Francaisdefrance's Blog

01/04/2011

Libye: violée et torturée, une femme défie le régime pour témoigner.

Samedi dernier, une jeune avocate du nom d’Iman al-Obeidi a fait irruption dans un hôtel de Tripoli pour supplier des journalistes étrangers de lui venir en aide, montrant ses ecchymoses et expliquant en larmes qu’elle venait d’être violée par 15 miliciens de Kadhafi. Elle s’est mise à hurler quand des agents du régime l’ont emmené de force, et depuis personne ne l’a revue.

Les mots ne suffisent pas pour exprimer le courage dont a fait preuve Iman en s’exprimant ainsi — on ne peut qu’imaginer sa terreur alors qu’elle se trouve en ce moment à la merci des hommes de main de Kadhafi. Sa vie est en danger, mais nous pouvons l’aider, si nous agissons vite.

Kadhafi est indifférent à l’indignation d’une grande partie de la communauté internationale, mais il a écouté le gouvernement turc lorsque celui-ci lui a demandé de libérer des journalistes étrangers. A nous de faire résonner au plus vite un gigantesque appel mondial adressé au Premier ministre turc Erdogan pour sauver Iman — signez la pétition et faites suivre ce message à tous. L’appel sera remis en mains propres au consulat turc de Benghazi, et à travers des encarts publicitaires en Turquie, dès que nous aurons atteint 500 000 signatures:

http://www.avaaz.org/fr/free_iman_al_obeidi_fr/?vl

Iman a déclaré qu’elle avait été arrêtée à un poste de contrôle à Tripoli puis violée et battue pendant deux jours par 15 hommes des services de sécurité, avant de parvenir à s’échapper. Elle a indiqué que d’autres femmes étaient toujours détenues par les hommes de main du régime.

Ceux qui ont violé Iman ont probablement pensé que jamais elle n’oserait remettre en cause l’appareil répressif de Kadhafi, ou endurer la honte d’un viol rendu public, dans une société conservatrice où trop souvent la femme est rendue responsable de tels crimes. Mais elle a osé rompre le silence qui entoure tant de victimes de la brutalité de Kadhafi et de la violence sexuelle partout dans le monde.

Le régime l’a qualifié de prostituée et a promis de la poursuivre pour diffamation des forces gouvernementales. Mais les Libyens ont exprimé dans la rue leur soutien à Iman, et l’influence de la Turquie sur Kadhafi pourrait permettre de la libérer. A notre tour de soutenir Iman al-Obeidi, qui a osé s’opposer à ses bourreaux et exiger vérité et justice – signez ci-dessous pour demander au Premier ministre turc d’agir, et faites suivre ce message au plus grand nombre:

http://www.avaaz.org/fr/free_iman_al_obeidi_fr/?vl

Une jeune femme courageuse a pris tous les risques pour défendre les valeurs que nous partageons tous, et elle en subit en ce moment les terribles conséquences. Faisons tout pour la sauver.

Avec espoir et détermination,


Sources: http://www.rtbf.be/info/monde/detail_libye-violee-et-torturee-une-femme-defie-le-regime-pour-temoigner?id=5843073

08/03/2011

Le fils Kadhafi affirme son amitié à Sarkozy…

Il en rajoute…
« C’est Papa qui m’envoie… Une si vieille amitié ne peut se terminer ainsi. »
Les deux pieds dedans, Seif Al-Islam, les deux pieds dedans… C’est pas possible, il a du faire exprès ou bien on lui a envoyé Martine Aubry…
J’en connais un qui doit se ronger le peu d’ongles qu’il lui reste…
FDF
.

L’un des fils du colonel Mouammar Kadhafi, Seif Al-Islam, met en garde l’Europe, assurant que sans son aide, la Libye risque de devenir « une Somalie de la Méditerranée ». « Il y aura des pirates au large de la Sicile, de la Crète, ou de Lampedusa. Il y aura aussi de millions de migrants, la terreur sera à votre porte« , a-t-il ajouté. « Nous continuons à considérer le président Sarkozy comme notre ami et comme un ami de la Libye. Nous l’avons reçu, ici, à plusieurs reprises. Il a reçu mon père à Paris », a-t-il également rappelé.

Source: http://www.europe1.fr

06/03/2011

100 millions de livres en espèces destinés à Kadhafi ont été intercepté dans les eaux Britanniques.

Là, il est mal, « l’ami de Sarko »… On va dire que c’est de l’aide humanitaire… Ca passe bien, en général…

FDF

.

Pèche miraculeuse : un pactole destiné à Kadhafi intercepté en pleine mer

Kadhafi tout de violet vêtu Photo: REUTERS

D‘aprés le Daily Mail, un navire transportant 100 millions de livres en espèces au régime du colonel Kadhafi en Libye a été  intercepté dans  les eaux Britanniques. 

Le cargo est parti de la Grande-Bretagne et a tenté d’accoster à Tripoli le week-end – mais a décidé de rentrer chez lui car  le pays s’enfonçait  dans la guerre civile.

