Francaisdefrance's Blog

13/02/2012

La supercherie de l’islamisme « modéré »… Certains en ont pris conscience.

Photo d’illustration

.

Beaucoup d’entre nous le pensent, le disent et sont « punis » pour ça…

Mais quand c’est un journal comme El Watan qui informe sur le sujet…

Nos idées concernant l’islam se renforcent. Vous pouvez devez faire suivre.

FDF

.

L’islamisme «modéré», une supercherie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

« Après d’autres contrées du monde, le vent du changement souffle sur notre région (tunisie) en emportant d’inamovibles despotes.

Mais, au final, les fruits furent cueillis par des malins, tapis dans l’ombre, spoliant les vrais acteurs des révoltes. Pour nous faire avaler la pilule, les bénéficiaires se présentent comme des islamistes «modérés» : l’issue de la  «Révolution du jasmin» est bien déroutante.Alors qu’au début de l’année 2011 le soulèvement des Tunisiens fut salué avec enthousiasme, aujourd’hui on est en droit de se poser quelques questions.

– Existe-t-il un islamisme «modéré» comparé à l’intégrisme salafiste ?
– L’islamisme est-il l’inévitable successeur des régimes autocratiques musulmans ?
– La théocratie est-elle compatible avec la démocratie ?

Le Printemps des peuples arabisés d’Afrique du Nord semble tourner en un rude hiver islamiste, à l’image de celui en vigueur dans les monarchies arabes du Golfe. Néanmoins, dès leur victoire, les heureux gagnants s’efforcent de montrer des visages apaisants, en jurant de respecter le jeu démocratique. Pour se donner bonne conscience, ils se comparent aux démocrates-chrétiens, en ayant comme mentor le Premier ministre turc. Mais ces promesses peuvent n’être que des ruses de guerre.
En effet, les islamistes tunisiens font profil bas, car ne disposant pas de rente pétrolière, ils sont minoritaires (41%) et dépourvus d’expérience dans la gestion d’un Etat, tandis que la durée du mandat à l’Assemblée constituante est limitée à un an. L’attitude de M. Ghannouchi est semblable à celle d’un loup caché sous la peau d’une brebis ayant emprunté le train de la Révolution en compagnie de deux naïfs agneaux. Le temps révélera qui aura dévoré l’autre, mais cela concerne le peuple tunisien.

Les sociaux-démocrates vivent sous des lois garantissant la séparation de la religion de la politique. Leur doctrine s’inspire peut-être de l’esprit du christianisme, mais pas de la lettre : aucun d’entre eux ne commence son discours par la formule rituelle  «Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit». Alors que le moindre speech des adeptes de l’islamisme politique débute par la formule : «Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux». A croire que ces individus représentaient Dieu et non leur parti ou que leur prose politicienne était des versets du Saint Coran. Quant au parti turc, l’AKP, il n’est pas encore un parti islamiste intégriste pour plusieurs raisons, entre autres le poids de l’armée qui l’a dissous à plusieurs reprises, la Constitution qui exige les 2/3 des voix pour être modifiée, les traditions héritées d’Atatürk, la demande d’adhésion à l’Union européenne.

Une fois ces obstacles surmontés (y compris le refus de l’UE), ce parti montrera son vrai visage en réactivant l’Empire islamiste ottoman. Ce rôle de leadership est déjà visible dans l’attitude de ces dirigeants envers les changements qui s’opèrent dans la région et même dans le conflit qui les oppose à la France, en devenant les «tuteurs» de l’Algérie (comme au temps des janissaires). L’islamisme «modéré» semble être une posture, en attendant la réunion des conditions pour l’application intégrale de la charia. Mais cette doctrine est-elle inévitable après l’écroulement des dictatures ?

En cas d’élections démocratiques dans nos pays, une bonne partie de la population opte pour un régime théocratique. Cela s’est vérifié en Algérie en 1990 et 1991 et confirmé récemment dans les pays voisins. En fait, c’est l’autoritarisme qui enfante l’islamisme, car tout débat politique contradictoire est proscrit. Seuls les prêches religieux sont permis et même encouragés lorsqu’ils servent le régime en place. Les adeptes de l’islamisme politique optent pour des associations religieuses pour créer leurs réseaux de relations et défendre discrètement leurs idées en attendant des jours meilleurs.

