Francaisdefrance's Blog

24/01/2012

Islam et insécurité: c’est étroitement lié. Celui qui me prouve le contraire sera le bienvenu…

Merci à  José CASTANO de cette superbe démonstration.

FDF

.

« Le droit du sol c’est cette aberration qui équivaut à prétendre qu’un cheval né dans une étable serait une vache… » (Alain Sanders, journal « PRESENT »)

« Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire » (Albert Einstein)

Parmi toutes les décisions gouvernementales qui ne cessent d’affaiblir notre pays, il en est une qui mérite l’oscar de l’incompétence et de la sottise… Le 29 avril 1976, l’un de nos illustres Présidents, Giscard d’Estaing, flanqué de son inénarrable Premier Ministre, son « ennemi intime » Jacques Chirac, s’étaient érigés en « sauveur de la France » en imposant par décret l’une de leurs idées géniales qui firent leur notoriété : Le « regroupement familial des immigrés », prélude à « l’invasion » qui allait, très vite, permettre de dépasser le seuil de 7% de la population –préjudiciable, selon Giscard- à l’Unité nationale. Le fait de permettre aux immigrés non-européens installés en France de faire venir leurs familles transformait une immigration de travail en immigration de peuplement, ouvrant ainsi grandes les portes à cette invasion qui allait très vite devenir une catastrophe pour la France.

Ainsi, pour avoir voulu faire de ce regroupement un moyen d’intégration basé sur la conviction irénique que des communautés raciales diverses pouvaient cohabiter harmonieusement sur un même territoire, on en a favorisé une cohabitation d’origines diverses, de mœurs différents, de cultures, de croyances qui ont immanquablement entraîné des frictions, des conflits, et il faut bien le dire, un sentiment de frustration de la part des populations autochtones. Ce multiculturalisme s’est traduit par un échec retentissant, tant en France que dans le reste de l’Europe, échec reconnu par ailleurs, tant par le Premier Ministre britannique David Cameron, que par la chancelière allemande Angela Merckel.

A cela s’est ajouté un afflux de naturalisations qui ont permis à bon nombre de ces « Français de papier » –considérant la France comme une vache à lait– de bénéficier amplement de notre Sécurité Sociale, des Allocations familiales, des Allocations logement et naturellement des indemnités de chômage. Ces naturalisations anarchiques ont également eu pour conséquence de contourner l’opposition des Français au droit de vote des immigrés et d’altérer, ainsi, la sincérité des scrutins au détriment des mouvements nationaux. Et le pire reste à venir quand on pense qu’Eric Besson s’est prononcé, le 10 janvier 2010, dans le cadre du débat sur l’identité nationale, en faveur de l’octroi du droit de vote aux étrangers « dans les dix ans à venir »…

Par ailleurs, usant et abusant des largesses de l’Administration française, les familles polygames –sous couvert de coutumes ineptes- se multiplient et aggravent les déficits. Il y en aurait plus de trente mille actuellement en France… « Quel bon pays est la France, à tous les escrocs, les aventuriers et les fripons ! » s’était déjà exclamé en son temps le duc de Saint-Simon.

Aujourd’hui, le « regroupement familial » a contribué à travestir bon nombre de villes françaises ou tout au moins de quartiers, en colonies africaines et maghrébines : Montreuil est, désormais, la deuxième ville du Mali au bord de la Seine ; Vénissieux le deuxième centre du Maghreb… Et aussi : rue Très Cloître et le quartier de la Villeneuve à Grenoble ; le quartier des « explorateurs » du Val-Fourré situé à Mantes-la-Jolie ; le XIe arrondissement, l’ilôt de Châlon, Barbès et Clichy à Paris ; la cité des 4000 à La Courneuve ; celle des Merisiers à Tremblay et celle de la cité de Sevran (Seine-Saint-Denis) ; la cité des Bosquets à Montfermeil et celle des Moulins à Nice ; le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes ; Les Mureaux (Yvelines) ;  les Minguettes à Lyon-Vénissieux ; la cité des Bleuets, celle du Clos de la Rose, La Cayolle et Bassins à Marseille… en attendant la célèbre Cannebière qui se « maghrébise » inexorablement… sont les plus célèbres, mais non les seuls ; elles prolifèrent désormais… Ce sont de véritables enclaves, des ghettos d’immigration, où non seulement les Français n’ont plus le droit de pénétrer, mais où les autorités étatiques : police, pompiers, médecins, services publics ne peuvent exercer normalement leur mission et où les bus sont régulièrement caillassés… quand ils ne sont pas incendiés. « En France, la frontière passe désormais au milieu de certaines banlieues ! » écrivait Salomé Zourabichvili, femme politique et diplomate ayant la double nationalité française et géorgienne. De cela, tout le monde est convaincu. Tout le monde… sauf Martine Aubry qui, le 16 juin 2011, au JT de 20h sur TF1, répondait sans vergogne à Laurence Ferrari « qu’il n’existait pas, en France, de zones de non-droit ». Pour une candidate présidentiable briguant à cette époque la magistrature suprême, il y avait vraiment de quoi s’inquiéter quant au devenir de la France…

Ce ne sont désormais plus des manifestations revendicatrices qui ont lieu… mais de véritables scènes de guérilla urbaine, préludes à une inévitable guerre civile que les plus avertis prophétisent déjà et qui se généralisent dans toute la France, sous l’œil désabusé des forces de l’ordre… dont l’action est le plus souvent neutralisée par celle de la magistrature qui devrait s’inspirer de cet avertissement de Léon Trotski : « Celui qui s’incline devant des règles établies par l’ennemi ne vaincra jamais ».

