Francaisdefrance's Blog

09/10/2011

Scoop: accord confidentiel Union Européenne/Turquie vers l’entrée dans l’UE !

Et encore une fois, on se fait avoir!!! C’est la démocratie, ça. C’est comme le référendum pour ou contre la Constitution Européenne.

On a consulté le peuple pour la forme mais on n’a pas tenu compte de son avis.

Et maintenant, on magouille pour faire entrer discrètement la Turquie dans l’UE. Sans demander l’avis aux européens, bien sûr; lesquels, selon de récents sondages, sont contre…

Mais attention. A forcer de prendre les gens pour des cons…

A savoir que l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne reviendrait à peupler l’Europe de 70 millions de musulmans supplémentaires en une seule fois! L’estocade, quoi… Ceci nous donne à réfléchir.

FDF

.

Mercredi 28 septembre 2011, le Ministre turc des affaires étrangères a fait savoir, dans un communiqué (reproduit intégralement en fin d’article) destiné aux membres du Parlement Européen, et que la plupart des grands médias ont « oublié de mentionner », (alors que les Européens sont largement hostiles à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne), que la Turquie et le Ministre Européen Egemen Bagis ont signé un accord fondamental qui ouvre une nouvelle étape dans les négociations.
Selon l’accord, « les bureaucrates turcs vont dorénavant participer, avec les Eurocrates, à l’établissement des règlements et l’implantation de la politique Européenne ». Le communiqué précise qu’ « il s’agit d’une étape essentielle dans les relations entre la Turquie et l’Union Européenne, car les Turcs vont être maintenant acteurs à part entière dans l’établissement de la législation et de la politique européenne ».
 –
« Le nouveau réseau ainsi créé dans les couloirs des commissions européennes et des institutions va non seulement contribuer à une compréhension mutuelle, mais va également dissiper les erreurs de perception et les préjugés contre l’entrée de la Turquie dans le coeur et les pensées de certains Européens ». (« certains » européens)
 –
Geert Wilders, Président du PVV, un Parti de droite pour la démocratie et la liberté très proche des préoccupations des Hollandais, et troisième plus important parti néerlandais, a été le premier à dénoncer l’accord.
 –
G. Wilders : « Erdogan a jeté le masque et s’est comporté en vulgaire guerrier (ndr : intimidations envers Israël et Chypre en relation directe avec la découverte de gisements gaziers extrêmement importants en Méditerranée dans les eaux sous souveraineté israélienne et chypriote grecque).
 –
G. Wilders : « De cet accord, il apparaît que la Commission Européenne a perdu la tête en laissant entrer le cheval de Troyes islamique, et laisse maintenant aux turcs le droit de participer à l’élaboration des lois européennes (qui seront -aussi- valables pour les Pays-Bas).
 –
G. Wilders : « il est grand temps une fois pour toutes de mettre fin à cette mascarade, et de dire aux turcs qu’ils ne sont pas les bienvenus au sein de l’Union Européenne. Ni maintenant, ni demain, ni jamais ! » 
 –
Pour Barry Madlener (député européen du P.V.V.) :  « Il est scandaleux, alors que la Turquie crée des problèmes pour la sécurité de la région (Grèce, Chypre, Israël), que la commission européenne tente d’accélérer l’entrée de la Turquie dans l’union. »
 –
Barry Madlener : « Et ce alors, que la Turquie occupe une vaste part du territoire d’un membre à part entière (Chypre) de l’union européenne depuis plusieurs décennies, et qu’en plus, la Turquie a envoyé très récemment des navires de guerre vers les côtes et donc les frontières européennes. »
 –
Barry Madlener : « Le fait de laisser entrer le loup dans la bergerie, est un point consternant dans les négociations. »
 –
Barry Madlener : « Les négociations (avec la Turquie) doivent cesser définitivement, et la commission doit retirer son plan prévoyant l’admission de la Turquie. » 
 –
Vous trouverez ici (1) le document qui dévoile la stratégie Turque de son « processus d’accession à l’Union européenne », loin du leurre des déclarations reprises dans les médias. 
 –
Reproduction vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Drzz.fr
 –
http://pvv.nl/index.php/component/content/article/36-geert-wilders/4683-pvv-europese-commissie-heeft-verstand-verloren.html
(1) http://www.abgs.gov.tr/files/strateji/yabs_en1.pdf
Dear Members of the European Parliament, 

Please find enclosed the statement by H.E. Egemen Bagis, the Minister for European Union Affairs and Chief Negotiator of Turkey, regarding the secondment of Turkish officials at the European Commission.
Kind regards,
Basak Ilisulu
Act. Director
Ministry for EU Affairs
Directorate of Civil Society, Communication and Culture
T: +90 (312) 218 14 19
F: +90 (312) 218 13 75
E: bilisulu@ab.gov.tr
REPUBLIC OF TURKEY
MINISTRY FOR EU AFFAIRS
Ankara, 28 September 2011
“TURKISH EXPERTS WILL BE EMPLOYED AT THE EUROPEAN COMMISSION”
Turkey has signed a key agreement with the EU that will broaden new horizons.
A memorandum of understanding for the secondment of Turkish officials at the European Commission is signed in Strasbourg on the 28th of September, 2011 by the Minister for EU Affairs and Chief Negotiator Mr. Egemen BAĞIŞ and Vice-President of the European Commission in charge of Inter Institutional Relations and Administration Mr. Maroš ŠEFČOVIČ.
As agreed between Turkey and the European Commission, Turkish national experts will be employed at the Commission as “Seconded National Experts” and “National Experts in Professional Training”. This recent development is a ‘milestone’ for Turkey-EU relations since through this secondment, Turkish bureaucrats will work together with the Euroaucrats in policy making and implementation of the EU politics. In other words, Turks will have a role in shaping EU’s future politics and legislation.
The network created in the corridors of the European Commission and other European institutions between Turkish bureaucrats and Eurocrats, will not only contribute to mutual learning and socialization, it will also remove misperceptions and misjudgments against Turkey’s membership in the minds and hearts of some Europeans.

04/09/2011

La courageuse manifestation de l’English Defence League (EDL) dans le quartier le plus islamisé de Londres…

Quand trouverons nous le courage de suivre cet exemple, en France? Certains d’entre nous ont déjà tenté de la faire mais ce qui a été autorisé l’a été fait sous l’oeil inquisiteur de la « bien-pensance »…

Nous vivons dans une démocratie, paraît il. Ah bon? Il n’y pas longtemps, alors; ça se saurait.

En tout cas, bravo à l’English Defence League !

FDF

.

QUAND EST  CE QUE NOS POLITIQUES COMPRENDRONT QUE NOUS NE VOULONS NI DE L’ISLAM DES TÉNÈBRES NI DE LA SHARIA,    liberticide  et moyen-ageuse,   qui va avec.
Une pancarte dit « QU’ILS NE VEULENT PAS DE LA SHARIA MEDIEVALE »
c ‘est pareil pour nous.

BRAVO à L’EDL (ENGLISH DEFENCE LEAGUE)   qui a bravé l’interdiction de manifester.  DANS UNE VÉRITABLE DEMOCRATIE C’EST LE PEUPLE QUI DÉCIDE POUR LE PEUPLE.

UNE  AUTRE PHOTO  MONTRE UNE PANCARTE  « ENGLISH LOVE IT OR LEAVE IT »  
c est pareil chez nous  « LA FRANCE TU L’AIMES OU TU LA QUITTES »

UNE AUTRE DIT  « NO TO SHARIA LAW, NO MORE MOSQUEES »      –   c’est EXACTEMENT PAREIL CHEZ NOUS EN FRANCE:  PAS DE SHARIA  ET STOP LES MOSQUEES .

C’est pourtant simple  non?????
_________________________________________________________________________________________________________________

VOUS REMARQUEREZ AUSSI, LE SILENCE  DES GRANDS MÉDIAS !!!!!!!!!   étonnant non?

 Les 10 raisons de la manifestation :

1. Pour défendre la liberté d’expression
2. Parce que l’Angleterre ne devrait pas avoir de zones de non-droit
3. Parce que l’Angleterre ne devrait certainement pas avoir de zones régies par la charia.
4. Pour protester contre la vague de violence et de discrimination qui touche Tower Hamlets.
5.  Pour nous opposer à l’islam radical
6. Pour montrer combien l’islam radical est bien enraciné à Tower Hamlets
7. Pour tenir notre engagement de protester pacifiquement
8. Pour combattre et faire connaître le caractère erroné de la représentation de nos buts
9. Pour montrer les défauts des initiatives du gouvernement contre l’extrémisme
10. Parce que nous le devons à tous ceux qui ont souffert entre les mains de l’islam radical,

ainsi qu’à ceux qui ont vu leur libertés restreintes pour avoir émis des critiques auxquelles les membres de la classe politiques n’ont pas voulu répondre.


Nous vous avions proposé récemment une plongée sous forme de reportage photo dans Hamlet Towers, le district le plus islamisé  de Londres (revoir le billet).

L’English Defence League y a organisé ce samedi un rassemblement statique (leur marche de manifestation y ayant été interdite par le gouvernement britannique) pour protester contre la mise sous coupe réglée du district londonien par les barbus.

 Les 10 raisons de la manifestation :

1. Pour défendre la liberté d’expression
2. Parce que l’Angleterre ne devrait pas avoir de zones de non-droit
3. Parce que l’Angleterre ne devrait certainement pas avoir de zones régies par la charia.
4. Pour protester contre la vague de violence et de discrimination qui touche Tower Hamlets.
5.  Pour nous opposer à l’islam radical
6. Pour montrer combien l’islam radical est bien enraciné à Tower Hamlets
7. Pour tenir notre engagement de protester pacifiquement
8. Pour combattre et faire connaître le caractère erroné de la représentation de nos buts
9. Pour montrer les défauts des initiatives du gouvernement contre l’extrémisme
10. Parce que nous le devons à tous ceux qui ont souffert entre les mains de l’islam radical, ainsi qu’à ceux qui ont vu leur libertés restreintes pour avoir émis des critiques auxquelles les membres de la classe politiques n’ont pas voulu répondre.

