Francaisdefrance's Blog

13/04/2011

9 Avril 2011 à la Nation, micro-trottoir…

Des questions bien choisies pour orienter vers des réponses que l’on souhaite…

Extraits de vidéos tournées lors du 9 Avril 2011 à Paris place de la Nation, le jour de la manifestation islamiste interdite. plus
.

Lire: http://youtu.be/VFfHGt2MJbo

12/04/2011

Provocation: Deux femmes interpellées au premier jour de la loi contre le voile intégral !!!

Il fallait bien entendu s’y attendre. Braver la loi, provoquer, montrer sa haine; voilà de quoi les extrémistes musulmans sont seulement capables… Et ça dit vouloir le « vivre ensemble »? Faut pas nous prendre pour des cons. Ils ne font que faire monter l’islamophobie; et c’est nous, les Français de souche, les patriotes, les résistants, qu’on accuse de racisme. Il faut éradiquer les membres de cette idéologie. Il faut simplement faire appliquer les lois de NOTRE République. Ce n’est pourtant pas compliqué… En attendant, devant les premières infractions à cette loi, on baisse son froc (voir plus bas…). C’était bien la peine de nous rabâcher durant des semaines des inepties sur cette loi fantôme qui ne sera jamais appliquée. Enfin, durant ce temps, « on » bombardait la Libye, on préparait la chute de Gbagbo et autres amusements… Ca occupait le peuple…

FDF

.

Deux femmes interpellées au premier jour de la loi contre le voile intégral
Deux femmes en niqab ont été interpellées devant la cathédrale Notre-Dame de Paris (FDF: christianophobie oblige…), dans la cadre d’une manifestation contre la loi interdisant le port du voile intégral à compter de ce lundi.
L’entrée en vigueur de la loi interdisant le port du voile intégral a été marquée lundi par le coup d’éclat de femmes en niqab et de sympathisants interpellés devant Notre-Dame pour y avoir manifesté sans autorisation, le gouvernement prévenant que la loi controversée serait appliquée. Deux femmes en niqab, une femme voilée – dont le visage n’était pas caché – et un militant associatif ont été interpellés devant la cathédrale de Paris devant des dizaines de journalistes, pour avoir participé à une manifestation non déclarée rassemblant une dizaine de personnes contre la nouvelle loi du 11 octobre 2010 interdisant le port du voile intégral. 

Parmi eux, Kenza Drider, 32 ans, en niqab brun et beige, arrivée d’Avignon en train le matin, pour participer à des émissions de télévision.

Elle a raconté devant la presse que la loi était « une atteinte à (ses) droits européens », et qu’elle les appliquerait « en tant que citoyenne française », niant toute « provocation ».

Mme Drider a précisé que si elle était « verbalisée », « la loi s’appliquera, (elle) prendra l’amende », mais qu' »en tant que citoyenne française », elle sera « dans l’obligation de faire un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme ».

« On est resté trois heures et demie au commissariat de police à attendre ce que le parquet allait délibérer. Trois heures et demie après on nous a dit: +c’est bon, vous pouvez sortir+. Donc on a eu droit à aucune amende ni quoi que ce soit« , a déclaré Mme Drider, jointe par l’AFP à la sortie du commissariat.

« On nous a laissé sortir, on a eu ni amende pour le niqab ni pour quoi que ce soit », a-t-elle ajouté, en affirmant avoir pensé que le rassemblement organisé devant la cathédrale Notre-Dame avait été dûment déclaré auprès de la préfecture.

« Je suis rentrée avec (le niqab dans le commissariat, ndlr) et des femmes policières m’ont demandé dans un coin de m’identifier. Je me suis identifiée (en le relevant, ndlr) et je l’ai rabaissé tout juste après », a-t-elle encore dit.

Selon la police, l’interpellation n’était pas liée au port du niqab.

« Il ne s’agissait pas d’interpeller ces gens sur la base du port du voile », mais bien pour « non respect de la déclaration de manifestation », a raconté Alexis Marsan, commissaire divisionnaire à l’ordre public.

