Francaisdefrance's Blog

03/03/2012

Les musulmans ressortent un « os à ronger »: l’ évangile de Barnabé…

Ils doivent être à cours de matière à emmerder le monde, je pense…

FDF

.

Les musulmans nous refont le coup de l’apocryphe « évangile de Barnabé »

On ne doit pas confondre l’ouvrage apocryphe appelé « évangile de Barnabé » avec l’« évangile de Barnabé», qui a probablement été écrite au deuxième siècle. Il n’y a aucun lien entre les deux livres que ce soit dans le style, le contenu ou l’histoire, sinon leur attribution supposée à Barnabé. En ce qui concerne la circoncision, les deux auteurs adoptent un point de vue totalement différent : alors que l’« épître » rejette les pratiques judaïques, l’« évangile », lui, est en faveur de ces pratiques judaïques et musulmanes. Ni l’un ni l’autre ne peuvent être confondus avec « les Actes de Barnabé » qui racontent l’histoire des voyages de Barnabé le martyr et son enterrement ; on pense que ce dernier a été écrit à Chypre un peu après 431.

La presse et les sites islamistes ont fait leurs choux gras de la découverte récente en Turquie d’une prétendue Bible pour être écrit dans la langue araméenne, il y aurait 1500 ans. Les médias musulmans, ainsi que médias occidentaux, ont rapidement sauté sur l’occasion, affirmant que cette « Bible » contient des versets attribués à Jésus-Christ, dans lequel le Christ prédit la venue de Muhammad. Aucun média n’a pourtant publié un fac-similé de ces versets !

De nombreuses versions sont connues des historiens, La plus ancienne mention d’un texte se référant vraisemblablement à l’un des deux manuscrits connus, se retrouve dans un manuscrit morisque, BNM MME 9653, à Madrid, écrit vers 1634 en Tunisie par Ibrahim al-Taybili. En racontant comment, à son avis, la Bible prédit la venue de Mahomet, il parle de « l’Évangile de saint Barnabé où l’on peut trouver la lumière » (« y asi mesmo en Evanjelio de San Barnabé donde se hallara luz »). Puis une autre fois en 1718 par le déiste irlandais John Toland qui dans son œuvre « Nazarenus » mentionne qu’en 1709 il avait été heureux de découvrir un évangile musulman dévoilé par Johann Friedrich Cramer ; et encore en 1734 par George Sale dans The Preliminary Discourse to the Koran. 

Voici quelques éléments de riposte à la propagande de ces derniers jours relayées par la Turquie et les sites islamistes.

1- le problème de la langue et de la datation bidonnée

Cette «bible» est écrit sur le cuir en lettres d’or. Le tableau des inscriptions avant spectacle de couverture en araméen et un dessin d’une croix.

Pour toute locuteur natif de assyrien moderne (également connu sous le nom néo-araméen), et que serait votre moyen assyrienne aujourd’hui, l’inscription est facile à lire. L’inscription en bas, qui est le plus clairement visible sur les photos publiées, dit le texte suivant:

Translittération: » b-shimmit maran Paish kteewa aha ktawa al idateh d-rabbaneh d-dera illaya b-ninweh b’sheeta d-alpa w-khamshamma d-maran

Traduction: « Au nom de notre Seigneur, ce livre est écrit par les mains des moines du monastère élevé dans Ninive, en l’année 1500e anniversaire de notre Seigneur ». Donc le manuscrit n’a pas 1500 ans, c’est écrit dessus comme le port salut !

Ninive est l’ancienne capitale assyrienne et est situé dans l’actuelle nord de l’Irak, près de Mossoul.

Il ya des fautes d’orthographe qui sont immédiatement perceptibles :

Le premier mot, b’shimmit maran (« au nom de notre Seigneur»), est à tort orthographié avec un «t» au lieu d’un «d». Le «d» en assyrien est le génitif, et il préfixe le mot qui suit. Il convient de lire b-Shimma d-maran, pas b-shimmit maran (note, le dernier mot de la phrase est correctement orthographié d-maran (« de notre Seigneur »)).

Le premier mot contient également une autre erreur d’orthographe. L’orthographe de ce « nom » en assyrien est ashma, avec le «a» initial se taire. Par conséquent, lorsqu’il est correctement orthographié, «au nom de notre Seigneur» devrait être écrit comme b-ashma d-maran.

