Francaisdefrance's Blog

19/11/2011

Les musulmans payent moins cher que nous pour leurs défunts à Marseille !

Et il faut s’estimer heureux que ce soit pas totalement pris en charge par la municipalité qui n’est plus à une traîtrise près… Pourquoi ne pas leur donner un terrain spécialement dédié à leurs stèles funéraires ? Ca éviterait des inepties de ce genre.

Qu’est-ce qu’on dit à m’sieur Gaudin ?

FDF

.

Cimetières de Marseille : pour une superficie équivalente, les musulmans devront débourser 2 000 euros de moins que les autres.

Tarifs des cimetières marseillais (derniers tarifs en ligne datant de 2007).

Concession perpétuelle dans les rangs

Superficie : 2,8
Total général : 5107,00 Euros

Concession perpétuelle dans les rangs en carré musulman

Superficie : 2,64
Total général : 2884,00 Euros

Source : Association Française d’Information Funéraire

Source:  http://www.defrancisation.com/

23/06/2011

Un peu de respect pour nos défunts, svp…

A Villefranche-de-Rouergue, les muzz cherchent un terrain pour leur future mosquée… Il est même évoqué un lieu à proximité du cimetière du coin. Là, on tombe dans l’indécence… Ils ne nous respectent pas nous; alors, qu’ils respectent au moins nos morts. Ceux-ci ne sont pas obligés de subir les appels du muezzin ni les prières et sermons des imams. Un cimetière est un lieu de paix et de recueillement, chez nous…

FDF

.

Villefranche-de-Rouergue. La mosquée se cherche un terrain ou un bâtiment

Où implanter la nouvelle mosquée ? Le Tricot ne fait pas l’unanimité. D’autres lieux sont évoqués : derrière le cimetière, les anciens courts de tennis des Filtres ou l’école Haute-Guyenne.

La nécessité pour la communauté musulmane de disposer d’une nouvelle mosquée n’échappe à personne. L’actuelle, rue Valadier, ne répond plus aux exigences d’aujourd’hui en terme d’accueil et de fréquentation. En maintes occasions, on y constate un problème de place.

Il y a quelques semaines, le conseil municipal a été réuni en séance privée pour aborder le sujet. L’association cultuelle et culturelle des musulmans de Villefranche y a présenté son projet, sollicitant des élus la vente d’un terrain pour accueillir la nouvelle construction. « L’emplacement de la mosquée doit se situer proche de la population pratiquante. Les fidèles réclament un lieu de culte de proximité bien adapté à leur pratique d’où l’importance du choix du terrain au Tricot » plaidait-elle lors de cette réunion.

Le terrain situé derrière le centre des impôts était alors évoqué par Serge Roques. Pour l’opposition, Éric Cantournet, jugeait ce site « inapproprié, car on doit éviter la ghettoïsation du quartier ».

Le premier choix de Serge Roques est aujourd’hui loin de faire l’unanimité au sein même de son équipe municipale. Si bien que le dossier n’a pas été inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal qui se tenait hier soir. Il ne le sera pas non plus à celui du mois de juillet. « Il faut s’entendre sur le terrain. Nous devons trouver le lieu le plus approprié. La décision devrait être prise à la rentrée de septembre. Nous avons besoin auparavant de l’estimation des domaines pour pouvoir vendre » explique le maire.

Trois autres lieux sont évoqués aujourd’hui : derrière le cimetière, les anciens courts de tennis des Filtres et l’école maternelle Haute Guyenne dont les classes vont intégrer le nouveau groupe scolaire du centre ville à Pendariès.

Pour sa part, l’association des musulmans souhaite à l’heure actuelle rester sur une position de réserve. « Nous attendons la réponse des élus » souligne son président. Il rappelle tout de même l’importance de la proximité du lieu de culte pour la communauté musulmane. Le Tricot conviendrait le mieux, mais Il peut y avoir d’autres sites. L’essentiel c’est qu’il se trouve au plus proche de la population.

