Francaisdefrance's Blog

24/05/2011

Tarbes: d’autres « bienfaits de l’immigration »…

Mais ce sont des malades, des vrais !!!

FDF

.

Il frappe son ami à coups de hache !

Sadik, taillé comme un déménageur, ne fait pas dans la dentelle quand il s’énerve. Ce jour du 11 mars dernier, il est sur un parking de Bel-Air, pour bricoler la voiture de son copain Nouredine. Vient à passer un autre copain, Nicolas, qui s’arrête et commence à discuter. Une petite conversation entre potes, pendant que Nouredine continue à bricoler son moteur. Sadik propose à Nicolas de lui vendre une Golf rouge, pour 300 €.

Nouredine s’approche, pour donner son avis : « Une bonne occase… ». Mais il n’aura pas le temps de finir sa phrase : Sadik interprète tout de travers et pense que son copain se mêle de ce qui ne le regarde pas. Ni une ni deux, il fonce vers sa voiture, en sort un marteau de belle taille et commence à taper sur la voiture en rade de Nouredine. Manque de chance pour lui, le marteau se casse. Où sont les outils d’antan, on se demande… Qu’à ce la ne tienne, Sadik a de la ressource : de son coffre, il sort une hache, et tape comme un sourd directement sur le moteur de la voiture. Voyant le carnage, Nouredine se précipite et tente d’arrêter le massacre. Mal lui en prend, Sadik lui assène un violent coup de hache sur le poignet. Alors que le sang gicle partout, Sadik retourne à son entreprise destructrice de moteur.

Après avoir nié toute responsabilité, disant aux policiers que son pote s’était blessé tout seul en laissant retomber le capot sur sa main, il finit par avouer devant le tribunal : « Ouais, mais j’ai pas fait exprès, c’est un accident involontaire, je ne voulais pas lui faire mal ». « On a du mal à vous croire, réplique la présidente. Sa main était très loin du moteur. Et que dire de la suite… » Résultat des courses : tous les tendons extenseurs du poignet tranchés. Un carnage là aussi. D’après les psychiatres, Sadik présente une « personnalité explosive et colérique ». On en voit le résultat. Quant à la suite qu’évoquait la présidente ; il s’agit de menaces : à peine sorti de la clinique, Nouredine est abordé par Sadik : « Si tu leur dis quoi que ce soit, tu sais ce qui t’attend. Je sais où te trouver… T’as intérêt à leur dire que tu t’es fait ça tout seul ».

« Prétendre que les blessures sont involontaires ne tient pas debout, constate le procureur Puyo. L’accident était impossible et son ami était bien sa cible. Pour ce déferlement de violence, je demande la peine plancher, puisqu’il est en récidive légale : 2 ans de prison. »

L’avocate de la défense va s’attacher à démontrer que son client n’était pas responsable de ses actes : très perturbé au plan psychiatrique, il devrait bénéficier d’une expertise. Mais le tribunal va en décider autrement : « 2 ans de prison dont un an avec sursis mise à l’épreuve pendant 18 mois, obligation de soins et interdiction de rencontrer la victime. »

Source: http://www.ladepeche.fr/