L’organisateur du rassemblement, Rachid Nekkaz de l’association Touche pas à ma constitution, a de son côté affirmé à l’AFP avoir été « interpellé en compagnie d’une amie en niqab » devant l’Elysée. « Nous voulions nous faire verbaliser pour port du niqab, mais la police n’a pas voulu nous dresser un PV », a-t-il dit.

La convention sur la laïcité : le débat de la discorde

Depuis lundi, le port du niqab ou de la burqa n’est plus autorisé dans la rue, les jardins publics, les gares, les commerces ou les mairies, en vertu de la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage.

En France, il y aurait environ 2.000 femmes intégralement voilées, selon diverses estimations.

Certains musulmans sont opposés à la loi. Samedi, 61 personnes ont été interpellées, dont 19 femmes voilées, après avoir tenté de prendre part à un rassemblement à Paris, à l’appel d’un collectif d’associations islamistes.

La loi sera « infiniment difficile à appliquer » et « infiniment peu appliquée », a dit Manuel Roux, secrétaire général adjoint du Syndicat des commissaires de police. « Très clairement, ce n’est pas aux policiers d’aller faire du zèle », a-t-il déclaré sur France Inter. Ceux qui croiseront une femme voilée feront « de la pédagogie« , essaieront « de la convaincre », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a toutefois prévenu que la loi « sera respectée », même si son application est difficile. « La police et la gendarmerie sont là pour appliquer la loi et elles appliqueront la loi », a-t-il déclaré en marge d’un déplacement à Luxembourg.

Le ministre a adressé ses instructions aux préfets le 31 mars et des consignes ont été données aux forces de sécurité, pour éviter tout dérapage.

« Dans le cas où une personne refuse de se prêter à un contrôle (…), les conséquences de ce refus devront lui être exposées et notamment la possibilité, si elle persiste, de la conduire dans des locaux de police ou de gendarmerie pour y procéder à une vérification d’identité », précise la circulaire.

La député européenne Eva Joly (Europe Ecologie-Les Verts) (FDF: qui ferait mieux de la boucler…) a estimé que la loi s’inscrivait « dans une politique de stigmatisation de l’islam ».

Source: http://www.france24.com/fr/

Click here to find out more!


11/04/2011

Loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public… C’est pour ce lundi 11 avril.

C’est donc ce lundi 11 avril 2011 que la loi « bisounours » entre en vigueur. Je sens que l’on va bien rigoler; les muzz ont déjà la riposte… Normal, on leur a laissé le temps d’y réfléchir… Comme par hasard…

Un truc (entre autres) m’interpelle: on y apprend que les automobiles sont des espaces privés. Et que les voilées pourront conduire le visage dissimulé… Outre la dangerosité des faits de conduire ainsi déguisées, si vous, vous faites « piquer » sans ceinture en roulant, ce n’est plus de l’espace privé et c’est pratiquement la correctionnelle… Faudrait savoir…

Lisez bien tout ce qui suit. Même (et surtout) entre les lignes. Les types qui ont pondu ça ont du transpirer…

Et dès aujourd’hui, sortez avec un appareil photo… Il y aura de bons clichés à prendre…

FDF

.

Conditions de mise en oeuvre de la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public

Quiconque dissimulera à partir du 11 avril 2011 son visage dans un espace public encourra une amende de 150 euros et/ou pourra être contraint de suivre un stage de citoyenneté. En effet, la loi (n°2010-1192) du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public, entrera en vigueur prochainement.

Fondé sur les principes du respect des valeurs de la République, le texte interdit à quiconque, « dans l’espace public » (voies publiques, lieux ouverts au public ou affectés à un service public), de porter une tenue destinée à dissimuler son visage, comme une burqa ou le niqab noir mais aussi un casque de moto (en dehors de la conduite d’un deux-roues) voire une cagoule.

