Francaisdefrance's Blog

14/03/2012

Rachid Nekkaz en garde à vue pour achat de parrainages d’élus…

Auteur de cette superbe déclaration: « Je fais appel à la désobéissance civile », Rachid Nekkaz est un bel exemple d’intégration.

Encore un copain à Hollande… C’est beau, le PS…

FDF

.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rachid_Nekkaz

Il y a quelques jours déjà, je vous l’avais dit,  vouloir  acheter un parrainage  c est de la corruption du 1er magistrat de la ville. Ces actions de corruption, ou même de tentative  doivent être sévèrement punies.  

La France est un état de droit  et se doit de le rester.

 L’homme d’affaires et activiste Rachid Nekkaz a été placé en garde à vue mardi à Paris dans le cadre d’une affaire d’achat de parrainages de maires pour l’élection présidentielle, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

JC JC…

.

M. Nekkaz a été interpellé vers 16H00 en voiture à Puteaux (Hauts-de-Seine) et placé en garde à vue dans les locaux de la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) de la police judiciaire parisienne, dans une « affaire d’achat de parrainages d’élus », a raconté cette source.
Dans un communiqué, l’association Front des banlieues indépendant, soutien de M. Nekkaz, avait annoncé en début de soirée sa garde à vue, précisant qu’il agissait dans « le cadre de son opération de salut républicain consistant à demander aux élus de la République de parrainer des femmes candidates à l’Élysée ayant des difficultés à obtenir leur parrainage et à faire abolir le système des parrainages des élus qui favorise la corruption ».

M. Nekkaz a ainsi « invité le maire d’une commune du Pas-de-Calais à parrainer Cindy Lee, la candidate du +parti de l’amour et de la liberté+ », mardi à la mi-journée, en déposant directement le parrainage devant le Conseil constitutionnel, selon le communiqué.
Le maire du Pas-de-Calais a été entendu comme témoin dans cette affaire, selon la source proche de l’enquête.
Originaire de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), M. Nekkaz, 39 ans, a adhéré au Parti socialiste en juin 2009. Ce chef d’entreprise a fait fortune dans les nouvelles technologies et l’immobilier. Il n’avait pas réussi à être candidat à la présidentielle de 2007, faute de parrainages.
Adepte des coups d’éclat, M. Nekkaz, également porte-parole de l’association « Touche pas à ma constitution », avait notamment promis de payer toutes les amendes dressées à l’encontre des femmes portant le voile intégral dans la rue.

Source  :  http://www.lexpress.fr

03/03/2012

Une plainte pour insultes à l’islam rejetée en Egypte !

Mais que se passe t’il? Le régime égyptien montre un autre visage? Non; je ne pense pas. Le « prévenu » a énormément d’argent et d’influence… Tout s’achète, en ce monde; il suffit d’y mettre le prix. Même en islam.

Mais loin de moi de penser à une éventuelle corruption des juges égyptiens. Ah ça non !  :-))

FDF

.

L’image en question. Bon; je ne suis pas milliardaire… On verra bien…
.

Un tribunal du Caire a rejeté samedi une plainte pour insulte envers l’islam contre le magnat copte (chrétien d’Egypte) Naguib Sawiris, qui avait publié une caricature représentant Minnie Mouse en niqab (voile intégral), a rapporté l’agence officielle Mena.

Naquib Sawiris, à la tête de l’empire des télécoms Orascom Télécom, était poursuivi par l’avocat salafiste Mamdouh Ismaïl. Une première plainte à l’encontre du milliardaire pour le même motif avait été déjà rejetée mardi.

Source: http://www.europe1.fr/

28/02/2012

Les « usines à gaz »…

Alors là, chapeau bas, Michel. Excellente réflexion sur la manipulation des peuples.

A retenir en priorité, ça: « Les Hommes de l’État par leur activisme coupable et incessant créent sans s’arrêter de nouvelles calamités. Dès lors qu’une calamité devient trop gênante ou apparente, ils adoptent de nouveaux dispositifs pour prétendument la corriger. Ce sont de nouvelles calamités qui comme une chaîne d’avalanches s’abat sur le pays »

FDF

.

Les usines à gaz sont fort compliquées avec leurs entrelacs de tuyaux. Nous allons traiter ici des usines à gaz politico-administratives.

Les vraies usines à gaz créent du gaz et le gèrent. L’espoir fou des manipulateurs du sommet est que compteurs, dispositifs, robinets, tuyauteries créeraient de la richesse là où il n’y en a pas.

A mesure que l’élection se simplifie autour de deux grands candidats, l’on se trouve devant une sorte de programme commun. Certes, il est des différences, mais elles sont surtout dues à des tactiques électorales provisoires, chacun marquant l’autre à la culotte. Dépenses et taxation, avec ruine en conséquence sont les maîtres mots.

Sarkozy veut augmenter certains bas salaires par l’équivalent d’un treizième mois. Pour payer, il faudra alléger les cotisations salariales et supprimer la prime pour l’emploi (PPE). Les ordinateurs ont tourné et il paraît que tout s’équilibre dans les tuyaux. Les textes seront évidemment bourrés de complications. Bien entendu, l’adversaire Hollande conteste les chiffres et chacun s’efforce de calculer les gagnants et les perdants, sur la base de statistiques tronquées. En tous cas, l’intérêt économique est nul car aucun accroissement de richesse ne se pointe à l’horizon.

Voici quelques éléments du programme de Hollande : création d’une banque publique d’investissement pour favoriser le développement des PME ; possibilité pour les régions de prendre des participations dans les entreprises stratégiques au niveau local, une partie des financements sera orientée vers l’économie sociale et solidaire, livret d’épargne industrie dont le produit sera entièrement dédié au financement des PME et des entreprises innovantes ; mise en place de 3 taux d’impositions sur les sociétés : 35% pour les grandes, 30% pour les PME, 15% pour TPE, modulation de la fiscalité locale en fonction des bénéfices réinvestis.

Rappelons aussi l’usine à gaz fabriquée par Borloo, à la suite de deux parlottes dénommées « Grenelle de l’environnement ». Ayant obtenu au nom de l’idéologie mensongère de l’écologie une sorte pouvoir absolu et illimité, il démolit l’économie et la société. Le mot fétiche est « développement durable », expression dont personne ne connaît la signification exacte.

LES EXPLICATIONS
A quoi attribuer cette multiplicité d’usines à gaz s’abattant aussi pestilentielle qu’un nuage de Tchernobyl ? Il est des causes multiples qui se surajoutent en se renforçant. Voici une liste non exhaustive : jeu démocratique quotidien, avidité du personnel politique et des compagnons de route, lobbies, corruption, bureaux immenses, administrations pléthoriques, pyramide insensée des collectivités locales ; les cent codes qui écrabouillent les Français et dont le raccordement est une tâche impossible, les idéologies régnantes et mensongères comme, parmi d’autres, la fausse « religion » de l’éolien, etc.

Le facteur commun mérite d’être énoncé ; C’est le principe des calamités, qui est une des bases de la « République Fromagère (RF) » et s’écrit comme suit : « Les Hommes de l’État par leur activisme coupable et incessant créent sans s’arrêter de nouvelles calamités. Dès lors qu’une calamité devient trop gênante ou apparente, ils adoptent de nouveaux dispositifs pour prétendument la corriger. Ce sont de nouvelles calamités qui comme une chaîne d’avalanches s’abat sur le pays » ; les explications listées ci-dessus trouvent un aliment permanent dans le principe des calamités.

LES CONSEQUENCES
Personne ne s’étonnera du champ de ruines qui résulte de la galaxie d’usines à gaz.

Cela commence par les coûts insupportables de leur construction avec les lois, les décrets d’application et les circulaires. S’y ajoute tout le temps des fonctionnaires et des privés consacré à la compréhension et à la traduction des hiéroglyphes administratifs.

Puis s’enchaînent les contentieux tellement nombreux que personne n’est jamais sûr de la loi. L’exemple parfait est celui du logement. Le principe des calamités fait qu’aucun dispositif ne marche ; les dispositifs s’entassent donc et les candidats à la présidentielle en promettent une couche supplémentaire.

En arrière fond se trouve le principe totalitaire de l’abus de droit : celui qui connait si bien l’usine à gaz qu’il en tire profit peut être frappé à tout moment.

Pour créer de la richesse, il est nécessaire de connaître un environnement juridique stable, sûr et clair. C’est, dans le domaine économique, la seule tâche du gouvernement que de créer cet environnement.

Sous Henri IV, la richesse générale s’accrut fortement et quelqu’un remarqua que le Roi ne tracassait pas les particuliers.

Le problème d’aujourd’hui est que pour gagner leur butin, les politiques tracassent les particuliers.

Bon courage à tous dans l’enchevêtrement des tuyauteries de l’usine à gaz universelle !

Michel de Poncins

Source: http://www.libeco.net/

24/02/2012

Rose Mafia…

Et encore une « rose » à ajouter au bouquet du PS. Ca sera, à ce rythme là, le bouquet final, bientôt…

FDF

.

PS du Pas-de-Calais: ce que révèle le livre « Rose Mafia »

Dans un livre choc, « Rose Mafia », l’ex-maire d’Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville, lève le voile sur les étranges circuits de financement d’élus de la fédération socialiste. Lui-même mis en cause par la justice, il refuse d’être le seul à payer.  

Emplois fictifs, enveloppes de billets données de la main à la main par des dirigeants d’entreprises, doubles facturations, corruption, achat de complaisance d’un magistrat… Dans un ouvrage de 300 pages truffées de détails, à paraître le 23 février (1), Gérard Dalongeville, ancien maire d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), a décidé de mettre à nu les étranges moeurs de ses anciens amis socialistes.   

Un témoignage rare de la part d’un initié sur un « système pourri jusqu’à la moelle », écrit-il. Après être passé huit mois par la case prison – il est mis en examen pour détournements de fonds publics, favoritisme, faux en écriture, corruption… -, l’homme a décidé de tout dire… pour ne pas payer seul.  

L’ouvrage guide le lecteur dans les incroyables méandres du financement politique. Et fait brusquement resurgir une époque qu’on pensait révolue depuis l’adoption des lois sur le financement des partis. Mais il faut croire que, dans l’ancien bassin minier où le PS est sans concurrence sérieuse depuis des décennies, les mauvaises habitudes ont perduré.   

Dons, surfacturation et vols d’archives…

A écouter Gérard Dalongeville, les flux d’argent empruntent divers chemins sinueux. Parfois, les militants versent des dons en liquide de 100, 500, voire 1000 euros à un candidat socialiste – ou directement à la fédération PS du Pas-de-Calais – qui leur sont aussitôt restitués par virements d’entreprises « amies ». En échange, celles-ci disposent de facilités d’accès aux marchés publics.  

