Francaisdefrance's Blog

16/03/2012

ArcelorMittal: les manifestants accueillis par des gaz lacrymogènes !

Tirs de lacrymogènes contre les manifestants? On dirait que le « printemps Français » arrive…

La répression façon « despotes du Maghreb », ça m’étonnerait que ça se passe sans douleurs…

FDF

.

A la veille des présidentielles…
.

Les syndicats de l’usine ArcelorMittal Florange, menacée de fermeture, ont refusé l’invitation du chef de l’Etat à l’Elysée. Nicolas Sarkozy a réagi en accusant la CGT de vouloir jouer « un rôle politique ».

Les métallos d’ArcelorMittal Florange (Moselle) ont quitté jeudi en début d’après-midi la rue de la Convention, où se situe le QG de campagne de Nicolas Sarkozy, pour se rendre à pied à la Tour Eiffel, où ils envisageaient de déployer une banderole. Aux cris de « merci Sarko », « travaillez plus pour gazer plus », les salariés de Florange, où deux hauts-fourneaux sont à l’arrêt depuis plusieurs mois, avaient l’intention de déployer une banderole proclamant « l’acier lorrain vivra ». Ils ont indiqué aussi vouloir se rendre à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) au siège d’ArcelorMittal France.

De brèves échauffourées ont opposé jeudi à la mi-journée quelque 200 métallurgistes de l’aciérie ArcelorMittal de Florange (Moselle) aux forces de l’ordre, devant le QG de Nicolas Sarkozy, et les métallos ont décidé de boycotter la rencontre proposée lundi à l’Elysée. Venus pour défendre l’avenir de leur usine, les salariés de Florange, où deux hauts fourneaux sont à l’arrêt depuis plusieurs mois, étaient arrivés à 12H00 dans le XVe arrondissement, à proximité du QG de campagne, où un important dispositif policier avait été déployé.

Nicolas Sarkozy, en déplacement dans la Marne, n’était pas présent à son QG. Partis vers 07H00 de Lorraine, quatre autocars affrétés par une intersyndicale CFDT-CGT-FO avaient été escortés par les CRS depuis le péage autoroutier de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), a constaté un journaliste de l’AFP. Lors de brèves échauffourées, les métallos ont été aspergés de gaz lacrymogène par la gendarmerie mobile et refoulés vers le pont Mirabeau.

« Le candidat du peuple accueille le peuple avec des CRS », a regretté à sa descente de bus le responsable de la CFDT, Edouard Martin, qui a reçu plusieurs jets de gaz lacrymogène. « Nous ne sommes pas venus dans un esprit d’affrontement mais dans un esprit de dialogue, faire de la pédagogie sur la situation de notre usine », a-t-il ajouté. Revêtus de la tenue argentée de la « coulée » et au milieu de feux de bengale et de pétard, les « métallos » ont demandé à être reçus par un membre de l’équipe de campagne.

« On est reçus avec des gaz lacrymogènes »

Nicolas Sarkozy avait quitté son QG vers 11h30, selon des journalistes sur place. A sa sortie, il a indiqué qu’il « avait des obligations » et que « les métallos (devant venir à Paris) n’étaient pas représentatifs », en réitérant sa proposition de rendez-vous pour lundi à l’Elysée à 11H00. Mais, mécontents de l’accueil qu’ils ont reçu à proximité du siège de campagne de Nicolas Sarkozy, les représentants de la CFDT et de la CGT ont annoncé qu’ils refusaient de se rendre à l’Elysée. FO aussi.

« On n’a jamais dérapé, on est reçu avec des gaz lacrymogènes. On n’ira pas à l’Elysée lundi », a expliqué Edouard Martin, responsable CFDT, la CGT confirmant de son côté une décision similaire. Nicolas Sarkozy leur avait proposé de les rencontrer en l’absence de tout décideur d’ArcelorMittal. Dans l’après-midi, les ArcelorMittal voulaient déployer sur la tour Eiffel une banderole géante proclamant « L’acier lorrain vivra ». « Le symbole de la France, c’est la tour Eiffel. Or, l’acier de la tour a été forgé en Lorraine », a expliqué Edouard Martin.

Nicolas Sarkozy, en déplacement à Suippes (Marne), a accusé dans l’après-midi la CGT de vouloir jouer « un rôle politique », en commentant les incidents survenus devant son QG de campagne entre des salariés d’ArcelorMittal venus de Florange et les forces de police. « Que les syndicalistes défendent les syndiqués et ne fassent pas de politique et la CGT se portera mieux (…) Je dis aux vrais salariés de Florange, ceux qui travaillent, que je suis à leur disposition », a déclaré le président-candidat, en ajoutant: « que la CGT ne pense pas qu’elle a un rôle politique à jouer dans cette campagne, ça ne lui va pas, ce n’est pas bien ».

