Francaisdefrance's Blog

16/12/2011

Non au blasphème: les catholiques sont de retour !

En général, le blasphème dénoncé à outrance est une spécialité musulmane, comme le couscous. On s’offusque, on condamne, on chiale, on se sent « heurté » au moindre tag sur le mur d’enceinte d’une mosquée et les élus du coin viennent faire un petit tour sur les lieux du « crime », histoire de récupérer quelques voix. Les caricatures du « prophète » sont punies de mort, souvent, et font l’objet de fatwas.

En revanche, les blasphèmes anti-chrétiens sont beaucoup moins médiatisés. Et pourtant, ils sont légions. Alors, les catholiques prennent les choses en main pacifiquement; eux-même… La chrétienté a le droit aussi de se sentir « heurtée »; surtout sur ses terres…

FDF

.

« Je ne suis pas croyant, ce n’est pas mon affaire », direz-vous? Erreur!  Outrager le Christ, couvrir son image d’excréments comme cela se passe désormais en plein Paris, dans des spectacles dits « culturels » subventionnés avec nos impôts, est intolérable.
Les catholiques fidèles à la tradition rejoignent enfin les « indignés » de la bonne cause, celle de la France et de l’Occident, contre la décadence de nos valeurs. 
L’inquiétude, qui est le commencement de la sagesse, commence à gagner la classe politique. Enfonçons le clou!

Institut Civitas
17, rue des Chasseurs – 95100 Argenteuil
01.34.11.16.94 – secretariat@civitas-institut.com
www.civitas-institut.com – www.francejeunessecivitas.com


La marche organisée dimanche dernier par l’Institut Civitas a rencontré un vif succès. Près de sept mille catholiques ont eu à cœur de faire passer un message à leurs élus et compatriotes en affirmant leur volonté de ne plus voir l’image de Dieu traitée de la manière la plus ordurière qui soit. Quelle découverte pour les journalistes que cette foule jeune, porteuse d’espérance, décidée à ne pas déserter le débat dans les mois qui viennent. L’automne catholique est devenu une réalité.

Cette détermination à faire entendre la voix catholique porte des fruits immédiats. Ce sont aujourd’hui 60 députés qui se rangent derrière une déclaration condamnant la christianophobie et faisant explicitement référence à nos manifestations. Et ce sont encore d’autres élus qui s’ajoutent pour remettre en cause les subventions publiques accordées au Théâtre du Rond-Point qui accueille « Golgota picnic ».

Bien sûr, les sources d’inquiétudes restent nombreuses. Noël est déchristianisé, les églises sont abandonnées, les institutions sont paganisées,… Mais, désormais, il faudra compter avec nous, les catholiques. Nous ne manquerons pas, dans les prochaines semaines, de nous organiser avec votre aide pour que 2012 soit l’année du réveil catholique.

Entretemps, je fixe rendez-vous à ceux qui le peuvent ce samedi 17 décembre à 20h, à Paris, à l’angle de l’avenue Franklin Roosevelt et de la rue Jean Goujon (métro : Alma/Marceau) pour le dernier rassemblement devant le Théâtre du Rond-Point. Jusqu’au dernier moment, nous aurons à cœur de venir réparer publiquement le blasphème promu sur cette scène.

Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas

——-

Les vidéos de la manifestation contre la christianophobie du 11 décembre :

jeunesse militante : http://fr.gloria.tv/?media=228486

FX Peron, représentant de Civitas à l’émission « Ce soir ou jamais »

Signez la pétition www.defendonslechrist.org Plus de 40.000 signataires !

29/11/2011

Le 11 décembre, grande manifestation à Paris contre Golgota Picnic.

Les muzz ne font que nous abasourdir de « profanations » pour un oui pour un non. Le monde chrétien a le droit aussi de s’indigner; surtout sur ses terres.

FDF

.

Le 11 décembre, grande manifestation à Paris contre Golgota Picnic

Après la mobilisation contre le spectacle de Castellucci, il s’agit maintenant d’organiser la riposte contre « Golgota Picnic ».

Quelle est donc la nature de ce « Golgota Picnic » ? Ce spectacle de Rodrigo Garcia est une injure au Christ. Les mots et les gestes y sont blasphématoires et quasi pornographiques, les scènes et les dialogues y sont viscéralement antichrétiens, sordides, pervers et humiliants. Les Evangiles y sont moqués de façon ordurière et profanatoire, avec une violence abjecte et glauque qui relève d’un fanatisme anticlérical et d’un fondamentalisme laïcard que nous combattrons avec fermeté.

Du 8 au 17 décembre, pas une représentation de Golgota Picnic à Paris ne se fera sans une mobilisation des chrétiens devant les portes du Théâtre du Rond Point.

Nous viendrons chaque jour faire acte de protestation et de réparation publiques.

Pour ce faire, notez déjà que Civitas a déclaré à la Préfecture une manifestation chaque soir de représentation, manifestation qui se tiendra avenue Franklin Roosevelt, face au théâtre.

Notez également que le dimanche 11 décembre sera l’occasion d’une nouvelle grande manifestation nationale contre la christianophobie. Elle partira à 14h de la place de l’Alma pour se diriger vers l’avenue Franklin Roosevelt. Ce 11 décembre doit être le point d’orgue de notre mobilisation. Organisez-vous dès à présent de toutes les provinces de France. Des cars sont prévus de Suisse et de Belgique. Qu’il en soit ainsi de toute la France.

Tous présents pour défendre l’honneur du Christ !

Alain Escada,

secrétaire général de l’Institut Civitas

+++++++

Escada (Civitas) invité chez Zemmour – La vidéo du débat : http://www.civitas-institut.com/content/view/725/1/

La vidéo de la manifestation contre la christianophobie à Toulouse : http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2011/11/22/les-indignes-catholiques-a-toulouse.html

10/09/2011

Campagne contre la christianophobie.

Nul ne peut dire qu’il ne peut rien faire ! Contre la christianophobie, donnons un coup de main à Civitas.

FDF

Deux spectacles, Golgota picnic et Sur le concept du visage du fils de Dieu, dont le contenu obscène, sacrilège et antichrétien ne fait aucun doute, sont programmés à partir du mois d’octobre et jusqu’en décembre à travers différentes villes de France. Aucun chrétien digne de ce nom ne peut sans réagir laisser le Christ insulté de la sorte. Il est une évidence que chacun doit prendre en compte : nous assistons à une surenchère de christianophobie que seule la détermination manifeste des chrétiens viendra enrayer, avec l’aide de Dieu bien entendu, parce que les hommes bataillent et Dieu donne la victoire.

Civitas organise une riposte de grande ampleur à laquelle chacun de vous peut et doit contribuer.

Que pouvez-vous faire ?

. Signer la pétition et la faire signer par votre entourage. Pour plus d’informations, allez sur le site défendonslecrucifix.org

. Ecrire et/ou téléphoner aux directions des théâtres concernés.

. Ecrire et/ou téléphoner aux institutions accordant des subventions publiques à ces spectacles ainsi qu’aux sociétés privées et fondations leur accordant du mécenat. Nous en publierons la liste complète dans les prochains jours.

. Ecrire aux Evêques de France afin de leur demander de condamner publiquement ces spectacles.

. Ecrire aux directions des associations chrétiennes afin de leur demander de soutenir cette mobilisation.

. Ecrire aux médias, parce qu’il faut faire de cette mobilisation contre la christianophobie un débat de société.

. Ecrire aux élus (sénateurs, députés, conseillers généraux et régionaux, maires, conseillers municipaux) pour dénoncer cet antichristianisme et les subventions publiques qui lui sont accordées.

. Relayer tout cela sur les sites et blogs, les forums de discussion et les réseaux sociaux.

. Coller affiches et autocollants que l’on peut commander au secrétariat de Civitas.

– Distribuer les tracts que l’on peut commander au secrétariat de Civitas.

. Venir à la grande manifestation nationale contre la christianophobie le samedi 29 octobre (rdv : 18h à la place des Pyramides)

. Organiser des cars ou des co-voiturages pour venir de province à cette grande et importante manifestation nationale.

. Participer aux manifestations régionales qui seront organisées (à Toulouse, Rennes et Villeneuve d’Ascq).

. Vous porter volontaire pour les services d’ordre qu’il nous faudra mettre en place lors des diverses manifestations.

. Participer aux récitations du chapelet qui seront régulièrement organisées devant les théâtres concernés (les informations suivront).

. Organiser des veillées de prières à travers toute la France.

. Ajouter à vos intentions de prières le recul de la christianophobie, la déprogrammation de ces spectacles, la bonne marche de cette mobilisation et la bienveillante protection de Notre-Seigneur sur tous ceux qui y participent.

. Proposer votre savoir-faire, vos compétences (en informatique, en graphisme, en vidéo, en photo, en sono,…).

. Aider financièrement Civitas à assumer le coût important de cette mobilisation à travers toute la France jusqu’en décembre (dons en partie déductibles fiscalement).

Nul ne peut dire qu’il ne peut rien faire. Chacun peut trouver dans cette liste différents moyens de contribuer à cet effort pour défendre l’honneur du Christ.

