Francaisdefrance's Blog

29/06/2011

Les chrétien aussi persécutés en Ouzbékistan !

Et pendant ce temps, en Occident:

Prières de rues: personne ne moufte…

FDF

.

Persécutions de chrétiens en Ouzbékistan…


Lu ici :

« En Ouzbékistan, la persécution des chrétiens continue et s’intensifie.
Récemment, dans l’est de l’Ouzbékistan, un chrétien à été battu par la police, un autre à été menacé de mort par la hache, pendant que l’on promet de la prison à une congrégation de Baptiste s’ils ne signent pas une déclaration contre leur pasteur ».

Source:  ici.

21/06/2011

Gaza: les chrétiens vivent dans la peur…

Et pour cause: beaucoup ne sont plus là pour témoigner…

Si seulement, un jour, en Occident, les muzz craignaient d’aller à la mosquée… Ben quoi? La réciprocité, nous y avons droit, encore?

FDF

.

Gaza : Ils craignent d’aller à l’église…

Effrayés par ce qui se passe au Moyen-Orient et par les violences dont ils sont témoins chez eux, les chrétiens craignent d’aller à l’église.

L’Eglise à Gaza traverse une période difficile. Les chrétiens gazaouis craignent pour leur vie. Gadil, pasteur, raconte : «Ce qui s’est passé en Egypte contre les chrétiens a fait peur aux paroissiens. Le dimanche qui a suivi l’attaque du Caire, seulement 10 d’entre eux ont eu le courage de venir assister au culte. Les gens ont peur».

De plus, la situation à Gaza même ne cesse de se détériorer. «Les récents combats ont effrayé la population. Les écoles ne sont plus ouvertes que 4 jours par semaine pour des raisons de sécurité » explique Gadil. «Le  groupe de jeunes d’une des principales églises de Gaza ne s’est plus réuni depuis février».

Pour palier à ce manque, les églises essaient d’apporter aux jeunes chrétiens des formations bibliques pour les enraciner dans la foi. Des projets sont aussi mis sur pied pour leur permettre de se rencontrer malgré tout, comme cette chorale qui réunit des jeunes entre 15 et 25 ans depuis 2009.

L’année dernière, Portes Ouvertes a organisé des formations pour les responsables de groupes de jeunes qui ont été très appréciées. De nouvelles formations sont prévues mais il convient de rester prudents : «Pour l’instant le gouvernement nous surveille»  explique Gadil. «Il y a quelques jours, les autorités locales sont venues me voir pour m’interroger. Ce n’est pas par hasard. Nous sommes dans leur collimateur».

Gadil termine en lançant un appel à l’aide : «S’il vous plaît, priez pour nous !»

 

 

Source: prophetie-biblique.com

22/05/2011

Irak: un chrétien décapité et mutilé par des islamistes…

Il avait été enlevé. Et ces ordures n’avaient pas eu la rançon demandée. Ca fait peur quand on sait le nombre d’otages de l’islam dans le monde…

FDF

.

Les chrétiens d’Irak épouvantés suite à la décapitation d’un des leurs à Kirkouk

L’assassinat d’un chrétien dans la ville nord-irakienne de Kirkouk a déclenché l’épouvante parmi les fidèles du pays. Ce simple travailleur a été retrouvé décapité et mutilé le 16 mai dernier, car sa famille, sans ressources, n’avait pas réussi à trouver les 70.000 euros de rançon exigés. En Irak, la violence contre les chrétiens est toujours à l’ordre du jour. Il ressort des informations fournies par l’Église catholique que depuis 2004, il y a eu dans le pays toute une série d’attentats contre des églises, sept assassinats de prêtres, ainsi que plusieurs enlèvements d’évêques.

Lors d’un entretien avec l’œuvre internationale catholique de bienfaisance « Aide à l’Église en Détresse », l’archevêque chaldéen catholique de Kirkouk, Mgr Louis Sako, a déclaré qu’il admirait que la foi de ses paroisses soit en permanence vigoureuse, malgré tant de violence. « Au cours de toutes ces années, je n’ai jamais entendu parler de la conversion du moindre chrétien à l’Islam, malgré les multiples menaces », a affirmé Mgr. Sako. En revanche, des musulmans viennent régulièrement dans son église pour se faire baptiser. « Mais je n’ai pas le droit de les baptiser. Il n’y a pas de liberté de culte ! »

L’archevêque chaldéen catholique d’Erbil, Mgr Bashar Warda, estime que la décapitation du jeune chrétien à Kirkouk visait à intimider les chrétiens. « Désormais, chacun paiera immédiatement la rançon. » Il suppose que des islamistes se cachent derrière ce crime, et a appelé les ecclésiastiques musulmans d’Irak à faire comprendre à leurs fidèles qu’un tel meurtre est un crime contre l’humanité et contre la foi. « Il est inconcevable que dans certaines mosquées, la haine contre les fidèles d’autres religions continue d’être prêchée », insiste-t-il.

L’archevêque syro-catholique de Mossoul, Yohanna Petros Mouche, a en revanche déclaré à « l’Aide à l’Église en Détresse » ne pas croire que des motifs strictement religieux résident derrière la violence dans le pays. Pour les bandes criminelles, il est plutôt question d’argent. Mgr Mouche a toutefois accordé que les bandits pouvaient être instrumentalisés par des courants politiques radicaux. « Certains disent même que les criminels sont payés par les partis », a-t-il ajouté.

Doutes quant à la possibilité d’un dialogue avec l’islam

Une délégation de « l’Aide à l’Église en Détresse » se trouve actuellement en Irak, pour s’informer de la situation de l’Église dans le pays. Au cours de l’entretien avec l’œuvre de bienfaisance, tous les chrétiens irakiens interrogés ont exprimé des doutes quant à la possibilité que le dialogue inter-religieux avec les musulmans porte des fruits. Un prêtre, qui pour des raisons de sécurité ne souhaite pas être nommé, a déclaré après le meurtre : « Les musulmans nous parlent constamment de cohabitation paisible. Mais quelque chose comme ce meurtre arrive, et aucun ecclésiastique musulman ne le condamne. Que devons-nous en penser ? » Un autre prêtre a ajouté : « Il n’y a pas de dialogue inter-religieux. Quand nous voulons parler avec des chefs musulmans, ils viennent, prêchent et repartent. Mais ils ne nous écoutent pas. »

« Nous ne pouvons être sûrs des musulmans que si nous leur montrons que c’est nous qui avons le contrôle », a dit le maire d’une agglomération chrétienne à « l’Aide à l’Église en Détresse ». Les chrétiens de son village, situé près du fief terroriste nord-irakien de Mossoul, se protègent par des murs de béton, des barrières routières et des gardes armées contre les terroristes et les criminels. « Les bandes armées sont un grave problème à Mossoul et aux environs », déclare le maire. « Nous supposons qu’il y a en Irak des courants politiques qui paient ces criminels pour qu’ils fassent la chasse aux chrétiens. » Il estime, comme Mgr. Warda, que certaines mosquées iraquiennes ne prêchent que l’intolérance. « Si j’abandonnais le christianisme, personne ne me poursuivrait pour me couper la tête. C’est la différence avec l’Islam. »

Source: http://www.radinrue.com/

12/05/2011

Rappel: au Pakistan: pas d’aide sans conversion à l’islam !