Le 22 mars, la CGT organisera à Florange une « grande journée nationale » de manifestation sur le thème de « L’industrie et la sidérurgie en France ». Elle prévoit de faire venir en Lorraine « des milliers » de métallos français, belges, luxembourgeois et allemands. En engageant leur mouvement le 20 février, les syndicats avaient promis de faire de Florange « le cauchemar du gouvernement » si les deux hauts-fourneaux de l’aciérie, en sommeil depuis plusieurs mois, n’étaient pas remis rapidement en route. ArcelorMittal assure qu’il ne s’agit que d’une mise en veille temporaire, rendue nécessaire par une demande mondiale d’acier insuffisante.

Source: http://lexpansion.lexpress.fr/

11/02/2012

Quand LICRA rime avec omertà…

Le cas Thierry Gaubert…

Attendons les aboutissants. Les tenants sont dans les lignes ci-dessous…
FDF

.

Le 6 février s’est ouvert devant le Tribunal correctionnel de Nanterre le procès de Thierry Gaubert pour ce que Libération (1) qualifie de « ribambelle de délits : abus de confiance, escroquerie, emploi de fausse qualité… » commis sous de « multiples casquettes : conseiller politique [de Nicolas Sarkozy], promoteur immobilier, banquier adepte de comptes offshore ».

Logement social et train de vie royal

Le tout commis grâce à d’habiles détournements du « 1% », pourcentage de la masse salariale que les employeurs consacrent au logement des employés et dont bénéficient les Comités interprofessionnels du logement (CIL). Patrons d’un de ces CIL dans les Hauts-de-Seine, département français concentrant le plus de sièges de grosses sociétés et où, même ramené à 0,34%, le « 1% » constitue donc un énorme pactole, Gaubert et son complice, le promoteur immobilier Philippe Smadja qui comparaît avec lui au banc d’infamie, y auraient multiplié pendant des lustres, selon l’ordonnance de renvoi en correctionnelle, « des montages immobiliers complexes », voire carrément illégaux.

Ces montages auraient permis au tandem « d’encaisser une plus-value de 2,4 millions de francs en 24 heures, à Levallois-Perret », sur les terres du député-maire Patrick Balkany, dont l’épouse est née Smadja – bien que ce patronyme ait été très répandu dans la communauté juive d’Afrique du Nord, y aurait-il un lien de parenté entre Isabelle Balkany et le promoteur immobilier ? Ces mêmes montages auraient-ils aussi permis de mener à Neuilly, dans le fief de Nicolas Sarkozy, une opération « déficitaire pour la commune mais profitable » aux deux dirigeants du CIL, dont l’ordonnance de renvoi rendue par le juge d’instruction Richard Pallain pointe aussi le « train de vie excessif sans rapport avec la finalité non lucrative » du 1%.

Outre un salaire annuel de 500.000 francs versés par une filiale, Thierry Gaubert et Philippe Smadja bénéficiaient aussi, affirme Libération, « d’une kyrielle d’avantages annexes : 70.000 francs de frais de cocktail, 28.000 francs d’amendes de stationnement, un poste « pourboires et dons » de 30.000 francs », ce qui n’empêche pas Gaubert de clamer qu’il n’y a eu « aucun enrichissement personnel, aucun préjudice ». Tel n’était pas l’avis de l’Anpeec (organisme de tutelle du 1%), de la Milos (en charge de l’inspection du logement social) et de l’Inspection générale des Finances qui avaient dénoncé dans plusieurs rapports ce qu’un haut fonctionnaire de Bercy estime avoir été « des fautes graves, la plupart délictuelles ».

La CGT et le MEDEF au secours des aigrefins

Comment expliquer alors l’inertie de la justice, pourtant alertée par deux syndicalistes (CGT et CFTC), administrateurs du CIL, qui avaient porté plainte ? Il est vrai que les deux importuns furent aussitôt désavoués par leurs syndicats respectifs, la centrale communiste allant alors jusqu’à faire savoir que « la plainte personnelle déposée n’engage pas la confédération dans toutes ses structures » !

« Pas question pour les syndicats de salariés de se mêler des tambouilles patronales, le 1% logement étant le domaine réservé du MEDEF », commente Libération qui précise que le grand patronat manifesta « peu d’enthousiasme au grand déballage, d’autant que son vice-président en charge du logement a longtemps été Louis-Charles Bary, premier adjoint de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly… Au Tribunal de grande instance de Nanterre valsent les magistrats tandis qu’un seul policier est affecté à l’enquête. Dix ans de perdus avant que le juge d’instruction Richard Pallain ne s’empare du dossier. »

Un incroyable blocage. A quelle puissante motivation attribuer les réticences à la fois de la chancellerie, du patronat et des syndicats de gauche ?

Frère de Patrick, donc intouchable

« On nous avait demandé de faire le ménage en douceur, Gaubert ayant une impunité », a confié à Libération un proche du MEDEF. Une impunité, voire une immunité, mais, encore une fois, comment expliquer un tel état de choses ?

