Francaisdefrance's Blog

05/01/2012

HOURIA BOUTELDJA. Elle « nique la France »? Elle doit la quitter !

Déjà 1800 signatures pour virer cette plaie hors de la France qu’elle invite à « niquer »… Il nous en faut encore.

Faites suivre.

FDF

.

PRESQUE 1800 SIGNATURES C’EST TRÈS BIEN………. MAIS INSUFFISANT

NOUS VOULONS LA DÉCHÉANCE DE NATIONALITÉ ET L’EXPULSION DE FRANCE DE LA PASSIONARIA HAINEUSE ET RACISTE ANTI BLANCS, ANTI FRANÇAIS DE HOURIA BOUTELDJA !
Cette haineuse raciste rentre totalement dans le cadre de la loi de 1998 et de l’article 25 du code civil puisque elle se livre a des incitations aux crimes contre la nation !

IL FAUT VOIR AUSSI CE QUE DIT LE CODE PÉNAL EN LA MATIÈRE : par exemples Article 412-3 Article 412-4 Article 412-6 Article 412-8 Décret n° 2011-795 du 30 juin 2011 relatif aux armes à feu susceptibles d’être utilisées pour le maintien de l’ordre public
CETTE PÉTITION EST DONC FONDÉE EN DROIT SIGNONS,  FAISONS LA SIGNER

JC JC..


http://www.petitions24.net/demande_dexpulsion_et_decheance_de_nationalite_de_h_bouteldja
http://www.petitions24.net/demande_dexpulsion_et_decheance_de_nationalite_de_h_bouteldja

25/06/2011

Affaire Hebbadj: à l’origine de ce nouveau contrôle des aides sociales ?

Ce n’est pas impossible. Et, coïncidence: Marine Le Pen en parlait déjà à l’époque… Au fait, qu’est il devenu, cet escroc ? Nous n’avons plus de nouvelles… Ce n’est pas qu’il me manque mais j’aurais bien aimé savoir si il bénéficie toujours des largesses des contribuables Français. Il nous doit de l’argent; à vous, à moi…

FDF

.

L’affaire Hebbadj appelle une réforme du code de la nationalité et du contrôle des aides sociales

Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Vice-Présidente exécutive du Front National :

L’affaire de la famille polygame de Nantes ne doit pas se limiter à une amende de 22 euros ni même à un simple questionnement sur l’éventuelle déchéance de nationalité de l’intéressé tant elle apparaît comme un défi aux valeurs de la République française :

– Comment se fait-il que l’Etat ait pu en 1999 accorder la nationalité française à un individu connu pour son prosélytisme islamiste au sein d’un groupe salafiste virulent ? Cette affaire montre l’absence totale de contrôle dans l’octroi de la nationalité française. N’est-il pas temps de décider d’un moratoire sur l’immigration, de réduire les conditions d’accès à la nationalité et de contrôler les dossiers de demande de naturalisation ?

– En révélant qu’il est lié à ses épouses par des mariages religieux non précédés de mariages civils, M. Hebbadj avoue qu’il a violé le droit du mariage républicain. En réalité, M. Hebbadj se croit autorisé avant l’heure à appliquer dans notre pays une loi islamique qui ne reconnaît pas l’autorité civile. Est-il prévu d’identifier ces pratiques sur tout le territoire et d’y mettre un terme ? M. Fillon qui a reçu les représentants du culte musulman a-t-il évoqué cette question avec eux ?

– M. Hebbadj se vante de vivre avec quatre « maîtresses » mais oublie de mentionner qu’elles sont entièrement à la charge de la collectivité dans des pavillons séparés sans travailler ? Combien précisément la famille Hebbadj touche-t-elle d’aides sociales diverses (APL, Allocations mères célibataires, allocations familiales, cantines scolaires, aides diverses,…) ? Pourquoi la vérité sur ces situations n’est-elle pas rendue publique par les autorités pour que les Français qui travaillent et qui payent puissent en apprécier le coût réel ?

– Pourquoi, s’il y a eu fraude à l’aide sociale, a-t-il fallu attendre que ce chef de famille donne une conférence de presse pour s’en alerter ? Les services de contrôle de l’aide sociale sont-ils, à ce point, défaillants ?

– Même si la nationalité française est retirée à M.Hebbadj, il ne pourra vraisemblablement être reconduit dans son pays d’origine compte tenu des dispositions actuelles sur l’expulsion. Ne faut-il pas sans délai revoir ces dispositions ?

Marine Le Pen, Vice-Présidente du Front national, demande aux pouvoirs publics une réponse ferme, rapide et claire à toutes les questions que pose cette affaire. Elle demande l’application effective de l’interdiction de règles islamiques en dehors de tout cadre légal républicain (polygamie, célébration de mariages religieux non précédés de mariages civils). Elle demande également que soit ouverte la réforme du code de la nationalité et que soient revus les contrôles lors de l’octroi de la nationalité française.

Source: http://www.frontnational.com/

18/11/2010

Belgique: la nationalité à points…

Et pourquoi pas? Une application semblable en France ferait du ménage…

FDF

.

COMMUNIQUE DE PRESSE

La nationalité à points instituerait un principe d’inégalité entre les Belges

Les remous suscités par la proposition du député PP Laurent Louis démontrent la nécessité d’un vaste débat politique à l’échelle du pays.

Sur les plateaux de RTL TVI, lors de l’émission Controverse du dimanche 7 novembre, Mischaël Modrikamen a déjà énoncé sa vision inégalitaire des Citoyens de ce pays ; sans qu’aucun autre participant ne relève l’incongruité de ses propos sur la nationalité à points.