« Se dissimuler le visage, c’est porter atteinte aux exigences minimales de la vie en société. Cela place en outre les personnes concernées dans une situation d’exclusion et d’infériorité incompatible avec les principes de liberté, d’égalité et de dignité humaine affirmés par la République française. La République se vit à visage découvert. Parce qu’elle est fondée sur le rassemblement autour de valeurs communes et sur la construction d’un destin partagé, elle ne peut accepter les pratiques d’exclusion et de rejet, quels qu’en soient les prétextes ou les modalités », rappelle le Premier ministre dans une circulaire du 2 mars 2011.

En conséquence, à partir du 11 avril 2011, la loi devra être « pleinement respectée » indépendamment des campagnes d’information qui doivent être mises en oeuvre d’ici cette échéance.
La circulaire présente les dispositions de la loi et ses modalités d’application. Soulignons que les tenues destinées à dissimuler le visage sont définies comme étant celles qui rendent impossible l’identification de la personne.

Il est précisé qu’il n’est pas nécessaire, à cet effet, que le visage soit intégralement dissimulé.
Sont notamment interdits, sans prétendre à l’exhaustivité, le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab…), de masques (FDF: et pour Carnaval, on va faire comment?) ou de tout autre accessoire ou vêtement ayant pour effet, pris isolément ou associé avec d’autres, de dissimuler le visage.
Dès lors que l’infraction est une contravention, l’existence d’une intention est indifférente : il suffit que la tenue soit destinée à dissimuler le visage.

Définition de l’espace public :

  • les voies publiques ;
  • les transports en commun ;
  • les gares et les aéroports ;
  • les lieux ouverts au public dont l’accès est libre (plages, jardins publics, promenades publiques, etc.) ainsi que les lieux dont l’accès est possible, même sous condition, dans la mesure où toute personne qui le souhaite peut remplir cette condition (paiement d’une place de cinéma ou de théâtre par exemple) ;
  • les commerces (cafés, restaurants, magasins) ;
  • les établissements bancaires ;
  • les lieux affectés à un service public désignent les implantations de l’ensemble des institutions, juridictions et administrations publiques ainsi que des organismes chargés d’une mission de service public. Sont notamment concernés les diverses administrations et établissements publics de l’Etat, les collectivités territoriales et leurs établissements publics, les mairies, les tribunaux, les préfectures, les hôpitaux, les bureaux de poste, les établissements d’enseignement (écoles, collèges, lycées et universités), les caisses d’allocations familiales, les caisses primaires d’assurance maladie, les services de Pôle emploi, les musées et les bibliothèques.

Par contre, la dissimulation du visage, par une personne se trouvant à bord d’une voiture particulière (espace privé), n’est pas constitutive de la contravention prévue par la loi.

Source: http://tinyurl.com/3f73ty8

04/03/2011

Interdiction du voile intégral: premier avertissement…

File d’attente à une Caisse d’allocations familiales en France…

C’était la loi tant attendue par bon nombre de patriotes. Ca y est. C’est fait. Elle entrera en vigueur au 11 avril. Avec certains « aménagements », bien entendu. Il ne faut pas trop « heurter »…  C’est aux Allocs et à la SECU que ça risque de poser le plus de problèmes car c’est en ces lieux que l’on rencontre la plus forte concentration de voilées…

Mais d’ici là, vous verrez qu’ils vont nous en balancer, du voile intégral. A tel point que l’on pourra en faire une overdose. Ces gens-là sont venus pour nous em……; et ils ne vont pas se gêner… Vous verrez. Prenez des photos et envoyez les moi; On va bien s’amuser…

Bon. On n’a plus qu’à attendre une loi anti mosquées et on aura franchi un grand pas…

FDF

.

Voile intégral: la conduite à tenir dans les services publics.

Une circulaire du 3 mars précise les modalités d’application de la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.

A compter du 11 avril, les agents pourront refuser d’accueillir et de délivrer une prestation à une personne voilée.

Près d’un mois avant l’application de la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public, prévue le 11 avril prochain, le Premier ministre a diffusé le 3 mars au Journal officiel une circulaire en précisant les modalités d’application.

