Francaisdefrance's Blog

03/01/2012

« Nous déclarons encore une fois la guerre à la France »…

Tels sont les propos de ces illuminés du Mujao islamiste qui braillent ceci depuis le fin fond de cloaque de leur brousse natale africaine. Et l’homme qui a déclaré ceci l’a fait dans une vidéo, bien planqué dans son accoutrement barbare. Il s’agit de Hamada Ould Mohamed Kheirou, le chef de du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest…

Et bien viens donc nous le dire en face, beau ténébreux… On va causer.

Et que les chauds partisans de l’islam en France en prennent bien note (musulmans ou pas).

FDF

.

Photo d’illustration

.

Le chef présumé du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), présenté comme une dissidence d’Al-Qaïda au Maghreb islamique(Aqmi), a menacé la France dans un enregistrement vidéo. « Nous déclarons encore une fois la guerre à la France qui est contre les intérêts de l’islam », déclare en arabe dans cette vidéo le Mauritanien Hamada Ould Mohamed Kheirou, la tête couverte d’un turban et portant des lunettes fumées. Il ajoute que « le Jihad sera exporté partout où cela sera nécessaire et que pour Dieu, il faut être prêt à tout« , selon ses propos traduits par un interprète.

« Imposer la charia dans toute l’Afrique de l’ouest »

Dans cette même vidéo défilent les images de trois Occidentaux (deux Espagnols, un homme et une femme, et une Italienne) enlevés fin octobre dans un camp de réfugiés Sahraouis près de Tindouf, en Algérie. Le MUJAO, groupe jusqu’alors inconnu, a revendiqué ces enlèvements. La dernière partie du film revient sur l’idéologie du groupe et ses ambitions affichées, en particulier « imposer la charia dans toute l’Afrique de l’ouest ». La pratique d’un islam « pur et dur » y est vanté par de jeunes combattants noirs.

La Mauritanie a lancé la semaine dernière un mandat d’arrêt international contre Hamada Ould Mohamed Kheirou, alias Abou Qumqum. Ce mandat vise également trois autres Mauritaniens, dont Moustapha Ould Limam Chafi, homme d’influence en Afrique de l’Ouest qui a notamment négocié la libération d’otages occidentaux d’Aqmi. Ils sont accusés d’être des « membres influents » de la branche maghrébine d’Al-Qaïda, de « financement du terrorisme » et appui « à des groupes terroristes » au Sahel. Aqmi opère dans cette vaste zone difficile à surveiller et contrôler où elle a multiplié, depuis ses bases du nord du Mali, attentats, enlèvements d’Occidentaux et trafics divers, y compris de drogue. Au total, douze Européens, dont six Français, sont retenus en otage dans le Sahel.

Source: http://www.lefigaro.fr/