Ainsi, régulièrement, des jeunes gens cagoulés se livrent au pillage, aux incendies et aux destructions et quand, enfin, l’ordre est donné aux forces de l’ordre d’intervenir après moult saccages, elles sont accueillies avec des jets de pierre, des barres de fer, des battes de base-ball, des cocktails Molotov et, désormais, avec des armes à feu à balles réelles, ce qui constitue un degré supplémentaire dans la transgression sociale et pénale. Voilà où nous a conduit l’immigration-invasion dont sont responsables nos politiques de tous bords ainsi que toutes ces associations adeptes de la tartufferie des droits de l’homme et de l’antiracisme. Et si le citoyen français, las de ces insubordinations, de ces dégradations et de ces violences quotidiennes, dénonce et clame son aversion envers les auteurs et les complices de tant de méfaits, il est aussitôt traité de raciste et de fasciste. C’est ainsi que quand un Sénégalais tue un Mauritanien ; quand un Algérien tue un Ivoirien ou vice-versa, les médias  parlent de « luttes interethniques » ; quand un Européen tue un Maghrébin, les médias nous parlent de « crime raciste » mais quand un Maghrébin tue un Européen, les médias ne nous en parlent pas ou le font en taisant l’origine ethnique du meurtrier. « En France on punit ceux qui sonnent le tocsin et on laisse en liberté ceux qui allument l’incendie » aimait à dire ce grand Français qu’était le Bachaga Boualam…

Par opposition, le nombre des immigrés asiatiques est assez important en France, notamment à Paris… mais on ne les entend pas. Ils travaillent, ne représentent aucune charge pour la société et appliquent les règles élémentaires de la bienséance, de l’honorabilité et de la respectabilité.

Le couloir de l’insécurité, aujourd’hui, du Havre à Marseille, en passant par Paris et Lyon est aussi celui de l’immigration ; les statistiques pénales et pénitentiaires montrent d’ailleurs, de manière incontestable, l’existence d’une très forte sur-délinquance maghrébine et africaine, qui joue un rôle moteur dans le développement de l’insécurité. Car lorsqu’ils apparaissent, le vandalisme et la délinquance créent les conditions de leur propre développement par la contagion de l’exemple.

Dans un dossier spécial consacré à la délinquance étrangère, le journal Marianne, que l’on ne peut soupçonner de complaisance envers le FN, indique dans son édition du 9 janvier 2012, que d’après les statistiques officielles, les étrangers sont sur-représentés dans la délinquance. C’est ainsi qu’en 2010, 12,64% des condamnés pour crimes (punissables de plus de 10 ans de prison) étaient des étrangers, cette proportion étant de 12,58% pour les délits. Pour indication, en 2008, on comptait 5,8% d’étrangers dans la population active totale. Il est important de préciser toutefois qu’il s’agit là, essentiellement d’étrangers et non de bi-nationaux, ce qui porterait dans ce cas à plus de 50% le chiffre des statistiques…

Désormais, dans bon nombre de cités, forts de leur impunité et de la terreur qu’ils font régner, les caïds font la loi considérant appartenir à un autre territoire que celui de la République : Le leur !  C’est ainsi que selon le journal « Le Monde » du 6 mai 2010, le crime et la délinquance ont coûté 115 milliards d’euros de juillet 2008 à juin 2009, soit 5,6% du PIB de la France, autant que l’éducation nationale ou le système hospitalier et que, selon « Le Cri du Contribuable » du 1 juin 2010, le coût annuel pour les finances publiques de la politique migratoire (immigration/émigration) de l’Etat est de 38,3 milliards d’euros, dont 30,4 milliards pour la seule immigration. Que de réalisations pourrions-nous accomplir avec cet argent !… Que d’avancées dans les domaines de la science et de la médecine pourrions-nous obtenir !… Que de misère pourrions-nous soulager !… «Les personnes issues de l’immigration renvoient une image épouvantable au reste de la population. Les Français ont une mémoire. Ils ont accueilli de nombreux flux migratoires. Ils n’ont jamais assisté à un tel déchaînement de violence, une telle haine…» a déclaré à ce sujet Malika Sorel, écrivain-journaliste d’origine algérienne.

Et l’ultime Crédo du général Marcel Bigeard  nous incite à la réflexion quand il déclare en guise d’adieu : « Adieu ma France… Tu n’es plus celle que j’ai connue, le pays du respect des valeurs, de l’hymne et du drapeau, le pays de la fierté d’être français. Adieu ma France des trafics en tous genres, du chômage, de l’islamisme, de la polygamie, du laxisme, de la permissivité, de la famille décomposée… Adieu ma France réduite à l’état d’urgence, ma France déconstruite, en guerre avec elle-même. Je veux, néanmoins, demeurer optimiste et croire en ton sursaut. Mais qui te sauvera ? »

Oui, mon général, qui sauvera la France ?

José CASTANO

« A force de tout voir on finit par tout supporter…
A force de tout supporter on finit par tout tolérer…
A force de tout tolérer on finit par tout accepter…
A force de tout accepter on finit par tout approuver »

(Saint Augustin)

Et ces vers prémonitoires qui datent du XVIème siècle…

« France de ton malheur tu es cause en partie,
Je t’en ai, par mes vers, mille fois avertie.
Tu es marâtre aux tiens, et mère aux étrangers
Qui se moquent de toi quand tu es en danger,
Car la plus grande part des étrangers obtiennent
Les biens, qui à tes fils, justement appartiennent »
(Pierre de Ronsard – 1524 -1585)

01/11/2011

God save the Queen…

Là, ils sont mal, les Anglais. Il ne fallait jamais ouvrir cette boite de Pandore. Ils nous mettent tous en danger, en outre…

Vous nous avez déjà brûlé Jeanne d’Arc; ça commence à bien faire, les conneries…

FDF

.

Photo d’illustration…

Près de 4.000 criminels étrangers qui auraient dû être expulsés de Grande-Bretagne parcourent librement les rues britanniques en toute quiétude, révèle un rapport officiel divulgué la nuit dernière. Parmi ces criminels relâchés, 3.259 condamnés pour des délits mineurs, mais aussi 429 individus qui se sont rendus coupables de crimes « plus sérieux ». Enfin, 87 de ces repris de justice ont été détenus pour des actes graves: meurtres, viols, pédophilie. 
La raison de leur libération des centres de détention est surréaliste. Il a en effet été considéré « trop risqué » de les laisser rentrer dans leurs pays respectifs, ou parce que leur procurer un passeport s’est avéré trop compliqué.

Le rapport précise également que 1.600 repris de justice dangereux ont été placés en centres de détention pour immigrants après avoir purgé leur peine, et ce pour un coût de 63 millions d’euros par an. 

