Francaisdefrance's Blog

03/02/2012

Mohamed MOUSSAOUI (CFCM) sera décoré de la Légion d’honneur par Sarkozy le 9 février !

Petits rappels:

-Le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman), c’est bien connu, rend d’innombrables services à la République Française: aide à la constructions des mosquées, d’écoles coraniques, etc…

-La Légion d’honneur récompense depuis ses origines les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation…

Mais nous approchons des élections; et beaucoup de musulmans sont des électeurs…

Je vous laisse mijoter ça…
FDF

.

GENIAL NON ???? ALORS QUE NOS JEUNES SE FONT TUER EN AFGHA ET QU’ON LEURS FILE CETTE DISTINCTION A TITRE POSTHUME, C’EST HONTEUX…

Le président du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman),  Mr Mohamed MOUSSAOUI sera décoré de la Légion d’honneur par Sarkozy le 9 février

Source WIKIPEDIA :L’ordre national de la Légion d’honneur est l’institution qui, sous l’égide du grand chancelier de l’ordre et du grand maître, est chargée de décerner la plus haute décoration honorifique française. Elle a été instituée le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense depuis ses origines les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation.
__________________________________________________________________
Mr  MOUSSAOUI  sera  donc reconnu pour ses mérites pour la France???
Pour l’instauration de l’islam?

MAIS SARKOZY  A PERDU TOUT SENS DES VALEURS   –
C’EST UNE TRAHISON  à NOTRE  FRANCE,  ET A SES ORIGINES CHRETIENNES

JC JC…

.

Le président d la République Nicolas Sarkozy remettra le 9 février les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur au président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), M. Mohammed Moussaoui, lors d’une cérémonie à l’Elysée.

Président du CFCM depuis 2008, M. Moussaoui, professeur de mathématiques à l’université d’Avignon et polyglotte (français, arabe, berbère, anglais), est tenant d’un islam modéré, consensuel et respectueux des valeurs et des lois de la République.

Né le 1er avril 1964 à Figuig, dans l’est du Maroc, il est maître de conférences à l’université d’Avignon et vice-président du Rassemblement des musulmans de France. En juin 2011, il est réélu à son poste de président du CFCM.

M. Moussaoui a poursuivi ses études à Oujda. Après l’obtention de son baccalauréat en sciences mathématiques, il intègre l’université Mohammed Ier où il obtient en 1984 son diplôme des études universitaires générales en mathématiques et physiques. Il prépare ensuite une licence de mathématiques à Rabat et sort major de sa promotion en 1986. En septembre 1986, il rejoint Montpellier (France) où il obtient en 1990 son doctorat et son agrégation de mathématiques. En 1991, il rejoint l’université d’Avignon. En mars 1998, il est habilité à diriger des recherches. Il est auteur de nombreux articles et notes académiques sur différents thèmes de mathématiques.

M. Moussaoui a, par ailleurs, acquis une formation en théologie et sciences islamiques auprès des Oulémas da la région Est du Maroc. Il assure, depuis une vingtaine d’années], les prêches de vendredi dans plusieurs mosquées de France. Il a participé à de nombreuses conférences nationales et internationales sur la pensée islamique et le dialogue interreligieux.

Il est membre du Conseil français du culte musulman (CFCM) depuis sa création en 2003 et vice-président du Rassemblement des musulmans de France, créé en 2006. Lors des élections au CFCM de juin 2008, la liste du RMFobtient 43,24% des voix..

M. Moussaoui est membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) et de la Conférence des Responsables de culte en France

Source: http://www.saphirnews.com/

24/11/2011

A Montpellier: les musulmans exigent: l’UMPS s’exécute…

Un seul mot: lamentable…

2012, vite !

FDF

.

A Montpellier (34), l’UMPS veut sa mosquée-cathédrale !


Communiqué de Guillaume Vouzellaud, membre du Bureau politique du Front National, secrétaire départemental FN de l’Hérault

Vingt ans après la publication dans Le Monde d’un article de Henri Tinq intitulé : « Plutôt que de multiplier les petits lieux de culte musulmans la France s’oriente vers la construction de mosquées-cathédrales » (Le Monde 1er déc. 1989), plus d’une vingtaine de mosquées avec minaret sont déjà construites sur les 2.000 lieux de culte reconnus par le Conseil français du culte musulman (CFCM) (Source : Oumma.com).

Dans son édition du 22 novembre 2011, le quotidien gratuit 20 Minutes fait état d’un nouveau projet de construction d’une grande mosquée-cathédrale à Montpellier, plus précisément, dans le quartier des Près d’Arènes.

Exigé par les associations musulmanes, ce projet auquel s’activent des élus socialistes, communistes, radicaux de gauche et du Modem, sous l’œil bienveillant des représentants de l’UMP, pour trouver un terrain constructible et accessible en tramway, devrait obtenir, bien entendu, un financement public. Pire, un conseiller municipal souhaite qu’elle « se voie de loin ».

Le Front National refuse catégoriquement l’implantation sur le sol de Montpellier d’une énième mosquée-cathédrale, fruit de revendications communautaristes auxquelles le Gouvernement et les élus locaux sont en train de soumettre les Français au mépris le plus élémentaire de notre identité locale et nationale. Il rappelle qu’en vertu de la loi de 1905, il veillera également à ce que pas un centime d’argent public ne soit détourné au profit du financement des cultes. Comme l’affirmait Elisabeth Badinter le 29 septembre dernier dans Le Monde, « en dehors de Marine Le Pen, plus personne ne défend la laïcité ».

Source: http://www.nationspresse.info/

05/11/2011

Qui sème le vent…

Et les voilà qui s’étonnent, ces enfoirés… Mais il fallait s’attendre à cette « riposte », à cette résistance. Depuis le temps « qu’au nom de l’islam » on provoque, on commet des délits, on cherche à nous imposer des conneries venues d’autres temps, on chiale sur son sort, on prône l’intégration, on nous les casse, quoi; il ne fallait pas s’attendre à des remises de médailles. Surtout quand on n’est pas chez soi…

Un peu d’humilité de votre part, amis musulmans, et une surveillance accrue de vos rejetons que l’on nomme des « jeunes » ne vous aurait pas conduits à ce que vous nommez de l’islamophobie (terme simplement juridique, histoire de faire encore plus le bordel). Alors ne vous étonnez pas si certains en ont marre de vous et de vos pratiques; et le montrent. Et je pense que ce n’est qu’un début…

FDF

.

…Récolte la tempête…

France : Les actes islamophobes augmentent de plus de 20 % selon le Cfcm

Selon l’Observatoire des actes islamophobes du Conseil français du culte musulman (Cfcm), les actes islamophobes ont augmenté de 22 % entre le 1er janvier et le 30 septembre 2011. L’islamophobie progresse en France. L’Observatoire des actes islamophobes du Conseil français du culte musulman a annoncé jeudi 3 novembre 2011 que les actes à caractère islamophobes avaient augmenté ‘de 22 %’ au cours des neuf premiers mois de 2011.Selon ces chiffres, qui émanent du ministère de l’Intérieur, 115 plaintes ont été déposées sur cette période dans les commissariats et les gendarmeries, a indiqué Abdallah Zekri, président de l’Observatoire, lors d’un point presse à la Grande Mosquée de Paris. Abdallah Zekri a précisé que ces chiffres qui concernent ‘l’islam, l’islamophobie, des insultes et des actes racistes’ étaient à prendre en compte ‘tous actes confondus : profanation de cimetières, de mosquées, agressions, insultes, provocations, corans brûlés et jetés dans les poubelles’.