Puisque la Providence nous permet de disposer de quelques semaines pour nous organiser avant les premières représentations de ces spectacles sacrilèges, ce serait une grave négligence de ne pas mettre ce temps à profit. Civitas dresse un plan d’action selon un calendrier qui nécessitera le maintien d’une réelle mobilisation durant vraisemblablement plusieurs mois. Ce n’est donc pas une mince affaire. Cela signifie que cela va demander un investissement sans précédent de chacun de nous pour défendre l’honneur du Christ. A quoi bon nous dire chrétiens si nous ne sommes pas prêts à consentir quelques sacrifices pour Celui qui est mort sur la Croix pour notre rédemption ?

Que Dieu nous vienne en aide.

Alain Escada,

secrétaire général de l’Institut Civitas

Institut Civitas
17, rue des Chasseurs – 95100 Argenteuil
01.34.11.16.94 – secretariat@civitas-institut.com
www.civitas-institut.com – www.francejeunessecivitas.com

05/09/2011

Lettre à 40 000 élus…

Je relaie, pour que ceci soit lu par le plus grand nombre… Merci de faire suivre.

FDF

.

LES 40 000 ÉLUS  DESTINATAIRES DE CE COURRIER,  tout comme VOUS,  NE POURRONT PAS DIRE  « QU’ILS NE SAVAIENT PAS ».
REFUSONS de NOUS FAIRE ENVAHIR PAR D’AUTRES PSEUDO RELIGIONS,   NOTAMMENT L’ISLAM,  des ténèbres,  doctrine  POLITIQUE moyen-ageuse ET barbare,  adossée à la LOI MUSULMANE (SHARIA) totalement antidémocratique,  et non compatible avec nos sociétés évoluées.
L’ISLAM  conquérant, mais pas seulement, puisque leur dessein  est  la modification de nos sociétés, par l’invasion et l’extermination de nos peuples.  CE DONT, D’AILLEURS,  ils ne se cachent pas.
PRENEZ CONNAISSANCE DE CE COURRIER  QUE FATALEMENT VOS ÉLUS  AURONT REÇU,   ET  N’HÉSITEZ PAS à LEUR EN PARLER,  ils sont élus pour ça, AUSSI.

Il s’agit d’un bel effort et d’un travail de synthèse de grande qualité. L’association Civitas vient d’adresser hier  à 40 000 élus français (essentiellement des maires) sa nouvelle « Lettre aux élus » afin de les sensibiliser sur la christianophobie qui ne cesse de croître en France. Vous trouverez ici le texte intégral de cette lettre. En voici le texte de présentation signé de François Burle. D.H.

« Tous étaient égaux, mais certains l’étaient plus que d’autres »

(George ORWELL, La Fermes des animaux, 1945)

______________________________________________________________________________________________________________________________

Civitas, pour une cité catholique

La lettre aux élus

La Lettre aux Elus n°8 est en ligne.
Vous pouvez la télécharger en cliquant sur l’image.

Vous pouvez aussi télécharger les lettres archivées en cliquant ici.

  Sa lecture nécessite le programme Acrobat Reader disponible sur le site officiel d’Adobe
et que vous pouvez charger gratuitement en cliquant sur l’image ci-dessous :

Télécharger Acrobat Reader 8.1

CHRISTIANOPHOBIE EN FRANCE

« J’ai bon dos : je suis la cause de tous les malheurs, j’ai l’habitude, je suis catholique » (in « Roman français » de Frédéric
BEIGBEDER ; Grasset, 2009)
« Comportez-vous en hommes libres, non certes en hommes qui font de la liberté un voile jeté sur leur malice, mais en serviteurs
de Dieu » (Epître de saint Pierre I.2.11-19)
I – INTRODUCTION
Le sort des chrétiens de France ne peut être – pour l’instant – comparé à celui des chrétiens d’Orient dont certaines communautés ont récemment été victimes d’effroyables carnages tant à Bagdad1, qu’à Alexandrie (Egypte)2, suivis par l’assassinat, le 2 mars dernier, de Shahbaz BHATTI, seul ministre chrétien du gouvernement pakistanais. Et ce ne sont là que quelques menus exemples.C’est ce déchaînement de violences qui a amené par exemple l’hebdomadaire « Le Point » – peu suspect de christianophilie excessive – à présenter son numéro du 6 janvier dernier sous le titre «La chasse aux chrétiens3». Et pourtant… tant au Proche et Moyen Orient que dans une large partie de l’Afrique du Nord, avant l’invasion musulmane au VIIème siècle, le christianisme avait été la principale religion, pour ne pas dire l’unique religion …Quant à « L’Express », sous la plume de Christophe BARBIER, directeur de la rédaction, on pouvait notamment lire dans son éditorial du numéro du 4 janvier dernier que « Dans l’Orient proche ou lointain, comme en maints endroits de ce que l’on appelle le « Sud », les chrétiens sont rejetés, oppressés, persécutés. Carnages en Irak ou terreur en Egypte prouvent que le martyre est, deux mille ans après les lions du cirque romain, toujours au bout de la foi pour de nombreux croyants. Un silence de sépulchre accompagne cette oppression rampante et le christianisme (…) n’a guère droit, quand il est le credo des suppliciés, à la compassion des bonnes âmes ou à l’indignation des droits-de-l’hommistes ».Si le sang de catholiques ne coule plus en France, le mépris, pour ne pas dire l’hostilité et la haine à leur égard vont crescendo dans notre pays considéré pourtant jadis comme « la fille aînée de l’Eglise ».Dans l’éditorial précité, Christophe BARBIER constatait à son tour, s’agissant de la situation des chrétiens dans notre pays, que « (…..) tous peuvent se moquer d’eux à qui mieux mieux, jusqu’à l’injure, sans que les censeurs lèvent le sourcil, tandis qu’au moindre trait contre une autre religion, on est frappé d’infamie. (…) il se développe notamment en France, une nouvelle barbarie, qui s’attache à renier l’héritage judéo-chrétien, socle de notre civilisation ».En témoigne une attitude anti-chrétienne extrêmement répandue dans le monde des médias, de la publicité et celui du spectacle. Celle-ci imprègne nombre d’orientations prises par les pouvoirs publics : récente loi sur l’extension du travail dominical ; contenu de certains enseignements arrêté par le ministère de l’Education nationale, asphyxie de l’enseignement réellement catholique ; il peut s’agir également de petits gestes comme la nomination à la tête de « France Inter », en mai 2009, de Philippe VAL, jusque là directeur de « Charlie Hebdo » dont le fonds de commerce est la scatologie et la haine grossière de tout ce qui est chrétien…

Avec une telle mise en condition des esprits, favorisée par l’entreprise de déculturation à l’oeuvre à l’Education nationale4, comment s’étonner de manifestations portant au paroxysme l’expression de cet anti-christianisme ambiant : exposition de « Piss Christ » (c’est-à-dire « le Christ dans la pisse »), puis le spectacle « Opéra Théâtre », en Avignon, « Hellfest », (c’est-à-dire « la fête de l’enfer ») à Clisson, « Golgota  picnic » en décembre prochain, à Paris5 etc… etc…

Quant aux profanations de lieux de culte et de tombes chrétiennes, en augmentation constante, elle laisse généralement de marbre nos dirigeants qui font assaut de sollicitude auprès des représentants des deux autres religions monothéistes dans les cas infiniment plus rares où cellesci en sont victimes6.

Rappelons également le rôle majeur joué par la France pour que la mention des origines chrétiennes de l’Europe ne figure pas dans le projet de Constitution de l’U.E., alors que cette mention était exigée par de nombreux autres Etats-membres.

A la lumière de ce qui précède, on admettra que parler d’un climat de christianophobie en France n’est pas un abus de langage.


1 Attentat contre la cathédrale de Bagdad, le 31/10/10.
2 Attentat contre une église d’Alexandrie, à la sortie de la messe de nouvel an, le 31/12/10.
3 Alexandre DEL VALLE analyse en détails cette situation dans le chapitre 12 de son ouvrage intitulé «Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde. La nouvelle
christianophobie» ; édit. Maxima, 2011.
4 Se reporter à la bibliographie pertinente contenue dans «La Lettre aux Elu(e)s» n° 6 du 14/10/10 sur l’enseignement de l’Histoire.
5 Au théâtre du Rond-point, dans le cadre prestigieux du «Festival d’automne».
6 Pour la seule année 2010, le Ministère de l’Intérieur a recensé 495 profanations de lieux de culte ou de cimetières en France, dont 430 concernaient des lieux ou des symboles chrétiens. A qui fera-t-on croire que la promotion de groupes satanistes, comme à « la fête de l’enfer »à Clisson, n’est pas de nature à encourager ces actes odieux ?

