Francaisdefrance's Blog

23/11/2011

Niqab, fraudes: les sort s’acharne sur l’homme au torchon…

Il ne devrait plus défrayer la chronique bien longtemps, le « beau » Lies… Une déferlante d’accusations lui tombent sur la tête le torchon…

FDF

.

Y’a pas à dire; j’aime bien son couvre-chef… FDF

.

Hebbadj et ses compagnes n’en ont pas fini avec la justice…

Lundi, les réquisitions du procureur à l’encontre de Lies Hebbadj ont été dévoilées. Cet épicier de Rezé, près de Nantes, devrait être poursuivi pour travail clandestin, fraude aux prestations familiales. Des soupçons pèsent également sur son épouse et trois de ses compagnes.

Polémique sur le port du voile dans les lieux publics

L’affaire, interminable, a pris racine au printemps 2010 à Nantes. Une femme, verbalisée pour port du niqab au volant, conteste le PV. Son compagnon, islamiste proclamé, épicier à Rezé, s’insurge, fait mousser sa protestation.

Au lieu de calmer le jeu, le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, brandit des accusations de polygamie. On est en plein débat sur le port du voile dans les lieux publics. Le ministre envisage même la possibilité de déchoir Hebbadj de sa nationalité.

Travail clandestin et fraude ?

Ce lundi 21 novembre, les charges retenues par le procureur à l’encontre de Lies Hebbadj, 36 ans, ont été dévoilées. Si le juge d’instruction décide de poursuivre, le commerçant devra répondre de travail clandestin. Et s’expliquer sur l’absence de déclaration annuelle de salaire, défaut de déclaration préalable d’embauche, emploi d’un étranger en situation irrégulière… Il sera aussi jugé pour complicité de fraude aux allocations familiales pour 90 000 €.

Deux de ses compagnes auraient perçu des allocations en dissimulant une vie maritale. Pour le procureur, elles « vivent dans une polygamie de fait avec Lies Hebbadj ». D’autres soupçons du même ordre pèsent sur son épouse et sa quatrième compagne. « Ce ne sont que des réquisitions, estime Cécile De Oliveira, son avocate. Sa culpabilité sera ou non fixée par l’audience du tribunal correctionnel. »

Lundi, au même moment, deux compagnes de Lies Hebbadj ont été condamnées à 140 € d’amende pour s’être rendues à l’école vêtues du niqab. Une infraction réprimée par la loi du 11 octobre 2010. Venues voilées, elles ont été refoulées de la salle d’audience.

Source: Zenri via http://www.ouest-france.fr/