A l’ouverture du champ politique, ils sont prêts à créer leur parti en profitant de la logistique et de l’expérience associative, alors que la majorité de la population est prête à recevoir le discours religieux, auquel elle était déjà habituée. En revanche, «démocratie», «droits de l’homme», «justice sociale»,  «lutte des classes», etc. sont des termes étrangers, car ne faisant pas partie du vécu des populations ; le politicien auteur de ces propos sera perçu comme un être corrompu par l’Occident, alors que celui qui emploie un discours religieux aura un cachet d’authenticité et une respectabilité due aux personnes qui citent les textes sacrés. En cas de vote, le choix est vite fait…

A première vue, tout plaide pour les partis islamistes, mais en approfondissant le sujet, des insuffisances apparaissent :

1. Perversion de la religion qui est extirpée du domaine du désintéressement et du sacré et qui sera exposée dans le souk profane de la lutte pour le «koursi» (fauteuil). L’islamisme politique banalise l’Islam en le réduisant aux seules apparences : habillement, barbe, pastille sur le front, langage, etc. Cette pratique superficielle n’arrive même pas au premier palier de notre religion définie ainsi par les sages du soufisme : «Islam» (soumission à Dieu, le second étant la «Foi» et le dernier l’«Excellence»).

2. Sclérose de l’individu par l’inquisition religieuse qui l’empêche de s’épanouir en développant sa propre personnalité afin d’atteindre le stade de l’«Individuation», définie par le psychanalyste C. G. Jung (l’équivalent de l’«Excellence» par la voie du soufisme). Il se soumit en apparence à l’ordre régnant, alors qu’au fond de lui-même, il privilégie une réaction opposée. Pour l’exemple : de 1981 à fin 1982, l’auteur de ces lignes vécut dans la ville sainte de Médine, en Arabie. Dans ce royaume à régime théocratique, la religion était omniprésente, alors que la religiosité fut absente des cœurs de la majorité des autochtones. On constate le même phénomène dans notre pays : dans les années 60 et 70, l’Islam de nos ancêtres était très tolérant, alors que les vices furent rares ; aujourd’hui, l’Islam new look envahit toute la société, mais celle-ci est davantage pervertie (saleté, mensonge, traîtrise, ruse, vol, viols, corruption, hogra, etc.).

3. Morcellement des sociétés et des pays en privilégiant, ce qui divise au lieu d’encourager ce qui unit les êtres humains. Au sein d’un même peuple, l’intolérance commence avec l’aspect extérieur : s’il ne correspond pas à la norme en vigueur, le récalcitrant est rejeté, voir agressé et même éliminé, comme le furent, chez nous, certaines femmes pour des considérations vestimentaires ; bien évidemment, tous les partisans des autres religions sont considérés comme des mécréants bons pour rôtir en enfer : ce qui a pour effet d’encourager le fanatisme des victimes. L’extrémisme des sionistes est pour beaucoup dans le développement de l’intégrisme islamiste. Ce dernier ne risque-t-il pas de réveiller l’intolérance des chrétiens, voire des bouddhistes ?

Assurément, les seuls gagnants de la théocratie sont les politicards dépourvus d’idées, incapables de proposer des solutions viables afin de répondre aux défis qui se posent à leur société. Ils ne servent pas la religion, mais s’en servent pour accéder au pouvoir ou s’y maintenir. Toutefois, l’Islam politique est moins nocif pour un royaume (le monarque étant le «Commandeur des croyants», le «Gardien des lieux saints», etc.) que pour une République. Dans cette dernière, le bulletin de vote démocratique est un aller sans retour pour se rendre en théocratie : l’exemple iranien est là pour en témoigner. Une société régie par la religion est l’apanage des seuls prophètes : des êtres d’exception ayant un lien direct avec Dieu.