II – ACCUSATIONS RÉCURRENTES LANCÉES CONTRE L’ÉGLISE OU VARIATIONS SUR UN LEITMOTIV CONNU…
« Les déviances de religieux sont une honte. L’Eglise qui les a révélées, ne cesse de s’en excuser. Le temps n’est plus où « Le Monde » pouvait publier en 1977, une pétition d’intellectuels conduits par Jean-Paul SARTRE et Simone de Beauvoir, pour la libération de trois pédophiles. Daniel COHN  BENDIT pouvait raconter sans fard, en 1975, sa participation à l’éveil sexuel des enfants, avec les encouragements de « Libération » (…) »
(Ivan RIOUFOL, « Le Figaro » du 2/4/10)Alors qu’elle a mis fin à une société antique dont l’économie toute entière reposait sur l’esclavage, alors qu’elle a promu la femme7 et qu’elle a favorisé non seulement tous les arts mais également la science – comme le démontre, parmi tant d’autres, l’Américain Rodney STARK, professeur de sociologie à la Baylor University, dans son ouvrage intitulé «  Le triomphe de la raison. Pourquoi la réussite du modèle occidental est le fruit du christianisme » 8 – l’Eglise est, depuis la Révolution de 1789, à part de rares répits, clouée au banc des accusés9.Le Moyen-Age est, depuis « Les Lumières », présenté comme « l’âge noir de l’humanité » avec la sempiternelle litanie de fléaux imputés à l’Eglise et à la société médiévale : droit de cuissage, grande peur de l’an mil, atrocités de la lutte contre le catharisme, des croisades, de l’Inquisition ; procès Galilée etc…La plupart de ces accusations destinées à provoquer la répulsion du christianisme ne résistent pas à l’examen impartial des sources historiographiques, comme cela a été mis en relief par des historiens de renom comme Jean GUIRAUD10, Pierre CHAUNU, Régine PERNOUD11, Jacques HEERS12 et Jean DUMONT13, pour ne citer que quelques noms.Comme l’avait été avant lui son prédécesseur Jean-Paul II, le pape Benoît XVI a fait l’objet d’attaques d’une violence inouïe à propos du rappel des règles touchant à la morale sexuelle que se doivent de respecter ceux qui se réclament du catholicisme. Certains n’ont pas hésité à demander qu’il soit poursuivi devant un tribunal en raison du crime prétendument commis en proscrivant l’usage du préservatif, dont le port serait censé éviter la mort d’innombrables êtres humains dans le monde14.Plus récemment, les cas de pédophilie dont des prêtres se sont rendus coupables ont durement ébranlé l’Eglise : de nombreux cas certeset n’y en aurait-il eu qu’un seul, il n’en aurait pas moins eu un caractère abominablemais insignifiants par rapport au nombre de prêtres dans le monde dont le comportement est irréprochable, d’une part, ainsi qu’au nombre de cas de pédophilie enregistrés par la police, commis par des individus qui n’ont aucun lien avec l’Eglise, d’autre part.

Cependant, parmi les chefs d’accusation brandis pour que l’Eglise soit à tout jamais marquée du sceau de l’infamie, l’accusation du « silence étourdissant » du Pape Pie XII sur le sort des Juifs pendant la 2ème guerre mondiale constitue la pièce maîtresse qui permet notamment de museler l’épiscopat :

L’opération de discrédit de ce pape qui avait pourtant – dans son encyclique « Mit Brennender Sorge »15 de mars 1937 – ouvertement condamné l’idéologie raciste, le culte de l’Etat et du chef ainsi que le paganisme nazi, fut décidée par les soviétiques non seulement en représailles de sa condamnation du totalitarisme marxiste qualifié « d’intrinsèquement pervers », mais également pour justifier les persécutions des catholiques dans les pays subissant le joug soviétique (Pologne, Hongrie, Tchécoslovaquie, Lithuanie etc…).

Ainsi fut suscitée la pièce de théâtre « le vicaire », de Rolf HOCHHUTH, qui fut membre des jeunesses hitlériennes16 avant de devenir écrivain gauchiste. En 2001, avec son film « Amen », le réalisateur communiste Costa GAVRAS exploita la même veine.

Depuis lors, les allégations de lâcheté, d’antisémitisme et d’extrême mansuétude vis-à-vis du national-socialisme, pour ne pas dire de complicité, dirigées contre Pie XII, ne souffrent pas une once de contradiction. Ce qui a notamment eu pour effet de geler le processus de béatification, entamé en 1965 sous le pontificat de Paul VI, de ce grand Pontife.

Ecartées, balayées, les innombrables preuves de l’inlassable sollicitude déployée pour les Juifs par ce très grand pape durant ces années d’épouvante :

Profondément ému par la charité de Pie XII à l’égard de ses coreligionnaires, le grand rabbin de Rome, né Israël ZOLLER, se convertit ainsi que son épouse et sa fille au catholicisme en 1945, en adoptant comme prénom de nouveau baptisé Eugenio, c’est-à-dire celui du pape, né Eugenio PACELLI17. Il vanta jusqu’à sa mort en 1956, les mérites de ce pape qui avait eu une grande importance dans sa conversion.

Dans son autobiographie18, Eugenio ZOLLI écrit notamment : « La rayonnante charité du pape, penché sur toutes les misères engendrées par la guerre, sa bonté pour mes coreligionnaires traqués, furent pour moi l’ouragan qui balaya mes scrupules à me faire catholique».

Dans son ouvrage de 196719, l’historien israélien Pinchas LAPIDE, ancien consul d’Israël à Milan écrit en particulier que le rôle de Pie XII « a été déterminant pour sauver environ 850.000 juifs d’une mort certaine dans les territoires occupés par l’Allemagne nazie ».

Pour mettre un terme – il faut le souhaiter, définitif – aux mensonges de « la légende noire » sur Pie XII, paraissait en 2005 l’ouvrage « Pie XII et les Juifs. Le Mythe du Pape d’HITLER »20 écrit par le rabbin et chercheur new-yorkais David DALIN, dans lequel ce dernier défend à son tour la mémoire de Pie XII, victime selon lui d’une campagne de diabolisation.

On peut notamment y lire ce qui suit :

« Imputer la condamnation qui revient à HITLER et aux nazis à un pape qui s’opposa à eux et était ami des juifs est une abominable calomnie. Quels que soient leurs sentiments vis-à-vis du catholicisme, les juifs ont le devoir de rejeter toute polémique qui s’approprie la Shoah pour l’utiliser dans une guerre des progressistes contre l’Eglise catholique ».

ainsi que :

« Jamais un pape n’a été autant félicité par les juifs. Immédiatement après la Seconde Guerre mondiale et durant les années qui ont suivi, des centaines de manifestations d’estime envers Pie XII ont été apportées à son égard de la part des plus hautes autorités d’Israël depuis Mme Golda MEIR et le Grand Rabbin de Jérusalem, jusqu’au Grand Rabbin de Rome, Elio TOAFF ».


7 V. l’ouvrage de Régine PERNOUD « La femme au temps des cathédrâles » ; Stock, 1981, ainsi que celui d’Anne-Marie PELLETIER, « Le christianisme et les femmes ».
8 Presse de la renaissance, 2007.
9 Il n’est peut être pas inutile de rappeler que c’est l’Inquisition qui a instauré le droit à la défense d’un accusé.
10 Notamment auteur de « Histoire partiale, Histoire vraie », 1910.
11 V. notamment ses ouvrages « Pour en finir avec le Moyen-Age » et « La femme au temps des cathédrales » cité supra.
12 V. notamment ses ouvrages « Le Moyen-Age, une imposture » ; Perrin, 1992 et « L’histoire assassinée », 2006.
13 de « L’Eglise au risque de l’Histoire » ; préface de Pierre CHAUNU ; édit. de Paris, 2002.
14 Les résultats d’études récentes confirment qu’en réalité le préservatif n’offre aucune garantie absolue de protection contre la contamination par le sida.
15 En français : « Avec une brûlante inquiétude ».
16 L’écrasante majorité de la jeunesse allemande, totalitarisme oblige…
17 V. «Eugenio ZOLLI et le Pape Pie XII» de Judith CABAUD (Franco-américaine juive convertie au christianisme); Kephas, 2006.
18 « Prima dell’alba » (« avant l’aube ») ; 1954.
19 « Three Popes and the Jews » (« Trois Papes et les Juifs »).
20 Edit. Tempora, 2007.

