Francaisdefrance's Blog

21/11/2010

SOS Racisme : Touche pas à ma Multinationale !

Le scandale ! Préparez la vaseline!

FDF

.

Qui nous dévoile comment les « potes » de sos racisme font des affaires avec les capitalistes américains avec votre argent.

On savait SOS racisme grand consommateur de subventions publiques. Les récents déboires de Julien Dray et de son entourage, longuement entendus par la Brigade financière, en furent une éclatante illustration, bien que ces auditions se soient soldées par un simple rappel à la loi.

On n’imaginait pas pourtant, que si peu de temps après ce scandale et ce clément verdict, SOS racisme et son président Dominique Sopo, allaient de nouveau défrayer la chronique.

Des sources fiables à la mairie de Paris font état de l’alliance en apparence contre-nature, de SOS racisme et de l’ogre américain du Show business, la multinationale Live Nation.

Live Nation, ce sont les concerts de U2, Shakira, Lady Gaga. Leur technique ? Mettre des millions de dollars sur la table et acheter clefs en main des tournées mondiales. Live Nation, enfant naturel d’un autre géant américain, Clear Channel, grand soutien de George Bush et du parti Républicain, a un objectif clairement affiché : dévorer tous les organisateurs de spectacles sur la planète, racheter des salles de spectacle, des artistes et réaliser ainsi la quadrature du cercle capitalistique : posséder à la fois les artistes, les tourneurs, les moyens de promotion, les produits dérivés, la billetterie, les salles et bientôt les moyens techniques… Moyens techniques dont la fiabilité reste à démontrer, en attente des conclusions de l’instruction, quand on sait que Live Nation c’est également Madonna à Marseille et sa scène qui s’effondre, entrainant la mort de deux techniciens et pas mal de blessés. Une insatiable boulimie, mais après tout, c’est dans la logique du capitalisme.

Mais SOS Racisme ne se soucie guère de ces victimes et n’est pas à une immoralité près. Désireuse d’organiser un grand concert gratuit le 14 juillet à Paris, c’est tout naturellement à cette multi nationale que Dominique Sopo s’est adressé. Les professionnels français, sans nul doute, apprécieront, eux qui sont en guerre contre l’ogre américain pour éviter de se faire avaler par son appétit carnassier. D’autant que Live Nation est connu pour les marges bénéficiaires confortables qu’elle pratique, la maison mère veillant à cela plusieurs fois par an par des audits de sa filiale.

Là où les choses se compliquent, c’est qu’un tel événement, s’il est gratuit pour les spectateurs, ne l’est pas pour l’organisateur et SOS racisme a besoin d’argent pour le financer, et c’est par le biais de subventions publiques que SOS racisme espère trouver le million d’euros nécessaire. Qu’à cela ne tienne, la mairie de Paris et la région y pourvoiront certainement puisque la capitale est tenue par Delanoé, ami de la cause, et la région a pour vice-président, chargé de la culture… Julien Dray lui-même. Le monde est petit et bien fait quand on a besoin d’argent il est vrai.

Et voilà comment, les contribuables parisiens et franciliens vont probablement participer à enrichir une multinationale américaine qui, on s’en doute, n’est pas investie dans cette juteuse opération par conviction antiraciste, tombée d’un ciel soudainement ensoleillé par la perspective de se nourrir désormais de finances publiques.

SOS Racisme a les potes qu’elle veut, y compris à Wall Street, mais le contribuable doit-il en faire les frais ?

Noé Delane pour Euro-Reconquista

Source: http://www.euro-reconquista.com/site/