La théocratie est pour le commun des mortels une utilisation névrotique de la religion à des fins politiciennes : les islamistes dits «modérés» en font un emploi raisonné, calculé, leur mot d’ordre est «harb khidaâ» (le combat est traîtrise). Pour eux, tous les moyens sont bons pour arriver à leur but : c’est pour cela qu’on serait tenté de les appeler les «Frères hypocrites» ; les salafistes sont plus sincères en divulguant au préalable les règles du jeu : «démocratie kofr (impie), la mithaq, la doustour» (pas de charte, pas de Constitution), etc. Ils font un usage passionnel de la religion, croyant qu’eux sont parfaits alors que les autres sont des mécréants à redresser ou à exterminer. Ces comportements sont étrangers à nos traditions (rappelons que les maîtres à penser des premiers sont égyptiens, ceux des seconds saoudiens). Si les salafistes avaient consulté nos sages des zaouïas, ils auraient appris que l’être humain n’est jamais parfait, car la perfection n’est qu’une direction d’orientation, tandis que le vrai djihad consiste à combattre le «taghout» (le «nafç» ou ego) qui est en nous-mêmes. Après tout, nous ne sommes que des petits (ou des vieux) cons et des mortels ; seul Allah est vraiment Grand : Lui est parfait et éternel.

Pour préserver la pureté de la religion, il faut l’éloigner des jeux politiciens, comme stipulé dans notre Constitution de 1996, surtout que les islamistes ne favorisent pas la démocratie, car celle-ci est à l’opposé de la théocratie : les résolutions de la première émanent des recommandations (changeantes) du peuple, ici-maintenant ; celles de la seconde proviennent des textes sacrés (figés), révélés dans les temps anciens. La démocratie est avant tout un état d’esprit qui consiste à accepter l’avis d’autrui, même s’il est opposé au sien : c’est le début de l’«Individuation»  ou de l’«Excellence».

Dans nos pays sortis de la dictature, nous sommes tous, à des degrés divers, des despotes forgés par la pensée unique : chacun pense détenir la vérité. C’est ce qui explique la prolifération des partis politiques qui ne divergent guère par leurs propositions, mais par les egos de leurs chefs. En fait, nous sommes en apprentissage de la démocratie, un exercice utile afin de sortir du sous-développement mental occasionné par les régimes oppresseurs.

Le fleuve des révolutions des jeunes les plus évolués fut détourné par des éléments les plus rétrogrades de la société qui aspirent à un retour vers le lointain passé. Pour se donner quelque crédibilité, les gagnants se présentent en islamistes «modérés», alors que leur objectif caché est l’instauration de la théocratie. Cette dernière n’est qu’une dictature qui pervertit la religion et l’individu, tout en divisant la société et les pays. Les seuls gagnants de cette supercherie sont les politiciens dépourvus d’idées qui instrumentalisent les textes sacrés pour assouvir leur instinct de domination d’autrui. Pour les dissuader de concrétiser leur pathologie, il est préférable d’assigner l’utilisation de la religion aux seuls vrais religieux qui servent Dieu avec abnégation et sincérité. Quant à ceux qui veulent faire de la politique, qu’ils optent pour le jeu démocratique en divulguant leur programme pour assurer le développement de leur pays.         

Source: http://www.elwatan.com/

12/02/2011

La guerre a souvent tiré d’embarras bien des gouvernements…

Sacré V12…

FDF

.

Ils ont trouvé la solution à la crise : la guerre !

Un des lecteurs du blog cité en fin de texte, V12, a fait une lecture très intéressante, qui éclaire les dérives du capitalisme, et a souhaité nous en faire découvrir un passage intéressant, merci à lui. 

L’extrait est tiré de Le devoir de vérité, du Général Gallois, éditions du CERF, 2002 –

 

Le Général Gallois ne trouvant pas d’éditeur, ce livre a été publié sous la pression de feu l’ambassadeur Albert Chambon (qui a aussi rédigé la préface) qui a menacé l’éditeur (CERF) de lui enlever toutes ses publications s’il ne publiait pas cet ouvrage. Ce livre est désormais impossible à trouver et pour cause…

