Francaisdefrance's Blog

14/11/2010

Champagne pour tout le monde! Houria Bouteldja mise en examen pour racisme anti français !

C’est la réponses des souschiens, ma belle ! Depuis le temps que l’on attendait une vraie Justice en ce domaine. La Résistance est en route; première cible atteinte ! Pour les autres cibles potentielles (les INDIGESTES de la République), il va falloir être très prudents; on inverse la vapeur…

FDF

.

Pour injure raciale à l’égard des Français !

Sur plainte de l’AGRIF devant le tribunal de Toulouse, Madame Houria Bouteldja, présidente de l’association dénommée « Indigènes de la République », a été mise en examen pour avoir proféré une injure raciale à l’égard des Français. Il s’agissait de l’emploi très méprisant et péjoratif du terme « souchiens » (ou sous-chiens). Traduction: Français de souche.

Le juge d’instruction de Toulouse a fait signifier sa mise en examen à Madame Bouteldja par son collègue compétent territorialement, c’est-à-dire celui de son lieu de domicile.
Elle sera très probablement jugée par le tribunal correctionnel de Toulouse.

Par ailleurs, la procédure contre le livre « Nique la France » édité par l’association de Madame Bouteldja dans la même veine de haine anti-française est en cours.

A noter que le NPA d’Olivier Besancenot apporte son soutien à Madame Houria Bouteldja. On n’en attendait pas moins… 😉 


NDLR:
Le racisme anti-français est devenu hélas, une réalité. Il est le plus souvent le fait d’une petite minorité de « français de papier », c’est à dire des étrangers trop vite dotés de la citoyenneté française dont ils sont parfaitement indignes, car ne reconnaissant aucune des valeurs de notre république. Leur comportement en témoigne et un signal d’arrêt fort doit être donné à leurs agissements délictueux.

C’est la première fois à notre connaissance qu’ une plainte pour racisme anti-français est portée devant la Justice et déclarée recevable par un magistrat, dont nous saluons ici la décision, car elle a valeur de message. Soyons attentifs aux jugements et arrêts qui seront prononcés par les tribunaux dans cette affaire: ils feront jurisprudence.

Les responsables de l’Institut du Monde arabe, à Paris, qui emploient Madame Bouteldja, apprécieront sans doute médiocrement ce procès impliquant l’une de leurs employées, qui les place dans une situation assez inconfortable.

Source: http://ndpherault.hautetfort.com/

20/09/2010

Coup de pub: Protection rapprochée autour de Dalil Boubakeur…

Un comble: c’est la France qui le protège…

… Et aux frais de la princesse; nous, en fait.

Le pauvre coco… Le voilà qui se sent la cible des islamistes, lui qui en est le digne représentant en France. En mal de stigmatisation, monsieur Boubakeur?

FDF

.

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, fait l’objet depuis jeudi soir d’une protection rapprochée et s’est dit « surpris » par la mesure, a indiqué, lundi, son entourage, confirmant une information de RTL. Trois personnes relevant du service de protection des hautes personnalités (SPHP) sont chargées de sa sécurité, pour une durée qui n’a pas été précisée, selon son porte-parole Slimane Naddour. Aucun détail n’a été fourni sur les raisons de cette protection.

Le recteur Boubakeur s’est dit « surpris » de cette protection rapprochée qui provoque « une certaine émotion dans (son) entourage et chez (ses) fidèles ». Il a dit avoir été informé jeudi après-midi que le ministre de l’Intérieur avait « décidé de placer (sa) personne sous protection rapprochée ». Quand il a demandé s’il faisait l’objet d’une menace précise, on lui a répondu, explique-t-il, qu’il s’agissait d' »une mesure générale de protection des personnalités tenant au renforcement du plan Vigipirate ».

Dans la pratique, une voiture avec deux personnes à bord l’accompagne dans ses déplacements, lui-même circulant comme d’habitude dans sa voiture avec chauffeur. Le recteur ne s’explique pas bien cette mesure de protection, même s’il estime que « la Mosquée de Paris est un élément éminent de l’islam de France », et que lui-même s’est efforcé de servir « un islam de France modéré ». C’est « un coup de tonnerre dans un ciel serein », a-t-il jugé.

Jusqu’ici, le recteur Boubakeur ne faisait pas l’objet d’une protection spéciale, sauf, a-t-il rappelé,

« dans les années 1995-1997 », quand il avait fait l’objet d’une fatwa de la part d’islamistes qu’il avait « chassés de la Mosquée de Paris ».

Source: http://tinyurl.com/29hlph3