Ce n’est pas un scoop, comme info, on s’en doutait depuis le début. J’ai évoqué le sujet récemment dans un précédent billet… La conversion ou la mort. Sympa, comme aide humanitaire, non?

Avec des talibans qui se proposent comme secours, il ne fallait pas s’attendre à des miracles. Rien de gratuit avec ces assassins… Et dire qu’il y en a qui y ont cru…

FDF

.

Les chrétiens n’auraient accès à une assistance que s’ils se convertissent.

Les 4 millions de chrétiens que compte le Pakistan sont d’ordinaire persécutés. Mais, avec les inondations, ils sont « encore plus vulnérables », affirme le site Portail-humanitaire. Touchés au même titre que leurs concitoyens musulmans par la catastrophe, ils sont souvent écartés des circuits de distribution de l’aide, à cause de leur religion.

Un chantage s’est mis en place: les islamistes accepteraient de leur fournir de l’aide, à condition que les chrétiens se convertissent à l’islam.

En réponse, l’ONG chrétienne Portes ouvertes a lancé un appel aux dons afin de venir en aide aux chrétiens sinistrés par les inondations.

> Lire l’article sur le site Portail-humanitaire

04/05/2011

A Bahreïn : les sunnites détruisent les mosquées chiites !

Même entre eux, ils se détestent. Comment voulez vous qu’ils soient compatibles avec d’autres religions?

FDF

.


  Bahrein-shia-mosquesEt un coup de bull dans la mosquée, un ! Mais, personne ne « condamne »???

________________________

Les forces gouvernementales de Bahreïn soutenues par des soldats saoudiens détruisent les mosquées et les lieux de culte de la majorité chiite dans le royaume, ce qui entraînera une exacerbation de la haine religieuse dans le monde musulman.

«Ils ont déjà détruit sept mosquées chiites et environ 50 maisons de culte », a déclaré Ali al-Aswad, un député au Parlement de Bahreïn. Il a dit que les soldats saoudiens, qui font partie d’un contingent de 1000 hommes entrés à Bahreïn le mois dernier, ont été vus par des témoins en train de démolir des mosquées et des sanctuaires chiites dans le royaume, qui est gouverné par des sunnites.  

Mohammed Sadiq, de l’organisation Justice pour le Bahreïn, a déclaré que le plus célèbre sanctuaire chiite détruit est celui du cheikh Abdel Amir al-Jamri, le chef spirituel bahreïni révéré décédé en 2006. Une photo prise par des militants montre le dôme doré du sanctuaire gisant sur le sol, et ensuite transporté à l’arrière d’un camion. Des graffitis peints sur les murs des mosquées chiites profanées vantent le roi sunnite Hamad bin Isa al-Khalifa et insultent les chiites.

La brutalité de la répression gouvernementale suscite des accusations d’hypocrisie envers Washington, Londres et Paris. Leur réponse molle aux violations des droits humains et à l’intervention armée de l’Arabie Saoudite à Bahreïn tranche nettement avec leurs fortes préoccupations pour les civils en Libye. Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont évité de faire quoi que ce soit qui pourrait déstabiliser l’Arabie saoudite et les monarchies sunnites du Golfe, qui sont leurs alliés.

L’hostilité entre sunnites et chiites dans le monde musulman est susceptible de s’aggraver avec la démolition des lieux saints chiites à Bahreïn. Les dirigeants chiites rappellent que la destruction du mausolée chiite d’al-Askari à Samarra, en Irak, par Al-Qaïda en 2006 a provoqué une guerre civile sectaire entre sunnites et chiites qui a fait des dizaines de milliers de morts.

Ils voient la doctrine wahhabite fondamentaliste de l’État saoudien derrière la dernière agression sectaire et la volonté de maintenir les chiites dans la position de citoyens de seconde classe. Sadiq croit que les troupes saoudiennes sont derrière les attaques contre les mosquées et les sanctuaires. « Ce qui se passe vient de l’idéologie du wahhabisme, qui s’oppose aux mausolées ». Pour les wahhabites, les chiites sont aussi hérétiques que les chrétiens.

Source: http://www.postedeveille.ca/

Merci à DG pour l’info…

13/04/2011

L’exposition scandaleuse « je crois aux miracles » rouverte à Avigon!

Ils ont osé !!! Si si ! Ils ont rouvert l’exposition « Piss-Christ » !!! C’est inadmissible! C’est un blasphème. Beaucoup plus grave que si c’était une mosquée « souillée ». Mais là, comme il s’agit d’un acte de christianophobie, personne ne réagit…

FDF

.

Un écho nous venant d’Avignon assez étonnant démontre combien certains relativisent. Suivant que vous soyez musulman ou chrétien, les jugements de cours de la gauche vous feront coupable ou innocent. Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’il ne faut pas se faire d’illusions. Tant que les chrétiens et singulièrement les catholiques préfèrent se faire dhimmiser que de se battre en justice, dans les médias, en portant plainte, il ne faut pas se plaindre de ce genre »d’exposition » plus que douteuse. Imaginez si c’était mahomet dans l’urine! Au moins les musulmans savent se faire respecter.

Gérard Brazon.

A Avignon, une exposition appelée “je croix aux miracles” est organisée autour de la photo d’un Christ plongé dans l’urine. Des affiches de cette photo blasphématoire, appelée « Piss Christ », sont exposées publiquement dans les rues de la ville.

Le Ministère de la culture du gouvernement Sarkozy, une mairie UMP et un conseil régional PS financent actuellement cette exposition. Le groupe LVMH (Dior, Guerlain, Moët, Hennessy etc ) , dirigé par Bernard Arnauld, cofinance ce « Piss Christ » et met son logo sur l’affiche, alors que ce même groupe LVMH se définit sur son site internet, comme « l’ambassadeur de l’art de vivre occidental dans ce qu’il a de plus raffiné » !!! (NB: On comprend pourquoi la société Hermès s’est récemment battue pour ne surtout pas être engloutie dans ce groupe.) Enfin quelques sponsors secondaires (non présents sur les affiches) participent au blasphème comme la SNCF ou la Fondation CARTIER

Aux Etats Unis, puis en Australie, cette photo blasphématoire réalisée en 1987 a été bannie.

Le gouvernement Sarkozy, la mairie UMP, le conseil général PS et LVMH, eux, en font tranquillement la promotion dans l’ancienne cité des papes. L’œuvre y est installée dans un des plus beaux hôtels particuliers de la ville, devenu une sorte de temple du blasphème.

Devant ces faits inacceptables, nous exigeons des autorités et dirigeants impliqués les mesures immédiates suivantes :

1-      Faire retirer la photo blasphématoire de cette exposition et interdire toute présentation publique en France, en raison de son caractère provoquant et discriminatoire envers les chrétiens.

2-      Faire enlever et détruire tous les supports de communication utilisant cette photo (affiches, panneaux municipaux, brochures etc.)

3-      Faire stopper tout financement public et privé de cette exposition (près d’un million d’euros par an prévus pour une nouvelle période de 10 ans !!! dont une grande partie par le contribuable).