EDL à tower hamlets

Source: http://www.bivouac-id.com/

27/07/2011

Attentats d’Oslo: l’action violente répond aux diktats des activistes musulmans et de leurs dhimmis.

Excellente analyse du drame d’Oslo… La peur va changer de camp. La guerre, ce sont eux, les muzz, qui l’ont voulue… Triste pour les dommages collatéraux. Mais les intégristes musulmans ont il déjà tenu compte de cette inévitable retombée? Jamais. L’Occident est en passe d’avoir aussi ses « martyrs »…
FDF

.

Norvège, cauchemar ponctuel ou début de guerre ?

Par Philippe CHANSAY-WILMOTTE, Avocat au Barreau de Bruxelles.
« Nous vivons une fin de régime. Les castes qu’il est convenu de qualifier d’élites en dépit d’une médiocrité criante, le courage manquant à quelques exceptions près, ont trahi les citoyens dans l’ensemble des pays occidentaux. Les partis traditionnels ont défini un profil de mandataire public passe-partout programmé, de la gauche à la droite, pour s’en tenir à la langue de bois.
Ce pantin a pour rôle d’entretenir l’illusion d’action tout en s’évertuant à persuader l’électeur qu’il n’y a pas grand chose de possible à cause de ceci ou de cela échappant à sa volonté, mais que néanmoins, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes à condition d’encore voter pour lui. 
Le factice érigé en système. 
Pernicieusement, la démocratie est dénaturée en oligarchie, et les politiques sont imposées au mépris des populations. Un référendum qui déplait aux oligarques ? Qu’à cela ne tienne, qu’on le recommence jusqu’à ce qu’il satisfasse !
En réalité, au-delà de cette sinistre pantalonnade, des populations sont substituées à d’autres ; les communautés musulmanes étant démultipliées par divers mécanismes (regroupement familial, priorités au logement, subventions aux mosquées, immigration clandestine et pourtant régularisée, etc.) tandis que les plus démunis des citoyens de souche se voient repoussés vers d’autres quartiers, voire incités à s’exiler de dégoût. Les valeurs occidentales sont méprisées pour motif de relativisme culturel. L’impôt exigé du citoyen est affecté à cela, à son détriment.
Celui qui s’y oppose est systématiquement dénigré : les apparatchiks n’y voient pas une opinion, mais seulement l’expression d’une crainte. Si vous n’aimez pas l’islam, c’est que vous êtes islamophobe. Si vous vous interrogez quant à l’immigration, c’est que vous êtes xénophobe. L’on vous dénie la capacité de raisonnement ; vous êtes présumé phobique. Il ne manque que l’hôpital psychiatrique stalinien. L’idée que le dogme multiculturaliste et immigrationniste puisse être discuté est, en elle-même, prohibée de facto.
Des États-Unis à l’Europe, notamment, des nouveaux partis se forment. Les nomenklaturas les qualifient de populistes afin de tenter de dissuader les citoyens de s’y rallier. En vain ! Ces prétendues élites ont perdu leur crédit. La contestation émerge, et elle ne se limitera pas à des sittings d’indignés à Madrid, à Liège ou ailleurs.
Les attentats d’Oslo constituent un tournant majeur. La hargne musulmane, de l’assassinat de Theo Van Gogh à l’affaire des caricatures, en passant par de nombreuses autres exactions et provocations, n’avait donné lieu qu’à des réactions d’agacement et à des protestations pacifiques telles que les apéros saucisson-pinard. Si peu que ce soit, c’était déjà insupportable pour les multiculturalistes qui prétendaient censurer ces initiatives paisibles. Maintenant, l’action violente répond aux diktats des activistes musulmans et de leurs dhimmis. Il y aura d’autres Anderson Behring Breivik.
Les meurtres, à fortiori de jeunes et en masse, sont naturellement révoltants. Et aucun attentat ne justifie l’autre, car, en tout état de cause, c’est un crime. L’on fustige la barbarie consubstantielle à l’islam, et qui incline aux actes terroristes ses plus fanatiques adeptes. L’abjection n’est pas moindre lorsque des innocents sont assassinés au nom d’une autre idéologie. Mais à l’abjection des assassins s’ajoute l’abjection de leurs apologistes. Minimisant d’habitude le terrorisme islamique, chaque terroriste musulman étant systématiquement dépeint comme une exception, en oubliant la fréquence des crimes et autres outrances, ces dénieurs de réalité se sont empressés de répandre la première rumeur relative au tueur d’Oslo, quand ils ont cru pouvoir ouvrir un contre-feu aux critiques visant l’idéologie totalitaire dont se prévalent tant de barbares, l’islam.
Toutefois, les relativistes et autres islamolâtres en seront pour leur frais. Ils se sont rués ensemble dans la même direction, se singeant mutuellement, éructant leur logorrhée « cinquante-cinquantiste ». En choeur, ils scandaient : « un fondamentaliste chrétien ». L’occasion était trop belle : « Ah, mon bon monsieur, vous voyez bien qu’il n’y a pas que les musulmans. Les chrétiens font de même. L’islam est une religion comme les autres. On vous le dit, mon bon monsieur »…
…Suite et source: http://www.drzz.fr/

13/07/2011

Plus de films pornos! La démocratie s’installe en Tunisie…

Les Tunisiens vont le regretter, Ben Ali… Cette révolution était chose entendue. Les intégristes islamistes attendaient au coin des dunes… Cela va être impossible de faire marche arrière… Voilà pourquoi je prône la Résistance » contre l’envahisseur. Et je comprendrai JAMAIS les Français qui les soutiennent et les adulent; les « politiques », surtout. Non non; je ne vise personne en particulier…

FDF

.

Tunisie  »Le nouvel Iran »

La Tunisie, nous a fait vibrer par sa révolution pacifique, par ses slogans de dignité, de Laicité, de démocratie et de Modernisme.

Aujourd’hui elle nous fait frémir par la volonté de ce peuple que l’on croyait comme nous, partageant des valeurs que l’on croyait universelles et voilà que maintenant l’on découvre le visage de la Tunisie son vrai visage :

01.jpg

Cet homme c’est le Khomeini tunisien il s’agit de Rached Ghannouchi. Activiste islamiste proche des frères musulmans (la maison mère du Hamas), adepte du double langage. Face à lui il n’y a pratiquement personne sauf d’ancien bourguibiste qui s’apprête à livre leur combat de la dernière chance ; un combat qu’ils savent perdu d’avance comment lutter contre un parti qui a regroupé du jour au lendemain 50.000 adhérents officiel (un nombre qui continue de croitre jour à après jour), comment lutter sans base populaire ni soutien financier des pays étrangers alors que Ennadha est soutenu par le Qatar, l’Iran et les clans Wahabiste et Salafiste ? Ennadha essaye de produire un discours rassurant pour les étrangers mais, dans la réalité des faits sur le terrain aujourd’hui les barbus vont la loi.

La prise de pouvoir progressive d’Ennadha et l’alignement tout aussi progressif du gouvernement transitoire ainsi que celui de nombres de partis politiques sur les positions de Ennadha.

Depuis un moment la Tunisie a plongé dans l’obscurantisme ;

Sur les plages « populaires » rodent aujourd’hui des brigades de barbus qui traquent les jeunes filles ou les femmes qui sont en maillot de bain pour les battre ou les renvoyer chez elle.

Les mosquées sont devenues des tribunes où les prêches sont de plus en plus violents contre le Bourguibisme et les étrangers après les prêches se tiennent des cours d’Islamisation pour les jeunes où on endoctrine les jeunes afin qu’ils fassent respecter la charia dans leur entourage et qu’ils propagent les idées de l’Islam.

Les mosquées historiques sont désormais interdite aux étrangers (les incidents de la mosqué de Kairouan vite rattrapé par le service de presse du ministère du Tourisme).

Les bars et les maisons close ferment a coup de sabre et de matraque.

Le Sud tunisien et des villes comme Gafsa, Sfax, Kairouan et d’autres villages ruraux sont devenus des Zones interdites pour les policiers non Islamiste et les autres partis politiques.

Les partisans de partis non islamiste sont pourchassés après les meetings, harcelés, traqué comme des bêtes sauvages et tabassés à mort par des groupes de barbus.

Barbes et Hijab on envahit les rues, le niqab fait sont entrer dans les écoles et le discours des professeurs s’est radicalisé.

Beaucoup de partis politiques dont le CPR (le Congres Pour la République) le parti de Moncef Marzouki la star des plateaux télés français durant la révolution islamique tunisienne et d’autres se sont mit a collaboré étroitement avec le parti Ennadha pour essayer d’obtenir quelques sièges dans la future assemblée et manger les miettes du festin que va s’offrir Ennadha.

Beji Caid Essebi l’actuel homme fort du pays bourguibiste et démocrate de la première heure, s’est mit lui aussi à soutenir  »Ennadha » le comportement actuel du gouvernement le prouve sans ambiguité.

La passivité des policiers devant les agressions des Islamistes.

La libération de militants Islamistes ayant agressé des avocats sans aucunes raisons, ont été libérés (la justice tunisienne n’est pas indépendante) en attendant les soi-disant suites à l’affaire.

Libération des agresseurs islamistes de l’Afri’Art en entendant là aussi des suites à l’affaire.