Successivement marié à Diane Barrière, héritière du célèbre groupe casinotier et hôtelier, puis, le 12 janvier 1988, à la princesse Hélène de Yougoslavie, Thierry Gaubert était devenu l’intime et le conseiller très écouté de Sarkozy à la mairie de Neuilly, suivant ce dernier quand il fut ministre du Budget sous Edouard Balladur (1993-1995) et ensuite ministre de l’Intérieur dans les gouvernements Raffarin et Villepin (2002-2007) avec un passage au ministère des Finances. Mais le fait qu’il ait été un fleuron du Tout-Paris ne suffit pas à justifier cette omertà.

Ce silence, en revanche, devient tout à fait compréhensible quand on sait que Thierry Gaubert, issu de « parents immigrés en France dans les années 1930, le père (2) venant de Roumanie, la mère de Russie », est certes l’intime du chef de l’Etat mais, ce qui est beaucoup plus important, c’est qu’il est le frère de Patrick. En effet, Patrick n’est pas seulement « député européen » comme le présente de manière très elliptique un pourtant très long article du Point (trois pages !) paru le 2 février dernier : ancien conseiller de Charles Pasqua au ministère de l’Intérieur d’où il entreprit de lancer en 1994 une « fulgurante répression » contre tous les organes de presse mal-pensants, l’aîné des fils Gaubert avait été en effet en 1986 le président-fondateur de l’association DAVID (Décider et agir avec vigilance pour Israël et la diaspora) avant de devenir, de 1999 à 2010, l’indéboulonnable et très influent président de la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme, autrement dit la célébrissime et encensée LICRA, à la tête de laquelle il a été remplacé par l’avocat Alain Jakubowicz.

Se présentant en descendant de déportés et menant le bon combat, le seul qui importe, comme en témoignent les innombrables procès où il se porta partie civile contre tous les « ennemis de la démocratie », Patrick Gaubert est intouchable, pour la gauche comme pour la droite, et l’impunité-immunité s’étendait à son cadet auquel, en 2011 encore, François Pérol, nouveau président des Banques Populaires-Caisses d’épargne (3), offrait le poste prestigieux, et richement rémunéré, de directeur des relations publiques du groupe BPCE – poste qu’il a dû abandonner tout récemment.

Sa (luxueuse) cabane à Bogota

Il aura fallu l’acharnement d’un magistrat, et surtout le développement du scandale des énormes rétrocommissions sur les ventes d’armes et de sous-marins de type Agosta vendus au Pakistan, rétrocommissions ayant très vraisemblablement bénéficié en 1994-95 au candidat Balladur et dont Patrick Gaubert fut avec le Libanais Ziad Takhiedine la cheville ouvrière, pour que s’effrite la protection dont jouissait l’affairiste. Il est vrai que, dans ce cas il y avait eu mort d’hommes : le 8 mai 2002, onze employés de la Direction des constructions navales chargée de l’exécution du contrat et trois de leurs accompagnateurs pakistanais périssaient dans un attentat. D’abord attribué à Al-Qaïda (on ne prête qu’aux riches) par le juge d’instruction Bruguière notamment, on sait aujourd’hui que ce massacre avait été décidé par de hauts chefs militaires pakistanais furieux de ne pas avoir perçu leur « dû », Jacques Chirac ayant interrompu le versement des commissions après son accession à l’Elysée. L’affaire aura en tout cas été fructueuse pour Thierry Gaubert qui, grâce à son entregent, s’est constitué une fameuse pelote. L’enquête menée à la demande du juge Renaud Van Ruymbeke a fait apparaître la présence dans la Confédération helvétique d’un compte, établi « au nom d’une coquille immatriculée aux îles Vierges », sur lequel a été déposé dans les années 1990 « un million de francs suisses, outre 3,288 millions de francs français ». De ces versements l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy prétend n’avoir gardé « aucun souvenir, ni des montants ni des dates ». De même l’étourdi Thierry est-il incapable de dire comment, et surtout pourquoi, il s’est fait construire en 2001 près de Bogota, en Colombie, une somptueuse demeure – évidemment jamais déclarée en France – de plus de 1.000 mètres carrés avec piscine.

Le « volant Karachi » ne sera pas évoqué au procès de Nanterre. Il s’achèvera le 17 février avant la mise en délibéré. Pendant ce délai, les magistrats auront peut-être la curiosité de feuilleter l’autobiographie de Patrick Gaubert, noblement intitulée Les Droits de l’homme ne se négocient pas (éditions de l’Archipel 2009) et dans lequel celui qui était alors président de la LICRA en même temps que président du Haut Conseil à l’Intégration nommé à ce poste par Nicolas Sarkozy en 2008, écrivait à propos de ces droits qu’ « ils ne sont en effet pas négociables, pas adaptables. Ils sont universels et toute formule “à la carte” ne serait qu’un tragique retour en arrière, une régression dramatique pour l’humanité ». Tout indique pourtant que c’est une « formule “à la carte” » qui a si longtemps permis à Gaubert Thierry d’être mis à l’abri du glaive de Thémis.

