Francaisdefrance's Blog

20/04/2011

Petit rappel au sujet des « artistes »…

Et voilà pourquoi les « sous-merdes » rappeurs continuent à cracher impunément sur la France… Ce sont des artistes… J’ai envie de vomir, soudainement…

Merci à celui qui m’a fait parvenir ces infos.

FDF

.

Pourquoi les « autorités » ne réagissent-elles pas face aux insultes contre la France proférées par certains rappeurs, dont les « oeuvres » sont en vente partout?
Voici la réponse du ministre  « (ir)responsable » de l’époque (M.A.M.)  que révèle la pièce jointe: ignominie
« Il s’agit d’oeuvres de fiction se réclamant d’un caractère artistique »!
La preuve officielle ici:
Donc, laissons faire ces « artistes »…

02/02/2011

Puisqu’on ne peut pas financer leurs mosquées, aidons les autrement…

Ca ne date pas d’aujourd’hui, cette info. Mais une petite piqûre de rappel me semble utile.

La Sécu n’est encore pas assez en déficit. Valérie Boyer, députée UMP, en rajoute; sans honte ni vergogne…

FDF

.

Valérie Boyer n’est pas un député lambda. Elle

est *secrétaire nationale de l’UMP chargée de la santé*. Elle exprime donc la

position officielle du parti de Nicolas Sarkozy. *Or elle souhaite que la

«circoncision rituelle» des enfants musulmans soit prise en charge par

l’assurance maladie*. Mais comme elle ne peut pas le demander ainsi, à cause

de la «laïcité», elle demande que l’on propose, à la naissance d’un enfant

mâle, *un «contrat d’assurance circoncision» (sic), avec une «participation

limitée» de l’assurance maladie*. Etant très fortement sous-entendu que la

«participation limitée» pourrait ensuite discrètement devenir un pur et

simple financement, puisque ce serait rendre justice aux musulmans qui

doivent faire circoncire leurs enfants et n’en ont souvent pas les moyens…

Pour faire «laïque», Valérie Boyer propose que le «groupe de réflexion» qui

s’attellerait à ce projet intègre les «associations d’usager». Les usagers

de la circoncision… […]

*Valérie Boyer, et derrière elle l’UMP, ne prend pas en compte le fait

qu’une telle mesure serait une introduction de la tradition musulmane dans

le droit français, et serait évidemment, et à juste titre, considérée comme

une avancée par ceux qui veulent voir établir la charia en France*. Mais il

est vrai que les maires UMP sont parmi ceux qui donnent des terrains et

financent les grandes mosquées, terrains qui deviennent territoires de

l »oumma…

Source: http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-30856QE.htm

03/01/2011

Un député appelle les « Français musulmans » à dénoncer des « massacres de masse ».

Qui ne dit rien consent… La « solidarité silencieuse » des musulmans dits « modérés » vaut approbation. Je crains que l’appel de Bernard Carayon ne soit qu’un coup d’épée dans l’eau…Il aura le mérite d’avoir au moins essayé.

FDF

.

Le député UMP Bernard Carayon a appelé dimanche « les Français musulmans » à dénoncer les « massacres de masse » contre les chrétiens d’Orient et à « ne plus offrir leur solidarité silencieuse à ces atrocités », au lendemain de l’attentat d’Alexandrie (Egypte).

Dans un communiqué intitulé « Face aux massacres de masse, stop aux communiqués émus et courtois des musulmans de France ! », l’élu du Tarn déplore que le Moyen Orient, « berceau du christianisme », soit « devenu son tombeau », rappelant que « l’établissement des chrétiens sur ces terres est antérieur à celui de l’islam ».

« Au nom de l’islam, des +soldats de Dieu+ organisent le massacre à petit feu des chrétiens d’Orient. Puisque les organisations musulmanes de France professent un islam modéré, qu’elles le prouvent et ne se contentent pas de communiqués de presse émus et courtois: qu’elles manifestent en masse contre la violence intégriste de leurs coreligionnaires », ajoute-t-il.