De façon plus classique, l’ancien maire d’Hénin-Beaumont évoque des surfacturations « de 10 à 15% » récupérées sous la forme de publicité dans les journaux municipaux. Les sociétés Soginorpa, gestionnaire d’un parc de 62 000 logements miniers, et Adévia, principal acteur public d’aménagement, seraient au coeur de ces circuits occultes. Une affirmation rendue d’autant plus crédible par la publication de plusieurs rapports très sévères de la chambre régionale de la Cour des comptes. Et par d’étranges vols d’archives intervenus récemment à la mairie ­d’Hénin-Beaumont ainsi qu’à la communauté d’agglomération d’Hénin-Carvin.  

Dalongeville dit avoir les preuves de ce qu’il avance

L’auteur se fait plus précis lorsqu’il raconte comment un major régional du BTP a versé un chèque de « 215 280 euros » à un homme d’affaires peu scrupuleux au titre de dépenses de sponsoring. « L’explication est tout autre, rectifie Gérard Dalongeville, c’est une rétrocommission au profit du PS. »   

Pis! L’ancien édile soutient que son ancien premier adjoint s’est rendu en avion au Luxembourg à plusieurs reprises pour blanchir de l’argent et que ces déplacements étaient liés au financement du PS. « Je n’ignore pas la gravité de ces accusations », soutient-il. Et d’annoncer qu’il ne craint pas les procès en diffamation, car il possède les preuves de ses allégations.  

« Je crains que le bac ne se retourne finalement sur le cochon »

Cette petite bombe éditoriale, en plein coeur de la présidentielle, fera grincer bien des dents, vu le profil particulier de l’auteur, dont le procès devrait s’ouvrir d’ici à la fin de l’année. Même si le PS affiche de garder son sang-froid. La sénatrice Catherine Génisson, première secrétaire de la fédération du Pas-de-Calais, déclare à L’Express être « très sereine » et rappelle que Gérard Dalongeville a livré nombre de vérités successives à la justice.  

« Je crains que le bac ne se retourne finalement sur le cochon », rétorque Jean-Pierre Chruszez, l’un des anciens collaborateurs de Gérard Dalongeville, éreinté dans le livre (2).  

En décembre 2010, la parution dans la presse des lettres que l’ancien maire avait adressées depuis sa cellule à la juge d’instruction Véronique Pair avait déjà mis le feu aux poudres. Au centre des soupçons de financements occultes, un homme: Jean-Pierre Kucheida, 69 ans, inamovible député-maire de Liévin depuis 1981. A l’époque, ce dernier avait réfuté en bloc les « fantasmes » de son ancien protégé.   

« Nettoyer les écuries d’Augias »

Des « fantasmes » jugés toutefois suffisamment crédibles pour déclencher l’ouverture de quatre enquêtes préliminaires et, depuis, l’organisation de nombreuses et discrètes auditions et perquisitions d’entreprises par la division nationale des investigations financières de Nanterre (Hauts-de-Seine).   

De bonne source, celles-ci devraient aboutir dans les prochains jours à des gardes à vue assorties de mises en examen pour – à tout le moins – prise illégale d’intérêts. Assigné à résidence dans les Vosges, Gérard Dalongeville, 41 ans, élude un peu trop rapidement ses propres responsabilités dans l’ouvrage. Parfois, il se transforme même en un étrange justicier: « Il est temps de nettoyer les écuries d’Augias », écrit-il.   

Mais de réels accents de sincérité percent dans ce livre thérapie d’un « homme meurtri » qui avoue avoir tenté un jour, au fond de sa cellule, de se suicider. Le parcours de ce petit soldat du socialisme, enivré par un système « dont on ne peut pas sortir », est édifiant. Le récit de sa première ligne de défense, monté de toutes pièces par ses anciens comparses, sidère tout autant.  

L’éditeur a préservé un secret total jusqu’à la sortie de cet ouvrage sulfureux. Sa parution intervient au pire moment pour le candidat François Hollande. Et au meilleur pour ses concurrents, au premier rang desquels Marine Le Pen, précisément candidate aux législatives à Hénin-Beaumont et qui ne cesse de dénoncer la « mafia socialiste ».   

Depuis des années, les socialistes locaux font tout pour lui donner raison.   

(1) Rose mafia, par Gérard Dalongeville. Ed. Jacob-Duvernet, 298 pages, 19,95¤.

(2) La Voix du Nord du 5 février.

Source:  http://www.lexpress.fr

Merci à DG…

22/02/2012

Ainsi va le socialisme quand il est au pouvoir.

Ca, c’est à lire.

FDF

.

SOCIALISME ET CORRUPTION
 
C’est curieux, les députés socialistes représentent 32 % de l’effectif des députés de la nation, mais 67 % de l’effectif des députés poursuivis ou condamnés pour des crimes et délits divers, si j’en crois la liste publiée récemment par ddata.overblog.

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/08/60/68/Doc-HTML/Elus-2.html#

http://minurne.blog4ever.com/blog/lirarticle-431391-8545883.html

Ddata donnant les motifs de condamnation et les peines prononcées, on voit que les élus socialistes sont peu portés sur le sexe, à l’exception du très médiatisé Strauss-Kahn à nouveau en garde à vue pour proxénétisme et abus de biens sociaux. Ils sont par contre très impliqués dans les délits financiers touchant l’argent public : « trafic d’influence sur marché public frauduleux », « soustraction de fonds publics », « corruption », « emplois fictifs », « prise illégale d’intérêts dans les marchés publics », etc.

Ce n’est guère rassurant pour les cochons de payants que nous sommes.
 
Je suis surpris parce que la moindre peccadille d’un député, ministre ou sénateur de droite donne lieu à une marée médiatique formidable donnant à croire que le crime est de droite et la morale socialiste, alors que l’on n’entend rien ou presque (toujours avec l’exception DSK) sur les cinq inculpations prononcées, rien que depuis le début de l’année 2012, à l’encontre d’élus socialistes.

Ddata donnant également le montant détaillé des revenus des élus, et notamment de ceux qui occupent de hautes fonctions dans les appareils des partis, on voit que les gens qui vitupèrent la richesse et les hauts revenus sont bien mal placés pour en parler. C’est encore plus choquant quand il s’agit d’élus d’extrême gauche comme J.L. Mélanchon. S’il se contente de son salaire et de ses indemnités non imposées de député européen il gagne actuellement 12 256 € par mois, plus de 30 000 € s’il a demandé à toucher ses pensions de retraite de salarié du privé (enseignant et journaliste) de député, de sénateur et d’ancien ministre, sans compter les avantages en nature (voyages, prêts à zéro %, etc.) qui vont avec. Il protestera peut-être, mais s’il veut démontrer que ce n’est pas vrai, il y a un moyen très simple : la publication de sa déclaration fiscale complète sur ses revenus de 2011 (incluant les revenus financiers et immobiliers s’il y en  a).
 
Sans entrer dans les détails, deux choses m’ont frappé : le goût pour l’argent semble consubstantiel du socialisme malgré les déclarations fracassantes sur « l’argent qui corrompt », et les socialistes aiment à le chasser en meute, les actuelles poursuites pour « association de malfaiteurs » en témoignent.
 
Il y a dans l’entourage proche du candidat socialiste deux anciens condamnés (Harlem Désir : recel d’abus de biens sociaux, Jean-Paul Huchon : prise illégale d’intérêts dans des marchés publics)  et des plus récents (comme R. Navarro, sénateur PS de l’Héraut : emplois fictifs et abus de confiance).
 
Il me revient à l’esprit que François Mitterrand fut dans la même situation. Son entourage était largement constitué de fripouilles notoires qu’il fréquentait avec le plus grand plaisir, comme le milliardaire Roger-Patrice Pelat qui s’enrichit outrageusement grâce à des tuyaux glanés à l’Elysée (affaires Péchiney-Triangle et Vibrachoc) avec lequel il faisait une promenade quotidienne, et dans le château solognot duquel il se rendait fréquemment en week-end. Pelat finit par tomber pour recel de délit d’initié.

Ceux qui tentèrent de moraliser la pratique socialiste, comme Pierre Bérégovoy, furent pris dans des pièges savants et le payèrent très cher.
Là non plus je ne vais pas rentrer dans les détails, Jean Montaldo, Libération, Antoine Gaudino et quelques autres ont raconté tout cela.
Je voudrais cependant rappeler comment la France fut soumise à une véritable entreprise de racket par Urba dont l’objet principal était de financer le PS, mais surtout par le réseau recruté et payé par le Parti Socialiste que Josua Gustiniani, qui en fut la cheville ouvrière, dénonça en 1990 dans un livre, Le Racket politique. Ce réseau-là avait pour but d’enrichir le parti, mais aussi des responsables socialistes.

Ce livre s’appuie sur plus de douze mille fausses factures, des carnets de souches bancaires, des lettres d’accréditation signées Claude Estier, des noms de personnalités socialistes par centaines, des détournements de fonds privés et publics dont certains se chiffrent en dizaines de millions de nouveaux francs, les traces comptables et bancaires de sommes encaissées par les dirigeants du PS, parfois sur leurs comptes personnels. Certains de ces comptes étant situés dans des paradis fiscaux : Basel Kantonal Bank, Iles Vierges (où Pelat avait une banque virtuelle qui facilitait bien les choses)…
 
Il faut lire le livre de Josua Gustiniani. Il l’écrivit par vengeance parce qu’il fut poursuivi en justice alors que le PS faisait voter une loi d’amnistie blanchissant tous ceux qui avaient en son sein bénéficié de l’argent sale collecté par Gustiniani.
Il avait été recruté à Marseille par Gaston Defferre pour devenir le financier « officiel » du PS. Il avait été recruté parce que les fausses factures et le trafic d’influence étaient sa spécialité dans le milieu marseillais.
Avec une quarantaine de personnes il rackettait les entreprises partout en France et dans les départements et territoires d’outre-mer, jusqu’à Nevers et Châtellerault, les villes de Pierre Bérégovoy et Edith Cresson, les premiers ministres d’alors.
 
Le livre permet de comprendre, de l’intérieur et de la bouche même d’un de ses acteurs principaux, comment et sans que nul ne l’ignore dans les plus hautes sphères du PS, ce parti a érigé la rapine en instrument de pouvoir.

Gustiniani montre aussi qu’à côté de la tentaculaire « pompe à phynance » Urba, chaque roitelet
socialiste dans sa province avait organisé sa propre pompe à fric.

Gaston Defferre mit d’abord Gustiniani sous l’autorité de Michel Pezet (PS Marseille), avant qu’il soit récupéré par Claude Estier, président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale et directeur de l’Unité, l’hebdo national du PS auquel les entreprises et les établissements publics et nationalisés étaient sommés d’acheter de pleines pages de pub.

