Francaisdefrance's Blog

10/11/2011

Le directeur de SOS Racisme et la liberté d’expression.

Pas mal ce coup de gueule de Pascal Hilout…
FDF

.

Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression

Dimanche dernier, 6 novembre 2011, Guillaume Ayné, directeur général de SOS-Racisme a tenté de m’empêcher de manifester sur l’esplanade de l’Hôtel de ville à Paris. Il s’agissait pourtant d’une protestation ouverte à tous les citoyens qui s’élèvent contre l’incendie des locaux de Charlie Hebdo, contre le piratage de son site par des hackeurs turcs et pour défendre la liberté d’expression, y compris caricaturale et blasphématoire.

Aux côtés de mes amis de gauche, lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, j’avais soutenu Charlie Hebdo, sommé qu’il était de se soumettre aux interdits islamiques et, finalement, mis en demeure par des associations musulmanes soi-disant modérées. La République ayant tenu à ses principes, ces charlots musulmans qui voulaient restreindre la liberté d’expression ont fini par perdre le procès. A cette occasion, le journal satirique a même publié un petit texte que j’avais intitulé : « Ce n’est même pas une caricature ! ». J’y avais démontré que Mahomet, prescripteur et pratiquant actif du jihad, sabre en main, est bien pire que les esquisses qu’ont en fait les Danois et nos dessinateurs français. Les jihadistes musulmans savent très bien que c’est l’exemple de Mahomet qui les inspire. La bombe placée par le caricaturiste danois dans le turban de Mahomet reflétait une certaine vérité. C’est pour cela que bien des musulmans se  sentirent blessés.

A l’époque du procès contre Charlie Hebdo, j’étais encore en odeur de sainteté auprès de la revue Prochoix et de mes amis de gauche. Mais entre-temps, ces compagnons de route sont restés en si bon chemin : ils s’en donnent à cœur joie, tout autant que le régime saoudien, contre les islamistes et contre les extrémistes. Autrement dit, mes amis de gauche s’occupent des feux de diversion et nous laissent nous attaquer, nous autres ripostards laïques, au cœur du réacteur, à l’islam, à cette vénération mortifère et meurtrière du Coran et de Mahomet. Voilà donc le buisson ardent, source de tous nos ennuis, à commencer par ses premières victimes : les musulmanes et les musulmans. Il est aussi la pomme de discorde entre Riposte Laïque et nos anciens amis de gauche. Touche pas à l’islam, nous disent-ils tous en cœur, sinon nous vous collons l’étiquette d’extrême droite, surtout que vous vous associez à des actions où le Bloc Identitaire est présent !

SOS-Racisme et toute la gauche, pour des raisons bassement électoralistes, se sont ainsi laissés engluer dans l’hypocrisie : Harlem Désir, Malek Boutih, Fadela Amara, Dominique Sopo, Guillaume Ayné, Ni Putes Ni Soumises… savent très bien que c’est l’islam qui prescrit la soumission, au quotidien. Ils savent très bien que c’est l’islam qui prescrit le voilement des filles, nos citoyennes ou voisines qui doivent raser les murs et baisser les yeux dans nos quartiers. Ils savent très bien que cette soumission est si voyante que les militants de la prosternation (sans les militantes) narguaient le maire socialiste du 18e, Daniel Vaillant, ex-ministre de l’intérieur, comme ils avaient si longtemps nargué la République et bien des ministres de l’intérieur, de droite comme de gauche. La République des lâches n’étant pas l’apanage d’un seul camp !

SOS-Racisme et nos amis de gauche savent très bien que les vidéos de Riposte Laïque ont patiemment révélé, semaine après semaine, ce scandale qui leur crevait les yeux, ces occupations illégales des rues par des prieurs du vendredi, sans qu’on y voit les musulmanes s’abaisser à cette indignité : elles prient chez elles, comme peut le faire tout musulman, seul ou en petit groupe. Il a fallu que nous organisions un « Apéritif saucisson-pinard » pour qu’ils s’affolent et crient au « racisme ». Pourtant nous y avions convié tout le monde, et tout particulièrement les citoyens de culture musulmane qui pouvaient ainsi boire un coup avec nous et démontrer aux lâches de la République que le saucisson est bon, aussi bien pour l’intégration que pour l’assimilation…

Suite et source: http://tinyurl.com/ct8nvk5

11/09/2011

Images de France…

 Septembre 2011; quelque part en Francarabia…

« LES PRIERES  DES MUSULMANS DANS LES RUES DU 18ème, NE DERANGENT PERSONNE »

Daniel Vaillant

.

