Francaisdefrance's Blog

16/02/2012

Les délinquants étrangers dans le collimateur…

Il ressort le karcher? Ca n’a jamais marché…

.

Il est vrai que tous les jours, les faits divers en parlent. La délinquance étrangère devient un véritable fléau. Ce qui était plus ou moins tu avant, vient sur le devant de la scène politique. Satané Sarkö: il pille encore les idées du FN. En dernier recours, semble t’il.

Il est vrai aussi que le problème de l’immigration est très porteur. Mais il n’y avait que le FN qui le dénonçait, auparavant; et on l’accusait de racisme. Va t’o’n accuser Sarkö de raciste? Les officines spécialistes en la matière de lutte contre le racisme vont elles hurler contre le président sortant et le gouvernement? Je ne pense pas. Sans subventions, elles ne pourraient plus survivre…

FDF

.

A deux mois de la Présidentielle, une étude pointe du doigt les délinquants étrangers

Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé sa candidature hier soir dans le JT de TF1 et se lance dans une campagne dont l’un des axes forts sera l’immigration, une étude démontre la part croissante des étrangers dans les actes de délinquance. Selon les statistiques de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), la part des étrangers dans les mis en cause pour atteintes aux biens en 2011 s’élève à 17,3%, soit un délit sur six. Ce résultat est en hausse par rapport à 2006 (12,8%).

Sur la base de deux fichiers de police et de gendarmerie, le Stic et la BNSD, l’ONDRP a également tenté de définir l’âge, le sexe et la nationalité des étrangers « mis en cause » entre 2008 et 2010. Et il apparait clairement que le nombre de Roumains a augmenté et même plus que doublé. « Le nombre de personnes de nationalités de l’ex-Yougoslavie mises en cause pour vols s’est accru de plus de 65% » pour la police, et « de plus de 90% » pour les gendarmes, précise l’Observatoire.

Selon le Stic, il y a une augmentation globale d’environ 40% du nombre d’étrangers « mis en cause » par la police sur cette période. Cette « tendance à la hausse » concerne aussi « les mis en cause pour vols d’autres nationalités », affirme l’ONDRP, citant les Algériens ou les Tunisiens.

Un projet de loi pour plus d’expulsions

Cette étude a été commandée par le ministre de l’Intérieur Claude Guéant alors que l’UMP vient de déposer un projet de loi tendant à augmenter les expulsions d’étrangers condamnés. Depuis fin décembre, Claude Guéant pointe du doigt « une délinquance étrangère supérieure à la moyenne enregistrée dans notre pays ». Nicolas Sarkozy avait lors d’un discours à Grenoble en 2010 fait le lien entre délinquance et immigration, provoquant une vive polémique au sein de la classe politique et de l’opinion publique. Pour le député UMP Éric Ciotti, ces nouveaux chiffres sont la « confirmation » d’une « surreprésentation » des étrangers dans la délinquance. Cette étude « balaie la polémique un peu ridicule après le discours de Grenoble ».

Pour le Front National et son vice-président Louis Alliot, ce rapport montre « pour la première fois la corrélation entre immigration et insécurité » et « ouvre les yeux de tous nos compatriotes sur les méfaits d’une immigration massive et incontrôlée ».

Derrière les chiffres, une réalité sociale

Du côté de l’opposition, la réaction ne s’est pas fait attendre. Pour François Rebsamen, chargé des questions de sécurité pour le candidat Hollande, « il n’y a pas de hasard en politique » : la publication de cette étude, à deux mois de la présidentielle, « imprime l’entrée en campagne de Nicolas Sarkozy d’un parfum nauséabond ».

Mais derrière ces chiffres se cache une réalité sociale, comme l’explique le criminologue Alain Bauer, président de l’ONDRP, qui met en garde contre « l’interprétation » des données. Pour Sébastian Roché, sociologue au CNRS, ils peuvent conduire à comparer « deux populations qui ne sont pas comparables », les étrangers étant « plus pauvres », « plus urbains » et dotés d’« un niveau scolaire plus faible ».