Le texte rappelle tout d’abord que l’infraction, punie par une contravention de 2e classe (150 euros) est constituée dès lors qu’une personne porte une tenue destinée à dissimuler son visage et qu’elle se trouve dans l’espace public ».

Sur le premier point, la circulaire ne prétend pas à l’exhaustivité mais mentionne « le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab…), de masques ou de tout autre accessoire ou vêtement ayant pour effet, pris isolément ou associé avec d’autres, de dissimuler le visage ».

Sont exclus de l’interdiction : les casques de moto, les tenues justifiées par des raisons de santé ou de travail et celles portées dans le cadre de « pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles », ce qui intègre également les processions religieuses.

Quant à l’espace public, il est défini par les voies publiques, les lieux ouverts au public ou affectés au service public (voir ci-contre).

Concrètement, à compter du 11 avril, les agents chargés d’un service public « seront fondés à refuser l’accès au service à toute personne dont le visage est dissimulé ».

Rappel à la réglementation par les agents
Dans le cas où la personne est déjà entrée dans les locaux, il est recommandé aux agents de lui rappeler la réglementation et de l’inviter à la respecter, en se découvrant.

Les agents ne disposent pas de pouvoir de contrainte et, en cas de refus d’obtempérer, devront s’en remettre aux forces de police, les seules à pouvoir constater l’infraction.

Au demeurant, « la dissimulation du visage fait obstacle à la délivrance des prestations du service public ».

Responsabilité du chef de service
La circulaire souligne en outre la responsabilité du chef de service dans la mise en œuvre des dispositions législatives et dans la préparation des personnels.
Ainsi que dans l’information au public, qui, sous forme d’affiches prochainement diffusées sur le web(1), dorénavant obligatoire à l’entrée des bâtiments.
Une campagne particulière d’information sera en outre dirigée vers les personnes concernées.

Si la circulaire du 2 mars vient éclairer les responsables publics sur la future mise en œuvre de l’interdiction de dissimuler son visage dans l’espace public, elle ne peut prévoir dès aujourd’hui les nombreuses situations que va engendrer l’institution d’une telle nouvelle infraction.
Seule la bonne volonté des usagers mais aussi des agents publics permettra de respecter juridiquement une législation politique.

Et en Europe, qu’en est il?

BELGIQUE: Une proposition de loi interdisant le voile intégral dans les services publics mais aussi dans la rue, a été approuvée fin avril 2010 par la Chambre des députés. Le texte n’a toutefois pas pu être adopté par le Sénat en raison de la crise politique et de la dissolution du Parlement.
DANEMARK: Le gouvernement a décidé en janvier 2010 de limiter le port de la burqa et du niqab dans l’espace public, mais sans l’interdire, laissant le soin aux écoles, à l’administration et aux entreprises de fixer des règles.
PAYS-BAS: Plusieurs projets de loi concernant l’interdiction du port du voile intégral sont en préparation, notamment dans l’enseignement et la fonction publique.
ESPAGNE: Après quelques initiatives locales, notamment en Catalogne, interdisant le voile intégral dans les édifices publics, le gouvernement envisage d’inclure dans une future loi sur la « liberté de religion » une mesure restreignant l’usage de la burqa dans les lieux publics.
ITALIE: Une loi de 1975, faisant partie des « dispositions de protection de l’ordre public », interdit de se couvrir complètement le visage dans les lieux publics (voile, casque de moto). Quelques maires de la Ligue du Nord ont interdit, localement, la burqa, le niqab ou la tenue de bain islamique (burkini). Le gouvernement est divisé sur l’opportunité d’une interdiction générale et le dossier n’est pas jugé prioritaire.
ALLEMAGNE: Le 2 février 2011, le Land de Hesse a été le premier Etat régional à interdire par décret le port du voile intégral dans les services publics. Jusqu’à présent, quelques Länder, dont la Rhénanie du nord-Westphalie, la Bavière et le Bade-Wurtemberg, interdisaient aux enseignantes d’être voilées.
ROYAUME-UNI: Aucune loi n’interdit le port du voile intégral. Un parti anti-européen fait cependant campagne pour son bannissement et le ministère de l’Education a publié en 2007 des directives permettant aux directeurs d’établissements d’interdire le niqab.
SUISSE: Le ministère de la Justice voudrait interdire le voile intégral au niveau cantonal dans les lieux publics, tout en envisageant un système d’exceptions pour les touristes musulmanes.