« Les Français musulmans ne peuvent plus offrir leur solidarité silencieuse à ces atrocités. Ils doivent exhorter les musulmans du monde entier à la même tolérance que celle dont ils bénéficient en France ! », souligne M. Carayon.

Dans la nuit du Nouvel An, un attentat a fait 21 morts devant une église copte d’Alexandrie.

Source: http://www.la-croix.com/

04/12/2010

Délinquance: un député UMP dénonce notre système de Justice de moins en moins efficace.

Depuis le temps que la police s’en plaint et que les victimes de la délinquance en ont assez de voir les agresseurs, voleurs, violeurs et meurtriers bénéficier d’un laxisme trop longtemps pratiqué… Il faudra bien un jour que justice soit faite; sérieusement…

FDF

.

Délinquance : la justice en accusation…

Le palais de justice de Saint-Gaudens.
Le palais de justice de Saint-Gaudens.

Combien de malfaiteurs ont été réellement sanctionnés par des tribunaux depuis 2002? Combien de personnes condamnées à un an de prison ferme ont-elles été effectivement placées sous écrou? En clair, la justice prend-elle comme il faut le relais de l’action policière? Depuis le début de l’année, Éric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes et rapporteur de la loi d’orientation pour la sécurité, bientôt débattue à l’Assemblée, a posé des dizaines de questions écrites à l’ancienne garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, afin de réaliser son propre audit du système pénal. Au cœur de cette analyse, la «réponse pénale», correspondant au nombre de malfaiteurs poursuivis devant les tribunaux ou faisant l’objet de mesures alternatives (rappel à la loi, travaux d’intérêt général…).

«Failles et incohérences»

Des 136 réponses qu’il a obtenues, et dont il livre la primeur au Figaro, il déduit que «la réponse pénale a connu une amélioration en trompe l’œil», pointant du doigt de multiples «failles» et «incohérences». Ce député, souvent reçu à l’Élysée, appelle de ses vœux «une grande loi d’orientation pour la justice» (voir interview ci-dessous), convaincu, dit-il, que «ce chantier sera une priorité pour le vainqueur de la prochaine présidentielle». Voici sur quoi il fonde son diagnostic.


Cliquez sur l’aperçu pour agrandir l’infographie.

Première surprise: alors que la Chancellerie annonce crânement avoir fait grimper le taux de réponse pénale depuis 2002 de «68% à 87%», l’on découvre que seules ont augmenté les réponses dites alternatives, comme les rappels à la loi, fort peu contraignants, ou les tentatives de réparation, de conciliation et autres rendez-vous dans les maisons de justice. Le taux d’affaires réellement poursuivies devant les tribunaux a même baissé depuis huit ans, passant de 46% en 2002 à 45% en 2009. Éric Ciotti constate d’autres évolutions surprenantes: le nombre de jugements correctionnels a, par exemple, baissé de 15% entre 2002 et 2009, le nombre de mises en examen de 13% et les mandats de dépôts de 16%. «Dans le même temps, le taux de comparution immédiate est passé de 10% à 8%», révèle-t-il. «C’est bien simple, s’exclame Bruno Beschizza, l’ancien patron du syndicat Synergie-Officiers aujourd’hui conseiller régional en Seine-Saint-Denis, un glissement sémantique s’est opéré: là où la justice parle de réponse pénale accrue, il s’agit en fait d’une augmentation des substituts aux sanctions, qui sont autant d’outils imaginés pour masquer la pénurie judiciaire.»…

Suite et source: http://tinyurl.com/3aoh8g5

01/11/2010

Marché halal: voici une lettre intéressante pour ceux qui ne savent pas…

Ils veulent des « certifications », les muzz?. Ben nous aussi! Exigeons une certification « non-halal ». C’est notre droit le plus strict!!!