Un procès a été intenté à l’encontre de Nadia el Fani une réalisatrice communiste auteur du film Ni dieu Ni maitre (devenus par la force des choses Laicité Inchallah) cette dame certes controversé va devenir la martyre de la liberté d’expression.

Des avocats Islamistes ont réclamé et obtenu que l’ATI (l’Agence Tunisienne de l’Internet) censure les films pornographiques et les sites qui portent atteintes à l’Islam.

« Au cours d’une conférence de presse pour présenter les programmes des festivals de Hammamet et de Carthage, le ministre de la Culture a affirmé la semaine écoulée qu’il fallait <prendre les mesures nécessaires afin que dorénavant les films tunisiens passent par une commission de censure religieuse> ».

Voilà l’Islamisme a conquis une nouvelle terre la Tunisie l’ancienne terre de la tolérance et de la modernité. Ben Ali était un dictateur et une crapule mais, parions que les tunisiens modérés vont le regretter.

Source: http://unoeilsurlatunisie.blogs.nouvelobs.com/

08/07/2011

« Nous allons être dominés par l’islam »… Si on se laisse faire, certainement.

C’est pourquoi la Résistance doit plus que jamais s’organiser.

Commentaires de l’un de mes fidèles lecteurs après avoir visionné ceci: Alors que les racistes c_estnous

FDF

**************************************************************************************************************

« J’espère ne plus être de ce monde avant que tout cela ne se soit accompli….

Mon père est mort avant que ne tombe le communisme et que la Pologne redevienne un état libre. Et pourtant, il l’avait prédit : « Le communisme périra par lui-même ».

Et à ceux qui lui demandaient : « Mais expliquez-vous, François ! », il répondait invariablement « Si vous ne comprenez pas cela de vous même, alors cela ne sert à rien que je vous l’explique »…

C’était tellement évident pour lui.

Ces sages paroles sont maintenant à nouveau d’actualité, mais pour des raisons bien différentes et cependant déjà partiellement perceptibles à cette époque aujourd’hui révolue…

Car bien sûr, nous allons être dominés par l’islam, ce dogme affreux, barbare et moyenâgeux, qui s’installe dans nos pays déjà conquis. Cela, par la collaboration de beaucoups de nos propres hommes politiques…

De quel droit ces politiciens s’accaparent-ils de notre pays comme s’ils en étaient les seuls héritiers souverains exclusifs ?

De quel droit se permettent-ils de le galvauder, de le distribuer à ces barbares comme s’il s’agissait de leur bien propre, alors qu’ils n’en sont que les garants, chargés de le défendre ?

Qui a donc donné mandat à l’infect Philippe Moureaux, pour donner Molenbeek aux islamistes barbares ?

Qui souhaite voir son quartier – son propre voisinnage – INFESTÉ par ces musulmans incultes, s’applatissant le cul en l’air, pour prier leur dieu cruel et inepte ?

Quel mépris envers l’électeur et le citoyen ! Le SEUL qui a cependant des DROITS LÉGITIMES sur notre pays ! Celui qui a assuré son progrès et qui est le seul espoir de son avenir ! Le citoyen laborieux, travailleur, bon père de famille : celui qui est le SEUL rempart de l’occident et de sa prodigieuse civilisation !

Quel avenir, réserve ces lâches collabos politiciens, à celui qui a patiemment, laborieusement et au prix de beaucoup de souffrances et de privations, participé à la construction de la démocratie et de son épanouissement ? »

PM

27/06/2011

Tunisie: la démocratie s’installe…

Membres du Parti Islamiste Tunisien

On ne s’en débarrassera jamais, de ces cinglés…

FDF

.

Des islamistes Tunisiens tentent d’empêcher la projection d’un film sur la laïcité !

Une cinquantaine d’islamistes ont tenté dimanche d’empêcher par la force la projection à Tunis d’un film de la cinéaste tunisienne Nadia El Fani, intitulé Ni Allah, ni maître qui parle de la place de la laïcité en Tunisie, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les manifestants ont scandé des slogans proclamant: la Tunisie est un Etat islamique ou le peuple veut criminaliser la laïcité, avant de briser les portes en verre de la salle en plein centre de Tunis et de pénétrer à l’intérieur.

Le directeur de la salle Habib Belhedi a dit à l’AFP avoir été agressé par deux barbus qui l’ont saisi et lui ont aspergé le visage du contenu d’une bombe lacrymogène.

La police est ensuite intervenue pour disperser les manifestants et a interpellé trois ou quatre d’entre eux qui étaient dans la salle, sous les applaudissements des personnes venues assister au spectacle.

La projection du film s’inscrivait dans le cadre d’une manifestation organisée par le collectif Lam Echaml (réunion de tous en arabe), pour dénoncer les agressions verbales et physiques subies par des artistes tunisiens…

Suite et source: http://www.romandie.com/news/n/_Tunisie_des_islamistes_tentent_d_empecher_la_projection_d_un_film_sur_la_laicite260620112006.asp

13/06/2011

Démocratie à la française…

« Faut pas dire ci, faut pas dire ça »; que de vérités, que l’on peut constater tous les jours. Et on laisse faire; en bons « franchouillards » que nous sommes…

FDF

.

La NON-démocratie française : comment les libertés sont muselées ?

« Vous n’avez pas le droit de dire ça », voilà une formule qu’on entend bien souvent sur les médias. « On ne peut que soutenir cette demande », voilà ce qui motive bien des votes dans les assemblées politiques. Mais alors que reste-t-il alors de la liberté de débat et de la liberté de décisions ? Polémia fait le point.

« Vous n’avez pas le droit de dire cela »

« Vous n’avez pas le droit de dire cela » : à la radio et à la télévision, c’est la phrase clé des défenseurs du politiquement correct : Domenach, Aphatie et autres Joffrin en usent et en abusent. Et gare à ceux qui s’écartent de l’oukase !

Frédéric Taddeï a tenté d’ouvrir les horizons intellectuels de son émission Ce soir ou jamais : France 3 a décidé de diviser son temps d’antenne par quatre. Eric Zemmour a osé déclarer « La plupart des trafiquants de drogue sont noirs ou arabes » : France 2 l’a viré de l’émission On n’est pas couché dont il était la vedette. Et selon l’Express Robert Ménard serait chassé de RTL à la rentrée. Il est vrai que l’ancien président de Reporters sans frontières s’était mis en tête de défendre la liberté d’expression non seulement en Chine et en Iran mais aussi en France : quelle idée ! Dans les médias la machine à épurer fonctionne à plein régime.

Les sanctions pleuvent sur les dissidents

Les politiques n’y échappent pas. Christian Vanneste, qui combat l’homosexualisme militant, a été diabolisé bien qu’il ait gagné en Cassation les procès qui lui étaient faits.

Chantal Brunel, député UMP de Seine-et-Marne, paie au prix fort sa déclaration où elle suggérait de remettre dans des bateaux les clandestins de Lampedusa : son mari vient d’être mis en cause pour abus de biens sociaux à propos des élections législatives de 2002. Peut-être des irrégularités ont-elles été commises, mais pourquoi les poursuivre maintenant et seulement maintenant, alors que les faits supposés remontent à 2002 et la dénonciation à 2004 ? Et pourquoi seulement celles-là ?

De même on vient de s’aviser que la situation administrative de Luc Ferry serait irrégulière. Voici le fait générateur de cette découverte : Luc Ferry a brisé l’omerta en évoquant un ancien ministre qui aurait été « poissé » à Marrakech avec des mineurs. Immédiatement, le Canard enchainé a joué son rôle de garde-chiourme du Système !

En France, le volume du Code pénal a doublé en trente ans : cela n’a guère contribué à rétablir la sécurité publique mais cela aide à « tenir » les gens. Quiconque sort des clous du politiquement correct s’expose à une mise en cause médiatico–judiciaire. A contrario, et jusqu’à son accident new-yorkais, DSK a bénéficié d’une immunité médiatico-judiciaire sans faille malgré ses frasques sexuelles et le financement scabreux de ses campagnes politiques par Euro-RSCG.

« On ne peut que soutenir cette demande » : cette phrase-valise sert souvent dans les assemblées parlementaires ou les conseils locaux pour justifier l’attribution de subventions. Il suffit que l’association demanderesse soit politiquement correcte pour obtenir sans examen sérieux l’argent qu’elle réclame : associations immigrationistes, lobby antiraciste, mouvements culturels en rupture avec les traditions, mouvance homosexualiste se financent ainsi sur le dos des contribuables. Sur ces sujets-là, il n’y a pas de débat possible dans les assemblées sauf sur des amendements… d’augmentation des crédits proposés. Ceux des élus, qui au fond d’eux-mêmes, au PS ou à l’UMP, sont défavorables à certaines subventions, se taisent ou se terrent. Pour ne pas risquer d’être diabolisés.

Résultat : les élus votent des subventions à des associations qui paient des avocats qui les poursuivent pour limiter la liberté de parole des politiques ; et lorsque l’Etat défend devant un tribunal l’expulsion d’un étranger clandestin, il n’a pas d’argent pour se payer un avocat ; mais il en a donné à l’association qui paye… l’avocat du clandestin.

La démocratie suppose la libre et équitable confrontation des idées et des volontés. En France, ces conditions ne sont pas remplies. La démocratie y est un leurre, la NON-démocratie est la règle.


vu sur http://www.polemia.com/article.php?id=3864

10/06/2011

Selon HRW, les militaires d’Alassane Ouattara tuent des civils non armés !!!

Pas mal, le nouveau pote à Sarközy… Il instaure la démocratie à la machette …

Nos media ne sont pas davantage en Afrique du Sud, où ce sont des BLANCS qui se font massacrer. dans l’indifférence totale et le silence complice des belles âmes.

Des milliers de journalistes occidentaux ont couvert le dernier Mondial.  Combien ont osé aborder ce sujet, qu’ils ne pouvaient ignorer?