Je vous laisse juge…
FDF

.

02/09/2011

Sachez le: « dans le XVIIIe, les prières de rue ne dérangent personne » (Daniel Vaillant)…

Daniel Vaillant ne doit pas habiter dans le XVIIIe… C’est pas possible !

Il peut en être le maire, mais n’est pas forcé d’y résider… Il peut y avoir une adresse à son nom. Il suffit aussi qu’il y loue un bien immobilier (une mosquée ?), qu’il y paye des impôts fonciers et c’est tout…

Bref; ne perdons pas de temps avec ces questions; venons en au fait: je demande aux habitants du XVIIIe de me donner leur avis (en commentaires ici-même) concernant les propos de Daniel Vaillant. Pourtant, je ne suis pas leur maire; mais j’aime puiser les infos à la source…

FDF

Bonus: http://youtu.be/GVJYsQ00OQo

.

Nous décernons à Daniel Vaillant, maire du XVIIIe arrondissement et ancien ministre de l’Intérieur, la palme du faux-culisme de cette rentrée 2011.

L’occupation illégale de l’espace public depuis des années « ne dérange personne ». Par contre, les réactions des politiques, qui à l’instar de Marine Le Pen, jugent intolérable cette violation des lois de la République, sont « inadmissibles ».

Selon le maire PS du XVIIIe, les récriminations seraient venues de la France entière mais aucune de son arrondissement. D’ici quinze jours, les musulmans de son quartier ne pourront pourtant plus prier dans la rue.

Les prières de rue, c’est quelque chose qui n’est pas acceptable, directement attentatoire au principe de la laïcité et il faudra que ça cesse“, avait prévenu le 8 août Claude Guéant, ministre de l’Intérieur. Il avait alors annoncé que les musulmans du XVIIIe arrondissement qui priaient dans la rue, en attendant la construction de deux nouvelles salles de prières d’ici à fin 2012 début 2013, pourraient pratiquer dans une ancienne caserne désaffectée située porte de Clignancourt à partir du 16 septembre.

A J-15, aucun accord n’a été trouvé. Selon l’imam Cheikh Salah Hamza de la mosquée Khaled Ibn al Walid, rue Myrha, “les négociations se poursuivent“. L’imam Moussa Niambélé de la mosquée Al-Fath, rue Polonceau, confirme que “rien n’est signé” pour l’instant.

Pour l’un comme pour l’autre, plusieurs problèmes se posent sur ce nouveau site : pas de séparation entre hommes et femmes pour les prières engendrant de fait une enfreinte à la sacralité, un loyer de 10 000 euros annuel proposé par la préfecture de police de Paris et jugé “excessif” pour un un jour d’utilisation hebdomadaire ou encore l’absence d’une salle d’ablution.

Metro: Quand est arrivé le phénomène des prières de rue dans le XVIIIe arrondissement ?

Daniel Vaillant : Cela remonte au milieu des années 90 environ. Il y a plusieurs explications à cela : d’abord parce qu’il y a plus de pratiquants, notamment dans les milieux africains, ensuite, parce que la fermeture de la mosquée Adda’wa, rue de Tanger (XIXe) il y a cinq ans a engendré un report de fidèles sur notre quartier.

Metro : Les habitants du XVIIIe se sont-ils plaints de ce phénomène ?

Daniel Vaillant : Je n’ai jamais demandé d’interdit concernant ces prières de rue. C’était une forme de tolérance en attendant qu’une solution définitive et digne soit trouvée. Aucune récrimination locale par rapport à ce phénomène ne m’a été adressée. J’ai eu des lettres, certes, mais venant de toute la France ou d’autres quartiers de Paris. Ici, les prières de rue ne dérangent personne.

Les habitants de la Goutte-d’or ont pris l’habitude et ils y a pour eux des occupations de l’espace public beaucoup plus préoccupantes, notamment les vendeurs de cigarettes à Barbès, la prostitution à Château Rouge ou encore les trafics de drogue… Ces problèmes surviennent 12 heures sur 24, la prière, c’est 1h30 une fois par semaine le vendredi ! Il faut relativiser, ce ne sont pas des prêches intempestifs, bruyants et permanents… Ce n’est pas de l’islam extrémiste qui se développe chez nous !