.

Faute d’expulsions, le Royaume-uni relâche 4.000 criminels étrangers!



Les droits de l’homme et des tracasseries administratives leur auraient permis de recouvrer la liberté alors qu’ils étaient en proie à des ordres de quitter le territoire.

Parmi ces criminels relâchés, 3.259 condamnés pour des délits mineurs, mais aussi 429 individus qui se sont rendus coupables de crimes « plus sérieux ». Enfin, 87 de ces repris de justice ont été détenus pour des actes graves: meurtres, viols, pédophilie.

La raison de leur libération des centres de détention est surréaliste. Il a en effet été considéré « trop risqué » de les laisser rentrer dans leurs pays respectifs, ou parce que leur procurer un passeport s’est avéré trop compliqué. La douane britannique ne laissant monter à bord d’un avion que les personnes dûment en règle.

« Droit à la vie privée et familiale »
Autre raison souvent invoquée par les criminels pour ne pas fouler leur pays d’origine: l’article 8 de la charte des droits de l’homme stipulant que tout individu a droit à une vie privée et familiale. Ce droit était à la base destiné aux immigrants qui avaient une femme ou des enfants outre-Manche et leur permettait d’éviter l’expulsion. Mais plus récemment, ce droit a été étendu par certains juges à des violeurs ayant « une vie sociale » sur le sol britannique ou des assassins vivant chez leurs parents.

Cette interprétation très laxiste de l’article 8 a évidemment été lourdement décriée par les services de l’immigration. L’Etat a même perdu un procès en appel contre un criminel notoire sujet à l’expulsion. Entre février 2010 et janvier 2011, ce sont 425 prisonniers d’origine étrangère qui ont ainsi évité l’expulsion en appel.

Mesures insuffisantes
Les politiciens britanniques, appelés à intervenir, ont tenté de modifier les lois d’immigration afin de canaliser la portée de l’article 8 des droits de l’homme et que les condamnés ne puissent plus contourner l’expulsion. Ils avancent notamment la portée de leur réussite en ce domaine, précisant que 5.000 criminels étrangers ont pu être expulsés en 2010.

Mais le cas des 4.000 criminels relâchés faute d’expulsion et de prise en charge suffisante des condamnés étrangers inquiète l’opinion publique britannique. Le rapport précise également que 1.600 repris de justice dangereux ont été placés en centres de détention pour immigrants après avoir purgé leur peine, et ce pour un coût de 63 millions d’euros par an. Un budget dont le gouvernement britannique ne dispose pas pour encadrer tous les immigrants coupables de délits ou de crimes. Même s’il s’agit de violeurs, d’assassins ou de pédophiles.

Source: sur un « tuyau » de JC JC…

15/08/2011

La « tolérance zéro » de David Cameron.

Tolérance zéro envers les racailles; mon rêve. Voyons si David Cameron tient ses engagements. Si c’est le cas, souhaitons que cela fasse un effet de propagation parmi tous les pays touchés par ce fléau. Les menaces, les promesses de répression, les gangs et bandes ethniques diverses en rigolent en encore…

FDF

.

La lutte contre les gangs, jugés responsables des émeutes par le Premier ministre anglais, constitue la « priorité nationale ».

Click here to find out more!

Les quatre nuits d’émeutes en Grande-Bretagne ont choqué le monde. Les gangs seraient à l’origine de ces troubles, dixit le Premier ministre britannique. Aux yeux de David Cameron, ils sont les seuls responsables des récents actes de violence, de pillage et de vandalisme qui ont coûté la vie à cinq personnes. Tandis que les arrestations se multiplient, la lutte contre ces gangs constitue désormais la « priorité nationale » de Londres. Place à la « tolérance zéro » inspirée du modèle américain de lutte antigang mis en place à Boston, à Los Angeles et à New York. Détails de l’arsenal imaginé par le gouvernement britannique.

La politique des vitres cassées

Dès le 11 août, lors d’une session extraordinaire au Parlement, Cameron esquissait son plan antigang. Aucune mesure policière ne serait écartée, y compris l’usage de canons à eau – réservé jusque-là aux troubles en Irlande du Nord -, la possibilité d’instaurer un couvre-feu en cas d’émeutes et le recours éventuel à l’armée. Trois jours après ses annonces à Westminster, le Premier ministre anglais va plus loin, dans les colonnes du Sunday Telegraph daté du 14 août. « Nous n’avons pas assez employé le langage de la tolérance zéro jusqu’à maintenant, mais c’est en train de changer très rapidement », prévient David Cameron.

La « tolérance zéro » part du principe que les délits mineurs – par exemple le fait de briser des vitres, d’où son surnom de « politique des vitres cassées » – doivent être punis de façon stricte. Car, selon les défenseurs de ce dispositif, les « petits » actes de délinquance peuvent déboucher sur des délits plus « graves », voire des crimes en l’absence d’une première sanction sévère.

Lain Duncan Smith, ministre du Travail et fondateur du Centre de justice sociale, un institut de recherche sur l’exclusion sociale et la délinquance, sera le maître d’oeuvre et présentera un rapport en octobre prochain. Mais déjà, la stratégie du gouvernement britannique s’articule autour de deux axes : une lutte vigoureuse à l’encontre des chefs de gang, combinée à une politique de soutien et d’aide sur le terrain aux jeunes adolescents susceptibles d’être recrutés.

Une existence sous surveillance

A l’encontre des chefs de gang, Londres prévoit la mise en place de mesures draconiennes. Des visites quotidiennes par la police à leur domicile sont envisagées. Objectif déclaré : faire de leur vie « un enfer ». Tous les aspects de leur existence seront ainsi examinés : la plus petite infraction – telle que le non-paiement de la taxe sur la télévision ou d’amendes de la circulation – pourrait déboucher sur l’emprisonnement.

 » Les plus durs d’entre eux ont besoin de se retrouver entre quatre murs de prison, et ce, pendant une période de temps particulièrement longue », résume Duncan Smith, interrogé par le Sunday Times.

