Francaisdefrance's Blog

07/02/2012

Tags et injures islamophobes: pas de chance, ce n’est pas l’extrême Droite !!!

Et non; ce sont des gauchiottes. Ceux-là même qui fondent des associations anti-racistes et sont, salivants, aux premiers rangs des tribunaux quant un pauvre gars passe devant le juge pour avoir « incité à la haine raciale » (en fait, il avait voulu dénoncer certaines pratiques peu enviables qui sont devenues le quotidien de « jeunes issus de l’immigration »).

Mais là, des gauchiottes, des vrais, avec des queues de cheval (dans les cheveux) coupables de tags et injures islamophobes ! J’ai du mal de retenir ma joie… J’en connais une, la maire de Lille, qui doit se ronger les ongles. Méluche aussi, le NPA aussi… Enfin; tout ce qu’il y a de cosaque, en fait, sur le sol de NOTRE République.

FDF

.

Plus de 50 militants d’extrême-gauche interpellés !

Des affrontements ont opposé, dans la nuit de vendredi à samedi, des policiers, un tagueur et des militants d’extrême-gauche qui assistaient à un concert au centre culturel libertaire, dans le quartier de Wazemmes, à Lille.


Cinquante-trois individus, dont une majorité de militants d’extrême-gauche, étaient toujours en garde à vue, hier en fin de journée à Lille, après des incidents qui les ont opposés aux forces de l’ordre dans la nuit de vendredi à samedi, vers 4 h.
Au départ, deux témoins auraient surpris un homme en train de tagger des voitures. Des tags de nature injurieuse et islamophobe ont également été découverts sur la façade de snacks situés rue des Postes. Ne parvenant pas à raisonner le tagueur, les deux témoins auraient alerté la police. Une équipe de police-secours arrivée sur place aurait tenté d’interpeller le tagueur, qui se serait alors jeté sur l’un des fonctionnaires. Selon la police, cinq personnes du centre culturel libertaire (CCL) situé à proximité et où se déroulait un concert, seraient alors intervenues pour prêter main forte au graffeur et entraîner le policier jusque dans leur local. Celui-ci aurait reçu des coups.

Lorsque ses collègues sont arrivés en renfort pour le dégager, l’incident aurait viré à la bataille rangée. Au gaz lacrymogène lancé sur les individus du CCL, ceux-ci auraient répondu par des jets de cannettes et autres projectiles. La quasi-totalité des participants au concert aurait été interpellée.
Hier soir, des proches du CCL affirmaient qu’il y avait eu, à leurs yeux, un amalgame injuste entre les tagueurs et leur présence à quelques dizaines de mètres de là : « Ces faits donnèrent l’occasion aux forces de l’ordre arrivées en grands renforts de pénétrer dans l’enceinte du CCL, de re courir au gaz lacrymogène, de prendre moult photos des lieux, de saisir des textes de nature politique, de retourner tables et chaises et, finalement, d’arrêter l’ensemble des personnes présentes, sans distinction aucune ». La plupart des interpellés devaient être libérés hier dans la soirée.

Source: http://www.nordeclair.fr