Francaisdefrance's Blog

23/02/2011

Un autre clou dans le cercueil du multiculturalisme…

Le Conseil de l’Europe met en garde contre le multiculturalisme !


Conseil-de-leurope
________________________________

Le Conseil de l’Europe, gardien de la Convention européenne des droits de l’homme, a appuyé le nombre croissant de chefs de gouvernement ayant constaté l’échec du multiculturalisme, lequel constitue une menace à la sécurité.

«Nous constatons maintenant que le multiculturalisme permet à des sociétés parallèles de se développer au sein des États », a déclaré Thorbjørn Jagland, secrétaire général du Conseil, dans une interview au Financial Times. « Il faut arrêter cela. Il est également manifeste que certaines sociétés parallèles ont développé des idées radicales qui sont dangereuses. Le terrorisme n’est pas acceptable.»[…]

Mr Jagland a déclaré que les dirigeants européens [Angela Merkel, David Cameron, Nicolas Sarkozy] avaient ouvert un « important débat » qui doit être poursuivi. « Nous devons éviter de nous méprendre sur le multiculturalisme, car la diversité des cultures est souhaitable. Nous devons toutefois mettre l’emphase sur ce qui assure la cohésion de la société. » Les trois dirigeants européens ont invoqué l’identité européenne déterminée par les valeurs communes et les droits fondamentaux enchâssés dans la Convention européenne des droits de l’homme, y compris l’égalité entre les sexes et l’interdiction du mariage forcé. «Nous ne devrions pas accepter des attitudes et des comportements contraires à ces principes», a-t-il dit.

M. Ja gland a ajouté que les récents événements en Afrique du Nord montrent le danger de permettre à l’Europe d’affaiblir les droits humains au nom de la tolérance des différences culturelles ou ethniques. « Le respect des droits de l’homme est une question de sécurité. Lorsqu’il n’y a pas de droits humains, il y a de l’instabilité dans la société », a-t-il dit. […]

Le Conseil de l’Europe a demandé à un groupe formé d’universitaires éminents et d’anciens politiciens de formuler des recommandations sur la façon dont les gouvernements peuvent faire face aux défis posés par la diversité culturelle croissante. Le groupe déposera son rapport en mai.

Source : Council of Europe warns on multiculturalism, par Peggy Hollinger, Financial Times, 16 février 2011

D’après une info lue sur: http://www.postedeveille.ca/

15/12/2010

Trafic d’organes sur des détenus au Kosovo !

Pour mémoire: 90 % de la population environ est de tradition musulmane[37], principalement sunnite avec une minorité bektachie[38]. L’islam est la religion de la majorité des Albanais, des Bosniaques, Turcs, Gorans, et de certain Roms, Ashkali et Égyptiens. Environ 7% de la population est de tradition catholique romaine. La population serbe est très largement de tradition chrétienne orthodoxe.

FDF

.

Des membres de l’Armée de libération du Kosovo (UCK), le mouvement indépendantiste kosovar albanais à la fin des années 90, se sont livrés à un trafic d’organes prélevés sur des prisonniers serbes en 1999 et 2000, affirme le Conseil de l’Europe dans un rapport rendu public  à Strasbourg. Le gouvernement kosovar a aussitôt réfuté ce rapport avec force, le qualifiant de « fabrications » ayant pour « objectif de jeter l’opprobre sur l’UCK et ses dirigeants ».

 

L’actuel premier ministre kosovar, Hashim Thaçi, arrivé en tête aux élections législatives de dimanche, a été l’un des responsables de l’UCK, lors de la lutte contre les forces du président yougoslave, Slobodan Milosevic. « De nombreux indices semblent confirmer que (…) des organes auraient été prélevés sur des prisonniers dans une clinique en territoire albanais, près de Fushë-Krujë (20 km au nord de Tirana), pour les transporter ensuite à l’étranger à des fins de transplantation », affirme le Suisse Dick Marty, auteur de ce rapport demandé par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE).

Selon M. Marty, « cette activité criminelle, qui s’est développée en profitant du chaos régnant dans la région et grâce à l’initiative de certains chefs des milices de l’UCK liés au crime organisé, s’est poursuivie, bien que sous d’autres formes, jusqu’à nos jours ».
Dans son rapport de 27 pages, Dick Marty évoque notamment « un centre de réception dernier cri pour le crime organisé du trafic d’organes » près de Fushë-Krujë.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/12/14/97001-20101214FILWWW00743-kosovo-trafic-d-organes-sur-des-detenus.php

.