L’organisation de racket mise sur pied par Gustiniani succédait en fait à celle de l’OFFRES, dirigée par Hubert Haddad, pionnier du racket socialiste puisqu’il l’avait mise au point dès 1972 alors qu’il dirigeait la régie publicitaire du Courrier de la Nièvre.
C’est Mitterrand lui-même qui avait recommandé Haddad à ses nouveaux amis socialistes.

Lui, puis Gustiniani repéraient leurs victimes en consultant les appels d’offres publiés par les mairies socialistes. Les entreprises pour gagner l’appel d’offres devaient payer cash. Si elles pouvaient le faire en espèces, tant mieux, si c’était par chèques, ceux-ci transitaient par le service de pub de l’Unité.
Pour financer la campagne de Mitterrand en 1988, Gustiniani fonda un nouvel hebdo de circonstance : Jonction. Le 4 mai 1988, Pierre Béréglovoy félicita Gustiniani pour son « travail ». Le 5 mai Mitterrand en fit autant. Le 26 mai, Laurent Fabius le félicita par courrier.

Plus tard, tous trois prétendirent qu’ils ne savaient pas qui il était.

Maurice D.

27/12/2011

Panier de crabes…

Ouhais; en face, c’est pas mieux mais en face, on est (encore) au pouvoir. La tambouille est la même; seul le contenant diffère…

 Mais qu’en pense Mme Aubry? Et François Hollande ???

FDF

.

BOUCHES DU RHÔNE,    PAS DE CALAIS …….. à qui le tour ?

Au coeur des soupçons de corruption et de financement occulte, Jean-Pierre Kucheida, le député maire de Liévin, fait front.

Derrière lui, tout un système politique à bout de souffle menace de s’effondrer.


A LIRE AUSSI   (lien ci-dessus)    la SAGA DU PS   ou LA MACHINE A PERDRE  –  AVEC DE TELLES LUTTES INTESTINES    COMMENT VOULEZ-VOUS QU’ILS PUISSENT GAGNER QUOI QUE CE SOIT ?????
Fort heureusement d’ailleurs ……………

(POUR MÉMOIRE : Corruption socialiste :  MLP réclame une opération « mains propres »  dans le Nord-Pas-de-Calais
http://www.dailymotion.com/video/xmzf6b_corruption-socialiste-marine-le-pen-reclame-une-operation-mains-propres-dans-le-nord-pas-de-calais_news?start=0#from=embediframe)

JC JC…

Pas-de-Calais: le PS fait triste mine

Pas-de-Calais: le PS fait triste mine

Au coeur des soupçons de corruption et de financement occulte, Jean-Pierre Kucheida, le député maire de Liévin, fait front. Derrière lui, tout un système politique à bout de souffle menace de s’effondrer. 

Il a les traits tirés, le sourire crispé, mais il tâche de faire bonne figure. Ce jeudi 15 décembre au soir, Jean-Pierre Kucheida, 68 ans, préside un conseil municipal consacré aux orientations budgétaires, comme si de rien n’était. Pourtant, le député maire (PS) de Liévin, élu sans interruption depuis… 1981, est dans l’oeil du cyclone depuis que des soupçons de financement occulte et de corruption planent sur lui. Frédéric Lamand, unique conseiller municipal de droite, prend la parole: « Comment voter votre budget dans de telles circonstances ? […] Je pense que l’alternance est nécessaire pour la démocratie et cela à tous les niveaux. » Jean-Pierre Kucheida encaisse sans mot dire. Puis passe la parole à l’un de ses adjoints chargé de lire une déclaration solennelle de soutien « à monsieur le maire », après avoir rappelé le sacro-saint principe de la présomption d’innocence. 

>> Lire aussi Aubry-Percheron: duel au couteau dans le Pas-de-Calais<< 

En ville, tout le monde ne parle que de l’affaire… Chaque jour apporte son lot de détails sur les étranges libertés de « Kuche », comme beaucoup l’appellent affectueusement ici. Et, notamment, l’utilisation, à des fins privées, de la carte de crédit de la Soginorpa, un bailleur social qu’il préside: 1624 euros au restaurant du chef étoilé Marc Veyrat à Veyrier-du-Lac (Haute-Savoie); 1000 euros pour un repas (pour dix) chez celui de son ami Marc Meurin, à Busnes (Pas-de-Calais), etc. Jean-Pierre Kucheida a aussitôt plaidé l’erreur, promis de rembourser et démenti toute malversation. 
Il n’empêche: « Les dégâts politiques sont incalculables, confirme un cadre de la fédération départementale du PS. Songez qu’il consomme en un repas trois fois le montant de la pension d’une veuve de mineur ! Pour la population, c’est intolérable. » Le sentiment de trahison est d’autant plus fort que l’homme porte tout entier les espoirs de ce territoire déshérité. Lui, le « Jaurès du bassin minier », fils et petit-fils de mineur, qui n’a de cesse, dans ses discours vibrants, de demander réparation pour ces générations d’hommes qui ont tant souffert…  
Une armée d’instituteurs laïques

Si -à ce jour- aucune preuve de corruption ni de financements occultes n’a encore été apportée, ce scandale signe la fin d’un système. Et illustre le crépuscule d’une génération d’élus arrivés au pouvoir dans le courant des années 1970. Cette armée d’instituteurs laïques et, pour beaucoup, francs-maçons a conquis un à un tous les beffrois du Pas-de-Calais lors d’un face-à-face historique avec le Parti communiste. Jusqu’à la victoire totale. 
Les grands stratèges socialistes locaux sont surnommés les « quatre mousquetaires »: Jean-Pierre Kucheida, donc, mais aussi Jacques Mellick (ancien maire de Béthune, déjà mis à mal par l’affaire OM-Valenciennes), Guy Lengagne (ancien député maire de Boulogne-sur-Mer) et surtout Daniel Percheron, l’actuel président de la région Nord-Pas-de-Calais. Ils ont calqué leur organisation sur celle -stalinienne- du PCF. Soit une armée de plus de 10 000 militants disciplinés. « La culture de la fédé est marquée par l’empreinte minière, explique Jérôme Darras, fils d’un ancien maire de Liévin et directeur des grands projets à la région. Elle est faite de solidarité, de discipline et aussi d’encadrement. Les Houillères prenaient en charge les mineurs de la naissance à la mort. Après la fin de l’extraction, en 1990, les élus ont pris le relais. » 

L’ancienne cité minière de Liévin (30 000 habitants), l’une des villes les plus pauvres de France, est la clef politique du bassin minier. Sa section PS est forte de 1200 membres (1 personne sur 25, record national!) et vote comme un seul homme selon les consignes des élus. Son local du 6, rue Faidherbe a été construit de la main des militants. Longtemps, le journal de la ville et celui du PS – L’Avenir de Liévin – n’ont fait qu’un. La cité est l’incarnation du socialisme municipal, où le maire pourvoit à tout, en bon père de famille. C’est lui qui distribue les aides, les logements, les emplois. Du clientélisme à l’état pur. « Obtenir quelques heures de ménage dans une école, ici, c’est le Pérou ! » indique une ancienne élue.  
Le Front national en embuscade

Au fil du temps, le système s’est sclérosé. Les élus du bassin minier – sans opposition sérieuse – se sont sentis tout-puissants et ont commencé à cultiver l’entre-soi. Ont placé sans vergogne leur progéniture dans des collectivités amies (Elvyre Percheron, Alice Percheron et Marie Kucheida sont salariées du conseil régional) ; attribué des marchés publics à des entreprises dirigées par leurs enfants (Frédéric Kucheida…) ou par des proches ; recasé des amis dans la difficulté ; choisi un frère comme chauffeur de la société d’aménagement qu’il préside (Michel Dagbert à Adevia)… Les « irrégularités substantielles », pointées par les rapports de la chambre régionale de la Cour des comptes, sont légion
.  
Demain, la justice dira si les faits constatés sont susceptibles de poursuites pénales. Pour le moment, « Kuche » sauve les apparences. « Ils ne se rendent pas compte à quel point ils se trompent », confiait récemment l’intéressé à l’un de ses proches. Marine Le Pen, elle, candidate dans la circonscription voisine d’Hénin-Beaumont, s’est fait une joie de réclamer une « opération mains propres », dénonçant au bazooka un « système mafieux, d’argent sale, de pots-de-vin, sur le dos d’une population qui souffre ». Jamais la percée du Front national dans les terres minières n’a paru à ce point crédible.  
Image d’illustration, bien sûr…
.

20/12/2011

Ca tangue à gauche, aussi…

Ca tombe de tous cotés. Ce n’est pourtant plus l’automne?

Qui va monter sur le podium du plus pourri de nos élus??? Les paris sont ouverts. Ca va être dur à déterminer car, comme on dit: « ça se bouscule au portillon »…

FDF

.

La nouvelle qui ne donnera pas lieu à un communiqué de presse de Delanoë : Lyne Cohen-Solal condamnée en appel pour emploi fictif !

Au moment où Jacques Chirac est symboliquement condamné à une peine de prison avec sursis pour une affaire d’emploi fictif ( alors que Delanoë avait négocié un protocole contre-nature tentant vainement de lui venir en aide ) une autre nouvelle est tombée : Pierre Mauroy et Lyne Cohen-Solal, adjointe de Delanoë au commerce, sont condamnés en appel pour des raisons similaires à celles de l’ancien président de la République.

ça n'arrive (pas) qu'à droite !

Ca n’arrive (pas) qu’à droite !

La nouvelle vient d’être subrepticement révélée dans le Figaro : l’ancien premier ministre et l’élue socialiste parisienne ont vu leur peine confirmée et même aggravée dans une affaire d’emploi fictif. La 6e chambre correctionnelle de la Cour d’appel de Douai a confirmé jeudi matin le jugement du tribunal correctionnel de Lille du 4 février 2011 condamnant Pierre Mauroy et Lyne Cohen-Solal. Elle devra rembourser à la communauté urbaine de Lille les salaires qu’elle a indûment perçus pour un emploi fictif, de mars à décembre 1992.

Ce jeudi, les magistrats de la Cour d’appel de Douai ont été plus sévères que les juges du tribunal correctionnel. Ils ont assorti les condamnations prononcées à des intérêts à verser sur les sommes dues, calculés à compter du jugement de première instance. Et ils ont majoré l’indemnisation de la partie civile pour les frais de procédure. Onze années se sont déjà écoulées, dans cette affaire, depuis le premier dépôt de plainte d’un contribuable lillois, Éric Darques. Son avocate, Sylvie Van Engelandt, estime que «c’est à juste titre que la Cour d’appel a majoré les condamnations civiles. Elle procède souvent ainsi quand les appels sont jugés abusifs».