Le idateh mot est mal orthographié, il devrait se terminer par un ‘a’, idata. Aussi l’expression al idateh (« sur les mains ») est incorrect, il faut lire b-idata («par les mains»).

La phrase en bas utilise le mot (« livre ») ktawa de se référer à l’ouvrage, mais en assyrien la Bible n’est jamais considéré comme un «livre». On dit awreta (Ancien Testament), khdatta (Nouveau Testament), ou ktawa qaddeesha (livre sacré). Compte tenu de cela, puisque personne n’a vu l’intérieur de cette «Bible», nous ne pouvons pas être sûr qu’il s’agisse d’ une Bible.

Plus important encore, cette écriture est en assyrien moderne, qui a été normalisé dans les années 1840. La première bible en assyrien moderne a été produite en 1848. Si ce livre a été écrit en 1500 après JC, elle aurait dû être écrit en classique assyrienne. Il est hautement improbable pour les moines à faire de telles erreurs élémentaires. Il reste à voir si ce livre est un faux, ou même quel genre de livre il s’agit.

 

2) Ce manuscrit aussi irrecevable pour la foi musulmane: 

Par exemple, le livre dit qu’il ya neuf cieux et que le dixième, c’est le paradis alors que dans le Coran, ils sont sept seulement, et affirme que la Vierge Marie a donné naissance à Jésus sans aucune douleur alors que selon le Coran, elle a obtenu les douleurs du travail. Aussi le texte présente un Jésus qui permit la consommation de vin et condamne la polygamie. On voit que utiliser ce texte afin de légitimer l’islamité de Jésus est à double tranchant pour les musulmans. Le site islamiste Oumma.com a pourtant sauté sur l’occasion afin de tenter de récupérer la découverte d’une vieille édition à des fins anti-chrétiennes. Bonjour le boomerang !

3) Les anachronismes et fantaisies historiques

Le livre contient également des informations qui manquent de crédibilité historique comme la présence de trois armées, chacune étant composée de 200.000 soldats, en Palestine alors que toute la population de la Palestine il ya 2.000 ans n’a pas atteint 200.000. En outre, la Palestine a été occupée par les Romains à l’époque et il est impossible que la Palestine fut autorisée à avoir une armée ou des armées de son propre.

La dernière phrase du chapitre 217 dit que 100 livres de pierres ont été placées sur le corps du Christ. Ceci confirme que l’évangile a été écrit tout récemment parce que le premier à utiliser le livre comme une unité de poids était les Ottomans dans leurs expériences avec l’Italie et l’Espagne et il n’a jamais été connu à l’époque de Jésus.

– Le chapitre 20  déclare  que les villes de Jérusalem et de Nazareth sont les ports maritimes !

– Ce même article se termine par « Selon de nombreuses études, l’évangile attribué à saint Barnabé a été écrit par un Juif européenne au Moyen Age, qui était très familier avec le Coran et l’Evangile. Il, par conséquent, les faits mixtes à partir d’ici et là et ses intentions demeurent inconnues. « 

Jésus serait né sous le règne de Ponce Pilate, règne qui commence en fait en 26.

–  « Barnabé » emploie distinctement les termes de ‘Christ’ et’Messie’ comme s’ils avaient des sens différents alors qu’il ne s’agit que de la traduction du même mot (christos). Ainsi, il appelle Jésus « Jésus Christ » mais affirme que « Jésus confessa et dit la vérité : « Je ne suis pas le messie. » (ch. 42).

– Il apparait une référence au Jubilé qui est censé se dérouler tous les 100 ans.(Ch. 82), plutôt que tous les 50 ans comme décrit par le Lévitique. Cet anachronisme pourrait donner des indications plus précises sur la date de rédaction, un Jubilé de 100 ans ayant été décrété par le Pape Boniface VIII, décision sur laquelle reviendra dès 1343 le Pape Clement VI qui décréta un retour aux 50 ans traditionnels.

– L’Évangile narre comment « les soldats furent poussés hors du temple comme on pousse les tonneaux quand on les lave pour y mettre du vin ». Les tonneaux sont,à l’époque prétendue de sa rédaction, caractéristiques des populations gauloises, la Palestine à cette époque conservant le vin dans des amphores.

Source: http://www.islamisation.fr/

26/01/2012

Les assurances halal. Nihya veut séduire les musulmans…

J’avais cru lire Réduire, au lieu de séduire, dans le titre… Je me disais, voilà un nouveau pote; ben non.