Bonus: http://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_de_lib%C3%A9ration_du_Kosovo

 

02/12/2010

Manque de réciprocité en matière de liberté religieuse: la Norvège dit non aux mosquées!

Je tire mon chapeau au gouvernement Norvégien ! C’est un excellent premier pas. Voyons qui va suivre…

FDF

.

Vu sur: http://www.les4verites.com/


Malgré le précédent suisse (le référendum contre les minarets), personne n’aurait pu imaginer un instant que le gouvernement norvégien ait pu avoir le courage d’opposer une fin de non-recevoir argumentée à plusieurs demandes de construction de mosquées émanant d’Arabie saoudite.

En cause : le manque de réciprocité en matière de liberté religieuse. En effet, selon Saphir­news.com du 15 novembre, « l’Islam est la seule religion qui peut être publiquement pratiquée dans le royaume saoudien et la construction d’églises ou de temples y est formellement interdite, tout comme l’envoi de Bibles et autres livres religieux sous peine d’être accusé de prosélytisme ».

Ce ne sont donc pas moins de deux projets qui se voient repoussés par M. Jonas Gahr Store, ministre des Affaires étrangères, et la porte-parole de son ministère, Mme Ragnhild Imerslund : celui de la mosquée de Tromsoe qui devait être financée à hauteur de 20 mil­lions de couronnes (2,5 millions d’euros) par Hamad al-Gamas, riche homme d’affaires saoudien, et, courant octobre, le projet de mosquée d’Oslo, refusé pour les mêmes motifs.

Le ministre, qui semble tenir à ce que les choses soient claires, aurait déclaré au journal VG (selon Bivouac-ID du 19 novembre) : « Nous aurions pu simplement dire non, le ministère n’approuve pas, mais nous avons profité de l’occasion pour ajouter que l’approbation serait paradoxale, tant que vouloir établir une communauté chrétienne en Arabie saoudite sera considéré comme un crime ».

M. Jonas Gahr Store a même répondu au Centre islamique Tawfiiq « qu’il serait paradoxal et contre nature d’accepter le financement venant d’un pays qui n’accepte pas la liberté religieuse ». Et d’ajouter : « Je constate que beaucoup de mes collègues européens ont le même problème, et la Norvège portera la question devant le conseil de l’Europe ».

Pour couronner le tout, le secrétaire d’État, M. Espen Barth Eide, en visite en Arabie saoudite, doit se saisir de la question. C’est ce qui s’appelle enfoncer le clou ! En marge de cette affaire, le JDD.fr du 16 novembre nous apprend qu’un incident sérieux a durement affecté la communauté musulmane d’A­thènes : « Plusieurs dizaines de militants d’extrême droite et d’habitants du quartier, ont lan­cé mardi des œufs et raillé des centaines d’immigrés musulmans réunis pour une séance de prières sur une place du centre d’Athènes, à l’occasion de la fête de l’Aïd el-Kébir ». Il est aussi rapporté que « la Grèce compte une communauté musulmane de plus en plus importante, et les tensions entre habitants et nouveaux venus sont vives dans certains quartiers de la capitale grecque ».

En France, la tendance est plus contrastée… Dans un récent carnet (Valeurs Actuelles du 11 novembre), Christine Clerc nous apprend qu’une lectrice de Carcassonne lui a signalé que, le soir de la Toussaint, à la messe des défunts en l’église St-Jacques du quartier du Viguier, deux gamins de 13 ans ont fait irruption pour jeter des pierres aux fidèles. Cette lectrice précise : « C’est devenu assez banal. La presse locale n’en a fait que dix lignes… ». Bien que Christine Clerc ne nous renseigne pas sur l’origine communautaire des deux garçons – et on la comprend –, le silence des médias nationaux étant suffisamment explicite, cet incident, qui n’est ni le premier, ni probablement le dernier, confirme, une nouvelle fois, le flou entretenu autour de la politique migratoire de notre pays, et la volonté tenace d’en ignorer les conséquences.

