Francaisdefrance's Blog

11/03/2012

Belgique: le prix du m² de mosquée passive s’établit à €1.440…

Ils sont riches, les « fidèles », en Belgique…


FDF

.

À Bruxelles, un nouveau lieu de culte financé entièrement par des fonds privés de ses fidèles.


Mosquée Selimiye

L’hebdomadaire Brussel Deze Week nous informe que la première pierre de la nouvelle mosquée de Saint Josse (une des 19 communes de Bruxelles), baptisée Selimiye, va être posée ce dimanche.

Cet édifice sera un bâtiment passif.

Simultanément, une campagne de financement est lancée auprès des fidèles pour la construction de ce nouveau lieu religieux. L’initiative est prise par l’Union des Centres Islamiques de Belgique, une organisation fondée il y a 30 ans par des immigrants turcs.

Le bâtiment servant actuellement de mosquée, une ancienne boucherie, est devenu trop petit et insuffisamment sûr (????).

L’organisation a donc acheté les deux bâtiments mitoyens et confié les plans à l’architecte turco-bruxellois Sefik Birkiye. Ce sera le premier lieu de culte passif du pays. Il aura une petite tourelle, coiffée d’un croissant de lune, en guise de minaret, et s’adaptera au style architectural du quartier tout en ayant des éléments de style orientaux.

La salle de prière aura une capacité de 400 croyants, et le double pour la fête du mouton.

Le coût total du projet est de 4 millions d’euros, financé entièrement par des fonds privés. Les responsables souhaitent que l’argent viennent des croyants qui utiliseront la mosquée, et non de l’étranger. La grande levée de fonds commence aujourd’hui [dimanche 4 mars]. Les participants sont invités à « acheter » 1 m2 de leur mosquée pour 1.440 euros. Calculé sur deux ans, cela représente une somme de 60 euros par mois.

Source: https://www.contrepoints.org/

06/09/2011

Des musulmans s’opposent entre eux à une destruction de mosquée à Gennevilliers…

Jamais contents. Religion de paix, d’amour, de tolérance… Ils voulaient une nouvelle mosquée: ils l’ont eue. Mais, contrairement à l’accord passé avec la municipalité, ils veulent AUSSI garder l’ancienne; enfin, une partie d’entre eux. Les autres souhaitent respecter l’accord… 

On leur donne la main; ils vous prennent le bras…

FDF

.

Photo d’illustration

.

La mosquée de la discorde…

Une contestation divisée. Hier, la mosquée du port de Gennevilliers (92) tenait encore debout mais elle devrait être détruite aujourd’hui ou demain. Ce lieu de culte, géré par l’association Ennour, a ouvert en 1981 sur un terrain du conseil général des Hauts-de-Seine en attendant que les fidèles aient une véritable mosquée. C’est chose faite depuis 2009 et l’ouverture d’un édifice qui peut accueillir jusqu’à 2 500 personnes. Les autorités ont attendu la fin du ramadan pour récupérer le terrain, qui devrait se transformer en fourrière. Un devenir qui en choque certains. Depuis plusieurs mois, l’association El Houda se bat pour maintenir ce lieu de culte, nécessaire selon elle pour les 20 000 croyants de Gennevilliers. Position que ne partage pas l’association Ennour, qui souhaite tenir parole et se montre reconnaissante vis-à-vis de la mairie. El Houda a organisé des distributions de tracts et une grande prière dans la rue réunissant 500 personnes vendredi dernier pour se faire entendre. Mercredi dernier, Rachid Nekkaz, candidat à l’élection présidentielle de 2012 affilié au PS, propose de prêter 500 000 € au Front des banlieues indépendant (FBI), un collectif d’associations, afin qu’elle rachète le terrain et y construise une autre mosquée. Une requête restée sans réponse. « Transformer un lieu de culte en fourrière, c’est une insulte, réagit Rachid Nekkaz. Le gouvernement veut lutter contre les prières de rue, mais cela fait deux ans que l’on ferme des mosquées et que personne ne réagit », s’insurge l’entrepreneur. Dans un communiqué, le maire de Gennevilliers Jacques Bourgoin (PCF) soulignait vendredi que la salle de prière était « inadaptée, de petite taille, excentrée et en plein milieu d’une zone d’activités économiques ». Une opinion qui semble partagée par de nombreux musulmans rencontrés hier devant la nouvelle mosquée. Peu d’entre eux la connaissent, aucun ne va y prier. Nabil relativise : « C’est déjà bien d’avoir ouvert une mosquée de 2 200 m2, même si c’est vrai qu’on est un peu serrés pendant le ramadan. »

Source: http://www.20minutes.fr/

11/06/2011

Oh le con! Il met du jambon dans des chaussures devant une mosquée…

Les voilà à nouveau « heurtés », les momos. Si on peut plus rigoler quand on est bourré… Il paraît que c’est un cordonnier au chômage, le type. Mais non; j’déconne… N’empêche que ça va donner des idées à deux-trois.