Le grand donneur de leçons de morale civique Delanoë, qui ne cesse de parler de « république irréprochable » et de « respect scrupuleux de la loi » va-t-il enfin se décider à priver Cohen-Solal de sa délégation, conformément à l’éthique de carton-pâte qu’il ressasse à destination des gogos ? Les paris sont ouverts … et les Parisiens y seront attentifs !

Serge Federbusch

Site Delanopolis.fr

vu sur http://www.lepost.fr

Merci à DG…

19/12/2011

Des ouvrages de propagande antisémite et antichrétienne sur le site d’une mosquée !

Et je pense que là, personne ne va réagir. Et pourtant ça, c’est de la véritable incitation à la haine… Pas des broutilles comme on peut en voir sur certains blogs et sites un peu trop « patriotes »…

Là, on peut (et on doit) porter plainte; d’ailleurs… Non, rien.

FDF

.

Mosquée Masjid ar-Rahmah de Behren-lès-Forbach : En ligne sur leur site des ouvrages de propagande antisémite et antichrétienne

Behren-lès-Forbach est une petite ville d’environ 9 000 habitants en Lorraine, dans le département de la Moselle (57). Actuellement, c’est une des villes les plus pauvres de France, près de 90% de sa population vit en Zone Urbaine Sensible (ZUS).

45% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage. Le revenu moyen annuel par habitant est de 3930 euros. C’est une ville qui vit sous perfusion grâce aux subventions de l’Etat, on y dénombre trente et une nationalités.

Devant la forte présence de la Communauté Musulmane, environ la moitié de la population de Behren-lès-Forbach a des ascendances maghrébines, la ville met à disposition plusieurs Mosquées dont la Mosquée Masjid ar-Rahmah gérée par l’Union de la Communauté Marocaine de France (UCMF).

Le site Internet de la Mosquée publie en ligne plusieurs ouvrages (e-books) pour s’initier aux préceptes islamiques. Certains des ces ouvrages, en ligne depuis plus de deux ans, ont été écrits par le défunt prédicateur Musulman Ahmed Deedat, connu dans les années 1980-90 pour précher l’Islam à travers le Monde.
Son influence fut très grande et ses débats sont toujours diffusés sur internet à travers les plateformes Youtube ou Dailymotion, il continue de bénéficier d’une grande audience auprès de la Communauté Musulmane. Des Mosquées citent les ouvrages d’Ahmed Deedat, comme par exemple la Grande Mosquée “Lumière et Piété” de Nîmes.
Dix-sept des ouvrages de Ahmed Deedat sont interdits en France pour incitation à la haine raciale et antisémitisme.

On peut analyser le contenu de deux d’entre eux, que vous pouvez télécharger sur le site de la Mosquée Masjid ar-Rahmah de Behren-Lès-Forbach au format word, quelques extraits du livre “Mohammed le plus grand”  ci-dessous (hard-copy) :

Ahmed Deedat Ahmed Deedat - Mohammed le PLus Grand
– Ahmed Deedat Couverture du livre “Mohammed le plus grand”

.

MOHAMMED LE PLUS GRAND – Ahmed Deedat (extraits)

“JÉSUS FAIT DE LA DISCRIMINATION

Le prédécesseur direct de Mohammed dit à ses disciples : “Ne donnez-pas ce qui est saint aux chiens” (c’est-à dire aux non-Juifs).

“Ne jetez pas vos perles devant les pourceaux(c’est-à-dire les non-Juifs)“
(Matthieu 7:6) .
Les auteurs des évangiles sont d’accord sur le fait que le Christ vivait (tirait profit) des commandements qu’il prêchait. Au cours de sa vie, il n’a jamais prêché à un seul non juif.

1. Demandez dès maintenant votre exemplaire de la traduction et du commentaire de Yûsuf `Alî, ainsi que des 6 000 annotations. Demandez aussi un exemplaire pour vos amis non-musulmans.

Un fait, il repoussa une gentille femme qui recherchait sa bénédiction (la femme était grecque). Alors que le maître s’était réuni avec ses disciples, à Jérusalem, à l’occasion de la Pâque, certains Grecs qui avaient eu vent de sa réputation, demandèrent à le rencontrer pour obtenir quelques éclaircissements spirituels. Jésus leur infligea un affront, comme l’écrivit St Jean :

“Il y avait quelques Grecs parmi les gens qui étaient montés pour adorer pendant la fête. Ils s’approchèrent de Philippe… et lui demandèrent : nous voulons voir Jésus. Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe allèrent le dire à Jésus”.

AUTO-GLORIFICATION

Les versets qui suivent ne font même pas état de “oui, oui” ou “non, non” de Matthieu 5:37. Ils continuent avec sa prière – “Jésus leur répondit (Philippe et André) : l’heure est venue ou l’homme doit être glorifié”.

Jésus, bien que connu comme “un charpentier et fils de charpentier” était doué pour les études et tout ce qui était matériel. Pierre, Philippe, André, etc tous cessèrent le travail et le suivirent pour être à ses ordres, non parce qu’il avait une auréole au-dessus de la tête, il n’avait rien de tel, mais en raison de ses riches vêtements et de son allure royale. Il pouvait disposer de châteaux à Jérusalem, pour lui et ses disciples, même au summum de la saison des festivités, et se faire servir des soupers somptueux et vous pourriez l’entendre faire des reproches aux juifs matérialistes.

“Ils le trouvèrent de l’autre côté de la mer et lui dirent “Rabbî, quand es-tu venu ici ?” Jésus répondit : “En vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés”.”
Jean 6:25-26

Dans ce livre, Ahmed Deedat s’acharne à démontrer que le Christianisme est une fausse religion, en l’opposant à la seule Révélation Divine, l’islam.
Il interprète, et déforme à loisir les Paroles du Christ dans la Bible pour discréditer la Foi Chrétienne, et démontrer ainsi que les Chrétiens vivent dans l’erreur et le Péché.

Chacun est libre de ses Croyances. Est-ce le rôle d’un Lieu de Culte de diffuser ce type de document en jetant ainsi le discrédit, le mépris, le dénigrement des Croyances des Autres Communautés ?

On peut consulter un autre livre de Ahmed Deedat “Les Arabes et Israël”, toujours sur le site de la Mosquée en ligne, sur les relations entre le conflit israélo-palestinien, les Arabes et les Juifs, ci-dessous, quelques extraits en gras italique (hard-copy):

Ahmed Deedat - Les Arabes et Israël
– couverture du livre “Les Arabes et Israël”

LES ARABES ET ISRAËL – Ahmed Deedat (extraits)

“Nos arrière-cousins juifs sont très généreux en qualifiant injustement d’antisémite quiconque ne partage pas leur point de vue. Ils usent de ce qualificatif comme d’une baguette magique, tenant ainsi en respect le monde chrétien, évoquant dans leur esprit Hitler, (Holocauste, les pogroms, le massacre de milliers d’innocents, hommes femmes et enfants, uniquement parce qu’ils étaient juifs.”

RIEN DE NOUVEAU
En essayant ainsi de nous prendre au piège par le biais de cette question embarrassante “Conflit ou conciliation ?” nos cousins n’ont pas innové. Ils firent de même avec Jésus-Christ, deux mille ans auparavant. Ils (les juifs), lui (Jésus) ont aussi poser et reposer des questions embarrassantes et des devinettes. Voyez donc leurs inimitables flatteries et ruses :
“… Maître, lui dirent-ils, nous savons que tu es véridique et que tu enseignes la voie de Dieu en toute vérité, sans redouter personne, car tu ne regardes pas à l’apparence des hommes. Disnous donc ce que tu en penses : est-il permis ou non de payer le tribut à César ? Mais Jésus qui connaissait leur malice répondit : Pourquoi me mettez-vous à l’épreuve, hypocrites ? Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie le tribut. Et ils lui présentèrent un denier. Il leur demanda : de qui sont cette effigie et cette inscription ? De César, lui répondirent-ils. Alors, il leur dit : rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.”
Sainte Bible” (Matthieu 22:16-21)

Jésus était autant juif que ces interrogateurs. Ils avaient été envoyés afin de le prendre au piège, mais il avait fait en sorte que la situation se retournât contre eux. Ils les prit à leur piège ! S’il (Jésus) avait répondu : “Payez le tribut”, alors les leaders juifs auraient fait savoir au peuple que Jésus n’était pas le messie (le Christ, celui qui fut engendré), le libérateur des juifs de la tutelle romaine, mais au contraire un espion de l’oppresseur romain. Si, par contre, il leur avait répondu : “Ne payez pas le tribut”, alors ils auraient obéi. Et s’ils avaient alors été arrêtés pour n’avoir pas payé, ils se seraient défendus : “Notre Messie nous interdit de payer le tribut”. Et Jésus aurait dû affronter les autorités. Il aurait encore perdu. Pile, je gagne ! Face, tu perds !Ce n’est pas là leur dernier subterfuge afin de réfuter et confondre Jésus. Les scribes et lês Pharisiens (les intellectuels juifs) mettent encore Jésus à l’épreuve“

“Pensez-vous que le Président Bush pourra sortir son administration du “lobby juif’ dans lequel son prédécesseur l’a plongée et qu’il lui a léguée ? Nous prions afin que Bush agisse en toute justice et sagesse face aux cruautés israéliennes à l’encontre des Palestiniens sans défense.”

“Ils me proposaient, de leur côté, le titre suivant (pour une conférence sur le conflit israélo-palestinien) : “Les Arabes et Israël : conflit ou conciliation,?” J’acceptai ce titre. Ils demandèrent par la suite que je prenne la parole le premier. J’acceptai aussi.

DE TOUTE FAÇON NOUS SOMMES PERDANTS

Vous avez, bien sûr, compris qu’il y a un piège dans le titre. Nos cousins nous ont déjà muselés avant que ne commence la joute verbale. S’agit-il d’un “Conflit ou d’une conciliation ?” Lequel choisiriez-vous ? Que ce soit l’une ou l’autre, nous sommes bons seconds. Si nous optons pour le “conflit” au cours du débat, alors nous nous attirerons l’hostilité de presque tout l’auditoire, car les étudiants de l’université se réclament comme des êtres honnêtes, justes et pacifiques. Tout comme ils souhaitent que les deux parties soient équitablement entendues et puissent conclure objectivement. Un musulman choisissant le “conflit” ferait figure de querelleur, de belliciste. Alors que le monde entier appelle à la “paix”, le musulman parle (?) de “guerre”

Si nous choisissons la “conciliation”, pour éviter le piège précédent, alors les juifs demanderont : “Pourquoi nous jetez-vous alors des pierres ?” D’une façon ou d’une autre, nous sommes perdants. Pile, je gagne, et face tu perds ! C’est le génie juif. Allah leur a fait don d’une intelligence supérieure. C’est une marque de
confiance de Dieu. Il donne à chacun d’entre nous quelque chose de plus. C’est un test, une mise à l’émeuve.”

