Francaisdefrance's Blog

25/02/2012

La Mairie de La Courneuve chasse les évangéliques et soutient les musulmans !

Ca chasse sur NOS terres, maintenant… Et c’est grave. La christianophobie n’est plus l’apanage des contrées islamistes. En France, les prémices de ce fléau arrivent; et de façon officielle. Et bien, on ne va pas se laisser faire!  Si ça continue, le sens de la chasse va changer.

Je vous présente l’équipe municipale de La Courneuve, vous allez vite comprendre: http://www.ville-la-courneuve.fr/LC_idocs/elus_equipe_municipale/maire_adjoints.php

Et l’on s’étonne de cette discrimination à l’encontre des évangélistes et cette préférence non-nationale pour la communauté musulmane…

FDF

.

Encart-itw-Semaine-New-v2Dans cette émission, le journaliste Paul OHLOTT évoque des persécutions «anti-chrétiennes» dans la ville de La Courneuve située en Seine-Saint-Denis (93), et visant tout particulièrement la communauté protestante évangélique. Alors que la communauté musulmane semble avoir les faveurs de la Mairie et du Conseil Général, trois églises évangéliques ont été fermées ces derniers mois et d’autres seraient menacées de l’être.  Pourquoi ces fermetures d’églises ? Pour en parler, Paul OHLOTT reçoit comme invité du jour Marc Lebel, vice-président du CFCC, le Conseil Français du Culte Chrétien.Interview diffusée le mercredi 22 février 2012 à 12h04 sur Phare FM! Ecoutez, chaque mercredi, l’interview de Paul Ohlott.En savoir plus sur le Conseil Français du Culte Chrétien (CFCC)Source: http://actualitechretienne.wordpress.com/

12/11/2011

L’Union des Familles Musulmanes des Bouches du Rhône vit essentiellement de subventions !!!

Et les subventions sortent de NOS portefeuilles. Nous devons faire des sacrifices, nous, les sous-chiens, a dit Sarkö Ier. Mais pour que se soit l’UFM qui en profite? Pas question! Plutôt crever…

FDF

.


  • « Nous avons, depuis Octobre 2011, après un examen minutieux des pièces administratives et comptables de notre association de la part du Trésor Public,

– pu bénéficier du caractère d’intérêt général
– été habilités à délivrer des reçus fiscaux de dons et libéralités versés par des particuliers et les entreprises leur ouvrant droit à un avantage fiscal au titre des articles 200 et 238 Bis du code général des impôts. »

UL’association Union des Familles Musulmanes donne le détail des subventions publiques perçues.

Le total des produits enregistrés pour l’exercice 2010 s’élèvent à 459 211€, dont 384 320€ de subventions octroyées. La participation du Conseil Général s’élève à 91 800€ soit 24% du budget total. La part consacrée au festival « l’Aïd dans la Cité… » est de 40 000€ et la part consacrée aux autres activités à 51 800€. Voici le récapitulatif des subventions accordées en 2010 :

  • LA PREFECTURE : 18 000€
  • DRJSS ex ACSE : 51 200€
  • LE CONSEIL GENERAL : 91 800€
  • LA REGION PACA : 144 500€
  • LA VILLE DE MARSEILLE : 25 000€
  • L’UDAF : 1 119€
  • ASP ex CNASEA : 26 515€, en remboursement de 2 emplois aidés
  • Avantage en nature loyer Ville de Marseille : 26 186€

Les subventions accordées en 2011 s’estiment à ce jour à 278 500€, soit à ce jour une baisse de 100 000€, réparties de la façon suivante:

  • LE CONSEIL GENERAL : 96 800€
  • LA REGION PACA : 110 000€          dont 20 000€ pour un emploi aidé
  • LA VILLE DE MARSEILLE : 22 000€
  • DRJSS ex ACSE : 28 000€
  • ASP ex CNASEA : 22 095€, en remboursement des 2 emplois aidés qui ont pris fin au 30/9/2011.
  • Avantage en nature loyer Ville de Marseille : 26 186€

********************************************

Sources:  :  http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/11/lunion-des-familles-musulmanes-vit-essentiellement-de-subventions.html

http://www.fdesouche.com/257306-lunion-des-familles-musulmanes-vit-essentiellement-de-subventions

http://rd.mird2.com/4y8tf4n5dnf.html

08/09/2011

Xénophobie au Conseil Général… Enfin, si on veut bien.