FDF

.

Un homme ivre a posé des tranches de jambon dans les chaussures que des Musulmans avaient laissées devant une Mosquée située en Grande-Bretagne.

Jamie Knowlson, un  Britannique de 30 ans a voulu s’en prendre aux Musulmans de sa région en les mettant directement en contact avec la viande que leur religion leur interdit de manger. Car en outre, le jambon inséré dans les chaussures des croyants, l’individu s’était également amusé à poser des côtes de porc sur les barrières de la Mosquée.

Arrêté peu après son geste, Jamie Knowlson a indiqué qu’il s’agissait d’une blague. Il a été contraint de présenter ses excuses à la communauté musulmane.

Ses excuses auront au moins servis à alléger sa sanction. Alors qu’il risquait une peine de deux ans de prison, Knowlson a finalement été condamné à six mois avec sursis pour harcèlement racial et religieux. Il devra également réaliser 15 heures de travail d’intérêt général.

Source: http://www.7sur7.be/

04/05/2011

Bienvenue dans le petit monde ubuesque du multiculturalisme.

Où l’on atteint des sommets dans la soumission… Si on continue en ce sens, bientôt, les « infidèles » ne seront plus soignés. Les « croyants » les laisseront crever.

FDF

.

 Les infirmiers suivent  une formation à la mosquée pour apprendre à “soigner les  croyants” ! 

 

 Il  fut un temps où le personnel médical devait apprendre à  soigner les patients. 
 Nous  entrons dans une ère où il doit apprendre à soigner les  croyants. 
Les  élèves infirmiers de Limeil ont des cours pour réussir à  concilier la pratique religieuse des patients et les soins.  
Ils  ont  découvert les rites musulmans à la mosquée de  Créteil. 
Comment  concilier le respect de la liberté du culte, inscrit noir sur  blanc dans l’article 8 de la charte du patient hospitalisé,  avec  une bonne gestion des soins  ? Une trentaine d’étudiants de  l’Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi)  de  l’hôpital Emile-Roux (AP-HP), à Limeil-Brévannes, cherchaient  des réponses à cette question hier à la mosquée de  Créteil. 
Pour  les uns, pas question d’être examiné par un médecin de sexe  masculin. 
Dans  un hôpital, il n’est pas rare en effet que le personnel  soignant soit confronté à des refus pour des raisons  religieuses.… 
« Ce module est un  enseignement imposé. Certains de ces étudiants de deuxième  année ont fait entendre leurs réticences au motif qu’ils  étaient profondément athées. Certes, le personnel soignant  doit rester dans une position neutre,  les  établissements de santé sont des établissements laïcs mais ces  futurs infirmiers auront à prendre en charge des patients qui  viennent avec leur histoire »,  explique Anna Giacomini, formatrice à l’Ifsi. Avant d’engager  les discussions, Ibrahim, de l’UAMC, remercie les  étudiants. 
 L’infirmier  non-musulman (infidèle) doit ramasser le Coran du patient en se servant  d’une couverture. 
« Vous pouvez le  ramasser avec une couverture, il faut que quelque chose fasse  barrière. » 
 « Si un patient ne  peut pas entrer en contact avec l’eau, pour des raisons  médicales, comment peut-il faire ses ablutions avant la prière  ? » interroge un autre étudiant.  « Ne soyez pas étonné  si vous voyez une pierre dans sa chambre, il peut en effet  passer cette pierre pour se purifier s’il ne peut pas utiliser  l’eau », indique  l’intervenant. 
 Don  du sang et don d’organes, jeûne du ramadan et grossesse,  crémation… tout est passé en revue par les futures blouses  blanches. Dans ce cadre, la mosquée accueille également les  élèves de l’Ifsi de l’hôpital Henri-Mondor (AP-HP) de Créteil.  Des discussions sont également en cours avec l’hôpital  Paul-Brousse (AP-HP) de Villejuif. 
  
NO  COMMENT………………………..

29/10/2010

Histoire du monde: Constantinople avant l’invasion musulmane…


http://www.gloria.tv/?media=105455

Vidéo : Constantinople avant sa chute en 1453. Aujourd’hui Istanbul.