L’éducation des mères célibataires

Le ministre du Travail assure que de nombreux jeunes éduqués par des mères célibataires se retrouvent happés par des gangs, car ils ne disposent pas de figure paternelle : « Beaucoup de garçons sont en quête d’une autorité dont ils manquent et le gang leur offre un certain code disciplinaire et une structure hiérarchique similaire à celle d’une famille, mais d’une famille dysfonctionnelle et violente », explique-t-il.

L’une des mesures déjà avancées prévoit donc des visites régulières de travailleurs sociaux dans les familles monoparentales, avec pour objectif d’inculquer aux mères des règles éducatives leur permettant de réaffirmer leur autorité, mais aussi de placer dans des familles d’accueil les cadets de familles dont les aînés appartiennent à des gangs.

A l’instar de la ville de Liverpool, la police pourrait arrêter des enfants présents dans les rues la nuit – considérés comme des proies vulnérables pour les gangs. Ils seraient placés dans des lieux dirigés par des associations caritatives, où leurs parents peuvent ensuite venir les récupérer.

Les stages de réhabilitation

Un nouveau « délit par association » pourrait aussi être voté. Il permettrait la mise en place de couvre-feux pour ceux associés à des gangs.

Duncan Smith suggère également la possibilité de créer des académies où les membres de gangs pourraient être placés en stages de réhabilitation organisés par des associations caritatives et la police, avec pour objectifs de leur inculquer la discipline et de leur offrir une éducation de base

Reste à savoir quand et comment le gouvernement mettra en place de telles mesures, dans un contexte de coupes budgétaires drastiques touchant la police et les services sociaux.

Source: http://www.lepoint.fr/

14/08/2011

La riposte de Cameron: les photos des émeutiers sur écran géant !!!

Encore bravo, Mr Cameron. Je trouve l’idée excellente. Et je relaie, bien entendu; on ne sait jamais. Si ça peut servir à la justice britannique…

FDF

.

Les photos des émeutiers sur écran géant

La police diffuse les photos des émeutiers britannique sur un écran géant installé sur une camionnette qui sillonne cette ville du centre de l’Angleterre.

Des personnes recherchées après les émeutes de Croydon, une ville de la banlieue de Londres.

La police de Birmingham a trouvé un nouveau moyen pour tenter de mettre la main sur les émeutiers de ces derniers jours: elle diffuse leurs photos sur un écran géant installé sur une camionnette qui sillonne cette ville du centre de l’Angleterre.

Diaporama Incidents et pillages à LondresLa rescapée des émeutes de Londres témoigne

Depuis jeudi, une cinquantaine de clichés de suspects, capturés par des caméras de surveillance, sont exposés à la vue de tous de 7 heures du matin à 19 heures jusqu’à samedi. La camionnette s’arrêtera dans tous les principaux points de Birmingham, la deuxième ville de Grande-Bretagne.

500 appels et des courriels

«C’est la première fois que ce système de camionnette est utilisé pour exposer les photos des suspects recherchés par la police», souligne l’inspecteur Mark Rushton sur le site de la police locale, qui se prévaut d’utiliser «les dernières technologies» pour exhiber les suspects.

«Et nous avons déjà une formidable réponse du public», avec plus de 500 appels et des courriels, explique-t-il.

Des photos recueillies par la police à partir des caméras de surveillance ont déjà été publiées par les médias et sur le site internet de la police, mais «nous sommes déterminés à utiliser tous les moyens disponibles pour traduire les suspects en justice», poursuit l’inspecteur.

Plus de 1 500 personnes ont déjà été interpellées après les émeutes qui ont embrasé pendant quatre jours le pays, et les tribunaux travaillent sans relâche pour faire face à cet afflux.

Mercredi, le Premier ministre britannique David Cameron a balayé les inquiétudes «bidons concernant les droits de l’Homme», suscitées par la publication des photos des pilleurs présumés.

Source et galerie de photos: http://www.lessentiel.lu/fr/news/dossier/emeutes/story/23250052

13/08/2011

Bravo Mr Cameron !

Je pense que nous avons là (en Grande Bretagne), un premier ministre qui sait réagir de façon directe, rapide et qui sera efficace. Il tape là où ça fait mal. Dans ce genre de situation, la fermeté est de rigueur… Même si ça déplait à certains. Et ce bel exemple de résistance à la violence, à la délinquance, au mépris de la nation et des autorités devrait bien faire des émules. Si seulement les autres gouvernements d’Europe pouvaient suivre. Mais là, rien n’est moins sûr… Et là, Cameron ne tombe pas dans le piège du racisme. De quelque origine qu’il soit, un suspect identifié et reconnu coupable d’actes de pillages et autres exactions devra payer; d’une façon ou d’une autre.
FDF

.

Congratulations, Mr Cameron; you are an example!

Plus d’un millier de personnes ont été arrêtées cette semaine. La police continue de publier les photos de suspects.

Le calme semblait revenu vendredi en Grande-Bretagne après deux nuits consécutives sans émeute, un répit bienvenu pour le Premier ministre David Cameron qui a affiché une extrême fermeté mais faisait face à un début de polémique avec la police. Les violences qui ont embrasé le pays pendant quatre jours ont toutefois fait un cinquième mort vendredi, un homme de 68 ans, retrouvé inconscient en début de semaine après avoir tenté d’éteindre un incendie allumé par des émeutiers à Londres. Il a succombé à ses blessures. Un suspect de 22 ans a été arrêté pour meurtre. Quatre autres personnes ont péri dans les troubles, un homme grièvement blessé par balle lundi dans la capitale et trois hommes écrasés par une voiture à Birmingham (centre) alors qu’ils protégeaient leur quartier des pillards.

Conjugué à la pluie, le déploiement massif des forces de l’ordre ces derniers jours semble avoir calmé le jeu à Londres, comme dans les autres grandes villes du pays où aucun incident sérieux n’a été rapporté depuis mercredi soir. La capitale est, elle, épargnée depuis mardi. La police poursuit, il est vrai, sa contre-offensive, avec l’arrestation de plus de 1 500 personnes depuis le début des troubles, ce qui oblige les tribunaux à travailler sans relâche. Et elle continue à publier les photos de suspects capturées par les caméras de surveillance. À Birmingham, elles sont même retransmises sur un écran géant, installé sur une camionnette de la police qui sillonne la ville.