C’est pas bien de dénoncer la vérité. Même avec humour, ça ne passe pas. Mais on a encore de le droit de penser, pour l’instant…

Bon; dans cette affaire, on apprend au moins que la xénophobie est un « parfum »… Et comme maintenant, TOUT est sujet à des relents de xénophobie (sauf le racisme anti-blanc). Le MRAP et la LDH et Sos Racaille Racisme vont s’en donner à coeur joie…Pour des choses que l’on trouve partout sur le net.

FDF

.

conseil général

Un fonctionnaire du conseil général comparaît la semaine prochaine au tribunal de police d’Agen. Il doit s’expliquer sur l’envoi, en novembre 2010 et en janvier dernier, de courriers au parfum xénophobe adressés à des collègues.

Allah Nisette, « le seul Pastis de Marseille agréé par la Mosquée de Paris » avec une tête de porc en guise d’étiquette. Ou encore « barrez-vous, cassez-vous, retournez donc chez vous, vous foutez la pagaille, il n’y a plus de travail » sur fond de carte postale désert et dromadaire. Ou, en légende d’une photo de quatre jeunes à casquette, survêtements ou jeans taille basse, « vous êtes toujours là, à rôder comme des rats, toujours à trafiquer, à rien faire, à traîner. »

Trois exemples de ce qu’a reçu, en novembre 2010 puis en janvier dernier, une quinzaine de fonctionnaires du conseil général dans la boîte de réception de leur messagerie électronique professionnelle. Ce 15 septembre au tribunal de police d’Agen, l’un de leurs collègues doit s’expliquer à la barre pour avoir « de manière non publique, incité à la discrimination, à la haine, à la violence. »

Des excuses

L’envoi de ces mails avec des documents (des photomontages) qui circulent sur le net n’aurait peut-être pas été rendu public si Laurent Boukhari, délégué CGT de la collectivité, n’avait un vendredi matin de janvier trouvé des copies papier sous enveloppe anonyme, et sous la porte de son local syndical. Il se rend au commissariat d’Agen et porte plainte en son nom, pas au titre de son mandat syndical.

Les documents édités sur imprimante reproduisent les courriels, avec le nom de celui qui est présumé les avoir envoyés. L’intéressé (*) est convoqué au même commissariat début février et reconnaît être l’auteur de ces envois. « Mais il n’y avait aucune pensée raciste dans cet acte. J’ai fait cette action pour rigoler et elle était faite au second degré » explique-t-il au policier qui l’entend. « J’ai fait des excuses à mes collègues de travail au sujet de l’envoi de ces courriers informatiques quand j’ai vu les proportions que prenait cette affaire au sein du conseil général. »

C’est exact. Entendu comme témoin, un destinataire confirme les excuses lors de son audition par la police. « Il m’a indiqué qu’il avait envoyé ses mails de façon mécanique. » L’intéressé lui explique dans le cadre de l’enquête avoir aussi envoyé « des documents sur l’information, sur la santé et sur des sujets d’ordre humoristique » dans les mois précédents.

Boukhari, lui, ne veut pas en rester là. « Il se serait agi de misogynie, d’homophobie, je me serais indigné de la même façon. Ce n’est pas acceptable

[…] Cela procède de la banalisation du racisme et cela reste un tabou. » Le syndicaliste ne digère pas non plus que le conseil général ait choisi de ne pas convoquer de conseil de discipline, qui implique la présence d’un juge administratif. Parties civiles L’auteur de ces envois a été mis à pied trois jours. Une décision considérée comme équilibrée dans l’entourage du président du conseil général à l’époque. « Cette sanction appartient au premier groupe de mesures prévues » détaille le cégétiste. Comme le confirme le directeur général des services du conseil général dans un courrier au procureur de la République, en mai dernier, la collectivité ne « souhaite pas se constituer partie civile ni demander d’autre réparation » et indique au magistrat que l’envoi des mails est intervenu sur le temps de travail du fonctionnaire. Finalement, résume Laurent Boukhari, « la montagne a accouché d’une souris alors qu’on criait au scandale à l’époque » à Saint-Jacques, selon lui. « Un professeur d’université a été exclu un an pour des propos racistes. » Le secrétaire du syndicat CGT doit, à l’audience, être rejoint par des associations, le MRAP, la Ligue des droits de l’homme et SOS Racisme qui selon l’avocat agenais Me Laurent Bruneau, doivent se constituer partie civile dans ce dossier. Aucune autre plainte n’a été déposée. S.B.(*) Joint hier par téléphone à la mi-journée, le fonctionnaire incriminé n’a pas ensuite donné suite à l’appel qui visait à recueillir ses explications et à lui faire confirmer ses déclarations auprès des enquêteurs.

