Francaisdefrance's Blog

30/04/2011

Strasbourg évolue: bravo !

Il y a vraiment de quoi s’insurger. C’est tout simplement inadmissible !!!

FDF

.

Pour çà, on en trouve, de l’argent !!!


On n’a pas d’argent pour les routes , nos églises , nos écoles ; mais là pas de soucis

La très grande mosquée de Strasbourg : 1,5 million d’euros de subventions accordées par les collectivités locales sans compter le terrain (conseil régional, département, municipalité).

La grande mosquée de Strasbourg a désormais sa silhouette définitive. Une grue géante a déposé délicatement en son milieu l’armature de la haute coupole qui sera recouverte de cuivre.Le conseil régional d’Alsace a décidé d’accorder une nouvelle subvention de près de 180.000 €‚ pour la construction de la grande mosquée de Strasbourg. Cela porte à 682.522 € les subventions du conseil régional pour cette construction et à 1,5 million d’euros les subventions accordées par les collectivités locales (conseil régional, département, municipalité)..

Patrick Binder (FN) souligne que le conseil de fabrique de l’église Notre-Dame de la Paix de Saint-Louis a demandé une aide financière pour la restauration intérieure de cette église.

Réponse des services de la région : «Ce type d’intervention ne peut être pris en compte au titre des critères que s’est fixé le conseil régional en matière de conservation et de renouvellement du patrimoine.» 

 Super !!! nos églises s’effondrent par manque d’entretien et de budget. A la place s’érigent des mosquées!! bientôt il faudra changer de religion ! Bravo Bravo

 « Parce que l’obligation de subir, nous donne le droit de savoir. » Jean Rostand .

 C’est nous prendre pour des cons.

19/01/2011

Deux nouvelles verrues de l’islam prévues à Strasbourg…

Heureusement qu’ils ont le Concordat, ceux-ci… Et Dieu sait s’ils en profitent. C’en est même devenu de la provocation…

FDF

.

Strasbourg: 2 nouvelles mosquées

Le conseil municipal de Strasbourg a approuvé à l’unanimité aujourd’hui la création d’une église orthodoxe et de deux mosquées de proximité, dont une avec un minaret, a-t-on appris auprès du maire adjoint chargé des cultes Olivier Bitz (PS).La mosquée dotée d’un minaret devrait être construite dans le quartier de Hautepierre, pour accueillir quelque 600 à 800 fidèles qui se réunissent aujourd’hui dans un supermarché désaffecté. 

Une plus petite mosquée sera aussi construite à Robertsau.

L’église orthodoxe, un projet de grande ampleur estimé à une dizaine de millions d’euros, devrait quant à elle voir le jour dans le quartier des institutions européennes.
Un terrain sera mis à disposition des associations porteuses des projets sous le régime du bail emphytéotique, qui permet de donner l’usufruit d’un bien immobilier pour une très longue durée. La mairie subventionnera en outre à hauteur de 10% les travaux des deux mosquées.

Ce soutien de la municipalité à la construction de lieux de culte est à replacer dans le contexte particulier du régime concordataire mosellan-alsacien, qui reconnaît et organise les cultes catholique, protestant et israélite, a souligné M. Bitz.

« Nous appliquons également le régime aux cultes qui n’en font historiquement pas partie (…) Il y a nécessité de concilier le régime et le principe d’égalité », a-t-il expliqué.
Une telle délibération n’avait pas été adoptée depuis la défaite de la gauche aux élections municipales de 2001, « alors que les besoins étaient énormes », a dit M. Bitz. Environ 10% de la population de Strasbourg est musulmane, a-t-il estimé.

L’élu a salué le « sens des responsabilités de l’opposition », qui a approuvé le texte, tout en relevant que « tous les projets (de lieux de culte) avaient été bloqués par la municipalité précédente », dirigée par Fabienne Keller (UMP).

La Grande Mosquée de Strasbourg a remercié dans un communiqué le maire de Strasbourg Roland Ries (PS) pour sa « politique courageuse visant à traiter l’islam avec équité ». Le Conseil régional du culte musulman d’Alsace a salué la fin de « l’islam des caves » à Strasbourg.

Source: http://www.lefigaro.fr/

15/12/2010

Dialogue islamo-chrétien par Patrick Binder.

Vidéo venue d’Alsace où le Concordat fait des ravages… Bon courage, Patrick!

FDF

.

Lire:    Dialogue islamo-chrétien par Patrick BINDER

31/12/2009

Islam en Alsace : L’UOIF aura bientôt son palais à Mulhouse.

Règlement de compte ???

déc 2009

La course à la construction de mosquées est devenue un vrai business commercial et politique.


Passons sur son architecture de type maçonnique. Le gigantisme inutile de cette mosquée-cathédrale (4500 m2, sauna, commerces, boucheries, écoles, parkings payants etc.) – comme son coût exhorbitant : neuf millions d’euros (9 000 000 €) – interpelle. Surtout lorsqu’on sait que ce nouvel édifice ne correspond en rien aux besoins réels des Mulhousiens de confession musulmane. Mulhouse compte déjà 5 grandes mosquées. La ville aurait peut-être encore besoin de deux ou trois petites ou moyennes mosquées de proximité, des mosquées de quartiers, dont le coût de construction ne dépasserait pas chacune le million d’euro.