Tiens, c’est un domaine où ils n’ont pas encore mis les babouches, les muzz. L’oubli est réparé… Et la fameuse « carte verte »; déjà aux couleurs de l’islam, mon frère.

FDF

.

Taqiya et  communautarisme, quand tu nous tiens  !!!!!!!   

DÉFINITION  de La Taqiya   afin que vous ne puissiez pas dire que  vous ne saviez pas .
Toutes les obédiences islamiques ont recours à cette pratique qui consiste à recourir au mensonge, à la dissimulation et s’il le faut à de faux témoignages et à de faux serments quand l’intérêt de l’Islam l’exige, ou tout simplement quand un avantage personnel se présente.

« ILS »  sont en train d’installer  petit à petit   une société parallèle à la  nôtre,   leur but étant d’effacer à terme notre société, notre civilisation pour la remplacer  par la leur.   En l’occurrence, il dit que le fait d’être taxé de communautaire ne le dérange pas……………..BINE SUR   « ON  » laisse faire !!!!

Le cabinet d’assurances qui a ouvert le 6 janvier dans ce quartier orléanais propose des produits classiques ainsi que des services spécifiquement dédiés aux personnes de religion musulmane. « Cela ne me dérange pas d’être taxé de communautaire. Je ferai la même réponse que celle formulée par Quick lorsqu’il a lancé la gamme halal : business is business.

Ceci  implique de lourdes conséquences  pour notre société  :  fonctionnement,  emplois,   coutumes, laïcité   etc etc etc etc

C’est pour quand  l’apartheid  en  FRANCE ?   CHEZ NOUS?   DANS NOTRE PAYS?  SUR NOS TERRES CHRÉTIENNES ?

JC JC…

.

Le sujet divise. Mais le business communautaire est aujourd’hui en pleine croissance. Nouvel exemple avec les assurances Nihya.
Le document publicitaire a été distribué la semaine dernière aux habitants d’Orléans La Source. Sur la plaquette, le ton est donné : vert comme couleur dominante, motif artistique arabe, présence discrète d’un religieux barbu…

Le cabinet d’assurances qui a ouvert le 6 janvier dans ce quartier orléanais propose des produits classiques ainsi que des services spécifiquement dédiés aux personnes de religion musulmane. « Cela ne me dérange pas d’être taxé de communautaire. Je ferai la même réponse que celle formulée par Quick lorsqu’il a lancé la gamme halal : business is business. La communauté avait un besoin et il n’existait pas d’offre », répond Mohamed Ouardad. Avec son associé, Abel Biver, il a ouvert le cabinet Nihya qui signifie « sain d’esprit » en arabe.

Parmi les produits proposés, figure un remboursement pour l’opération médicale effectuée à l’occasion de la circoncision. « Il s’agit d’une mutuelle santé classique avec un petit plus communautaire. Aujourd’hui, se faire circoncire coûte entre 700 et 850 euros. Sauf en cas d’infection, ce n’est pas remboursé par la Sécurité sociale. La mutuelle proposée par Nihya prend en charge le coût de cet acte religieux ».

Ce produit communautaire a été établi avec la mutuelle MMC. Autre contrat spécifique, celui prend en charge le rapatriement du corps du défunt. « C’est une prestation qui est déjà proposée par d’autres organismes en France, des banques notamment. »

La cible que vise ce cabinet est la communauté marocaine, importante en région Centre. On comptabilise 30.000 ressortissants.

Source: http://www.larep.fr/

Et en bonus, la fameuse plaquette « pleine de messages »:

13/11/2011

Les restrictions budgétaires, c’est pour les Français, uniquement. Pour les autres vivant aux crochets de notre patrie, c’est différent…

La preuve avec un petit diaporama bien explicatif…

FDF

.

Circoncision

.

Et en plus ils fraudent aux Allocs, ce que nous n’osons pas faire…

09/03/2011

Un commentaire poignant…

Et qu’on ne peut laisser s’éteindre dans son coin.

C’est suite à mon billet du 20 11 2010 sur le remboursement de la circoncision par la Sécurité Sociale.

… Cela donne à réfléchir, c’est certain. Et agir; pour celles et ceux qui connaissent le problème, ainsi que ceux qui les soutiennent… Je connais un autre médicament pas remboursé non plus et indispensable pour freiner une forme grave d’affection broncho-pulmonaire: le Mucomyst… Le traitement est de 9 sachets par jour et coûte environ 3 euros la boite de 18… Faites le calcul.

