentis ?
Va-t-il remplacer le marathon de New York par le marathon de Saint- Jacques de Compostelle ?


Ce petit jeu cache une vraie trouille qui est une peur politique des conséquences de la maltraitance identitaire française depuis des années.
Depuis vingt ans, peut-être plus, une certaine honte de la France a été cultivée, reléguant à une forme de racisme simplificateur toute revendication de dignité nationale, d’expression d’une histoire millénaire, de souhait secret d’’être un peu respecté.

S’il n’’y avait Marine Le Pen qui ose exprimer haut et fort le non-dit d’’une France  exaspérée d’’être ignorée, croyez-vous qu’’on s’’intéresserait tout à coup à un peuple qui cherche à retrouver enfin une adresse à la poste restante de l’histoire, du mondialisme et d’une Europe déracinée ?
Un peuple qui aime son pays, ses paysages, ses traditions, sa Patrie, même s’il n’’ose encore le dire par peur du rire, qui, d’’où qu’’il vienne, s’est fondu par le temps qui passe dans la Nation.

Un peuple qui  cherche à faire respecter son héritage judéo-chrétien.
Oserait-on, aujourd’hui, évoquer « la France des racines », dont jusqu’’alors on se foutait, s’’il n’y avait en sourdine un besoin de ressourcement reconstructeur.

La difficulté pour l’’actuel pontife présidentiel, c’est qu’’il ne suffit pas de visiter une cathédrale médiévale au Puy–en-Velay, de s’’improviser le notaire d’un « magnifique héritage »  chrétien, pour être crédible dans cette posture.
Trop de crachats impunis ont depuis des années souillé d’’humiliations notre histoire ; trop d’’atteintes à notre identité de tous les jours comme de tous les temps historiques nous ont été infligées :l’’hymne hué, sifflé, le drapeau transformé en torche-cul,  notre langue estropiée, abandonnée, notre passé toujours en procès, notre diplomatie démonétisée,   notre culture judéo-chrétienne et notre amour des autres tournés en dérision, transformés en économie frauduleuse. Tout ce mal,  sans qu’on lève le petit doigt politique, associatif, judiciaire pour essuyer l’’affront.
Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il faille que le président devienne potentiellement candidat pour découvrir qu’il existe en France des Français qui aiment la France et ses racines sans être racistes, xénophobes, ou même franchoulliardement cons !
Si l’’identité, comme on dit, faute de mieux, avait été honorée comme il se doit, dans le respect réciproque des autres et par les autres,  serait-il nécessaire d’en faire un débat, d’’en parler, d’’en discuter ?
L’’ouverture de cette discussion est révélatrice d’une souffrance française : le mal du pays !

*************************************************************************************************************

Mon « petit coup de pouce »:

FDF


13/11/2010

Hommage à ces hommes qui n’auraient jamais imaginé la France d’aujourd’hui.

11 Nov 1918: une trève, un poème pour mon Grand-Père.

Alors qu’aujourd’hui il est de bon ton de se moquer du drapeau, de le salir, de le souiller, de se torcher avec comme à la FNAC de Nice, je voulais rendre un hommage à ceux qui sont morts pour lui, pas toujours de bonne grâce bien sûr, je le sais bien.

A ceux de la métropole et à ceux des colonies.

Un hommage à mon grand-père aussi qui a vécu cette épouvantable guerre. Qui a bu l’eau croupie avec le sang des chevaux morts, qui a vu ses camarades de combats explosés devant lui. Des larmes, aux souvenirs des proches, vite asséchées par la terre, le bruit du canon et la peur viscérale de finir en boyaux dans les tranchés.

Un hommage pour ces hommes qui n’auraient jamais imaginé la France d’aujourd’hui.

Celle qui est tant méprisée par tous ceux qui ont oublié ses racines et par tout ceux qui ne voient en elle, qu’un vulgaire porte monnaie.

Tu es parti depuis longtemps mais j’ai honte de moi grand-père.  Comme bien d’autres aujourd’hui, trop rares citoyens de ce monde, qui nous nous trouvont ce matin devant les monuments aux morts de nos villages, de nos villes et qui n’ont pas oublié vos sacrifices mais qui, trop souvent désormais, oh Dieu quel sacrilège, se demandent avec douleur: pourquoi?

