Francaisdefrance's Blog

26/07/2011

A l’honneur ce jour…

… Bernard Carayon !

.

Et on applaudit des deux mains! En effet, pourquoi continuer à engraisser cette association qui affiche depuis longtemps son esprit anti-républicain, son mépris des français de souche ainsi que son attitude cherchant à profiter de la moindre « faille » pour faire valoir sa haine du « blanc »?

Chapeau bas; monsieur Carayon! Et nous vous souhaitons une bonne réussite dans votre entreprise. Nous allons suivre ça de près; de très près…

FDF

Bernard Carayon demande l’arrêt des subventions au MRAP

 Le député UMP Bernard Carayon, membre de la Droite populaire, a demandé à l’Etat de ne plus subventionner le Mrap qui a mis en cause « les partis populistes et les extrêmes droites » européens dans le carnage qui a fait 93 morts en Norvège. Le « Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) »:

« fait preuve d’un mépris scandaleux à l’égard des élus de la Nation et du peuple français qui les a choisis pour le représenter ».

« Il est temps que l’Etat cesse de subventionner une organisation aussi éloignée des valeurs de la République« .

Pour lui, le mouvement « issu historiquement d’un parti communiste qui ne s’est jamais repenti des 100 millions de victimes de son idéologie totalitaire« , en « utilise les mêmes méthodes: exploitation de l’horreur, dénonciation, amalgame« .

« Il est animé de la même idéologie de haine qui le conduit, une fois encore, à vouloir tuer médiatiquement ceux qui ne partagent pas son dogmatisme ».

De son côté, Marine Le Pen a dénoncé :

« Une énième fois, le MRAP récupère un événement terriblement douloureux pour tenter de créer la confusion dans les esprits et faire progresser son combat militant. En agissant ainsi, le MRAP se déconsidère totalement, et montre qu’il est prêt à toutes les bassesses pour essayer de traîner dans la boue ses ennemis politiques, quitte à n’avoir même pas la décence de respecter la douleur des familles des victimes. »

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/

11/06/2011

France. Vous dénoncez: l’Etat vous paye ! En gros, c’est ça…

Innommable! On se croirait revenus aux heures sombres de notre Histoire quand la Gestapo favorisait la délation et la dénonciation… Je ne pensais pas qu’un jour on en arriverait à nouveau là. Eh bien si… Et si on dénonce le racisme anti-blanc, on a droit à quelque-chose?

Honteux !

FDF

.

Lu sur saphirnews.com:

La lutte contre l’islamophobie reconnue d’intérêt général

Soutenir financièrement le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) donne droit désormais à une réduction d’impôts à hauteur de 66 %, a-t-on appris mercredi 8 juin.

Le CCIF rejoint des associations et des fondations telles que la Ligue nationale contre le cancer, l’Institut Pasteur ou encore le Sidaction qui permettent cette avantage fiscale.

Le CCIF, fondé en 2004, vient en effet d’être reconnue d’intérêt général par les autorités. A ce titre, l’association pourra délivrer des reçus fiscaux aux donateurs afin qu’ils puissent obtenir une déduction fiscale.

« Un don de 90 euros ne vous reviendra ainsi qu’à 30 euros », indique le CCIF sur son site internet, incitant les sympathisants – musulmans ou non – à leur cause à la générosité. Le nombre d’adhésions grimpera sans doute bien plus vite grâce à cette reconnaissance publique.

18/11/2010

Quand un journaliste « balance » une association caritative !

Pas de quoi se glorifier, non?

FDF

.

