Francaisdefrance's Blog

02/11/2011

Nos lois républicaines sont « racistes ». Ben voyons…

Les muzz, vous nous pompez grave! Nous sommes en France! Vous êtes chez nous, en France. On vous demande de respecter nos lois, même si ce ne sont pas les vôtres. Car vos lois moyen-âgeuses, elles ne sont pas adaptées à notre République qui elle, vit en 2011. Alors, cessez de f….. le bordel chez nous!

Il vaut mieux pour vous de faire profil bas, car le peuple de France en a marre de vos provocations habituelles. Le peuple de France gronde. Il commence à bouger… Les Français ont du mal de démarrer; mais une fois que c’est parti… 1789, ça vous dis quelque-chose? Précision: ce n’est pas mentionné dans le coran…

Vous avez le choix; un seul choix… Vous intégrer ou bien dégager. Clair ou faut il que vous l’écrive en arabe ?

FDF

.

Tebr Jebli et Mahjoub :  4 MOIS DE PRISON et OBLIGATION DE FAIRE  (c’est à dire de RESPECTER NOS LOIS).

Ils refusent de respecter nos lois républicaines qu’ils jugent  « RACISTES »   et « CONTRAIRES AUX DROITS DE L’HOMME ».  C’est un comble!
Désormais  il  sont contraints par la justice de NOTRE pays.

« Tout cela, c’est la faute de la loi de 2005, qui interdit aux filles de porter le voile à l’école. C’est une loi raciste ».

ON NE PEUT PAS AVOIR LE BEURRE, L’ARGENT DU BEURRE, LE CREMIERE  ET LES ALLOCATIONS FAMILIALES AVEC  et  refuser de respecter NOS lois.

____________________________________________________________________________________________________________________

SOURCES :  http://www.laprovence.com/article/a-la-une/avignon-quatre-musulmanes-privees-decole-par-leurs-parents

http://www.bivouac-id.com/billets/avignon-quatre-musulmanes-privees-decole-par-leurs-parents/

http://www.neoprofs.org/t39626-avignon-quatre-musulmanes-privees-d-ecole-par-leurs-parents

http://www.nationspresse.info/?p=148758#more-148758

Avignon : quatre musulmanes privées d’école par leurs parents !

La loi interdit le port du voile islamique à l’école, ce qui a conduit ces parents à déscolariser leurs filles.

Cette maman de 45 ans a fait un choix : ses quatre filles, de 3à 16 ans, n’iront pas à l’école de la République. Ce qui est son choix le plus strict. Elle a décidé qu’elles recevraient une éducation par correspondance, complétée par ses soins. Ce qui est aussi, son droit. Et même si c’est pour des motifs religieux que Tebr Jebli a fait ce choix, en refusant que ses filles ôtent leur voile, c’est aussi son droit. Le souci qui a été évoqué hier, devant le tribunal correctionnel d’Avignon, c’est que l’enseignement dont ont bénéficié les fillettes « ne leur permet pas de devenir des citoyennes libres et épanouies« , a insisté la présidente, Mme Moulet. Bref, elles ont un niveau scolaire bien trop bas, ce qui a entraîné leurs parents Tebr et Mahjoub devant le tribunal, pour répondre du « refus d’inscrire un enfant dans un établissement d’enseignement, malgré une mise en demeure« , de l’inspection d’Académie.

Une « loi raciste »

Tout le problème est là : si on peut s’interroger sur la désocialisation d’enfants, dont l’aînée est devenue jeune fille, la question est leur niveau scolaire. Or, elles n’ont pas été scolarisées via un centre agréé (comme le Centre national d’enseignement à distance, Cned), mais un organisme belge. Et, visiblement, leur niveau « atteint à peine celui de CM1« , a précisé Mme Moulet. Plus grave, il semblerait que les enfants passent plus de temps devant « des séries américaines qu’à leur devoir« , dit encore l’instruction. Enfin, s’agissant de l’aînée, âgée de 16 ans et qui veut passer un CAP petite-enfance, elle n’a pas le brevet, n’est toujours pas inscrite et il n’est pas dit qu’elle aura le droit de garder le voile dans un centre de formation.

Les arguments n’ont pas semblé gêner les parents. Si Tebr, qui porte un long voile dégageant le visage, s’exprime peu, le père lui, a potassé la question : « Tout cela, c’est la faute de la loi de 2005, qui interdit aux filles de porter le voile à l’école. C’est une loi raciste« , n’hésite-t-il pas à dire. Et d’expliquer que l’évaluation des enfants déscolarisés ne doit pas se faire en fonction du niveau des autres enfants, mais de l’éducation reçue. Pas du goût du parquet, qui a fait remarquer que le choix de vivre en France (le père est natif du Maroc), se « fait en acceptant les droits et devoirs et parmi eux, l’obligation de scolariser ses enfants« . Et de rappeler le principe fondateur de la République qui est le respect de la laïcité : « Vous parlez d’un droit, moi je parle d’un devoir« .

Le père a tenté, une fois de plus, d’invoquer les droits de l’Homme.

En vain : il a été condamné, avec son épouse, à quatre mois de prison avec sursis et l’obligation de faire suivre aux enfants les cours du Cned.

Pour l’aînée, il est déjà trop tard.

Merci à JC JC…