En voila une appropriée et qui devrait  exister… Car celle-ci NOUS concerne, nous les souschiens. Voir plus bas…

FDF

Les souschiens ne veulent pas se nourrir de ça… Et c’est compréhensible.

Madame, monsieur le député,

Je tiens par la présente à attirer votre attention sur le développement du secteur halal dans notre pays, qui porte atteinte et à la liberté de conscience, au respect de la loi de 1905 et au respect dû aux animaux que nous ne devons pas faire souffrir inutilement.

En effet, l’animal abattu selon le rite musulman doit être saigné vivant et, pour être sûr qu’il soit vivant, il doit être conscient, ce qui l’amène à endurer une grande souffrance pendant les nombreuses minutes de l’agonie.

Par ailleurs, une taxe religieuse est perçue sur la viande ainsi obtenue et reversée à 3 mosquées : la grande mosquée de Paris, la mosquée de Lyon et la mosquée d’Evry, taxe qui représente des dizaines de millions d’euros- 8 à 10 centimes d’€ par kg selon Mohamed Moussaoui président du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman)- ce qui conduit tous ceux qui mangent halal, volontairement ou involontairement, à financer le culte musulman.

Enfin, 80% des ovins seraient égorgés en France sans étourdissement préalable, (49% selon le ministère de l’agriculture), et 2 animaux abattus rituellement sur 3 sont en fait consommés par l’ensemble des consommateurs car les bêtes se trouvent insérées dans le circuit classique. En effet, des abattoirs de plus en plus nombreux pratiquent l’abattage rituel musulman par souci de simplicité et de rentabilité, mettant ainsi dans le circuit “normal” des boucheries et supermarchés de la viande halal que chacun achète sans le savoir, participant ainsi à son insu à un massacre indigne et au financement de mosquées. Qui plus est, manger cette viande assimile les consommateurs à des musulmans malgré eux puisqu’ils participent au rite sacrificiel, ce qui est interdit pour les juifs et les chrétiens et inconcevable pour les athées. C’est comme si l’on obligeait la population française tout entière à participer à l’eucharistie des chrétiens…

Pour toutes ces raisons, je vous demande instamment d’intervenir de trois façons différentes.

D’abord je vous remercie de bien vouloir joindre vos efforts à ceux du sénateur Nicolas About qui vient de déposer une proposition de loi visant à limiter la production de viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement aux strictes nécessités prévues par la réglementation européenne.
http://www.senat.fr/leg/ppl09-711.html

Ensuite, je vous prie de bien vouloir œuvrer au sein du Parlement pour que la viande halal soit marquée et ne puisse être vendue au consommateur à l’insu de celui-ci. Il faudrait une certification que l’on pourrait appeler E.A.M. (étourdissement avant mise à mort) pour toute viande non halal.

Enfin, je ne doute pas que vous vous joindrez à tous ceux qui voudraient que la France rejoigne le bord des nations comme la Norvège, la Suisse ou la Suède qui disent non à la souffrance des animaux et interdisent tout abattage cultuel.

Avec mes remerciements anticipés, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur le Député, l’expression de mes salutations respectueuses.

Source: Paturage

06/10/2010

Tapie bouffe vraiment à tous les rateliers…

C’est ce qu’affirme le président du Front National est vrai, et il n’y aurait rien d’étonnant sur cette info, Tapie conforte sa réputation  de requin assoiffé de fric et de pouvoir (l’un ne va pas sans l’autre…)… Sans scrupules, Tapie, sans scrupules… Preuve en est encore ces millions d’euros qu’il a réclamé à l’Etat et que l’Etat (nous, en fait) lui a allègrement donné.  Cette période de récession ne l’est pas pour tout le monde… Fric, mensonges et foutages de gueule…

FDF

.