III – QUELQUES MANIFESTATIONS SIGNIFICATIVES DE CHRISTIANOPHOBIE
III.1 – L’attitude hostile aux chrétiens d’une grande partie du monde des médias, de la publicité et du spectacle.
« La base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (….). Or, pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible »21.Alors que l’islam et le judaïsme n’en sont jamais victimes, jour après jour les chrétiens et tout particulièrement les catholiques, ont la douleur de constater que leur religion est tournée en dérision ou carrément traînée dans la boue, que ce soit au cinéma, à la télévision, à la radio, dans la publicité ou la presse écrite, par des bouffons royalement rémunérés dont l’inculture, notamment religieuse, n’a d’égale que la lâcheté et la vulgarité.Ainsi, durant l’été 2009, alors qu’il vient juste de devenir propriétaire de l’hebdomadaire « Inrockuptibles », Matthieu PIGASSE, directeur général délégué de la banque Lazard France, fixe à la rédaction de ce magazine l’objectif d’« être encore plus subversive». Tout un programme… Contre qui et contre quoi est-il politiquement correct et sans danger aucun d’exercer cette subversion ?Ainsi, en 2010, les médias instruisent un procès inique contre l’Eglise et en particulier contre le Pape, sur le double sujet du révisionnisme et de la pédophilie22. Cela donne alors lieu à un déchaînement de haine et d’abjection : dans un numéro du magazine hebdomadaire du « Monde » – dont M. PIGASSE est également devenu, depuis novembre 2010, actionnaire majoritaire23 le caricaturiste PLANTU représente de manière extrêmement réaliste le Pape Benoît XVI en train de sodomiser un garçon!A la pointe des attaques, on retrouva évidemment « Libération », quotidien qui avait pourtant publié en mai 1977 un plaidoyer en faveur du « Front de libération des pédophiles » !!
Par ailleurs, la journaliste Elisabeth LEVY a souligné les contradictions du discours dominant sur toutes les ondes en faisant remarquer qu’« il est paradoxal de célébrer la diversité en toute chose sauf dans le domaine des idées » et que « notre société qui adore la transgression passe son temps à traquer les dérapages, terme indiquant clairement que certains points de vue sont autorisés et d’autres pas »24.
En particulier les points de vue des rares prélats osant braver la police de la pensée. Mgr CATTENOZ, archevêque d’Avignon en a encore fait l’expérience : c’est vraisemblablement son franc-parler qui lui a valu un article de facture stalinienne d’une pleine page dans « Le Monde » du 7 janvier dernier, intitulé « l’évêque de la discorde ».
Sur la station de radio britannique BBC 4, un évêque, pourtant anglican, rappelait dernièrement que « le rôle d’un évêque est de proclamer la Vérité et de défendre la Foi ». Il va par conséquent de soi qu’un évêque digne de ce nom ne peut être qu’en « discorde » avec le « monde » au sens que donne à ce terme l’Evangile.Les censeurs impénitents de l’Eglise s’imposent d’ailleurs à eux-même une auto-censure de tous les instants :

Ainsi a-t-on pu lire dans « Le Figaro » du 28 mai 2011 que « le cas DSK pose la question de l’ « omerta25 » à la française » …
Les déclarations de soutien que « l’affaire STRAUSS KAHN » a suscitées chez certaines « autorités morales » ont en outre mis en lumière l’imposture de leurs auteurs.
Pour Jean-François KAHN, redresseur de torts patenté, prompt à dénoncer « les crimes de l’Eglise » dans l’hebdomadaire « Marianne », il ne fallait voir qu’ « un troussage de domestique », dans ce que la justice américaine qualifiait alors de viol avec séquestration !

Quant à Caroline FOUREST, omniprésent et infatigable procureur des « intégristes catholiques et musulmans », elle a curieusement fait preuve d’un étonnant mutisme dans ce qui apparaissait alors comme le viol d’une pauvre noire par un riche et puissant blanc. Or, elle est généralement prolixe en matière d’anathèmes ; ainsi, le 12 février 2010, tenait-elle sur « France culture » – station de service public – où elle est également chroniqueuse, des propos orduriers sur le pape Jean-Paul II, à propos d’un « kiss-in LGBT26» prévu sur la place de Paris qui porte désormais le nom de ce pape.
Le titre d’ « opinion leaders » (« guides de l’opinion ») attribué à certaines divas des médias est par ailleurs révélateur de la fabrication normalisée du prêt-à-penser, comme l’est la concentration de l’écrasante majorité des titres de la presse écrite, des stations de radio ainsi que des chaînes de télévision, dans les mains d’une poignée de capitaines de la finance et de l’industrie.

Un mot sur le monde du spectacle et du cinéma :

Sur scène, il est très « porteur » pour un « humoriste » de s’attaquer aux catholiques. En revanche, changer de « tête de turc » peut se révéler fatal à une carrière. C’est ce qu’ont expérimenté notamment le comique DIEUDONNE et le caricaturiste SINE qui sévissait dans « Charlie Hebdo »…

Dans la production cinématographique française de ces dernières années, on note un parti pris quasi systématique de malveillance à l’égard de l’Eglise et de ses représentants.
L’annonce de la sortie en France, en mars 2004, du film de Mel GIBSON « La Passion du Christ », qui suit fidèlement les Evangiles (après l’avoir visionné, le pape Jean-Paul II avait déclaré laconiquement « c’est montré comme cela a été »), a donné lieu à une campagne de presse hystérique.
Tout en reconnaissant qu’ils ne l’avaient pas visionné eux-même, des membres de la médiacratie n’ont pas hésité à relayer le mot d’ordre d’interdiction de la projection de ce film, notamment au motif de son insoutenable violence !
Vous trouverez ci-après une courte liste d’ouvrages sur les médias dans lesquels est mise en lumière et analysée « la fabrication » de « l’opinion publique » qui passe par la mystification méthodique et permanente du citoyen :

« Les médias et les illusions nécessaires », de Noam CHOMSKY ; édit. K Films, 1993 ;
« Les nouveaux chiens de garde », de Serge HALIMI ; édit. Liber-Raisons d’agir, 1997 ;
« Désinformation – Flagrant délit », de Vladimir VOLKOFF ; édit. du Rocher, 1999 ;
« L’opinion ça se travaille », de Serge HALIMI et Dominique VIDAL ; édit. Agone, 2000 ;
« La face cachée du Monde », de Pierre PEAN et Philippe COHEN; édit. Mille et une nuits, 2003 ;
« Bien entendu, c’est off », de Daniel CARTON ; édit. Albin Michel ; 2004 ;
« Une imposture française » de Nicolas BEAU et Olivier TOSCER ; édit. Les arènes, 2007 ;
« Les éditocrates », de M. CHOLLET, O. CYRAN, S. FONTENELLE et M. REYMOND ; édit. La découverte, 2010 ;
« Les intellectuels faussaires », de Pascal BONIFACE ; édit. J.C. Gawsewitch, 2011.


21 Déclaration faite en 2004 par Patrick LE LAY, Pdg de TF1, citée dans «On achète bien les cerveaux» de Marie BENILDE; Raisons d’agir, 2007.
22 Il n’est absolument pas question de nier le caractère abominable des actes de pédophilie commis par des prêtres, lesquels se doivent d’être des modèles de pureté pour les laïcs. Il faut toutefois relever, d’une part, que rien de tel ne peut être reproché à l’écrasante majorité des prêtres et, d’autre part, que la plupart de ces crimes ont été perpétrés dans les années durant lesquelles l’Eglise a connu un grand chambardement et où un puissant courant libertaire faisait sauter tous les tabous (cf les révélations autobiographiques de Daniel COHN BENDIT et de Frédéric MITTERRAND, entre autres).
23 Conjointement avec Pierre BERGE et Xavier NIEL (v. «Le Monde du 4/11/10).
24 Cf «Le Monde» du 30/4/11.
25 Terme sicilien que l’on peut rendre en français par «loi du silence».
26 pour « LESBIENNES/GAYS/BI/TRANS ».

III.2 – A l’Education nationale, règne désormais « l’ordre immoral ».
S’il est de nouveau question de l’Education nationale dans cette Lettre aux Elus, c’est parce qu’elle n’est pas seulement une « fabrique de crétins27» mais qu‘elle est devenue une immense station de lavage des jeunes cerveaux.
C’est ce que démontre notamment Sophie COIGNARD, grand reporter à l’hebdomadaire « Le Point », dans son récent ouvrage intitulé « Le pacte immoral. Comment les élites sacrifient nos enfants »28.
Selon l’auteur, tout laisse à penser qu’un seul but est poursuivi : priver l’école de la mission pour laquelle elle a été conçue – à savoir transmettre le plus de connaissances possible au plus grand nombre possible – pour lui substituer celle de réformer les hommes et la société, selon les voeux d’un groupuscule d’idéologues, ce qui, au passage, constitue un magistral déni de démocratie digne de systèmes totalitaires. Alors qu’il se montre incapable de remplir sa mission et qu’il n’en a pas du reste la volonté, dixit S. COIGNARD, « le mammouth », 6ème plus gros employeur au monde, viole les consciences des élèves et bafoue les droits éducatifs des parents.

