Francaisdefrance's Blog

30/11/2010

Minarets: les muzz de Suisse veulent que la chancellerie fasse machine arrière.

Après la tôle de dimanche prise par les étrangers de Suisse qui ont plutôt désormais intérêt à se tenir a carreau, les muzz sans doute vexés et bien em…… ramènent leur fraise. Ils ravivent la polémique des minarets … Toujours à semer la zizanie, ces gens-là… Ils n’arrivent pas à comprendre qu’ils ne sont pas chez eux et en Suisse comme dans d’autres pays d’Europe, ils sont « tolérés »…La « mettre en veilleuse » favoriserait leur intégration et mettrait un terme à toute stigmatisation. Mais de là à ce qu’ils comprennent ça…

FDF

.

Un an après la votation sur les minarets, des musulmans de Suisse se mobilisent afin que la Suisse fasse marche arrière. Le Conseil central islamique suisse (CCIS) a annoncé lundi à Zurich le lancement d’une initiative populaire visant à abolir l’interdiction des minarets.

Un comité d’initiative « le plus large possible » doit être créé d’ici la fin décembre au plus tard. Le Conseil central islamique suisse (CCIS) est en contact avec différents acteurs des milieux politiques, culturels et scientifiques.

Le texte de l’initiative devrait être soumis à la Chancellerie fédérale pour examen « dans tous les cas » en janvier 2011 déjà. Si on veut abolir l’interdiction des minarets en Suisse, il faut le faire en empruntant la même voie utilisée pour introduire cette interdiction, ont expliqué à la presse des représentants du CCIS.

Incompréhension

A part engendrer de l’incompréhension, l’interdiction des minarets « n’a servi à rien », si ce n’est à ternir l’image de la Suisse à l’étranger, estime le CCIS. Elle est en contradiction avec la Constitution concernant l’égalité des droits et l’interdiction de discrimination.

L’interdiction « vise clairement l’abaissement des musulmans en Suisse », affirme le CCIS. Il n’existe aucune justification pour une interdiction des minarets. Du point de vue du droit de bâtir, le minaret n’est pas différent d’un temple hindouiste ou bouddhiste ou d’un clocher d’église.

« Faux-pas »

Le CCIS dit avoir « espéré en vain » qu’un « débat fertile » s’instaure après la votation pour savoir comment la minorité musulmane peut être acceptée « en tant que citoyens valables et non-stigmatisés ». Au lieu de ça, « les élites politiques » se sont contentées d’expliquer à l’étranger que ce vote était un « faux-pas ».

Le 29 novembre 2009, le peuple suisse a accepté l’initiative de l’UDC contre les minarets par 57% des votants. En octobre dernier, le Conseil des Etats a rejeté une pétition exigeant que l’interdiction des minarets soit retirée de la Constitution.

Source: http://www.romandie.com/