‘On peut dire que l’augmentation, d’après les statistiques que nous avons, est d’à peu près 50 % à 55 %’, a estimé le président de l’Observatoire. Abdallah Zekri estime également que ces statistiques ne sont que le sommet de l’iceberg, c’est-à-dire ‘éloigné (es) de la réalité’, car beaucoup de gens ne portent pas plainte. Enfin, Zekri dit craindre que le contexte électoral français ne soit propice à l’augmentation des actes similaires dans les prochains mois. Selon lui, ‘il va y avoir des esprits malsains qui vont désigner les musulmans et l’Islam’.

Source: (Jeuneafrique.com)

  + L’info en continu

12/10/2011

La vérité qui blesse…

Banlieues : Eric Zemmour assimile islam et délinquance…

Et Dieu sait si il a raison. On en a la preuve tous les jours, pour ceux qui s’intéressent au phénomène.

Mais voilà; chez Oumma.com, on s’insurge. Normal, ils sont directement touchés… La relation de cause à effet est pourtant tellement flagrante…

FDF

Un bel exemple… Vous l’avez reconnu ? « La Fouine »…

.


« Récidive. Samedi, le chroniqueur Eric Zemmour a tenu des propos singuliers sur l’antenne d’I Télé en dressant un parallèle entre regain de la délinquance en banlieue et pratique accrue de l’islam.

Sollicité à propos d’une déclaration du ministre de l’Intérieur selon lequel il n’y avait « pas de zone de non-droit » en France, le journaliste du Figaro a développé-sans l’étayer par des faits précis- une corrélation entre la seconde religion du pays et l’accroissement du banditisme dans les quartiers populaires : « C’est souvent le droit du plus fort….souvent le droit des bandes. On nous explique dans Le Monde que c’est parfois le droit de l’islam ». Eric Zemmour fait là référence à l’article du quotidien faisant état d’un rapport dirigé par le chercheur Gilles Kepel et dévoilé la semaine dernière par l’Institut Montaigne.

Le polémiste renchérit : « L’ordre est maintenu par d’autres. Par les clans, par les voyous, parfois par l’imam… Il y a un ordre concurrent, un ordre qui s’est substitué à l’ordre républicain ». D’ordinaire plus conciliant, son interlocuteur Nicolas Domenach du journal Marianne a vivement marqué son désaccord en lui rappelant, au-delà de son « glissement abusif », que le rapport ne contenait aucunement son analyse associant délinquance et islam. Cela n’empêchera pas Eric Zemmour de vouloir conclure de manière péremptoire sur son idée-maîtresse : l’intensification de la pratique religieuse et le repli communautaire constituent, à ses yeux, la cause
 et non la conséquence- de la « ghettoïsation ».

Après son dérapage relatif à l’origine ethnique des trafiquants, son approbation-condamnée par la justice- de la discrimination à l’embauche et sa récente incitation au contrôle « normal des Arabes et des Noirs » par la police, l’homme évincé de France 2 continue de propager un discours idéologique sous couvert de journalisme politique. Déjà ravis par sa dernière interview complaisante de Marine Le Pen, ses admirateurs qui lui vouent un culte systématique -notamment les lecteurs des sites Fdesouche, Riposte laïque et Enquête&Débat devraient être rassurés : l’invité régulier des déjeuners de l’Elysée et des colloques de l’UMP n’a rien perdu de son militantisme islamophobe. Quant au Conseil français du culte musulman, son silence est -comme à l’accoutumée- à la mesure du vacarme causé ailleurs par son homologue du CRIF : assourdissant. »

Source: oumma.com

Bonus: http://youtu.be/yNv70E2MOX8

27/08/2011

Soyez les malvenus…

Mais qu’est-ce que c’est encore que cette forme d’invasion dissimulée? Le Maroc envoie ses imams pour le ramadan en France.  Je me pose une question: combien d’entre eux retourneront au pays ??? Et nous a t’on demandé notre avis, à nous, les « sous-chiens » ? Et avec quel nouveau genre de titre de séjour ont ils pu entrer sur le territoire français? Pas un permis de travail, c’est sûr…

FDF

.

L’imam MAROCAIN d’Orange: une « riche » histoire: http://www.libertasoccidentalis.net/libertasoccidentalis09/?p=1667

.

180 imams marocains envoyés en France pour le Ramadan

Le président du Conseil français du culte musulman Mohamed Moussaoui. /DR
Le président du Conseil français du culte musulman Mohamed Moussaoui. /DR
Agrandir

Le Maroc a dépêché 180 imams pour l’encadrement religieux des musulmans de France durant le mois sacré du Ramadan, consacrant ainsi une tradition instaurée depuis plusieurs années, a déclaré le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), M. Mohamed Moussaoui.

« C’est devenu une tradition. Chaque année, le Maroc nous envoie en renfort des imams pour assurer la lecture du Coran et les prêches durant le mois sacré du Ramadan où les fidèles sont plus nombreux à se rendre sur les lieux du culte musulman (mosquées et salles de prière) », a-t-il précisé dans un entretien à la MAP.

Le président de la plus haute instance représentative des musulmans de France constate une hausse en continue du nombre des délégués marocains, en particulier après la réforme du champ religieux qui n’a pas omis la communauté marocaine à l’étranger.

L’année dernière, ils étaient 165 à venir épauler les 600 imams permanents dans l’Hexagone, contre une soixantaine quelques années auparavant.

Pour ce Ramadan, « nous avons également bénéficié de 25.000 exemplaires du Saint Coran édités au Maroc », sur les 350.000 produits cette année grâce à sa nouvelle imprimerie équipée des dernières techniques d’impression, a indiqué M. Moussaoui qui s’attend à ce que cette part augmente « une fois l’imprimerie atteindra son objectifs d’un million d’exemplaires par an ».

Une centaine de mosquées inaugurées durant le Ramadan.

Le CFCM s’assure de la répartition des prêcheurs marocains ainsi que les exemplaires du Saint Coran reçus sur les différentes mosquées et salles de prière existantes en France.

Outre le volet prière, elles accueillent tout au long du mois, des veillées religieuses, des séances d’apprentissage et de récitation du Saint Coran, et des conférences sur des sujets ayant trait à la religion, notamment les vertus du jeûne et les valeurs fondamentales de l’Islam qu’il s’agit de transmettre aux futures générations (tolérance, fraternité, solidarité, respect, partage etc.).

Certains de ces lieux de culte ont fêté cette année leur premier Ramadan, selon le président du CFCM.

C’est le cas notamment de la Grande mosquée de Strasbourg (Est de la France) qui a précipité son ouverture, prévue initialement vers la fin de l’année, pour accueillir provisoirement les musulmans de la cité alsacienne durant ce mois sacré.

Le Maroc avait soutenu financièrement la construction de cette mosquée dont le coût global s’élève à 8,7 millions d’euros.

Le projet a été principalement financé grâce aux dons des musulmans, l’aide de pays étrangers, comme l’Arabie Saoudite et le Koweït, en plus du Maroc, ou encore des collectivités locales, ce qui n’est possible en France qu’en Alsace et dans le département de la Moselle, à la faveur du statut spécifique de cette région où il n’existe pas de séparation entre les Eglises et l’Etat, grâce au régime du concordat.