Attendons l’issue de ce procès de Nanterre et voyons à quelques semaines de l’élection présidentielle quel sera le verdict.

Claude Lorne
6/02/2012

Notes :

1. Libération du 7/02/2012.
2. Né Ancial Goldenberg, voir tome I de l’Encyclopédie politique d’Emmanuel Ratier (éd. Facta) repris par Wikipedia.
3. Sur la connexion Sarkozy-Pérol, lire le chapitre 8 (« Xavier Niel, ou quand le porno mène à tout ») dans la nouvelle brochure de Polémia, Les médias en servitude, disponible en PDF sur Internet.

Image : Le mariage de Th. Gaubert avec la princesse Hélène célébré en la mairie de Neuilly par Nicolas Sarkozy

Source: http://www.polemia.com/

Merci à DG…

09/01/2012

Courage, Marine; ça vient de si bas…

Ce n’est pas ça qui va l’arrêter, Marine Le Pen. Elle en a vu d’autres et son père aussi.

Pas besoin de réfléchir longtemps pour imaginer quel genre de paumés étaient parmi « les centaines de manifestants » qui composaient la horde. Quels individus ont pour habitude de cracher sur les sous-chiens ? Les mêmes qui lancent des projectiles sur les forces de l’ordre.

Et qui étaient les meneurs? Toujours les mêmes. Ils sont cités plus bas…

Il y aura de la « monnaie à rendre »…

FDF

.

Saint-Denis: manifestation contre la venue de Marine Le Pen

La candidate du FN à la présidentielle 2012 s’est rendue ce dimanche après-midi à Saint-Denis, au nord de Paris. Une visite dénoncée par des centaines de manifestants qui l’ont invitée à « dégager ». 

Des centaines de personnes ont manifesté contre Marine Le Pen ce dimanche après-midi à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. La préfecture de police a dénombré 350 manifestants, les organisateurs faisant état de 500 personnes réunies pour protester contre la venue de la candidate du Front national à la présidentielle 2012. 

Certains partisans du FN ont essuyé des crachats et des insultes, d’autres ont dû rebrousser chemin et emprunter une autre entrée, leur route étant barrée par les anti-FN. En outre, des projectiles ont été lancés par les manifestants en direction des forces de l’ordre et une journaliste reporter d’images a été légèrement blessée à cette occasion. 

Marine Le Pen avait prévu de tirer les rois avec les militants du Front national à partir de 15h30 dans une salle située aux Docks de Paris, au sud de cette commune populaire de la banlieue parisienne. Ce meeting a été légèrement retardé, débutant peu après la dispersion de la manifestation dans le calme vers 15h45. 

« Le FN n’a pas sa place ici »

Cette venue de Marine Le Pen « est une véritable provocation » estiment les organisateurs de la manifestation, le collectif dionysien contre le Front National et l’extrême-droite, qui regroupe des partis politiques (PS, PCF, NPA…), des associations (Ras l’front, MRAP…) et des syndicats (Snuipp, CGT…). 

« Les valeurs portées par le FN ne sont pas celles portées par la ville, qui sont des valeurs de solidarité, de mélange. Le FN n’a pas sa place ici », a dit Bally Bagayoko, adjoint au maire de Saint-Denis en charge de la jeunesse, présent en tête de cortège. 

« On estime que le FN n’est pas un parti comme les autres. Il y a une banalisation des idées de Marine Le Pen, qui attirent de plus en plus de voix, y compris dans nos quartiers populaires. Notre objectif est aussi de mieux faire connaître le FN pour déconstruire son programme », a renchéri Agnès Cluzel, membre du collectif et militante du PCF. 

Le cortège s’est ébranlé peu après 12h dans le centre de Saint-Denis, derrière une banderole proclamant « Pas de fachos dans nos quartiers », aux cris de « Marine Le Pen, dégage, Saint-Denis n’est pas à toi » ou de « F comme fasciste et N comme nazi ». Protégés par un important dispositif policier, les manifestants ont tendu une banderole « FN dégage ». 

Source: http://www.lexpress.fr/


11/12/2011

Les harpies… Après Cécile Duflot, Caroline Fourest, c’est au tour d’une conseillère municipale de Saint Nazaire de dévoiler son véritable visage…

Et j’ai du en oublier pas mal dans la liste des vautours qui ont tellement peur de Marine Le Pen qu’ils n’ont d’autre recours que de cracher sur elle. Et avec des menaces, parfois.

Et elles vont s’y casser les dents… La présence de Marine Le Pen à la présidentielle fait sortir de leurs gonds beaucoup de « personnes en vue » qui en fait en ont peur… Et c’est quand on sort de ses gonds que l’on se rend compte de la vraie nature des gens; et ce n’est pas toujours beau à voir; la preuve.

