Francaisdefrance's Blog

03/05/2011

Blanchiment et fraude fiscale sous le minaret de la mosquée de Nanterre ?

Encore une preuve que les mosquées ne sont pas toutes de lieux de recueillement et de prières. Après des caches d’armes (supposées), voici qu’elles serviraient à des trafics financiers? Si ça étonne quelqu’un, pas moi… C’est ça, la finance islamique…
FDF

.

Le recteur de la mosquée de Nanterre et président de l’Association islamique des religieux de Nanterre sera jugé le 27 septembre en correctionnelle : il est soupçonné d’avoir détourné plus de 20.500 euros de dons de fidèles. L’homme est également poursuivi pour avoir encaissé sur des comptes personnels les chèques émis chaque mois par la mosquée de Paris pour un montant global de 26.678 euros, et pour blanchiment de fraude fiscale sur la même période pour un montant d’environ 240.000 euros.

Source: http://www.islamisation.fr/

23/10/2010

Clichy sous Bois « apaisé »… Jusqu’à la prochaine?

La population touchée de près ou de loin par cette affaire se réjouit du renvoi en correctionnelle de ces deux membres des forces de l’ordre qui n’ont fait, en fait, qu’obéir aux ordres. Après des émeutes mémorables et cinq années de pleurs et de lamentation, la communauté « minoritaire » pense avoir la justice qu’elle réclame… Mais la Justice, la vraie, avec un grand « J », ce n’est pas ça…

FDF

.

Les habitants soulagés après la décision de renvoyer deux policiers devant le tribunal correctionnel dans l’affaire Zyed et Bouna…

Pas de liesse populaire à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) mais un soupire de soulagement en apprenant la décision, vendredi, de renvoyer devant le tribunal correctionnel les deux policiers mis en examen dans l’affaire Zyed et Bouna. Les deux juges d’instruction de Bobigny ont estimé qu’ils devront comparaître pour «non assistance à personne en danger».

«Cinq ans pour se décider»

«C’était long, mais on l’a enfin eu ce procès. On va pouvoir savoir ce qu’il s’est réellement passé cette nuit-là », raconte Bilal, 20 ans, à l’entrée de La Forestière. «Tout le monde connaissait un proche ou un ami qui avait fréquenté Zyed ou Bouna. C’est bien qu’il y ait un procès. Surtout pour leur famille», poursuit le jeune homme, un kebab à la main. Il ajoute: «Mais franchement, cinq ans pour se décider et en arriver là, c’est vraiment long». Devant le lycée Alfred Nobel, personne n’est encore vraiment au courant. La nouvelle semble être passée inaperçue. «Ah bon! Mais je croyais qu’il n’y aurait pas de procès de toutes façons», s’exclame un lycéen de 17 ans. Lui et ses camarades peinent à le croire. Ils disent vouloir «attendre le résultat du procès».

Ramener la sérénité dans la ville

Les policiers de la nouvelle brigade spéciale de terrain (BST) – ancienne Uteq –, ne font pas de commentaire. «On revient tout juste des Bosquets. Les jeunes sont vraiment calmes», lance le chef de patrouille. Mohammed, 54 ans, espère que cette décision va «ramener la sérénité à Clichy-sous-Bois». A l’inverse, dans un commerce du Chemin de la Tourelle, un homme d’une quarantaine d’années qui ne veut pas donner son prénom confie: «Je trouve ça injuste de poursuivre les flics. Moi, j’en ai fait des conneries dans ce quartier. Mais à l’époque, ils nous coinçaient, on ne tentaient pas de s’échapper. On se rendaient. C’est ce qu’auraient dû faire les deux adolescents». Plus bas, au Chêne-Pointu, on vient tout juste d’apprendre la nouvelle à la télévision de la brasserie du coin. «Franchement? Je m’en fiche. Ça ne changera rien. Les deux gosses sont morts, ils ne vont pas ressusciter», lâche un retraité, amer.

Source: http://tinyurl.com/3alsbgw

22/10/2010

Ahmed B. à son ex-concubine:  » « Je vais me baigner dans ton sang » !

Il prend UN an, ce con! Menaces de mort, agressions, violences, récidive; et il ne prend qu’ UN an! Non, faut arrêter la connerie, là! J’ose espérer que l’ex-concubine choisira mieux son copain, cette fois…

FDF

.