Voici donc cet extrait, pages 190 et 191 :
Adam Smith avait pressenti les déviations du libéralisme qu’il préconisait : « aucune économie de marché ne peut survivre au manque de souci des autres et à la limitation des appétits. » L’avertissement a été repris récemment par Alaln Greenspan : « l’économie dépend de manière critique de la confiance. La falsification  et la fraude détruisent le capitalisme et la liberté des marchés […] et, plus généralement, les fondements de notre société » (le monde 18 juillet 2002 page 13).
Aussi, la question se pose-t-elle : « Les capitalistes peuvent-ils détruire le capitalisme ? Ou encore le capitalisme survivra-t-il aux capitalistes ? A la
on estime qu’ « aux Etats-Unis le culte des actions disparaît. Les 80 millions d’actionnaires états-uniens ont perdu leurs illusions, ils ont le sentiment d’avoir été trompés ».
« C’est un échec de la démocratie américaine », a écrit B. Barber dans le Hérald Tribune (30 juillet 2002, page 9). « Le marché, élément fondamental selon R. Reagan et M. Thatcher, a créé le mythe du marché omnipotent. Le marché déréglementé est incapable de prévenir les crimes des entreprises… les consommateurs ne sont pas des citoyens et le marché ne peut exercer une souveraineté démocratique… le 11 septembre personne ne s’est tourné vers Bill Gates pour qu’il exerce un leadership national !
Certes, ce n’est pas la première crise financière qui secoue Wall Street et dont le monde entier subit les répercussions. Mais la primauté de l’économie sur la politique a affaibl l’Etat, si bien qu’il n’est plus en mesure de remédier aux excès du libéralisme économique ainsi qu’il pouvait le faire lors des crises précédentes.
La globalisation de l’économie et la déréglementation, aggravées par les privatisations, sont responsables de l’actuel chaos financier, économique, moral. La globalisation a décidé de la quête du gigantisme des entreprises, qu’elles soient industrielles, commerciales ou bancaires et l’effondrement d’une seule d’entre elles est déjà une catastrophe financière et humaine. La déréglementation et l’effacement de l’Etat conduisent au « laisser-aller – laisser-faire » qui permet la vénalité et la fraude. Quant aux privatisations elles dégagent la responsabilité du pouvoir politique au profit de l’intrêt privé. Et celui -ci s’exerce de plus en plus sans contrôle. Ajoutons que les techniques de communication à distance contribuent au désordre par la rapidité, la multiplicité et la mondialisation de la spéculation financière qu’elles autorisent.
Les Etats-Unis entendaient étendre au reste du monde leur modèle économique. Le voici discrédité. Et ce, au moment où l’invulnérabilité que leur accordaient leur position géographique et leur puissance est mise en question.
Le « trop d’Etat » généralement récusé depuis quelques décénnies, particulièrement en France, ne serait plus de circonstance. La gestion de l’entreprise privée s’est révélée bien plus discutable que celle des Etats (1). Sont profondément choquants les profits que s’attribuent les dirigeants indépendamment de la réussite ou de l’échec de leur gestion. La fonction publique au service de la collectivité s’exerce au moins aussi efficacement et à bien meilleur compte.
Inattendue est la situation créée par l’effondrement des marchés financiers. La dislocation de l’Union Soviétique et la répudiation quasi générale de l’économie planifiée telle qu’elle était pratiquée à Moscou n’avait laissé au monde qu’une option socio-économique : l’économie de marché, la libre entreprise, le libéralisme. Or, une décennie après son triomphe voici qu’à son tour le systême libéral vacille. Par ses excès, il s’est autodétruit. Et simultanément aussi la tentative de gouvernance économique mondiale des Etats-Unis, ceux-ci agissant par l’intermédiaire des organismes internationaux qu’ils contrôlent et qui sont généralement mis en accusation.
Dans le même temps, en Europe, la social-démocratie, en réalité variante atténuée du libéralisme, n’a plus les faveurs de l’électorat alors qu’elle aurait dû bénéficier de l’échec du libéralisme. Grand est donc le désarroi. Restent, apparemment impavides, les dictatures et les régimes politico-confessionnels musulmans. Triste perspectives, du moins à court terme.
Un recours est envisagé : la guerre. Elle a souvent tiré d’embarras bien des gouvernements.
1. En 1999, l’action d’AXA valait 119,4 euros. Le 24 juillet 2002, elle était cotée à 9,9 euros, de quoi réjouir l’actionnaire trop confiant
.

27/01/2011

Tunisie, Egypte, etc… Et si on avait essayé la démocratie?

