Francaisdefrance's Blog

06/12/2011

Encore des immigrés Algériens? Merci; nous avons déjà de quoi faire…

Pour une fois, Guéant ne me déçoit pas. Mais nous sommes à quelques mois des présidentielles, il ne faut pas l’oublier. Les idées frontistes seront pillées jusqu’au dernier bulletin mis dans les urnes…

FDF

.

« Les deux points essentiels à discuter, à savoir lutte antiterroriste et immigration, n’auront abouti à aucun accord entre les français et les algériens. »
EN EFFET,   A LA LECTURE DE CET ARTICLE  IL SEMBLERAIT QUE L’ALGÉRIE  RÉCLAME PLUS D’IMMIGRATION  et plus de SOUPLESSE  VIS A VIS DE L’IMMIGRATION EN FRANCE  des ressortissants algériens  mais  REFUSE CATÉGORIQUEMENT DE REVOIR LES ACCORDS  (avantageux pour eux) de 1968 précisément sur l’immigration et les conditions de celle-ci.

.

Lutte antiterroriste et Immigration, deux sujets qui perturbent les relations franco-algériennes

Lors de sa visite à Alger ce dimanche, le ministre français de l’Intérieur, Claude Gueant, a rencontré son homologue Dahou Ould Kablia et le premier ministre Ahmed Ouyahia. Une visite qui n’aura pas été très concluante pour le ministre français.
Lutte antiterroriste et Immigration, deux sujets qui perturbent les relations franco-algériennes
En effet, les deux points essentiels à discuter, à savoir lutte antiterroriste et immigration, n’auront abouti à aucun accord entre les français et les algériens.Concernant la lutte contre le terrorisme, malgré une coopération technique efficace entre les services de renseignements et de sécurité des deux pays, de sérieuses divergences opposent les deux pays sur la manière de mener la lutte contre le terrorisme, notamment au Sahel. En fait, la France attend toujours des résultats concrets de l’Algérie concernant la lutte antiterroriste, et va même jusqu’à critiquer, officieusement, la manière avec laquelle la lutte antiterroriste est menée au Sahel; souligne la presse.Concernant l’immigration, la visite de quelques heures que Gueant a effectuée dimanche à Alger ne lui aura pas permis d’obtenir la révision de l’accord de 1968 sur l’immigration algérienne en France.
Dahou Ould Kablia a réitéré à Guéant «la position d’Alger qui refuse la révision ou l’annulation de ces accords», rapporte la presse.
Ces accords donnent aux immigrés algériens établis en France certains avantages sur les immigrés des autres pays, notamment l’obtention de la carte de séjour de 10 ans. Et surtout la régularisation automatique des immigrés clandestins après dix ans de présence sur le territoire français. «Les négociations sur ces accords sont au point mort. Il n’y a aucune avancée.
La France veut un round de négociations en dépit de l’échec des précédents pour convaincre l’Algérie d’accepter la révision de ces accords», rapporte la presse d’une source gouvernementale algérienne.Face à cette réaction d’Alger, Gueant a expliqué que la France ne pouvait pas accorder des avantages aux immigrés algériens en raison de l’évolution des lois sur l’immigration au sein de l’Union européenne et de l’espace Schengen dont elle est membre, précise la même source. «L’Algérie refuse d’accéder à la demande française de revoir les accords de 1968. M. Guéant a tenté rassurer en proposant en échange les mêmes avantages que ceux accordés aujourd’hui par son pays au Maroc et à la Tunisie en matière d’immigration, dont l’obtention de visas de un an à cinq ans», rapporte la presse.
Source: http://www.emarrakech.info/