Un navire  canadien a rencontré le cargo et l’a escorté au port de Harwich, Essex, où des fonctionnaires ont  trouvé de  l’argent en monnaie libyenne.

La monnaie libyenne est imprimée dans un entrepôt dans le nord-est de l’Angleterre et la saisie intervient après une premiére  tentative par les « alliés » de Kadhafi d’exporter pour  une valeur de 900 millions de livres en monnaie libyenne.

Sources : The Daily Mail

21/02/2011

Le « tableau de chasse » de Kadhafi…

Encore un « ami » de la France…

Voilà pourquoi nos dirigeants font preuve de la plus grande « discrétion » sur ce qui se passe en Libye. Le devoir de mémoire, c’est bien utile quand il s’agit de diaboliser certains faits. Pour d’autres, peu glorieux, on fait une croix dessus… Et les infirmières bulgares. On ne s’est pas trop étendu sur le sujet. Pourtant, elles ont du en baver, les pauvres… Pas joli joli, tout ça…

FDF

.

Le Colonel Mouammar Al-Kadhafi fait l’objet d’une tentative de renflouement de la part des pays occidentaux en raison du fabuleux marché que représente son pays et du possible rôle de gendarme qu’il est destiné à jouer aux portes de l’Europe contre l’immigration clandestine africaine. Mais le « Guide de la révolution », vu de la rive sud de la Méditerranée, est un homme qui n’inspire ni de bons sentiments, ni de beaux souvenirs.

La spectaculaire visite du nouveau président français Nicolas Sarkozy, le 25 juillet 2007, dans la foulée du rocambolesque épilogue de l’affaire des six infirmières bulgares et du médecin d’origine palestinienne sera suivi au 4me trimestre 2007 par celle de Condoleeza Rice, première visite en Libye depuis 1953 du chef de la diplomatie américaine.

L’engouement occidental pour la Libye remet cependant d’actualité les singulières méthodes du dirigeant libyen et pose du même coup le problème de la pertinence de sa restauration politique du colonel, dont les turpitudes passées le rendent théoriquement passibles, selon les critères en vigueur, de la Justice Pénale internationale.

L’homme, qui célèbre le 1er septembre 2007, le 38me anniversaire de son coup de force contre la Dynastie Senoussi de Libye, est coutumier de l’effet de surprise et des procédés tortueux.

C’est ainsi qu’il mettra à profit un déplacement à l’étranger du vieux Roi Idriss Ier pour s’emparer du pouvoir, par un coup d’état, le 1er septembre 1969. Il mettra en pratique cette même méthode à l’encontre de ses opposants et épinglera sur son tableau de chasse de prestigieuses personnalités arabes, opérant en toute quiétude et en toute impunité tout au long de ses 38 ans de pouvoir.

Son palmarès en la matière, sans doute l’un des plus impressionnants au monde, soutient la comparaison avec les tyrans les plus redoutables de la planète. Menant une traque tous azimuts, il pourchassera aussi bien les figures de proue du chiisme, du communisme que du libéralisme, portant une responsabilité particulière, mais non exclusive, dans l’absence du pluralisme dans le Monde arabe.

Voici, à titre de rappel, certaines des plus illustres victimes de ses turpitudes :

En tête de liste figure notamment, le chef spirituel de la communauté chiite libanaise, l’Imam Moussa Sadr, mystérieusement disparu le 30 Août 1978, il y a 29 ans, alors qu’il effectuait une visite officielle en Libye, précisément à l’invitation du Colonel Kadhafi.

La disparition du chef charismatique de la communauté chiite libanaise, une communauté longtemps négligée par les pouvoirs publics libanais, qui se trouvait alors en pleine phase de renaissance trois ans après le début de la guerre civile libanaise, de surcroît en pleine montée en puissance de la Révolution islamique iranienne, a conduit à une radicalisation des Chiites Libanais et, au terme de nombreuses scissions, à la création du mouvement Hezbollah.

Le parquet militaire libanais a lancé le 5 Août 2007 un mandat d’arrêt, par défaut, pour un procès par contumace, à l’encontre de quinze personnalités libyennes qui pourraient être impliquées dans cette disparition.

Parmi les personnes recherchées figurent le Commandant Abdel Salam Jalloud, à l’époque N°2 du régime Libyen, Ali Abdel Salam Triki, à l’époque ministre des Affaires étrangères, le Commandant Wakil Al Roubeihy, Commandant de la police de Tripoli, M. Ahmad Chehata, chef du bureau de liaison des relations internationales au ministère des Affaires étrangères ainsi que M. Mahmoud Ould Dada, ambassadeur de Mauritanie en Libye.

Mansour Kikhiya, ancien ministre des Affaires étrangères de Libye et militant éminent des Droits Humains, a, quant à lui, « disparu », il y a dix sept ans, en décembre 1993, au Caire, où il a été vu pour la dernière fois. Tout comme Jaballah Matar et Izzat Youssef al Maqrif, deux personnalités de l’opposition libyenne qui ont « disparu », également au Caire, en mars 1990.

La Libye n’a jamais fourni la moindre information concernant ces quatre disparitions.

Source: http://oumma.com/