Francaisdefrance's Blog

12/10/2011

On islamise NOS enfants dans les collèges…

Et j’en ai trouvé la preuve (voir pièces jointes). Dans ce collège (comme dans beaucoup d’autres…), les jeunes Français de souche n’apprennent plus leur Histoire de France; c’est « haram ». Nos enfants sont la proie des enseignants pour se former à l’islam, à Momo, au coran et ses principes odieux, à la charia, etc… Que du bonheur. Les enseignants eux-mêmes obéissent à leurs proviseurs; lesquels obéissent aux recteurs d’académie, qui eux obéissent au ministre de l’éducation nationale, Luc Chatel, qui est aux ordres de Sarkö Ier (complice avec notre cher ministre de la « culture »)…

Je me pose une question: à qui obéi notre président ???  J’ai bien une vague idée, mais bon…

Que l’on arrête cette nouvelle « PROPAGANDA » !!! Nos écoles sont en passe de devenir des écoles coraniques et ça, c’est un affront écoeurant qui ne pourra rester impuni.

Et si il faut lutter pour mettre un terme à cette fanatisation imposée, nous lutterons !

Merci de faire circuler.

FDF

Nos classes d’école dans un proche avenir ??? JAMAIS !!!

.

Preuves en pièces jointes:

Bonus: Tract argumentaire de présentation des écoles coraniques

07/06/2011

Peur sur l’école…


Selon VSD, 46% des parents auraient peur d’envoyer leurs enfants à l’école. Voici un extrait de l’article :

Une succession de faits divers ultra-violents frappe le milieu scolaire. ­Policiers, enseignants et parents s’inquiètent.

Mercredi 25 mai, 8 h 40. Un élève de 15 ans est tabassé, coupé au visage et visé par un pistolet électrique devant son collège de Saint-Ouen (93). Il sera transporté dans un état critique à l’hôpital alors que la police recherche ses agresseurs. Une affaire, une de plus, survenue quelques jours après la très violente agression dont a été victime  Love, 14 ans, le 11 mai, à la sortie du collège Pablo-Picasso, à Garges-lès-Gonesse (95) (lire VSD n° 1760). Deux exemples qui s’ajoutent à la longue liste des faits d’ultra-violence en milieu scolaire. Alors que le collégien de Pablo-Picasso est toujours dans le coma, trois mineurs ont été mis en examen pour tentative d’homicide aggravé après leur arrestation. Dans ce même collège de banlieue, le principal avait déjà été sauvagement agressé, en mars 2009, en voulant s’opposer à l’intrusion d’un groupe de jeunes dans les locaux.

Tabassages collectifs entre élèves, insultes, violences contre les personnels enseignants ou des responsables d’établissement. Il n’est pas un jour sans que les synthèses de la police et de la gendarmerie mentionnent de tels faits, parfois d’une extrême gravité. Telle la mort du jeune Hakim Haddi, 18 ans, poignardé en janvier 2010 dans l’enceinte du lycée Darius-Milhaud, au Kremlin-Bicêtre (94).

Plus récemment et parmi de très nombreuses affaires, le commissariat de Laval (53) a été saisi par le parquet d’investigations sur des faits de violences répétées et même d’une agression sexuelle dont auraient été victimes des enfants de 4 à 6 ans, dans une école primaire. D’après le rapport d’enquête, ces brimades d’élèves de CM1 et de CM2 avaient lieu quasi quotidiennement dans les toilettes de l’établissement. Une dizaine d’enfants, ainsi que des parents et du personnel enseignant ont été auditionnés mi-avril par la brigade de sûreté urbaine. Un dossier hors normes, du fait de l’âge des protagonistes, mais qui n’a pu donner lieu à aucune poursuite judiciaire, la majorité pénale étant fixée en France à 13 ans.

Retrouvez sur le site « Souffrance des profs » de nombreux témoignages de professeurs confrontés à la violence.

Source: http://soseducation.wordpress.com/2011/06/06/peur-sur-lecole/

05/01/2011

Pour faciliter l’approche des maths dans les banlieues…

Excellent, ce PPS. Aucune raison que vous n’en profitiez pas…

FDF

.

 

Les math modernes peuvent encore évoluer …

… La preuve : (et pas par neuf ! Enfin si: millimètres…)

Lire: Mathsdesbanlieues

15/12/2010

Une semaine d’éducation pour le moins ordinaire…

Dingue. Quelle dose de courage il leur faut, à ces enseignant. Lisez donc ce qui suit…
FDF

.

