Francaisdefrance's Blog

18/02/2012

« Ils » ont des raisons valables de se livrer au trafic de drogue… J’y crois pas !!!

Il faut du courage, en France, pour être dans la police, maintenant. Du courage et du sang froid…

Scène de la vie ordinaire…

FDF

.

DEUX  DE NOS FAMEUSES, « CHANCES POUR LA FRANCE   »    sauf que l’un a une raison valable  de  faire du trafic de drogue  et travail au noir :  

 » sa mère est malade au bled    et il doit envoyer de l’argent »   

(sur un malentendu   ça peut marcher !!!!!!     là ça n’a pas marché,  mais ça part d’une bonne intention  éhéhéhéhhéhé)

« Contrairement à Oussama, Mohamed Zmerli, 20 ans, est un habitué des services de police. »

« Deux policiers arrêtés pour plusieurs semaines et un garçon âgé de 21 ans en prison pour six mois »

Le procureur Belacel manque s’étouffer. Oussama avait aussi 950 € dans ses poches. L’argent du trafic selon les policiers. « Non je travaille au noir sur les marchés et je voulais envoyer de l’argent aux pays. Ma mère est malade. »
Ils pourront dédommager les deux policiers agressés et insultés (500 € chacun).

JC JC…

.

Descente aux Izards : l’arrestation d’un trafiquant de drogue vire au combat de rue !

Les interventions aux Izards, à Toulouse, ne sont jamais simples pour les policiers dont deux ont été blessés

Deux policiers ont été blessés lors d’une descente aux Izards, à Toulouse. L’agresseur, de la cocaïne plein les poches, parle d’accident mais réfléchit à la maison d’arrêt.

Deux policiers arrêtés pour plusieurs semaines et un garçon âgé de 21 ans en prison pour six mois. Le bilan d’une opération antidrogue menée vendredi après-midi dans le quartier des Izards à Toulouse a été soldé devant le tribunal correctionnel, lundi. Dans le box, Oussama, 21 ans, petit sourire et explications à géométrie très variable, interpellé non sans mal par deux fonctionnaires de la compagnie de sécurisation. Deux policiers qui soignent aujourd’hui un pouce retourné et un poignet fracturé.
« Je ne savais qui c’était », essaye le prévenu, arrêté dans le hall d’un immeuble place des Faon. « Dans un lieu privé », a tenté de défendre Me Jacques Levy. Une difficulté de forme défendue sans effet devant des magistrats qui paraissent toujours aussi peu pressés d’étudier ces questions de procédure dans le cadre des comparutions immédiates.
Demeure l’incident. Sans les conséquences physiques pour les deux policiers, on pourrait rire de la version de l’histoire racontée par Oussama. Cet inconnu des services de police, pris avec 25 g de cocaïne, descendait les escaliers avec une cagoule sur la tête. Les guetteurs avaient donné l’alerte et les habitués du hall ont pris aussi sec la poudre d’escampette. Sauf Oussama. « Ce qui montre bien que ce n’est pas un habitué », prévient Me Levy.
Les policiers lui ont donc sauté dessus. « En montrant leur carte », annonce le président.
« Ils ne m’ont rien dit », rétorque le prévenu, bien obligé de se défendre dans de telles conditions…
La confrontation a été musclée et le suspect finalement maîtrisé. Alors trafiquant de drogue ? « Non j’avais trouvé la cocaïne près d’un banc », ose l’apprenti dealer.
Le procureur Belacel manque s’étouffer. Oussama avait aussi 950 € dans ses poches. L’argent du trafic selon les policiers. « Non je travaille au noir sur les marchés et je voulais envoyer de l’argent aux pays. Ma mère est malade. »
La malade n’aura pas de mandat. Malgré les efforts de Me Levy, l’argent, comme la drogue, la cocaïne et quelques barrettes de haschich, ont été confisqués. Agacé, le procureur avait réclamé 2 ans de prison dont partie avec sursis. Me Jacques Levy a su convaincre les juges de se montrer magnanimes. Pas au point d’éviter la prison à Oussama. Il est parti pour six mois à la maison d’arrêt de Seysses, toujours avec le sourire.