“TOUJOURS AUX AGUETS DE NOUVEAUX MAUX
“Ils s’efforcent â corrompre
la terre
Dieu n’aime pas
les corrupteurs.”Saint Coran 5:64
ILS CRACHENT SUR VOTRE AMOUR-PROPRE,
CES SERPENTS VENIMEUX !
UN FAIT QUOTIDIEN DANS LA LUTTE QUOTIDIENNE d’un Peuple OPPRIMÉ !

Remarque : Le sujet de tout ce verset peut être cité ici Les juifs blasphèment et se raillent, a en raison de leur jalousie, plus on leur enseigne plus ils s’obstinent dans leur rébellion. Mais quel profit en tireront-ils ? Lorsqu’ils raniment les guerres, notamment contre les innocents, alors la Grâce de Dieu se déverse sur eux tel un fleuve pour éteindre ces feux. Mais leur ignominie continue d’inventer de nouveaux maux.”

“L’INDOMPTABLE ESPRIT DU JiHAD
“O vous qui croyez !
combattez ceux des incrédules
qui sont prés de vous.
qu’ils vous trouvent durs
sachez que Dieu est avec
ceux qui le craignent.” Saint Coran 9:123
OH JUIF! VOUS NE POUVEZ PAS NOUS TUER TOUS ! VOUS NE CONNAITREZ PAS LA PAIX, TANT QUE LA VICTOIRE NE SERA PAS A NOUS !

Remarque : Lorsque le conflit s’avére inévitable, il faut d’abord a nos relations de tout ce qui peut être malveillant, car par là commence vraiment la lutte. Au mal il faut opposer une forte et dure resistance. Des négociations meilleures n’ont plus leur place chez les soldats qui se battent pour la vérité et le droit. ils sont souvent un mélange de lâcheté, de dégoût, de cupidité et de corruption.”
Le livre “Les Arabes et Israël” est un véritable condensé d’antisémitisme.
Ahmed Deedat prend les écrits de la Bible, du Coran et le conflit israélo-palestinien à témoin pour montrer que les Juifs sont ignobles, blasphémateurs, flatteurs, rusés, jaloux et qu’ils ne méritent donc aucune considération et aucun respect.

Est-ce le rôle d’un lieu de Culte, normalement consacré à la Prière, à la Tolérance, au Respect d’autrui de propager ce type de message ? N’est-il pas censé diffuser un Message de Paix Universelle ?

Source: http://marie-masson-gaechter.over-blog.com/

18/11/2011

Saga de la mairie de Puteaux; la suite…


J’évoquais ce scandale dans un post précédent. C’est « strausskahnien », la vitesse où les langues se délient.

Voyez les liens ci-dessous. C’est une bombe !!!

FDF

.

  Corruption et abus de biens sociaux  sur  une base de conflit familial  avec son père ancien élu,
ex suppléante de SARKO   elle planquait son fric dans les paradis fiscaux ;……… QUE DU BEAU MONDE  DE LA REPUBLIQUE IRREPROCHABLE. ET PERSONNE NE DIT RIEN...

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20111020.OBS2927/joelle-ceccaldi-raynaud-achete-le-canard-enchaine-puis-l-attaque.html

http://www.marianne2.fr/Conflits-de-Canard-a-Puteaux-pour-Joelle-Ceccaldi-Raynaud_a211900.html

http://www.numerama.com/magazine/20284-canard-enchaine-heureusement-qu-on-ne-peut-pas-racheter-internet.html

http://www.francesoir.fr/actualite/politique/canard-enchaine-un-journaliste-confirme-actes-joelle-ceccaldi-raynaud-149284.html

Canard enchaîné : Un journaliste confirme les actes de Joëlle Ceccaldi-Raynaud

Alors que dans une de ses enquêtes, le Canard enchaîné expliquait que Joëlle Ceccaldi-Raynaud, aurait eu plusieurs comptes dans des paradis fiscaux, la maire de Puteaux aurait demandé à ses soutiens d’acheter tous les journaux. Le journal confirme.

.

Pour les « félicitations », c’est par ici: http://www.mairie-puteaux.fr/index.php?id=934

26/05/2011

Tentatives de négociation avec les proches de la « présumée » victime de DSK ?

C’est dans l’ordre des choses… Et cette hypothèse n’aurait rien d’exceptionnel. « Je te file un beau chèque, du liquide plutôt, tu retires ta plainte et tu disparais ». Tout s’achète; il suffit d’y mettre le prix…

FDF

.

Y a-t-il eu tentative de négocier avec les proches de la femme qui accuse DSK ? Les avocats de ce dernier ont publié un communiqué de démenti. Reste qu’aux Etats-Unis, dans les affaires impliquant des personnalités connues, une procédure civile suit généralement une procédure pénale.

La rumeur est partie d’un tabloïd new-yorkais, le New York Post : l’entourage de DSK, croyait savoir le journal, s’était rendu en Guinée pour tenter d’entrer en contact avec les proches de la femme qui l’accuse d’agression sexuelle. Le but ? Tenter de convaincre la famille de mettre fin à toute poursuite en échange d’un gros chèque. Les avocats de l’ancien patron du FMI ont tenu à réagir mercredi soir par la voie d’un communiqué : « Les informations selon lesquelles les avocats ou représentants de M. Strauss-Kahn sont en contact avec la plaignante sont fausses« , ont indiqué Me Benjamin Brafman et Me William Taylor dans ce document. « Nous continuons à croire que M. Strauss-Kahn sera totalement innocenté« . DSK doit désormais comparaître le 6 juin devant un juge pour dire s’il plaide coupable ou non coupable ; l’ancien directeur général du Fonds monétaire international nie les faits qui lui sont reprochés…

Suite et source: http://lci.tf1.fr/monde/amerique/affaire-dsk-des-contacts-discrets-avec-la-plaignante-6507020.html

25/04/2011

Un Conseiller de l’Ordre du Grand Orient brise le silence…

Ca, ça fait mal, aussi… Quand on sait que la plus part, pour ne pas dire tous, dirigeants et décideurs du monde entier, font partie du Grand Orient…

Regardez et écoutez ce témoignage. Et vous comprendrez pourquoi notre monde est en pleine ébullition… Et pourquoi les plus riches seront encore plus riches et forcément, il en découlera inéluctablement que les plus pauvres seront ENCORE plus pauvres…
FDF

.

Ici: http://youtu.be/rVR8mRsd3Ps

17/04/2011

Avant que ça pète chez lui aussi: Bouteflika prend les devants…

Malin, l’Abdel, malin… Mais c’est « reculé pour mieux sauter ». Et il « envisage » un référendum; en Algérie…

Encore un pote à Sarko.

FDF

.

Abdelaziz Bouteflika annonce des réformes politiques.

Le président algérien a dévoilé un programme qui prévoit une modification de la Constitution.

Le président Abdelaziz Bouteflika a annoncé vendredi soir un programme de réformes politiques prévoyant, d’ici un an, une modification de la Constitution, de la loi électorale et celle concernant la vie des partis politiques. Dans un discours très attendu de 20 minutes, son premier depuis les révolutions qui embrasent le monde arabe, Bouteflika a précisé que ces réformes devaient être réalisées avant « les prochaines échéances électorales nationales« , prévues en mai 2012.

« Conscient de la responsabilité qui m’incombe, fort de votre soutien et soucieux de préserver l’équilibre des pouvoirs, j’oeuvrerai à introduire des amendements législatifs et constitutionnels en vue de renforcer la démocratie représentative dans notre pays », a assuré Bouteflika. La Constitution de 1996 a été légèrement amendée en 2009 pour permettre à M. Bouteflika, 74 ans, de briguer un troisième mandat.

Vers un référendum ?

La modification annoncée vendredi soir était réclamée à la fois par l’opposition et par les trois partis de l’alliance présidentielle. « J’ai exprimé, à maintes reprises, ma volonté de faire réviser la Constitution et j’ai réaffirmé cette conviction et cette volonté à plusieurs occasions », a rappelé le chef de l’État algérien en annonçant la création d’une commission constitutionnelle « à laquelle participeront les courants politiques reconnus et des experts en droit constitutionnel ».

La commission fera des propositions que Bouteflika va ensuite soumettre soit à l’approbation du Parlement, soit par voie de référendum, a-t-il dit. Bouteflika a également annoncé une « révision profonde » de la loi électorale pour permettre aux Algériens d' »exercer leur droit dans les meilleures conditions, empreintes de démocratie et de transparence ». Les partis politiques, présents ou non à l’Assemblée nationale, seront associés à la révision de cette loi, a assuré le chef de l’État.

Cette garantie concerne notamment le Front des forces socialistes (FFS) du dirigeant historique Hocine Ait-Ahmed, qui milite pour l’élection d’une Assemblée constituante. L’Algérie compte 26 partis reconnus. Une dizaine d’autres attendent, depuis des années, leur agrément par le ministère de l’Intérieur. La loi sur les partis sera, elle aussi, révisée, a ajouté M. Bouteflika. Elle permettra, selon lui, une contribution « plus efficace de ces partis au processus de renouveau du pays »….

Suite et source: http://tinyurl.com/3rkdby7

13/04/2011

Union européenne ou l’union des lobbies ? Ils nous gouvernent…

Le quotidien Romania Libera a publié un article éclairant le 7 avril dernier pour ceux qui n’avaient pas pris la mesure du phénomène des lobbies présents à Bruxelles et Strasbourg. Ce « parlementarisme de couloir » comme on se plaît à le nommer aux États-Unis est extrêmement présent et prégnant auprès des instances normatives et décisionnelles de l’UE. Ainsi donc, entre les commissaires cooptés et les lobbies, la souveraineté populaire est bafouée. Un article édifiant …

Le récent scandale impliquant des eurodéputés qui s’étaient laissés corrompre par des journalistes se faisant passer pour des lobbyistes a levé le voile sur les rapports souvent troubles entre les représentants des groupes d’intérêts et les institutions européennes.

Le Parlement européen (PE) est de nouveau frappé par des scandales de corruption et la question du lobbying refait surface après la démission de plusieurs euro-parlementaires tombés dans le piège tendu par des journalistes du Sunday Times déguisés en lobbyistes.

Quant au président du Parlement européen, Jerzy Buzek, il a prôné « la tolérance zéro » envers toute forme de corruption. Les analystes européens soutiennent cependant qu’en réalité le PE est désarmé – il peut s’indigner et démarrer une enquête interne, mais ne dispose d’aucun moyen de  faire partir « les moutons noirs ».