Nous attendons avant la fête de Pâques la prise en compte de ces trois mesures sans aucunes négociations possibles.

Situation la semaine dernière puis:

Vous avez apporté il y a quelques jours votre soutien à notre pétition demandant le retrait de la photographie d’un Christ plongé dans l’urine d’un « artiste », exposée à Avignon. L’effort de plusieurs initiatives a fait plier les responsables de ce cliché répugnant et ils ont été contraints de fermer les portes du musée ce week-end. Mais ce lundi, à la suite d’une réunion à la préfecture, ils ont parié sur notre lassitude en décidant de rouvrir l’exposition et donc d’exposer à nouveau cette photographie qui nous scandalise profondément dans ce que nous avons de plus cher : notre foi.

Pillé à Gérard Brazon

18/02/2011

Brosse à reluire…

Et voilà nos évêques qui ne semblent pas avoir tout compris… Grave. Ce que ces messieurs devraient savoir, c’est qu’il ne faudra pas attendre à un retour amical de la part des communautés musulmanes. Ils sont là pour nous islamiser, c’est un fait établi. Si on plie un genoux devant eux, leur « travail » n’en sera que plus aisé… Donnons leur nos églises; ils n’ont pas assez de mosquées.

FDF

.

 

Les évêques se forment au dialogue interreligieux…

La moitié de l’épiscopat français a assisté à une session doctrinale de formation sur le dialogue interreligieux

Cinquante évêques participent à la cession doctrinale de formation sur le dialogue interreligieux, à Lyon, le 16 février (Thierry CHASSEPOUX/CIRIC).

Retour sur les bancs de l’école. Pour une formation de haut niveau. La moitié de l’épiscopat français, soit cinquante évêques, s’est inscrit à la cession doctrinale de formation, pour « prendre du recul » sur le dialogue interreligieux. Dans la bonne humeur.

« Nous sommes heureux de nous retrouver, gratuitement, sans texte à voter, sans décision à prendre », sourit Mgr Pierre-Marie Carré, président de la commission doctrinale de la conférence épiscopale. Même si la demande formulée par les évêques d’aborder « un sujet neuf par rapport à la formation qu’ils ont reçue, tant le contexte a changé » répond à une réalité de terrain parfois difficile à gérer.

Perplexité de beaucoup de fidèles

La session comprenait une partie théorique, avec des exposés autour des questions théologiques posées par le dialogue avec les autres religions. Ainsi, le P. Michel Fédou, jésuite, professeur de patristique et de théologie dogmatique au Centre Sèvres, a-t-il comparé la situation actuelle à celle que vivaient les Pères de l’Église, où il fallu penser le christianisme dans des cultures nouvelles.

« Nombre d’entre eux partagent la perplexité commune à beaucoup de catholiques face à cette question », analyse de son côté le P. Jean-Marc Aveline, théologien, qui est intervenu sur la théologie du dialogue interreligieux aujourd’hui. « Ils affichent leur volonté de comprendre ce qui fonde l’engagement de l’Église dans le dialogue interreligieux, et s’appuyer dessus » , lorsqu’ils sont interpellés dans leur charge.

« Les évêques sont de plus en plus souvent sollicités par les pouvoirs publics sur des questions relevant de la paix sociale, poursuit le théologien. Dans le même temps, ils sentent à l’intérieur du peuple chrétien des interrogations profondes dont ils ne peuvent pas ne pas tenir compte. »

80 % de musulmans dans des établissements catholiques

Comme Mgr Georges Pontier, confronté à la présence importante d’élèves de confession musulmane dans les établissements scolaires catholiques. « Jusqu’à 80 % dans certaines écoles implantées dans les quartiers populaires, précise l’archevêque de Marseille. Comment annoncer l’Évangile ? Comment accueillir les fêtes musulmanes ? Que peut-on ou non accepter ? Il ne faut pas fuir ces questions. Même si le sujet est délicat, et qu’il croise une dimension religieuse à des questionnements plus identitaires. Ce genre de session nous permet d’être à l’aise, en accord avec nos pratiques de terrain. » Questions qui ont été aussi abordées, mercredi 16 février, lors d’un dialogue avec Azzedine Gaci, président du conseil régional du culte musulman.

Ces enjeux se posent d’abord pour les diocèses urbains, où les relations avec la communauté musulmane traversent quelques turbulences. Notamment « en banlieue, avec l’influence croissante d’un islam de courant salafiste, relève Mgr Michel Santier, président du Conseil pour les relations interreligieuses et évêque de Créteil, en région parisienne. Cela tend la situation sur le terrain, où les responsables musulmans engagés dans le dialogue prennent leurs distances. Et les plus jeunes doivent faire face à certaines provocations, qui les obligent à approfondir leur foi. »

Mais les enjeux ne sont pas inexistants dans les diocèses ruraux. Le dialogue interreligieux y poursuit sa progression. « Jusque dans le bassin minier » , relève Mgr Benoît Rivière, évêque d’Autun. Sans pour autant effacer les inquiétudes, renforcées par les tensions géopolitiques ou le sort des chrétiens d’Orient.

Le dialogue interreligieux est une expérience spirituelle

« On me demanderait presque d’apprendre à résister contre l’islam, s’inquiète Mgr Rivière. Tout cela ne trouve pas écho en moi », poursuit l’évêque, qui en appelle à « une formation chrétienne plus profonde ». Comme « l’effort théologique » consenti durant ces deux journées. Aucune « théorie » ici, insiste l’évêque d’Autun, pour qui le dialogue interreligieux est une expérience spirituelle emmenant « un approfondissement de notre propre relation au Christ » , dit-il.

Les évêques ne sont pas les seuls en attente. « On me demande de plus en plus souvent des formations, des conférences, des lieux de rencontre entre chrétiens et musulmans », relève Mgr Rivière.

Ce que Mgr Michel Santier appelle également de ses vœux : « Si nous voulons que le dialogue interreligieux porte ses fruits, il faut que les parties prenantes soient fortement enracinées dans leur foi. »

Source: http://tinyurl.com/662rlce

06/02/2011

La montée de l’islam radical fait peur… C’est fait pour.

Il est de notre devoir d’arrêter ce massacre…

FDF

.

Le djihad contre les Chrétiens est lancé.

 

L’essentiel de ce qui devait être dit sur l’attentat contre l’église des Saints à Alexandrie a été dit ici, par Ftouh Souhail. Comme il l’écrit, il y a de la barbarie et de l’incitation au meurtre dans l’islam. Je veux penser qu’un islam modéré peut réémerger, mais, depuis les temps mu’tazilites, cet islam là est profondément absent. Et ce qui se propage depuis plusieurs décennies a un visage meurtrier, totalitaire, ignoble, sanglant, bestial, qu’une grande masse silencieuse de musulmans se garde de contrer et de contredire.