Source: http://www.ladepeche.fr/

26/04/2011

Le Conseil général des Hauts de Seine va expulser des gendarmes!

C’est tout simplement honteux!!!  Des « logements éducatifs sociaux ». Pour y loger des « cas sociaux »! Et savez-vous qui sont ces « cas sociaux »??? Ce sont ceux dont la progéniture a comme idéal de « casser du flic »! Eh bien, pour commencer, « on » les y aide …

FDF

.

 Des familles de gendarmes sommées sans état d’âme de déguerpir de leur logement de fonction à la caserne de Levallois Perret (92).

C’est vrai que les gendarmes et leur famille  avaient  tous une tête d’enterrement à cette réunion de mardi dernier (19 avril 2011), où on leur a expliqué et annoncé qu’ils devaient dégager fissa de leur logement de fonction de la caserne de gendarmerie de Levallois Perret, sise –comme on dit- dans les Hauts de Seine, département cher au Président.

Dix familles de gendarmes de tous grades, dont 7 sont arrivées depuis moins d’un an, doivent en théorie déguerpir avant le mois d’août pour transformer les appartements « en logements locatifs sociaux » selon une délibération du Conseil général des Hauts de Seine en date du 7 mars 2011.

Voilà qui est aberrant et incompréhensible : les logements sont déjà locatifs puisque la Gendarmerie paye un loyer au département et ils ont bien un caractère social. Ce ne sont, en effet, que des logements de sous-officiers, nullement luxueux, et la modicité relative des soldes des gendarmes, atteste du caractère social de la destination de ces appartements. Mais ces critères de bons sens ne sont pas ceux de la loi. Et ce n’est pas la vision du Conseil général, propriétaire des lieux.

Haro sur les gendarmes.

Pour l’Etat employeur, les gendarmes sont une poule aux œufs d’or. Tout d’abord, ils sont militaires, donc a priori obéissants, sauf quand ils décident de descendre dans la rue comme en 2001. Ils ne sont pas non plus syndiqués, ce qui garantit une absence de résistance quand on touche à leurs intérêts. Ce n’est pas comme les policiers, qui sont parvenus à stopper la dissolution de deux CRS à Lyon et Marseille, voici quelques mois. Et puis, les gendarmes n’ont pas d’horaires de travail à respecter. On peut presser le citron. On ne risque pas de voir débouler l’inspection du travail, même en cas de suicide.

Ils ont toutefois un grave défaut, au regard de l’Etat et de ses élus : ils sont logés par nécessité absolue de service pour être sifflés par leurs chefs, quand ça les arrange.

En région parisienne, il y a beaucoup de gendarmes qui travaillent dans les ministères, et les administrations diverses et variées qui en dépendent. Il y a donc un besoin important en logements. En 2007, la Gendarmerie, le petit doigt sur la couture du pantalon, a créé, non pas une bulle …immobilière, mais le BUL, bureau unique du logement, chargé de « rationaliser ». Bilan : plus de 600 baux de logements hors casernes résiliés et une économie de plus de 10 millions d’euros. Mais, elle n’en est pas récompensée pour autant.

Dans le même temps, la plupart des unités de gendarmerie de Paris et de la petite couronne ont été fermées. C’est ce qui est arrivé à la brigade de Levallois Perret à partir du 1erjuillet 2010. Les logements de la caserne, dont le Conseil général des Hauts de Seine est propriétaire, n’en continuent pas moins d’être occupés par dix familles.  L’usage et la bienséance justifieraient  que l’évacuation d’une caserne en vue de sa restitution au propriétaire soit étalée dans le temps pour tenir compte de la situation sociale des familles et de la gestion des personnels. Pas dans les Hauts de Seine ! Est-ce parce que cela se passe dans le département du président ou bien parce que d’autres facteurs plus personnels interviennent ?

Attention, un Patrick peut en cacher un autre.

A Levallois, il y a des programmes immobiliers et des expropriations en cours, notamment dans le secteur de la rue Anatole France où se trouve la caserne. Alors, certains  auraient été prêts à voir  la main de Patrick, l’ami de Sarko, dans cette mauvaise manière faite aux gendarmes. On ne prête qu’aux riches.