Cette semaine,

— Lundi :

Un élève refuse de me donner sa fiche de suivi. Il s’est tellement mal tenu qu’il ne veut pas que je la remplisse…

Il s’est montré odieux pendant une heure. Il sort de ma classe en courant et en me tutoyant.Je me rends compte qu’ont disparu de ma salle une séquence entière, 10 ans de travail dans une pochette, des documents importants, d’anciens exposés d’élèves… et une pochette de polycopiés qui étaient placés sous le bureau… 

Dans les couloirs, la tension monte. Les élèves se mettent à détaler à toute vitesse par groupe de 8 ou 10. Pas d’autre chose à faire que de se ranger sur le côté pour éviter d’être percutée. Pendant les heures de cours, ils sont 6 ou 7 à faire des allers retours dans le couloir du 1er. Ils crient, se battent, mettent des coups dans les portes, se moquent de ceux qui sont en classe… Ils se sont « échappés » de la perm.

 

— Mardi :

J’apprends qu’une collègue s’est fait griffer au cou par une élève. Je suis abasourdie. Un peu effrayée aussi. Mais pas de conseil de discipline prévu, l’élève ne va pas bien ! Et la collègue ? 

L’après-midi est tendu au 1er étage. Je fais cours porte ouverte, comme d’habitude. Mais à présent, les élèves qui « zonent » dans le couloir pénètrent dans ma salle, m’interpellent, interpellent mes élèves de 5e : « Ouesch, t’es prof de quoi ? Et les bouffons ! Regardez y travaillent… ». Au bout d’1/2 heure, je décide de fermer ma porte. On me l’ouvrira 9 fois dans la 2e 1/2 heure…

Dans la salle à côté, une élève de 12 ans répond à son professeur d’Histoire « Tu m’saoules, ta gueule ! »… Elle sera renvoyée une journée.

 

— Mercredi :

Je tente de vider les couloirs à 10 h 20. Je fais le deuil de ma pause et de mon café. Plus facile quand on sait que deux heures plus tard, c’est la quille… Je parviens à sortir une bonne vingtaine d’élèves. Et trois minutes plus tard, je les vois entrer à nouveau dans le hall… On leur a dit qu’il pouvait. Il fait trop froid dehors… Je suis énervée, totalement abattue…

— Vendredi :

Je me rends compte qu’on m’a aussi volé 2 manuels dans ma salle. Je m’en veux de ne pas avoir vidé mon bureau. J’en veux à ces 3 armoires fermées à clé au fond de la salle 116. Je n’ai pas une seule des clés qui ouvrent ces armoires… Elles me narguent. Pourtant en début d’année, je suis allée deux fois demander une clé à l’intendance. Personne ne sait où elles sont…

Je suis déçue et consciente du message des élèves : toi, t’as pris trop la confiance en laissant tes affaires, ici, on est chez nous… J’ai l’impression que cette semaine, on m’a envoyé un message clair…

Je vois 2 de mes élèves de 6e se faire rouer de coups par des 4es. Un nouveau jeu ? Ça m’inquiète. Mais je continue à tenter de vider le couloir : une bande de nanas écoute de la musique en dansant. Si. Si. Une bande de types tient le radiateur. Ils font semblant de ne pas m’entendre quand je leur demande avec un grand sourire d’aller se ranger dans la cour. Heureusement, parmi eux un des 3es dont je suis prof principal. Je lui demande de sortir et au passage d’emmener ses copains avec lui. Et puis, j’apprends qu’il y a eu un souci dans cette classe de 3e. Des élèves ont été convoqués à la vie scolaire la veille. Mais je l’apprends par une collègue et par les élèves eux-mêmes. Je me sens seule. Sans le rapport de mon collègue dans le casier, je n’aurai pas pu réagir. Drôle d’ambiance, on n’a plus vraiment l’impression d’être dans un collège. La veille, devant l’établissement, un élève a tenté une intimidation sur une prof pour éviter un rapport… Il sera renvoyé une journée.

— Vendredi soir

Je craque un peu ce soir. Je fonds en larmes en préparant le biberon de mon fils.

J’ai bientôt 40 ans. 15 ans d’ancienneté. Je suis passée par Clichy sous Bois, la cité Michelet… J’aime mon boulot. À 36 ans, j’ai obtenu la hors classe. Et j’en suis encore là. Je ne suis plus dans un établissement classé ZEP. Après la zone sensible, la zone prévention violence, je pensais qu’un collège non classé, c’était un peu ma récompense à moi…

La violence ordinaire de ce bahut semble être acceptée, banalisée ? Les gens font-ils semblant d’aller bien ? À quel moment prend-on en compte la sécurité des élèves ? Et la nôtre ?

Alors ce soir, je décide de ne plus tenter de vider les couloirs seule. 

Je décide de ranger mes affaires, enfin ce qu’il en reste, ailleurs.

Je vais tenir jusqu’aux vacances en espérant trouver des solutions pour garder la tête froide et continuer d’être choquée par ce qui est choquant, abattue par ce qui est inacceptable. Je ne veux pas banaliser la violence. Je ne veux pas me montrer moins exigeante avec mes élèves. J’aimerais continuer à garder une vision raisonnable des choses et des êtres. Et ce soir, je suis usée par une semaine banale finalement. Et je me demande si deux jours suffiront à me remettre d’aplomb.