J’attends une manifestation de musulmans sortant dans la rue, par dizaines de milliers, pour dénoncer ce qui ressemble de plus en plus, dans un nombre croissant de pays, à une volonté d’extermination, et qu’on ne me dise pas que ce genre de manifestation ne peut pas se faire parce que les musulmans ne manifestent pas : je me souviens des foules qui vociféraient leur haine d’Israël, et, quelquefois, des Juifs, lors des opérations israéliennes contre le Hamas à Gaza. Des dizaines de milliers de personnes en colère parce qu’on exerce des représailles envers une organisation d’assassins aux buts génocidaire, mais personne lorsque des innocents sont massacrés : dois-je dire que cela me semble lourd de sens. Dalil Boubakeur et le Conseil Français du Culte Musulman ont condamné, certes, mais en parlant de « terrorisme », et seulement de terrorisme, ils ont éludé la question, et Boubakeur, en ajoutant que ce qui est survenu ne doit pas « dresser les communautés les unes contre les autres » a procédé à une forme de renvoi dos à dos du bourreau et de la victime qui relève, au mieux, de l’aveuglement volontaire.

Cet aveuglement volontaire est aussi celui des dirigeants des grands pays occidentaux. Nicolas Sarkozy a laissé à Michèle Alliot-Marie le soin de s’occuper de ce dossier apparemment subalterne à ses yeux, et celle-ci a parlé d’une « réponse concertée à l’échelle européenne », ajoutant : « Il faut que nous agissions entre nous, que nous accueillions, que nous offrions à ceux qui se sentent menacés le droit d’asile, mais surtout que nous agissions pour que ces gens puissent rester chez eux ». Que voilà des paroles fortes ! Barack Obama a réussi à dénombrer des victimes chrétiennes et musulmanes dans un attentat commis par des Musulmans contre des Chrétiens : sans doute que s’il ne considérait pas qu’il y avait des victimes musulmanes, il n’aurait pas trouvé de raison de s’apitoyer. Et puisque les victimes musulmanes n’existaient pas, il lui a suffi de les inventer. Le pape a appelé les autorités du monde à « défendre les Chrétiens contre les abus et les intolérances religieuses », sans dire de quels abus et de quelles intolérances il s’agissait. La montée de l’islam radical fait peur, tellement peur qu’on n’ose plus utiliser le mot « islam » dans ce genre de contexte. La montée de l’islam radical fait si peur que nul, à de rares exceptions près, n’ose dire qu’il y a un problème immense au coeur de l’islam, et que ce problème ressemble de plus en plus à une bombe à fragmentation qui n’en finit pas d’exploser et face à laquelle, au nom du politiquement correct, qui, en l’occurrence, devient un islamiquement correct, on se contente de tous côtés de détourner le regard en espérant être épargné et en adoptant un geste de soumission.

Ce qui s’est passé à Alexandrie n’est pas une exception, et ce doit être rappelé. Cela vient quelques semaines après un acte ignoble et plus sanglant encore à Bagdad, après divers actes de harcèlement et des meurtres ayant touché les chrétiens au Nigeria, au Soudan, au Pakistan, dans les territoires contrôlés par l’Autorité Palestinienne que certains aiment tant en France. Cela relève de l’épuration religieuse, et parfois à de l’épuration ethnique. Cela relève du djihad, dont le coran dit qu’il est du devoir des musulmans de le mener s’ils entendent qu’Allah se montre « miséricordieux » envers eux.

Les organisations de défense des droits de l’homme, si promptes, comme les foules musulmanes, à vociférer haineusement contre Israël sont très timides sur ce genre de dossier et n’en traitent jamais comme d’un problème d’ensemble. Les Chrétiens sont persécutés aujourd’hui dans l’ensemble du monde musulman. Les Juifs ne le sont pas parce qu’ils ont déjà été persécutés avant, et qu’à de très rares exceptions près, les pays musulmans sont épurés de toute présence juive. Mais la moitié de la population juive du monde étant en Israël et Israël étant le seul Etat juif sur la planète, on rêve tout haut dans l’ensemble du monde musulman d’épurer le dar el-islam de l’Etat juif, quitte à ce que cela passe par une extermination de masse. Dans l’ensemble du monde musulman, des livres comme les protocoles des Sages de Sion et Mein Kampf circulent. Et ce n’est pas du tout un hasard.

L’Europe est faible, couchée aux trois quart, en état de décomposition intérieure accélérée. En réagissant comme elle le fait, elle entérine le djihad mené contre les Chrétiens du monde musulman. Elle reconnaît qu’elle tremble et qu’elle est pusillanime. Elle espère que sa pusillanimité et sa volonté de plus en plus affichée de lâcher Israël aux chiens lui permettra de survivre, fut-ce dans la servitude. Elle risque fort d’avoir la servitude : pour ce qui est de la survie, je ne me prononcerai pas. Mais j’ai des doutes.

Les Etats-Unis sont, dans un moment terrible, gouvernés par le pire Président de leur histoire, un homme qui en Egypte, à al-Azhar, lieu où se sont formés de nombreux djihadistes, est allé chanter les louanges de l’islam et traiter Israël d’Etat d’apartheid sans trouver un seul mot à dire sur les Coptes du pays ou sur le sort des Chrétiens en terre d’islam.

Les conditions sont réunies pour que d’autres massacres aient lieu, puis d’autres encore.

Et dans le monde musulman, on fera ce qu’on fait déjà de tous côtés depuis le massacre d’Alexandrie : on dira que c’est la faute des Juifs et d’Israël. Et on jurera de tuer tous les Juifs.

Dès lors que tuer des Chrétiens donne de bonnes raisons de tuer des Juifs et que le reste de la planète élève à peine une voix irrésolue, pourquoi se gêner ?

Guy Millière

31/01/2011

Le communisme du XXI ième siécle se nomme islam…

De Jean Sévillia dans L’Homme nouveau :

S

« S’il est difficile d’observer la question du point de vue de Sirius, avec détachement, tant l’affaire met réellement en cause notre avenir, il serait intéressant, sur le plan de l’histoire des idées et de l’histoire tout court, de dresser un parallèle entre le regard que portait la société européenne sur le communisme, il y a cinquante ans, et celui qu’elle porte aujourd’hui sur l’islam. À l’époque, il y avait les anticommunistes modérés, toujours prudents, les anticommunistes résolus, capables de raisonner sur le sujet, mais aussi les obsédés, pour qui l’anticommunisme était l’alpha et l’oméga de la pensée (sic) et de l’action (re-sic), et pour qui tout anticommuniste était nécessairement un ami, fût-il un crétin borné. Et dans l’autre camp, outre les communistes eux-mêmes, on trouvait toute la variété des idiots utiles et des compagnons de route. En 1949, au temps du stalinisme triomphant, Jules Monnerot avait publié une Sociologie du communisme, livre ardu dont la première partie s’intitulait «Le communisme, l’islam du XXe siècle». Quel sociologue nous donnera prochainement un ouvrage dont la première partie s’appellera «L’islam, communisme du XXIe siècle» ?

