Francaisdefrance's Blog

20/07/2011

Communiqué de Presse de Stéphane RAVIER, Conseiller régional de PACA.

Pillé à Gérard Brazon, avant qu’il ne tombe sous les balles de la coalition islamo-socialiste… Mais non, j’rigole, Gérard…
FDF

.


Parce que cet article est en plein dans la réalité, le vécu des citoyens français, dans la peur que vivent en permanence des français de souche ou non dans les cités de France, dans le 93, le 33, le 83 ou Marseille. La peur qui s’installe et à laquelle personne ne répond hormis par des discours lénifiant et droits-de-l’hommiste si ce n’est celui du vivre ensemble alors même que les tyrans des cités se payent sur la bête.
Gérard Brazon
*******************************
Braquage d’un restaurant à Marseille. Les salauds ne sont pas seulement ceux que l’on croit !
« On croyait avoir tout vu, tout entendu à Marseille. Des boulangers et des pompistes assassinés pour une poignée d’euros, des vieilles dames jetées à terre pour un collier en or, des trains attaqués comme au Far West, des touristes dévalisés en pleine rue, des joueurs de foot braqués à domicile les uns après les autres…
Mais à  Marseille, depuis quelques années, le pire est toujours à venir. Et l’on a beau savoir que, face à une police aux effectifs rachitiques, la délinquance ordinaire est désormais sans foi ni loi, ni scrupule, ni conscience, on est toujours stupéfait lorsqu’un cran supplémentaire est franchi dans la barbarie.
Cette fois, c’est à l’Estaque, le village des panisses, des chichis frégis et des scènes d’amour de Plus Belle La Vie que les salauds ont frappé.
« Les salauds »: c’est le mot qui vient à l’esprit, lorsqu’on imagine la terreur de ce gamin de 8 ans, pris en otage, pistolet pointé dans le dos. Un petit garçon qui, quelques minutes plus tôt, savourait encore l’insouciance de l’enfance, en finissant son dessert, au Cabanon de l’Estaque (…)
Ce qui est sûr c’est que désormais à Marseille, aller dîner au resto le samedi soir, comme
porter un bijou en or, ou téléphoner dans la rue, n’est pas sans danger. Et l’on n’ose imaginer quelle prochaine ignominie nous réserve la chronique des faits divers. »
Le texte ci-dessus je vous le confesse n’est pas de Stéphane RAVIER, ni de Marine LE PEN. Avouons que les termes utilisés pour dénoncer la dernière ignominie commise par des salauds qui franchissent un cran supplémentaire dans la barbarie dans une ville aux effectifs de police rachitiques et  le pire est toujours à venirpouvaient laisser à penser qu’il s’agissait bien d’un communiqué d’un représentant du Front National.
Il n’en est rien, ce communiqué de presse n’en est pas un ; il s’agit en réalité de l’extrait d’un article de presse trouvé dans le quotidien  la Provence du jour et qui relate le braquage d’un restaurant dans le quartier de l’Estaque à Marseille. 

La journaliste on le voit, « se lâche » comme on dit aujourd’hui. Elle ne se contente plus en effet de rapporter de façon laconique un énième fait divers car celui-là, elle l’a pris en pleine figure ! Elle est touchée, blessée, horrifiée. Dès lors, ce n’est plus, ou plus seulement la journaliste qui écrit, c’est assurément la femme, peut-être la mère.
Les mots sont durs, directs, percutants, et terriblement nouveaux sous la plume d’une journaliste du très politiquement correct quotidien de l’UMPS.
A cette femme, à cette mère, et à cette journaliste, je veux dire, je veux rappeler, que les « salauds » ne sont pas, pas seulement, ces deux pourritures qui ont commis cette acte odieux.Les vrais salauds, les premiers, sont ceux et celles qui pendant des années ont nié, et continuent de nier la réalité de l’insécurité-barbarie « pour ne pas faire le jeu du Front National »
Les salauds, ce sont celles et ceux qui, du haut du fronton de leur Mairie, du sommet de leur baronnie départementale ou régionale, du haut de leur hémicycle prétendument républicain, ont clamé et clament encore, que l’insécurité n’est qu’un sentiment, qu’un fonds de commerce électoral,  et que le vrai problème se situerait ailleurs.
Alors, à cette journaliste, à cette femme, ainsi qu’à toutes les femmes de Marseille et de France, je lance un appel au réveil des consciences précédent l’action salvatrice. Le temps est venu de permettre à une femme d’agir pour que nos enfants ne risquent plus leur vie en  sortant de l’école, en traversant la rue, ou en accompagnant leurs parents au restaurant.
Il est encore possible de s’arracher à cette spirale de l’ultra-violence, à cette « barbarie » en portant Marine LE PEN à l’Elysée pour qu’enfin la peur change de camp et que la tolérance zéro foudroie tous les salauds, qu’ils soient à capuche ou à cocarde !
Stéphane Ravier
Source: http://puteaux-libre.over-blog.com/

09/06/2011

Communiqué de presse de Marine Le Pen.

Que je me fais une joie de relayer…

FDF

.

Ici:  communique

07/06/2011

Communiqué de presse de Marine Le Pen.

Marine 2012, vite !

FDF

.

Ici: communique

22/02/2011

Quand l’Europe donne raison au Front National…

Ci-dessous un communiqué de presse de Marine Le Pen. A méditer avant de passer dans l’isoloir…

FDF

.

