Francaisdefrance's Blog

30/12/2011

En Ouganda, on attaque les évêques chrétiens à l’acide !

Si vis pacem, para bellum…

(Si tu veux la paix, prépare la guerre)

Là, je sors de mes gonds. Depuis le temps que je bouillonnais tout seul dans mon coin… Alors, j’ai quelques mots à dire aux musulmans:

Ne nous cassez plus les pieds avec votre « religion » d’amour, de paix et de tolérance… Faites le ménage dans vos troupes, d’abord.

Comment réagir face aux actes barbares de cette bande de demeurés musulmans qui se revendiquent de votre confession? Sinon par le dégoût et la haine.

Islamistes intégristes, vous ne nous faites plus peur; vous nous écoeurez de plus en plus. Attention à notre Riposte. Il n’y a pas bien longtemps, on nommait ça de la Résistance. Mais au vu de ces évènements de plus en plus fréquents et de plus en plus cruels de votre part, la Riposte va prendre le relai. Ce n’est pas une menace; c’est de la légitime défense.

Tenez vous prêts ou barrez vous. Vous avez encore le choix, mais plus pour bien longtemps…

Je prends souvent la température de ceux que vous opprimez et harcelez sans cesse; c’est montré d’un cran… « Chaud devant ! »

Une nouvelle croisade est sous-jacente… Et elle débutera chez nous, en terres chrétiennes, pour se faire la main.

FDF

.

L’évêque (protestant) Oumar Mulind, auparavant fils de cheikh mais aujourd’hui converti au christianisme a été attaqué à l’acide, la veille de Noël, le samedi 24 décembre 2011, à environ 10 km de Kampala.

Alors qu’il venait participer à la fête de Noël en compagnie de centaines de nouveaux convertis, des individus se faisant passer pour des chrétiens l’approchèrent, et l’un d’eux l’interpella : « Pasteur, pasteur ! ».

« Je me suis retourné, et il m’a versé un liquide sur le visage, pendant que d’autres m’en versaient sur le dos ».

Le pasteur Mulinde, attaqué à l’acide

le 24 décembre 2011.

Les assaillant se sont alors enfuient en criant : « Allahou Akbar !« .

L’acide a rapidement causé de graves ravages, les brûlures ne cessant de se répandre, de plus en plus profondément.

Grièvement brûlé, il est transporté sur le champs par un voisin à l’hôpital de Kampala, la gravité des blessures exigeant des soins spéciaux. Son visage, son cou et ses bras portent encore d’effroyables cicatrices noirâtres dues à l’acide. Il a en outre perdu un œil, tandis que l’autre est plus légèrement touché.

Selon une chrétienne de Baluku, la victime aurait besoin d’être transférés vers des hôpitaux plus spécialisés, sans quoi il risque de perdre ses deux yeux. »

« Je suis né dans une famille musulmane, mais j’ai bien fait de me convertir au christianisme » […] « J’ai mené une campagne d’évangélisation pacifique ».

« J’ai reçu plusieurs menaces, et cette dernière est la pire » […] « J’ai porté les marques de Jésus ».

Mulinde est marié, et père de six enfants, âgés de 14, 12, 8, 6 ans, ainsi que des jumeaux de 3 ans.

La police aurait arrêté un suspect, qu’elle n’a pas voulu nommer.

Mulinde n’en n’est pas à sa première épreuve :
Lorsque qu’il s’est converti au christianisme, sa famille la chassé à coups de gourdins et de machettes. Depuis, il a subis de nombreuses attaques qui ont bien failli lui coûter la vie.

En 1994, il manque de se faire tuer. Une flaque de boue ou il s’est étalé lui évite de peu une balle qui lui était destiné, et ses assaillants ce sont enfuit, croyant l’avoir tué.

En 1995, il est attaqué à coups de gourdins, mais parvient à s’échapper.

En 1998, il est à nouveau attaqué près de Jinja Kangulomila.

En 2000 à Masaka, un fonctionnaire soudoyé précisa l’endroit où se tenait une réunion, et des musulmans firent irruption dans la pièce, non sans avoir battu le pasteur Mulinde jusqu’à ce qu’il en perde conscience.

En 2001, à Busia, toujours lors d’une réunion, un musulman tente de le tuer à l’aide d’une épée.

en Octobre 2011, il avait reçu des menaces de mort … suite à quoi il avait déménagé.