Ainsi en témoignent des mesures décidées dernièrement qui heurtent de front non seulement les convictions d’une majorité de nos compatriotes et tout particulièrement celles des chrétiens, mais violent de surcroît outrageusement les dispositions des articles suivants de la « Déclaration universelle des droits de l’homme » de 1948 :

Art. 16, para. 3 : « La famille (et non le couple, Ndlr) est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’Etat. » ;
Art. 18 : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seul ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, le culte et l’accomplissement des rites. » ;
Art. 26, para. 3 : « Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. » ;
En outre, l’art. 29, para. 2, qui traite des limitations éventuelles à l’exercice des droits reconnus dans la Déclaration, cite encore « les justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être en général (…) ».
III.2.A – La théorie du «Gender» (du «genre sexuel», en français)
L’enseignement de la théorie du « Gender » déjà présent au programme de Sciences Po Paris, figurera l’an prochain dans les nouveaux programmes de SVT des classes de première. Cette théorie émane d’un courant de pensée selon lequel la différenciation et l’orientation sexuelle ne sont pas des données inscrites dans la nature même de l’individu depuis sa naissance mais résulteraient d’un acquis culturel imposé par la société dans laquelle il grandit !C’est donc la négation de l’identité de chaque être humain et de l’altérité naturelle des sexes puisqu’il s’agit d’expliquer aux élèves que s’ils portent les marques distinctives de la virilité ou de la féminité, rien n’est pour autant définitif; il leur appartiendrait dès lors de se déterminer selon leurs envies, elles-même susceptibles de varier au cours de l’existence.Cette affirmation idéologique, dénuée de tout fondement scientifique, constitue une dérive totalitaire qui inquiète à juste titre les catholiques qui y voient une rupture majeure avec la loi naturelle. III.2.B – Propagande pro-avortement
Un jeune professeur d’Histoire-Géographie affecté dans un établissement secondaire de Manosque (département des Alpes-de-Haute-Provence) a tout récemment été révoqué pour un manquement impardonnable : il a organisé, comme l’ordonnent pourtant les directives en vigueur, un débat contradictoiresur l’avortement, en cours d’instruction civique.Selon ses déclarations, les enseignants ne peuvent en réalité que parler positivement de l’avortement, en le présentant comme un progrès pour les femmes et un acte médical anodin ; Il aurait de ce fait considéré de son devoir de chrétien d’évoquer également l’autre facette de l’avortement : après avoir récité la vulgate officielle, à ceux de ses élèves de première qui le souhaitaient, il a fait visionner le documentaire intitulé « No need to argue » (Nul besoin d’argumenter) qui montre ce qu’est véritablement un avortement.Dénoncé par deux collègues, partisans de l’organisation « Prochoix », il a fait rapidement – malgré une pétition de soutien de nombreux élèves – l’objet d’une procédure disciplinaire où les règles en vigueur en matière de défense ont été bafouées. Cette procédure s’est achevée par un acte d’accusation dressé par un Conseil de discipline haineux, dans lequel lui sont notamment reprochées ses positions trop proches de celles de l’Eglise catholique !

En revanche, le « Planning familial » est habilité à visiter les établissements secondaires pour s’y livrer à ce qui n’est que de la propagande pure et simple en faveur de l’avortement.

Or, le numéro du 29 juin dernier de l’hebdomadaire « L’Express » contenait un bref article intitulé « L’Europe en voie de désertification». On y lit notamment que « selon un rapport sur la natalité en Europe publié par la Rand Corporation, aucun des 27 pays de l’Union n’atteint aujourd’hui le taux de fertilité nécessaire pour assurer le renouvellement des générations, soit une moyenne de 2,1 enfants par femme».
Cette information n’est bien évidemment pas une révélation, mais elle confirme que les cocoricos du gouvernement sur « l’exception démographique française » ne sont qu’un leurre de plus, comme les très récentes lamentations officielles sur les chiffres de l’avortement chez les très jeunes filles, généralement d’origine européenne ; le Coran étant plus respecté que la Bible s’agissant notamment de cet interdit …
III.2.C – « Le Pass-contraception » : un autre aller simple pour le terminus de la nation française
En 2009, Mme Ségolène ROYAL, président de la région Poitou Charentes, avait initié le projet mais s’était heurtée à l’opposition du ministre de l’Education Nationale et au refus de l’académie compétente d’autoriser les proviseurs de lycée à distribuer le « pass ».

Depuis avril dernier, la région Ile-de-France a mis en place son « Pass santé contraception » ; ainsi, 159.000 jeunes âgés d’au moins 17 ans « pourraient en bénéficier », selon le communiqué du Conseil régional.

Pour justifier cette initiative, qui bafoue l’autorité des parents, croyants ou non – dans un domaine où, je le répète, l’Etat n’a pas à s’immiscer – est mis en avant le fait que « plus de 13.200 IVG ont été réalisées sur des mineures en 2006 »29. On déplore ainsi l’ampleur d’un phénomène que des spécialistes jugent d’ailleurs sous-évalué, en feignant d’ignorer que l’avortement est présenté dans les établissements scolaires comme un moyen contraceptif anodin (cf point précédent) .



27 Titre de l’ouvrage de Jean-Paul BRIGHELLI, agrégé, ancien trotskiste ; 2005 ; v.aussi liste ouvrages sur EN dans Lettre aux Elus n°6 du 14/10/10.
28 Albin Michel, 2011, dont la lecture est vivement conseillée…
29
Environ 15.000 en 2010, selon le Pr. Israël NISAND qui a coordonné les travaux du récent colloque « Les nouveaux enjeux de l’IVG en 2011 » (7/3/11, à Paris).

IV – LES DEVOIRS DES ELUS SOUCIEUX DU BIEN COMMUN
Est-il défendable que de certains élus tolèrent que sur le territoire où s’exerce leur mandat puissent être donnés des spectacles qui, outre qu’ils attentent aux bonnes moeurs, agressent délibérément les chrétiens et incitent à leur haine?Par ailleurs, l’endettement des départements et des régions pèse de plus en plus lourd sur les Français comme le prouvent des données récemment publiées : entre 2001 et 2009, l’endettement des départements a progressé de 58% et celui des régions a plus que doublé.Est-il dès lors concevable que des départements ou des régions subventionnent de tels spectacles ?Ainsi en Avignon, s’est tenue durant la récente période pascale, avec, non seulement le concours financier de la commune, celui du département, du Conseil Régional PACA et du Ministère de la culture, mais également du groupe LVMH, l’exposition30 « je crois aux miracles » dont « la pièce majeure » était la photo, due au ressortissant américain Andrès SERRANO – intitulée « Piss Christ » (le Christ dans la « pisse ») – d’un crucifix baignant dans un bocal rempli de l’urine de l’ « artiste »!!Il convient d’ajouter, d’une part, que cette exposition a été réalisée dans le cadre de la Fondation Lambert dont le budget de fonctionnement bénéficie des largesses de la commune et que, d’autre part, ladite fondation est hébergée dans un bâtiment prestigieux du XVIIIème siècle, propriété de la ville d’Avignon.Dans « La cité des papes », on a de surcroît dernièrement récidivé avec le spectacle « Opéra-Théâtre » de CASTELLUCCI. Au cours des différents tableaux qui composent « l’oeuvre », l’on peut notamment voir des enfants lançant des grenades factices sur une photo géante du Christ, puis le visage du Seigneur trituré, déformé, avant qu’un voile noir ne l’occulte et qu’apparaisse sur le panneau final la phrase « You are not my shepherd » (Tu n’es pas mon berger31) !

A Clisson (Loire Atlantique) – là même où, le 24 janvier 1794, les « colonnes infernales » de TURREAU ont achevé d’exterminer hommes, femmes et enfants qui avaient pu échapper aux précédents massacres et ont brûlé les dernières maisons intactes32 – se tient depuis 2006, « Hellfest » (« la fête de l’enfer » en français), considéré comme le plus grand « festival » de « musique metal » de France. « Festival » parrainé, entre autres, par Kronenbourg, « la bière du bon goût français ».

Particularité de cette « fête » : des torrents de décibels et de haine de tout ce qui est chrétien ! Là encore, ce déchaînement pathologique bénéficie de l’aide des collectivités locales. Celles-ci envisageraient de surcroît de financer la réinstallation, vers un autre site à proximité, de l’édition 2012 de cette « fête » ; le budget prévisionnel s’éléverait à 650.000 euros !

Un dernier exemple, car la place manque pour évoquer d’autres manifestations anti-chrétiennes particulièrement odieuses : à Paris, dans le cadre prestigieux du « Festival d’automne » – qui bénéficie du soutien de plusieurs ministères, du Conseil régional d’Ile-de-France, de la mairie de Paris, d’Air-France ainsi que de celui de nombreux partenaires du secteur privé – est programmé au théâtre du Rond-point, du 8 au 17 décembre prochain, un spectacle intitulé « Golgota picnic » dont l’obscénité le dispute à l’ignominie.

Le Christ y est notamment dénommé « el puto diablo ». Joué précédemment en Espagne, ce spectacle a provoqué un tel tollé qu’il a donné lieu à une question au Parlement.

Que de mauvaises farces dignes de carabins, montées avec des subventions publiques, soient hissées, par des prétendues élites, au rang d’« oeuvre d’art », en dit long sur l’imposture de leurs promoteurs et sur le degré de décadence atteint dans notre patrie, jadis tenue pour la « mère des Sciences, des Lettres et des Arts ».

On reste sans voix devant l’absence totale, chez ces prétendues élites et chez certains mandataires de puissance publique, non seulement de tout sens élémentaire des convenances mais également, eu égard au déficit abyssal des finances publiques, de discernement dans l’utilisation de l’argent des contribuables.

Dans un autre registre, comment ne pas s’indigner du comportement du maire de Strasbourg :
en réponse à des parents d’élèves qui ne comprenaient pas que l’on serve des menus « Halal »33 dans les cantines scolaires de Strasbourg tout en refusant que du poisson soit servi le vendredi, l’intéressé a déclaré « nous servons de la viande Halal par respect pour la diversité, mais pas de poisson par respect pour la laïcité » !!!

Curieuse conception de la laïcité : dans un article du « Monde » du 3/8/11, intitulé « les musulmans strasbourgeois fiers de leur mosquée », on peut notamment lire que la « grande mosquée »34 de Strasbourg a été « financée à hauteur de près de 30% par des fonds publics (mairie 10%, conseils général et régional 16%35) ».