La mise en place en 2009 de la coupole de la Grande mosquée de Strasbourg, à l’occasion de la fête de l’Aïd Al-Adha, avait marqué un événement exceptionnel dans l’avancement de ce projet lancé en octobre 2004, mais dont les travaux ont été retardés en raison de difficultés financières mais aussi pour des considérations politiques.

Le projet initial avait été amputé de sa bibliothèque et de son minaret par l’équipe municipale de droite qui avait succédé en 2001 au maire socialiste Roland Ries, avant que celui-ci ne relance le chantier à son retour à la tête la mairie en se disant notamment favorable à la construction d’un minaret « si la communauté le souhaite ».

Cette position a été saluée par la communauté musulmane strasbourgeoise, estimée à 50.000 personnes dont une majorité marocaine, d’autant plus qu’elle intervenait en plein débat en France sur les minarets après le référendum suisse interdisant en 2009 leur construction dans les mosquées de la Confédération helvétique.

Encore des années pour résorber le déficit de salles de prière

Globalement, le président du CFCM se félicite du rythme de construction de nouvelles mosquées en France, bien qu’il reste encore, selon lui, plusieurs années pour que le déficit soit résorbé.

« Nous estimons à 250.000 m2 le besoin actuel en surface de prière, mais les choses s’améliorent », a-t-il dit, soulignant à cet égard que le CFCM continue à oeuvrer pour trouver des solutions à ce problème et permettre aux cinq millions de musulmans de France, dont un million environ de Marocains, d’accomplir leur prière dans des conditions dignes.

Parmi les solutions envisagées pour résoudre le problème des prières de rue, à l’origine d’une vive polémique en France, M. Moussaoui a cité l’ouverture prochainement à Paris, où le problème est le plus ressenti, de deux grandes salles de prière d’une capacité de 3.000 personnes, grâce à un accord avec la préfecture qui a mis à disposition des musulmans une ancienne caserne à cet effet.

Source: http://www.aufaitmaroc.com/

23/06/2011

Mais qu’est-ce qu’on s’en fout!

Franchement, là, c’est vraiment le dernier de mes soucis.

Mais bon; pour vous montrer que c’est la débandade chez les muzz, en voici une encore preuve… Encore un truc inventé par Sarkö Ier (alors ministre des cultes) et qui part en c…….

C’est maintenant qu’il faudrait peut être en profiter pour entrer en résistance… Avis aux amateurs.

FDF

.

L’UOIF renonce à siéger au Conseil français du culte musulman !

L’Union des organisations islamiques de France (UOIF), l’une des sept grandes fédérations musulmanes, a annoncé lundi 20 juin par un communiqué sa décision « de ne pas occuper les responsabilités qui lui reviennent statutairement de droit au sein des nouvelles instances du CFCM », le Conseil français du culte musulman.

Les statuts du CFCM accordent des sièges de droit dans ses instances aux fédérations structurant l’islam en France et à cinq grandes mosquées. Ces sièges s’ajoutent à ceux pourvus par les élections du 5 juin, que l’UOIF avait boycottées.

Comme suite à ce scrutin, le CFCM a élu dimanche 19 juin à Paris son nouveau bureau exécutif et reconduit à sa présidence Mohammed Moussaoui. Ce dernier espérait un retour de l’UOIF, « en septembre ou octobre », en laissant du temps à la fédération proche des Frères musulmans, après la démission inattendue le 4 juin dernier de son président, Fouad Alaoui, remplacé par Ahmed Jaballah, plus consensuel.

Retour de la Grande Mosquée de Paris

À l’inverse de l’UOIF, la fédération de la Grande Mosquée de Paris, qui avait elle aussi boycotté les élections du CFCM, a accepté au final d’y siéger. Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, ancien président du CFCM, est même devenu président d’honneur de cet organe chargé de représenter les musulmans de France.

L’UOIF, tout en décidant de ne pas siéger au CFCM, pose toutefois les conditions de son éventuel retour. « Cette instance doit œuvrer dans la clarté, la transparente et l’unité. Elle doit se prémunir de toute instrumentalisation politique ou volonté de mainmise étrangère au culte musulman. Elle doit également veiller au respect scrupuleux de la maturité de la communauté musulmane de France et de sa volonté, bien ancrée, de se voir traitée comme partie intégrante de son pays », énumère le communiqué : « Avec un tel esprit et dans de telles conditions, l’UOIF restera pleinement ouverte et participera à toute démarche qui vise à initier une nouvelle phase de la représentation du culte musulman en France. »

De son côté, Mohammed Moussaoui se montre « ouvert » à une réforme du mode de scrutin pour élire les délégués au CFCM, en misant sur l’aide du ministère français de l’intérieur pour la conduire.

Source: http://www.la-croix.com/

22/06/2011

Le Conseil français du culte musulman créé sa section d’assaut: « chasse aux sorcières »…

Eh bien, c’est clair: on va riposter… Nous sommes en terres chrétiennes et chez eux, nous n’avons pas la parole. Ils ne l’ont pas encore compris, ça. Nous savons être très persuasifs, quand il le faut. Et là, je pense que l’heure est venue… On ne va pas quand-même devenir le gibier sur le sol de NOTRE patrie, non? Et si il faut refaire les croisades…

FDF

.

Création d’un observatoire des actes islamophobes !

 

 

 

Mohammed Moussaoui, réélu dimanche   à la tête du Conseil français du culte musulman (CFCM, instance représentative   des musulmans de France), a annoncé la création d’un observatoire des actes   islamophobes, a constaté un journaliste de l’AFP.   M. Moussaoui, Franco-Marocain de 47 ans qui était seul candidat à sa   succession, a indiqué que la direction de cet observatoire serait confiée à   Abdallah Zekri, président de la fédération Sud-Ouest de la Grande Mosquée de   Paris.     “Il s’agira d’aider les Conseils régionaux du culte musulman (CRCM) à   alerter les préfets et à déposer plainte en cas d’acte islamophobe mais   également d’avoir une idée plus précise du nombre de ces actes en France, afin   d’en donner un panorama clair aux autorités compétentes”, a expliqué à l’AFP   Khalil Merroun, recteur de la mosquée d’Evry, près de Paris.  Le CFCM a été créé en 2003 par le gouvernemment pour être l’interlocuteur   des pouvoirs publics pour toutes les questions liées à l’islam, qui représente   4 à 5 millions de musulmans en France, loin d’être tous pratiquants.  Il est très divisé, tiraillé entre les fédérations de différentes   sensibilités qu’il regroupe, certaines proches de l’Algérie comme la Grande   Mosquée de Paris, d’autres pro-marocaines mais aussi turques ou   afro-antillaises, ou encore proche des Frères musulmans comme l’Union des organisations islamiques de France (UOIF).

Source: http://www.algerie-focus.com/

20/06/2011

On s’en fout: Mohammed Moussaoui réélu à la tête du CFCM…

Franchement, ça ne va pas m’empêcher de dormir. Un seul truc m’inquiète: le CFCM est « proche » des Frères Musulmans… Et ceux-ci, on le sait, ce n’est pas un cadeau. Voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A8res_musulmans

FDF

.

 

 

Mohammed Moussaoui, président sortant du Conseil français du culte musulman (CFCM), a été réélu dimanche 19 juin à la tête de cette instance représentative des musulmans de France. M. Moussaoui, Franco-Marocain de 47 ans, était l’unique candidat à sa succession.

 
 

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et ex-président du CFCM, a été élu président d’honneur. Les 58 membres du conseil d’administration — élus pour les deux tiers le 5 juin dans les régions, et désignés pour les autres — étaient réunis près de Paris pour élire leur président et leur bureau exécutif.