Le Pen assure avoir rencontré Tapie en 1993, l’homme d’affaires dément

Le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, assure que l’homme d’affaires Bernard Tapie est venu le voir secrètement en 1993 pour tenter d’obtenir une intervention qui favoriserait son élection comme député. Interrogé dans Le Parisien/Aujourd’hui en France de mercredi sur les affirmations du livre Le Testament du diable du journaliste Azzeddine Ahmed-Chaouch, le fondateur du parti d’extrême droite les confirme, tout en en relativisant la portée. « C’est vrai, Bernard Tapie est venu chez moi à Montretout, en mars 1993, pendant les législatives, pour discuter de l’entre-deux-tours qui se tenait dans la circonscription de Gardanne, où il était candidat », explique Jean-Marie Le Pen.Le second tour des élections législatives donnait alors lieu à une triangulaire entre Bernard Tapie, un candidat RPR et un Front national. « Tapie m’a demandé de maintenir mon candidat pour faire barrage au candidat de la droite. Mais je conteste l’expression accord secret employée dans le livre. Il n’y a pas eu d’accord, pour la simple et bonne raison que nous avions décidé de maintenir nos candidats partout », ajoute Jean-Marie Le Pen. Le président du FN dit se souvenir du « culot » de Bernard Tapie et de « beaucoup de décontraction ».

Bernard Tapie, revenu dans l’actualité à la faveur des 220 millions d’euros perçus de l’État, selon la commission des Finances de l’Assemblée, en règlement du litige Adidas, conteste l’existence de cette rencontre. « Moi chez Jean-Marie Le Pen ? Et pourquoi pas prendre l’apéro avec lui pendant qu’on y est ! Jamais je n’ai été à son domicile », a réagi l’homme d’affaires dans les pages du Parisien, ajoutant : « C’est un mensonge total, car j’ai toujours été un adversaire acharné de l’extrême droite. »

Source: http://tinyurl.com/39mtdfm

02/09/2010

Et pan dans la tronche !

Ca au moins, c’est envoyé…

FDF

.

Commission des
Finances,
de l’Economie générale
et du contrôle
budgétaire
BERNARD CARAYON
Député du Tarn
Président de la
Commission des
Immunités
Maire de Lavaur
REPUBLIQUE FRANCAISE
LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE

Le 28 août 2010
Lettre ouverte A Mgr le Gall, Archevêque de Toulouse, « Après les Juifs, les
Roms » cf. La dépêche du samedi 28 août 2010