Mais non ! C’est l’autre Patrick… Devedjian,  un peu moins copain que le précédent avec l’occupant du château, qui est à l’origine du coup de poignard dans le dos.

A l’automne 2010, la gendarmerie a envoyé en éclaireur un colonel  pour s’enquérir auprès du Conseil général des intentions du propriétaire sur la caserne de Levallois. Toutes les assurances verbales ont alors été données à ce missi dominici. Mais, c’est connu, les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.

Et  le 23 décembre, en guise de cadeau de Noël, le Conseil général a fait part de son intention de vendre l’immeuble. Après une visite des locaux par des acquéreurs potentiels, la vente a été autorisée par une délibération du 7 mars 2011, qui fixe sans concertation la remise des locaux libres de toute occupation au 1er août, sans se préoccuper du sort des occupants.

Garde à vous et déguerpissez ! Peu importe que le propriétaire n’ait pas adressé de préavis officiel. Peu importe que la plupart des occupants soient arrivés depuis moins d’un an. Peu importe que les enfants soient déstabilisés par un déménagement et une réinstallation dans un lieu inconnu à ce jour. Peu importe que telle famille doive préparer son déménagement alors que l’époux, le père, sert en Afghanistan. Ah, qu’il est réconfortant pour les gendarmes et leurs familles, considérés ainsi comme de vulgaires meubles meublants d’un casernement, de se sentir si bien soutenus par les élus !

Ultime manœuvre désespérée voire utopique, promise par le colonel du BUL : solliciter du nouveau propriétaire une prolongation du bail permettant aux familles de se maintenir dans les lieux deux années de plus, afin que l’évacuation des locaux corresponde aux mutations des militaires.

Mais, pour quelle raison, M. Dova, conseiller général  d’Antony (Centre), président de l’Office Public Départemental de l’Habitat des Hauts de Seine, qui va devenir l’heureux acquéreur de la caserne serait-il plus compréhensif ?

M. Devedjian et M. Dova s’apprêtent à commettre une mauvaise action. Le comprendront- ils ?

Peut-être !

A défaut, les gendarmes ne leur disent pas : Merci !

Source:http://adefdromil.org/13457

11/03/2011

Crime d’enfermement d’enfants…

Après les femmes musulmanes, conscientes et certainement très provocatrices dans le domaine du port du voile, les barbus utilisent leurs filles. Et ce n’est pas tout… Ci après une excellent billet de Christine Tasin… A la veille des élections cantonales, ça tombe à merveille…

FDF

.

Ses filles ne vont pas à l’école depuis 5 ans au nom de la religion mais elle percevrait toujours les allocations familiales ?

A lire, sur le site Patriotes français, ce récit aberrant. Rien, dans l’article du journal la Provence, n’indique que le tribunal ait suspendu les allocations familiales alors qu’il semble que l’enseignement reçu à domicile soit très bas selon l’enquête qui a été diligentée…

On saluera au passage le courage (en ces temps de boboïtude) de la vice-procureure dénonçant le traitement inégalitaire réservé aux filles et rappelant une vérité simple : celui qui ne respecte pas la loi et les valeurs françaises n’a pas sa place en France.

Simple à dire et à faire, non ?

Il me semble qu’il y a là un élément supplémentaire, qui est la mise en danger d’autrui : pouvons-nous, nous, citoyens français, accepter que des filles mineures soient enfermées et contraintes de porter le voile ? Pouvons-nous, nous, citoyens français, accepter de savoir cela et ne rien faire, étant ainsi complices de crime d’enfermement d’enfant ?

Je vous invite à écrire au Conseil général du Vaucluse comme je viens de le faire :

Sujet : Maltraitance d’enfants

Message : Monsieur le Président du Conseil Général,

Je me permets d’attirer votre attention sur le cas de la famille visée par l’article La Provence à l’adresse Internet http://www.laprovence.com/article/region/avignon-elle-veut-que-ses-filles-portent-le-voile-et-ne-les-scolarise-pas.
Je ne veux pas être complice de mauvais traitements réservés à enfant, or, cette famille a au moins deux filles mineures qui ont été retirées de l’école pour les contraindre à porter le voile et à ne pas apprendre ce qui, bien que dans les programmes scolaires, est contradictoire avec la religion des parents. Il s’agit d’un cas d’enfermement de mineures, soustraites à la vie publique, à l’instruction, et obligées d’être voilées. Il s’agit donc à mes yeux d’un cas de maltraitance qui nécessiterait une réaction immédiate de vos services sociaux.
Dans l’attente, je vous prie, Monsieur le Président, d’agréer l’expression de mes salutations républicaines.