La réelle prise en compte des intérêts des musulmans de Mulhouse voudrait que ce soit donc plusieurs petites mosquées qui soient érigées et non une immense mosquée en total décalage avec la réalité du terrain. Mais il semblerait que l’intérêt des Mulhousiens ne soit pas la priorité des protagonistes en charge du dossier, puisqu’il est à déplorer :
– la mauvaise gestion financière du projet : le prévisionnel est passé du simple au double
– le mélange des genres : lieu de culte, business et politique ne font jamais vraiment bon ménage. Or, c’est précisément le cas de cette mosquée
– le don déguisé de la ville de Mulhouse : la mairie a vendu un terrain d’une valeur de 240 000 € à l’association mulhousienne AMAL (association des musulmans d’Alsace), porteuse du projet et affiliée à l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). La mairie a en outre décidé par la même occasion d’attribuer une subvention du même montant pour les futures activités culturelles de cette association. Cela sans aucune concertation avec les autres associations musulmanes de la ville, ni même avec la société civile qui a son mot à dire vu que l’argent qui a été donné provient en partie des impôts et taxes que chaque contribuable mulhousien verse.

Le fait que l’association « AMAL » (donc l’UOIF) devienne propriétaire privé du lieu de culte avec l’argent de tous les musulmans, qu’ils versent sous forme de dons, et de celui des contribuables est une injustice flagrante et une duperie évidente !

Plusieurs questions se posent :

Pourquoi l’association « Amal » cache aux donateurs français ainsi qu’à la ville de Mulhouse le don d’un million d’euros du Qatar reçu voilà quelques mois ? Pourquoi ne trouve-t-on aucune référence de cet important financement sur leur site Internet mosquethon.org, dont l’objet est précisément d’indiquer les montants des dons perçus et de permettre à chacun de suivre la collecte ?

Pourquoi la ville a-t-elle fait de l’UOIF un propriétaire privé ? Que se cache-t-il derrière cette manœuvre ?

Un bail emphytéotique liant la ville de Mulhouse et l’association Amal aurait dû s’imposer comme il s’était imposé pour le projet de la mosquée Koba de Mulhouse-Bourtzwiller, afin de poser des garde-fous quant à l’utilisation partisane et proprement commerciale de ce lieu privé.

La réponse coule de source : en échange d’un soutien électoraliste et de l’obtention d’une future tribune politique au sein même de cette future « mosquée-cathédrale », la ville de Mulhouse a accepté de faire de cette mosquée une propriété privée de l’UOIF, qui pourra influer sur les votes de ses grands électeurs lors des élections du Conseil Régional du Culte Musulman d’Alsace. D’ailleurs, si la surface de cette mosquée est si grande, ce n’est certainement pas pour répondre à un besoin des musulmans mulhousiens, mais plutôt pour dégager un nombre plus important de grands électeurs qui pèseront de tout leur poids au niveau du CRCM Alsace, vu que le système électoral de ce dernier est indexé sur les surfaces des lieux de culte.

Samedi 24 janvier 2009, la première pierre de la mosquée-cathédrale « An Nour » a été posée, rue d’lIlzach à Mulhouse.

Le porteur du projet est l’association AMAL (association des musulmans d’Alsace) affiliée à l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). AMAL, ardents militants, sont les fers de lance d’une nouvelle stratégie de l’UOIF, laquelle consiste à consolider ses bases économiques, financières et politiques à travers des projets de constructions privées de lieux de culte un peu partout en France. Nous ne parlerons pas de l’idéologie que véhicule AMAL ou l’UOIF, mais nous nous contentons de décrypter, à travers l’exemple mulhousien, la triste réalité de leur jeu d’échec, de mettre en lumière leur scène théâtrale en dissipant  le brouillard artificiel qui aveugle bon nombre de musulmans et la classe politique locale et nationale.

Pour dissiper tout malentendu, nous sommes bien sûr favorables à la construction de lieux de culte dignes et décents,  répondant à des besoins réels de la communauté musulmane. Attendu que le financement des lieux de cultes n’est aucunement facilité par les différentes législations en la matière, et que par conséquence c’est surtout avec l’argent des fidèles, qui sont aussi contribuables, ou des donateurs étrangers que les mosquées de France sont construites. Particuliers et/ou commerçants, se sont surtout eux qui financent les multiples projets de construction. Encore faut-il qu’ils sachent exactement ce qu’ils financent.

Bien sûr nous ne parlerons pas des intentions sincères des donateurs, il n’est nullement question ici de s’appesantir sur ces sujets secondaires, mais bien au contraire de se focaliser sur les dessous de ce projet : ses lacunes, son rôle dans la scène politique locale, sa dimension  partisane, sa dimension commerciale, électoraliste et privée.

Non, ce projet ne fait pas l’unanimité au sein des composantes musulmanes de la ville de Mulhouse, pas plus qu’ il ne serait  retenu si nous avions demandé l’avis des financeurs potentiels, que sont en partie les contribuables mulhousiens, ou de celui du tissu associatif « musulman ».