Metro : Les réactions de certains politiques vous semblent donc excessives…

Daniel Vaillant : Quand Marine Le Pen a fait sa déclaration hors sol (la présidente du Front National avait déclaré en 2010 que “ceux qui pratiquent les prières sur la voie publique se comportent comme des occupants” ndlr), c’était inadmissible. La réaction de Monsieur Guéant, comme d’autres personnalités de droite ou d’extrême-droite, qui ont suivi aussi.

Metro : La solution transitoire de l’Etat, avec cette caserne désaffectée, en attendant les locaux définitifs actuellement en construction, vous semble-elle adéquate?

Daniel Vaillant : Je ne m’y oppose pas. Si les imams et l’Etat arrivent à trouver un accord, et ceux d’ici quelques jours, c’est très bien. Je ne suis pas pour la prière dans la rue mais je n’étais pas pour une contrainte d’interdire sans solution… Ne rencontrant pas de difficultés majeures avec les habitants, je m’étais fait à l’idée que l’on pouvait tolérer ces prières dans la rue le vendredi…

Metro : Si l’Etat et les imams ne trouvent pas d’accord avant le 16 septembre, redoutez-vous des tensions dans le quartier de la Goutte-d’Or?

Daniel Vaillant : Si l’ouverture de cette caserne pour la prière et la fin de la prière dans la rue ne pose pas de problème, je m’en réjouis. Si elle en engendre, je ne pourrai pas assumer. Je ne sais d’ailleurs pas si la police a prévu un dispositif spécifique de sécurité à cette date. Car c’est certain, il y a des musulmans qui ne voudront pas aller prier porte de Clignancourt. Ceux de la rue Polonceau ont semble-t-il accepté de se déplacer, pour ceux de la rue Myrha, ça semble plus difficile…. Il y aura probablement et malheureusement quelques tensions…

Paru sur Metro France
Via: http://www.bivouac-id.com/billets/daniel-vaillant-dans-le-xviiie-les-prieres-de-rue-ne-derangent-personne/

http://www.metrofrance.com/paris/daniel-vaillant-dans-le-xviiie-les-prieres-de-rue-ne-derangent-personne/mkia!74POTIdsZmI9g/

27/07/2011

Crise du logement…

« Ils » nous ont eu à l’usure. Prometteur pour la phase 2 de l’invasion…

Dessin piqué chez Poste de Veille…
.

La boucle est bouclée… Ils étaient « demandeurs »; leur(s) souhait(s), du moins l’un d’entre eux, sont exaucés:

« Les minarets sont nos baïonnettes. Les coupoles, nos casques et les mosquées nos casernements. » , un poème tres connu d’un des maitres de l’islamisme turc.

(Erdogan, premier ministre de la Turquie, en 1998).

.

Pourvu que les deux autres souhaits ne voient jamais le jour…

FDF

.

Une caserne pour pallier le manque de mosquées à Paris….

La mairie du XVIIIe arrondissement de Paris et la préfecture de police envisagent de mettre à disposition des fidèles musulmans qui prient dans les rues une caserne de pompier désaffectée.

Un lieu de culte provisoire. Selon Le Parisien, la préfecture de police souhaite mettre à disposition des fidèles musulmans une ancienne caserne de pompiers désaffectée du XVIIIe arrondissement de Paris. L’objectif: mettre un terme aux prières de rue. Une solution provisoire en attendant la fin des travaux de l’Institut des cultes de l’islam (Ici) prévue fin 2012. 

Chaque vendredi, des centaines de fidèles musulmans prient dans les rues du quartier de la Goutte-d’Or. Les mosquées des rues Myrha et Polonceau ne sont pas suffisamment grandes pour les accueillir. 

Après avoir visité plusieurs gymnases, la mairie d’arrondissement et la préfecture de police semblent d’accord pour envisager d’utiliser l’ancienne caserne pour accueillir les prières du vendredi. « Il vaut mieux ce local que la rue », tranche la préfecture de police. 