(Nom, prénom, adresse).

Source: http://tinyurl.com/6l24tqk

15/02/2011

La charia autorisée par le Conseil Général de Seine Saint Denis.

Visionnez la vidéo qui suit.

Il va falloir faire comprendre (par la voix des urnes, en mars prochain) à ces élus du Conseil Général qu’ils risquent bien de ne plus l’être, élus. Les cantonales de mars 2011 serviront à élire des conseillers généraux. Et de ce genre là, on n’en veux plus… Personne n’est « irremplaçable »; surtout des soumis à l’islamisation de notre pays.

Nous sommes en France… La dhimmitude doit cesser. Et une seul parti politique est capable de rendre la France aux Français. Sa présidente est blonde, patriote et déterminée…

Après, c’est vous qui voyez… Si vous souhaitez bientôt vivre sous la charia, laissez ce genre d’abrutis (vidéo) faire. Vous ne pourrez pas dire ensuite: « je ne savais pas »…

FDF

.

13/02/2011

Adoption : CAF et Conseil Général de Seine-Saint-Denis en conformité avec la charia !

Rien d’étonnant non plus, dans cette info. Plus c’est gros, mieux ça passe.

FDF

.

Faute de détracteurs vigilants certaines informations tomberaient rapidement dans l’oubli. C’est un lecteur qui a attiré notre attention.
Le 24 janvier 2011 se tenait à Paris un débat sur le thème “islam et intégration” auquel participait Xavier Lemoine, maire de Montfermeil. C’est à cette occasion qu’il révéla à son auditoire qu’en Seine-Saint-Denis, le Conseil Général et la CAF sont déjà en conformité avec la charia sur les questions d’adoption. Une exception dans notre pays.

Appel aux lecteurs :

Nous sommes à la recherche de documents officiels attestant de ces aménagements de la CAF en faveur des musulmans de Seine-Saint-Denis. Fonctionnaires, élus, vous pouvez vous manifester via le bouton « Partager une info » , vos messages seront supprimés par souci d’anonymat si vous le souhaitez.

Le morceau choisi de cette conférence sur http://www.defrancisation.com/adoption-le-conseil-general-et-la-caf-de-seine-saint-denis-en-conformite-avec-charia/

L’intégralité de cette conférence sur http://www.enquete-debat.fr/archives/conference-islam-et-integration-avec-xavier-lemoine

Exclusivité: Défrancisation.com

03/09/2010

Récession: Le restaurant trois-étoiles des élus des Hauts-de-Seine…

Et l’on s’étonne pourquoi nous sommes en train de devenir un « pays pauvre »… Et on se demande pourquoi on nous dit de nous serrer la ceinture. Et l’on s’étonne de recevoir notre feuille d’imposition avec 20% d’augmentation. Et l’on s’insurge contre le peuple qui gronde et descend dans la rue… Et ceci n’est rien comparé aux dépenses « obligées » de nous « hautes instances »…

FDF

.

Le département des Hauts-de-Seine gère un restaurant réservé au Conseil général, Le Ruban Bleu.

Miège_budgetp11 [Résolution de l'écran]Au Ruban bleu,  on lutte ardemment contre le dérapage des prix. Pour la modique somme de 13,41 €, on s’y régale d’ un repas gastronomique dont le prix réel est près de 10 fois supérieur : 122 €, selon la Chambre régionale des comptes d’ Île-de-France (rapport de 2007).

Le tout servi dans un cadre sélect, avec un service digne d’un trois-étoiles. On comprend l’attachement des élus à cette cantine qui leur sert quelque 20 000 repas par an : le département compense la différence.

Coût : 1,5 million € en 2007.

L’accès à des personnes extérieures y serait strictement limité à un petit nombre de hauts fonctionnaires de l’ État selon une liste établie par le cabinet du président du Conseil général. Nonobstant, cette pratique induit ” une distorsion de concurrence avec la restauration privée, sans justification par l’intérêt départemental ” selon la Chambre régionale des comptes.

Inauguré par Charles Pasqua, longtemps maître des lieux et qui continue de le fréquenter, le Ruban bleu accueille régulièrement Jean Sarkozy, souvent accompagné de ses deux mentors, Isabelle et Patrick Balkany.

Source : Le Livre noir des gaspillages de l’argent public et Marianne (09-05-09).

http://www.observatoiredessubventions.com