La nervosité n’a cessé de croître après la publication de l’hebdomadaire britannique, qui a dévoilé comment ces députés ont cédé à la tentation, acceptant de l’argent en échange du soutien des certains amendements. Scandale de corruption ? Scandale de lobbying ? Scandale médiatique ? Quoiqu’il en soit, l’enquête de Sunday Times discrédite l’institution toute entière.

Les lobbies font le siège des institutions européennes

En matière de lobby, l’UE fait l’objet d’une attention spéciale, car le droit communautaire prime sur le droit national dans la quasi-totalité des cas et parce que les pouvoirs ne sont concentrés qu’à quelques endroits bien définis. Et les représentants des groupes d’intérêts ont très bien compris que Bruxelles est « l’épicentre » pour faire du lobbying.

Ici pullulent des milliers de lobbyistes, des centaines de sociétés de relations publiques et cabinets d’avocats, une douzaine de think-thanks et des « bureaux d’affaires européennes » de plusieurs centaines d’entreprises. La société civile et les groupes écologistes ne font pas le poids devant l’ampleur des moyens financiers et logistiques développés par l’industrie. Par exemple, la Fédération européenne de l’industrie chimique (CEFIC) dispose de plus de lobbyistes que toutes les organisations de protection de l’environnement réunies.

La Commission européenne, qui détient le pouvoir exclusif de proposer et de développer les nouvelles lois européennes, est l’une des cibles prioritaires. Mais l’intérêt des lobbyistes vis-à-vis du Parlement européen a augmenté proportionnellement à l’accroissement de son pouvoir (dû au Traité de Lisbonne). Ce dernier peut désormais approuver, bloquer ou  modifier les propositions de la communauté européenne et ses députés sont devenus des cibles de choix.

L’UE intervient désormais dans des domaines de plus en plus techniques, qui nécessitent souvent une expertise. Au lieu de réaliser sa propre expertise, la Commission a laissé le champ libre  aux lobbyistes, qui sont devenus des interlocuteurs naturels des décisionnaires. Les groupes d’intérêt disposent aujourd’hui d’un accès privilégié aux locaux des institutions européennes.

Et, loin d’œuvrer pour l’intérêt général, ils se servent des intérêts privés et contribuent à façonner la législation européenne dans un sens favorable aux  grandes compagnies qui les rémunèrent. Les groupes de pression cachent soigneusement  leurs vraies motivations, en créant des sociétés –écran et en prétendant travailler pour des ONG ou financer des « experts indépendants ».

L’influence des groupes d’intérêts qui opèrent dans l’ombre ne semble pas trop inquiéter l’UE. Bruxelles prospère sur la base de l’industrie de l’influence, respire les jeux de pouvoir des groupes de pression. Fonctionnaires, diplomates, lobbyistes et journalistes se rencontrent du matin au soir, déjeunent dans le quartier Europe, dînent dans le quartier des Sablons, participent aux cocktails, socialisent le soir et pendant les week-ends, unis dans un même club où l’on évoque une noble cause – l’Europe et son bien-être !

Il n’y a qu’un pas de commissaire à lobbyiste

Les cas d’ex-commissaires qui vendent leurs services et leur influence aux lobbys, provoquant des grands conflits d’intérêts qui corrompent finalement l’exécutif européen, se multiplient. Ce qui ennuie Bruxelles. Des 13 commissaires qui ont quitté la CE en février 2010, six travaillent désormais dans le secteur privé, recevant néanmoins des allocations européennes. Comme par hasard, tous ont rejoint des groupes privés dont ils ont déjà soutenu les intérêts durant leur mandat.

Le cas le plus célèbre est celui du social-démocrate Günter Verheugen. Commissaire chargé de l’Entreprise et de l’Industrie (2004-2010), il a été critiqué pour avoir favorisé de grandes sociétés au détriment des préoccupations sociales et d’environnement. Peu après avoir fini son mandat, il a créé son propre cabinet de consultance en lobbying, Européen Expérience Company.

Son agence aide « les hauts représentants des institutions publiques et privées » dans leur action de lobbying auprès de l’UE. La compagnie facture « les recommandations stratégiques dans le domaine de la politique UE ». Selon la députée allemande Inge Grasle (CDU), « toute personne qui dispose d’argent peut acheter l’accès de Verheugen aux institutions européennes ».

Bien sûr, le Comité d’éthique de la Commission s’est penchée sur le cas, sans rien trouver à lui reprocher. D’ailleurs ce comité accorde systématiquement des exceptions aux anciens commissaires qui, officiellement, doivent attendre un an avant de s’habiller en lobbyistes.

Un code de conduite

La représentation des intérêts fait partie de la légitimité d’un état démocratique. Dans le cadre des efforts qu’elle mène afin de gagner la confiance du public, l’UE a établi un registre facultatif et se prépare à adopter un code de conduite afin d’assurer une transparence des représentations des intérêts. Selon l’ONG Alter-EUG, qui milite pour la transparence des pratiques des lobbyistes, seul 40 % des lobbies se sont inscrits à ce registre.


Source: http://www.nationspresse.info/

06/03/2011

100 millions de livres en espèces destinés à Kadhafi ont été intercepté dans les eaux Britanniques.

Là, il est mal, « l’ami de Sarko »… On va dire que c’est de l’aide humanitaire… Ca passe bien, en général…

FDF

.

Pèche miraculeuse : un pactole destiné à Kadhafi intercepté en pleine mer

Kadhafi tout de violet vêtu Photo: REUTERS

D‘aprés le Daily Mail, un navire transportant 100 millions de livres en espèces au régime du colonel Kadhafi en Libye a été  intercepté dans  les eaux Britanniques. 

Le cargo est parti de la Grande-Bretagne et a tenté d’accoster à Tripoli le week-end – mais a décidé de rentrer chez lui car  le pays s’enfonçait  dans la guerre civile.

Un navire  canadien a rencontré le cargo et l’a escorté au port de Harwich, Essex, où des fonctionnaires ont  trouvé de  l’argent en monnaie libyenne.

La monnaie libyenne est imprimée dans un entrepôt dans le nord-est de l’Angleterre et la saisie intervient après une premiére  tentative par les « alliés » de Kadhafi d’exporter pour  une valeur de 900 millions de livres en monnaie libyenne.

Sources : The Daily Mail

24/02/2011

Dominique Strauss-Kahn mis en cause devant le TGI de Paris pour son implication dans une escroquerie internationale à 22 milliards de dollars !

Et c’est encore un pote à Sarkö Ier…

Ca éclabousse de toutes parts…

La patron du FMI? Quoi? Comment Dieu est-ce possible? Un homme aussi intègre? Pas encore élu (???) et déjà corrompu? Je rêve? J’ hallucine? Pourquoi tant de haine? Et que va dire Anne Sainclair pour le défendre, cette fois?

FDF

.

Communiqué de presse – 21 février 2011.

Dominique Strauss-Kahn mis en cause devant le TGI de Paris pour son implication dans une escroquerie internationale à 22 milliards de dollars.
Le 20 septembre 2010, Maître Dominique Kounkou, avocat de Christian Basano, assignait l’Agent Judiciaire du Trésor (AJT) pour faute lourde de l’État devant le TGI de Paris, dans une affaire complexe d’escroquerie internationale, dans laquelle M. Dominique Strauss-Kahn fut un acteur particulièrement impliqué comme Ministre de l’Industrie du gouvernement Cresson en 1991. 

L’on trouvera ci-dessous le texte de l’assignation, actuellement en instance devant la Première Chambre du TGI de Paris. Une enquête approfondie devra être diligentée par ce Tribunal dans les prochains mois. Les conclusions en réponse de l’AJT dans cette affaire sont attendues à la prochaine audience du 16 mars prochain.
 

Texte complet de l’assignation en téléchargement ci-dessous en pdf :

Source: http://www.legaulois.info/2011/02/strauss-kahn-mis-en-cause-devant-le-tgi.html#more

30/01/2011

La caverne des Ben Ali (Baba): pas joli, joli…

Et dire que l’ ON était prêt à accueillir ça chez nous… Merci aux prochaines élections. Ce sont elles qui ont fait renoncer les tenants du pouvoir sur cette nouvelle « invitation » à se réfugier en terre de France… Un écart au tristement célèbre adjectif de terre d’accueil dont notre patrie est qualifiée… Mais un grand bon dans le patriotisme et l’intégrité qui recommencent à faire surface.

FDF

.

Les clans de l’ex-président Ben Ali et de sa femme Leila Trabelsi ont sans vergogne utilisé leur pouvoir pour vampiriser l’économie tunisienne. Cartographie de leurs intérêts.

http://www.lefigaro.fr/assets/flash/ben-ali-famille.swf

«Les Ben Ali et les Trabelsi n’étaient pas des hommes d’affaires, mais plutôt des prédateurs qui profitaient de leur position pour accumuler des richesses». Telle est la description que fait Béatrice Hibou, économiste spécialiste de la Tunisie, de la quasi-mafia qui régnait sur la Tunisie. La bourgeoisie locale ne les aimait pas : ni l’ex-président Ben Ali ni sa femme Leila Trabelsi ne faisaient parti du sérail.

Le président Ben Ali n’ayant eu presque que des filles, il s’en est servi pour créer des liens avec un milieu dont il ne faisait pas partie. Il les a mariés à de puissants hommes d’affaires. Par exemple, les liens unissant les Trabesli, Ben Ali et l’un des plus puissants patrons tunisien, Hedi Jilani, ont été construits ainsi. Le magnat est devenu sénateur et président du syndicat patronal national.

Les deux clans étaient vus comme de vulgaires arrivistes. «Si certaines critiques à l’égard des Trabelsi semblent émaner d’un mépris pour leur comportement de nouveaux riches, les Tunisiens remarquent également que leurs méthodes musclées et leur abus flagrant du système en font facilement des objets de détestation», notent les diplomates américains dans un de leurs mémos révélé par WikiLeaks.

Arnaques immobilières

La fortune des Ben Ali et des Trabelsi s’est construite à coups de montages financiers bidon et d’arnaques immobilières, comme le décrivent par le détail les journalistes Nicolas Beau et Catherine Graciet dans leur livre «La Régente de Carthage». Les privatisations des années 1990 et 2000, notamment, sont l’occasion pour eux de mettre la main sur des pans entiers de l’économie tunisienne. Grâce à l’entremêlement du monde des affaires et de la politique, de nombreux groupes étrangers doivent s’associer aux deux clans pour s’implanter localement.

Qu’ont donc fait les Ben Ali et Trabelsi de l’argent ainsi gagné? Difficile à dire. Mais Leila entretenait des liens étroits avec Dubai, où elle avait, d’après Catherine Graciet, beaucoup investi. Notamment dans l’immobilier. Certains des membres de «la Famille» (surnom donné au pouvoir par les Tunisiens en référence aux films évoquant la mafia, NDLR) ne profiteront pas de leur fortune. Outre Imed Trabesli, assassiné lors de la révolte,beaucoup n’ont pas fuit à temps le pays et ont été arrêtés. D’autres ont vu une partie de leurs avoirs gelés, notamment en Suisse.

