Francaisdefrance's Blog

13/01/2012

Le « beau » Lies Hebbadj enfin déclaré coupable !

Enfin puni pour quelque chose…

.

On l’a enfin coincé pour quelque chose, ce provocateur! « Abus de confiance »… C’est un bon début. Le problème est qu’il est coupable de bien d’autres choses. Mais si on l’embête avec ça, c’est du racisme, de l’islamophobie.

Lui, il a le droit de déverser sa haine et son mépris sur nous, les sous-chiens, et sur NOTRE République et nos lois. Mais nous, il nous est interdit de trop lui nuire en essayant de nous défendre contre ses attaques et provocations.

Si quelqu’un y comprend quelque-chose, merci de nous éclairer…

FDF

.

Lies Hebbadj condamné en appel pour abus de confiance

Lies Hebbadj a été condamné, ce jeudi après-midi, par la cour d’appel de Rennes. Il écope d’une amende de 1 200 € d’amende, conformément aux réquisitions de l’avocat général. Lies Hebbadj avait été condamné en première instance, à Nantes, à 700 € d’amende pour abus de confiance.

Le commerçant Rezéen (devenu célèbre depuis que sa compagne avait contesté un PV dont elle avait écopé pour avoir conduit le visage masqué par un niqab), était poursuivi pour avoir payé l’avocat de sa compagne au printemps 2010 avec le chéquier de l’association culturelle musulmane qu’il présidait. Le trésorier s’en était ému.

En défense, Lies Hebbadj arappelé que la vocation de l’association était de défendre l’intérêt de ses membres. Et qu’il avait rapidement remboursé la somme de 1 700 €. La cour d’appel l’a néanmoins déclaré coupable.

Source: http://www.ouest-france.fr/

Merci à Henri…

25/05/2011

Marie Neige Sardin: victime de notre cause…

Avant tout, prenez connaissance de ceci: http://frenchcarcan.com/2010/07/22/marie-neige-sardin-en-garde-a-vue/

FDF

.

Grande naïve devant l’éternel, je croyais qu’elle n’aurait jamais lieu, cette vingt sixième fois; non pas que je pensais  le quartier assaini de toute verminerie, mais tout simplement par confort moral, par zen attitude, par l’ espoir d’écrire un jour le mot fin à cette longue série.

Il en est ainsi de la nature humaine surmontant X traumatismes, pour poursuivre la route elle se forge une espérance, car faut -il craindre à chaque seconde, un danger invisible et inquantifiable?

Tout événement qui met en cause ma survie me confronte à l’absolu de mon anéantissement; sans doute l’épreuve la plus redoutable pour une victime multirécidiviste. 

De quoi est-elle capable, pour un peu de paix, moins de souffrance, conserver son intégrité physique et une fuite devant ses peurs intérieures: de tout, y compris de se laisser tuer pour qu’enfin, son Aie devienne un « A l’aide » transformant ainsi le dire de ses souffrances en appel.

2288363431_61f6d2dcf5.jpg

Un samedi ordinaire, un jour de marché prometteur puisque veille de premier mai et des clochettes du bonheur. je m’active dans la librairie, la quantité de presse à mettre en place est très importante, il est presque 8heures et donc je fais mon travail.

La sonnette de la porte est actionnée, je prends ma pile d’invendus et débloque la porte. La personne qui se présente n’a, au premier coup d’oeil, rien d’extraordinaire, un pantalon de survêtement bleu marine, un haut de la même teinte et un bonnet vissé sur la tête; je le prends sans souci pour l’un des hommes travaillant sur le marché.

Pourtant, mon corps m’envoie déjà des signaux d’alerte, ma gorge se noue, mes jambes tremblent, et mes yeux se mettent à fixer ces deux mains gantées trifouillant pour l’une dans le bas de jogging et pour l’autre me plaçant un sac de plastique blanc sur la caisse dans un silence assourdissant.

Mon regard se plante dans le sien. à cet instant précis je ne me pose plus aucune question, juste l’anticiper, le sonder, voire l’hypnotiser tel un cobra avec sa proie. Il braque un pistolet sur moi, petit ressemblant à un automatique ancien modèle, vrai ,factice, impossible de le savoir face au canon.

Il me réclame « un astro taureau et la caisse », tout en agitant fébrilement autant la poche que le flingue.