Ici: communique

 

 

29/01/2011

Rififi chez les momos autour d’une saucisse…

La guerre des saucisses aura bien lieu… Personne ne pensait que cela allait arriver… Comme quoi, nous ne sommes jamais à l’abri de catastrophes… Lu sur le site du CCIF. Ils n’ont vraiment rien d’autre à faire que se battre pour des conneries. C’est ça, l’islam: se battre; pour n’importe quel prétexte, mais se battre. « Religion » de paix…

FDF

.

Pourquoi la mosquée de Paris veut faire taire Al-Kanz ?

« L’affaire n’est pas close. Ni Nestlé, ni le SFCVH de la mosquée de Paris n’ont fait la lumière sur le cas des saucisses Herta Halal contenant du porc. Bien que la publication d’un rapport, du laboratoire Eurofins, indiquant la trace de porc dans les saucisses Halal, ait été rendu publique par le site Débat-Halal et relayé par Al-Kanz, ni Herta ni SFCVH n’a souhaité s’expliquer à ce sujet.

Au lieu de cela, nous avons eu du SFCVH et de la mosquée de Paris un communiqué de presse pointant du doigt le site Al-Kanz. Il semblerait que M. Boubakeur se moque bien si les musulmans de France mangent oui ou non du porc via des produits que la mosquée de Paris a certifié Halal.

Dalil Boubakeur donc, via ce communiqué, accuse Al-Kanz de mener une « campagne de dénigrement » jusqu’à « mettre en cause la certification Halal de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris ». Il menace même de poursuivre le site en justice.

Au lieu de faire une nouvelle analyse et de faire un communiqué de presse en bonne et due forme, Dali Boubakeur, avec un style à la Ben Ali, accuse un site qui n’a fait que relayer l’information provenant de Débat-Halal.  Bien que Trouvetamosquee.fr, Ajib.fr, Saphirnews, Oumma et bien d’autres aient diffusé l’information, Al-Kanz reste la seule cible.

Ce qui vraisemblablement dérange donc le plus est que l’information soit relayée par le portail musulman le plus lu en France.

Ce buzz confirme ce que le portail des consommateurs musulmans avance depuis des mois et des mois, rien n’est réalisé dans les règles lorsqu’il s’agit du Halal. Nous le savons grâce au site Al-Kanz qui chaque jour essaie par ses informations de nous rendre plus responsable vis-à-vis de nous et notre créateur. Manger Halal est un rite musulman. Nous remercions chaleureusement Al-Kanz grâce à qui nous mangeons plus intelligemment, et nous ouvre les yeux. Trouve Ta Mosquée apporte tout son soutien au site Al-Kanz qui fait face à cette accusation et ces menaces.

Quoi qu’il en soit nous attendons toujours de M. Boubakeur et de la mosquée de Paris de vraies explications, à moins que les enjeux mercantiles soient devenus plus importants que l’aspect religieux ? Si vous continuez à faire l’autruche, la question ne se posera plus. »

29/12/2010

Future mosquée d’Avallon: un viol de la loi de 1905 ?

C’est du moins la constatation de l’élu du Front National au Conseil Régional, Édouard Ferrand, qui attaque à juste titre la municipalité, laquelle se perd en explications plus ou moins claires…

FDF

.

La future mosquée dans le viseur du FN.

« Viol de la loi de 1905 »

Le propos est tiré d’un communiqué de presse daté du 22 décembre dans lequel l’intéressé estime que « les élus avallonnais bradent la laïcité » et leur reproche de « céder aux revendications religieuses et communautaires ». Raisons pour lesquelles « le Front national entend déposer un recours contre la municipalité ».

À nouveau interrogé sur la question, vendredi, Édouard Ferrand persiste et signe. « La délibération du 17 décembre (la cession du terrain, NDLR ) est un viol manifeste de la loi de décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État », relève le conseiller régional. « Et que dire de la prise en charge par la ville du coût du transport des animaux emmenés pour être abattus dans le cadre de la fête rituelle musulmane de l’Aïd el Kebir, si ce n’est que cela ressemble au financement déguisé d’une religion. Les élus avallonnais et, avant eux, ceux de Saint-Florentin, ne font qu’acheter la paix civile. »

Ces déclarations n’ont pas vraiment surpris le maire socialiste d’Avallon. « Elles montrent une fois de plus le vrai visage de l’extrême droite française », constate Jean-Yves Caullet. « Ces gesticulations font partie de la stratégie politique de Marine Le Pen. » Et d’ajouter : « C’est même plutôt honorifique d’être attaqué par le Front National. » Le premier édile relève toutefois que le parti frontiste est « assez mal inspiré de vouloir donner des leçons de laïcité à tout le monde ».

Sur le fond des accusations, Jean-Yves Caullet s’étonne que le dirigeant FN se penche aujourd’hui sur une mesure prise en 2001. « Depuis dix ans, la commune apporte son concours au transport des animaux vers les abattoirs pour des raisons sanitaires. Cela représente la modique somme de 400 euros par an et jusqu’à preuve du contraire, cette décision n’a jamais souffert d’aucune contestation. »

S’agissant de la cession du terrain, le maire relève, comme il l’a fait lors de la séance du conseil municipal du 17 décembre, que « 25 euros le mètre carré, c’est 7 euros au-dessus de l’évaluation des Domaines ». Il rappelle en outre que la délibération a été prise après enquête publique. « Autant dire que les élus avallonnais attendent avec sérénité le résultat de ces recours », conclut Jean-Yves Caullet. »

Source: http://www.lyonne.fr/