Le week-end sous surveillance

Malgré la baisse de la tension, les autorités, prudentes à la veille du week-end, ont décidé de maintenir une très forte présence policière dans les jours qui viennent. Samedi dernier, l’embrasement de Tottenham, un quartier du nord de Londres, avait donné le coup d’envoi des émeutes. Une manifestation de l’English Defence League (EDL), un mouvement d’extrême droite, a également été interdite à Telford, près de Birmingham. Et le match de la 1re journée du Championnat d’Angleterre entre Tottenham et Everton samedi après-midi a été reporté à la demande de la police. Les neuf autres matches sont, en revanche, maintenus.

Ce reflux des violences offre un répit salutaire à David Cameron qui, après un retour tardif de vacances, tient depuis trois jours un discours très ferme à l’égard des émeutiers, multipliant les annonces de mesures répressives : pouvoirs accrus aux forces de l’ordre, renforts massifs de police, recours autorisé aux canons à eau. Il n’a pas exclu non plus de faire appel à l’armée. De quoi satisfaire son électorat conservateur. Certains voudraient aller plus loin : une pétition en ligne demandant que les émeutiers perdent leurs droits aux allocations a déjà recueilli 160 000 signatures, dépassant le seuil requis pour que le Parlement puisse se saisir du sujet.

Polémique

Allant dans le même sens, David Cameron a estimé que les fauteurs de troubles impliqués dans les émeutes devaient être exclus du logement social. « Pendant longtemps, nous avons adopté une attitude trop molle envers les personnes qui pillent leurs communautés. Si vous faites ça, vous devriez perdre vos droits à un logement subventionné », a-t-il déclaré. David Cameron s’en est pris également jeudi aux méthodes de la police, visiblement dépassée au début des émeutes, mais ses propos n’ont toutefois pas été du goût de certains officiers, déclenchant un début de polémique. « Au départ, la police a beaucoup trop traité la situation comme s’il s’agissait juste d’une question d’ordre public, alors qu’il s’agissait de criminalité », a estimé le Premier ministre. Il y avait « trop peu d’hommes dans les rues », a-t-il critiqué.

« Ce sont toujours ceux qui ne sont pas sur place qui se permettent des commentaires », a rétorqué l’actuel patron de Scotland Yard, Tim Godwin. « La réponse plus robuste (aux émeutes à partir de mardi) n’est pas liée à une intervention politique. Elle est juste fonction du nombre d’hommes disponibles », a renchéri un autre haut responsable de la police, Hugh Orde. Face aux déclarations musclées du chef du gouvernement, qui ne voit dans les émeutes ni de la « politique » ni des « manifestations » mais « du vol », l’opposition tente d’ouvrir le débat sur les causes très « complexes » de ces troubles, les pires en Grande-Bretagne depuis plusieurs décennies. « Il faut éviter les réponses simplistes », a assuré le chef des travaillistes Ed Miliband. « Est-ce culturel, est-ce lié à la pauvreté… C’est probablement les deux. »

Source: http://www.lepoint.fr/

11/08/2011

Emeutes en Grande-Bretagne: Cameron va riposter !!! Mais le peuple l’a devancé…

Eh bien, on saura quoi faire quand l’épidémie de violence va toucher la France; et à mon avis, ça ne saurait tarder. Des « plans » sont probablement en train de réaliser. Il serait souhaitable que notre gouvernement prenne les devants, aussi. Avant qu’il ne soit « débordé » et que, comme en Grande-Bretagne, des groupes d’auto-défense se forment.  Mais je pense que cette dernière initiative a déjà germé dans certains esprits. Et si cela voit le jour, il y aura de la racaille collée partout contre les murs… Ca devrait les calmer.

Mais on va essayer d’éviter ça. Les cartes sont entre les mains de nos dirigeants. A eux de sortir la bonne, et au bon moment. Pas après la bataille, comme d’hab…

FDF

.

Le Premier ministre David Cameron s’exprime après une quatrième nuit d’émeutes en Grande-Bretagne.

David Cameron s’exprime ce mercredi à Londres.Il annonce que des canons à eau ont été mis à la disposition des policiers pour la 1ère fois en Angleterre. »Il fallait une riposte et la riposte en cours », déclare le Premier ministre. 

David Cameron avait lancé mardi un message de fermeté depuis le perron de Downing Street. « La population ne doit avoir aucun doute sur le fait que nous ferons tout ce qui est nécessaire pour rétablir l’ordre dans les rues et les rendre sûres pour ceux qui respectent la loi », a assuré le chef du gouvernement, rentré précipitamment de vacances. Le Premier ministre a aussi annoncé la convocation d’une session extraordinaire du Parlement ce jeudi. 

Depuis samedi, 768 personnes ont été arrêtées et 111 policiers blessés à Londres, dans les pires violences depuis plus de 20 ans. Les émeutes, qui ont démarré samedi soir dans la capitale, ont fait leur premier mort mardi. Un homme de 26 ans, blessé par balle au cours de violences dans la capitale lundi, a succombé à ses blessures. Un recours à l’armée est pour l’instant exclu, même si les émeutes s’étendent dans le pays face à des policiers visiblement débordés 

Le bilan s’alourdit

Trois hommes ont été écrasés par une voiture à Birmingham, dans le centre de l’Angleterre, théâtre d’émeutes dans la nuit de mardi à mercredi. La police n’a pas précisé si les décès étaient ou non directement liés aux émeutes qui ont à nouveau secoué la deuxième ville du pays, mais elle a interpellé un homme et saisi une voiture. 

Une enquête a été ouverte. Selon la BBC, qui cite les témoignages de personnes du voisinage, les victimes appartenaient à une groupe d’autodéfense et tentaient de prévenir les pillages dans le quartier.  

Les trois hommes ont été renversés peu après une heure du matin (00H00 GMT). Deux sont morts sur le coup. Le troisième homme, qui a été hospitalisé, a succombé peu après des suites de ses blessures. Ils sortaient d’une mosquée. A Londres, des centaines d’habitants se sont organisés pendant la nuit de mardi à mercredi en groupes d’autodéfense, après plusieurs jours consécutifs d’émeutes, a constaté un photographe de l’AFP. 