Source http://www.lefigaro.fr/

21/01/2011

Transparence et corruption: les deux mamelles de la France

Je me demande bien pour qui voter en 2012… Ah si: elle est blonde, intelligente, et farouchement déterminée à rendre la France aux français… Elle est incorruptible, aussi. Elle seule saura nous débarrasser de la m…. accumulée durant des décennies par des gouvernements tous plus nuls les uns que les autres… Il y aura du travail, certes, mais ce n’est pas ça qui lui fait peur.

FDF

.

«Je veux une République irréprochable, le Président de la République c’est l’homme de la nation, ce n’est pas l’homme d’un parti, ce n’est pas l’homme d’un clan…je veux des nominations irréprochables….des ministres qui rendent des comptes.  Au fond, je souhaite si vous me faites confiance être le Président d’une démocratie moderne, qui sera exemplaire au regard du monde »

(Nicolas Sarkozy – campagne présidentielle 2007)

Belle profession de foi en vérité que voilà si la réalisation avait suppléé l’intention mais c’eut été, dès lors, oublier qu’en France nous avons ceci de particulier c’est que les maîtres du pouvoir obéissant à l’instinct qui meut tout vivant à persévérer dans l’être, se sont préoccupés de maintenir leur domination, et de la prolonger au bénéfice de leurs adeptes, s’appliquant à en établir le culte dans les esprits… et depuis des décennies, cela est immuable… d’autant que le quatrième pouvoir –la presse-, selon les circonstances, s’applique régulièrement à entretenir le mouvement ou à le condamner.

Ici, la « transparence » est devenue un mot à la mode uniquement employé par les hommes politiques à la veille des élections et la vérité transparente, celle qui concerne depuis toujours le peuple français, c’est celle vêtue, si on peut dire de la « tunique » d’Eve, celle que les Princes qui nous gouvernent ont le plus souvent revêtue d’oripeaux, de ces mensonges qui nous font tant de mal. Et ces oripeaux on les retrouve partout…

Lorsque les socialistes, fort inopinément du reste, et sans y avoir cru, arrivèrent au pouvoir en 1981, ils annoncèrent avec faste qu’ils allaient dresser par le menu le bilan dramatique de la gestion de leurs prédécesseurs. On attendit, mais ce fut  comme dit le poète : Parturient montes, nascetur ridiculus mus… La montagne en couches donna le jour à une souris dérisoire…

Ce n’est pas, naturellement, qu’il n’y eût rien à trouver de répréhensible dans ce qu’avaient fait les giscardo-gaullistes. Tout au long de la Ve République, les scandales se sont succédés mais chacun, selon ses possibilités en a pris sa part :  Scandale de Panamaaffaire Ben Barkadiamants de Giscard, écoutes de l’Elysée, attentat de l’Observatoire, frégates de Taïwan, sang contaminé, plus près de nous, les emplois fictifs à la Mairie de Paris, la cassette Méry, l’attentat de Karachi, les affaires Clearstream et Woerth-Bettencourt ou celle de l’hippodrome de Compiègne… Dans l’histoire de la République, rares sont les gouvernements qui auront échappé aux scandales…

Il suffit d’énumérer les « affaires » de ces dernières années pour découvrir un amas de collusions et de compromissions que les douze années de Chirac à l’Elysée (lui-même accusé de « détournements de fonds publics » et « abus de confiance », alors qu’il était Maire de Paris) n’ont cessé d’aggraver… C’est ainsi que le livre de Monsieur Péan: « Un certain Monsieur K » met lourdement en question l’honnêteté de Bernard Kouchner, cet opportuniste transfuge du PS dans le premier gouvernement sarkoziste (qui ne rate pas une occasion de rappeler son engagement pro-FLN durant la guerre d’Algérie), lequel s’est contenté de le traiter de nazi devant ses collègues silencieux. On assiste un pays africain à la dérive mais on commence par lui piquer quelques centaines de milliers d’euros d’honoraires… Monsieur Attali, grand professeur de Morale, a touché ; Monsieur Pasqua a touché ; le fils Mitterrand, l’aîné, a touché ; Roland Dumas a touché… et combien d’autres encore… sans compter ceux qui sont soupçonnés « d’abus de confiance » : Mauroy, Balladur… ceux qui ont défrayé la chronique des scandales : Drey, Blanc, Boutin, Woerth, Estrosi, Amara, Joyandet, Yade… ceux qui ont connu des parodies de jugement : Dumas, Strauss-Khan, Dray, Villepin, Mauroy et ceux qui ont connu la prison tels Jean-Charles Marchiani, ce Parain corse que Pasqua nomma Préfet du Var, deux fois condamné (6 ans de prison en tout) et  Michel Mouillot, ancien bras droit de François Léotard au Parti Républicain et ancien maire de Cannes, également condamné à 6 ans de prison. Concernant Charles Pasqua, homme de réseau redouté par l’ensemble de la classe politique, il a été mis en cause dans une dizaine d’affaires politico-financières depuis les années 2000. Il a été relaxé dans six d’entre elles et condamné à de la prison avec sursis à deux reprises. Le 19 janvier 2011, il est revenu devant la cour d’appel de Paris à propos de « l’Angolagate », cette sombre affaire des commissions sur les ventes d’armes à l’Angola… affaire à suivre. Quant à ce cher Harlem Désir, expert en « leçon de morale », formé politiquement chez les trotskistes, aujourd’hui député européen du PS, il a été condamné, le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux. De novembre 1986 à octobre 1987, alors qu’il était président de SOS Racisme, il était également salarié par l’Association régionale pour la formation et l’éducation des migrants (basée à Lille) en tant que « formateur permanent », il percevait pour cet emploi fictif un salaire mensuel brut de 10 500 francs…

Rappelons aussi qu’Alain Juppé, l’actuel Ministre de la Défense, avait été condamné en 2004 à 18 mois de prison avec sursis et à un an d’inéligibilité et que Jean Tibéri, l’ancien Maire de Paris, actuellement député-maire UMP du Ve arrondissement, avait été condamné, en juin 2009, à dix mois de prison avec sursis et trois ans d’inégibilité.

Concernant « l’ardoise » de Jacques Chirac, d’après la revue « Monde et Vie » n° 832 de septembre 2010, l’actuel Mairie PS de Paris a signé un accord aux termes duquel l’UMP va rembourser les emplois fictifs qui valent à l’ancien président de la République d’être poursuivi pour « détournement de fonds publics » et « abus de confiance », des faits remontant aux années 1990. Le premier ministre Fillon a lancé un appel à la clémence envers l’ancien chef d’Etat : « Il est à la fin de son existence et il a beaucoup servi notre pays ». La facture s’élève tout de même à 2,2 millions d’euros… Clémence, générosité ou peur d’un étalage de vérités qu’il vaut mieux ne pas connaître ?…

Pour autant, la mairie de Paris n’en a pas fini avec les emplois fictifs… Le maire PS, Bertrand Delanoë, qui s’était engagé à ne pas privilégier ses « amis politiques » est en passe de faire mieux que Chirac… Selon Pierre-Yves Bournazel, conseiller UMP de Paris, Delanoë a appliqué dès son intronisation une véritable « préférence socialiste » à l’embauche, notamment celle d’anciens directeurs et directeurs adjoints membres des cabinets ministériels de Jospin ou permanents du PS. De la même manière, il a placé à la tête des Sem d’anciens collaborateurs de ministres PS, Verts ou PC (Lire à cet effet l’article parue dans « Valeurs actuelles » n° 3863 du 9 décembre 2010). De plus, voilà une dizaine d’années qu’il finance également avec l’argent du contribuable une bonne trentaine de postes de syndicalistes de la CGT planqués dans une des mutuelles de la ville, la MCVPAP. Dans un rapport au vitriol, l’inspection générale de la capitale chiffre à 12 million d’euros par an le coût de ce petit cadeau consenti sans aucun fondement juridique à l’organisation de Bernard Thibault… lui-même, grassement payé à ne rien faire… si ce n’est qu’à organiser manifestations et grèves qui empoisonnent l’existence des français… (Lire aussi l’enquête intitulée « L’incroyable dérive financière de la mairie de Paris » dans le numéro de Capital du 28 octobre 2010). Quand à Bernard Tapie, entre autres, il laisse le souvenir d’un homme miné par l’arrivisme et l’amoralité… Que l’on se souvienne de ces mots affligeants à l’endroit des électeurs du Front National « Tous des salauds ! », quelle belle leçon de morale de la part d’un homme ayant construit son personnage sur la magouille, la malhonnêteté, l’égocentrisme, la tartufferie et le fric !  « Je suis un moraliste à rebours »… c’est ainsi qu’il pourrait se juger lui-même…

Et ce n’est pas fini ! L’affaire « Karachi » ; voilà un imbroglio qui démontre à l’envie à quel point les haines et les rancœurs sont tenaces dans ce milieu et combien chacun des protagonistes se préoccupe plus de son avenir politique que du bien-être de ses concitoyens et de la consolidation de la France. Dès lors, ces mots de Georges Clemenceau deviennent criants de vérité : « On succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables ».

Ces « affaires » à répétition confirment l’effondrement de la moralité publique et l’indécence sans limites d’une caste de sur-privilégiés,  dont le comportement insulte chaque jour un peuple français pressuré de toutes parts. C’est l’ex-journaliste de « Libération », Denis Robert, aux lointaines origines de l’affaire Clearstream, qui résume le mieux ce constat. S’il décrit par le menu l’emprise de la corruption sur la vie politique française, il y exprime aussi toute sa lassitude : « A quoi bon révéler les « affaires » puisque rien ne change ? Comment dénoncer l’arrogance des élus sans tomber dans le « tous pourris ? »… Et ce qui s’est passé le lundi 20 décembre 2010 à l’Assemblée Nationale, en apporte la confirmation.