Source: http://www.ladepeche.fr/

02/11/2010

Nos cimetières en Algérie…

Photo empruntée à http://tinyurl.com/24af5an

Mardi 2 novembre 2010: nous célébrons nos défunts… En ce jour de mémoire et de pensées profondes envers nos chers disparus, j’ai cru bon de publier ce courrier un peu particulier…

FDF

.

Déjà publié en Juin 2008 – La preuve s’il en était besoin, que des actions concertées et unitaires sont dans ce domaine, aussi, essentielles !


Description : Le respect de nos morts.

Voici un courrier envoyé à l’Ambassadeur d’Algérie en France. Ce courrier, on aurait pu s’en douter, est resté sans réponse…

J’ai envoyé ce même courrier par mail au Figaro pour qu’il paraisse dans le « Figaro Magazine ». Le courage de nos journaliste a été du même niveau que celui de l’ambassade, et rien n’a été diffusé.

Il serait bon que chaque PN recherche sur « Google Hearth » les lieux où il a vécu et le cimetière de sa ville ou de son village. Et là, au même titre qu’il existe de façon très confidentielle un livre de photos d’attrocités du FLN et autres terroristes, la publication d’un recueil de photos indiscutables sur ce qu’ils ont fait de nos morts, pourrait être très révélatrice de la mentalité de ce pays qui de plus, en ce moment fait la chasse aux Chretiens.

.

Lettre ouverte à l’Ambassadeur d’Algérie en France.

Monsieur l’Ambassadeur,

Une partie de mes parents son originaires de Chéragas près d’Alger, où mes deux Grands-pères ont été inhumés. Moi-même je suis né à Alger. Par le biais de photos satellite, j’ai voulu retrouver des lieux que j’ai connus, et particulièrement Chéragas. Quelle ne fut pas ma surprise en constatant que le cimetière Catholique avait été détruit, et qu’il ne reste rien de ce lieu, sinon qu’un trou béant où d’autres travaux ont certainement été entrepris depuis.

Je voudrais vous faire part de ma peine, de mon indignation voire de mon écœurement face à un constat de faits que je ne pensais pas se voir produire. Que sont devenus les corps de nos parents ? Je considère cet acte comme indigne, insultant et inadmissible de la part d’une nation qui de plus, réclame à la France un mea-culpa et le respect d’une dignité qu’elle-même est incapable d’assumer. Elle n’a même pas le moindre sentiment de respect des autres religions, alors qu’elle le demande et l’exige de la part d’autrui, lorsqu’il s’agit de la religion qu’elle pratique.

C’est une attitude odieuse et blasphématoire qui s’est certainement reproduite en d’autres lieux du territoire algérien. Je laisse à mes compatriotes et à nos responsables politiques, le soin d’imaginer la violence des réactions de vos populations et de vos politiques, qu’une situation inverse aurait déclenchée.

La France a été en guerre avec l’Allemagne. Elle a sur son sol, des sépultures Allemandes qu’elle respecte et qui sont toujours entretenues. Les familles des défunts peuvent encore aujourd’hui venir se recueillir. C’est une question d’honneur et de dignité, qui a probablement échappé aux responsables politiques de l’Algérie, lorsqu’ils ont donné l’ordre de procéder à ces profanations.

Chez nous en France, les auteurs de ces types d’actes sont traduits en justice. L’exemple en a été donné par la condamnation de deux individus qui ont profané des tombes musulmanes à Ablain St Nazaire. Qu’en est-il pour ces mêmes catégories d’individus dans votre pays ? Car, quels que soient leurs rangs ou leurs niveaux de responsabilités, ils sont à mes yeux des êtres indignes d’être considérés comme humains ou de pouvoir revendiquer la moindre marque de respect.

Je suis d’autre part certain, que beaucoup de vos compatriotes, soucieux de l’image de leur pays, et certainement dotés d’un autre niveau de culture, n’ont pas approuvé ces actes. J’aimerais avoir l’honneur Monsieur l’Ambassadeur, de présenter à Votre Excellence l’expression de ma très haute considération, mais les faits m’interdisent une telle marque de politesse.

J-F B.

Source: http://notrejournal.info/Nos-cimetieres-en-Algerie