Entre les zélateurs inconditionnels de cette religion nouvelle (ou presque) dans l’espace européen et ceux qui, sans garantie de réciprocité, sont partisans de s’ouvrir à elle pour des raisons qui tiennent, on ne sait, à la jobardise, à la haine de soi ou au manque de courage, et, de l’autre côté, les lucides qui savent apprécier le phénomène à sa juste portée, sans le surévaluer ni le sous-évaluer, et ceux qui ne voient plus le monde qu’à travers ces lunettes-là (la peur de l’islam), se mettent aujourd’hui en place des configurations intellectuelles et psychologiques analogues, mutatis mutandis, à celles d’il y a un demi-siècle. Que l’irruption massive de l’islam dans nos pays soit un fait majeur, gros de toutes les interrogations et de toutes les inquiétudes, ce n’est que trop certain. Le défi ne fait que commencer. Mais pour le remporter, il n’est pas interdit aux chrétiens d’être intelligents. »

Source: http://www.chretiente.info/

23/01/2011

Construire une église en Egypte? Mission impossible !

Construire une église en Egypte, impossible sous la charia !


Témoignage de Sohby Gress, secrétaire général de l’association Solidarité coptes internationale receuilli par le mensuel Monde et Vie :

« Il faut savoir que pour ce qui concerne la construction d’églises, le code ottoman, volontairement vexatoire et impossible à observer, est maintenu en vigueur. C’est le tristement célèbre décret el Amayoni, qui régente encore aujourd’hui la construction des églises en Egypte. A Gizeh, 10000 coptes étaient sans église depuis longtemps. Ils finissent par obtenir la construction non d’une église, mais d’un bâtiment culturel, utilisable pour le catéchisme par exemple. Le bâtiment monte et les coptes décident de mettre une coupole surmontée d’une croix. Immédiatement par référé, le député local du PND, le Parti national démocratique au pouvoir, a obtenu une décision de justice ordonnant la destruction totale du bâtiment. Problème : les coptes se rassemblent à l’intérieur, c’était le 24 novembre dernier. A 5 heures du matin, les machines outils arrivent avec les policiers pour exécuter le jugement. Il y a 3 000 personnes à l’intérieur ! On jette des pierres aux agresseurs, qui ripostent à balles réelles. Il y aura quatre morts et 25 blessés très graves. Le jour venu, ce ne sont pas 3000 mais 5000 coptes qui descendent dans la rue. En face il y a autant de policiers. 178 jeunes sont arrêtés et immédiatement tous inculpés de tentative de meurtre sur agents de la force publique. Cela alors qu’ils n’ont fait que se défendre et défendre leur construction ! »

Lire l’entretien intégral dans Monde et Vie

Source: http://www.islamisation.fr/

22/01/2011

« l’islam bafoué par les terroristes »… Nouveau leit-motiv ?

Ils ont (enfin) peur ou bien est-ce encore une manipulation sournoise à laquelle ils nous ont habitués??? Personnellement et connaissant maintenant bien ces gens-là, tout ceci me laisse sceptique… Ne nous laissons pas attendrir. Méfiance…

FDF

.

Des musulmans de France condamnent le terrorisme islamique

Une pétition, rassemblant toutes les sensibilités de la communauté musulmane de France, condamne fermement les attentats contre les chrétiens au Moyen-Orient

Voilà une prise de position qui devrait faire date dans l’histoire de l’islam de France. En signant un « appel » commun, initié par le trimestriel Respect magazine, publié mercredi 12 janvier par le quotidien Libération, et intitulé « l’islam bafoué par les terroristes », une centaine de personnalités de la communauté musulmane française ont à la fois répondu à une forte attente, et marqué sans doute une étape dans l’intégration de cette communauté au sein de la République française.

Certes, à plusieurs reprises déjà, des représentants du monde musulman, notamment le CFCM (conseil français du culte musulman), la Mosquée de Paris, et au plan européen, la fédération des organisations islamiques en Europe, avaient publié des condamnations des attentats contre les chrétiens au Moyen-Orient, qu’il s’agisse de ceux perpétrés à Bagdad ou ceux visant les coptes d’Alexandrie le 31 décembre dernier. Mais jamais cela n’avait été fait d’une manière aussi ferme, radicale, et jamais non plus par un collectif rassemblant l’ensemble des sensibilités de la communauté en France.

En effet, l’islam, en tant que tel, n’apparaissait pas jusqu’ici dans les communiqués. Comme pour gommer le fait que les terroristes se réclamaient de cette religion. Cette fois, c’est explicite : le texte parle de ces « atrocités commises “au nom de l’islam” » et rappelle « haut et fort que ces meurtriers ne sont pas de l’islam, et qu’ils ne représentent en rien les musulmans ». Sans complexe donc, le texte s’attaque de front au problème religieux. De même, il parle d’une « usurpation d’identité », au lieu de s’en tenir à la rhétorique utilisée jusqu’ici, consistant à mettre en face des victimes chrétiennes les victimes musulmanes du terrorisme. La pétition ne parle que des « massacres des chrétiens ».

« Société civile musulmane »

Seconde nouveauté, la diversité des signataires. Dans une communau té particulièrement divisée, de par ses origines multiples, le consensus a été trouvé : en bas de l’appel figurent des religieux, de la Mosquée de Paris (Dalil Boubakeur) au CFCM (Mohammed Moussaoui), de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans (Tareq Oubrou), au soufisme (Khaled Bentounès). Mais la pétition, et c’est sa richesse, est aussi le fait de personnalités issues de la « société civile musulmane », entrepreneurs, journalistes, intellectuels ou hommes politiques. Le panel va donc au-delà des croyants mêmes, pour s’étendre à tous ceux qui se reconnaissent de culture musulmane.

C’est la réponse que nombreux, en France, attendaient. Le député UMP du Tarn Bernard Carayon avait la semaine dernière appelé les Français musulmans à dénoncer les massacres, et à manifester, vendredi 7 janvier, sur le parvis de Notre-Dame. Dans les rangs catholiques aussi, la pression se faisait ressentir.

Et si le P. Christophe Roucou, responsable du service national pour les relations avec l’islam des évêques de France s’est dès mercredi 12 janvier au matin réjoui de la pétition, c’est aussi parce qu’il est conscient que, au sein des catholiques, un sentiment d’hostilité à l’encontre des musulmans est en train de monter, à la suite de ces attentats.

Eviter tout amalgame

Côté musulmans aussi, la demande d’une prise de position commune , pour éviter tout amalgame, s’est imposée. Comme l’explique le rédacteur en chef de Respect magazine, Marc Cheb Sun, il fallait non seulement une condam na tion plus forte, mais aussi plus visible. Depuis quelques jours, aussi, les débats étaient rudes, au sein du Conseil français du culte musulman, pour réunir l’ensemble de la communauté autour d’une initiative forte.

Les signataires de l’appel se désignent eux-mêmes comme des « citoyens » d’un « pays multiconfessionnel ». « C’est aussi l’islam qu’on assassine en commettant ces crimes en son nom », écrivent-ils. Une manière de représenter un autre islam, l’islam de France, décomplexé mais responsable. Cette première manifeste sans aucun doute une certaine maturité de la part de cette toute nouvelle compo sante culturelle et religieuse de la société française.

Source: http://www.la-croix.com/

06/01/2011

Irak: les Chrétiens s’organisent en milice (vidéo).