Accalmie à Londres

La capitale en revanche est restée globalement calme, après le déploiement de 16 000 policiers contre 6.000 la veille. Mais une forte tension était perceptible: de nombreux magasins avaient fermé plus tôt que prévu et à Canning Town, quartier très défavorisé de l’est de la capitale, la police faisait face à des groupes de jeunes, sans affrontement. Pour décourager les émeutiers, la police a publié les photos de fauteurs de troubles prises par les caméras de surveillance et suit les réseaux sociaux qui servent de relais aux émeutiers. 

Malgré cette accalmie à Londres, les émeutes se sont poursuivies pour la quatrième nuit consécutive en Grande Bretagne. Elles ont éclaté pour la première fois mardi à Manchester et repris à Birmingham. Le Premier ministre David Cameron a annoncé des renforts de police face à ces troubles qui s’étendent et ont fait un mort.  

Troisième ville du pays, Manchester, dans le nord-ouest, semble la plus touchée. Une cinquantaine de personnes ont été interpellées. Le chef adjoint de la police locale Garry Shewan a évoqué une intensité qu’il « n’avait jamais observée auparavant ». Des centaines de jeunes encagoulés ont affronté et lancé des projectiles sur les policiers antiémeutes, brisant des vitrines, pillant, mettant le feu à des magasins et des voitures. 

Diaporama(s)

Quatre jours d’émeute en Grande Bretagne

« Nous avons été attaqués plusieurs fois », selon Glen Barkworth, gérant du principal centre commercial de Manchester. « J’ai vu deux magasins attaqués, pillés, incendiés. 

A Liverpool, 200 jeunes ont bombardé la police de projectiles et causé des dégâts. 35 personnes ont été interpellées. Des incidents mineurs ont encore été signalés à Reading, Oxford et Milton Keynes, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest et au nord-ouest de Londres. 

Message de fermeté de David Cameron

David Cameron a lancé mardi un message de fermeté depuis le perron de Downing Street. « La population ne doit avoir aucun doute sur le fait que nous ferons tout ce qui est nécessaire pour rétablir l’ordre dans les rues et les rendre sûres pour ceux qui respectent la loi« , a assuré le chef du gouvernement, rentré précipitamment de vacances. Le Premier ministre a aussi annoncé la convocation d’une session extraordinaire du Parlement ce jeudi. 

Depuis samedi, 768 personnes ont été arrêtées et 111 policiers blessés à Londres, dans les pires violences depuis plus de 20 ans. Les émeutes, qui ont démarré samedi soir dans la capitale, ont fait leur premier mort mardi. Un homme de 26 ans, blessé par balle au cours de violences dans la capitale lundi, a succombé à ses blessures. Un recours à l’armée est pour l’instant exclu, même si les émeutes s’étendent dans le pays face à des policiers visiblement débordés…

Source: http://www.lexpress.fr/

13/06/2011

En Grande Bretagne, on a compris que la charia est incompatible avec la démocratie, la liberté et les droits humains.

Et elle devrait être interdite partout en Occident. C’est pour quand, chez nous, en France?

FDF

.

Grande-Bretagne : ceux qui promeuvent la charia seront considérés comme des extrémistes !

.

Sharia-islamaniacs-550x339 Bande de tarés !

Canada : « si vous voulez la charia, quittez ce pays » (Mahfooz Kanwar)

__________________

David Cameron est sorti vainqueur d’une lutte acrimonieuse au cabinet cette semaine au sujet du multiculturalisme, et le gouvernement va annoncer une approche dure dans la lutte contre l’extrémisme islamiste.

Des sources du Home Office affirment que Cameron a rejeté la position de Nick Clegg qui réclamait une approche plus tolérante envers les groupes musulmans. Il a plutôt adopté une stratégie centrée sur l’idée selon laquelle l’idéologie de l’extrémisme non-violent est un incubateur pour l’extrémisme violent.

Le changement d’approche sera exposé mardi lors du dévoilement de la stratégie du gouvernement contre le terrorisme par la ministre de l’Intérieur, Theresa May. La stratégie de prévention est fondée sur une définition plus large de l’extrémisme, de manière à englober non seulement les groupes qui approuvent la violence, mais aussi les groupes dont les vues heurtent les «valeurs britanniques traditionnelles», tels ceux qui promeuvent la charia. Selon une source du Home Office, « ces groupes non-violents seront directement confrontés. » […]

Source : PM wins row with Nick Clegg over crackdown on Muslim extremists, Guardian, 4 juin 2011. Traduction et source: Poste de Veille

15/04/2011

David Cameron: « réduire le nombre d’immigrants »…

Et qu’il a raison, le bougre. Même si c’est avant tout « politisé »…

FDF

.

David Cameron veut limiter l’arrivée d’étrangers.

Le premier ministre britannique accuse les travaillistes d’avoir laissé entrer un trop grand nombre d’immigrants depuis 1997.

David Cameron a prononcé jeudi un discours très ferme sur la nécessité de réduire le nombre d’immigrants autorisés à entrer en Grande-Bretagne, accusant les précédents gouvernements travaillistes d’avoir laissé entrer un trop grand nombre d’étrangers dans le pays. Ces propos, tenus devant des électeurs conservateurs à quelques semaines d’élections locales en Angleterre et au pays de Galles, ont provoqué de violentes réactions dans l’opposition, et même chez les libéraux démocrates, partenaires de Cameron dans la coalition. Le ministre du Commerce, Vince Cable, numéro deux des libdems au gouvernement après Nick Clegg, a déclaré que le premier ministre avait été «très imprudent», estimant que l’utilisation du terme «immigration de masse risquait d’attiser l’extrémisme». Les travaillistes accusent Cameron de «tromper les gens», expliquant que ses quotas sur les visas de travail ne concernent que 20 % des immigrants hors Union européenne.

Le contrôle de l’immigration avait été un des thèmes importants des dernières législatives, et l’un des sujets les plus épineux lors des négociations sur l’accord de coalition entre les centristes et les tories.