La rencontre se tenait dans un climat de division suite à l’appel au boycott de la fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris (GMP) et de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). Le CFCM a été créé en 2003 par le gouvernement pour être l’interlocuteur des pouvoirs publics pour toutes les questions liées à l’islam.

Le Conseil représente 4 à 5 millions de musulmans en France, loin d’être tous pratiquants. Il regroupe des fédérations de différentes sensibilités, certaines proches de l’Algérie comme la GMP, d’autres pro-marocaines mais aussi turques ou afro-antillaises, ou encore proche des Frères musulmans comme l’UOIF.

 

 

Source: http://www.lemonde.fr/

03/06/2011

2 000 musulmans rassemblés chez Martine Aubry !

« UNITE » ! C’est le slogan des socialistes, ça… Le rassemblement a eu lieu à Lille, fief de Martine Aubry, comme par hasard… Elle a du être contente, Martine: des musulmans partout dans sa ville. Que du bonheur !

FDF

.

Lille : la grande mosquée de Paris rassemble ses troupes…

Plus de 2000 musulmans ont participé à Lille Grand Palais, jeudi, au premier rassemblement européen de la fédération nationale de la grande mosquée de Paris. Une réunion « historique » sur fond de tensions internes.


Alors que se tiennent dimanche les élections au Conseil français du culte musulman (CFCM), auxquelles la Grande mosquée de Paris refuse de participer contestant leur représentativité, le rassemblement lillois s’est déroulé cet après-midi en présence, entre autres, du recteur Dalil Boubakeur et d’Abdelkader Aoussedj, président de la fédération régionale du Nord de la Grande mosquée de Paris, ainsi que d’un membre du gouvernement algérien.

Dalil Boubakeur a mis en garde contre toute tentation d’ignorer le rôle de cette institution dans l’organisation de l’islam de France, trois jours avant le renouvellement des instances du CFCM. « Attention: on ne pourra pas construire un islam de France sans la Grande mosquée de Paris » (GMP), a averti M. Boubakeur.

« Ignorer la GMP serait irresponsable, ce serait une injustice gratuite et une insulte à la mémoire des soldats musulmans qui, par centaines de milliers, se sont sacrifiés pour la France« , a-t-il insisté

La GMP a décidé de ne pas participer aux élections du Conseil français du culte musulman (CFCM) qui renouvelle dimanche ses conseils régionaux, lesquels éliront le 19 juin les instances nationales. La GMP conteste le mode électoral affectant une représentation en fonction de la superficie des lieux de culte.

Pour M. Boubakeur, « la foi ne s’est jamais mesurée au mètre carré ». Le recteur a réclamé une « juste place » pour les adhérents de la fédération de la GMP qui « ne sauront se contenter d’un simple strapontin électoral ».

« Il va de soi que la fédération de la GMP a toute sa place dans cette institution », a répondu dans son allocution M. Bouvier, directeur de cabinet du préfet de la région Nord-Pas-de-Calais.

Proche du gouvernement algérien, la GMP est l’une des plus importantes composantes du CFCM avec le Rassemblement des musulmans de France (RMF), proche du Maroc, et
l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans. Cette dernière aussi ne participe pas aux élections de dimanche et du 19 juin. Les Algériens soupçonnent leurs rivaux marocains de financer l’acquisition de lieux de culte pour avoir plus de représentants au CFCM.

Source: http://www.nordeclair.fr/

28/05/2011

Avis de tempête sur l’Islam de France: les prochaines élections du conseil régional du culte musulman s’annoncent mal…

Incapables de gérer, les muzz…Toujours en situation de conflit.

On ne voit pas ça dans les Conseils Régionaux de France. Même s’il y a des mésententes, ça se règle entre « gens de bonne intelligence ». Mais jamais ne se produit un tel désordre…

FDF

.

Rhône-Alpes : Tempête sur le conseil musulman…

Les dernières élections au conseil régional du culte musulman

Les dernières élections au conseil régional du culte musulman

Le 5 juin prochain, devrait avoir lieu partout en France, le vote pour le renouvellement du Conseil Français du Culte Musulman. Un vote qui s’annonce sur fond de dissensions au sein des différents courants de cette instance.

Créé en 2003 par le Ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, le Conseil Français du Culte Musulman se renouvelle tous les 3 ans. C’est le 5 juin prochain qu’a lieu le vote pour élire les délégués de toutes les Régions de France.

Avis de tempête:

Le renouvellement des instances représentatives de l’Islam de France s’annonce houleux.

L’ajournement est même à l’ordre du jour.

En Rhône-Alpes, environ 84% des lieux de culte musulmans , dont la grande mosquée de Lyon, ont décidé de boycotter ces prochaines élections.
Ce sont les critères de représentativité retenus pour le scrutin, qui posent problème.

Au bout du compte, « seulement 16% des associations de la région se sont inscrites pour ce scrutin, contre 80% lors des dernières élections de 2008 », précise le président du Conseil régional du culte musulman, Azzedine Gaci.

« Ces élections n’ont plus aucun sens dans notre région, où il y aura probablement une seule liste, celle des Marocains du Rassemblement des musulmans de France (RMF) », ajoute M. Gaci.

Azzedine Gaci plaide pour un report du vote au delà des élections présidentielles, pour qu’un scrutin ne soit pas l’otage d’un autre : « il est encore temps de les reporter après les élections présidentielles de 2012 si on veut donner à cette représentation des chances de réussir, en s’accordant sur de nouveaux critères de représentativité ».

Les raisons de la colère

Le nombre des délégués varie selon la surface de la mosquée. Exemple : 100 mètres carré = un délégué; 800 mètres carré =15 délégués.« Or, leur rayonnement est parfois inversement proportionnel à leur superficie », estime M. Gaci, parlant des mosquée en centre-ville où les fidèles prient dans la rue faute de place.

Le CRCM Rhône-Alpes est « le plus important de France – la région Ile-de-France étant divisée en trois – et l’un des plus actifs », a souligné son président, se disant « convaincu de l’utilité et de l’importance de cette institution au niveau régional ».

Source: http://alpes.france3.fr/

27/04/2011

Au moins là, le message est clair…

Là, « ils » y vont un peu fort, les muzz. La haine dans toute sa splendeur (si on peut utiliser ce mot dans ce cas précis).

Réagissons avec au moins la même hargne…

FDF

.

Mort à la démocratie et expulsion des Belges qui s’opposent à la sharia en Belgique

Le message est plus que clair. Ecoutez la vidéo jointe dans la source et faites passer le message à ceux qui s’obstient à dire et à croire que l’islam est compatible avec la démocratie… et qu’il n’y a pas de stratégie de conquête pour les fous d’Allah !  

Que fait le Conseil Français du Culte musulman pour essayer de rassurer les Français qui pourraient croire que de la Belgique à la France il n’y a qu’un pas trop facile à franchir, puisque la France est le pays d’Europe où il y a le plus de musulmans ? 

Source et vidéo: http://christinetasin.over-blog.fr/article-mort-a-la-democratie-et-expulsion-des-belges-qui-s-opposent-a-la-sharia-en-belgique-72647965.html

03/03/2011

Islam et laïcité: prenez garde… Terrain miné.