Nathalie Bruneau, dernière en date, devrait éviter de jouer dans la cour des grands…

Tous se complaisent à dire que le FN est un parti de haine… Mais on voit d’où elle vient directement, la haine.

FDF

.

UN ARTICLE TRÈS INTÉRESSANT SUR LE DÉMOCRATIE ET LE DROITS D’EXPRESSION SELON LA GAUCHE  DE NOTRE PAYS
« «  Si elle vient, nous allons lui préparer un comité d’accueil dont elle se souviendra longtemps. J’ai encore en mémoire, l’un de mes premiers combats politiques lors de la dernière incursion de son père à Saint-Nazaire. Cela avait donné lieu à une manifestation populaire assez musclée. »
ose dire une gauchiste  du nom de
Nathalie Bruneau    qui  souhaite même aller à l’affrontement,  envers une candidate   qui représente au moins 35% d’électeurs.

RIEN D’ÉTONNANT A CE QUE LES PRÉVISIONS DE VOTRE PAR LES OUVRIERS EN FAVEUR DU FN ATTEIGNENT PLUS DE 43%   –
LE PS  AYANT PERDU TOUT SON ÉLECTORAT OUVRIER  au profit du FN,  cette GAUCHE EST DONC TENUE DE SE TOURNER VERS UN ÉLECTORAT D’ÉTRANGERS.

JC JC


.

Marine Le Pen est-elle indésirable chez les gars de la marine ?

L’annonce d’un éventuel meeting de Marine Le Pen à la Soucoupe en avril 2012 a fait l’effet d’une bombe dans le milieu politique et associatif nazairien.
 Elle a même suscité le courroux de Nathalie Bruneau. La conseillère municipale divers gauche promet un accueil « musclé » à la présidente du FN.

Marine Le Pen candidate du Front National à l’élection présidentielle souhaitait tenir un meeting en Loire-Atlantique dans le cadre de sa campagne. Dans cette optique, la fille de Jean-Marie Le Pen a chargé Marguerite Lussaud la présidente départementale de trouver une salle susceptible d’accueillir 800 personnes. Selon cette dernière, une demande a été faite auprès de la municipalité de Vertou qui avait donné un accord favorable dans un premier temps, avant de se raviser.
Devant ce refus, les instances départementales sont allées frapper à la porte de Jean-Marc Ayrault pour solliciter un lieu d’accueil. Mais là encore, le FN a dû déchanter : « Nous aurions préféré la Beaujoire, mais on nous a prétexté des travaux à cette période de l’année ».


Qu’à cela ne tienne, Marguerite Lussaud s’est tournée vers Saint-Nazaire, non sans raison : «  En 2011, nos adhésions ont augmenté de 300 % sur la Loire-Atlantique, ce qui porte à 600 le nombre de nos symphatisants. À Saint-Nazaire, les effectifs sont en forte augmentation (environ 70) avec notamment de nombreux ouvriers des chantiers ». Signe de cet intérêt en faveur des salariés des chantiers, les instances départementales qui se réunissent samedi 10 décembre à 15 h à Guérande (faubourg Saint-  Michel) désigneront officiellement le candidat de la 8e circonscription.

Il s’agit de Jean-Claude Blanchard 58 ans, un ancien soudeur de Saint Michel-Chef-Chef aujourd’hui reconverti dans la sécurité au sein d’une structure hospitalière à Saint-Brevin. Faut-il voir à travers cette intronisation, une tentative de récupération auprès des ouvriers des chantiers de l’Atlantique ? C’est en tout cas ce que semble penser Fabrice David secrétaire général de la CGT : «  Le FN a un programme populiste qui surfe sur les divisions entre les salariés. C’est un programme au rabais inadapté aux besoins des Français ». Et de rappeler que dans son discours du 1er mai, Fabrice David mettait déjà en garde les ouvriers sur les tentatives de récupération de leur voix :  « Il ne faut pas que les employés des chantiers se laissent attirer par le phare obscur du FN ».



Bien évidemment, le leader syndical n’apprécie pas la position du maire de Saint-Nazaire : « Je désavoue complètement la position de Joël Batteux. À la CGT, nous considérons que le FN est un parti non républicain qui véhicule la haine et qui ne va pas permettre aux ouvriers de mieux vivre ».

«  Un parti antidémocratique »

Dans les rangs de certaines forces de gauche, on partage assez largement ce sentiment. D’ailleurs, Nathalie Bruneau divers gauche a officiellement sollicité le maire pour qu’il réponde défavorablement à la demande de Marine Le Pen :

« Je souhaite vivement qu’il n’y ait aucune salle municipale ou paramunicipale qui soit mise à la disposition du  »F-Haine ». Ce parti anti-démocratique ne tient qu’un discours de rejet, de stigmatisation complètement à l’encontre des valeurs défendues par notre ville. Elle souhaite venir à Saint-Nazaire car elle est un « symbole ». Que les ouvriers ne soient pas leurrés, le programme économique du FN ne prend soin que des intérêts du patronat et tente de dresser les uns contre les autres, les salariés. C’est un programme anti-social ».