Ne quittant pas ses yeux, je prends donc  dans le présentoir le jeu réclamé; il semble se détendre puisque j’agis selon sa volonté, ma main droite s’approche de la sienne, puis brusquement, je lui plaque sa main armée sur le comptoir, ne plus être face à l’arme, pouvoir me faufiler et le planter là. Parvenue prés de la porte, je me retourne et le vois me mettre en joue. je m’engouffre sur le trottoir, vite la petite place du marché, les commerçants s’y activent et il y a des hommes. L’individu me suit le pistolet à moitié dissimulé dans son plastique blanc, se sentant un peu coincé il balance ce dernier sous un étale, puis se ravise , le récupère et parvient à me dire dans un parfait français  » je reviendrai, je ne fais jamais de bavure! » .

il part ainsi au beau milieu du marché, certains commerçants lui emboîtant le pas.

Libérée, je retourne à la boutique, je vomis, suis livide de trouille, toutes les émotions des 25 agressions précédentes me rejoignent, m’assaillent; je vais mettre une éternité à m’en remettre encore une fois.

Je n’ai pas déclenché l’alerte police que je paye pourtant tous les mois, tant j’ai perdu confiance en ces institutions aux valeurs inversées plus promptes à m’enfermer, me menotter, me blesser que de me protéger.

Pourtant je vais joindre sur son portable un des policiers municipaux, pas pour moi, dans ma démarche, mais pour le cas où l’individu ferait du mal à d’autres, il est de mon devoir de les protéger en le signalant.

Les caméras de la ville semblent parler, les témoins répondent présents et ne se défilent pas, monsieur le maire a passé un coup de fil m’informant de la tournure des choses, pourtant, pourtant, je demeure effarée, ma confiance est laminée; je ne peux oublier qu’une victime qui parle, s’exprime, dénonce, devient coupable à jamais.

5293963373_657562c18a.jpg

Tiré de son blog: http://le-bourget.over-blog.com/

24/05/2011

DSK: et dire que son avocat va plaider non-coupable…

C’est vraiment se foutre de la gueule du monde. Les preuves ADN sont là et la non-culpabilité va être plaidée. Reste encore à faire revenir la plaignante sur sa plainte et se serait complet! En outre, si elle est sous haute protection, ce n’est pas pour rien. Un « accident » est si vite arrivé… On a déjà vu ça (JFK et Oswald). En plus, tout est « présumé », dans cette affaire; drôle de justice, aux USA… Le pire est que la France y prend goût.

DSK aurait dit en outre qu’il vit un cauchemar. Pauvre victime d’une justice aveugle… Versez vos dons au PS.

FDF

.

L’ADN de DSK aurait été retrouvé sur les vêtements de la plaignante…

.

Selon les récits de chaînes NBC et ABC, de l’ADN de Dominique Strauss-Kahn a été retrouvé sur les vêtements de la victime présumée.

L’ADN de Dominique Strauss-Kahn a été retrouvé sur les vêtements de la femme de chambre qui l’accuse de crimes sexuels à New York, ont affirmé lundi plusieurs chaînes de télévision américaines et française.

Un porte-parole de la police a refusé de confirmer cette information auprès de l’AFP, renvoyant au bureau du procureur qui lui aussi se refusait à tout commentaire.

Selon les récits de chaînes NBC et ABC, de l’ADN de Dominique Strauss-Kahn a été retrouvé sur les vêtements de la victime présumée, dont les autorités américaines ne révèlent pas l’identité. D’après le site de la chaîne de télévision France 2, c’est du sperme de l’ex-patron du FMI qui a été retrouvé sur le col de chemise de la plaignante.

Les résultats des prélèvements effectués sur M. Strauss-Kahn, sur la jeune femme de 32 ans, et dans la suite de l’hôtel Sofitel où les faits se seraient passés étaient attendus en début de semaine.

Une porte-parole du bureau du procureur, Erin Duggan, avait déclaré lundi matin que rien ne serait communiqué avant le procès, et a répété le même « no comment » lundi après-midi.

En attendant, l’entourage de Dominique Strauss-Kahn se démenait lundi pour trouver rapidement un autre logement à New York à l’ancien directeur général du FMI, qui a écrit à ses anciens collègues qu’il vivait « un cauchemar ».

Dans un courriel signé « Dominique » et daté de dimanche, « DSK » précise qu’il a démissionné pour épargner au Fonds monétaire international le « cauchemar » qu’il est en train de vivre et réaffirme son innocence.

Source: http://www.sudouest.fr/