Et pendant ce temps, on rembourse en France la circoncision et pourquoi pas bientôt l’excision… C’est révoltant! On soigne au nom de la religion, maintenant.

Alors, à ces messieurs qui nous gouvernent et tiennent notre santé dans leurs mains, je suggère de faire tour de la question… Si vous préférez la  « santé » des adeptes de l’idéologie qu’est l’islam avec ses pratiques barbares et moyenâgeuses à celles de ceux (les chrétiens FRANCAIS ) qui vous ont fait trop confiance, ne vous étonnez plus de ce qui va sortir des urnes bientôt… Le peuple de France attend depuis beaucoup trop longtemps que l’on s’occupe d’eux. Quoi de plus légitime?

FDF

.

Lire et faire suivre:

Commentaire :

« A l’heure ou les Diabétiques Insulino Dépendants subissent un déremboursement des lancettes d’analyse de leur glycémie… je vous laisse juger de la bonne gestion de notre sécu et de l’état psychiatrique de nos dirigeants.

Mon fils est insulino dépendant depuis l’âge de 3 ans (il en a 14 aujourd’hui). Je viens de renouveler son ordonnance et ai dû payer plus de 8€. Je n’ai pas de mots pour exprimer ma colère et mon dégoût de cette mesure et surtout de ceux qui en sont à l’origine. je leur souhaite du plus profond de mon coeur de devenir DID. Liberté Egalité Fraternité…laissez moi pleurer… pauvre pays, pauvres petits comptables odieux. Qu’ils aillent au diable et brûlent en enfer pour l’éternité. »


02/02/2011

Puisqu’on ne peut pas financer leurs mosquées, aidons les autrement…

Ca ne date pas d’aujourd’hui, cette info. Mais une petite piqûre de rappel me semble utile.

La Sécu n’est encore pas assez en déficit. Valérie Boyer, députée UMP, en rajoute; sans honte ni vergogne…

FDF

.

Valérie Boyer n’est pas un député lambda. Elle

est *secrétaire nationale de l’UMP chargée de la santé*. Elle exprime donc la

position officielle du parti de Nicolas Sarkozy. *Or elle souhaite que la

«circoncision rituelle» des enfants musulmans soit prise en charge par

l’assurance maladie*. Mais comme elle ne peut pas le demander ainsi, à cause

de la «laïcité», elle demande que l’on propose, à la naissance d’un enfant

mâle, *un «contrat d’assurance circoncision» (sic), avec une «participation

limitée» de l’assurance maladie*. Etant très fortement sous-entendu que la

«participation limitée» pourrait ensuite discrètement devenir un pur et

simple financement, puisque ce serait rendre justice aux musulmans qui

doivent faire circoncire leurs enfants et n’en ont souvent pas les moyens…

Pour faire «laïque», Valérie Boyer propose que le «groupe de réflexion» qui

s’attellerait à ce projet intègre les «associations d’usager». Les usagers

de la circoncision… […]

*Valérie Boyer, et derrière elle l’UMP, ne prend pas en compte le fait

qu’une telle mesure serait une introduction de la tradition musulmane dans

le droit français, et serait évidemment, et à juste titre, considérée comme

une avancée par ceux qui veulent voir établir la charia en France*. Mais il

est vrai que les maires UMP sont parmi ceux qui donnent des terrains et

financent les grandes mosquées, terrains qui deviennent territoires de

l »oumma…

Source: http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-30856QE.htm

21/11/2010

Ben voyons… La circoncision bientôt remboursée par la Sécurité sociale ?

Encore une bonne… Couic! C’est gratos !!! Le jour où la connerie sera remboursée par la Sécu, là, on sera vraiment mal…

FDF

.


Polémique. 

Dans une question au gouvernement, une élue de droite, Valérie Boyer, s’interroge sur la prise en charge par la Sécurité sociale de la circoncision pratiquée par un chirurgien et plus particulièrement sur les fraudes relatives à cette pratique. La proposition n’a pas été du goût de certains sites d’extrême-droite qui dénoncent avec virulence ce qu’ils considèrent comme l’introduction d’une tradition musulmane dans le droit français, et partant une avancée dans l’instauration de la shari’a en France. Ces bonnes gens très à droite n’ont pas manqué de faire réagir le groupe parlementaire La Droite libre qui regrette une « manipulation politique ». Les premiers prennent prétexte de cette question parlementaire pour déverser toute leur haine contre les musulmans. Détail amusant : alors que la circoncision est aussi importante pour les musulmans que pour les juifs, et que la pratique est tout aussi répandue chez les uns que chez les autres, à aucun moment dans leurs déversements de haine, ils ne précisent que cette pratique est tout autant juive que musulmane.

