Francaisdefrance's Blog

28/01/2012

Un Algérien clandestin blesse un policier lors de son interpellation !

Diversité: dessin d’illustration…

.

Les bienfaits de l’immigration, de la diversité, tout ça… Ces gens-là aiment les « lames ». On peut le constater tous les jours. Mais, « c’est pas moi, m’sieur !« ; comme d’habitude. Dans cette affaire, c’est retour au bled et fissa !

FDF

.

« Ce geste aurait pu avoir des conséquences très graves », avertit le commandant Jean-Pierre Benoît au commissariat d’Albi. Alors qu’il venait d’être embarqué dans une voiture de la brigade anticriminalité (Bac), jeudi vers 17 heures, un homme de 30 ans a sorti un couteau et a tenté de porter un cou au visage d’un des policiers. Heureusement, son collègue a pu parer le coup, déviant le couteau. Ce deuxième fonctionnaire a été légèrement blessé au doigt.Aperçu avec d’autres personnes square Amiral-Abrial à Lapanouse, cet Algérien de 30 ans en situation irrégulière avait été reconnu par les agents de la Bac, car il fait l’objet d’une fiche de recherche. Après son interpellation, il a sorti de son blouson le couteau type Laguiole avec une lame de 12 à 13 centimètres, ce qui sous-entend qu’il l’avait ouvert auparavant.

Prélèvement effectué sur la lame de couteau

Déjà poursuivi pour des affaires de stupéfiants et de violences, et placé en garde-à-vue, le mis en cause devait être déféré ce vendredi après-midi au parquet d’Albi. Pascal Suhard, vice-procureur de la République, a ouvert à l’encontre de cet homme une information judiciaire pour « violences avec armes et port d’armes ».

Considérant que le mise en cause se trouve « en état de récidive légale », le vice-procureur a également requis et obtenu lors de la comparution devant le juge de la liberté et de la détention un mandat de dépôt. Placé en détention provisoire, l’homme a été incarcéré à la maison d’arrêt d’Albi. Sous l’autorité du juge d’instruction, des investigations complémentaires seront menées sur ces faits que leur auteur présumé conteste en partie.

Il aurait admis avoir un couteau sur lui mais nie l’avoir ouvert. Explication qui laisse dubitatif un enquêteur, qui ne voit pas « l’utilité de sortir un couteau fermé ». Un prélèvement sera effectué pour vérifier la présence de sang sur la lame. On ne voit pas comment le policier, atteint au petit doigt aurait été blessé autrement. Le certificat médical fait état « d’une plaie linéaire compatible avec une arme blanche ». « Le policier a été atteint à l’extérieur de la main, alors qu’il écartait la lame », constate le commandant Benoît, martelant « qu’il ne faut pas minimiser ce genre d’acte au détriment de policiers en train de faire leur travail. »

 Source: http://www.ladepeche.fr/