Pour le mouvement LA DROITE, il est inacceptable de proposer une nationalité à deux vitesses.

L’égalité entre les Belges, quelque soit leurs origines, est un principe intangible et non-négociable.

Les propositions du Parti Populaire sont affligeantes de simplisme et relèvent de l’immaturité politique. Ces propositions sous-tendent que le pays devrait quitter le Conseil de l’Europe, l’Union Européenne et dénoncer la Convention Européenne des Droits de l’Homme, afin de pouvoir introduire dans la Constitution belge le principe d’inégalité entre les Belges.

Chaque démocrate de ce pays a le devoir de dénoncer cette proposition pitoyable.

Pour le mouvement LA DROITE l’essentiel du débat doit porter sur les conditions d’acquisition de la nationalité et propose que celle-ci soit accordée aux conditions suivantes :

Résider depuis au moins 10 ans sans discontinuer

Connaissance d’une des langues nationales

Reconnaissance des principes et valeurs énoncées dans la Déclaration européenne des Droits de l’Homme

Engagement d’abandon de la nationalité d’origine

Il ne peut y avoir d’acquisition automatique de la nationalité par mariage ou par simple naissance sur le territoire national.

Il ne peut y avoir de naturalisation pour les condamnés à des peines de prison, ni pour ceux inculpés dans un dossier et ce jusqu’à ce qu’un jugement définitif soit prononcé.

Pour la déchéance de nationalité, qui existe déjà dans notre législation, le principe général doit être la non-discrimination entre les Belges, qu’ils le soient de naissance ou aient acquis leur nationalité ultérieurement.

Les conditions de déchéance doivent être strictes et encadrées :

Déchéance, si sans autorisation, le national effectue un service militaire dans une armée étrangère

Déchéance, si sans autorisation, le national est fonctionnaire dans un service public étranger

Déchéance en cas de fraude pour l’obtention de la nationalité

Déchéance en cas de crime ayant sérieusement nuit aux intérêts de l’Etat

Déchéance en cas d’obtention d’une autre nationalité

Pour le mouvement LA DROITE, il ne peut y avoir, en cas de déchéance de nationalité, de différence entre Belges de naissance et Belges d’origine immigrée.

Cette déchéance de nationalité ne peut rompre l’égalité et ne peut être prononcée que par des instances indépendantes et à titre exceptionnel.

Le Porte-parole de la Présidence collégiale

Aldo-Michel Mungo

(*) Créé en juin 2010, LA DROITE est un mouvement politique dont l’objectif est de peser sur les décisions qui engagent l’avenir du pays. Centre de réflexion et groupe de pression, le mouvement prône des structures et un Etat efficace et simplifié. Un Etat laïque soucieux de renforcer notre socle commun de valeurs, au-delà des particularismes identitaires.

http://www.ladroite.be

28/09/2010

Loi sur l’immigration: du « light » et du « hard »…

Nos parlementaires vont avoir à débattre et à statuer sur ce fameux projet de loi qui nous occupe (on est quitte de penser au reste, ainsi…) depuis déjà un certain temps… On va voir ce qu’il en ressort de positif pour nous autres, citoyens français. Ne sommes nous pas, aux yeux du monde, le « pays des droits de l’homme? La préférence non-nationale va t’elle encore peser dans les débats? C’est probable… France: terre d’accueil… Bruxelles nous regarde… Au vu des dispositions prévues, il faudra être un « véritable terroriste meurtrier de membres des forces de l’ordre », par exemple,  pour être touché. Pas gagnée, la lutte contre la délinquance « issue de l’immigration »…

FDF

.

28.09.10

L’examen du projet début ce mardi à l’Assemblée nationale…

Les députés entament ce mardi l’examen du projet de loi sur l’immigration qui met en oeuvre l’extension de la déchéance de nationalité préconisée cet été par Nicolas Sarkozy, ainsi que plusieurs dispositifs facilitant l’éloignement des étrangers, y compris européens. Les principales dispositions en détail.

Déchéance de nationalité
Le principe est étendu aux «Français naturalisés depuis moins de dix ans» et condamnés pour meurtre ou tentative de meurtre sur une «personne dépositaire de l’autorité publique» (policier, pompier, etc.)

Zones d’attente spéciales
Comme dans les aéroports, la loi prévoit la possibilité de créer des «zones d’attente» n’importe où sur le territoire pour encadrer l’arrivée «d’un groupe d’au moins dix étrangers».

Interdiction de retour
Un étranger qui se sera maintenu en France au-delà du délai de départ volontaire pourra se voir notifier une «interdiction de retour» sur le territoire sauf pour «raisons humanitaires».

Vol et mendicité agressive
Un étranger, présent depuis plus de trois mois mais moins de trois ans, pourra être expulsé en cas de «menaces à l’ordre public». Le vol, la mendicité et l’occupation illicite d’un terrain sont notamment concernés.

Mariage gris
Fondé sur la tromperie volontaire de l’un des deux époux, le mariage gris entre un(e) Français(e) et un(e) étranger(ère) sera sanctionné de sept ans de prison et de 30.000 euros d’amende.

Durée de rétention
La durée de rétention administrative passe de 32 à 45 jours maximum. Le juge devra attendre cinq jours, contre deux auparavant, pour se prononcer sur la régularité de la procédure concernant l’immigré.

Charte des citoyens
L’accès à la nationalité sera désormais soumis à la signature d’une «charte des droits et devoirs du citoyen». Le processus de naturalisation sera accéléré pour celui qui présente un «parcours exceptionnel».

Source: http://tinyurl.com/34lmajz