Source: http://www.lagazettedescommunes.com/

09/10/2010

Islamistes: les provocations pleuvent…

Il nous emmerderont jusqu’au bout. Mais quel bout? Quelle issue? La loi contre la dissimulation du visage n’étant pas encore promulguée qu’il fallait s’attendre à des provocations de toutes sortes. Et ça tombe…

Preuve en est déjà lors d’un procès à  Bobigny: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/femme-voilee-au-tribunal-la-loi-n-est-pas-encore-applicable_926242.html

En outre: http://www.leparisien.fr/yvelines-78/a-chanteloup-l-affaire-du-voile-a-divise-la-cite-08-10-2010-1100028.php

Vivement la promulgation de cette loi… Mais, le problème est que là aussi, ils ont déjà prévu la riposte… Et ben, on organisera la notre…


Contourner la loi pour porter le niqab… Ah, les s…… !!!

Un bel exemple de provocation en contourner la loi interdisant la dissimulation du visage. Fallait y penser mais quand il s’agit de bafouer les valeurs de notre République, rien ne les arrête… Ah les enfoiré(e)s !!!

FDF

.

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=J6G2gO-J8Vk


14/09/2010

Au théâtre ce soir: Le Parlement français a voté l’interdiction du voile intégral…

Mais que nos « amis » musulmans et intégristes se rassurent: ce n’est qu’une loi de « diversion, sans effets notoires, simplement destinée à faire oublier les sombres affaires qui secouent la République Française… En revanche, on pourrait, nous les sous-chiens, nous voir interdire de déguisements lors du Carnaval… On en reparle après le délai de « pédagogie » ? Ce genre de décision officielle a le don de me foutre en rogne; et je ne dois pas être le seul… C’est du « foutage de gueule » en bonne et due forme. On a beau être habitués, là, ça monte encore d’un cran…

Dingue…

FDF

.

Le Parlement français a définitivement adopté mardi, par un vote du Sénat, le projet de loi interdisant le port du voile islamique intégral dans l’espace public. Cette interdiction ne doit entrer en vigueur qu’au printemps 2011.

La promulgation de la loi est encore soumise à un recours devant le Conseil constitutionnel, qui devrait se prononcer d’ici à un mois. Le Sénat a approuvé par 246 voix contre une le texte.

La France, où le voile intégral est porté par quelque 1900 femmes selon les estimations officielles, est ainsi le premier pays européen à procéder à cette interdiction généralisée. Une mesure similaire est en cours d’adoption en Belgique.

« Vivre la République à visage découvert, c’est une question de dignité et d’égalité. C’est une question de respect de nos principes républicains », a déclaré la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie.

Le texte ne vise pas expressément le voile intégral, mais « la dissimulation du visage dans l’espace public ». Ce qui comprend les rues, mais aussi « les lieux ouverts au public » (commerces, transports, parcs, cafés…) ou « affectés à un service public » (mairies, écoles, hôpitaux…).

Niqab et burqa interdits

Le texte interdira de fait le port du niqab (qui ne laisse voir que les yeux) ou de la burqa (qui masque l’ensemble du corps), sous peine d’une amende de 150 euros et/ou d’un stage de citoyenneté.

L’interdiction n’entrera en vigueur qu’au printemps 2011 après six mois de « pédagogie », et la verbalisation ne sera pas systématique. Toute personne obligeant une femme à se voiler sera passible d’un an de prison et de 30’000 euros d’amende, selon un nouveau délit effectif sitôt la loi promulguée.

Le Conseil d’Etat, plus haute juridiction administrative, avait émis des réserves sur une interdiction généralisée du voile intégral, recommandant de la limiter à certains lieux publics.

Source: http://tinyurl.com/3ytc3xu