Et ils ont raison. Si ils veulent sauver leur peau, il n’y a pas 36 solutions… Le jour où les islamistes créeront des milices en Occident, nous auront vaincu l’islamisation. Mais je ne pense pas qu’on leur laisse le temps d’en arriver là…

FDF

.


http://www.youtube.com/watch?v=lSohcfzA3xg&feature=player_embedded

31/12/2010

Encore des chrétiens victimes d’attentats en Irak: 2 morts, 12 blessés !

La haine anti-chrétiens s’affirme de jours en jours, en ces terre d’amour, de tolérance et de paix…

FDF

.

Au moins deux chrétiens ont péri et 12 personnes ont été blessées jeudi soir dans six attentats commis en moins de deux heures contre des maisons appartenant à des chrétiens de Bagdad, a annoncé un responsable du ministère de l’Intérieur.

Ces attaques ont été perpétrées à partir de 19H30 (16H30 GMT) dans six quartiers de la capitale irakienne contre une communauté visée à de nombreuses reprises ces deux derniers mois.

L’attaque la plus sanglante a eu lieu dans le quartier d’al-Ghadir, dans le centre de Bagdad, où une bombe artisanale a explosé vers 20H00 (17H00 GMT), tuant deux chrétiens et faisant trois blessés, dont un chrétien, a indiqué à l’AFP ce responsable sous couvert de l’anonymat.

Les autres explosions, toutes dues à des engins artisanaux, n’ont fait aucun mort, mais blessé neuf chrétiens, a-t-il dit.

Al-Ghadir est un secteur où vivent toujours de nombreux chrétiens, même si beaucoup ont récemment fui, du fait des menaces lancées par la branche irakienne d’Al-Qaïda contre les membres de cette communauté.

Début novembre, la nébuleuse islamiste avait qualifié les chrétiens de « cibles légitimes », quelques jours après avoir revendiqué l’attaque sanglante de la cathédrale syriaque catholique Notre-Dame du perpétuel secours, où 44 fidèles et deux prêtres avaient été tués par un commando armé le 31 octobre.

Jeudi soir, deux bombes ont explosé dans l’ouest de Bagdad, la première dans le jardin de la maison d’une famille chrétienne vivant dans le quartier de Yarmouk qui a fait un blessé, et la seconde qui a touché deux chrétiens dans le secteur de Khadra.

Un autre chrétien a également été blessé par une bombe placée rue al-Sinaa, à Karrada (centre), non loin de la cathédrale attaquée fin octobre.

Dans le sud de Bagdad enfin, trois chrétiens ont été blessés dans un attentat dans le quartier de Dora, de même que deux autres par une bombe qui visait une maison de Saïdiya.

Ce n’est pas la première fois que des maisons appartenant à des chrétiens sont visées lors d’attaques presque simultanées.

Le mois dernier, quelques jours après les menaces proférées par Al-Qaïda, une série d’attentats visant les domiciles de chrétiens de la capitale avait fait six morts et 33 blessés, renforcé le profond sentiment d’insécurité et poussé davantage de membres de cette communauté à fuir vers la région autonome du Kurdistan, ou à prendre le chemin de l’exil vers l’étranger.

Le 25 décembre, c’est sous haute protection que les chrétiens d’Irak ont assisté aux messes de Noël alors que les dirigeants du pays les exhortaient à rester en Irak.

Sur les 800.000 à un million de chrétiens qui vivaient en Irak avant l’invasion de 2003, il n’en reste plus que la moitié.

Le 17 décembre, le Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) a dénoncé un « lent mais régulier exode » de milliers de chrétiens d’Irak à la suite du carnage du 31 octobre.

Source: AFP

28/12/2010

Islamisation par la violence: le Pape a réagi, dimanche, après le Noël sanglant qui a frappé le Nigeria et les Philippines.

Là, c’est le Pape qui s’en mêle… Peut-être va t’on écouter son message?

FDF

.

 

Benoît XVI dénonce la persécution des chrétiens.

La méditation de Benoît XVI, à Rome, pendant la messe de minuit, sur «la lumière de bonté» de Noël, opposée au «bâton de tortionnaire» , au bruit des «chaussures des soldats» et à la vision des «manteaux couverts de sang» , a trouvé un écho dramatique dans l’actualité du week-end.

Si aucune victime n’a été à déplorer en Irak, où les mesures de sécurité avaient été renforcées devant les églises chrétiennes, le bilan a été très lourd au Nigeria et aux Philippines.

À Jos, dans le centre du Nigeria, 32  personnes ont été tuées et 74 blessées dans une série de sept explosions visant des églises et deux quartiers où la foule faisait ses achats avant la fête de la Nativité. Dimanche encore, dans la même ville, de nouveaux incidents ont fait un mort. Plusieurs maisons ont été incendiées. Jos est située à la limite du nord, majoritairement musulman, et du sud, principalement chrétien. La veille de Noël, cinq personnes, dont un pasteur baptiste, avaient également été tuées, dans une église à Maiduguri, dans le nord du Nigeria. Cette attaque a été attribuée à une secte islamiste, Boko Haram.

Les extrémistes islamistes de l’île de Jolo…

Suite et source: http://tinyurl.com/25hxlse

27/12/2010

Les chrétiens palestiniens se réfugient en Israël.

Comme quoi les islamistes on beau raconter ce qu’ils veulent en niant la persécution des chrétiens en terres d’islam. Ces derniers ne vont pas chercher refuge en Israël pour se changer les idées…

FDF

.

À l’occasion de Noël, l’armée israélienne et l’administration civile ont facilité l’arrivée des chrétiens palestiniens vivant en Judée-Samarie, et même des chrétiens arabes venant des pays voisins. Le coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires, le major-général Eitan Dangot, et le chef de l’Administration civile, ont pris toutes les mesures pour assurer la sécurité de tous les pèlerins face aux menaces terroristes islamiques.

L’Etat juif est, et de loin, l’unique pays de la région ou la population chrétienne augmente. Les chiffres le confirment, les populations chrétiennes au Moyen Orient ne cessent de diminuer partout. Partout, à l’exception d’Israël, où le nombre de chrétiens n’a cessé de croître ces dernières décennies. Il y avait un peu plus de 34.000 chrétiens en Israël après la création de l’état en 1948. En 2010, la population chrétienne d’Israël atteint près de 200.000 personnes.

Israël est également le seul pays de la région où les chrétiens se sentent en sécurité.

Source: http://notrejournal.info/


23/12/2010

L’islam vise à appliquer la sharîa et à établir le califat.

Pour ne pas se laisser envahir « idiots »…

FDF

.

« L’Europe et le spectre du califat » de Bat Ye’or

Sous domination islamique, les indigènes non-musulmans – juifs, chrétiens, hindous, bouddistes, zoraostriens, etc. – vaincus à la suite du jihad se trouvent confrontés à cette douloureuse alternative : soit la conversion à l’islam, soit la reprise du jihad, soit la dhimmitude, un statut cruel et inégalitaire réservé aux non-musulmans (cf. lexique infra).
Universaliste, l’islam vise à appliquer la sharîa et à établir le califat, la gouvernance islamique mondiale à la fois politique, religieuse et législative.
Tel est le dessein de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), une organisation transnationale faîtière qui regroupe 56 pays et entité musulmans ou à majorité musulmane et 1,3 milliard de musulmans.  