Dans son texte titré « Obsédante Algérie », Christine Clerc rapporte également les propos tenus par son médecin, par ailleurs un des responsables de la communauté juive, inquiet de la montée de l’islamisme en France : « Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi les musulmans modérés ne se font pas entendre. Au fond, je me demande si eux-mêmes ne partagent pas ce désir de revanche ». Interrogation naïve, mais tout de même instructive…

Et, pour calmer nos inquiétudes, notre Président, Nicolas Sarko­zy, lors de son discours télévisé du 16 novembre, a cru bon d’affirmer qu’il tenait à avoir un Islam de France, et non pas un Islam en France. Comment va-t-il s’y prendre ? Paris n’est pas Lourdes ! Que ne dirait-on pas quand on ne possède pas le pétrole de la Norvège !.…

08/10/2010

Nouvelle cible…

Le 7 octobre 2010, le Conseil de l’Europe, qui regroupe 47 pays, entend voter une résolution pour « réglementer le droit à l’objection de conscience » dans le domaine médical.
L’ « Europe » de toutes les barbaries est en marche… En sortir au plus vite!

Question de temps… Une « Europe » qui se veut à la pointe du « Meilleur des Mondes », « Brave New World » dans la langue de l’Europe…

Docteur Dominique-Anne du Sable, le 7 octobre 2010

[…]Depuis la fin de la conscrip­­tion, le débat brûlant des années 60 s’est transposé dans le monde de la santé. Avortement, stérilisation voire contraception : des soignants refusent de participer de près ou de loin à ce qu’ils considèrent comme des attentats à la vie, des mutilations injustes ou des pratiques immorales. 

Les voici désormais dans la ligne de mire du Conseil de l’Europe, saisi par des députés socialistes de plusieurs pays. Motif invoqué : une « vive préoccupation » devant ce qu’ils nomment « la montée de cette pratique » de l’objection. Et de proposer qu’on trouve « un équilibre entre le droit des médecins à ne pas agir contrairement à leurs convictions » et celui « des patients à avoir accès à des procédures médicales légales dans un délai approprié ».

Qu’entendent les initiateurs de la résolution par « équi­libre » ? En entrant dans le détail de leur texte, on découvre qu’il exclut du droit à l’objection de conscience les soignants qui participent indirectement à l’acte. Et qu’il oblige les objecteurs à orienter leurs patientes vers des praticiens capables de répondre à leur demande. Ces entorses à la clause de conscience sont largement celles que la loi française a déjà validées, au point de l’avoir rendue très théorique dans l’Hexagone. Mais la nouvelle résolution irait plus loin : elle obligerait le praticien à renoncer à son objection de conscience « en cas d’urgence ». Comme si l’objection personnelle pouvait s’effacer sous la contrainte ! Elle prévoit même de dresser la liste des objecteurs… Quand on sait que des soignants sont déjà discriminés à l’embauche lorsqu’ils révèlent certaines de leurs convictions, on imagine l’impact de telles listes. à l’heure du débat sur les CV anonymes visant à protéger des minorités, imaginer mater les consciences par la pression a quelque chose de totalitaire. Un tel texte ne concernerait pas seulement l’avortement ou l’assistance médicale à la procréation ; il pourrait frapper les soignants qui refusent de pratiquer l’euthanasie, là où elle est légalisée. En France, des professions entières semblent progressivement interdites aux personnes de bonne volonté soucieuses de respecter la loi naturelle, à commencer par les chrétiens. Gynécologues, sages-femmes, infirmières, mais aussi pharmaciens vivent de plus en plus douloureusement leurs métiers : tout est fait pour les forcer de diffuser des pratiques qui ne devraient pas être nommées « soins médicaux ».

Du temps de Pharaon, les sages-femmes des Hébreux auxquelles il avait ordonné de supprimer les nouveau-nés de sexe masculin avaient déjoué l’injonction par la ruse.

Quand il est question de vie et de mort, l’objection de conscience, n’est pas simplement un droit, c’est un impérieux devoir. Ce devoir s’impose à toute conscience éclairée. Déjà, il en coûte énormément à ceux qui, par respect pour la vie et la dignité humaine, osent dire non à la loi du plus fort.

Tugdual Derville

Lire: Droit à l’objection de conscience : l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe remet en cause la liberté de conscience des prestataires de soins de santé.

http://www.france-catholique.fr/Droit-a-l-objection-de-conscience.html

Pour signer l’Appel européen : http://www.adv.org/appel-objection-de-conscience

Pour lire le rapport soumis au Conseil de l’Europe : http://www.adv.org/objection-de-conscience/appel/en-savoir-plus/

Source: http://www.lesmanantsduroi.com/