Source: http://www.ladepeche.fr/

25/11/2011

Délinquance: les étrangers sont plus nombreux à être « mis en cause » par les forces de l’ordre.

Et ce n’est pas moi qui le dit. Je ne fais que le rapporter. Les VRAIS chiffres de la délinquance, bien analysés, donnent ce qui suit; et là, on parle des vraies victimes…

Les « bienfaits de l’immigration », encore une fois. (Photo d’illustration).

FDF

.

Ces autres chiffres sur la délinquance

Un rapport publié lundi dresse un état des lieux de la délinquance à partir des victimes.

Ces chiffres-là tranchent avec les statistiques officielles. La cinquième enquête de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), rendue publique mardi, offre un éclairage différent sur la délinquance en France. L’ONDRP s’appuie en effet sur une enquête d’opinion (1), dite de victimation, et non sur les statistiques enregistrées par les forces de l’ordre, souvent à partir des plaintes.

Résultat : les chiffres font le grand écart. Les Français ont ainsi déclaré avoir été victimes de quatre millions de vols en 2010, soit trois fois plus que les statistiques officielles, qui n’en relèvent qu’1,5 million. L’écart est également considérable pour les violences sexuelles : en 2009-2010, 280.000 personnes de 18 à 75 ans se déclarent victimes, contre seulement 10.000 plaintes en 2010.

Les femmes plus touchées

Autre enseignement de ce rapport, les femmes sont de plus en plus victimes de vols et de vols avec violence, un phénomène en hausse de 35%. Et si les violences physiques et sexuelles sont en baisse, les violences au sein du ménage sont tout de même d’un ordre élevé de quelque 820.000, sur deux ans. 380.000 personnes, en grande majorité des femmes, affirment avoir été victimes de violences sexuelles et physiques d’un conjoint.

Les étrangers sont plus nombreux à être « mis en cause » par les forces de l’ordre. 226.675 d’entre eux l’ont été en 2010, dont 40% pour des infractions à la législation sur les étrangers. Globalement, une tendance à la hausse est constatée : entre 2005 et 2010, le nombre d’étrangers mis en cause pour des atteintes aux biens a augmenté de 8,2%, et de 7,8% pour les violences aux personnes.

Les médecins pris pour cibles

Parmi les victimes, la hausse est spectaculaire chez les médecins. 920 déclarations d’incidents ont été transmises en 2010, contre 512 en 2009, une progression de 79,7% en un an seulement. En première ligne, les généralistes, chez qui le taux d’incidents est le plus élevé. Dans la plupart des cas, l’incident s’est déroulé dans le cabinet du praticien.
A l’hôpital, 5.090 signalements d’actes de violence ont été envoyés, en hausse de 7,3% par rapport à 2009. Près de 32% des atteintes aux biens et aux personnes ont eu lieu dans des services de psychiatrie.

La police et les gendarmes sont également visés. Pour les policiers, les atteintes aux biens et aux personnels sont en baisse pour la première fois depuis 2006. Mais chez les gendarmes, l’ONDRP note une hausse de 20% du nombre d’agressions physiques, qui sont passées de 1.720 en 2009 à 2.062 en 2010.

Un problème qui préoccupe les Français

D’autres professions ne sont pas épargnées : les violences contre les postiers sont en hausse de 24%, et les agressions contre les pompiers en intervention sont passées de 1.080 en 2009 à 1.155 en 2010.

L’enquête de l’ONDPR insiste également sur la perception que les Français ont de la délinquance : pour 16,4% d’entre eux, ce problème est « préoccupant », presque autant que la pauvreté (19%). Une évolution qui reste malgré tout difficile à expliquer, note Cyril Rizk, l’un des responsables de l’observatoire, « il suffit par exemple d’une actualité médiatique ou politique de fait divers pour l’amplifier ».

(1) Enquête menée avec l’Insee en 2010 auprès de 17.000 personnes de 14 ans et plus.

Source: http://www.europe1.fr/