Un but avoué par les islamistes et dont ont pris conscience des responsables de l’administration Bush comme Dick Cheney, alors vice-président, et Donald Rumsfeld, alors Secrétaire à la Défense.

Dès les années 1970, l’OCI bénéficie d’une conjoncture favorable (cf. chronologie infra).

Forte d’avoir su unifier un continent européen en paix, l’Union européenne a cependant réduit la souveraineté de ses Etats membres et imposé les décisions de sa bureaucratie.
Après le double choc pétrolier et l’afflux des pétrodollars, en croyant assurer sa sécurité menacée par le terrorisme islamiste, marquée par l’alliance entre les dirigeants nazis et leurs homologues du monde arabe ou/et musulman ainsi que de l’adhésion enthousiaste de foules arabes pour le Führer et l’idéologie antisémite du IIIe Reich, elle s’est rapprochée du monde arabe, dont elle partage nombre d’idées, pour former Eurabia.
Ce faisant, elle sacrifie l’Etat d’Israël et les chrétiens d’Orient persécutés sur l’autel de ses intérêts et de ses faiblesses. Occculte son histoire. Néglige son identité. Impose une terminologie « politiquement correcte » qui imprègne aussi dans des médias…
Dialogue euro-méditerranéen, multilatéralisme, multiculturalisme, Alliance des civilisations (UNAOC), dialogue des cultures… Tels sont les instruments promus par une Europe négligeant son passé ou par une ONU (Organisation des Nations unies) influencée par une majorité automatique incluant les Etats et entité membres de l’OCI.
Les buts ? Affaiblir les Etats-Unis, superpuissance leader du monde occidental ; imposer des concessions unilatérales et sans réciprocité à un Occident culpabilisé par son passé colonial ; instiller la sharîa (finance islamique, interdiction du blasphème), etc.
Ainsi, à l’insu des populations européennes, et à des siècles de distance, des mécanismes institutionnels et des réseaux œuvrent au rétablissement du califat universel aboli par Atatürk en 1924. Un califat dont le siège serait à Jérusalem, ville définie comme la capitale de la « Palestine ». Ce qui révèle la volonté de détruire l’Etat juif.
Par cet essai documenté, au style clair, synthèse augmentée et mise à jour de ses précédents travaux, déjà publié en italien (2009) et prochainement édité aux Etats-Unis, Bat Ye’or, essayiste qui a forgé le terme dhimmitude, offre des clés pour comprendre le monde contemporain et ses enjeux. 

Un livre passionnant dont les analyses ont été involontairement validées par le refus de François Descoueyte, directeur du CAPE (Centre d’accueil de la presse étrangère) d’une conférence de presse de Bat Ye’or et le silence de nombreux médias sur les faits analysés.

Bat Ye’or, L’Europe et le spectre du califat. Editions Les Provinciales, 2010. 215 pages.  ISBN : 978-2-912833-22-8
QUELQUES REPERES CHRONOLOGIQUES

587 avant l’ère commune. Le roi Nabuchodonosor II détruit le Premier Temple qui avait été construit à Jérusalem par le roi juif Salomon, au Xe siècle, pour abriter l’Arche d’Alliance.

70. Reconstruit (19 av. JC-63) par Hérode 1er, roi de Judée, le Deuxième Temple est détruit par les Romains.

380. L’édit des empereurs Théodose et Gratien (édit de Thessalonique) impose le christianisme comme seule religion officielle et obligatoire de l’empire romain

632. A la mort de Mahomet, Abou Bakr est nommé calife.

661. Califat des Omeyyades, dont la capitale est Damas, jusqu’en 750.

732. Bataille de Poitiers au cours de laquelle Charles Martel, maire du Palais du royaume franc, victorieux, met un terme à l’expansion musulmane en France.

750. Califat des Abbassides, dont la capitale est Bagdad, jusqu’en 1258.

1095. La première des neuf Croisades permet l’accès des pèlerins à Jérusalem.
Création des Etats latins d’Orient qui disparaissent en 1291.

1261. Califat des Fatimides, dont la capitale est Le Caire.

1453. Constantinople est prise par les troupes menées par le sultan Mehmet II.

1492. Les rois catholiques espagnols achèvent la Reconquista de l’Espagne sous domination maure depuis 718.

1517. Califat ottoman qui s’étend sur une partie de l’Asie, de l’Afrique et une partie de  l’Europe de l’Est, et sera aboli en 1924 par Atatürk, président turc..

1529. Soliman II le Magnifique échoue à s’emparer de Vienne.

1571. Bataille victorieuse à Lépante de la flotte de la Sainte-Ligue contre celle ottomane.

1683. Vienne résiste victorieusement aux Turcs qui lèvent leur siège de la ville.

1801-1805. Première des deux guerres barbaresques gagnées par les Etats-Unis contre les Etats barbaresques en Méditerranée afin de n’avoir plus à payer de tribut pour la sécurité de leurs navires. La seconde guerre barbaresque se déroule en 1815. En mars 1794, le Congrès américain a adopté l’Act to provide a Naval Armament pour se doter de l’US Navy.

1924. Mustafa Kemal Atatürk, président turc, abolit le califat ottoman institué en 1517.

1933. Mohammad Amin al-Husseini, grand mufti de Jérusalem, exprime son soutien au nazisme triomphant en Allemagne. Il devient un collaborateur efficace et rémunéré des nazis.

1945. 8 mai. La capitulation de l’Allemagne nazie marque la fin en Europe de la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle six millions de juifs ont été exterminés (Shoah ou Holocaust). Des nazis fuient vers l’Amérique latine et vers des pays arabes dont l’Egypte et la Syrie.

1948. 14 mai. Restauration de l’Etat d’Israël.
Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par les Nations unies dont le principal rédacteur est René Cassin.

1973. Guerre du Kippour : alors que l’Etat d’Israël est attaqué par des armées arabes, l’Europe ferme son espace aérien aux avions américains le ravitaillant.
Premier choc pétrolier : en quelques mois, le prix du baril de pétrole triple. Boycott arabe (OPEC ou OPEP, Organisation des pays exportateurs de pétrole) contre les pays amis de l’Etat juif.

1975. Publication de l’opuscule Eurabia.

1979. Deuxième choc pétrolier qui se traduit par une hausse considérable du prix du pétrole.

1989. Auteur des Versets sataniques (1988), Salman Rushdie est visé par la fatwa de l’ayatollah iranien Khomeiny l’accusant de « propos blasphématoires » envers l’islam.

1990. Déclaration du Caire des droits de l’homme en islam fondée sur la sharîa.

2001. 11 septembre. Attentats terroristes islamistes perpétrés par al-Qaïda aux Etats-Unis.

2004. Un islamiste tue le réalisateur néerlandais Théo van Gogh, co-auteur avec Ayaan Hirsi Ali, du film Soumission, dénonçant la condition des femmes sous l’islam.

2005. Le journal danois Jyllands-Posten publie 12 dessins sur Mahomet. Ce qui suscite l’ire de musulmans et des menaces de mort pour les auteurs de ces oeuvres, notamment Kurt Westergaard.