Nathalie Bruneau que l’on a souvent entendu faire l’apologie de la démocratie au sein du conseil municipal semble bien décidée à tout faire pour empêcher la venue de Marine Le Pen qui selon Marguerite Lussaud et sous réserve de l’accord de Joël Batteux tiendra son meeting à la Soucoupe le vendredi 13 avril. Ce haut lieu du patrimoine nazairien et théâtre de tant d’exploits sportifs notamment en boxe risque bien d’être aussi un lieu de combat autrement moins pacifique qu’à l’accoutumée.
C’est en tout cas ce que laisse entendre, Nathalie Bruneau qui se rappelle de la venue de Jean-Marie Le Pen à Saint-Nazaire alors qu’elle n’était encore qu’une jeune adolescente : 



«  Si elle vient, nous allons lui préparer un comité d’accueil dont elle se souviendra longtemps. J’ai encore en mémoire, l’un de mes premiers combats politiques lors de la dernière incursion de son père à Saint-Nazaire. Cela avait donné lieu à une manifestation populaire assez musclée. Le FN est un parti anti-démocratique que l’on ne peut traiter comme un parti traditionnel ». De son côté, Damien Perrotin représentant de l’UDB souligne : « Si elle vient, il faudra un comité d’accueil non violent bien sûr, mais déterminé ».

«  Des propos liberticides »

À droite, l’éventuelle venue de Marine Le Pen à Saint-Nazaire ne laisse pas indifférent. Kévin Izorce s’il ne partage aucunement les opinions du FN pense tout de même qu’il faut traiter Marine Le Pen comme tous les autres candidats : « Je suis contre la marginalisation du FN. Ça le renforce dans sa fausse position anti-système, alors qu’il vit grâce à ce système. Il ne faut surtout pas donner des raisons au FN de se victimiser ». Christian Bertin conseiller municipal UMP, sans être favorable à sa venue souligne : « On est en démocratie. Marine Le Pen a le droit de venir et de s’exprimer ». Quand à Jean-Louis Garnier, le leader charismatique de la droite locale, il n’apprécie pas du tout la manoeuvre de Nathalie Bruneau. « Étant préalablement rappelé que je représente au conseil municipal, le mouvement politique qui a le moins intérêt à la réussite du FN, je ne peux laisser passer les propos liberticides de Nathalie Bruneau. Si tous les partis qui expriment haine et rejet devaient , hors sanctions des tribunaux, se voir interdire de salles, jamais le parti qu’elle représentait ne pourrait s’exprimer. Communisme et fascisme ont tous commencé par empêcher l’expression de points de vue différents. Il faut bien constater que ce n’est pas le parti de Marine Le Pen qui est dans ce cas. Je m’interroge d’ailleurs sur cette étrange attitude de la gauche qui met en vitrine l’action de cette candidate en la victimisant. S’ils croient cacher à l’opinion que leur but réel est de lui donner de l’importance pour que son score nous affaiblisse et leur permette d’arriver au pouvoir suprême, ils se trompent, mais ils nous montrent ce que sera une France entièrement dominée par la gauche. Un pays où la liberté d’expression sera de plus en plus restreinte ». Interrogé sur le sujet, Yves Coquard le tout jeune président de la Ligue des droits de l’homme s’exprime à titre personnel : « Je pense que le parti de Marine Le Pen est légitime et légal. Mais ça s’arrête là ! Les élus du FN doivent être combattus par le débat démocratique sur des idées. Concernant la LDH, nous déciderons le 16 décembre prochain d’une éventuelle action à mener soit seuls, soit avec d’autres associations pour combattre les idées du FN ».

« Saint-Nazaire ville emblématique pour le FN »

Quant à Oriane Borja ex-candidate FN aux dernières élections cantonales, nous l’avons interrogée sur les causes de sa démission du parti. « Les raisons de ma démission sont hors de portée de la compréhension d’un journaliste. Aujourd’hui, je préfère parler d’une voix en dehors du FN ». Concernant, le choix de Saint-Nazaire comme lieu de meeting, elle précise : « Saint-Nazaire est une ville emblématique qui représente notre électorat à venir. Aujourd’hui et plus que jamais, je soutiens Marine Le Pen et je pense vraiment que nous allons arriver au pouvoir ».

Source: http://www.saintnazaire-infos.fr/

10/12/2011

« L’incroyable dérive financière de la mairie de Paris »

Décidément, Delanoé est plus fort que Chirac…

FDF

.

Photo d’illustration

.