Puisse donc que cette France, notre belle et fière France redevienne ce qu’elle a été pendant des siècles et des siècles. Amen.

Gérard Brazon

Le Clairon

Le clairon sonne au loin, forçant  les fatigues.
Des regards morts sur des visages meurtris
Se lèvent, affirmant le doute, l’incompris.
Des larmes s’écoulent rompant l’immense digue.


C’est un soleil et non le temps d’une boucherie
Qui, ce jour, se lève. Des ombres s’avancent,
Le long des tranchées de la désespérance.
De la terre, s’ouvrent des bouches noires de carie.


Le clairon balaye les frontières de mort.
Des cris et des rires venant de l’ennemi,
Se mêlent aux joies de tous nos soldats amis.
Oubliée la haine, le désespoir et les torts.


Des tranchées sortent des hommes vivant sous terre,
L’uniformes invisibles, ils regarde le ciel.
Le clairon sonne la fin des combats. Si fier.
Redonnant la vie, face au monde fou et cruel !


Les hommes titubent. L’officier devient le frère.
Les larmes écoulant le trop plein de haine
Les rancunes, les frères morts laissés en terre
La guerre est finie. La paix entre en scène.


Ils reviendront dans leurs foyers ces gueules cassées
Ces soldats d’une guerre civile. La grande guerre !
Guerre ou l’Europe entière s’est suicidée
Apportant un siècle de lutte et de misère.


Le clairon sonne la fin des combats, la paix !
L’avenir porte un nom. L’espoir d’une autre vie!
Une vie qui retrouve un prix. Souvent oublié!
Ce jour à un autre goût. La guerre est finie

Gérard Brazon

29/07/2010

Un euro pour un drapeau brûlé: c’est cadeau!

.

« Pas assez cher, mon fils »… C’est bien la peine de pondre des lois. En outre, ça ne va pas décourager les autres; au contraire. Encore un gros « foutage de gueule » qui se pointe à l’horizon… Très mauvais pour l’identité nationale, ça; trèèèèèèèès mauvais…


On peut pas avoir l’adresse de ces pauvres d’jeun’s prévenus, « français, nés en France« , afin de constituer un collectif pour les soutenir dans cette dure épreuve et payer aussi l’amende infligée sévèrement par le tribunal? J’irai moi-même leur porter les fonds; avec quelques potes, peut-être; on ne sait jamais, les rues ne sont pas sûres…


FDF

.

28.07.10

Les faits se sont déroulés en marge d’Algérie-Slovénie en juin, le tribunal rendra son jugement le 3 septembre…

Ils sont quatre, mais seuls trois ont été jugés ce mercredi pour «dégradations par incendie». L’objet du délit: un drapeau. Pas tricolore, mais celui aux couleurs de la commune de Villeneuve-Saint-Georges, que les suspects sont accusés d’avoir brûlé, avant de le remplacer par celui de l’Algérie, un soir de Coupe du monde.

Agés de 22 à 27 ans et connus des services de police, les prévenus se sont passés des services d’un avocat et nient en bloc. Un quatrième suspect est toujours en fuite. «Je suis français, je suis né en France. Des conneries j’en ai faites mais j’ai jamais fait ça», s’est défendu l’un d’eux, un autre ne sortant de son mutisme que pour répéter: «C’est pas moi qu’ai fait ça».

Acte «souciant» ou «scandaleux»?

Dans la nuit du 13 au 14 juin, l’Algérie avait été battue par la Slovénie sur le score de 1 à 0 et l’incident avait été jugé «souciant» par la maire-adjointe de la commune Cécile Duflot. La secrétaire nationale des Verts l’avait cependant mis sur le compte du Mondial, «avec les emportements que cela peut susciter».

Mais du côté de l’UMP, Dominique Paillé avait déploré un «acte scandaleux et délibérément provocateur». Le porte-parole adjoint du parti avait ajouté que l’incident devait «être dénoncé fermement par tous les républicains et ses auteurs poursuivis et châtiés».