FDF

.

Exécutions sauvages en Côte d’Ivoire !

Les soldats des Forces républicaines de Côte d’Ivoire quadrillent les quartiers réputés favorables au président sortant Laurent Gbagbo et y procèdent à des exécutions sommaires, dénonce une enquête de l’ONG Human Rights Watch. Plusieurs dizaines de personnes ont été exécutées. Des femmes sont violentées et violées. Le nouveau ministre de l’Intérieur a promis une réunion de crise avec le Premier ministre et les différents commandants de zones. La Cour pénale internationale envisage une enquête sur les crimes de la crise postélectorale dans le pays.

« Deux d’entre eux ont attrapé ses jambes, deux autres lui tenaient les bras dans le dos, et un cinquième lui tenait la tête (…) Puis un type a sorti un couteau et a tranché la gorge de mon frère. Il hurlait. J’ai vu ses jambes trembler une fois qu’ils lui ont tranché la gorge, le sang ruisselait. Pendant qu’ils le faisaient, ils ont dit qu’ils devaient éliminer tous les Patriotes qui avaient causé tous les problèmes dans le pays. » Ce témoignage est celui du frère d’une des victimes des exactions contre la population civile, qui se poursuivent en Côte d’Ivoire, en dépit du changement intervenu à la tête du pays. Il a été recueilli par les enquêteurs de l’ONG Human Rights Watch (HRW) à Yopougon, fief du président sortant Laurent Gbagbo dans la capitale ivoirienne. Entre les 13 et 25 mai, l’organisation a interrogé 132 victimes et témoins des violences perpétrées par les deux parties lors de la bataille d’Abidjan et dans les semaines suivant l’arrestation de Gbagbo. Jeudi HRW a rendu public un communiqué de synthèse de son rapport d’enquête.

Celui-ci évalue à au moins 149 le nombre de partisans réels ou supposés de Laurent Gbagbo tués par les forces fidèles à Alassane Ouattara depuis leur prise de contrôle d’Abidjan à la mi-avril. De leur côté, les miliciens pro-Gbagbo ont tué quelques 220 personnes dans les jours ayant immédiatement précédé et suivi l’arrestation de l’ancien président, le 11 avril

Traque des pro-Gbagbo à Yopougon

Cependant, citant les travaux de ses enquêteurs sur le terrain, l’ONG affirme qu’en dépit de leur victoire définitive, les forces armées de Ouattara ont poursuivi les meurtres, actes de torture, viol et traitements inhumains. En prenant pour cible des groupes ethniques réputées avoir soutenu Laurent Gbagbo. Fin avril et en mai, les Forces républicaines de la Côte d’Ivoire (FRCI) ont tué, a constaté HRW, au moins 95 personnes non armées, lors des opérations menées dans zones auparavant contrôlées par les forces pro-Gbagbo. Les quartiers étaient bouclés et systématiquement. « La majorité des violations documentées ont eu lieu dans le bastion pro-Gbagbo de longue date de Yopougon, l’épicentre de la bataille finale à Abidjan. La plupart des meurtres ont été des exécutions à bout portant de jeunes issus de groupes ethniques généralement ralliées avec Gbagbo, dans ce qui semblait être une punition collective pour la participation de ces groupes aux milices de Gbagbo », écrit Human Rights Watch.

L’organisation affirme également avoir documenté 54 exécutions extrajudiciaires dans des lieux de détention officiels et officieux, « notamment les 16ème et 37ème postes de police de Yopougon et le bâtiment GESCO de pétrole et de gaz qui sert maintenant de base aux Forces républicaines. » Les corps de certaines victimes ont simplement été brûlés. HRW raconte ainsi l’incinération, le 15 mai à moins de 30 mètres du poste de police du 16ème arrondissement, du corps d’un milicien capturé et exécuté dans l’enceinte du poste de police.

Chérif Ousmane

Dans ce décompte macabre, le nom du commandant Chérif Ousmane, un militaire proche du Premier ministre, Guillaume Soro et qui a longtemps été commandant de zone de l’ex-rébellion des Forces nouvelles est régulièrement cité. C’est lui qui supervise les opérations des FRCI à Yopougon. « Un soldat des Forces républicaines a décrit l’exécution de 29 détenus au début de mai à l’extérieur de l’immeuble GESCO. Le soldat a déclaré que Chérif Ousmane (…) a donné l’ordre d’exécution. Deux autres témoins interrogés par Human Rights Watch ont déclaré avoir vu Chérif Ousmane dans un véhicule qui s’est débarrassé du corps torturé et exécuté d’un chef de milice notoire à Koweit, un sous-quartier de Yopougon, vers le 5 mai.

Les témoins de ces meurtres et exactions sont exposés à de grands périls. Une femme qui avait assisté à l’exécution de 18 jeunes à Yopougon a ainsi été violée avec violence par les soldats, après que ceux-ci l’eurent contrainte de charger leurs véhicules avec des biens pillés, selon HRW. La plupart des victimes n’appartiendraient même pas aux milices pro-Gbagbo, qui ont pris la fuite au lendemain de la chute de l’ancien président. « Yopougon semble avoir été ciblée de manière disproportionnée pour les meurtres commis en représailles par les Forces républicaines, qui ont infligé une punition collective meurtrière à des jeunes hommes des groupes ethniques Bété, Attié, Guéré et Goro, qui ont largement soutenu Gbagbo lors de l’élection présidentielle de 2010 », déplore HRW. Selon l’organisation, outre Yopougon, les exactions commises par les forces républicaines se sont étendues à Koumassi, Port Bouët, mais surtout dans les quartiers de Koweït et Yaosseh où le plus grand nombre de morts a été recensé.

L’ONG a présenté son rapport au ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko. Celui-ci a promis qu’il convoquerait une réunion d’urgence avec le Premier Ministre Guillaume Soro et les principaux commandants des Forces républicaines. HRW a encouragé l’administration ivoirienne à « tenir des procès nationaux équitables afin de garantir la justice pour les victimes et d’encourager le respect pour l’État de droit dans le pays dévasté par le conflit. » Au moins 3000 civils ont été tués lors des violences postélectorales en Côte d’ivoire. Le 19 mai, le procureur de la Cour pénale internationale a indiqué qu’il ouvrirait une enquête sur les crimes commis en Côte d’ivoire. De son côté, le nouveau président, Alassane Ouattara avait déclaré qu’aucun responsable d’exaction envers la population civile ne resterait impuni.

Lire également :

- Côte d’Ivoire : pro-Gbagbo et pro-Ouattara responsables de crimes de guerre

Source: http://www.afrik.com/

03/05/2011

Décès de Ben Laden: le champion du retournement de veste a parlé…

Je veux bien sûr évoquer Dalil Boubakeur, qui ne réagit que suivant le sens du vent… Encore un preuve. N’a t’il pas réfléchi que parmi les musulmans de France, il y a des nids d’intégristes? Il joue avec le feu, le père Dalil.

FDF

.

Boubakeur: « grande victoire pour la paix »

Le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a estimé aujourd’huisur BFM-TV que la mort du chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden, tué hier au Pakistandans une opération américaine, était « une très grande victoire pour la paix » et « un tournant du monde ».

L’annonce de la mort d’Oussama ben Laden « a été la grande surprise et véritablement l’annonce d’une victoire extraordinaire et attendue depuis bien longtemps », a-t-il dit.

Pour lui, « véritablement c’est une très grande victoire pour la démocratie, c’est une très grande victoire pour la paix ».  « C’est un tournant du monde, un tournant de notre perception des rapports entre l’Orient et l’Occident, un tournant du rapport entre la démocratie et le terrorisme international », a-t-il ajouté.

Dalil Boubakeur souhaite « bien entendu que cela puisse avoir un effet- InchAllah– favorable pour le sort de toutes les victimes, les otages et tous ceux qui souffrent encore des effets d’un terrorisme qui n’a plus lieu d’être aujourd’hui ».

« Véritablement nous avons affaire à un événement considérable pour le monde entier, pour tout le rapport qui s’est établi après les attentats de New-York entre les terrorismes de nature islamiste et les démocratie occidentales », a ajouté le recteur de la mosquée de Paris.

Source: http://www.lefigaro.fr/

01/05/2011

Tunisie: les islamistes ne se cachent même plus…

On s’en doutait que l’islam était caché derrière cette révolution en Tunisie (et dans les autres pays dans le même cas). Les intégristes ont du mal d’islamiser l’Occident. Ils se « font la main » dans les états « pré-disposés », déjà… Commençons à ériger nos murs de défense…

FDF

.

Tunisie: les islamistes ne se cachent plus« Le voile est notre fierté. » A Tunis, le 1er avril, des manifestants défilent devant les bureaux du Premier ministre pour demander l’autorisation du port du voile sur les photos d’identité.AFP PHOTO/ FETHI BELAID

Outre le mouvement Ennahda, qui sera sans doute l’une des principales formations politiques de la démocratie naissante, des courants minoritaires, plus radicaux, cherchent à faire entendre leurs voix.

Barbe et djellaba pour les hommes, niqab pour les femmes, ils sont une cinquantaine, ce vendredi 1er avril, prosternés pour la prière de l’après-midi, en pleine avenue Habib-Bourguiba. Scène impossible il y a encore trois mois… Les badauds et les clients des cafés de l’avenue observent, médusés. 

Après la prière, la manifestation se dirige vers la Kasbah, siège des bureaux du Premier ministre. Principale revendication: la levée de l’interdiction, en vigueur sous Ben Ali, du port du voile sur les photos d’identité. « Le hijab est une obligation envers Dieu! » scandent les protestataires. Ils obtiendront gain de cause. Au nom de la liberté individuelle. 