A ce propos, différentes déclarations récentes de membres du Gouvernement semblent indiquer une volonté d’amender la Loi de 1905 pour financer, par nos impôts, la construction de mosquées. Cela aurait évidemment, pour effet, entre autres, de renforcer considérablement l’islam en France.

Quand on songe à l’état de délabrement dans lequel se trouvent en France d’innombrables églises, chapelles, y compris celles présentant une immense valeur sur les plans historique et architectural, la justice la plus élémentaire exige que si de l’argent public est affecté à des lieux de cultes musulmans, il en aille de même en faveur des chrétiens, à proportion de leur nombre.

Garants et de l’ordre public mais aussi du bien commun, les Elus se doivent de faire en sorte que là où s’exercent leurs compétences, la religion chrétiennereligion dont se réclament encore aujourd’hui une majorité de nos concitoyenssoit traitée avec autant d’égards que le judaïsme et l’islam.

Il est également de leur devoir de veiller à ce que l’argent des contribuables ne serve ni à l’incitation à la haine des chrétiens ni au développement de l’islam au détriment de la religion chrétienne.

Enfin, il serait conforme à l’esprit de la démocratie qu’en particulier sur les projets de mesures qui touchent au plus profond de l’âme d’un peuple, les citoyens soient consultés jusque et y compris au plan communal.


30 Outre-atlantique, elle avait déclenché une telle indignation qu’elle avait été interdite non seulement aux Etats-Unis, mais également au Canada et en Australie.
31 Allusion évidente aux paroles du Christ «Je suis le bon berger …».
32 V. histoire de Clisson dans Wikipedia et différents ouvrages traitant du génocide accompli dans le Nord-Ouest de la France.
33 Aujourd’hui, selon une enquête menée par 8 grandes associations de protection animale dont la fondation B. BARDOT, le Conseil de protection animale ainsi que la SPA, plus de 60% de la viande consommée en France provient de l’abattage rituel « notamment « Halal » » et presque 100% en ce qui concerne l’Ile-de-France. Le Français lambda finance ainsi à son insu le culte musulman avec l’approbation tacite des pouvoirs publics.
34 Il y avait déjà 25 mosquées dans la capitale de l’Alsace, selon l’article en question du « Monde ».
35 L’Alsace relève dans ce domaine non pas de la Loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat mais du Concordat de 1801.

V. CONCLUSION
En 2005, au moment où la République se préparait à célébrer en grandes pompes le centième anniversaire de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat – loi voulue pour accélérer la déchristianisation de la France – de violentes émeutes ont éclaté dans ce qu’il est convenu d’appeler « les banlieues » ; c’est-à-dire des territoires où vivent en grand nombre des musulmans et dans lesquels les forces de l’ordre – de l’aveu de membres de la hiérarchie – renoncent aujourd’hui à pénétrer par crainte d’une insurrection36.Ainsi, après avoir exclu la vraie religion de la vie publique, après avoir transformé toutes les institutions sociales – l’école notamment – en instruments de lutte contre le catholicisme, on laisse le champ libre à l’islam dont l’expansion est fulgurante dans notre pays. Selon les projections démographiques les plus récentes, un enfant qui naît aujourd’hui en France, devrait vraisemblablement, l’âge mûr atteint, vivre dans un environnement majoritairement musulman.Or, nul ne peut nier la place centrale qu’a tenu, jusque dans les années soixante, le catholicisme en France.C’est pourquoi, la décomposition rapide37de notre société, frappée par la crise morale, intellectuelle et spirituelle la plus grave qu’ait traversé notre pays, démontre de manière magistrale que ce qui en est la cause majeure c’est l’actuel abaissement de l’Eglise.Plus qu’aucune autre nation, la « fille aînée de l’Eglise » a un message particulier à faire passer ; lorsque l’on médite son passé, on se convainc que les moments de profond abaissement, comme ceux de redressement miraculeux qui ponctuent son histoire, concordent étonnamment avec son infidélité ou sa fidélité à sa vocation originelle illustrée de manière éclatante par les témoignages d’innombrables saints dont sainte Jeanne d’Arc.Le redressement moral et économique de la France ne peut dès lors passer que par le redressement de l’Eglise.

L’espérance est, par excellence, une vertu chrétienne. Or, il existe des raisons d’espérer : il n’est que de songer aux Etats placés naguère sous le joug du totalitarisme marxiste-léniniste où prêtres et religieux étaient tués ou incarcérés, où les lieux de cultes étaient soit détruits, soit profanés et fermés et dont beaucoup pensaient que la religion chrétienne y serait éradiquée à tout jamais …

Tel a été le sort, entre autres, de la Hongrie. Or, dans la nouvelle Constitution dont cet Etat-membre de l’U.E. vient de se doter, il est notamment énoncé que « depuis sa conception, la vie mérite d’être protégée comme un droit humain fondamental (….) et que le mariage, l’union de base la plus naturelle entre un homme et une femme, fondement de la famille » est protégé38.

De même, en Croatie, naguère membre de la République Fédérative Socialiste de Yougoslavie, où la pratique religieuse était dissuadée avec la plus grande vigilance, voit-on aujourd’hui des croix toutes neuves aux carrefours et des chapelets dans les autobus publics ….


36 Cf l’article intitulé «Cité – Entrée interdite» publié dans «Valeurs actuelles» du 20/7/11
37 Cf l’ouvrage de Thierry DESJARDINS «La décomposition française»; Albin Michel; 2002.
38 V. «Le Monde» du 6/01/11.

**************************************************************

Ref: http://www.lalettreauxelus.com/lettres/lettre.php#lien1

http://www.christianophobie.fr/breves/civitas-adresse-a-40-000-elus-francais-une-lettre-sur-la-chistianophobie-dans-notre-pays

12/07/2011

Message de Civitas…

Ceci, je me fais un plaisir de relayer…
FDF
.
Appel aux catholiques de France :
il faut nous préparer à une mobilisation sans précédent contre une nouvelle provocation christianophobe
Ce message ne s’adresse pas à ceux qui ne sont que catholiques par convention, par habitude, par esprit mondain qui ne dit pas son nom. Ceux-là resteront insensibles à cet appel, trouveront mille prétextes pour ne pas y répondre. Non, ce n’est pas aux tièdes que ces lignes sont destinées. Elles sont réservées aux hommes et femmes dont l’âme brûle du désir de servir Dieu et qui ont la ferme volonté d’agir afin que la France reste fidèle à sa mission de fille aînée de l’Eglise. C’est vers vous que je me tourne avec confiance parce que je ne doute pas de votre générosité et de votre sens du devoir. Ces mots, plutôt que de les écrire, j’aimerais vous les dire en vous regardant droit dans les yeux, pour tenter de vous persuader plus encore de l’importance de ce qui suit.
Un nouvel acte de christianophobie se prépare, un scandaleux spectacle blasphématoire qui se déroulera à Paris l’hiver prochain dans le cadre d’un prestigieux festival bénéficiant de subventions du Ministère de la Culture et de nombreux mécènes parmi lesquels la Fondation Pierre Bergé ou encore la société anonyme Baron Philippe de Rothschild. Le contenu de ce spectacle vise ce qui est sacré et cherche à salir avec vulgarité et obscénité le christianisme.
L’Institut Civitas s’engage à consacrer toute son énergie à mener une vaste campagne visant à obtenir la déprogrammation de ce blasphème. Dès la rentrée de septembre, Civitas lancera la mobilisation. C’est du Christ qu’il s’agit. Celui qui est Notre Père. Qui laisserait sans réagir son père se faire insulter, humilier ? Pas vous, n’est-ce pas ? Non, cela nous est, à vous et moi, insupportable.
Mais puisque la Providence nous permet de disposer de quelques semaines pour préparer cette mobilisation, ce serait une grave négligence de ne pas mettre ce temps à profit. C’est pourquoi Civitas a choisi de consacrer, du 29 au 31 juillet prochains, sa session d’été à la christianophobie et à la façon d’y répondre. Ce sera l’occasion d’établir minutieusement notre plan d’action selon un calendrier qui nécessitera le maintien d’une réelle mobilisation durant vraisemblablement plusieurs mois. Ce n’est donc pas une mince affaire. Cela signifie que cela va demander un investissement sans précédent de chacun de nous pour défendre l’honneur du Christ.
Il s’agit de nous préparer à occuper différents terrains. Oui, il va nous falloir occuper le terrain des réseaux internet (blogs, sites, forums de discussion) et des réseaux sociaux (facebook, twitter,…). Il va nous falloir occuper l’espace médiatique. Il va nous falloir faire pression sur certains acteurs culturels, politiques et économiques. Et il va nous falloir pour cela occuper également la rue.
Comprenez que, pour ce faire, nous aurons besoin de toutes les bonnes volontés. Avez-vous le moindre don en informatique, graphisme, communication ? Nous avons besoin de vous ! N’avez-vous aucun de ces dons mais un tout petit peu de disponibilité et une réelle envie d’apporter votre aide, si insignifiante vous semble-t-elle ? Nous avons besoin de vous ! 
Voilà pourquoi je vous prie avec insistance de déjà répondre présents à cette session d’été de Civitas à Châteauroux. Chaque compétence, chaque talent, chaque idée, chaque contact peut et doit être mis au service de cette campagne de dimension nationale. Durant trois jours, nous allons y travailler. Dès cette fin juillet, quantité de rôles devront être répartis. Chacun de vous peut contribuer à ce qui doit être un succès.
Sainte Jeanne d’Arc, dont nous fêterons en 2012 le six-centième anniversaire de la naissance, nous l’a enseigné : les hommes bataillent et Dieu donne la victoire. Catholiques de France, prenez dès à présent votre part de cette noble bataille qui s’annonce !
Je vous fixe rendez-vous le vendredi 29 juillet à 14h à Châteauroux pour la première étape. Pendant que les tièdes baigneront dans leur insouciance, vous serez de celles et ceux qui se porteront volontaires pour faire honneur à Notre-Seigneur.
Alain Escada,
secrétaire général de l’Institut Civitas

Session Civitas « Face à la christianophobie, refaire la Chrétienté»

Conférences, tables rondes, travaux pratiques

Avec notamment des interventions de MM. les Abbés de Cacqueray, Beauvais et Toulza ainsi que de MM. Charles Perrot, Miguel de Peyrecave, François Legrier, Jean-Louis Robin, Xavier Pierson, Francis Bergeron et Alain Escada.