«Connerie»

Incriminant les médias, l’avocat de la commune, Jean-Louis Péru, a insisté ce mercredi sur le préjudice subi par Villeneuve, présentée à tort «comme la ville où le drapeau français a été incendié» et a demandé le versement d’un euro symbolique ainsi que le remboursement du drapeau endommagé, soit la somme de 302,59 euros.

La procureure Brigitte Franceschini a de son côté qualifié l’acte de «connerie» et fait un lien avec les footballeurs français lors du dernier Mondial: «Quand on voit comment se comporte l’équipe de France, on ne peut pas être étonné des excès de certains supporteurs.» Elle a requis une mesure de réparation pénale dans laquelle les prévenus devront financer le remplacement du drapeau et verser un euro symbolique, sous peine d’encourir un mois de prison. Le jugement sera rendu le 6 septembre.

Source: http://www.20minutes.fr/article/586605/Societe-Au-tribunal-pour-un-drapeau-brule.php

08/12/2009

Toulouse: « Ils » ont brûlé le drapeau Français !!!

Filed under: immigration,islamisation,musulmans,racaille — francaisdefrance @ 12:13
Tags: , , ,
Mais quand-est-ce que les Français auront le droit d’ exprimer leur haine envers ceux qui nous haïssent et bafouent sans vergogne notre identité nationale ??? Ce jour là, s’ il arrive, beaucoup devront raser les murs… Et repartir vite, très vite, dans leur « bled ».
FDF
ECOEUREMENT DANS LA POLICE A TOULOUSE

Bonjour,

Une information que je garantie réelle à 100%. (j’en atteste, j’ai reçu la vidéo)

La scène se déroule le soir du 2ème match Egypte-Algérie, à Toulouse, sur la place du Capitole, la Mairie.

Comme bien souvent, un très grand nombre de personnes issues des « minorités » étaient regroupées en masse.

Comme toujours, de très nombreux effectifs de Police étaient déployés sur place. « Au cas où ».

Des jeunes (« désoeuvrés », évidemment, les pauvres !) ont escaladé la façade pour accéder aux drapeaux.

Il y avait le drapeau européen (bien entendu), le drapeau de la croix Occitane et (quand même) le drapeau Français.

Les jeunes ont enlevé un drapeau.

Devinez lequel.

Notre drapeau national, évidemment !

Mais que fait la Police ?!

Eh bien, devant la foule de nombreux badauds, les policiers ont reçu l’ ordre de ne pas intervenir.

Mais ce n’ est pas tout.

Les jeunes ont disposé un drapeau algérien à la place du drapeau Français.

Oui, oui. C’est la vérité.

Devant les policiers éc½urés, ces pauvres jeunes sont tranquillement redescendus.

Sont-ils repartis chez eux pour faire la fête ou dans leurs doux foyers ?

Eh bien non.

Ils ont brûlé le drapeau Français sur la place du Capitole, à Toulouse, France.

Tout ça devant plus d’ une cinquantaine de Policiers dégoûtés.

Aux demandes répétées par radio des fonctionnaires de Police pour intervenir, il a été répondu par la hiérarchie que ces actes étaient « festifs » (je cite).

Alors, peut-être que quelque chose m’ a échappé ?!

Suis-je le seul à me souvenir d’ un texte de loi réprimant ce genre de comportement ?!

Si même la Police ne peut plus faire respecter la loi et les règlements, n’ est-ce pas la fin de la démocratie ?!

A vous de juger.

David, policier à Toulouse.

(Vous pouvez transmettre ce mail sans retenue. ………………………………..)

S’il n’est pas rare de voir des jeunes d’origine maghrébine arborer des tee-shirts à l’effigie de l’Algérie, Maroc ou Tunisie, voila un nouveau style dont chacun appréciera le goût pour le moins douteux: une ligne de tee-shirt représentant la carte de France sur fond de drapeau algérien, encore une fois aucune association n’a l’air de s’émouvoir du message provocateur et raciste porté par cette ligne vestimentaire.
Voilà ce que notre gouvernement lâche et traitre accepte .