Excellent billet, Lucien. Je transmets.

FDF

.

Depuis les « indépendances », dans les années 50-60, à l’époque du socialisme réel et du tiers mondisme tout puissant ces divers peuples d’Afrique du Nord et du Proche Orient ont cru en leurs dirigeants formés à l’école du communisme et de l’arabisme qui leur disaient que leur version de la modernité était bien supérieure au régime démocratique occidental.

Ce fut l’illusion, jusque dans les années 80 ; ainsi un Yasmina Khadra qui n’a pas de mots assez durs pour l’opposition en Algérie, a encore la nostalgie des années 70 alors que ce fut le pire moment pour ce pays qui subit la tyrannie d’un Boumedienne amenant avec lui l’islamisme pour mieux arabiser une population à qui l’on avait vendu dans les maquis le mythe d’un pays pluriel où même les juifs et les pieds noirs auraient leur place. A cette époque et jusqu’à la révolution khomeyniste en Iran (1979), ces peuples n’ont eu qu’une version édulcorée de la démocratie, ou, plutôt une version en pis du colonialisme d’après seconde guerre mondiale, c’est-à-dire le bourrage des urnes, la ségrégation politique, l’ordre religieux de plus en plus exigeant au fur et à mesure que le pouvoir militaire désormais au pouvoir lui donne des gages pour que les religieux tiennent la société civile pendant que les généraux « apolitiques » s’enrichissent en paix (salam).

Las de ces mensonges et manques certains ont été regardés du côté de l’Iran, du moins secrètement parce que l’on ne pactise pas avec les shiites, et comme le régime communiste semblait encore plus pernicieux que le régime démocratique, les peuples de ces pays se sont dits qu’après tout il fallait aller dans cette direction, d’autant que certains intellectuels de renom (Foucault) disaient que la révolution iranienne était l’avenir en ce qu’elle répondait aux insuffisances sociétales de la société occidentale.

Ce discours a toujours pignon sur rue. Il est fort. Et même se renforce malgré ce qui se passe en Tunisie, en Egypte, parce qu’il est déjà sur sa lancée et que la pente est très abrupte, impossible de freiner, surtout avec le boycott anti-israélien qui aujourd’hui emporte toute raison ; ce qui fait qu’en définitive il y a plus aujourd’hui de sympathisants de la cause islamiste, et palestinienne, en Europe que dans les pays concernés qui eux en ont fait le tour depuis qu’ils se sont aperçus que les islamistes (palestiniens compris) ne valaient guère mieux question libertés et développement.

Les Irakiens ont en fait l’expérience après les Algériens et les Afghans : interdire de jouer aux dominos et de fumer au café, interdire la danse dans les mariages, interdire jusqu’au sport, c’était aller trop loin dans la densification de l’énergie spirituelle qui ne doit être saisie que par et dans le djihad à ériger constamment c’est-à-dire en érection permanente (d’où l’impossibilité qu’il puisse croiser une femme). Aussi, et aussi surprenant soit-il, la version hard de l’islam a plus la côte dans les pays qui ne connaissent pas l’islam au pouvoir, même déformé par la dictature ploutocrate, que dans les pays qui le subissent et qui savent bien, l’exemple de l’Iran ne s’avérant décidément pas probant, que l’islam, même intégral, ne sera pas la solution mais à nouveau le problème. Or, visiblement, ces peuples n’aspirent pas à la guerre, même contre Israël. Ce qui énerve bien par exemple ce clown pour cirque de dernière catégorie qu’est le triste sire Kadhafi qui cherche à faire les yeux doux aux tunisiens après les avoir insultés.