David Cameron a pourtant été très prudent dans sa manière d’aborder le sujet. «Notre pays a immensément profité de l’immigration», a-t-il insisté en rappelant les nombreuses contributions des étrangers à la vie économique du pays, des hôpitaux jusqu’aux commerces de proximité. «Je veux une bonne immigration, pas une immigration de masse», a-t-il poursuivi, rappelant que sous Tony Blair et Gordon Brown, de 1997 à 2009, 2,2 millions d’immigrants étaient venus s’installer en Grande-Bretagne et que ces grands nombres avaient provoqué de «fortes pressions sur de nombreuses communautés dans le pays». Pour réduire l’arrivée d’étrangers de pays hors de l’UE, le premier ministre promet des mesures drastiques, à la fois contre l’immigration illégale et légale…

Suite et source: http://tinyurl.com/443ts95

23/02/2011

Un autre clou dans le cercueil du multiculturalisme…

Le Conseil de l’Europe met en garde contre le multiculturalisme !


Conseil-de-leurope
________________________________

Le Conseil de l’Europe, gardien de la Convention européenne des droits de l’homme, a appuyé le nombre croissant de chefs de gouvernement ayant constaté l’échec du multiculturalisme, lequel constitue une menace à la sécurité.

«Nous constatons maintenant que le multiculturalisme permet à des sociétés parallèles de se développer au sein des États », a déclaré Thorbjørn Jagland, secrétaire général du Conseil, dans une interview au Financial Times. « Il faut arrêter cela. Il est également manifeste que certaines sociétés parallèles ont développé des idées radicales qui sont dangereuses. Le terrorisme n’est pas acceptable.»[…]

Mr Jagland a déclaré que les dirigeants européens [Angela Merkel, David Cameron, Nicolas Sarkozy] avaient ouvert un « important débat » qui doit être poursuivi. « Nous devons éviter de nous méprendre sur le multiculturalisme, car la diversité des cultures est souhaitable. Nous devons toutefois mettre l’emphase sur ce qui assure la cohésion de la société. » Les trois dirigeants européens ont invoqué l’identité européenne déterminée par les valeurs communes et les droits fondamentaux enchâssés dans la Convention européenne des droits de l’homme, y compris l’égalité entre les sexes et l’interdiction du mariage forcé. «Nous ne devrions pas accepter des attitudes et des comportements contraires à ces principes», a-t-il dit.

M. Ja gland a ajouté que les récents événements en Afrique du Nord montrent le danger de permettre à l’Europe d’affaiblir les droits humains au nom de la tolérance des différences culturelles ou ethniques. « Le respect des droits de l’homme est une question de sécurité. Lorsqu’il n’y a pas de droits humains, il y a de l’instabilité dans la société », a-t-il dit. […]

Le Conseil de l’Europe a demandé à un groupe formé d’universitaires éminents et d’anciens politiciens de formuler des recommandations sur la façon dont les gouvernements peuvent faire face aux défis posés par la diversité culturelle croissante. Le groupe déposera son rapport en mai.

Source : Council of Europe warns on multiculturalism, par Peggy Hollinger, Financial Times, 16 février 2011

D’après une info lue sur: http://www.postedeveille.ca/

17/02/2011

Canada : « si vous voulez la charia, quittez ce pays » !

Voila qui est bien envoyé de la part de Mahfooz Kanwar qui est pour le cas au Canada un exemple de résistance que beaucoup devraient suivre. Mais en général, c’est la soumission qui prime. Et sur la plus haute marche du podium: la France; NOTRE France ! A en avoir honte d’être français, de souche, sous-chien, quoi…

FDF

.

Mahfooz Kanwar est professeur émérite dans une université de Calgary. Il réagit  au cas de la douzaine de familles aux valeurs obscurantistes et sexistes qui, à peine installées au Manitoba, ont exigé que leurs enfants inscrits à l’école publique soient exemptés des cours de musique obligatoires et que les garçons et les filles soient séparés durant les cours d’éducation physique obligatoires.

Mahfouz
[…] La commission scolaire s’efforce de trouver un moyen d’adapter le programme scolaire pour répondre aux souhaits de ces familles, plutôt que d’inciter ces familles à s’adapter à l’école et à la culture canadienne.

Mahfooz Kanwar, membre du Muslim Canadian Congress et professeur émérite de sociologie à l’Université Mount Royal de Calgary, dit qu’il a une meilleure idée. « Je leur répondrais : ici c’est le Canada, et au Canada, nous enseignons la musique et l’éducation physique dans nos écoles. Si ça ne vous convient pas, partez. Si vous voulez vivre sous la charia, retournez dans le pays infernal d’où vous venez ou dans tout autre pays infernal régi par la charia ». […]

Il précise qu’à l’instar de la plupart des Canadiens, il apprécie que les citoyens du Canada proviennent littéralement de toutes les régions du monde, ce qui a grandement enrichi ce pays immense. Mais il s’oppose à la politique officielle du multiculturalisme poursuivie par l’État, laquelle « consacre le mensonge selon lequel toutes les cultures et les croyances ont la même valeur et sont également valides ».

«En réalité, le Canada a une culture enviable basée sur des valeurs judéo-chrétiennes, non pas des valeurs musulmanes, et un état de droit basé sur les lois et les traditions britanniques et françaises, et c’est ce qui en fait le meilleur pays au monde. Nous empruntons un chemin dangereux si nous acceptons l’idée que la charia a sa place au Canada. Ce n’est pas le cas. La charia est totalement incompatible avec l’idée et la réalité du Canada », dit Kanwar, qui dans les années 1970 a été président fondateur de l’Association Pakistan-Canada et un grand partisan du multiculturalisme officiel.