Excellente analyse… C’est à NOUS de dicter et d’imposer la pratique de l’islam aux musulmans sur notre territoire. Et pas le contraire. On ne peut que tolérer, cette idéologie et sous NOS conditions. Et ne pas laisser cela devenir une affaire d’Etat à des fins électoralistes, comme NOTRE gouvernement est en train de le pratiquer. On abandonne la France au profit d’un islam jugé prioritaire. C’est la fin de tout, là…

FDF

.

Depuis une génération, les fondements de notre société subissent une pression religieuse sans précédent. L’islam frappe à toutes les portes de la République et s’efforce de pénétrer notre arsenal juridique pour obtenir un droit de cité de plus en plus large. Nous aurions tort de ne pas prendre garde à ce phénomène, car son développement risque de bouleverser ce qui fait l’essence de la France.

À l’époque gallo-romaine, le christianisme a supplanté les vieilles croyances païennes, mais cette évolution spirituelle s’est faite de l’intérieur, contrairement à ce qui se produit aujourd’hui. La deuxième religion de France est totalement importée. Pour des raisons historiques, d’abord, du fait de la décolonisation ; par maladresse, ensuite, en accordant la nationalité française selon des procédures automatiques aux enfants de parents étrangers nés sur notre sol ; par la mise en place, enfin, de politiques d’immigration qui ont facilité l’accès à notre territoire de populations en majorité musulmanes.

L’effet de masse a fait le reste. Des revendications inconnues jusqu’ici se manifestent, les unes derrière les autres, jamais en bloc. Elles ne procèdent probablement pas d’une manoeuvre délibérée, mais leur succession constitue un piège qui fonctionne à merveille, car il nous contraint à réagir au coup par coup. On mesure bien la fragilité de la riposte, qui s’exprime par des mesures d’interdiction, souvent difficilement applicables. Si l’école a su faire respecter la réglementation du port du voile, c’est parce que l’opposition à cette marque ostentatoire de religion a fait l’objet d’un large consensus, notamment au sein du monde enseignant, vigilant gardien de la laïcité. D’autres sujets, comme le port de la burqa ou la construction de lieux de culte, sont sources de débats et il faudra du temps pour que la justice dégage une jurisprudence qui s’imposera à tous les tribunaux, lesquels tranchent aujourd’hui dans des sens divers.

Si nous pensons faire front en élevant des barrières juridiques chaque fois que nos fondements culturels et politiques sont menacés, nous échouerons, car elles sauteront toutes les unes après les autres, par difficulté à les faire appliquer. Nous serons victimes de nos propres règles, tout bonnement parce que la pratique de l’islam, si éloignée de nos moeurs enracinées dans la morale judéo-chrétienne, exigera, au nom des libertés fondamentales, le droit à la nourriture halal, le droit à la pratique traditionnelle du culte à l’école et sur les lieux de travail, le droit pour un musulman d’obtenir la garde d’un enfant issu d’un couple mixte, conformément à la loi musulmane, etc.

On commence à faire appel à un islam de France, en se fondant sur l’organisation cultuelle mise en place ces dernières années. Idée cartésienne bien de chez nous, mais sans efficacité et sans avenir. L’influence du Conseil français du culte musulman sera toujours limitée, puisque l’islam, échappant à toute structuration hiérarchisée, est étranger à nos formes d’organisation. Rien ne garantit en outre son invulnérabilité à des idéologies venues de l’extérieur.

Pendant ce temps, la charia gagne du terrain dans les banlieues, dans certains milieux éducatifs, dans l’entreprise, dans le commerce, avec ces chaînes de distribution et d’alimentation qui s’adaptent à la demande d’une clientèle musulmane, quand elles ne la précèdent pas. On ne sert plus de porc dans les avions, car il est plus simple de procéder ainsi que de proposer deux menus. On tend à banaliser la pratique d’exception, par commodité, sans s’apercevoir qu’elle devient la norme. Qui peut croire que nous pouvons continuer sur cette voie sans dommage pour l’équilibre de notre société ?

Il faudra bien dire que ces dérives sociales ne sont pas compatibles avec l’ordre public français, celui qui exprime l’état de nos moeurs, en évolution constante et dont il revient au juge de préciser le contenu. Rôle redoutable, confié aux magistrats, alors que le bloc de l’institution judiciaire montre des fissures qui ne doivent s’élargir à aucun prix.

Alors, que faire ? Commençons par faire preuve de lucidité. Notre politique de la ville est un désastre qui a englouti des milliards d’euros. Des associations ont alimenté avec l’argent du contribuable un esprit communautariste au lieu de favoriser l’intégration, à défaut de l’assimilation. Nous voilà avec des centaines de milliers de Français malgré eux, qui, à ce titre, présentent une force revendicative que nous aurons du mal à contenir, et une immigration clandestine dont le poids est à redouter.

Un coup d’arrêt s’impose pour dire clairement que la charia est incompatible avec nos principes républicains et notre culture héritée de deux mille ans d’histoire. Sans doute faudra-t-il préciser, en ranimant les vertus de la laïcité, les conditions dans lesquelles la religion musulmane peut être pratiquée sur le sol national. Tâche délicate, mais si nous ne le faisons pas, nous devrons vivre dans une autre France, et nombreux seront ceux qui ne l’accepteront pas. Il sera alors trop tard pour le regretter…

Source: http://www.valeursactuelles.com/


08/12/2010

« les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ». Michel Audiard

 

Des musulmans voudraient faire interdire nos Assises sur l’islamisation de l’Europe ! Ils se croient en Iran ?

« Décidément, comme le disait Audiard dans Les Tontons flingueurs, « les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ». En l’occurrence ici ce sont certes, aussi, des cons mais en plus ce sont des cons dangereux. Qu’on en juge.

Quand, le 30 septembre dernier, le Conseil Français du Culte musulman a jugé scandaleux que l’on puisse s’interroger, en France, sur l’éventuel lien entre islamisme, immigration et danger (ce qui est son droit et convient tout à fait à son rôle de défenseur du Coran qui interdit la liberté d’expression, au mépris de la loi française dont le CFCM se contrefiche et voudrait voir vouée aux gémonies), il a osé demander l’interdiction du débat au sein de l’Assemblée nationale. Et l’a obtenu de Bernard Accoyer, qui s’est prosterné devant cette demande incongrue et scandaleuse dans un Etat laïque.

Cette fois-ci, ce sont nos assises sur l’islamisation de l’Europe, qui auront lieu le 18 décembre à Paris, qui sont dans le collimateur d’un des groupuscules musulmans qui sévissent sur le net et essaient d’imposer la charia en France comme ils le font en Angleterre.

Le principal argument de nos opposants nous fait diablement plaisir, puisqu’ils fustigent la « libération de la parole islamophobe ». Mais oui, la parole islamophobe se libère, elle s’envole et passe par-dessus les remparts de la bien-pensance, et nous jubilons. Oui nous sommes islamophobes et nous tournons ce mot dans la bouche comme un délicieux bonbon, d’une douceur extrême, avec juste ce qu’il faut d’âcreté pour que le plaisir soit complet. Oui nous avons peur de l’islam, oui nous n’aimons pas l’islam et nous en sommes fiers. Cela prouve que nous sommes humains, que nous sommes les héritiers des Lumières, que nous ne sommes pas soumis aux diktats imbéciles, dangereux et moyenâgeux d’un quelconque chamelier inculte, que nous respectons les femmes, que nous ne les cachons pas sous des sacs à patates, que nous ne les battons pas, que nous respectons chaque être parce qu’il est un être humain et non pas en fonction de son origine, sa religion, son sexe ou sa sexualité… Bref nous sommes islamophobes parce que nous sommes des hommes et des femmes et non des veaux.