COMMUNIQUE DE L’ASSOCIATION SOLIDARITE DES FRANÇAIS (SDF)
www.association-sdf.com
17 novembre 2010
.
Vincent MONGAILLARD, c’est le nom du journaliste qui a « balancé »
Solidarité Des Français dans les colonnes du Parisien en titrant : « Cette soupe
populaire est illégale » ; son seul argument : le Conseil d’Etat l’a interdite en juin
2007.. ; sa méthode : se déguiser en SDF, venir « incognito » à unedistribution (vive le courage journalistique !), prendre des photos en douce, manger avec eux le temps d’une soirée (eh oui !), pour baver ensuite et
appeler la Préfecture à la rescousse.. ; sa trahison : transformer un entretien
téléphonique avec Odile BONNIVARD, porte parole et animatrice de l’association,
en un vulgaire article à sensation (un Droit de réponse a été réclamé)…
-Décembre 2003 : premières distributions de soupes au cochon aux SDF
parisiens
-Juin 2007 : après des années de menaces et harcèlements policiers et
judiciaires, le Conseil d’Etat interdit les distributions de « soupe au
cochon» : elles seraient discriminatoires et génératrices de troubles à l’ordre
public (sic). Fallacieux arguments vigoureusement réfutés par Solidarité Des
Français.
Objectif unique pour les bénévoles, désormais : tenir et durer auprès des
plus démunis des leurs.
Mission accomplie : les distributions ont continué. Seules concessions en
accord tacite avec la Préfecture de Paris : l’informer par FAX de chaque
distribution, parler de soupes populaires et non plus de soupes au cochon, appellation
jugée trop provocante (pauvre France !) et proposer d’autres aliments que du porc,
ce qui a toujours été fait, contrairement aux QUICK, qui ne proposent que du
halal et ne laissent aucun choix)…
Depuis plus de trois ans, tout va bien. Le site de l’association – association-sdf.com – relate en détail chaque distribution. Les bénéficiaires sont, hélas, de plus en plus nombreux. Les bénévoles et soutiens aussi,
heureusement. Chacun n’aspire qu’à profiter encore longtemps de ces dîners en
plein air.
A l’approche du froid hivernal, la dénonciation de M. MONTGAILLARD est particulièrement provocante, basse et méprisable. Des bien-logés, bien chauffés, bien nourris et bien payés qui crient au loup (au cochon ?!) et alertent les autorités pour empêcher des distributions gratuites de repas chauds, consistants, économiques et de pure tradition européenne au nom d’un prétendu humanisme, voila où est l’intolérance et la cruauté.
Solidarité Des Français, revendiquant sept années d’actions caritatives tranquilles (ni bagarres, ni bousculades entre bénévoles et bénéficiaires, ambiance familiale), en appelle au simple bon sens des autorités : laissez les aider ceux qui en ont besoin !
Dans le cas où la Préfecture reprendrait ses honteuses percutions contre Solidarité des Français, les sans-abris et malheureux habitués, remercient par avance M. MONTGAILLARD et ses complices, de les priver de ces dîners et distributions d’affaires et leur souhaitent un bon hiver au chaud.
La prochaine soupe populaire  aura lieu le lundi 29 novembre, même heure, même
lieu, même esprit.
Comme à l’accoutumée, un FAX a été envoyé 15 jours avant à la Préfecture de Paris pour l’informer de cette distribution.
Source: www.association-sdf.com

10/10/2010

HADOPI: on veut pister, traquer, éliminer: ça se monnaie… Bravo à Free !

Ils sont moins cons, chez Free: ils dealent les transactions. Normal, la délation, ça se rémunère…

FDF

.

Free et Hadopi, une épreuve de force.

À la fin de la semaine dernière, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) a envoyé ses premiers e-mails d’avertissement aux « pirates » qui téléchargent illégalement. Numéricable et Bouygues Télécom ont été les premiers fournisseurs d’accès à Internet à les adresser à leurs clients. SFR et Orange ont suivi. Mais Free, l’opérateur fondé par Xavier Niel (l’un des trois repreneurs du Monde), hostile à la loi Hadopi, s’est refusé à les imiter

Que préconise la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet ?

Pour lutter contre le téléchargement illégal et conformément à la loi Hadopi, il est demandé à tous les fournisseurs d’accès à Internet (Numéricable, Bouygues Télécom, SFR, Orange et Free) d’envoyer un mail d’avertissement aux internautes pris en flagrant délit de « piratage », pour le compte de la Haute Autorité.

Ce mail est ainsi rédigé : « Votre accès Internet a été utilisé pour commettre des faits qui peuvent constituer une infraction pénale. » En cas de récidive, le « pirate » recevra une lettre recommandée avant d’être sanctionné. La Hadopi attend aussi des fournisseurs d’accès qu’ils lui transmettent les adresses de leurs clients suspectés de piratage.

Quelle est l’attitude de Free ?

Contrairement à tous les autres fournisseurs d’accès à Internet, Free refuse de diffuser auprès de ses abonnés le courriel d’avertissement pour le compte de la Hadopi. « Les autres ont décidé de collaborer, nous nous contenterons juste de respecter la loi », a expliqué une porte-parole de Free, mardi 5 octobre.

Elle invoque le respect de la confidentialité des « données personnelles ». Free dit avoir proposé « le principe d’un conventionnement, dans le courant de l’été, au ministère de la culture et à la Hadopi », dans le but « d’encadrer les échanges portant sur des données personnelles au sujet desquelles la Commission nationale de l’informatique et des libertés porte une attention particulière ».

Mais, poursuit l’opérateur, il n’a eu, à ce jour, aucun retour. Or, constate la directrice de la communication de Free, la « loi est très claire, une convention doit être signée avec l’État pour sécuriser les données personnelles de nos clients ». Convention qui à ce jour, effectivement, n’a pas été signée.