Une solution provisoire

D’après Daniel Vaillant, maire du XVIIIe arrondissement, cité par le quotidien, cette solution n’est envisagée qu’à titre provisoire: « Dès que l’Insitut des cultes de l’islam sera ouvert, il est évident que plus personne ne devra prier dehors. »  

L’Institut mettra à la disposition des fidèles musulmans deux salles de prières de 1000 m2 chacune et un pôle culturel. Suffisant, selon les autorités, pour en finir avec les prières de rue.

Source: http://www.lexpress.fr/

07/07/2011

Bientôt plus de « culs en l’air » rue Myrha et rue Polonceau à Paris ?

Merde! Doivent ils se dire les adeptes des prières de rues; on nous a trouvé un lieu de culte. Comment em…… les souschiens, désormais ???

FDF

Bientôt « tous aux abris »…

.

Une caserne pour les musulmans du XVIIIe arrondissement de Paris?


C’est un immense hangar, près de la porte des Poissonniers, à la frontière nord du XVIII arrondissement de Paris, entre le boulevard Ney et le périphérique, à l’angle de la rue Jean-Cocteau et de l’avenue de la porte des Poissonniers.

Agrandir le plan

D’après des informations recueillies par Libération, la préfecture de police (PP) de Paris envisage d’y loger les musulmans qui prient, chaque vendredi, rue Myrha et rue Polonceau.

Hier, Hamza Salah, le recteur de la mosquée de la rue Myrha, a visité les lieux en compagnie de représentants de la PP et du ministère de l’Intérieur.

Moussa Diakité, recteur de la mosquée de la rue Polonceau a fait de même, il y a quelques jours. « Depuis plusieurs mois, la préfecture cherche des locaux permettant de résoudre le problème des prières de rue », affirme Daniel Vaillant, le maire PS du XVIIIe arrondissement.

Lu sur http://www.fdesouche.com/224617-une-caserne-pour-les-musulmans-du-xviiie-arrondissement-de-paris

14/06/2011

« Ce que les journalistes politiques ne racontent jamais »…

Intéressant…

FDF

.

« Bien entendu, c’est off »


Libres propos

On dit des ouvrages à caractère politique foisonnant chaque année qu’ils perdent tout intérêt au-delà de l’immédiate période à laquelle ils s’attachent. Pourtant, le plaisir de la relecture – ou de la découverte rétroactive – de quelques ouvrages choisis peut s’avérer riche en pépites.

Daniel Carton, journaliste emblématique du Monde durant de longues années a ainsi publié en 2003 un court opuscule intitulé Bien entendu, c’est off – Ce que les journalistes politiques ne racontent jamais. 8 ans plus tard, à l’aune des évènements récents, l’on ne peut s’empêcher de sourire…

« En s’escrimant à vouloir tout dire sur Le Pen, la presse a tenu son rôle, mais ce rôle ne tient plus quand les mêmes s’évertuent à en dire le moins possible sur les autres. ». Ce qui était alors valable l’est davantage aujourd’hui, la suite du livre ne fait que le confirmer.

« De sa vie, de ses mœurs, chacun est libre, bien sûr. Mais lorsque ce chacun est un politique, ce ne peut être qu’une liberté surveillée. ». Ou comment clore en une phrase le débat qui agite depuis le 14 mai le landernau médiatique…

« Le super-off. (…) ’’Et le sénateur machin, toujours le même entrain pour les petits garçons de Marrakech ? ’’ ». En imaginant que Daniel Carton – par pudeur ou crainte de représailles – ait à l’époque transformé un ministre en sénateur, la coïncidence avec l’affaire récemment révélée par Luc Ferry paraît plus que troublante…

Evoqué par certains journalistes comme possible protagoniste de ladite affaire, Jack Lang était par-ailleurs, dès les années 90, étrangement considéré par ses camarades socialistes : « Jack Lang se serait bien vu candidat des socialistes à l’élection présidentielle de 1995. (…) Daniel Vaillant, qui était alors le numéro 2 du parti, me confia qu’une telle candidature serait ’’moralement insoutenable’’. (…) Je savais d’ailleurs qu’on ne pouvait pas toucher aux Lang, que le seul éditeur qui s’y était essayé était suisse et que ce livre était resté enfoui dans l’anonymat. ». Qui l’en déterrera ?