Ce jour là, les députés eurent à examiner trois textes de loi concernant « la transparence financière et l’élection des députés ». En langage juridique, il s’agissait de prévoir l’instauration d’une « incrimination pénale » à l’égard d’un député qui ferait « sciemment » une déclaration mensongère à la « Commission pour la transparence financière de la vie politique » (CTFVP) chargée de vérifier « l’évolution » du patrimoine des élus entre le début et la fin de leur mandat et éviter ainsi tout enrichissement par trafic d’influence. Autrement dit, prévoir des sanctions pénales en cas de fausses déclarations de revenus et de patrimoine de la part des élus. Cependant, les députés de l’UMP étaient contre ces textes qu’ils qualifiaient de « dictature de la transparence » et, afin d’en amenuiser le contenu, déposèrent trois amendements visant à empêcher l’accès de la commission aux déclarations fiscales des élus et de leurs conjoints. L’argument de Christian Jacob, le nouveau président du groupe UMP, était plutôt simpliste… pour ne pas dire, simplet : « Je ne sombrerai jamais dans la démagogie du « tous pourris » qui fait les grandes heures du Front National. Il n’y a pas d’un côté les chevaliers blancs et de l’autre ceux qui ont tout à cacher ». Seulement, c’est bien joli de lancer des invectives à tout va, mais ce n’est pas en refusant d’être « contrôlés » que nos braves députés de l’UMP empêcheront les Français de penser que nos élus sont « tous pourris »… à moins qu’ils ne songent à couler Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2012. «  Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle » disait Martin Luther King.

Et comme le remarquait l’éditorialiste du « Républicain Lorrain » : « Il y a de meilleurs moyens de préparer une élection présidentielle que d’adresser de tels bras d’honneur à l’électorat ». Et Jean Cochet, avec pertinence, analyse très bien cette situation dans son article du 23 décembre, extrait du n° 7248 du journal « PRESENT » : « A une époque où l’on projette de retirer aux salariés des primes auxquelles ils avaient droit, les députés eux s’accordent une sorte de « prime à la triche légalisée ». En parfait accord en somme avec ce monde de l’argent où banquiers et financiers apparaissent de plus en plus, aux yeux des citoyens, comme des gangsters autorisés. Les socialistes ont évidemment beau jeu de dénoncer pareille indécence. « Pour un citoyen ordinaire, un vol est passible de trois ans, une escroquerie de cinq ans, mais quand un élu sera pris en flagrant délit de fraude ou d’escroquerie dans sa déclaration de patrimoine, il n’encourra que 30 000 euros d’amende ».

Nous le constatons chaque jour, la vie politique, en France, n’est pas triste et elle serait même amusante si les hommes politiques de ce pays n’avaient pas en commun la fâcheuse habitude de se moquer du monde. Comme ils ont entendu dire, pendant leurs études, que les hommes d’Etat n’ont pas de scrupules, ils ont cru qu’il leur suffirait de ne pas avoir de scrupules pour être des hommes d’Etat. On ne veut pas affronter une vérité dont on a peur et qu’on cherche à étouffer sous la cagoule des calomnies et des injures. « L’élite c’est l’exemple ou ce n’est rien », disait Céline. Et bien, ce ne sera rien !

Significatif, et un peu rassurant à la rigueur, est que ce flot de niaiserie embête les Français raisonnables, encore nombreux, qui rêvent d’une République impeccable, inattaquable, et incorruptible. Où ils attendent l’espérance, on leur offre des bilans truqués, des chiffres faux, des slogans ineptes, des palinodies honteuses, des sondages orientés… Rien dans tout cela qui ressemble à de la volonté, de l’enthousiasme… par conséquent de l’avenir. Alors, le constat tombe comme une pierre dans le jardin de ces messieurs : ils nous ennuient… et les abstentions se multiplient lors des consultations électorales.

En dépit cependant de ce constat affligeant, il suffirait pourtant, j’en suis sûr, de quelques mots brûlants pour enflammer encore ce peuple. Mais, pour lui donner à croire, il faudrait avoir la foi et ces bonimenteurs ne croient même pas en eux-mêmes, car je suis sûr qu’au fin fond de leur conscience, si par hasard ils y regardent, doit gésir la stupeur de se trouver à la place invraisemblablement indue où ils sont. Et c’est ainsi que nous végétons, enquiquinés, dans la platitude marécageuse d’hommes politiques qui ne peuvent plus prétendre à la confiance du peuple.

José CASTANO

16/11/2010

Fausses généalogies pour devenir Français…

Quand on pense que ce sont ces mêmes gens (« jeunes ») qui sont les premiers à cracher sur NOTRE France…

FDF

.

Quand l’administration française continue de souffrir de la corruption et du laisser-aller qui règnent au sein de l’administration algérienne.

C’est ce que vient de démontrer le tribunal correctionnel de Meaux, une petite ville située à 40 km de Paris, dans le département de la Seine-et-Marne, en examinant, vendredi dernier, le dossier d’un Algérien qui a falsifié son état civil dans le but d’obtenir la nationalité française. Le quotidien Le Parisien, qui a publié l’information, a estimé, par ailleurs que près d’un millier de personnes, originaires majoritairement de la Kabylie, auraient utilisé la même escroquerie pour devenir des citoyens français.

Ainsi, pour obtenir la nationalité française, les faussaires ne sont pas allés par mille chemins. Ils ont poussé leur malhonnêteté jusqu’à modifier leur généalogie, afin de se faire passer pour des enfants ou des petits-enfants de parents algériens possédant légalement la nationalité française. El Watan

On peut se demander si la quantité des abus commis et la généralisation de l’invasion ne conduira pas finalement un grand nombre de personnes à adopter une vision racialiste de l’identité française

Source: http://tinyurl.com/35dj3x2

17/08/2010

Les combattants du djihad font de l’humanitaire au Pakistan…

L’islam ne recule devant rien pour ne montrer qu’un côté faussé de l’idéologie qu’il répand… La preuve, au Pakistan, les intégristes donnent dans l’humanitaire. Ce n’est pourtant pas le genre de la maison…

Malins, les types; qui pourrait leur reprocher ça?

FDF

.

Aman Ullah ne décolère pas. Il fait partie des 20 millions de déplacés pakistanais, suite aux inondations qui touchent le pays. Depuis seize jours, il loge avec sa femme et ses quatre enfants sous une tente, au milieu d’un camp installé dans une école publique de Nowshera, près de Peshawar. Il exhibe ce qu’il a reçu des autorités pour le déjeuner : un plat de riz. « Les ONG et la population locale donnent des vivres. Le problème, c’est que les autorités détournent l’aide », accuse-t-il, exaspéré. Et il raconte : « Hier, un homme est venu à bord d’un 4 x 4 rempli de dattes, de glace, d’eau, de pain et de conserves. À peine arrivé, la police a saisi sa voiture. Quelques heures plus tard, nous n’avons reçu que du pain. Les policiers avaient pris tout le reste. »

Cette corruption discrédite les autorités civiles. Elle renforce aussi la popularité des organisations humanitaires islamistes liées à des groupes terroristes et qui sont plus efficaces. Parmi elles, le Falah-e-Insanyat. Ce mouvement est la branche caritative du Lashkar-e-Taiba, un groupe terroriste pakistanais responsable des attentats de Bombay, qui ont tué 186 personnes en novembre 2008.

Toutes les zones sinistrées quadrillées

À quelques kilomètres du camp de Nowshera, au bord d’une route, un docteur du Falah ausculte ses patients : des enfants, des hommes et des femmes malades de la diarrhée ou de la gastro-entérite. Derrière lui, dans un garage de trois mètres sur trois, un humanitaire, vêtu d’un gilet jaune fluo marqué du nom de l’organisation, donne des médicaments sous le regard d’Abdul Rauf, le chef du mouvement, venu inspecter le travail de ses humanitaires : « Nous sommes présents dans toutes les zones sinistrées du pays, distribuons de la nourriture à 40.000 personnes par jour et nos médecins ont examiné 123.000 malades depuis trois semaines. Nous avons 37 ambulances rien qu’à Nowshera. »

L’aide du Falah reste limitée par rapport à d’autres ONG qui logent des milliers de personnes dans des écoles et sous des tentes. À Nowshera, son centre de distribution de nourriture n’est qu’une toile suspendue au-dessus d’un terrain boueux. La nourriture est entreposée dans une tente. Peu importe. Les inondations sont une occasion de vanter les actions du mouvement et de recruter. « Beaucoup de volontaires nous ont rejoints dans les villes où ils collectent des fonds pour nous », se réjouit Abdul Rauf.

Derrière lui, clouée sur un mur, une gigantesque bannière aux allures de panneau publicitaire énumère les actions du mouvement. Murtaza, un père de famille qui a fui les inondations, observe la pancarte. Il est venu consulter un de leurs médecins pour son bébé qui souffre de problèmes de peau à cause de la chaleur. « Je ne les connaissais pas avant. Ici, nous avons tout perdu alors toute aide est la bienvenue. Ce que le Falah accomplit est bon aux yeux d’Allah. »

Source: http://tinyurl.com/264p37b

08/05/2009

France: terre d’asile de la corruption.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 10:32
Tags:

Corruption: le parquet fait barrage à une enquête sur trois chefs d’Etat africains

07.05.09
Le président du Congo Denis Sassou Nguesso le 30 juin 2007
Le président du Congo Denis Sassou Nguesso le 30 juin 2007/Issouf Sanogo AFP/Archives

FRANCE – Il estime que les plaignants n’ont pas subi de préjudice dans ce dossier…

Une juge voulait enquêter, le parquet fait appel. Trois chefs d’Etat africains soupçonnés de posséder, en France, des biens immobiliers financés par de l’argent public détourné, sont pour le moment à l’abri. La doyenne des juges du pôle financier de Paris, Françoise Desset, avait jugé recevable, ce mardi, la plainte avec constitution de partie civile déposée par l’association Transparence international France (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, l’association ayant, selon son analyse, juridiquement un intérêt à agir.

Mais le parquet de Paris a fait appel, ce jeudi, de l’ordonnance favorable à l’ouverture d’une enquête. C’est la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, qui contrôle le travail des juges, qui devra trancher sur l’opportunité de déclencher l’action publique dans ce dossier. Elle n’a pas de délai pour se prononcer.

Une affaire délicate

Déposée le 2 décembre, la plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités. Elle vise «les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo Ondimba et Teodoro Obiang (Guinée Equatoriale) ainsi que des membres de leur entourage», selon l’ONG. L’ordonnance de la doyenne des juges ouvre théoriquement la voie à une enquête judiciaire sur les biens des trois chefs d’Etat.

«Il s’agit d’une décision historique qui augure de la fin de l’impunité pour les dirigeants corrompus dans le monde», s’était félicité mercredi le président de TI France, Daniel Lebègue, qui vise «la restitution des avoirs détournés». Mais le parquet de Paris, qui s’est opposé dans ses réquisitions à l’ouverture d’une information judiciaire estimant que les plaignants ne pouvaient se prévaloir d’un préjudice dans le dossier, a décidé de faire appel devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris. Si celle-ci donne raison au parquet, la plainte sera classée sans suite. Dans le cas contraire, le ministère public aura la possibilité de se pourvoir en cassation contre l’arrêt de la cour d’appel.

MD (Avec agence)
On dit merci qui? Merci, Madame Dati… Qui protège des gens corrompus ne peut-être foncièrement mauvais…
Pauvre Français que nous sommes…