Alors on se régale de ce site qui voudrait prouver que le Bloc Identitaire, le site Action Sita, Michèle Vianès, ou Oscar Fraysinger sont de monstrueux fascistes ; en effet, tout ce qui leur est reproché constitue à nos yeux des croix de Lorraine, des médailles de la Résistance. Lutter contre la construction de mosquées où se propagent des discours et des règles contraires aux lois de la République ? Une médaille ! Lutter contre la burka qui enferme la femme et en fait moins qu’un animal ? Une médaille ! Dénoncer la charia incompatible avec les lois de la République ? Une médaille ! Organiser un apéro saucisson-pinard pour renouer avec l’identité française ? Une médaille ! Demander l’expulsion des étrangers criminels ? Une médaille ! Dénoncer les attaques contre la République, la laïcité et les femmes ? Une médaille ! S’interroger sur les liens entre islamisation et danger pour la France ? Une médaille !

Or, tout cela, pour nos tristes sires qui manquent sérieusement de vocabulaire, serait raciste et xénophobe. Faites du grec, bande d’ignares, vous y découvrirez que l’islam n’est pas une race ni un être étranger mais une idéologie Qu’on a donc le droit, que dis-je, le devoir, de la combattre comme il était du devoir de nos grands-parents de combattre le nazisme. Nonobstant leur absence d’auto-critique, nos censeurs voudraient bien recommencer le coup du 30 septembre et faire interdire notre meeting en faisant intervenir qui le préfet, qui l’UMP…

Ils se croient où ? En Algérie où l’on se retrouve en prison –pendant 4 ans ! – pour avoir mangé pendant le ramadan ? Au Maroc où l’on se retrouve en prison pour avoir enseigné le christianisme ? En Iran où l’on se retrouve fouettée ou condamnée à la lapidation au moindre prétexte ?

Nous sommes en France et nous ne cèderons pas. Nous n’aurons pas peur du climat de terreur et de violence que des associations musulmanes et des individus veulent imposer dans nos quartiers, dans nos écoles, dans nos villes, pour nous faire accepter la loi islamique. Non, nous ne nous laisserons pas faire, nous ne plierons pas devant les pressions des responsables musulmans, pas plus que devant celles, quotidiennes, que vivent ceux qui se retrouvent de plus en plus isolés dans nos « territoires perdus ». Est-il normal, comme on nous le racontait la semaine dernière dans un banquet républicain à Bordeaux, que des jeunes venus du 95 (vous avez bien lu, pas du 93) confient leur soulagement de pouvoir venir habillés correctement au travail au lieu d’être obligés de quitter leur cité en jogging et de se changer en arrivant dans l’entreprise pour « être dans le moule » pour ne pas « faire son français » ? Est-il normal que dans certains collèges difficiles les choses aillent un peu mieux quand les Français, athées ou catholiques, devenus plus que minoritaires, baissent la tête et permettent aux autres d’imposer leur loi, réinventant sans le savoir le statut de dhimmi en terre d’islam ?

Messieurs les censeurs, messieurs les fossoyeurs de la liberté, continuez vos menées subversives, continuez de faire pression sur des élites qui vendent la France et nos valeurs, les Français n’en seront que plus nombreux à se lever et à vous interdire d’interdire…

Christine Tasin

 

source : ripostelaique.com

17/11/2010

Assises internationales sur l’islamisation samedi 18 décembre 2010 à Paris.


Défendre la laïcité, défendre les valeurs de notre civilisation
Le 18 juin 2010, 70 ans après l’appel du Général de Gaulle, 25 associations avaient décidé d’organiser un apéro saucisson-pinard, dans le quartier de la Goutte d’Or.
Cette initiative trans-courant avait permis de rompre le silence autour des prières musulmanes illégales, qui, depuis des années, bloquent des rues parisiennes plusieurs heures tous les vendredis, cela grâce à la complicité bienveillante des autorités politiques.
Le rassemblement apéro saucisson-pinard avait ainsi contribué à la libération de la parole sur l’offensive de l’Islam en France.

Six mois plus tard, le 18 décembre 2010, un nouvel événement d’ampleur internationale se tiendra en France. Les principaux initiateurs de l’apéro saucisson-pinard organisent des « Assises internationales » sur l’islamisation de nos pays, rassemblant, à Paris, de nombreuses personnalités, intellectuels, hommes politiques, journalistes, pour échanger sur la réalité des différents pays européens, dont la France.

Parmi les invités, Oskar Freysinger, artisan de la votation citoyenne contre les minarets en Suisse, prendra la parole pour la première fois en France.

La votation suisse contre les minarets, en 2009, a montré l’ampleur de l’inquiétude des électeurs. La progression de Geert Wilders aux Pays-Bas, celle de la Ligue du Nord en Italie et le succès du livre de Thilo Sarrazin, en Allemagne, montrent que les Français ne sont pas les seuls à s’inquiéter de la progression d’une idéologie politico-religieuse de plus en plus agressive.

Nous avons vu, en France, le 29 septembre dernier, le président de Conseil Français du Culte Musulman, Mohammed Moussaoui, sommer le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, d’interdire une réunion politique dont le thème lui déplaisait, à l’Assemblée nationale… Et ce dernier d’obtempérer !

Aujourd’hui, le bilan est sans appel. Dans différents pays européens, nous constatons une progression de revendications religieuses communautaristes, montrant que dès que le rapport
de forces leur est favorable, les fondamentalistes musulmans cherchent à imposer la charia, la loi islamique, au détriment des lois du pays.

Face à l’offensive de l’islam qui demeure profondément incompatible avec les valeurs de notre civilisation, les orateurs de l’événement du 18 décembre 2010 apporteront des pistes pour engager la résistance !

Bientôt plus d’informations.

Restez à l’écoute, restez connectés.

CONTACT : Bloc Identitaire
BP 13
06301 NICE cedex 04

email-petit : info@bloc-identitaire.com
telephone-petit : Permanence : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00)
telephone-petit : Service Communication : 06 78 79 31 81
internet-petit : www.bloc-identitaire.com
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013
Twitter : http://twitter.com/blocidentitaire

15/11/2010

France: le pays d’Europe où l’intégration des musulmans se passe le moins mal.

Pillé chez: http://puteaux-libre.over-blog.com/

.

La France montre une défiance croissante à l’égard de l’islam du journal La Croix.

L’islamophobie aurait en partie supplanté un racisme « ordinaire » visant les Maghrébins

Mahi porte la barbe, une barbe qui marque son attachement à l’islam. Lorsqu’il prend les transports en commun, à Marseille, cet éducateur spécialisé lit régulièrement dans les yeux des autres passagers une forme de défiance, voire de crainte. « Beaucoup hésitent à s’asseoir à côté de moi, quand ils ne changent pas carrément de wagon », déplore-t-il.

(Rien ne l’oblige à vivre cela ! Il peut vivre comme tout le monde et non de démontrer d’une manière ostentatoire son option religieuse. Il récolte ce qu’il sème. A ce niveau de réflexion, c’est de l’hypocrisie)

De tels comportements, constate-t-il, sont plus ou moins fréquents, selon les soubresauts de l’actualité. « Qu’Al-Qaida revendique un attentat quelque part dans le monde, et la suspicion reprend le dessus », note cet homme de 36 ans, qui dit aussi avoir vécu douloureusement « en tant que citoyen et musulman » le récent débat autour du voile intégral. « Quel signal la représentation nationale donne-t-elle à la population quand elle vote une loi en faisant fi de l’avis défavorable du Conseil d’État ? » s’interroge-t-il.