Mais regardez ce qui se passe en France…

Suite et source: http://www.lucien-sa-oulahbib.info/

16/01/2011

Impressionnant: Oumma.com s’en prend aux dictatures arabes…

On a eu chaud; grâce aux présidentielles 2012…
C’est effectivement étonnant de la part de ce site qui va se mettre tout le Moyen-Orient à dos en publiant ce billet. Je dis bien TOUT le Moyen-Orient, car dans ces pays, la dictature sous toutes les formes est de mise. Comme dans les pays d’Afrique, d’ailleurs… Le monde musulman se réveillerait il à l’heure occidentale et civilisée? Personnellement, je n’y crois pas de trop… Trop beau pour être vrai. On a eu chaud de le récupérer (Ben Ali) en France, terre d’accueil de toute la délinquance de haut vol du monde. Mais on a tout de même eu sa famille, au dictateur tunisien. A un peu plus d’un an des présidentielles, c’eut été du plus mauvais goût d’accorder le statut de réfugié politique à cette plaie de l’humanité . Encore une preuve que Sarkö Ier vise un second mandat…
FDF
.
« Tunisie : L’heure sonne pour les dictatures arabes

Ben Ali quitte son pays et renonce à l’Europe pour éviter la prison. Un nouveau monde arabe se dessine. Nous devons une infinie reconnaissance aux Tunisiennes et aux Tunisiens, car ce qu’ils ont fait est un début.

mouammar-kadhafi

Un criminel corrompu en fuite

Où va se poser Ben Ali, sa coiffeuse et sa clique ? Sa place est devant un tribunal, qui dira ses crimes et le collera en taule pour quelques décennies. Ou qu’il aille, il sera recherché. Tous ses biens, acquis par la corruption et le sang versé, doivent être saisis. Le pays qui le planquera ne méritera que le mépris, et devra céder, tôt ou tard.

La nouvelle Tunisie

Après ces années de misère, le peuple tunisien doit se réinventer une histoire. Le pouvoir qui tiendra sera celui qui parviendra à réussir la fraternisation. Depuis des jours, la violence déferle, et la liste des civils tués par les armes est impressionante. Mais ce soir, nous avons tous vu des policiers embrasser les manifestants et des soldats saluer les cortèges. Une fois le salopard parti, tout redevient possible, même s’il faudra du temps, et une vraie liberté politique.

Le pays, ruiné économiquement, est à feu et à sang. Les rancœurs sont immenses, et la volonté de vengeance aussi. Comment ne pas le comprendre. Mais la misère économique ne va pas disparaitre par magie. Qui peut gérer la transition ? Comment ?

La France en dessous de tout

Tous, sans exception, ont loué la crapule Bel Ali. Droite et Gauche en osmose. Le dernier de la liste est notre Nicolas, venu il y a un an saluer son grand ami, avec ses « ministres » et une Rama Yade aux anges devant un pays si moderne. S’il le faut, on ressortira les articles de presse et les photos. Il y a moins d’une semaine, MAM proposait à Ben Ali l’assistance de la police française. Ce vendredi soir, le gouvernement déclarait qu’il refusait d’accueillir Ben Ali. Demain, toute honte bue, les mêmes salueront la Tunisie éternelle, et féliciteront cette transition. Ils ont minables et nuls. Une mention spéciale à Delanoë, qui ferait bien de la fermer par hygiène de la pensée.

Les islamistes…

Leur instrumentalisation a assis le pouvoir de Ben Ali. Sans eux, il aurait du céder la place et depuis belle lurette. Il était soit-disant le héros de la lutte contre l’islamisme, salué comme tel par le concert ectoplasmique des Européens. Et il s’est réfugié où l’ami Ben Ali ? En Europe ? Ou au plus prés de la source de son pouvoir pourri ?

Les dictatures arabes

Je ne fais pas la liste… A part le Maroc, sous la ferme autorité de son roi, quel pays arabe peut envisager de vraies élections ? Après l’Amérique du Sud et les pays de l’Est, l’heure sonne pour les dictatures arabes, et plus globalement, pour celles du monde musulman. Rien ne sera simple, mais la chute de ces dictateurs est écrite.

En désespoir de cause, ils s’inventent des gloires religieuses, espérant un répit, mais c’est leur dernière cartouche. Le pouvoir iranien a tenu de justesse face à la volonté de son peuple, en grande partie car les manœuvres des US et de l’Europe étaient trop visibles. Fichons la paix à ces peuples, refusons de proposer nos modèles pour imposer nos vues ! Considérons-les comme de vrais peuples appelés à la liberté.

Finalement, le soutien de la classe politique française unanime à Ben Ali a été une bonne chose : après les faux semblants, elle a commencé à vomir son colonialisme bien pensant. »

Source: http://oumma.com/