Ahmed Bouchiba, 26 ans, a comparu devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour violences et menaces de mort sur son ex-concubine. Interpellé mi-septembre, le prévenu avait demandé un report pour préparer sa défense.

Ahmed n’acceptait pas la rupture. Récidiviste, il avait déjà été condamné par les tribunaux pour violences sur cette même concubine. Cette dernière avait fui la capitale pour s’installer à Toulouse. « Ahmed m’a poursuivi jusqu’ici. Il n’arrête pas de roder à côté de chez moi. Il épie chacun de mes gestes. Je n’arrête pas de le croiser ».

Violent, menaçant, il explose de rage à chaque rencontre. « Je vais me baigner dans ton sang. Je prie tous les jours pour qu’il ne t’arrive rien et pour que ce soit moi qui m’occupe de ton cas. Je vais te faire souffrir », lui a-t-il notamment promis. Les gestes étaient joints aux paroles.

« À plusieurs reprises, Ahmed m’a pris le bras et me l’a tordu. Excédé, il mettait des coups de pied dans la poussette de notre enfant ». La jeune femme se dit victime d’un véritable harcèlement « J’ai constamment peur de lui, qu’il débarque chez moi à tout moment. Encore une fois, je vais devoir déménager ».

Du côté des réquisitions, le procureur de la République qualifiait les faits de violences psychologiques au sein du couple, délit reconnu par la loi en juillet dernier. Le mécanisme des peines plancher s’appliquant, 3 ans étaient requis.

Le tribunal a condamné Ahmed Bouchiba à 2 ans de prison dont 1 avec sursis. Il est tenu de garder ses distances avec la victime.

Source: http://tinyurl.com/2ahpa2n

09/10/2010

Une « voilée » exclue d’une audience en correctionnelle!

Les provocations continuent… Mais plus que jamais, les juges doivent se montrer intransigeants dans de semblables cas. La fameuse loi n’est pas encore promulguée que déjà les exitées du niqab et de la burqa, certainement bien fanatisées par les barbus extrémistes, accomplissent leur travail de sape de notre République. Soyons vigilants et sans concessions aucune! Ils et elles ne nous feront pas de cadeaux…

FDF

.

Une femme intégralement voilée exclue d’un tribunal.

Une femme intégralement voilée, assise dans le public d’un procès correctionnel à Bobigny, a été exclue vendredi de la salle d’audience, au lendemain de la validation par le Conseil constitutionnel de la loi interdisant la burqa et le niqab dans l’espace public.

Le tribunal de Bobigny, en Seine Saint-Denis, a été amené vendredi à exclure de la salle d’audience une femme intégralement voilée qui a refusé d’ôter la partie dissimulant son visage.

« Les personnes dont le visage est visible sont autorisées à rester dans la salle en conservant leur foulard. Contrairement à la personne au premier rang dont seuls les yeux sont visibles », a martelé la présidente du tribunal, avant d’ajouter: « elle est invitée à quitter la salle ou à (retirer) son voile ». Le parquet s’était pour sa part abstenu de demander cette exclusion.

« Je ne suis pas étonnée. Je m’y attendais, mais j’ai quand même pris le risque », a réagi cette femme dont on ne pouvait voir que les yeux bleus et qui a refusé de décliner son identité, se limitant à indiquer qu’elle avait 35 ans et venait d’une commune proche de Saint-Denis.

Cette exclusion a eu lieu en marge d’un procès correctionnel concernant deux hommes soupçonnés de s’être introduits en juin au domicile de l’imam de Drancy, Hassan Chalghoumi, qui se veut la figure d’un islam modéré. Partisan d’un Islam de France, ce dernier avait justement pris position pour une loi contre le voile intégral, au risque de se voir accuser de « dénaturer » l’islam par plusieurs collectifs radicaux.

La présence de cette femme intégralement voilée n’est donc pas entièrement anodine. D’autant que les deux prévenus étaient soutenus par Abdel-Hakim Sefrioui, président du collectif radical pro-palestinien Cheikh Yacine.

Entre janvier et mars 2010, la mosquée de Drancy avait été le théâtre de vives tensions entre l’association dirigée par l’imam Drancy et le collectif dirigé par Abdel-Hakim Sefrioui.

Cette décision du tribunal de Bobigny intervient alors que le Conseil constitutionnel a validé jeudi la loi interdisant la burqa et le niqab dans l’espace public. Le texte doit encore être promulgué pour entrer en application.

(Source Europe1-AFP)