Quand ? Du vendredi 29 juillet (14h) au dimanche 31 juillet (17h)

Où ? Ecole St-Michel à Niherne (Châteauroux)

Prix : 60 euros (tarif étudiant : 50 euros) incluant repas et possibilité de logement en dortoirs (prévoir un duvet) ou sous tente (amenée par vos soins).

Possibilité de s’adresser à notre secrétariat pour recevoir des informations concernant hôtels et gîtes dans les environs.

Venez en famille : garderie organisée pour les enfants.

« Action parrainage » : par un don, vous pouvez permettre à un étudiant en difficulté financière de participer à cette session.

 

secretariat@civitas-institut.com – 01.34.11.16.94

Institut Civitas – 17 rue des Chasseurs – 95100 Argenteuil

 

 

 

Nouvelle vidéo « Face à la christianophobie, refaire la Chrétienté » :
==============================================================================================================

–  Adhésion à Civitas : normale : 10 € – militante : 30 € – de soutien : 50 € / Adhésion à France Jeunesse Civitas : normale : 5 € – militante : 15 €

–  S’abonner à la revue Civitas : 25 €

abonnement en ligne : www.civitas-institut.com (colonne de droite)

achat en ligne des différents numéros de la revue : http://www.civitas-institut.com/content/blogcategory/40/56/ 

–  Faire un don à Civitas. Vous êtes assujetti à l’impôt sur revenu ? La loi vous accorde une réduction de 66% du montant de votre don (article 200 du CGI). Pour un don de 1.000 euros, la réduction d’impôt est de 660 euros et votre contribution personnelle n’est que de 340 euros. Votre don est donc multiplié par trois !
Les dons consentis par les entreprises font l’objet d’une réduction de 60% (article 238 bis du CGI). Nos seuls moyens financiers proviennent de votre générosité.

dons en ligne : www.civitas-institut.com (colonne de gauche)

Pour les adhésions, abonnements et dons, vous pouvez également envoyer vos chèques

à  Civitas – 17 rue des Chasseurs à 95100 Argenteuil

– Pour organiser une réunion d’information au cours de laquelle un responsable de Civitas présentera l’Institut Civitas, ses objectifs et ses méthodes, contactez notre secrétariat.

22/06/2011

Face à la christanophobie, refaire la chrétienté…

Je relaie…

FDF

.

 

Civitas organise une session d’été à Châteauroux du 29 au 31 juillet: « Face à la christanophobie, refaire la chrétienté ».

 

 

           

         Civitas organise une session d’été à Châteauroux du 29 au 31 juillet. Sur quel thème ?

Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas : « Face à la christianophobie, refaire la Chrétienté », tel est l’intitulé de notre session d’été. Depuis quelques mois, l’Institut Civitas s’est beaucoup investi pour dénoncer la christianophobie qui sévit impunément en France. Mais il ne s’agit pas simplement de décrire la situation, il faut agir pour faire reculer cette christianophobie. C’est tout l’objet de cette session. Bien sûr, des conférenciers placeront cette christianophobie dans son contexte, analyseront les responsabilités qui permettent à cette christianophobie de s’exprimer si librement et montreront qu’elle est multiforme. Mais nous n’en resterons pas à la théorie. Les participants à cette session travailleront par petits groupes sur la façon de réagir efficacement face à différents cas concrets. Notamment vis-à-vis d’un spectacle blasphématoire programmé pour l’hiver 2011 ou de l’édition 2012 d’un rassemblement sataniste. Dans un registre différent, un autre groupe travaillera sur la façon de donner le plus de faste possible au 600ème anniversaire de la naissance de Ste Jeanne d’Arc.

         Au programme se trouve également une journée consacrée plus particulièrement à l’engagement municipal.

AE : Oui, en effet. Parce qu’il ne s’agit pas simplement de « réagir » face à un mal mais de tenter de rebâtir des îlots de chrétienté où placer nos familles quelque peu à l’abri des fléaux modernes. La commune est l’échelon politique le plus naturel. C’est là que nous voulons encourager les catholiques à s’investir par priorité et avec un profond souci de servir le Bien Commun. 2014 sera l’année des élections municipales. Il faut s’y préparer dès maintenant. Nous consacrerons donc la journée du samedi 30 juillet à ce sujet. Ici aussi, en alternant conférences, tables rondes et travaux pratiques. Et de façon adaptée à différents publics, des néophytes qui découvriront la commune, ses compétences et son fonctionnement, aux élus municipaux prêts à participer à un réseau où ils pourront échanger conseils et expériences. Nous traiterons tout particulièrement des possibilités qu’offre l’échelon municipal pour servir la Famille. Du concret !

         Tout cela s’annonce très sérieux malgré la période estivale…

AE : Bien sûr, cela n’a rien à voir avec un week-end à la plage. Mais je vous garantis une ambiance à la fois militante, conviviale et détendue. Pour passer de saines et saintes vacances chrétiennes, quoi de mieux que de consacrer quelques jours à se former et à se préparer à agir au service du Bon Dieu tout en rencontrant de gens partageant les mêmes préoccupations ?

         Précisez-nous tout de même à qui s’adresse un tel rendez-vous.

AE : Cette session s’adresse à tous les catholiques qui refusent de baisser les bras. Etudiants ou retraités. Ouvriers, employés ou patrons. Intellectuels ou manuels. Des villes ou des champs. Seul ou en famille. D’une façon ou d’une autre, vous pouvez tous contribuer à restaurer une cité catholique.

 

Session Civitas « Face à la christianophobie, refaire la Chrétienté»

Conférences, tables rondes, travaux pratiques

Quand ? Du vendredi 29 juillet (14h) au dimanche 31 juillet (17h)

Où ? Ecole St-Michel à Niherne (Châteauroux)

Prix : 60 euros (tarif étudiant : 50 euros) incluant repas et possibilité de logement en dortoirs (prévoir un duvet) ou sous tente (amenée par vos soins).

Possibilité de s’adresser à notre secrétariat pour recevoir des informations concernant hôtels et gîtes dans les environs.

 

« Action parrainage » : par un don, vous pouvez permettre à un étudiant en difficulté financière de participer à cette session.

 

secretariat@civitas-institut.com – 01.34.11.16.94

Institut Civitas – 17 rue des Chasseurs – 95100 Argenteuil

 

Hellfest – communiqué du 17 juin :

http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2011/06/17/le-hellfest-commence-aujourd-hui-mais-notre-mobilisation-ne.html

 

==============================================================================================================

–  Adhésion à Civitas : normale : 10 € – militante : 30 € – de soutien : 50 € / Adhésion à France Jeunesse Civitas : normale : 5 € – militante : 15 €

adhésion en ligne : http://www.civitas-institut.com/component/option,com_chronocontact/Itemid,120/

–  S’abonner à la revue Civitas : 25 €

abonnement en ligne : www.civitas-institut.com (colonne de droite)

achat en ligne des différents numéros de la revue : http://www.civitas-institut.com/content/blogcategory/40/56/ 

–  Faire un don à Civitas. Vous êtes assujetti à l’impôt sur revenu ? La loi vous accorde une réduction de 66% du montant de votre don (article 200 du CGI). Pour un don de 1.000 euros, la réduction d’impôt est de 660 euros et votre contribution personnelle n’est que de 340 euros. Votre don est donc multiplié par trois !
Les dons consentis par les entreprises font l’objet d’une réduction de 60% (article 238 bis du CGI). Nos seuls moyens financiers proviennent de votre générosité.

dons en ligne : www.civitas-institut.com (colonne de gauche)

Pour les adhésions, abonnements et dons, vous pouvez également envoyer vos chèques

à  Civitas – 17 rue des Chasseurs à 95100 Argenteuil

– Pour organiser une réunion d’information au cours de laquelle un responsable de Civitas présentera l’Institut Civitas, ses objectifs et ses méthodes, contactez notre secrétariat.