 

Cécile

vu sur http://www.patriotes-francais.fr/content/je-r%C3%A9p%C3%A8te-les-jeunes-sont-des-victimes-et-la-soci%C3%A9t%C3%A9-est-nulle-20-fois-apr%C3%A8s-chaque-caca

13/10/2010

Sujet de rédaction en 5e: “tu es un musulman qui entre dans la mosquée pour la prière…”

Chez Nathan on préfère la diversité à la liberté la solidarité à la fraternité…

« On ne s’étonnera plus du formatage de nos sans-cerveau, de gauche et de droite, en voyant l’enthousiasme suspect avec lequel les auteurs de manuel scolaire s’empressent de transformer les programmes d’instruction civique en affiches de propagande, via la couverture du manuel ; qu’on en juge à celle-ci (merci à Danielle de son envoi) ; quant au contenu, il paraît qu’il est à la hauteur… nul doute que certains lecteurs de ce blog nous en feront le descriptif !

Fait-il détester à ce point la France  que l’on détourne ses trois principes, qui ont ceci de supérieur qu’ils ne sont pas typiquement français mais universalistes, représentant une espèce d’absolu à atteindre pour la vie en société ?

Très étrangement,  seule demeure l’égalité… des adultes et des collégiens portant leur collège à bout de bras. Que faut-il y voir ? Que ce sont eux qui le font vivre ? Que ce sont eux qui en font ce qu’ils veulent ? Que ce sont eux qui amènent le collège dans la vie active (et non le collège qui leur permettrait de devenir adultes, quel crime de lèse-djeun ! ) ? Qu’ils emmènent le collège ailleurs pour mieux le supprimer, le noyer, le faire disparaitre dans sa spécificité ?

En tout cas rien qui évoque l’égalité en droits de tous les êtres humains et l’égalité homme-femmes… Hasard ou volonté délibérée de ne pas STIGMATISER les populations qui exhibent l’inégalité voulue de la femme en lui imposant le foulard et de la fille en lui interdisant la jupe

C’est, d’ailleurs, sans doute pour cette raison que la liberté a disparu…  Les auteurs et l’éditeur du manuel en question avaient compris avant nous ce que nous avons appris mercredi  : la liberté d’expression a disparu en France ; comme les racailles islamisées des banlieues qui imposent aux filles des cités leur rôle de vierge ou pute, les mollahs du Conseil Français du Culte Musulman font la pluie et le beau temps, décidant des sujets compatibles ou pas avec la charia. Et les  lois des hommes ? Sans doute que c’est comme pour le halal, (c’est l’imam « modéré » de Drancy qui le dit), lorsqu’il y a 30% de musulmans dans un pays, il serait temps de passer au halal pour tous…. Depuis le temps qu’on vous dit que l’islam refuse la démocratie… Il est vrai aussi qu’à 5 à 15 % de musulmans (selon les estimations) on est déjà à 80% de hallal…

Il est d’ailleurs significatif de voir la diversité remplacer la liberté… La liberté de chacun s’arrête là où commence la liberté d’autrui., quel meilleur gage pour le vivre ensemble ? La diversité commence là où  finit le respect de l’autre qui n’appartient pas à son groupe, à sa tribu, « sale Céfran, nique la France, Marseillaise sifflée, sale pute, drapeau brûlé… » La diversité est l’habillage du communauta risme et de l’intolérance.

Et puis la solidarité, elle a un joli air de consumérisme… bref la solidarité c’est sans doute les aides aux plus défavorisés qui leur permettent d’avoir un toit et, surtout de consommer puisque un coeur chapeaute le restaurant et le caddie… La France gigantesque restaurant du coeur ? Triste évolution que d’avoir oublié délibérément tous les liens sociaux, tous les idéaux, toutes les entr’aides qui se trouvent dans le mot « fraternité »…

Vous êtes fiers de vous, vous qui osez signer et éditer ce livre ??? Moi j’ai honte de vous mais j’ai aussi honte de mes collègues qui ont osé choisir pour leurs classes ce manuel… A moins que les autres ne soient encore pires ???

Post-scriptum : un lecteur me signale que « c’est juste le contenu du programme de 5ème, diversité, égalité, solidarité. Ce qui est plus curieux c’est que la couverture oublie le quatrième thème de ce programme : la sécurité et les risques, surement moins « vendeurs » »… Alors en plus de Nathan qui, de toutes manières a choisi de mettre en exergue cette formule choc et des dessins qui n’ont rien de neutre, on « stigmatisera » les programmes et leurs auteurs… Mais l’absence de la sécurité est très parlante… messieurs les éditeurs ! »


Source: http://tinyurl.com/2ftnd9e