(Le conseil d’état ne peut donner qu’un avis. Nous connaissons tous sa composition qui est surtout de gauche. Clairement, le pouvoir reste aux parlements.)

Ce qui est sûr, veut croire Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, c’est que « l’on est passé d’un racisme “ordinaire”, anti-maghrébin, anti-arabe, à une hostilité, voire une haine visant l’islam ». Ce phénomène se traduit, affirme-t-il, par une multiplication, ces dernières années, des dégradations de mosquées ou de sépultures. « De même, de plus en plus de femmes portant le voile sont insultées ou agressées. » (Mohamed Mouassaoui est l’homme qui est intervenu auprès de Bernard Accoyer Président de l’Assemblée nationale pour interdire une réunion politique sur « l’islam et l’immigration » dans les locaux de l’Assemblée. En conséquence en terme de leçons, il est plutôt mal placé. D’autant qu’il n’est pas encore naturalisé français).

Islamophobie ? «terme imposé par des islamistes»

Pour Mohammed Moussaoui, il n’est pas question d’empêcher la critique des fondements de l’islam, (ce qu’il a fait ) « pleinement recevable quand elle s’inscrit dans une logique de connaissance et de dialogue », mais de condamner les manifestations violentes qui visent les institutions et les personnes.

Cela étant, la loi sur le voile intégral a elle aussi favorisé les amalgames entre une pratique marginale, qui ne constitue en rien une obligation coranique, et l’ensemble des musulmans de France. « Beaucoup parmi nous reprochent à cette frange radicale apparue récemment et qui voudrait imposer aux femmes le port du voile intégral d’avoir provoqué une stigmatisation générale. Mais en même temps, la généralisation a contribué à créer des solidarités… »

Faut-il pour autant parler d’« islamophobie » ? Dominique Sopo s’y refuse. Le président de SOS Racisme rejette en tout cas ce terme qui a été « imposé par des islamistes désireux d’introduire une confusion entre critique de la religion et racisme ».(Pour une fois qu’il est cohérent)

«Une tendance à “islamiser” de façon abusive des questions sociales»

Il n’empêche. Dominique Sopo constate lui aussi la montée d’une haine anti-musulmans liée au reflux d’un racisme fondé sur la biologie ou les origines. « La figure du musulman a, dans le débat public, remplacé celle du beur ou de l’Arabe. On enferme les 4 à 5 millions de Français d’origine arabo-musulmane dans une identité religieuse alors qu’ils sont, dans leur immense majorité, sécularisés, ou qu’ils considèrent le Ramadan comme un repère essentiellement culturel », analyse-t-il.
(Sopo est dans son délire habituel lorsqu’il rejette les demandes concernant les salles de prières dans les entreprises, les restaurants halal séparés des non-croyants, le halal dans les restaurants, etc. La situation a empiré en 10 ans et ce n’est pas par hasard La réaction des français est naturelle face à l’exigence et au toujours plus islamisant).
« Les élites n’acceptent pas que des populations qui, il y a trente ou cinquante ans, rasaient les murs et baissaient la tête, manifestent tranquillement (Il ne manque pas d’air compte tenue des occupations des rues de interdictions de manifestations anti occupations de ces rues comme des réunions de type saucissons-pinard) leurs pratiques culturelles et religieuses. Aujourd’hui être antiraciste, c’est reconnaître l’égalité entre toutes les personnes, à condition qu’elles se conforment aux lois de la République », soutient Dominique Sopo.(Mais alors pourquoi ne porte-t’il pas plainte contre les rapeurs qui appellent à tuer des « faces de craie » et des policiers)

Présent depuis une quinzaine d’années, le thème de l’islam fait souvent l’objet d’une instrumentalisation.(Là le gros mot est lâché. Contester l’islam devient dans le journal La Croix une instrumentalisation! Chapeau le chrétien)

«Apéro saucisson et pinard»

« Il existe une tendance à “islamiser” de façon abusive des questions sociales, économiques ou culturelles, sans que cela se traduise forcément par des phénomènes de rejet ou de discrimination, analyse Vincent Geisser, chercheur au CNRS et auteur en 2003 d’un ouvrage intitulé La Nouvelle Islamophobie (La Découverte). Beaucoup s’engouffrent dans le débat sur l’islam pour exprimer, de façon assez fédératrice, des craintes assez ordinaires: chez les féministes, ce sera le recul de la condition de la femme; chez les enseignants, la perte des acquis de l’école publique ; chez les laïcs, une remise en cause de la laïcité, etc. » (Car bien entendu l’islam est une voie pour la liberté de la femme. L’enseignement de la shoah est libre dans les écoles de la République)

C’est effectivement le discours que tient sur un mode très radical, voire provocateur (Ben voyons) , le site ripostelaique.com, qui revendique 30 000 abonnés à sa lettre d’information hebdomadaire. Comme lorsqu’en juin dernier, il appelle, avec le Bloc identitaire (extrême droite), à tenir en plein Barbès un « apéro saucisson et pinard ».
Son rédacteur en chef, Pierre Cassen, qui se présente comme étant « de gauche, laïque et républicain », reproche à son propre camp (?) de « sous-estimer, au nom d’un certain relativisme, d’une mauvaise conscience, voire d’une culpabilité post-coloniale, l’offensive islamisante, principal danger pour nos valeurs et notre civilisation ».

«Le pays d’Europe où l’intégration des musulmans se passe le moins mal»

À entendre cet ex-trotskiste, (Si on ne l’avait pas compris qu’il était un ancien communiste là c’est fait. Comme si on ne pouvait pas évoluer et comprendre. On voit bien un journaliste du journal la Croix faire de « l’islamisation correct« ) et à force d’accommodements « prétendument raisonnables », les musulmans les plus militants demanderaient à la République de s’adapter à leurs dogmes. « Sans aller jusque-là, nombre de Français, constatant que le cours du capitalisme ne leur laisse plus de prise sur l’avenir, se sont recentrés sur des conceptions républicaines très rigoristes », constate Stéphane Rozès, président de CAP (Conseils, analyses, perspectives). Une argumentation à côté de la plaque qui ne ressemble à rien.
Pour autant, souligne le politologue, la France reste « le pays d’Europe où l’intégration des musulmans se passe le moins mal ». À preuve, dit-il, dès la deuxième génération, une bonne partie d’entre eux font leur vie avec un conjoint non musulman. (Et on termine sur la petite note classique de l’intégration réussit par le mariage sans même tenir compte des mariage blanc ou arrangés) Pitoyable.

Denis PEIRON

30/09/2010

Pas de débat sur « immigration et islamisme » à l’Assemblée Nationale !

On ménage encore une fois la communauté musulmane… Nos élus plient une nouvelle fois le genou devant les islamistes. Nos élus offrent une France soumise aux musulmans…


Accoyer obtempère sur le champ à une fatwa de Moussaoui : il annule le débat !

FDF

.

L’Assemblée n’accueillera pas un débat controversé sur « immigration et islamisme »

L’Assemblée nationale a indiqué mercredi soir qu’elle n’accueillerait pas un débat organisé par le parti de la Droite libre intitulé « immigration, islamisme, la France menacée ? »

Dans un communiqué laconique, l’Assemblée nationale fait savoir que cette réunion « ne se tiendra pas dans ses locaux ».

