Francaisdefrance's Blog

07/02/2012

Le meurtrier à cheval sur sa victime, l’éventrant avec un long couteau, la lame brisée qui a servi à l’égorger… Qui peut bien faire ça?

Une « chance pour la France », bien sûr !!! Les bienfaits de l’immigration et de la diversité nous sont prouvés tous les jours… Ce qui est beau à lire aussi, c’est la plaidoirie de l’avocat.

FDF

.

« Je n’avais jamais vu un accusé qui, au lieu d’être écrasé par la douleur de la famille, se lève dans son box pour dire au mari que c’est lui le responsable », s’est indigné l’avocat général.« Au fin fond de l’Atlas, pour une maladie psychologique on va voir le taleb, pour des soins religieux », a expliqué Me Khodja. (…)

OUI………   LE MOYEN-AGE  (au 21ème SIECLE)  on va  consulter le « savant »,  autoproclamé savant

Enfin, l’avocat lyonnais a poussé le juridisme jusqu’à vouloir convaincre que son client n’avait pas forcément voulu tuer la commerçante : « Il l’a laissée vivante, et il n’a pas dissimulé sa présence.

JC JC…

.

Un « psychopathe » marocain condamné à 18 ans de prison
Khalid Arji a été condamné hier à 18 années de réclusion criminelle, assorties d’une période de sûreté des deux-tiers, ainsi qu’un suivi sociojudiciaire de cinq ans à sa sortie.
C’est une bombe ambulante, un homme d’une extrême dangerosité » que jugeait la cour d’assises de l’Ain, selon l’avocat général Aurélien Bailly-Salins qui a décrit crûment la lente agonie de Bernadette Chérif originaire de Montceau-les-Mines, le 25 août 2007, dans son snack de la rue Tacon à Oyonnax.

Le meurtrier à cheval sur sa victime, l’éventrant avec un long couteau, la lame brisée qui a servi à l’égorger, le coup de pied lui fracassant le nez, le magistrat n’hésitait pas à taper du pied sur le sol pour marquer chaque station du calvaire vécu par la commerçante.

La véritable raison du meurtre serait à rechercher dans la personnalité d’Arji. Un homme qui n’aurait pas agi lors d’une « bouffée délirante » mais « conscient de ses actes, choisissant son arme, maîtrisant ses coups », soucieux de ne pas être arrêté.

Un « psychopathe, impulsif, indifférent aux autres », dont le comportement ne varie pas après l’horreur des faits, et qui va même jusqu’à saluer le mari de sa victime et embrasser son fils comme si de rien n’était. « Je n’avais jamais vu un accusé qui, au lieu d’être écrasé par la douleur de la famille, se lève dans son box pour dire au mari que c’est lui le responsable », s’est indigné l’avocat général avant de requérir vingt ans de réclusion criminelle.

Pour la dernière plaidoirie d’assises de sa carrière, Me Lachemi Khodja n’avait pas la tâche facile. L’avocat aura plaidé longuement et un peu confusément. D’abord pour relativiser ce meurtre : « Il y en a partout et tout le temps. » Ensuite pour rappeler à la cour qu’il fallait juger l’homme au-delà de l’acte monstrueux. Un garçon arrivé en France à l’âge de 14 ans et dont l’enfance au Maroc était marquée par des troubles du comportement non soignés. « Au fin fond de l’Atlas, pour une maladie psychologique on va voir le taleb, pour des soins religieux », a expliqué Me Khodja. (…)

Enfin, l’avocat lyonnais a poussé le juridisme jusqu’à vouloir convaincre que son client n’avait pas forcément voulu tuer la commerçante : « Il l’a laissée vivante, et il n’a pas dissimulé sa présence, en laissant son ADN partout. Les dernières paroles de Khalid Arji auront été pour les deux enfants de la victime : « Je regrette le mal que j’ai fait. Je suis là encore pour eux. Qu’ils me pardonnent car sinon je ne me pardonnerai pas moi-même. » Vengeur, haussant le ton, il a par contre rappelé le mari de Bernadette Chérif à sa « conscience », insistant une dernière fois sur ce « mobile » qui a plongé le procès dans une ambiance détestable. Au terme d’une heure et demie de délibéré, Khalid Arji a été condamné à dix-huit ans de réclusion. Son suivi sociojudiciaire a été assorti d’une injonction de soins et de quatre ans de prison en cas de non-respect de cette obligation.

Source: http://www.lejsl.com/saone-et-loire/

25/01/2012

La violence, le mal, la cruauté est en eux…

Vous vous doutez de qui je veux parler… On les connait surtout pour leurs coutumes d’égorger des animaux vivants. Mais ce n’est pas leur seul signe de reconnaissance.

Une courte vidéo à visionner après avoir éloigné les enfants et les âmes sensibles. Je ne plaisante pas…

Mais il est INTERDIT de critiquer ces pratiques.

FDF

.

http://youtu.be/dMG-IMe51zI

Et lisez les commentaires… Certains sont écrits en arabe. Désolé.

Vous pourrez voir aussi la cote de la vidéo: certains « aiment »…

24/11/2011

L’horrible réalité de l’islam…

Regardez la vidéo qui suit et venez me dire que ce sont pas des fanatiques, des fous. Ils brûlent vifs ces types en beuglant: Allah Akbar !

Des barbares; avides de mort et de souffrances infligées aux incroyants et à ceux qui tombent sous le coup de leur charia de m….