Kanwar a changé d’avis quand il a commencé à écouter ceux qui adhéraient à son Association. Ils parlaient en mal du Canada, ils n’étaient pas intéressés à connaître des Canadiens ni même à apprendre l’une de nos langues officielles. Ils ont créé des ghettos culturels et le gouvernement canadien a même contribué à leur financement. « Un jour, j’ai réalisé que la raison pour laquelle nous voulions tous nous installer au Canada allait disparaître si nous ne défendons pas le Canada et ses valeurs fondamentales. » C’est à cette époque que Kanwar a commencé à parler des dangers du multiculturalisme officiel. Il le fait depuis des décennies. Ce n’est donc pas surprenant qu’il se félicite du discours prononcé le 5 février par le Premier ministre britannique David Cameron à la 47e conférence de Munich sur la sécurité. […]

Source : Corbella: Let’s change the tune on official multiculturalism, Calgary Herald, 11 février 2011

Via: http://www.postedeveille.ca/

07/02/2011

Multikulturalisme ou la chronique d’une mort annoncée…

Le « K » à multiculturalisme, c’est exprès…

Bon; le problème n’est pas là. Le premier ministre britannique semble avoir ouvert les yeux… Puissent ses collègues européens le suivre. Pas gagné d’avance, avec la bande de dhimmis qu’on se trimballe…

FDF


.

 

Grande-Bretagne : David Cameron dénonce l’échec du multiculturalisme !


 

 

Le premier ministre britannique estime que la politique de «tolérance» à l’égard de ceux qui rejettent les valeurs occidentales a échoué dans son pays. Vives réactions au sein des organisations musulmanes.

 

 

Le premier ministre britannique, David Cameron, comme la chancelière allemande Angela Merkel en 2010, a dénoncé samedi l’échec de la politique de multiculturalisme dans son pays, en appelant à mieux intégrer les jeunes musulmans pour lutter contre l’extrémisme. Les déclarations de David Cameron devant la Conférence de Munich sur la sécurité marquent un changement important dans la politique britannique à l’égard des minorités ethniques et religieuses.

Le premier ministre britannique a en effet estimé que le fait d’avoir adopté une politique de trop grande «tolérance» à l’égard de ceux qui rejettent les valeurs occidentales, avait échoué. Il a plaidé en faveur d’«un libéralisme plus actif, plus musclé» pour défendre activement l’égalité des droits, le respect de la loi, la liberté d’expression la démocratie, et renforcer l’identité nationale en Grande-Bretagne. «Si nous voulons vaincre cette menace, je crois qu’il est temps de tourner la page des politiques du passé qui ont échoué», a-t-il déclaré, à propos de l’extrémisme islamique dans le pays.

Ces déclarations surviennent après celles d’Angela Merkel, qui avait elle-même estimé en novembre que le multiculturalisme était un échec et que l’Allemagne n’avait pas assez fait pour intégrer ses immigrés. L’extrémisme islamique préoccupe grandement les autorités britanniques depuis les attentats meurtriers du 7 juillet 2005 dans les transports londoniens.

«Avec la doctrine du multiculturalisme d’Etat, nous avons encouragé différentes cultures à vivre séparées les unes des autres» et du reste de la population, a estimé David Cameron. Cela a conduit, selon lui, à un déficit d’identité nationale en Grande-Bretagne qui a amené de jeunes musulmans à se tourner vers une idéologie extrémiste. «Franchement, nous avons besoin de beaucoup moins de cette tolérance passive des dernières années et de beaucoup plus de libéralisme, actif et musclé», a-t-il déclaré.

«Offensant et incorrect»

Cameron a clairement fait la distinction entre l’islam en tant que religion et l’idéologie politique des islamistes: «Ce n’est pas la même chose», a-t-il souligné. Il a toutefois dénoncé l’ambiguïté sur les valeurs occidentales de certains groupes non-violents qui se présentent comme un lien avec la communauté musulmane, estimant qu’ils ne devraient plus recevoir de fonds publics et ne plus être autorisés sur les campus universitaires.

Plusieurs organisations musulmanes en Grande-Bretagne ont dénoncé ces propos. «C’est décevant», a réagi Faisal Hanjra, l’un des responsables du Conseil musulman britannique. «Une fois de plus il semble que seule la communauté musulmane soit sous le feu des projecteurs, elle est traitée comme faisant partie du problème, et non comme pouvant faire partie de la solution», a-t-il déclaré à la radio britannique BBC. «Montrer du doigt les musulmans comme il l’a fait ne fait que nourrir l’hystérie et la paranoïa à l’égard de l’islam et des musulmans», a regretté de son côté Mohammed Shaqif, à la tête de la Fondation Ramadan, spécialisée notamment dans l’éducation.

«Les musulmans britanniques exècrent le terrorisme et l’extrémisme, et on a travaillé dur pour éradiquer ce mal de notre pays, mais suggérer qu’on ne partage pas les valeurs de tolérance, de respect et de liberté est profondément offensant et incorrect», a-t-il estimé. «Le jour où l’on voit les fascistes dans la rue (…) , on ne voit pas de condamnation similaire» de la part du gouvernement les visant, a-t-il noté, faisant allusion à une manifestation d’extrême droite organisée samedi à Luton, ville située à 50 km au nord de Londres.

 

 

Source : lefigaro.fr

 

28/07/2010

Cameron: oui à l’adhésion de la Turquie à l’Europe… Hip, hip, allah!

28 juillet 2010



Le Premier ministre britannique, David Cameron, a exprimé hier sa « colère » face aux entraves à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, lors d’une visite officielle à Ankara. Source : http://www.lesechos.fr/info/inter/020690660685-cameron-appelle-a-l-entree-de-la-turquie-dans-l-ue.htm
«Quand je pense à ce que la Turquie a fait pour défendre l’Europe en tant qu’alliée de l’Otan et à ce que la Turquie fait encore en Afghanistan aux côtés des alliés européens, cela me met en colère de constater que sa marche à l’adhésion puisse être découragée d’une pareille manière»
David Cameron,  premier ministre britannique

Petit rappel:

Voici deux citation de  l’actuel premier ministre turc  Tayyip Erdogan:
« L’expression « islam modéré » est laide et offensante, il n’y a pas d’islam modéré. L’Islam est l’Islam »
« Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats »
Copie d’écran  : http://tinyurl.com/25su4pk
Non ne nions pas que la  Turquie a perdu des soldats en Afghanistan mais ces derniers sont au nombre de deux et ils sont décédés suite à un accident de circulation…  Il suffit de se rendre sur le site suivant pour comparer le nombre par nations des militaires décédés en Afghanistan.
David Cameron: plus dhimmi tu meurs…