Francaisdefrance's Blog

05/11/2010

Cholet: la LDH a le maire en ligne de mire… Pour des vérités, en outre…

« Il a dit la vérité; il sera châtié »… Tenez bon, Monsieur Bourdouleix !!! Vous avez notre soutien. Et si vous avez besoin d’aide, nous serons là.

FDF

.

Poursuivi pour provocation à la haine raciale, le maire de Cholet contre-attaque.

Il est fort probable que la Halde, SOS connards et autres sangsues emboîtent le pas…

Le député-maire (UMP) de Cholet, Gilles Bourdouleix, confie au Post qu’il est « parfaitement serein » malgré la plainte de la Ligue des Droits de l’Homme à son encontre pour provocation à la haine raciale et à la violence. 

La procureure de la République d’Angers indique mercredi avoir ouvert une enquête suite à cette plainte.

Que reproche la LDH à Gilles Bourdouleix ?

Des propos concernant les gens du voyage que le maire de Cholet aurait tenus en septembre dernier lors d’une réunion de quartier et qui ont été rapportés par Ouest France. Les voici tels qu’ils ont été retranscrits par le quotidien :

« On a la trouille de ces gens-là, ils ont tous les droits. Je suis prêt à prendre un camion plein de m… pour le déverser au milieu de leurs caravanes. Ces gens, c’est beaucoup d’emmerdes. S’ils choisissent de vivre comme ça, en caravanes et qu’on fait un effort pour les accueillir, au moins qu’ils aient un peu de respect. Les caravanes qu’ils ont, avec les Mercedes et les camions pour les tracter, on ne pourrait pas se les payer. Mais eux, ils en ont les moyens puisqu’ils n’ont pas de revenus et ne paient pas d’impôts ! Ces caravanes, elles sont équipées de toilettes, mais ils ne les utilisent pas. »

Des propos « déformés »

Contacté par Le Post, député-maire de Cholet nous livre sa version des faits.

Si Gilles Bourdouleix maintient en partie ses propos, il dénonce une « déformation » de la part de Ouest France et de la LDH qui les reprend. « Les propos qui sont repris par la Ligue des Droits de l’Homme sont ceux d’un article qui déforme largement ce que j’ai dit », se plaint l’élu.

Qu’a-t-il voulu dire ?

« Nous avons accueilli un groupe de gens de voyage de façon conjoncturelle, suite à un décès dans une des familles, explique au Post Gilles Bourdouleix. Donc nous leur avons ouvert un terrain qui n’est pas réservé en théorie aux gens du voyage et nous avons mis des toilettes chimiques à disposition. Et dans cette réunion de quartier, les riverains proches de ce terrain se sont plaints car il y a eu des excréments devant leurs habitations. J’ai seulement répondu à l’assistance que la prochaine fois que ce groupe de gens du voyage viendrait, je ne pense pas qu’ils seraient contents si on leur déversait un camion d’excréments au milieu de leur caravane. »

Le maire de Cholet nous précise qu’il y a « souvent des ennuis avec ce groupe-là, que nous connaissons ». Mais, il ne s’agit pas « des gens du voyage en général », se défend Gilles Bourdouleix.

Une plainte pour « dénonciation calomieuse » contre la LDH

Et le député s’insurge en dénoncant les « méthodes de la LDH ». « Quand on sort du contexte deux ou trois phrases en les mettant l’une à côté de l’autre, ça change beaucoup le sens des propos ».

Gilles Bourdouleix annonce au Post qu’il va porter plainte pour « dénonciation calomieuse » à l’encontre de la Ligue des Droits de l’Homme dès qu’il aura été entendu par les enquêteurs. » La LDH n’a pas de leçon à me donner. S’ils font du militantisme de gauche, c’est leur problème. En tout cas, ils abusent et c’est pour cette raison que je porte plainte. Il y a une volonté de nuire », estime l’élu.

Il s’étonne par ailleurs de l’intitulé de la plainte. « Je ne comprends pourquoi on parle de haine raciale. C’est scandaleux et honteux que la LDH estime que les gens du voyage constituent une race à part ».

Gilles Bourdouleix doit être entendu par la police à la fin du mois.

Sources : Le Post, Ouest France