Malgré, tout, il a juré de continuer la lutte jusqu’au bout.

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/

02/12/2011

Algérie: retour en force des islamistes. Les chrétiens ont peur…

Photo d’illustration…

.

Chassez le naturel…

Et en outre, vu que l’islamisme prend petit à petit la mainmise au Maghreb, l’Algérie ne veut pas rester orpheline…

Ca promet de beaux jours pour la chrétienté dans ces contrées là. Et en outre, la christianophobie est à la mode…

FDF

.

Le récent procès d’un converti accusé d’«injures envers le Prophète» illustre le retour en force des islamistes.

La cour d’appel d’Oran a abrité, jeudi dernier, un nouveau procès pour délit religieux. Siaghi Krimo, un maçon de 29 ans converti au christianisme en 2007, est cité à comparaître pour «injures envers le Prophète». En mai dernier, il a été condamné, en première instance, à cinq années de prison ferme. Dénoncé par un voisin à qui il avait remis un DVD sur la vie du Christ, il a été brutalement arrêté par une escouade de policiers comme un dangereux criminel.

Au commissariat, plusieurs officiers se sont relayés pour interroger le «renégat». «Tu es habité par le démon», hurle l’un d’eux. «Si tu étais mon frère, je te tuerais», menace un autre. Pour le juge du tribunal correctionnel qui a prononcé la sentence, la cause est entendue avant tout débat : quitter l’islam pour une autre religion est un crime. «Tu le regretteras !», dit-il à l’inculpé, qui a revendiqué sa foi chrétienne mais nié toute atteinte à l’islam. En l’absence du témoin délateur et malgré un dossier vide, le tribunal écrit dans son jugement : «Il a nié les faits, mais son apostasie est une présomption de culpabilité.»

Dans un climat d’intolérance exacerbé par des manipulations occultes, la liberté religieuse est devenue un terrain d’affrontements idéologiques. Pour donner des gages de bonne foi aux islamistes, les autorités ont multiplié les agressions contre les chrétiens. Depuis la loi de février 2006 réglementant «les cultes autres que musulman», plusieurs convertis au protestantisme ont été jugés pour « prosélytisme». Le procès de Habiba K., arrêtée en mai 2008 en possession d’une bible, avait ému l’opinion et suscité un large mouvement de solidarité, en Algérie et à l’étranger.

En septembre 2010, deux ouvriers chrétiens étaient jugés pour «atteinte aux préceptes de l’islam» pour avoir mangé durant le jeûne rituel du ramadan. Grâce à la mobilisation des militants des droits de l’homme, dont des musulmans pratiquants, ils ont été relaxés.

Libertés religieuses 

Face à «l’inquisition», les modernistes-laïques se mobilisent pour le respect de la liberté de conscience garantie par la Constitution. Au nom de la même Constitution qui proclame «l’islam, religion d’État», les islamo-conservateurs veulent limiter les «libertés occidentales» au profit d’une application plus large de la charia. Entre les deux camps, le pouvoir vogue au gré des rapports de forces et des pressions internationales.

Après une trêve de plusieurs mois, le procès d’Oran inquiète les partisans d’une société plurielle. S’agit-il du zèle de magistrats isolés ? Ou d’un nouveau virage liberticide ? Dopés par le printemps arabe, qui a propulsé les islamistes aux devants de la scène, les chantres de la charia intégrale ont le vent en poupe. Le pouvoir, hanté par sa propre survie, cède à leurs caprices lorsqu’il ne les devance pas. À Alger, des dizaines de bars ont été fermés par l’administration ; de grands restaurants réputés pour la finesse de leurs vins se sont résignés aux breuvages halal.

Jeudi à Oran, en présence de la presse privée qui a dénoncé «l’inquisition», les magistrats de la cour d’appel ont adopté un profil bas. En moins de dix minutes, le procès est ficelé et le verdict mis en délibéré pour le 1er décembre. Sur les bancs du public, une altercation éclate entre des policiers et de jeunes contestataires : dans cette ville réputée pour une ouverture d’esprit peu commune, les agents de l’ordre ont tenté de séparer les filles des garçons au nom «des traditions qui interdisent la mixité»…

Source: http://www.lefigaro.fr/