Par ailleurs, Free renâcle pour transmettre à la Hadopi les adresses de ses clients suspectés de piratage. Au lieu les envoyer par voie électronique (comme ses concurrents), il a choisi de les imprimer pour les envoyer par la poste. Une procédure qui ralentit et complique le travail de la Haute Autorité.

Quelle est la réponse d’Hadopi ?

Mardi 5 octobre, au cours d’une conférence de presse, la présidente de la Hadopi, Marie-Françoise Marais, n’a pas exactement répondu aux objections de Free.

Elle a souligné que la position actuelle du fournisseur « va porter atteinte aux droits de ses abonnés. En ne recevant pas le premier mail d’avertissement, ils n’auront pas l’information à laquelle ils pourraient prétendre, ce qui pourrait être fort désagréable pour eux ».

Quelles sont les motivations de Free ?

Free est connu pour son non-conformisme dans le monde des télécoms. C’est lui qui en 2002 avait cassé les prix du secteur, en lançant le premier une offre tri-play à travers sa Freebox : Web, téléphone, télévision sur ADSL pour 29,90 € pas mois.

En refusant pour l’heure de se plier aux demandes de la Hadopi, il s’offre une formidable publicité et apparaît auprès des « pirates » comme le plus indépendant des fournisseurs d’accès à Internet.

Source: http://tinyurl.com/2w9bbtj

Lire aussi: http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/hadopi/actualite-371500-hadopi-free-65-centimes-abonne.html

06/10/2010

Une nouveauté en France: le délit de blasphème…

Et pourtant, notre code pénal n’est pas affilié à une République religieuse, à ce que je sache ? Et pourtant La préférence non-nationale fait encore ses misérables preuves. Un muzz est outré et c’est toute la Nation qui se trouve sous l’épée d’un régime autoritaire. Mais où est la France? Notre France.

Je suis certain que si un muzz avait fait pire (brûler une bible en public, par exemple) « ON » n’aurait pas médiatisé à l’extrême comme dans ce cas et provoqué une mini-révolution. N’ai-je pas raison?

Et puis, le type en question n’a fait qu’uriner sur le coran. Il aurait pu vomir dessus; comme en rêvent beaucoup de « résistants »… A une certaine époque, la résistance était punie sévèrement. C’était à l’époque où l’on redoutait d’entendre des bruits de bottes dans nos rues envahies. Aujourd’hui, on tremble à l’idée d’entendre le bruit des babouches…

FDF

.

Strasbourg : va-t-on réintroduire le délit de blasphème parce qu’un homme a uriné sur le Coran ?


Ce week end, un fait divers a eu lieu, comme il s’en déroule tant, sauf que celui-ci est un peu particulier :

http://www.lalsace.fr/fr/permalien/article/3911091/Interpelle-pour-avoir-brule-le-Coran-sur-internet.html

Je résume brièvement : un homme, pour une raison indéterminée, se décide à arracher des pages du coran, le gribouiller, pour finir par le brûler et uriner dessus. Un internaute, outré, connaissant la personne, va le dénoncer et donner son numéro de téléphone. Ce qui va permettre au délégué général de la grande mosquée de Strasbourg de contacter l’homme en question, et, évidemment, de porter plainte.

Analysons ce fait totalement banal. Banal parce que idiot : il existe des centaines de milliers, que dis-je, des millions de vidéos où des personnes effectuent des actes stupides, s’auto-brûler leur arrière train, vouloir casser un cd avec sa tête, frimer avec son vélo avant de tomber face devant, mixer un ipod, etc, etc.

Car, oui, j’estime que cet acte est idiot, je ne vois pas bien l’intérêt de brûler un livre, quel qu’il soit, cela ne fait avancer en rien le débat, autant expliquer pourquoi nous ne sommes pas d’accord avec le livre, en démontant, si il le faut, page après page, ses théories ; mais il est vrai que cela prend du temps et du travail. Ceci dit, au final, nous aurions quelque chose de bien plus constructif.

Mais dans ce cas précis, l’homme a été interpellé, ce qui est très grave, pour plusieurs raisons.

En premier lieu, revenons en arrière. Souvenez vous, en juin 2008. Un tollé médiatique s’était soulevé suite à une dénonciation d’un sans papier (http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/06/27/une-assistante-sociale-denonce-un-senegalais-sans-papiers-a-la-police_1063658_3224.html ), ou des questions de secret professionnels, de citoyennetés, puis, forcément, des « heures sombres de la France », de la gestapo, ont été mis en avant, parce que, pour les bien pensants de la première heure, la personne n’avait aucun devoir de dénoncer cette personne.