« Une partie de la classe moyenne est attachée aux acquis de la Tunisie moderne »

Toutes tendances confondues, les islamistes ont été systématiquement pourchassés et réprimés en Tunisie – d’abord par Bourguiba, qui les détestait, puis par Ben Ali. Aujourd’hui, comme tous les autres Tunisiens, ils entendent profiter du climat de liberté offert par la révolution pour s’exprimer, y compris dans la rue. Cet activisme inquiète une partie de la classe moyenne, attachée à ce que l’on appelle ici les « acquis » de la Tunisie moderne: le Code du statut personnel, en particulier, donne aux femmes une liberté sans équivalent dans le monde arabe. « Certains groupes islamistes ont des idées rétrogrades sur les femmes et prétendent les garder à la maison », déplore Khadija Chérif, sociologue et ancienne présidente de l‘Association tunisienne des femmes démocrates, qui entend défendre, comme son nom l’indique, à la fois les droits des femmes et la démocratie.  

A 40 ans, Noura est de celles qui ont choisi de porter le niqab, le voile intégral. Elle aime s’acheter des vêtements, mais réserve ses petits hauts à la mode à l’intimité familiale ; dans la rue, en revanche, elle est couverte de la tête aux pieds: ample robe, voile, gants… La jeune femme a commencé par porter le hijab, qui ne dissimule que la tête et le cou, puis elle a décidé, il y a quelques années, de « suivre les femmes du Prophète » en se couvrant entièrement. Elle dit qu’ainsi elle se sent « respectée par les hommes ».  

Pas de musique, hormis les chants religieux

Noura reconnaît qu’il lui arrive de faire peur aux passants… et aux passantes: « Certaines m’accostent pour me dire que ces vêtements datent d’un autre siècle! » Elle voit pour sa part dans cette réaction un « rejet de l’islam », dont elle rend l’ancien gouvernement responsable car il a « fait passer les musulmans pour des terroristes, dit-elle. Je ne fais que suivre les préceptes de ma religion. Je ne prétends pas imposer quoi que ce soit aux autres ni leur dire ce qui est permis et ce qui ne l’est pas »…

Suite et source: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/tunisie-les-islamistes-ne-se-cachent-plus_987281.html

10/04/2011

Vous êtes bretonne ? Ou blanche ? Voire pire : une bretonne blanche ?

Oui ?

Et vous n’ avez pas honte ?! Non ?

Bon, très bien, alors vous pouvez envoyer une petite carte postale a Fabrice Pliskin :

«La bretonnante garantie née coiffée-cornette avec son prénom de sainte décapitée à pedigree de la vieille roche» répond à Fabrice Pliskin (Le Nouvel Observateur)

Dans son article du 8 avril 2011 paru dans Le Nouvel Observateur, Fabrice Pliskin prend sa plus belle plume pour reprocher à la chanteuse Nolwenn Leroy, de n’être (en résumant à grands traits) ni nègresse comme celle qui orne la couverture de son roman « Le juif et la métisse », ni bougnoule, ni métêque, ni même musulmane voilée comme Diam’s, de ne pas en avoir honte et, indignité ultime pour une blanche, de montrer sur la pochette de son dernier CD qu’elle est bretonne depuis qu’elle est née !

Dans son article du 8 avril 2011 paru dans Le Nouvel Observateur, Fabrice Pliskin reproche, en résumé, à la chanteuse Nolwenn Leroy, de n'être ni nègresse (comme celle qui orne la couverture de son roman -Le juif et la métisse-), ni bougnoule, ni métêque, ni même musulmane voilée (comme Diam's), de ne pas en avoir honte et, indignité ultime pour une blanche, de montrer sur la pochette de son dernier CD qu'elle est bretonne depuis qu'elle est née !
http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110310.OBS9441/nolwenn-leroy-la-breizh-attitude.html

Voici la «honteuse» pochette de ce CD :

Nolwenn Leroy, pochette du CD Bretonne

Voilà un journalope (décemment, on ne peut pas le qualifier de journaliste) doté d’une capacité d’analyse hors-norme : t’as pas honte d’être blanche, t’es une raciste qui tapine pour les fachos et les islamophobes du Front National. C’est minable comme raisonnement, digne de la propagnade Soviétique.

Mais, très cher Fabrice Pliskin, savez-vous qu’en France la majorité absolue de la population est blanche et n’en a pas du tout honte ? C’est tout à fait démocratiquement que la France, selon votre analyse, tapine pour les racistes, les fachos et les islamophobes. Ca craint, hein, la démocratie ?

Je suis, selon votre grille de lecture, un raciste, un facho et un islamophobe, et si je ne me considère pas comme exceptionnellement génial (modestement je me sais seulement génial, tout court :-) ) je connais suffisamment d’écrivains non-blancs pour vous balancer dans les dents en soutien à Nolwenn un petit jeu de mots qui va bien vous mettre les boules car il est inspiré… d’Aimée Césaire (oui oui, le noir-nègre-black inventeur du concept de négritude, ça vous coupe la chique ça, hein ?) :

Hé bien
la BretonNaigre
elle t’emmerde !

Internautes appréciant le froid, la pluie et la grisaille de Bretagne
Auto-produire la carte postale ci-dessous
et l’envoyer à Fabrice Pliskin

pour lui mettre sa plume dans le cul.

Fabrice Pliskin (Le Nouvel Observateur) : « La bretonnante garantie née coiffée-cornette avec son prénom de sainte décapitée à pedigree de la vieille roche » - Hé bien la bretonNaigre elle t'emmerde ! © Aimée Césaire
.jpg
865 Ko – Version horizontale
.png couleurs pures 1,42 Mo – Version horizontale
1264×1896 – 10×15
Source : fdesouche.com/197150-nolwenn-leroy-trop-bretonne-pour-le-nouvel-obs-maj

Vous trouverez l’adresse postale publique de Fabrice Pliskin sur la page Contact du Nouvel Observateur, http://tempsreel.nouvelobs.com/contacts.php qui transmettra à son journaliste. Et ça fera par la même occasion réfléchir tous les journalistes de la rédaction qui verront la carte traîner sur un bureau le temps qu’elle arrive à son destinataire.

Optionnellement, vous pouvez aussi envoyer la carte à Nolwenn en signe de soutien. Vous trouverez son adresse postale publique en cliquant sur Contact au bas de sa page officielle chez son producteur, universalmusic.fr/nolwenn-leroy/.

29/03/2011

Que nous apporterait un gouvernement mondial ?

Intéressant…

FDF

.

Imaginez un gouvernement mondial, démocratiquement élu à l’échelle mondiale en suivant le principe un homme-une-voix. Que serait le résultat probable d’une telle élection ? Le plus vraisemblable est que nous aurions un gouvernement de coalition sino-indien. Et qu’est-ce que ce gouvernement serait le plus enclin à faire pour complaire à ses électeurs et se faire réélire ? Il découvrirait probablement que l’Occident a beaucoup trop de richesses et que le reste du monde, particulièrement l’Inde et la Chine, bien trop peu, et par conséquent mettrait en œuvre une redistribution systématique du revenu du riche Occident vers le pauvre Orient. Ou alors, imaginez qu’aux Etats-Unis on étende le droit de vote aux enfants de sept ans. Le gouvernement ne serait peut-être pas composé d’enfants, mais ses politiques, selon toute probabilité, refléteraient le « souci légitime » des enfants de disposer d’un accès « suffisant » voire « égal » à des hamburgers, des limonades et des vidéocassettes « gratuits ».

Je présente ces « expériences mentales » pour illustrer les conséquences du processus de démocratisation qui a commencé aux Etats-Unis et en Europe au milieu du XIXème siècle, et qui porte ses fruits depuis la fin de la première guerre mondiale. L’extension progressive du droit de vote et finalement l’établissement du suffrage universel des adultes a fait à chaque pays ce que la démocratie mondiale ferait pour l’ensemble du globe : mettre en branle une tendance apparemment permanente à la redistribution du revenu et des biens.

Un-homme-une-voix, plus la « liberté d’entrer » dans l’appareil d’Etat, c’est-à-dire la démocratie, implique que toute personne et sa propriété personnelle est mise à la portée de toutes les autres, et ouverte à leur pillage. En ouvrant en apparence les couloirs du pouvoir politique à tout le monde, la démocratie fait du pouvoir politique une « res nullius », où personne ne souhaite plus qu’il soit restreint parce qu’il espère que lui-même, ou ceux qui lui sont favorables, auront un jour une chance de l’exercer. Par contraste, dans les monarchies « absolues » d’Occident, quiconque ne faisait pas partie de la classe dirigeante avait peu de chances, voire aucune, d’y accéder, de sorte qu’ils s’opposaient avec véhémence à toute extension du pouvoir du Monarque.

Dans les démocraties, en revanche, on peut s’attendre à ce que les majorités (ceux qui « n’ont pas ») tentent sans relâche de se remplir les poches aux dépens des minorités (ceux qui « ont »). Cela ne signifie pas qu’il n’y aura qu’une seule classe de gens à « besoins » et une seule catégorie de « nantis », et que la redistribution se fera uniquement des riches vers les pauvres. Bien au contraire, alors que la redistribution des riches vers les pauvres jouera toujours et partout un rôle prépondérant, ce serait une erreur sociologique que de supposer que ce sera là la seule forme ni même la forme prédominante de la redistribution. Après tout, les riches « permanents » et les pauvres « permanents » le sont généralement pour une bonne raison.