Selon une source parlementaire, le député (UMP) du Nord Christian Vanneste, qui devait intervenir à ce débat, avait souhaiter réserver une salle afin de l’organiser mais les services de l’Assemblée « n’ont pas répondu favorablement à sa demande ».

Sur son site, La Droite Libre se présente comme un mouvement « libéral-conservateur associé à l’UMP », ce que l’UMP nie.

Ce parti ainsi qu’un autre mouvement, Riposte Laïque, s’étaient associés à la démarche anti-islam du Bloc Identitaire lorsque ce mouvement d’extrême droite avait voulu organiser un apéro-géant « saucisson-pinard » dans le quartier multi-ethnique de La Goutte d’Or (XVIIIe arrondissement parisien), le 18 juin dernier. Le rassemblement avait été interdit.

Dans un communiqué, le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’était ému « qu’un débat organisé par des personnalités connues pour leurs prises de position outrancières et caricaturales à l’égard de l’islam et des musulmans puisse se tenir dans un lieu hautement symbolique, garant de l’égalité et de la fraternité entre les citoyens ».

Le CFCM « dénonce avec force l’amalgame inacceptable qui découle de cette association malheureuse et scandaleuse entre la religion musulmane et le débat sur l’immigration ».

Christian Vanneste avait initialement réservé une salle au siège de l’UMP mais le parti avait fait savoir qu’il ne tenait pas à ce que la réunion ait lieu dans ses locaux.

Source: http://tinyurl.com/2wgstj3

Lire à ce sujet: http://tinyurl.com/2angb3x

25/09/2010

Les musulmans « citoyens responsables »? Ah bon? Y’a longtemps?

Les musulmans ok pour la loi anti-burqa, mais sous certaines « de leurs » conditions… Ils ne sont pas chez eux (au fait, c’est où, chez eux?) mais ils posent des barrières. Des barrières intégristes.

FDF

.

Le 23 septembre, pendant que les syndicats manifestaient à propos des régimes de retraites, le chef de l’État recevait à l’Élysée une délégation bien particulière…

On nous les présente désormais comme les « responsables de la communauté musulmane de France ». Ce point mériterait à lui tout seul une réflexion. Car l’idée d’une « communauté » dont ces gens détiendraient une « responsabilité », si l’on voit bien sur quel précédent il a été copié, n’en devient pas légitime pour autant, ni même légal. Dans notre droit, cela n’existe pas.

On nous précise aussi que cet accueil fait à quelques notables intervenait en fait « dix jours après l’adoption définitive par le Parlement » de la loi sur la burqa. Et il paraît que ce texte « a suscité de nombreuses controverses en France et à l’étranger. » Ici le mot « controverse » fait une apparition opportune et non fortuite.

La petite délégation a donc « appelé au respect de la loi interdisant le port du voile intégral, tout en souhaitant que son application ne soit pas une source de stigmatisation. » Stigmatisation : encore un mot qui ne veut rien dire mais qui, placé au bon endroit remet en cause tout l’énoncé précédent.

M. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et ses compagnons ne manquent pas d’air. « Pour nous, en tant que citoyens responsables, le temps du débat est passé, la loi est votée », ont-ils concédé,, tout en prétendant exhorter « bien sûr les musulmans de France à respecter la loi ».

L’expression de « citoyens responsables » nous interpelle. Citoyens sans doute, mais de quelle cité ?

Par curiosité, on peut encore consulter sa fiche sur Wikipedia. Elle comporte à ce jour [24 septembre 2010] la mention bien significative : « Cet article est une ébauche concernant le Maroc. » Certes la fameuse encyclopédie virtuelle se trompe souvent et trompe ses utilisateurs, sur les personnalités touchant à la politique. Je ne crois pas cependant que l’impression ait été faussée en l’occurrence par de mauvaises intentions. Très flatteuse pour l’intéressé, tout donne à croire qu’il l’a rédigée lui-même.

Le conseil « français » du culte musulman, outre qu’à ma connaissance l’islam ne doit pas être tenu pour « un culte » mais pour une prédication et un système politico-juridique (1), reflète surtout désormais les luttes de tendances entre Marocains, Turcs et Saoudiens. (2)

Cette observation objective appelle une remarque subjective : les citoyens marocains, ou turcs, [ou algériens, depuis l’indépendance de ce pays] ou saoudiens résidant en France ne sont pas, en principe, appelés à débattre de nos lois. Leur approbation ne se négocie pas. L’aller simple pour Rabat ne coûte pas très cher.

Généreusement donc M. Mohammed Moussaoui déclare : « Nous ferons tout le travail de pédagogie nécessaire pour permettre à ces femmes qui portent le voile intégral de se conformer à la loi » mais il marque les limites de cette application de la loi en ajoutant qu’ils veilleront « à ce que, en termes d’application, cette loi ne stigmatise pas les citoyens de confession musulmane »...

Suite et source: http://tinyurl.com/38ju9bh

12/08/2010

Piqûre de rappel. 4 septembre 2010: apéritif républicain !

12 juillet 2010

sitavirus
Pour le 140e anniversaire de la troisième République, le 4 septembre 2010, rassemblons-nous à Paris, Bordeaux, Toulouse… pour un apéritif républicain et laïque qui témoigne de notre volonté que la loi républicaine élaborée par tous demeure au-dessus de toute autre loi, religieuse ou coutumière.
L’ennemie de la République est la charia, l’ensemble des préceptes islamiques, car elle refuse la démocratie, l’égalité homme-femme, les libertés de penser, de croire ou de ne pas croire, le droit au blasphème… Bref, la charia, qui est l’application stricte pour tout musulman de la loi coranique, s’oppose totalement aux valeurs universelles que les Lumières et la révolution française ont apportées à la France et à de nombreuses nations du monde entier et qui ont abouti, entre autres, à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
On rappellera au passage que même la Cour européenne des droits de l’homme a par deux fois estimé que « la charia est incompatible avec les valeurs universelles des sociétés modernes »: une première fois dans un arrêt qui légitime l’interdiction du voile islamique, une deuxième fois par un arrêt qui légitime la dissolution d’un parti politique turc qui prônait l’instauration de la charia.
Nous demandons donc la dissolution de tous les partis, associations et organismes qui promeuvent la charia et nous demandons au Conseil Français du Culte musulman de condamner la dite charia.
Que chacun apporte son pique-nique, constitué de produits du terroir français, et son bonnet phrygien ; des moyens d’agir pour obtenir ce que nous voulons seront envisagés lors de cette rencontre festive et militante.
Les lieux et horaires précis seront indiqués ultérieurement.
Vous pouvez signaler que vous participerez à la manifestation en vous inscrivant sur le groupe facebook créé à cet effet et sur la messagerie de Résistance républicaine (s’il y a suffisamment de demandes pour d’autres villes, il n’est pas exclu que des comités locaux de Résistance républicaine puissent proposer cet apéritif ailleurs qu’à Paris, Bordeaux et Toulouse, à chacun de s’inscrire en précisant la ville où il compte ou espère participer).
Tous ceux qui veulent se joindre à Résistance républicaine sont les bienvenus, particuliers ou associations, à condition qu’il n’y ait d’autre drapeau que le drapeau français et aucun signe, objet, slogan, banderole… revendiquant une appartenance ou une idéologie politique. Nous nous rassemblerons au nom de la République avec un seul mot d’ordre « non à la charia ».
Association organisatrice : Résistance républicaine http://resistancerepublicaine.fr/accueil.htm

<>