Dans le cas précis, nous revoici face à une dénonciation, découlant d’une personne simplement outrée. A cette personne, je lui conseille de fermer à jamais son navigateur internet, parce que des vidéos outrantes, et ce, dans tout les domaines, il en existe des millions.

Sauf que la, personne n’a dit un seul mot sur cette dénonciation grotesque, tout les esprits étant tournés vers l’acte en lui-même, et non son dénonciateur.

En second lieu, l’acte du délégué général de la grande mosquée : comment peut-il se permettre d’appeler cet homme ? Je crains que ce n’est que du vent pour tenter de nous faire croire l’ouverture d’esprit de la personne : s’il l’appelle, c’est qu’il veut régler cette histoire de manière cordiale ? Que nenni, il portera quand même plainte. Alors, quelle était l’utilité de se permettre de l’appeler ? Encore une fois, ils se permettent de prendre la place de la justice et donnent des leçons….

« J’étais surpris par sa réaction. Pour lui, cela semblait tout à fait normal. Il semble être dans la provocation sans se rendre compte de la gravité de ses actes. »

Mais, monsieur, cet acte est en effet tout à fait normal. Stupide, oui, certainement. Mais aucunement condamnable, et je vais vous expliquer pourquoi.

Contrairement à ce que prétend le procureur de la république Gilles Delorme, brûler un coran n’est pas une « incitation ou provocation à la haine raciale ».

En premier lieu, rappelons que l’islam n’est pas une race : il y’a des musulmans en France, en Russie, en Algérie, etc. Comment peut-on encore parler de haine raciale dans ce cas ? Cet argument est quasiment toujours utilisé, nous nous devons de le remettre à sa place : le mensonge.

De plus, comment, en brulant un livre, peut-on parler de haine raciale ? En brûlant un livre, cela démontre notre mépris pour sa thèse, sa prose, ses idées. En aucun cas, on ne brûle les personnes qui y adhèrent. Par contre, brûler le drapeau français ou américain, ou se torcher avec, c’est non seulement brûler toutes les valeurs du pays, mais aussi toutes les personnes qui ont adherés à ce pays. Et pourtant, à ma connaissance, à part l’affaire du concours fnac, jamais personne n’a été condamné pour cela, alors même qu’une loi existe en ce sens.

Seulement, pour les musulmans, le coran a un caractère sacré, et c’est pourquoi, au niveau de l’Onu mais aussi en France, ils tentent de remettre au goût du jour le délit de blasphème. Blasphème, qui, en passant, « comme le rappelle l’Encyclopédie catholique, le blasphème ne concerne que le domaine de la religion » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Blasph%C3%A8me ), ce qui signifie, que le terme même de blasphème n’a aucune valeur dans une république laïque, parce que la religion est une affaire privée..

Pour les musulmans, porter atteinte au coran est plus grave qu’attenter à une vie non musulman. Il existe des milliers de preuves qui vont en ce sens : lors de chaque massacre perpétrés par des islamiques le revendiquant, pas une seule structure musulmane n’a jamais condamné quoi que ce soit, pas une seule, jamais..

Par contre, dès qu’on parle en mal du coran, pour quelque raison que ce soit, même si on ne fait que de le menacer sans en faire acte (cf l’histoire du pasteur qui voulait le brûler), là, nous retrouvons des millions de musulmans, de par le monde, qui débarquent dans les rues pour protester, le visage haineux, contre l’Occident en général, menaçant de mort toute entorse à leurs règles.

Cette histoire prouve, une fois de plus, que pour les musulmans, la vie d’un homme ne vaut strictement rien par rapport au coran. La loi des hommes, et ils le disent de plus en plus ouvertement, ne vaut rien face à celle du Dieu. Mais cela signifie, au final, que la vie des hommes ne vaut rien. Et leurs actions, protestations, leurs paroles, tout va en ce sens. Au sens contraire aux droits les plus fondamentaux qui ont été mis en place après des siècles d’Histoire, alors même que la leur s’est arrêté au VIIè siècle…

Le problème, c’est que, petit à petit, le poison de leur pensée s’insère dans notre propre mode de pensée, à force d’en parler partout, et déjà, nous voyons des procureurs de la république avoir des pensées et des paroles allant dans ce sens : « incitation ou provocation à la haine raciale ».

Seulement, ce discours sera rapidement remplacé par le délit de blasphème, alors même que ces notions n’ont rien en commun. C’est le nivellement par le bas de la pensée, le retour de la pensée des mœurs qui fait tant de mal dans les pays musulmans, qui osent porter le nom de « police », alors même que leur but, ce n’est pas le maintien de l’ordre public (la définition du mot), mais bien le maintien de l’ordre religieux…


Source: http://www.ripostelaique.com/Strasbourg-va-t-on-reintroduire-le.html