Les riches sont en règle générale intelligents et industrieux, alors que les pauvres sont typiquement stupides ou paresseux, ou les deux à la fois. Il n’y a pas beaucoup de chances que les imbéciles, même s’ils forment la majorité, soient systématiquement plus malins que la minorité des individus brillants et énergiques et parviennent à s’enrichir à leurs dépens. Bien plutôt, la plus grande partie de la redistribution se fera à l’intérieur du groupe des « non-pauvres », et il arrivera souvent que ce soient les plus riches qui arrivent à se faire subventionner par les plus pauvres. Pensez seulement à la pratique quasi-universelle des études universitaires quasiment « gratuites », grâce auxquelles la classe ouvrière, dont les enfants fréquentent rarement l’enseignement supérieur, est amenée à subventionner la formation des enfants de la bourgeoisie. (1)

En outre, on peut s’attendre à ce qu’il y ait un grand nombre de groupes et de coalitions pour essayer de s’enrichir aux dépens des autres. Les critères seront divers et changeants pour définir ce qui fait qu’une personne est un « possédant » (méritant d’être pillé) et qu’une autre est un « déshérité » (méritant une part du butin). Simultanément, les gens appartiendront à une multitude de groupes de profiteurs et de victimes, perdant au titre de l’une de leurs caractéristiques et gagnant grâce à une autre, certains se retrouvant être des gagnants nets et d’autres des perdants nets de la redistribution politique. (2)…

Suite et source: http://webresistant.over-blog.com/

13/03/2011

Ah çà ira ! çà ira ! çà ira !

Un p’tit coup de patriotisme? C’est parti ! Surtout en cette veille d’élections cantonales. Attention! Ce n’est pas du révolutionnaire version Besançenot. C’est l’honneur de notre France à retrouver…

FDF

.


Ah çà ira ! çà ira ! çà ira !
Les aristocrates à la Lanterne,
Ah çà ira ! çà ira ! çà ira !
Les aristocrates on les pendra !
V’là 300 ans qu’ils nous promettent,
Qu’on va nous accorder du pain….
V’là 300 ans qu’ils donnent des fêtes…..
Et qu’ils entretiennent des catins !
V’là 300 ans qu’on nous écrase !
Assez de mensonges et de phrases !
On ne veut plus mourir de faim !
Refrain
V’là 300 ans qu’ils font la guerre….
Au son des fifres et des tambours !
En nous laissant crevés de misère….
çà ne pouvait pas durer toujours !
V’là 300 ans qu’ils prennent nos hommes….
Qu’ils nous traitent comme des bêtes de somme….
çà ne pouvait pas durer toujours !!!!
Refrain
Le châtiment pour vous s’apprête….
Car le Peuple reprend ses droits !
Vous vous êtes bien payez nos têtes…
C’en est fini messieurs les rois !
Il n’faut plus compter sur les nôtres…
On va s’offrir maintenant les vôtres….
Car c’est nous qui faisons la Loi !!!!
Refrain bis ter quarto etc !!!!!
.

Merci à DG pour sa crise de patriotisme…

05/02/2011

Révolution démocratique ou islamiste ?

Mais pourquoi se poser la question? C’est pourtant bien clair. Tous ces soulèvements en pays arabes ont été savamment fomentés par les islamistes. Qui peut encore en douter? Et vu que démocratie et islamisme sont antinomiques

FDF

.

 


Les Frères Musulmans semblent désormais mener le bal de la contestation contre le régime d’Hosni Moubarak en Egypte et ce, sous le regard attendri et terriblement naïf des médias occidentaux qui applaudissent cette  » révolution démocratique « . Quant on connaît le  » programme  » des Frères MusulmansYR (voxfnredekker)

Voici un article édifiant publié Bivouac-ID avant-hier.

Si vous allez sur le site officiel des Frère musulmans, dans sa version anglaise :

http://www.ikhwanweb.com/

C’est cette bannière que vous verrez sur leur site.


Une petite fille voilée, au regard innocent, a coté du mot “freedom”, liberté. Mais quel cœur occidental saurait résister à un tel message ?

Maintenant suivez-moi sur le même site de Frères Musulmans, mais en Arabe :

http://www.ikhwanonline.com/Default.asp

Sans nécessairement connaître l’Arabe, vous voyez immédiatement que le contenu n’est absolument pas le même, tout comme la bannière qui est très différente:



Plus de petite fille… tiens, tiens… et plus de “liberté” ! On trouve à la place le logo des Frères musulmans : Un coran, deux sabres et la mention “Préparez-vous” en Arabe.

Ce “Préparez-vous” fait référence à ce verset du Coran.

Coran 8:20 Préparez vos forces contre eux au maximum de votre puissance, y compris des montures de guerre, pour frapper de terreur les ennemis d’Allah et vos ennemis, et d’autres encore, que vous ne connaissez peut-être pas, mais qu’Allah connaît. Quoique vous dépensiez pour la cause d’Allah, vous sera remboursé, et vous ne serez pas traités injustement.

Ce message passe sans doute nettement moins bien auprès des non-musulmans.

Via Big Peace

2012. Marine Le Pen est élue Présidente de la République Française…

Ca pourrait bien ne pas être de la science fiction, au train où vont les choses… Si, par bonheur, Marine prenait en main les rênes de Notre Patrie, la réaction immédiate du nouveau peuple « français » pourrait donner ça:

Non?

FDF

04/02/2011

Mosquée d’Angers : Avertissement aux élus !

blason islamique du futur califat de la ville d'Angers, Maine-et-LoireLe maire reprend le projet de mosquée en mains…


« Soucieux de répondre à l’attente des musulmans d’Angers », Jean-Claude Antonini a annoncé qu’il allait reprendre en mains l’initiative du projet d’une mosquée à Angers, « un lieu digne et emblématique de leur enracinement ».
Pour relancer le projet de création d’une mosquée à Angers, le maire proposera, dans les prochains jours, de constituer un comité des Sages.
Ce comité sera constitué des anciens présidents de l’Association angevine des musulmans (AMA), de l’actuel président et des présidents des autres associations musulmanes d’Angers. Leurs missions consisteront à la fois à proposer une médiation pour « conforter dans ce dossier la gouvernance de l’AMA », mais aussi à relancer le projet de mosquée « en s’appuyant sur un montage juridique et financier durable, transparent et réunissant tous les consensus ».
Depuis deux ans en effet, l’association des musulmans angevins connaît de fortes turbulences: destitutions régulières de président, décisions de justice sur la légalité des élections, incapacités à porter des décisions pourtant prises par les membres de son bureau.
Cette carence a eu pour conséquence directe de retarder le projet de mosquée et d’un centre culturel musulman, à Angers. « J’entends les aspirations légitimes des musulmans d’Angers à disposer d’un lieu de culte digne de ce nom, et je souhaite qu’une solution pérenne soit trouvée dans dans le respect des identités de tous et des lois de la République »,insiste Jean-Claude Antonini.

Source :

http://www.angers.fr/actualites/detail/?tx_ttnews[tt_news]=2428&cHash=318408a0e5 [archive pdf, png]

Un maire démocrate et républicain, soucieux de l’avenir tant pour sa commune que pour la France, ne devrait JAMAIS autoriser la moindre construction de mosquée. Il existe une multitude de raisons parfaitement fondées à cela, multitude de raisons que tant les maires que les élus municipaux ignorent le plus souvent, ou parfois préfèrent sciemment ignorer afin de pouvoir dire plus tard « On ne savait pas… ».

Informons les élus, et la population, afin que tous sachent pourquoi il ne faut pas autoriser la construction d’une mosquée et qu’ensemble ils prennent les bonnes décisions.

Dans ce cas précis, les élus ont déjà été informés par plusieurs précédentes actions SITA :
– depuis 2006 sur base des articles Le Courrier de l’Ouest [archive] & Agence Internationale de Presse Coranique [archive]
– et depuis 2008 sur base d’un article Ouest France [archive].

Désormais, il ne s’agit donc plus d’informer les élus de cette ville mais de les AVERTIR, posément, qu’ils devront rendre des comptes s’ils persistent à faire l’autruche en ignorant sciemment les informations concernant l’islam qui leur sont transmises par le peuple.

C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/592ezu )

Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Quoi mettre dans l’enveloppe ?

– Imprimer la première page seulement de l’article angers.fr à propos de la mosquée, cité au début ci-dessus, soit directement depuis le navigateur (Fichier [ > Mise en page | Aperçu avant impression ] > Imprimer… > Pages de:1 à:1) soit depuis son archive pdf.

Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

Un timbre tarif « 20 grammes » de base permet d’envoyer au moins deux feuilles, vous pouvez donc rajouter une feuille à votre courrier (recto-verso, soit deux pages). Avec le verso libre de la feuille où vous avez imprimé la première page de l’article, cela fait donc trois pages disponibles sur lesquelles :

1- offrir aux élus une ultime occasion de prendre le bon chemin en leur expliquant de nouveau (mais très brièvement cette fois) pourquoi il ne faut pas faire de clientélisme envers l’islam.

et surtout

2- AVERTIR les élus, posément, qu’ils devront rendre des comptes s’ils persistent sciemment dans la collaboration avec l’islam.

1- Au verso libre de la première feuille, imprimer une au choix parmi les déclarations des deux Charles : Foucauld (à René Bazin), 1916, ou De Gaulle (à Alain Peyrefitte), 1959
En une page chacune, ces déclarations font toujours leur petit effet dans ce genre de situation.

page les musulmans selon charles de foucauld ou bien page les musulmans selon charles de gaulle

2- Pour la deuxième feuille, imprimer (recto-verso) le discours de Paul Weston en deux pages A suivre : « Nous vous demanderons des comptes »

pages 1 et 2 du discours de Paul Weston en deux pages A suivre : Nous vous demanderons des comptes

Qui sont les destinataires ?

En priorité les élus, et ensuite optionnellement les habitants.