Cela étant, au-delà des éructations islamophobes des Dupont-Lajoie, le problème soulevé par la député Valérie Boyer est réel : pour pouvoir bénéficier du remboursement de l’intervention chirurgicale, nombre de parents, qu’ils soient juifs ou musulmans, mentent sur les raisons pour lesquelles ils font circoncire leur enfant. La combine est classique : on se rend chez un spécialiste réputé pour ce genre d’intervention, on lui fait part du souhait de faire circoncire son enfant et on prend rendez-vous pour une opération chirurgicale en milieu hospitalier. Le chirurgien, complice de la fraude, précise dans le dossier médical que l’enfant souffre d’un phimosis (argument maître). Et le tour est joué : l’intervention ne coûtera pas un sou à la famille, puisque c’est l’Etat, via l’assurance maladie, qui la prendra en charge.

La manœuvre est tout aussi malhonnête que choquante, même si banalisée : la circoncision est un acte motivé par des raisons religieuses. Qui dit religion dit morale. Qui dit morale dit détestation du mensonge. Comment donc peut-on raisonnablement, toute honte bue, se réjouir d’accomplir un acte religieux tout en recourant à des pratiques malhonnêtes ? Cette fraude est d’autant plus injustifiable qu’il est possible – certes pas partout en France – de faire circoncire son enfant chez un spécialiste, dans son cabinet, sans hospitalisation pour environ 150 euros. On est loin des 1 000 euros et plus de l’intervention chirurgicale à l’hôpital. 150 euros qui sont très rapidement couverts par les dons des proches lors du repas festif qui suit la circoncision.

Question de Valérie Boyer, député UMP des Bouches-du-Rhône Mme Valérie Boyer attire l’attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur le cadre juridique de la circoncision pratiquée dans les règles de l’art par un chirurgien. Lorsque son indication est posée pour des raisons médicales (diagnostic phimosis), la circoncision est prise en charge par l’assurance maladie et fait l’objet d’une codification CCAM sous le titre posthectomie code JHFA009. Lorsque son indication est rituelle (signe d’appartenance religieuse pour les juifs et musulmans), la circoncision n’est pas prise en charge par l’assurance maladie puisqu’elle n’est dictée par aucune considération médicale. Elle revient entre 500 et 1000 euros à la famille qui la sollicite pour son enfant. Compte tenu de cet état de fait, nombre de circoncisions rituelles sont effectuées sous couvert d’une indication médicale car les familles ont tendance à beaucoup insister auprès du médecin voire même à ne pas décalotter l’enfant pour qu’il développe un vrai phimosis impliquant la prise en charge par l’assurance maladie. Le moindre coût financier de l’acte et la garantie qu’il soit effectué dans les règles de l’art, donc sans risque de complication en comparaison avec les méthodes artisanales, constituent les principaux arguments qui conduisent à ces détournements et aux fraudes à l’assurance maladie. Car la pratique ancestrale de la circoncision implique un taux important de complications (hémorragies, surinfections, plaies et mutilations du gland) nécessairement prises en charge par la sécurité sociale et générant un surcoût pour l’assurance maladie. L’évolution démographique et sociologique de notre pays pose la question de la place de cet acte chirurgical en termes de santé publique, de coût pour l’assurance maladie et de laïcité. En effet, en 2006, lors du congrès annuel de l’association française des urologues, un médecin de la CNAM avait évalué à 9 millions d’euros par an la couverture de cet acte pour l’ensemble du pays. Entre la prise en charge complète par l’assurance maladie ou par les familles de cet acte, une troisième voie serait envisageable impliquant la création d’un contrat d’assurance circoncision proposé à la naissance des enfants mâles et destiné à prendre en charge les frais de réalisation de l’acte chirurgical. Il pourrait être, en outre, envisagé sous certaines conditions préservant le principe de laïcité, une participation limitée de l’assurance maladie. Elle la remercie de lui faire connaître son avis sur le sujet et sur la possibilité de mettre en place un groupe de réflexion intégrant les différents partenaires (assurance maladie, professionnels de santé, associations d’usagers) afin d’élaborer un protocole clair et applicable à tous qui préserve la neutralité et l’égalité républicaine.

Source : site de l’Assemblée nationale