2006. Le Figaro publie Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? du philosophe Robert Redeker, qui est alors menacé de mort.

2008. Le politicien néerlandais Geert Wilders réalise Fitna, film critique sur l’islam. Menacé de mort, il vit sous protection policière.
Le Conseil onusien des droits de l’homme adopte une résolution sur La lutte contre la diffamation des religions.

2009. 29 novembre. Vote majoritaire en Suisse contre la construction de nouveaux minarets. Réactions négatives de la communauté internationale.

2010. 21 octobre. Le Conseil exécutif de l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) adopte cinq résolutions dont l’une islamise et palestinise deux sites juifs – le Tombeau des Patriarches à Hébron et la Tombe de Rachel à Bethléem – et demande à Israël de les retirer de sa liste des sites du patrimoine national. 

LEXIQUE

Blasphème : en islam, il détermine la condamnation des « infidèles » et des musulmans qui, accusés de ce délit, peuvent être condamnés à mort et même assassinés.

Califat : territoire gouverné par le calife conformément à la sharîa.

Coran : parole incréée d’Allah, révélée à Mahomet par l’ange Gabriel.

Da’wa : appel de l’islam ; prédication, propagation universelle de l’islam.

Dar al-islam : territoire sous gouvernance musulmane. Il se différencie du dar al-harb (domaine de la guerre), territoire visé par le jihad afin de le soumettre à l’islam et y appliquer la sharîa.

Dhimmi : non musulman soumis par les armées du jihad, il cède au calife sa terre et sa souveraineté en échange d’une protection contre le jihad. Cette protection lui assure une sécurité relative et conditionnée à des prescriptions et des discriminations avilissantes.

Eurabia : titre d’une revue et nom donné à un nouveau continent unissant l’Europe et le monde arabe par les tenants de cette idéologie.

Fiqh : jurisprudence islamique.

Frères musulmans : mouvement islamiste fondé par Hassan al Banna, en 1928, en Egypte.

Hadith : relation des actes et propos du prophète Mahomet. Un des deux fondements de l’islam avec la Coran.

Jihad : guerre obligatoire non abrogeable contre les infidèles.

Jizya : taxe coranique obligatoire pour les non musulmans dhimmis et qui doit être perçue avec humiliation (Cor. 9, 29).

Sharîa : gouvernance fondée sur le Coran et la Sunna.

Sunna : Compilations des hadiths et traditions se rapportant à Mahomet. Source avec le Coran de la juridiction islamique.

Théologie de la libération palestinienne : elle vise à extraire le christianisme de sa matrice juive.

Wakf : bien appartenant à Allah ou de mainmorte et géré au bénéfice de la communauté islamique ou d’œuvres charitables.

15/12/2010

Dialogue islamo-chrétien par Patrick Binder.

Vidéo venue d’Alsace où le Concordat fait des ravages… Bon courage, Patrick!

FDF

.

Lire:    Dialogue islamo-chrétien par Patrick BINDER

12/12/2010

Le magnifique témoignage du pasteur Saïd Oujibou…

On voit que sur cette vidéo, l’intervention du pasteur n’est pas pour se faire de la pub. C’est « sorti des tripes », comme on dit…

FDF

.

Entendu hier à la veillée de solidarité et de prière organisée place Saint Augustin à Paris par Chrétienté Solidarité :

Le Pasteur Saïd Oujibou anime la Casbah Evangelique au 8 rue du Caire dans le IIème arrondissement de Paris.


11/12/2010

Affaire « 20 minutes » à Lyon: Sainte Marie n’a pas les faveurs des médias…

Ci après l’analyse de Pierre -Louis Hikoum sur la sombre affaire de soumission dont a fait preuve le journal 20 Minutes, édition de Lyon, concernant une publicité refusée au diocèse catholique sous un prétexte pour le moins fallacieux…On est en droit de se poser des questions sur la laïcité dont on nous rabâche les oreilles…

FDF

.

Quantcast

Certains vont, encore, crier à l’Islamophobie primaire à la vue du présent article, pourtant il n’en est rien. Nous voulons, une fois de plus dénoncer une inégalité de traitement entre les diverses religions dans notre pays. Lorsque l’on parle de racisme ou ségrégation dans notre pays, cela ne s’exerce absolument pas à l’encontre de ceux auxquels on pourrait croire. Si des associations biberonnées de subventions par l’Etat déclarent de manière péremptoire le contraire, nous allons vous démontrer que cela est faut.

Vous connaissez certainement le quotidien « 20 minutes » qui a des éditions locales. Et bien nous avons appris que  le diocèse de Lyon avait décidé d’acheter quatre pages de publicité dans l’édition locale de ce journal afin de communiquer sur la Fête des Lumières de Lyon qui attire chaque année de très nombreux touristes. La fête des lumières a lieu le 8 décembre et ce depuis 1852. A cette date, tous les Lyonnais allument de petites bougies à leurs fenêtres en hommage à la Vierge. Depuis 1999, la ville a transformé cette fête catholique en un festival « son et lumière » à travers les rues de Lyon qui connaît une renommée internationale.

« Grâce au geste d’un mécène, quatre pages de publicité étaient donc réservées dans l’édition lyonnaise du journal 20 minutes à paraître mercredi », a déclaré le diocèse au journal « Le Point ». Mais quelques heures avant le bouclage, ce même diocèse dit s’être vu refusé ces quatre pages de publicité en raison de la présence dans le texte du « Je vous salue, Marie ».

La direction de 20 minutes a fait un communiqué auprès de l’AFP (Agence France Presse) déclarant « On s’est toujours engagé vis-à-vis de nos lecteurs à être un journal d’information et pas un journal d’opinion. C’est un parti pris éditorial que nous assumons ». Personne ne sera choqué par cela d’autant que cette même direction a également dit « Nous avons dans nos conditions générales de vente un article nous permettant de refuser tout ou partie d’une annonce sans avoir à en justifier la raison ». Dont acte.

Mais j’ai le sentiment étrange et pénétrant, comme dirait Verlaine d’en d’autres circonstances, que l’on se moque de nous. En effet le même quotidien 20 minutes a affiché la campagne publicitaire “Fièrement halal” de la marque Isla Délice pendant plus de 2 semaines. Nous avions rédigé un article à ce propos en août 2010 trouvant cette campagne de pub assez limite d’autant que son pendant Catholique, lui, ne serait pas autorisé. Nous ignorions alors à quel point nous aurions raison. Cette campagne dans 20 minutes, mais également en pleine page pendant la période du Ramadan dans le quotidien gratuit Métro, n’ont pas ému grand monde et il n’a jamais été question de les interdire.

Le Général de Gaulle, pour lequel je n’éprouve aucune vénération particulière avait écrit que « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne ». Nous pouvons dès à présent nous poser très sérieusement la question si cela est toujours le cas.

Le document édité par le diocèse est disponible ici

L’article du Point est disponible ici

Source: http://hikoum.wordpress.com/

10/12/2010

Le dessin du jour…

Je viens de recevoir ce dessin. Très au goût du jour…

FDF

.

« Page précédentePage suivante »