——————————————————————————–

Autre dérapage
Contrairement à Oussama, Mohamed Zmerli, 20 ans, est un habitué des services de police. Interpellé le 7 janvier, pris avec un peu de shit et de coke toujours aux Izards, il aurait pu poursuivre sa soirée après des vérifications. Seulement au moment de partir, tout a dérapé. « Un policier m’a insulté », affirme-t-il. « Faux » répliquent les policiers. Le procureur Belacel et Me Martin, pour la défense, poursuivent la prise de bec. Musclé. Mohamed a écopé d’un an ferme (2 ans requis) mais récupère 950 €. Il pourra dédommager les deux policiers agressés et insultés (500 € chacun).

Source: http://www.ladepeche.fr/

13/11/2010

Des footballeurs victimes en plein match d’une attaque de la part de sous-merdes !

« Toulousains » au stade primaire de l’évolution. Espèce très répandue…

.

Encagoulés, les mecs? C’est sûr: ce sont des « Toulousains » (comme dans le billet précédent).

FDF

.

Des hommes encagoulés attaquent les joueurs de Toulouse-Fontaines !

Match des Toulouse Fontaines contre le Stade Bordelais le 25 septembre dernier./Photo DDM, archives
Match des Toulouse Fontaines contre le Stade Bordelais le 25 septembre dernier./Photo DDM, archives

Les joueurs du club de football Toulouse-Fontaines ont été victimes d’une véritable vendetta hier à Lormont (Gironde). Ils ont été agressés par des hommes encagoulés.

Les joueurs du club de football de Toulouse-Fontaines ont été victimes d’une incroyable expédition punitive hier après-midi pendant leur match à Lormont, dans la banlieue de Bordeaux, contre l’équipe locale. Deux joueurs toulousains ont été légèrement blessés. « Juste après la mi-temps, un groupe d’une vingtaine de jeunes est passé par-dessus les barrières. Plusieurs sont d’abord rentrés dans les vestiaires de Toulouse-Fontaines où ils ont volé quelques affaires, puis ils sont tous rentrés sur le terrain pour attaquer les joueurs, en survêtements et capuches sur la tête », raconte José Gomes, le directeur sportif. « Certains joueurs étaient particulièrement ciblés. C’était préparé et organisé. La semaine dernière, il y avait eu une bagarre après le match avec des joueurs de Langon. Certains nous avaient prévenus que nous aurions des ennuis à Lormont. Il est difficile de ne pas faire le lien » dénonce-t-il. « Nous étions informés et nous avions prévenu la police qui est restée là toute la première mi-temps. Mais comme il n’y avait aucun incident, les policiers sont partis. Le match a été arrêté à la 47e minute » témoigne Claude Hardy, le président du club de Lormont. « Les joueurs de Lormont ont été parfaits. Ils nous ont protégés. Heureusement car sinon, cela aurait pu être beaucoup plus grave » remarque José Gomes.

« Très inquiet »

Le président du club Thierry Dezon qui n’était pas présent se dit très inquiet par la tournure prise par les événements : « Nous allons alerter les autorités, je suis très inquiet pour l’avenir du club, avec la crainte que des actes plus graves ne se produisent lors de nos déplacements en Gironde alors que nous avions contacté les dirigeants de Langon et de Lormont ce qui n’a pas évité les débordements. »

Les deux joueurs blessés et ceux qui ont été volés, ainsi que les deux clubs et la mairie de Lormont vont porter plainte. « C’est dramatique et très inquiétant d’en arriver là » déplore José Gomes. Une enquête de police est ouverte.


Serge Gomez : « On aurait dit un combat de rue »

Serge Gomez est le nouvel entraîneur des Toulouse Fontaines. Il dirigeait hier son premier match. Il est sous le choc : « Je prends le train en marche. Il y avait semble-t-il un passif par rapport au match du week-end dernier contre Langon. On était là pour un match de football qui se déroulait bien entre les deux équipes et tout a basculé. On s’enfonce dans une sorte de sinistrose. On a beaucoup de matchs prévus dans la banlieue bordelaise et tout le monde pense que si ça doit se passer comme ça à chaque fois, ça va devenir impossible. On est totalement hors des limites du football ce sont des dérapages intolérables. On aurait dit un combat de rue avec des gens encagoulés. C’est totalement disproportionné. Un match de football ne mérite pas cela. »

Source: http://www.ladepeche.fr/