Contrairement à ce qui est rapporté ici ou là, dans les déclarations de certains responsables politiques ou religieux, dans les médias, le projet AMAL en rebute plus d’un.

Lors de la cérémonie de la pose de la première pierre, nous avons constaté l’absence de plusieurs imams et celle d’au moins trois responsables des plus importantes mosquées mulhousiennes ainsi que leurs fidèles. Par ailleurs, des personnalités religieuses (recteurs, imams, aumôniers), diplomatiques et politiques marquèrent leurs désapprobations en boycottant l’évènement.

C’est certes un projet cultuel, culturel, commercial et politique, qui se veut celui de tous, mais dans la réalité juridique, c’est une propriété privée qui sera le bien exclusif de l’association AMAL affiliée à l’UOIF.

C’est Pierre Freyburger (parti socialiste), ancien adjoint chargé des cultes à Mulhouse, qui a en réalité porté le projet dans son entièreté et l’a défendu au sein du précédent conseil municipal (2002-2008). C’était encore le temps où l’actuel maire Jean Marie Bockel faisait partie du PS.

Il faut se replacer dans le contexte politique mulhousien pré-électoral, quelques mois avant les dernières municipales, pour bien comprendre ce fiasco. Le projet AMAL était avant tout une volonté du parti socialiste, plus que la volonté d’hommes ou de femmes politiques d’horizons divers. Le PS avait misé sur la récupération d’un prétendu électorat que pourrait rassembler l’association AMAL et son projet.

L’équipe municipale actuelle s’est trouvée devant un projet finalisé qu’elle n’a pu rediscuter, c’est pourquoi malgré ses réticences, elle s’est vu obliger de le soutenir et de « faciliter » sa mise en œuvre.

A suivre…

Source: Communauté Francophone de Confession Musulmane…

11/12/2009

Et « ILS » s’en vantent: La première mosquée construite sur fonds publics vient de voir le jour en Alsace.

Filed under: dhimmitude,immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 14:17
Tags: , , , ,

Si ce n’est pas de la provocation, ça…


Le dhimmi François Grosdidier, député maire de Woippy, a lancé ce projet. Il nous en parle au micro de Thomas Rossi…

Jeudi 10 Décembre 2009

Woippy se trouve en Alsace, une région où ne s’applique pas la loi de 1905, qui interdit le financement public des lieux culte.

http://www.radioorient.com/docs/audio/ITV_RossiT_Francois_Grosdidier.mp3 http://www.radioorient.com/docs/audio/ITV_RossiT_Francois_Grosdidier.mp3
Podcast

Commentaires:  علي سيف حسن ، رئيس مؤسسة التنمية السياسية اليمنية ، يتحدث عن مرور خمسة أشهر على حرب صعدة شمال اليمن بين

Source: http://www.radioorient.com

03/12/2009

Grande mosquée de Strasbourg : le minaret sera-t-il financé par les contribuables Français? Ben oui…

Les « bienfaits » du Concordat…

déc 2, 2009

Plusieurs centaines de musulmans d’Alsace ont assisté vendredi dernier à la pose de la coupole de la grande mosquée de Strasbourg. A l’heure où le débat sur la construction de minarets, venu de Suisse, commence à envahir les médias français, la question du financement public de ces édifices doit être posée.

Après des années de controverses et de difficultés, la mosquée de Strasbourg devrait ouvrir ses portes à l’automne prochain, grâce notamment à de généreuses subventions publiques. Ce projet, qui date d’il y a près de 20 ans, a rencontré de nombreuses difficultés politiques.

Le projet initial, adopté par la municipalité socialiste en 2000, était estimé à 17 millions d’euros. Il avait ensuite été sérieusement revu à la baisse par le tandem Keller-Grossmann (UMP), élu en 2001.

Aujourd’hui, le coût de la construction de la mosquée est estimé à 8,7 millions d’euros, dont 5 millions ont d’ores et déjà été investis.

Ce projet a pu voir le jour grâce aux financements apportés par le Maroc, la communauté musulmane française, mais aussi par les pouvoirs publics. Près d’un tiers du montant des travaux est en effet constitué de subventions publiques (10 % de la ville de Strasbourg et 8 % de la  la Région et du Département).

Et les financements publics pourraient ne pas s’arrêter là. Le projet initial adopté par la municipalité socialiste en 2000 prévoyait en effet un minaret. La réalisation de celui-ci avait du être abandonné en cours de route, à cause du coût trop élevé. Mais le maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, semble prêt à passer outre ces considérations financières. Il a affirmé lundi dernier que si la communauté le souhaite, la grande mosquée aura son minaret : « Je n’ai pas d’hostilité, je suis même favorable à la construction d’un minaret pour cette grande mosquée, avec l’objectif d’assurer la visibilité dans la cité, de l’Islam« .

La grande mosquée pourrait donc bien avoir son minaret, et ceci grâce au contribuable Français– que celui-ci le veuille… Ou non.


Source: http://www.lecri.fr