Il convient d’écouter les spécialistes de l’islam nous expliquer d’où vient cette soif de conquête. A ce titre, lire un extrait de l’étude remarquable de Nadia Maria el-Cheik, chercheur à Harvard et professeur associé à l’Université américaine de Beyrouth, Byzance vue par les Arabes (Harvard Center For Middle Eastern Srudies, 2004) est éclairante. L’universitaire libanaise nous explique en quoi les conquêtes de l’ancienne Byzance-Constantinople et de Rome participent d’un même projet du Prophète :

« La tradition fait porter les regards musulmans vers la « cité d’Heraclius » en voulant la conquérir par le takbîr. Le takbîr , un terme employé par les premiers traditionnistes en faisant référence à la conquête des villes, est aussi bien le signal de l’attaque qu’ une incantation destinée à s’attirer le soutien divin. Dans cette perspective, une force surnaturelle est attribuée au takbîr ; lorsqu’il est clamé par les guerriers musulmans, les murs massifs de la ville tremblent . Un autre hâdith rapporte :

« [Constantinople] sera conquise par les hommes qui s’écrient en implorant Allah, le Très Haut. Une fois qu’ils s’abattront sur elle, ils en auront pour trois jours, en appelant Allah  et l’implorant afin qu’Allah détruise son flanc est. Les Musulmans entreront alors dans la ville et y construiront des mosquées » (source: Ibn Hammâd, Kitâb al-fitan. Traduction dans Cook. « Apocalypse musulman et Jihâd », p. 295)

Constantinople n’est pas la seule ville devant être conquise par les armées des « croyants ». Un autre sujet discuté dans la littérature apocalyptique est l’épisode durant lequel « les villes de l’incroyance » seront conquises :

« Constantinople fut évoquée. Quelqu’un dit « La Conquête de Constantinople précèdera celle de Rome ». D’autres dirent : « La conquête de Rome précèdera celle de Constantinople ». Abdallâh b. ‘Amru demanda d’amener une boite. La boîte contenait un livre. Il dit « Nous conquerrons Constantinople avant Rome »  (source: Ibn Hammâd, Kitâb al-fitan, 294)

‘Amru b. al-‘As est également à la source d’une tradition du Prophète où il questionne le Prophète sur quelle des deux villes, Constantinople ou Rome, sera conquise en premier lieu. Le Prophète dit « La cité d’Héraclius sera conquise en premier ». Une autre tradition rapportée par Ka’b rapporte : « Nous conquerrons Amorium avant Nicée, Nicée avant Constantinople, et Constantinople avant Rome »

Voilà pour ces rappels de l’universitaire Nadia Maria el-Cheik  du Harvard Center For Middle Eastern Studies.

(Note: Les Hâdith Authentiques (Sahîh), formant la Sunna, sont le cœur nucléaire de la jurisprudence islamique, reçus avec une fiabilité totale car justement « Authentiques » pour toutes les écoles juridiques du sunnisme. Il s’agit des propos de Mahomet rapportés par ses compagnons )

« Ibn Shihab rapporta que le Messager d’Allah (que la paix soit avec Lui) fit une expédition sur Tabuk et qu’Il ( le Saint Prophète) avait à l’esprit l’idée de menacer les Chrétiens d’Arabie en Syrie ainsi que ceux de Rome » Muslim V6670B037

« Rapporté par Khalid bin Madan : (…) Um Haram nous informa qu’il entendit le Prophète dire « le Paradis sera accordé au premier contingent de mes disciples qui entreprendront une expédition navale » . Um Haram ajouta « O apôtre d’Allah ! Serai-je parmi eux ? »Il répondit « Tu seras parmi eux ». Le Prophète ajouta : «  La première armée parmi mes disciples qui envahira la ville de César, elle lui sera remis tous ses pêchés ». Um Haram questionna encore «  Serais-je l’un d’entre eux, o apôtre d’Allah ? Il répondit par la négative. » Sâhih Bukhari ,Le Combat dans la voie de Allah, hâdith n°175

Travail de recherche effectué par L’Observatoire de l’islamisation-octobre 2010

Pour aller plus loin :

constantinople.jpg

Présentation de l’éditeur

La ville de Constantinople, rempart de la Chrétienté en Orient, a, pendant plus de mille ans, résisté à tous les assauts. Elle est tombée en deux temps et, paradoxalement, le premier coup lui fut porté en 1204 par les croisés venus d’Occident, payés par Venise et avec l’accord tacite de Rome.
Réduit dès lors à fort peu, l’empire  » byzantin  » fut incapable de repousser les attaques d’un Empire ottoman conquérant de toute l’Asie Mineure. Les Latins ont porté secours, levé des troupes et lancé des flottes de guerre à plusieurs reprises ; mais les conflits qui opposaient rois et princes mobilisaient le plus gros de leurs forces. Si Constantinople ne fut pas abandonnée à elle-même, l’Occident, requis par la guerre entre ses nations, accepta l’agonie de l’empire chrétien d’Orient, sans comprendre qu’il serait lui-même la proie suivante.
Jacques Heers, ancien directeur du département d’études médiévales de Paris-Sorbonne, a notamment publié La première croisade ; Louis XI ; Les négriers en terres d’islam.
source : islamisation.fr