Les noms des élus municipaux se trouvent sur la page « La Mairie > Vos élus > Trombinoscope », http://www.angers.fr/la-mairie/vos-elus/trombinoscope/index.html (ou elections.lefigaro.fr 2008 Angers A et elections.lefigaro.fr 2008 Angers B)

L’adresse postale de la mairie se trouve sur la page « La Mairie > Nous contacter » du site angers.fr : http://www.angers.fr/la-mairie/la-mairie-nous-contacter/

On peut aussi éventuellement rechercher l’adresse publique personnelle des élus sur les pagesblanches.fr de l’annuaire du téléphone tant il est vrai que l’on réfléchit bien mieux seul et chez soi aux conséquences de ses décisions.

Mettre les deux feuilles dans une enveloppe, écrire le nom et l’adresse du destinataire, timbrer et poster.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça d’avertir des élus. Ils ne pourront pas dire qu’ils ne l’ont pas été…

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de dire son fait à toute personne publique.

Option « Informer la population »

On note une étrange tendance récurrente des élus, toutes villes et toutes tendances confondues, à ne faire que le minimum syndical pour l’information des riverains lors d’un projet de construction de mosquée dans leur quartier alors pourtant que ces riverains sont bien évidemment concernés au premier chef. D’ailleurs il ne vient même jamais à l’idée des élus de consulter les riverains pour savoir s’ils veulent ou non d’une mosquée, à croire qu’ils n’ont pas confiance en la démocratie, hormis pour se faire élire et en faire ensuite à leur guise au mépris des habitants.

Puisqu’on ne peut pas compter sur les élus pour faire le travail d’information et de consultation pour lequel ils sont pourtant payés, on va le faire à leur place, toujours avec la même méthode citoyenne de tractage postal.
La lettre destinée à la population sera à peu près la même que celle destinée aux élus : il suffira de remplacer la deuxième page d’avertissement aux élus par un argumentaire sur l’islam, sitamnesty.wordpress.com/argumentaires, en deux pages, au choix.

Une fois informés, on peut compter sur ces habitants pour aller demander des comptes à leurs élus.

Il ne reste qu’à trouver les noms et adresses postales des habitants de la ville.

Là encore c’est très simple :

Utiliser un service cartographique pour trouver un nom de rue quelconque dans la ville puis utiliser l’annuaire pagesblanches.fr pour lister les habitants de la rue et enfin choisir un nom au hasard dans la liste. Voir la méthode exposée en détail sur l’article tinyurl.com/trouvadresse.

Vous pouvez bien évidemment envoyer des courriers d’information à volonté :-) tant que vous avez des timbres, des enveloppes, du papier, de l’encre dans votre imprimante et un peu de temps.

Petit à petit, internaute après internaute envoyant lettre(s) après lettre(s), vos missives vont toucher élu après élu, habitant après habitant, au hasard, telles des gouttes de pluie.

Inexorablement, l’information va inonder le conseil municipal et la ville, jusqu’à la goutte qui fera déborder le vase, et ce sera peut-être celle que vous aurez envoyée.

Pas de timbre, ni d’enveloppe, ni d’imprimante ? Grosse flemme ?

Bien que cela soit éminemment moins efficace que par tractage postal, vous pouvez participer par courriel, voir sitamnesty.wordpress.com/sita-par-courriels

L’URL court tinyurl.com à indiquer dans votre courriel pour le présent article est tinyurl.com/5W73MAB

Éventuellement, vous pouvez recenser vos actions au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

30/01/2011

Débat public sur la supériorité de la charia par rapport à la démocratie en Australie…

Et pourtant… Un ministre australien avait déjà résumé les choses clairement et fermé le dialogue de façon imparable… Mais les muzz, tels des morpions, reviennent à la charge… La charia supérieure à la démocratie… N’importe quoi.

FDF

.


Qui aurait jamais cru qu’un jour, les démocraties verraient des débats publics où des intervenants plaident pour l’abolition de la démocratie et de la liberté et l’instauration d’un régime théo-fasciste ?

Australie-3À gauche, Ibrahim Siddiq-Conlon; à droite, Jack Zedee

_____________________________________

Un public d’une centaine de personnes a assisté jeudi soir à un débat public à Parramatta sur les mérites respectifs de la charia et de la démocratie.

Australie-4

Ibrahim Siddiq-Conlon de Sharia4Australia et l’ancien militaire Jack Zedee ont présenté tour à tour leurs arguments puis ils ont répondu aux questions de l’auditoire et de Zaky Mallah, organisateur et animateur du débat.

Mr Siddiq-Conlon, un Australien de souche converti à l’islam, a déclaré: « La charia est un système bien supérieur à la démocratie ». Son principal argument est que la charia offre à la société un code moral strict guidant les décisions, tandis que la démocratie ne garantit pas la moralité : « En démocratie, si vous avez 100 meurtriers, le meurtre peut devenir légal. Si vous avez suffisamment de gays, vous aurez le mariage homosexuel. Il y a beaucoup de problèmes avec la démocratie, et la charia peut tous les régler : le jeu, l’alcoolisme, la criminalité, le viol, les meurtres. La charia a une solution à tous ces maux. »

Mr Zedee a dit que bien qu’il n’est pas d’accord avec toutes les décisions du gouvernement, celles-ci reflètent l’opinion de la majorité : « Au moins, dans une démocratie, tout le monde est égal, alors qu’en vertu de la charia, l’homme musulman vaut plus que la femme musulmane, et bien davantage qu’un non-musulman. »

Mr Zedee, un ancien militaire, aujourd’hui formateur sur la sécurité des armes à feu et chasseur d’animaux sauvages, a dit que l’orateur précédent contre Sharia4Australia s’était retiré et s’était senti obligé de défendre ses convictions. « La charia a toujours été instaurée à la suite de soulèvements violents, et nous devons veiller à ce que ces idéologies ne se répandent pas. Je crois que nos politiciens ne sont pas assez vigilants. » […]

Source : Town hall meeting debates merits of Sharia, Parramatta Sun, 27 janvier 2011

28/01/2011

France: 8% de la population fait peur au reste…

Pourquoi l’islam fait peur… Pour plein de raisons. En attendant, 8% de la population fait peur au reste…
FDF

.


Heureusement que la Résistance veille…

42 % des Français considèrent les  musulmans comme une “menace”. 68% jugent qu’ils ne sont “pas bien  intégrés”. D’où vient cette défiance sans précédent ? Comment en est-on  arrivé là ?

Cela faisait plusieurs semaines, déjà, que l’Ifop avait réalisé son sondage coup de poing avant que le Monde ne   se décide, courageusement, à le publier le 5 janvier. Venant à l’encontre de bien des idées reçues sur l’intégration de la “communauté musulmane” en France (et en Allemagne, l’étude portant sur les deux pays), c’est peu dire, en effet, que ses résultats se situent aux antipodes du discours “politiquement correct” ambiant. Et encore le Monde n’a-t-il   pu rendre compte que d’une partie seulement des… quarante-quatre pages   de données que comprend ce sondage – auquel nous avons eu accès dans sa  globalité. À noter aussi que sont intégrées dans cette étude les réponses des musulmans et personnes de culture musulmane eux-mêmes (8 à 9   % de la population).

« Très sévères sur le fond » (les principes de l’islam), « très critiques sur la forme » (la volonté d’intégration des musulmans) et, ceci expliquant cela, « très inquiets pour leur avenir » (leurs   valeurs et leur mode de vie) : tels sont aujourd’hui, selon Jérôme Fourquet, de l’Ifop, les sentiments majoritaires des Français.

« S’ils se montrent de plus en plus hostiles, c’est que cette hostilité a changé de registre, décrypte, pour Valeurs actuelles, le directeur adjoint du département opinion de l’institut de sondage. Autrefois    limitée, dans les années 1980-1990, à des reproches et à des    inquiétudes liés à l’insécurité et à la concurrence économique des    immigrés, voire du terrorisme, cette défiance est désormais    principalement identitaire et culturelle, de type “choc des    civilisations”. »

Très sévères , donc, sont les jugements des Français sur l’islam .   Sur les huit formules (quatre positives, quatre négatives) qui leur ont  été soumises par l’Ifop, ce sont les quatre défavorables qui « correspondent le mieux à l’idée » qu’ils s’en font aujourd’hui : “rejet des valeurs occidentales”, “fanatisme”, “soumission” et “violence” (72 % de citations en premier au   total). Arrivant en tête des réponses, le “rejet des valeurs occidentales” (31 %) a presque doublé en dix ans (17 % en 2001) !

Les quatre jugements favorables sont, quant à eux, relégués en  queue de classement : “protection de la femme”, “justice”, “liberté”, “démocratie” (9 % de citations en premier, soit huit fois moins que les opinions hostiles). Principale explication, selon Fourquet, de ce rejet,  sur le fond, de l’islam : « le réveil identitaire et religieux,  constaté depuis quelques années, d’une partie des musulmans ». « Très  médiatisé, celui-ci apparaît pour beaucoup comme une menace pour la  “laïcité à la française” » : affichage à la hausse du voile et de la burqa (auxquels 59 % des Français sont opposés dans la rue ; voir graphique page 15),   ramadan de plus en plus suivi, prières sur la voie publique, revendication de nourriture halal dans les écoles, les étals de supermarché et les fastfoods, ou encore d’horaires aménagés dans les piscines… Un « choc visuel et psychologique » qui explique que, pour 55 % des Français, “l’influence et la visibilité de l’islam” sont “trop importantes”.