On ne pourra pas dire »Nous ne savions pas »…Le copain à Madame Brochen-Aubry, ne se cache même plus…
Lorsqu’il tenait l’Hôtel de ville de PARIS, Jacques CHIRAC appointait discrètement 21 personnes qui travaillaient en réalité pour le RPR. Avec l’aide de l’UMP, il vient d’ailleurs de rembourser la somme de 2,2 millions d’euros à la Mairie de Paris.

Eh bien, selon la revue « CAPITAL », Bertrand DELANOE fait mieux encore ! Voilà neuf ans que ce cachotier finance avec l’argent du contribuable une bonne trentaine de postes de permanents CGT, planqués dans une des mutuelles de la ville : la MCVPAP…Dans un rapport au vitriol, l’Inspection générale de la ville de PARIS, chiffre à 1,2 million d’euros par an, le coût de ce petit cadeau consenti, sans aucun fondement juridique, à l’organisation de Bernard THIBAULT….On peut donc estimer que plus de 10 millions d’euros ont été consacrés depuis 2001, à cette oeuvre charitable. Cinq fois plus que les frasques de Jacques CHIRAC !

Même, en s’y mettant à deux, Bertrand DELANOE et Bernard THIBAULT auront beaucoup de mal à rembourser …

Sur cet article, les Médias, tenus par la Gauche, sont restés très discrets !!!


Source : Magazine Capital

Merci à JPD pour l’info…

 

19/06/2011

La Ripoublique des copains…

Défilez, faites grève. Sans commentaires…

FDF

Allez, va, on n’en cause plus… C’est fini, les grèves. Tu reprendras bien une p’tite coupe, non?

13/05/2011

La CGT en grève pour contrer la promotion du Front National sur France Télévisions…

Ils ne savent plus quoi faire pour se passer le temps, les cosaques…

FDF

.

Débrayage / Rassemblement de la CGT contre la promotion du FN sur France Télévisions


La CGT dépose un préavis de grève le 19 mai de 17 h à 17 h 59 contre la promotion du Front National sur France Télévisions. Pour inaugurer le nouveau magazine politique « Des paroles et des actes », le 19 mai sur France 2, la Direction de France Télévisions a décidé d’inviter Marine Le Pen.

Vu sur http://www.fdesouche.com/208712-cgt-debrayage-rassemblement-contre-la-promotion-du-fn-sur-france-televisions

05/05/2011

La poussée islamique dans les entreprises…

Constat des dégâts…

FDF

.

Eric Denécé, directeur du centre français de recherche sur le renseignement (cF2R)*, vient de publier un dossier sur la sécurité globale intitulé : La poussée islamiste dans les entreprises. Extraits.

****

Dans les banlieues des grandes agglomérations, les extrémistes religieux sont devenus des acteurs majeurs des zones sensibles, et les signes de progression de l’islam radical s’observent quotidiennement.

Par ailleurs, la lutte contre le terrorisme islamiste (…) a révélé l’existence de filières de recrutement djihadistes sur notre territoire. Ainsi, nos banlieues sont des viviers depuis lesquels plusieurs centaines de jeunes Français musulmans se sont déjà rendus en Bosnie, en Tchétchénie, en Afghanistan ou en Irak, combattre aux côtés des moudjahidines et y recevoir une formation terroriste.

La pression islamiste s’exerce désormais dans les entreprises, principalement selon deux modalités : le prosélytisme militant et contestataire et le développement de trafics susceptibles d’alimenter la cause du djihad.

Selon Yves Bertrand, ancien directeur, des renseignements généraux, « le monde du travail est désormais visé, avec, comme cibles, certaines catégories de personnel. Il s’agit évidemment des plus modestes, comme les caissières, les manutentionnaires ou les chauffeurs livreurs ».

La stratégie comprend trois étapes : d’abord le prosélytisme religieux ; puis la prise de contrôle de la communauté musulmane au sein de l’entreprise ; enfin la remise en question des règles de fonctionnement de celle-ci pour imposer les valeurs islamiques.

La tactique est partout la même. Les islamistes formulent d’abord des demandes pouvant apparaître comme « légitimes » : création de salles de prières sur les lieux de travail, adaptation des pauses quotidiennes pour permettre la pratique religieuse, aménagement du temps de travail lors du ramadan ou pour pouvoir disposer du vendredi comme jour chômé, respect des interdits alimentaires dans les restaurants d’entreprise.

Si ces premières démarches n’ont pas provoqué de réaction frontale de la direction ou des autres salariés, les islamistes passent alors à l’action plus ouverte et aux pressions : prosélytisme religieux actif … pressions sur les femmes pour le port du voile, refus de certains salariés musulmans de reconnaître l’autorité de cadres quand il s’agit de femmes, souhait de voir certaines fêtes religieuses – islamiques – chômées, prise de contrôle de certaines filières de recrutement au sein de l’entreprise.

