Francaisdefrance's Blog

17/05/2011

Affaire DSK: les tests ADN, ce n’est pas que dans « les experts »…

Tout le monde s’étonne, tout le monde le soutient dans cette « dure épreuve« , on le stigmatise à souhait. Mais dans cette histoire, la victime, c’est qui? 

FDF

.

Affaire DSK: les événements de lundi

Affaire DSK: les événements de lundiDominique Strauss-Kahn lors de sa comparution devant la juge, le 16 mai 2011.D.R

.

Dominique Strauss-Kahn a comparu cet après-midi. La juge s’est opposé à la remise en liberté du patron du FMI. La journée en direct.

L’essentiel de la journée

DSK reste en détention Evoquant un risque de fuite, une juge new-yorkaise a ordonné lundi l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn, et refusé de le libérer moyennant une caution d’un million de dollars. 

Un scénario a géométrie variable Avant que DSK ne s’exprime, mais plusieurs versions de son emploi du temps du samedi 14 mai circulent déjà. La plainte de la femme de chambre, qui accuse DSK d’agression sexuelle, a été relayée par les officiers de le NYPD avec force détails. Mais d’autres témoignages sont rapidement venus la contredire

Les conséquences pour le PS Martine Aubry avait fait passer un message clair à ses camarades socialistes: « Restez unis et responsables. » Pour une fois, le discours a été suivi à la lettre. Pas une voix discordante depuis le « coup de tonnerre ». 

19h43: Dominique Paillé, vice-président du Parti radical de Jean-Louis Borloo, a déclaré que la décision « impressionnante » du maintien en détention de Dominique Strauss-Kahn, « ne préjugeait » pas de l’issue, mais prouvait « que le pouvoir et la puissance sont éphémères ». Interrogé par l’AFP Dominique Paillé a par ailleurs affirmé que la « justice américaine est celle d’un grand pays démocratique », et qu’il faut « respecter ses décisions ». 

19h36: La ministre Roselyne Bachelot a exprimé sa « sidération » à propos de l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn. « Je dois dire que je n’y ai pas cru au départ, je pensais à une plaisanterie, à un gag », mais « la confirmation évidemment est arrivée », a-t-elle déclaré. 

19h32: Arlette Laguiller a déploré que « les médias » et les « milieux politiques » ne s’occupent que de l’affaire DSK. « Strauss-Kahn, sortant hagard et menotté d’un commissariat de Harlem, est une image qui, diffusée devant des centaines de millions de téléspectateurs, marque sa chute plus que tous les discours. Exit donc un des ténors, mais le spectacle continue », a-t-elle conclu…

Suite et source: http://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-dsk-les-evenements-de-lundi_993077.html?xtor=EPR-583

06/01/2011

Les musulmans ne voudront jamais « s’intégrer »…

Ce n’est pas simplement que les musulmans « ne sont pas bien intégrés dans la population »; c’est qu’ils ne veulent surtout pas le faire… Quand tout le monde aura compris ça…

FDF

.

Le sentiment anti-islam progresse des deux côtés du Rhin.

Une étude à l’échelle européenne portant sur l’intégration des musulmans dans divers pays fait ressortir la progression de la méfiance envers les musulmans. Les résultats de l’enquête devraient inquiéter les dirigeants français et allemands alors que celle-ci fait ressortir que 60% des sondés en France et 75% en Allemagne estiment que les musulmans « ne sont pas bien intégrés dans la population.« 

L’enquête, menée par l’institut de sondage IFOP, fait ressortir une hostilité chez les sondés, aussi bien français qu’allemands. Ceux-ci sont près de 40% a estimer que l’Islam est une « menace » pour l’identité de leur pays. Le chiffre est quasi-identique dans les deux pays et posent de manière crue la question des modèles d’intégration.

La classe politique française ne s’est pas remise du soutien conséquent de nombreux français aux propos de Marine Le Pen, héritière présumée du parti d’extrême-droite Front National, jugeant la présence de certains musulmans dans les rues le vendredi, jour de prière, comme étant comparable à  » l’Occupation » allemande lors de la dernière guerre. Le sérail politique allemand est, quant à lui, en difficulté face au débat identitaire provoqué par les propos islamophobes d’un membre du conseil de la Banque Fédérale allemande, depuis poussé à la démission, Thilo Sarrazin, jugeant l’immigration musulmane comme la source des maux de l’Allemagne. La France connaissait une recrudescence du questionnement identitaire depuis le débat avorté sur  » l’identité nationale » lancé l’an passé par le gouvernement. L’Allemagne se trouve elle aussi, à son tour, plongée dans la polémique alors que le passé nazi l’avait jusqu’alors préservée de telles dérives.

Source: http://www.fenetreeurope.com/