FDF

.

http://www.avraidire.com/2010/09/lhorrible-realite-de-lislam-3brules-vifs18/

15/08/2011

Miramas. Il n’observe pas le ramadan: un de ses proches le « massacre »…

« Religion » de tolérance… Boutez nous ça hors de France ! Quelle bande de sauvages.

FDF

.

Il avait « succombé à la tentation »: Photo d’illustration

.

Passé à tabac pour non-respect du ramadan !

Un jeune homme de 17 ans, roué de coups par un membre de sa famille pour non respect du jeûne du ramadan, a été découvert dimanche soir ligoté dans un appartement de Miramas (Bouches-du-Rhône).

Les secours, policiers et pompiers, sont intervenus vers 22 h après avoir été alertés par des voisins. Ils ont trouvé l’adolescent avec les poignets et les chevilles entravés. Le jeune homme a expliqué aux enquêteurs qu’il avait été frappé pour ne pas avoir respecté le jeûne du ramadan.

Une enquête a été ouverte.

Source: http://www.ladepeche.fr/

29/12/2010

Si cette affaire est réelle, pas de pitié pour ces deux abrutis!

Tout en souhaitant malgré tout que ce soit pas un hoax… Apparemment, il ne s’agit pas d’un montage photo…


FDF

.

FAITES CIRCULER… NOUS PARVIENDRONS A LES IDENTIFIER !

Ces 2 imbéciles, sur la photo, ont pris ce pauvre animal et l’ont tout …bonnement tué.

Ils l’ont pendu !

S’il vous plait, faites circuler ceci en urgence sur le Net dès que vous le recevez : quelqu’un peut les reconnaître, soit un voisin, soit à l’école ou ailleurs…

Si vous les reconnaissez, informez-en la police, les associations pour les droits des animaux et si quelqu’un pense que c’est une perte de temps, songez à ce qui pourrait arriver si l’un de ces individus croise la route de vos enfants, de vos animaux ou de votre famille…

Reçu par mail.

12/10/2010

Le « chanteur » Cheb Mami restera en prison… Y’a un problème ?

Ce sont les algériens qui l’ont foutu dehors… C’est en Algérie qu’il s’était planqué, pensant échapper à la Justice Française. Tout faux, mon pote!

On ne récupère que la « crème », en France… Nul n’est au dessus des lois, comme semblait le croire ce type. Comme ont aussi tendance à le croire ses semblables; ce ne sont pas les exemples qui manquent… Je vous cite les noms?

FDF

.

La star du raï Cheb Mami voit sa demande de libération conditionnelle rejetée

Le juge d'application des peines de Melun a rejeté mardi la demande de libération conditionnelle du chanteur algérien de raï Cheb Mami, condamné le 3 juillet 2009 à 5 ans de prison pour tentative d'avortement forcé de son ex-compagne, a-t-on appris auprès de son avocat.

Le juge d’application des peines de Melun a rejeté mardi la demande de libération conditionnelle du chanteur algérien de raï Cheb Mami, condamné le 3 juillet 2009 à 5 ans de prison pour tentative d’avortement forcé de son ex-compagne, a-t-on appris auprès de son avocat.

Le chanteur, après deux ans de fuite en Algérie, avait décidé de se présenter devant la justice, alors que par ailleurs sa carrière semblait au point mort.

Le chanteur, après deux ans de fuite en Algérie, avait décidé de se présenter devant la justice, alors que par ailleurs sa carrière semblait au point mort.

Le juge d’application des peines de Melun a rejeté mardi la demande de libération conditionnelle du chanteur algérien de raï Cheb Mami, condamné le 3 juillet 2009 à 5 ans de prison pour tentative d’avortement forcé de son ex-compagne, a-t-on appris auprès de son avocat.

Cheb Mami avait fait une « demande de libération conditionnelle parentale concernant son fils » de deux ans, né durant la cavale de l’artiste en Algérie, a expliqué à l’AFP Me Khaled Lasbeur.

Le juge d’application des peines de Melun, ville où Cheb Mami est incarcéré, a « rejeté » cette demande de libération « car son enfant ne vit pas en France mais en Algérie », a poursuivi l’avocat, ajoutant qu’il allait faire « appel ».

Selon lui, la loi « n’exige pas que l’enfant ait sa résidence en France mais chez le père » et « c’est le cas car avant son incarcération Cheb Mami, sa femme et son enfant vivaient ensemble en Algérie ».

Cheb Mami a été condamné le 3 juillet 2009, notamment pour des « violences » avec circonstances aggravantes en 2005 à l’encontre de Camille, une photographe de presse de 43 ans, avec laquelle il entretenait une liaison.

En août 2005, celle-ci affirme avoir été amenée de force dans une villa à Alger après qu’elle eut annoncé sa grossesse au chanteur, qui y était opposé. Elle dit y avoir été droguée et séquestrée, affirmant que deux femmes et un homme ont tenté de lui faire un curetage. Elle a finalement donné naissance à une fillette aujourd’hui âgée de quatre ans.

Le chanteur, après deux ans de fuite en Algérie, avait décidé de se présenter devant la justice, alors que par ailleurs sa carrière semblait au point mort.

Lors de son procès, Cheb Mami avait demandé pardon à Camille. « Je regrette tout ce qui s’est passé. Je lui demande pardon, je regrette », avait-il dit en invitant son ex-impresario, aussi impliqué dans l’affaire, à en faire de même.

S’il avait reconnu sa responsabilité, le chanteur avait néanmoins affirmé avoir été « piégé » par son entourage.

Source: http://tinyurl.com/3xhfosz