Le probable futur candidat du PS à la présidentielle 2012, François Hollande, laboure quant à lui depuis longtemps le terrain journalistique : « Lorsqu’il se perd dans les méandres de la pensée socialiste, parmi les chausse-trapes des camarades et dans le labyrinthe de la gauche, le journaliste sait qu’il y a toujours ’’François ’’ à son service. Capable de vous faire un titre, de vous donner un papier clé en main. Avec lui, pas de soucis. Dépannage assuré. ». D’un coup, l’on comprend mieux les ressorts de la lente et inexorable ascension de Hollande durant les derniers mois…

Si – comme c’est à craindre – les prochaines campagnes électorales se livrent à coups de boules puantes, les munitions ne manqueront pas : il suffira d’exhumer çà et là quelques petits livres trop vite oubliés !

Source: http://www.nationspresse.info/

16/12/2010

Rues occupées: les mensonges de M. Vaillant

Et une petite vidéo qu’on ne se lassera pas de regarder… On ne vous félicite pas; monsieur Vaillant. Pris en « flag » !!!

FDF

.

15/12/2010

Financement des cultes: La forfaiture de Bertrand Delanoë et de Daniel Vaillant!

L’intervention de Marine Le Pen les rend tous malades…

FDF

.

Communiqué de Presse de Wallerand de SAINT JUST, Vice-président du Front National :

Ce matin sur RMC, interviewé par Jean-Jacques Bourdin, Daniel Vaillant, maire du 18ème, ancien ministre socialiste de l’Intérieur, a indiqué qu’avec Bertrand Delanoë le maire de Paris, il lançait une association intitulée « L’institut des cultures d’islam » (sic) et la construction sur deux terrains municipaux dans le 18ème arrondissement de Paris, de deux bâtiments « qui deviendront pour partie des mosquées ».

Daniel Vaillant explique que cette association sera financée par la ville et qu’elle revendra ensuite des mètres carrés à une association de la loi de 1905 : « la prière dans la rue ne sera plus tolérée lorsque la ville aura permis la construction de ces mosquées ».

La loi française et notamment la loi de séparation de l’Eglise et de L’Etat, interdit à toute collectivité publique le financement de lieux de culte, même de façon aussi tordue.

Les contribuables parisiens n’ont pas à dépenser 20 millions d’euros pour la construction de mosquées.

Le Front National demande au maire de Paris de renoncer à ce projet ; à défaut, le Front National indique que les juridictions compétentes seront saisies pour faire annuler toutes décisions municipales allant dans le sens d’un financement public d’une mosquée.

Source: http://www.frontnational.com/

12/12/2010

Le blocage illégal de rues parisiennes pour des prières musulmanes continue….

Et pourquoi se gêner vu que les autorités et les politiques ne disent rien. La Justice ne s’en mêle pas non-plus. Et pourtant, c’est illégal!

FDF

.

VIDEOS


PARIS (NOVOPress)

Chaque vendredi, depuis quinze ans, des musulmans barrent la rue Myrha, et prient illégalement sur sa chaussée.

Ceci a déjà été dénoncé il y a un an dans la deuxième vidéo ci-dessous. Malgré l’indignation générale, le maire du 18e arrondissement, Daniel Vaillant, et le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, refusent de faire appliquer la loi, et d’interdire ces prières illégales.

Dans la nouvelle vidéo, de Maxime Lépante de Riposte Laïque, filmée le 10 décembre 2010 on voit comment la rue Myrha est toujours barrée par les musulmans le vendredi, on entend comment la prière est diffusée à fort volume par les haut-parleurs de la mosquée Myrha et l’on assiste à la pose des barrières bloquant la rue et à la pose des tapis sur la chaussée confisquée.

Rien n’a changé et ce scandale se répète chaque semaine.

On peut voir sur Novopress en vidéo, d’autres blocages réguliers de rue pour les prières musulmanes à Paris, ici et ici.

Sur le sujet de l’islamisation de la France et de l’Europe se dérouleront le 18 décembre prochain à Paris des Assises internationales sur l’islamisation de nos pays.

Rue Myrha, 10 décembre 2010.

http://www.youtube.com/watch?v=VouqGQGhJG0&feature=player_embedded#at=33

Rue Myrha, 9 octobre 2009.

http://www.youtube.com/watch?v=HYTuwqz9v6A&feature=player_embedded