Conséquence de cette perception d’une pratique religieuse  jugée trop “conquérante” : un jugement (très) négatif sur leur volonté  et leur capacité d’intégration. Si 68 % des personnes interrogées  estiment que les musulmans ne sont pas bien “intégrés”, c’est en raison,  d’abord, de leur “refus de s’intégrer” et de leurs “trop fortes  différences culturelles”. « Les Français, relève Fourquet, ont  pris conscience que cette communauté n’avait pas vocation à partir, revendiquait sa place, et qu’il allait donc falloir “cohabiter” avec elle. » D’où cette “inquiétude” pour le maintien de certaines de leurs valeurs (tolérance, égalité homme-femme…) et de leur mode vie (liberté de mœurs, codes vestimentaires, alimentation…) : seuls 22 % des Français considèrent que les musulmans sont un “facteur d’enrichissement culturel”, contre près du double (42%) qui voient en eux une “menace pour l’identité de [leur] pays”.

Alors que de précédents débats (tel le référendum sur la Constitution européenne de 2005) faisaient apparaître une vraie césure “France d’en haut contre France d’en bas”, le jugement porté sur les musulmans témoigne, lui, d’un profond clivage droite-gauche : 71% des sympathisants de droite (UMP + FN) considèrent ainsi leur présence comme   une “menace”, contre 24 % seulement à gauche.

Selon Jérôme Fourquet, les résultats de cette étude sont, par ailleurs, annonciateurs d’un casse-tête pour Sarkozy dans la perspective   de 2012 : « Face à ce qu’ils considèrent comme une menace culturelle  et idéologique, les Français perçoivent bien l’impuissance du pouvoir :  “Que peut-il faire ? Pas grand-chose”… » Mais le “piège” peut aussi se refermer sur la gauche : «   Une forte minorité de ses électeurs est, elle aussi, inquiète, notamment sur la laïcité, et ne se reconnaît pas dans les discours “bienpensants” de ses représentants », poursuit- il. De quoi, « si l’un ou l’autre camp ne trouve pas de réponse adaptée, offrir une importante marge de progression au FN ». Surtout, si la question de l’islam figure, comme le prédit l’Ifop, « parmi les thèmes dominants de la prochaine présidentielle ».

Source : Valeurs Actuelles

27/01/2011

Manifestations: le Yemen entre dans la danse.

Sur un siège éjectable…

Tunisie, Egypte, Yemen: un point commun: ils veulent tous chasser leurs présidents respectifs. La contagion se propage… Nous ne sommes pas à l’abri…

FDF

.

Des milliers de Yéménites, inspirés par la Tunisie et l’Egypte, ont manifesté jeudi à Sanaa à l’appel de l’opposition pour réclamer le départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans.Le président tunisien « est parti après 20 ans, 30 ans au Yémen, ça suffit », scandaient les manifestants en référence au mouvement de contestation populaire sans précédent en Tunisie qui a chassé le président Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans au pouvoir.

La « Révolution du Jasmin » en Tunisie a provoqué une onde de choc dans plusieurs pays arabes, notamment en Egypte, théâtre cette semaine de manifestations sans précédent contre le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis trois décennies, qui ont fait six morts.

Mais le ministre yéménite de l’Intérieur, Motahar Rachad al-Masri, a exclu toute similitude avec la révolte tunisienne qui a conduit à la chute de Ben Ali le 14 janvier.

« Le Yémen ne ressemble pas à la Tunisie », a-t-il déclaré à l’AFP, affirmant que le Yémen « est un pays démocratique » et les manifestations sont pacifiques.

« Non au renouvellement du mandat, non à la transmission héréditaire du pouvoir », « l’heure du changement a sonné », répétaient les manifestants yéménites qui s’étaient rassemblés pendant deux heures à l’appel d’une coalition de partis de l’opposition parlementaire.

« Nous nous rassemblons aujourd’hui pour demander le départ du président Saleh et de son gouvernement corrompu« , a lancé à l’adresse de la foule un député du parti islamiste Al-Islah, Abdelmalik al-Qasuss.

L’opposition a organisé quatre manifestations distinctes dans la capitale pour « disperser les forces de police », selon l’un des organisateurs.

Les forces anti-émeutes se tenaient à distance des manifestants, mais elles ont renforcé les mesures de sécurité autour du ministère de l’Intérieur et de la Banque centrale.

Le Congrès populaire général (CPG, parti au pouvoir), a organisé quatre contre-manifestations qui ont réuni des milliers de personnes dans la capitale.

« Ne faites pas tomber la démocratie et la Constitution », pouvait-on lire sur l’une des banderoles brandies par des manifestants pro-gouvernementaux.

Les manifestations se sont multipliées ces derniers jours au Yémen, un pays rongé par la pauvreté et le chômage.

Le gouvernement a annoncé cette semaine une augmentation des salaires, une mesure destinée à « prévenir des problèmes similaires à ceux de la Tunisie », selon l’analyste yéménite Mustapha Nasr, interrogé par l’AFP.

En outre, des milliers de partisans du Mouvement sudiste, un groupe séparatiste, ont manifesté dans plusieurs villes du Sud du Yémen, dont Daleh, Habilayn, Loder et Ezzan, scandant des slogans séparatistes. « Révolution, Révolution dans le Sud », « Plutôt mourir libres que d’accepter l’occupation », répétait la foule, selon des participants.

Au pouvoir depuis 1978, M. Saleh a été élu pour la première fois en 1999 au suffrage universel direct pour un mandat de sept ans. Il a été réélu pour la deuxième fois en 2006 pour un mandat qui arrive à expiration en 2013.

Un projet d’amendement de la Constitution, en discussion au Parlement malgré le refus de l’opposition, pourrait ouvrir la voie à une présidence à vie pour l’actuel chef de l’Etat.

L’opposition accuse en outre le président Saleh, 68 ans, de vouloir transmettre la présidence à son fils aîné Ahmad, chef de la garde républicaine, unité d’élite de l’armée.

Mais le chef de l’Etat s’est défendu dans un discours télévisé dimanche soir de vouloir transmettre le pouvoir à son fils. « Nous sommes une république, et je suis contre la transmission du pouvoir », a-t-il dit.

Les manifestations de jeudi s’inscrivent dans le cadre d’un programme de protestations de l’opposition, à l’approche des élections législatives prévues le 27 avril.

Source: http://www.ladepeche.fr/

Tunisie, Egypte, etc… Et si on avait essayé la démocratie?

Excellent billet, Lucien. Je transmets.

FDF

.

Depuis les « indépendances », dans les années 50-60, à l’époque du socialisme réel et du tiers mondisme tout puissant ces divers peuples d’Afrique du Nord et du Proche Orient ont cru en leurs dirigeants formés à l’école du communisme et de l’arabisme qui leur disaient que leur version de la modernité était bien supérieure au régime démocratique occidental.

Ce fut l’illusion, jusque dans les années 80 ; ainsi un Yasmina Khadra qui n’a pas de mots assez durs pour l’opposition en Algérie, a encore la nostalgie des années 70 alors que ce fut le pire moment pour ce pays qui subit la tyrannie d’un Boumedienne amenant avec lui l’islamisme pour mieux arabiser une population à qui l’on avait vendu dans les maquis le mythe d’un pays pluriel où même les juifs et les pieds noirs auraient leur place. A cette époque et jusqu’à la révolution khomeyniste en Iran (1979), ces peuples n’ont eu qu’une version édulcorée de la démocratie, ou, plutôt une version en pis du colonialisme d’après seconde guerre mondiale, c’est-à-dire le bourrage des urnes, la ségrégation politique, l’ordre religieux de plus en plus exigeant au fur et à mesure que le pouvoir militaire désormais au pouvoir lui donne des gages pour que les religieux tiennent la société civile pendant que les généraux « apolitiques » s’enrichissent en paix (salam).

Las de ces mensonges et manques certains ont été regardés du côté de l’Iran, du moins secrètement parce que l’on ne pactise pas avec les shiites, et comme le régime communiste semblait encore plus pernicieux que le régime démocratique, les peuples de ces pays se sont dits qu’après tout il fallait aller dans cette direction, d’autant que certains intellectuels de renom (Foucault) disaient que la révolution iranienne était l’avenir en ce qu’elle répondait aux insuffisances sociétales de la société occidentale.

Ce discours a toujours pignon sur rue. Il est fort. Et même se renforce malgré ce qui se passe en Tunisie, en Egypte, parce qu’il est déjà sur sa lancée et que la pente est très abrupte, impossible de freiner, surtout avec le boycott anti-israélien qui aujourd’hui emporte toute raison ; ce qui fait qu’en définitive il y a plus aujourd’hui de sympathisants de la cause islamiste, et palestinienne, en Europe que dans les pays concernés qui eux en ont fait le tour depuis qu’ils se sont aperçus que les islamistes (palestiniens compris) ne valaient guère mieux question libertés et développement.

Les Irakiens ont en fait l’expérience après les Algériens et les Afghans : interdire de jouer aux dominos et de fumer au café, interdire la danse dans les mariages, interdire jusqu’au sport, c’était aller trop loin dans la densification de l’énergie spirituelle qui ne doit être saisie que par et dans le djihad à ériger constamment c’est-à-dire en érection permanente (d’où l’impossibilité qu’il puisse croiser une femme). Aussi, et aussi surprenant soit-il, la version hard de l’islam a plus la côte dans les pays qui ne connaissent pas l’islam au pouvoir, même déformé par la dictature ploutocrate, que dans les pays qui le subissent et qui savent bien, l’exemple de l’Iran ne s’avérant décidément pas probant, que l’islam, même intégral, ne sera pas la solution mais à nouveau le problème. Or, visiblement, ces peuples n’aspirent pas à la guerre, même contre Israël. Ce qui énerve bien par exemple ce clown pour cirque de dernière catégorie qu’est le triste sire Kadhafi qui cherche à faire les yeux doux aux tunisiens après les avoir insultés.

Mais regardez ce qui se passe en France…

Suite et source: http://www.lucien-sa-oulahbib.info/

« Page précédentePage suivante »