11/04/2011

L’exposition « Je crois aux miracles » a été fermée…

Nous n’en attendions pas moins… Comme quoi nos réactions, protestations et pétitions ne sont pas toujours inutiles! Encore une insulte au christianisme; mais celle-ci, elle n’est pas passée… Continuons en ce sens…


Communiqué de l’Agrif :

« Le quotidien Le Dauphiné Vaucluse daté de ce dimanche annonce que la direction de la Collection Lambert a décidé de fermer l’exposition « Je crois aux miracles » dans laquelle était exposée une photographie représentant un Christ en croix plongé de l’urine.

L’AGRIF se félicite de la fin de ce scandale public. Cette victoire est due à l’action efficace de groupes de catholiques de conviction parmi lesquels Civitas, à l’efficace blog d’information Le Salon Beige mais aussi à l’action décisive de Mgr Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon qui s’est placé en première ligne dans le combat contre cette exposition touchant les chrétiens au coeur même de leur foi.

L’AGRIF préparait la réplique sur le terrain judiciaire, tous les élements étant réunis pour que l’affaire soit portée devant le juge des référés mercredi prochain afin que la photographie blasphématoire soit retirée pour la Semaine Sainte.

La délégation de Vaucluse de l’AGRIF reste cependant vigilante et relancera immédiatement l’action judiciaire si l’exposition devait réouvrir comme le réclament les « libres penseurs » locaux. »

Hier, une trentaine de personnes (dont Marie-Odile Rayé, conseillère régionale du Front National) s’était réunie devant la Collection Lambert pour protester. L’abbé Régis de Cacqueray, supérieur du District de France de la Fraternité Saint Pie X, a fait une « prière de réparation pour exhorter le directeur du musée et les autorités de la ville à retirer cette soit-disant oeuvre« . Les catholiques se sont agenouillé dans la rue pendant la prière, le musée ayant été provisoirement fermé par la direction de la Collection Lambert. Ce dimanche après-midi, toujours à Avignon, un chemin de croix aura lieu au départ des Pénitents Noirs et en direction du Jardin des Doms.


31/10/2010

La revue Civitas : s’instruire pour convaincre…

Je recommande. Très utile pour la Résistance…

FDF

.

civitas36.jpg

Dans ce dossier :

Islam et francité : l’incompatibilité, par Jean-Claude Philipot

L’islamisation de la France, par Joachim Véliocas

Pluralisme religieux et stratégies islamistes en Europe, par Marie-Thérèse Urvoy, professeur d’islamologie et d’arabe classique à l’Université catholique de Toulouse.

La complaisance de la République française envers l’islam: aveuglement ou calcul ? Par Dominique Tassot

– Reproduction de la lettre prophétique du Père de Foucauld, adressée à René Bazin en octobre 1917

– Un grand entretien avec le géopoliticien Aymeric Chauprade (pas focalisée sur l’islam mais très intéressante)

Acheter directement en ligne


28/10/2010

Islam et Francité : ce que vous devez savoir !

 

Institut Civitas 

secretariat@civitas-institut.com

 

www.civitas-institut.comwww.francejeunessecivitas.com


. Jeudi 4 novembre à 20h – Islam et Francité : ce que vous devez savoir !

Conférence organisée par Civitas – Lieu : ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, Paris 7ème, Métro Ségur

Interventions de Marie-Thérèse Urvoy, professeur d’islamologie, d’arabe classique et de philosophie arabe, et de Hratch Bedrossian, écrivain

PAF : 8 euros LIRE PLUS BAS

 

. Ci-dessous, vous trouverez le calendrier des autres activités nationales de Civitas et de France Jeunesse Civitas :

– 20-21 novembre 2010 : session France Jeunesse Civitas à Châteauroux (sur le thème de la subversion)

– samedi 5 février 2011 : congrès à Paris sur le thème « En route pour 2014 – Les catholiques dans l’action municipale »

– 12-13 février 2011 : session France Jeunesse Civitas à Châteauroux

– dimanche 8 mai 2011 à 15h à Paris : hommage national à Ste Jeanne d’Arc

– du 29 au 31 juillet 2011 : session d’été Civitas à Châteauroux

. Editorial – Islamisation : l’aveuglement politique (revue Civitas)

Par Alain Escada

« Tout le monde doit devenir musulman. (…) Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qui attestent qu’Allah nous accordera une grande victoire en Europe : sans épées, sans fusils, sans conquêtes. Les 50 millions de musulmans d’Europe feront de cette dernière un continent musulman. Il y aura alors 150 millions de musulmans en Europe. L’Europe subit notre prosélytisme, tout comme l’Amérique. Elle a le choix de devenir musulmane ou de déclarer la guerre aux musulmans. »

Cet avertissement prononcé par Kadhafi à Tombouctou le 10 juin 2006 n’a été suivi d’aucune réaction d’un dirigeant politique européen.

Comme un nouvel écho à la déclaration de Jacques Chirac affirmant que « les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes », le 26 janvier de cette année 2010, le journal Libération publiait un cahier spécial intitulé « L‘islam, une religion française ». Le même jour, une mission parlementaire remettait à l’Elysée un rapport proposant notamment un effort accru « en faveur de l’enseignement de la langue arabe », une aide directe au financement des mosquées et la reconnaissance de l’Aïd el-Kébir au même titre que Pâques, comme l’exige d’ailleurs Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) créé par un ministre de l’Intérieur nommé Sarkozy.

Oui, les musulmans ont un allié en Sarkozy qui « reconnaît à l’islam le droit d’être compté comme une des grandes religions de France », « au nom de l’idéal républicain ».

Républicains, les musulmans le sont à géométrie variable. Ils pratiquent la taqia, qui signifie « visière » en arabe. La taqia consiste à faire le gros dos quand on est en situation de faiblesse, et tenir le langage de celui que l’on a en face de soi pour mieux avancer ses pions. Mais derrière, il y a une véritable stratégie de conquête, remarquablement expliquée dans un livre intitulé Un cheval de Troie moderne : la doctrine islamique de l’immigration (1). D’abord, faire accepter des activités caractéristiques de l’islam et banaliser sa présence physique visible (mosquées, écoles coraniques, centres culturels musulmans,…). Ensuite, décourager toute intégration des musulmans et promouvoir l’islamisation de la société d’accueil en l’incitant à accepter des accommodements aux particularismes des musulmans (voyez l’Angleterre où la revendication de tribunaux islamiques pour juger les justiciables musulmans s’est déjà traduite par la coexistence de deux systèmes de jurisprudence). Simultanément, au nom de la lutte contre les discriminations, obtenir pour des musulmans des fonctions visibles en politique, dans les médias, dans les grands corps de l’Etat. Enfin, lorsque la communauté musulmane est assez solide et puissante, commence la bataille pour obtenir un statut spécial et l’application de la charia. Ainsi, aux Pays-Bas en janvier 2009, Ahmed Marcouch, le maire d’un arrondissement d’Amsterdam, a réclamé qu’une partie d’Amsterdam soit déclarée enclave musulmane dans la capitale néerlandaise. Les revendications musulmanes se durcissent au fur et à mesure que les musulmans développent leur poids démographique. Selon l’expression de l’écrivain iranien Chahdortt Djavann (2), il s’agit bien d’une stratégie de « colonisation », si l’on songe que, là où vivent les musulmans, là est pour eux la terre d’islam, et que l’islam est naturellement expansionniste.

Il y a chez beaucoup un véritable aveuglement idéologique qui empêche de comprendre l’ampleur du phénomène, de mesurer ses conséquences et de prendre les remèdes qui s’imposent.

Mais il faut aussi être conscient du piège des intérêts économiques dans lequel se sont laissés enfermer nos dirigeants. En 2004, Tarek Ramadan, auquel Sarkozy avait imprudemment offert une tribune à la télévision, avait répliqué adroitement : « Puisque celui qui défend la lapidation est un « déséquilibré », oserez-vous dire que le roi Fahd d’Arabie Saoudite, qui non seulement la défend mais impose son application, est un « déséquilibré » profond ?» Et Ramadan fustigea, ce qui ne manque pas de sel, le « double discours » de Sarkozy. Et, au-delà de la question des contrats avec des pays comme l’Arabie Saoudite, il serait intéressant d’analyser également le phénomène des banques islamiques, leur propagation en Europe et les conséquences de celle-ci. La finance islamique pesait en 2009 plus de 800 milliards de dollars dans le monde. En 2020, les analystes en espèrent au moins le double. De quoi faire rêver certains milieux financiers avides et sans scrupule. Le Crédit Agricole a ouvert la voie avec la CAAM Islamic, sa première SICAV « Charia compatible » « respectueuse des grands principes fondateurs de l’Islam » et pour lequel il s’est « entouré d’un aréopage d’érudits musulmans, réunis dans un comité de conformité Charia, pour homologuer une forme innovante de financement ».

Face à cette angoissante réalité, prions et agissons avec CIVITAS pour que notre pays dispose rapidement de décideurs politiques qui, comme le ministre italien Roberto Calderoli, oseront fièrement proclamer : « Oui aux clochers, non aux minarets ! ».

Source: www.civitas-institut.com