Monseigneur,
Je m’adresse à vous en catholique blessé et en élu outragé.
Vous êtes en charge des âmes, votre mission vous confère, au moins pour ceux qui croient
au Ciel, une autorité morale singulière. Je n’ai que la légitimité que m’ont donnée mes
concitoyens pour les représenter ; et je n’ai ni le tempérament, ni la volonté de les trahir. Je crains
en revanche que vous ayez outrepassé les devoirs de votre charge. Celle-ci vous commande de
respecter l’ordre juridique de votre pays où nos relations sont régies par la Séparation de l’Eglise
et de l’Etat. La loi de 1905, conçue dans la guerre des esprits, est devenue la garantie des choix
intimes et spirituels, mais aussi d’une paix sociale, toujours fragile.
Rendez à César ce qui est à César, comme je rends a Dieu ce qui est à Dieu.
Nul ne contestera le droit des Eglises à rappeler et enseigner des principes : rien ne les
autorise, en revanche, à outrager, à blesser, à injurier. Vous assimilez le sort des Roms à celui des
juifs : l’opinion publique assimilera le gouvernement et les fonctionnaires de l’Etat à une
organisation nazie. C’est inacceptable. D’autant que, ce faisant, vous contribuez à une effroyable
banalisation des martyrs de la Shoah. Vous n’êtes pas le Cardinal Saliège, votre illustre
prédécesseur, qui s’était élevé, sous l’Occupation, contre le nazisme. Vous vivez, dans le pays le
plus protecteur au monde des droits de l’Homme, inspirateur de la Déclaration Universelle de
1948. Nulle part ici de milice, d’élu imposé par le Pouvoir, ni de risque pour votre vie.
Parlons plutôt des Roms avec sérénité et sans démagogie. Observons ensemble qu’ils ont
choisi de s’exclure de la vie sociale de leur propre pays, la Roumanie. Condamnez-vous ce pays
qui s’accommode de ce mode d’existence quand il n’organise par leur exil ? Reconnaissons
ensemble que l’Union Européenne a des responsabilités politiques et des moyens financiers pour
favoriser leur intégration dans leur pays d’origine. Condamnez-vous l’hypocrisie de ses
institutions qui se dérobent à leurs responsabilités et les transfèrent, ensuite, tout en les critiquant,
vers les Etats membres ?
Admettons ensemble que l’ONU n’a pas la compétence des politiques d’immigration, en lieu et
place des Etats souverains : condamnez-vous les rodomontades insultantes des représentants
lybiens et turcs de sa commission des droits de l’homme qui se gardent bien de s’ingérer dans les
affaires intérieures de leur propre pays ?
Votre charge vous a conduit à rencontrer des élus et des fonctionnaires de tous bords, du
moins je l’espère. Ne les avez-vous pas entendus quand ils vous décrivaient ceux qui, parmi les
Roms, s’attaquent aux plus vulnérables de notre population, personnes âgées ou handicapées,
ceux qui dissimulent leur identité pour se soustraire à nos procédures administratives ou aux
sanctions d’une autorité judiciaire indépendante, ceux qui refusent de s’intégrer à la société, ceux
qui ne font aucun effort pour parler notre langue ? Encouragez-vous ceux des Roms qui quittent
notre pays, aidés d’une « prime au retour », à revenir clandestinement en France ?
Monseigneur, c’est aussi l’argent des pauvres qui est ainsi détourné : cela vous laisse-t-il
indifférent ?
Vos propos vous permettent de rejoindre le cortège de chanteurs millionnaires et
d’écrivains, fils spirituels de Sartre et de Beauvoir qui font la guerre à la terrasse du Café de Flore,
à Paris. Je ne trouve pas dans ce camp beaucoup d’amoureux de notre pays et de son peuple, pas
plus d’orfèvres de notre droit, ni même de brebis égarées, qu’en bon pasteur vous chercheriez à
retrouver.
« Le courage, disait Jean Jaurès, c’est de chercher la Vérité et de la dire ». Jaurès, issu
d’une famille chrétienne – il récitait en latin la Prière des agonisants sur le cercueil de sa mère –
formé à l’Ecole Normale Supérieure par le Républicain Lucien Herr, savait, lui, ce que les mots
veulent dire et combien ils sont aussi, comme le disait à son tour André Breton, des « pistolets
chargés ». Mais le courage aujourd’hui n’est pas seulement de parler : il est d’agir, comme le fait
notre Président de la République, il est d’affranchir de la vie publique les tabous que l’on a
exorcisés depuis longtemps de la vie intime.
Le courage, Monseigneur, serait aussi pour vous de parler des Chrétiens d’Orient et d’Asie
que l’on massacre dans le silence des bonnes âmes. Le courage, serait de dénoncer les
gouvernements qui, au nom de l’Islam, rasent les cimetières chrétiens et jusqu’au souvenir de
leurs pauvres âmes. Le courage serait aussi de condamner les gouvernements qui maltraitent les
femmes et ignorent systématiquement les droits de l’Homme. Le courage, voyez-vous
Monseigneur, est une vertu « cardinale », à l’instar de la tempérance et de la justice.
Je forme le voeu que vous en retrouviez le chemin et que vous jugiez, précisément, avec
tempérance et justice, ceux qu’un peuple souverain a désignés pour agir et non pas seulement pour
« dire leur vérité », comme je le fais à votre égard.
Bernard Carayon,
Député de la Nation