Le secteur de la grande distribution apparaît comme le plus concerné. Il y a de plus en plus de conversions dans les magasins. Elles concernent aussi bien les hommes (processus de conversion directe) que les femmes (en majorité par le biais d’un mariage avec un islamiste). Les jeunes diplômés issus de l’immigration (bac+5) sont particulièrement touchés. Ne trouvant pas de débouchés à la hauteur de leurs espérances, ils n’ont souvent d’autre choix que d’être caissiers en hypermarché. Leur frustration en fait des cibles préférentielles du prosélytisme islamiste.

L’employeur (se voit) immédiatement opposer l’argument de « l’islamophobie » lorsqu’il (refuse) ce genre de comportement. Il a ensuite droit à la demande d’aménagement d’une salle de prière, au refus de travailler dans les rayons « alcool » et « charcuterie », et, pendant les heures de prière, au refus de parler à des femmes ; et au prosélytisme en direction des caissières musulmanes pour les inciter à porter le voile.

En effet, les « beurettes » employées en grande surface constituent la nouvelle cible des islamistes.

Derrière ces premières manifestations visibles de l’action islamiste, plusieurs dangers menacent les hypermarchés (…) des banlieues sensibles : boycotts (…) des produits alimentaires liés aux interdits religieux ou à l’origine géographique (Israël, Etats-Unis), apparition de salariées voilées et pressions pour « légaliser » le port du voile.

Les sociétés de sécurité sont également une cible privilégiée pour les islamistes. Deux raisons à cela : tout d’abord, le faible niveau de qualification demandé ; d’autre part (…)recruter en priorité des agents de sécurité en priorité (…) issus des minorités (« beurs et blacks ») (qui) ne se fassent pas taxer de racisme lors des contrôles. En conséquence, certaines sociétés de sécurité sont complètement infiltrées par des islamistes ou des réseaux de délinquants liés à l’immigration. De récentes enquêtes (…) ont permis d’évaluer que dans 30 % des cas, les agents de sécurité travaillaient avec de faux papiers.

L’islamisme peut ainsi menacer l’intégrité de l’entreprise ; il doit donc être traité de la même manière que les risques représentés par l’église de Scientologie ou les autres sectes.

Le syndicalisme attire et accueille également de plus en plus de salariés issus de l’immigration et d’islamistes affichés. Il permet de satisfaire le besoin de reconnaissance et de réussite, très fort chez les immigrés. On constate un esprit de revanche à l’égard de la société française et de l’entreprise semblant découler directement de l’humiliation liée au départ du pays d’origine. La CGT semble un syndicat d’accueil préférentiel pour les islamistes.

Nous n’en sommes encore qu’à l’identification des signes précurseurs du phénomène. La poursuite de la recherche des faits est indispensable. Elle permettra d’identifier de nouvelles modalités d’action utilisées par les islamistes, et de nouveaux secteurs dans lesquels elles s’exercent. Nous y verrons alors plus clair pour bâtir des réponses. Toutefois, la contre-offensive des entreprises devra avoir lieu dans le strict respect du droit du travail, du droit civil et du droit pénal. Si le gouvernement ne fait pas preuve de plus de fermeté dans les domaines relevant de son autorité, il sera difficile pour les entreprises de le faire à leur niveau.

Eric Denécé

27/04/2011

La chasse au Front National est lancée dans les sections départementales syndicales !

Marine Le Pen doit vraiment en faire trembler plus d’un. Et pas des moindres. Et tout cela rien que pour ne dire que la vérité et soulever des lièvres que l’on nous cachait jusqu’à présent… Même les syndicats se lancent dans la chasse aux sorcières. C’est dire si l’enjeu est important; car bon nombre de sièges éjectables sont d’ores et déjà amorçés… Car le programme de Marine Le Pen pour les présidentielles 2012 est ce qu’attendaient depuis longtemps les Français sans trop oser le dire par peur de « représailles »… Ces dernières cantonales ont été le déclencheur.


Marine: vite! Un grand nettoyage s’impose !!!

FDF

.


Cet article, très signifiant concernant l’alignement des bonzes syndicaux sur la défenses des intérêts de l’UMPS est paru dans le n° du 26 avril du Progrès.

Pour les manifestations du 1er mai, la CGT a choisi son thème. Ce sera « contre le racisme et la xénophobie ». Cette décision s’inscrit en réponse à la montée des idées du Front National au sein même des strates de l’organisation syndicales. À la CGT mais pas seulement.

Lors des élections cantonales, cinq responsables des principaux syndicats se sont présentés sous étiquette FN. L’affaire a fait grand bruit et a interpellé.

À la CGT, elle a été prise au sérieux. Surtout que depuis l’exclusion et radiation des brebis galeuses intervenues au sein des différentes centrales, le parti de Marine Le Pen a décidé de créer le Cercle national de défense des travailleurs syndiqués (CNDTS). En attendant de faire plus (lire ci-dessous).

La tentative d’entrisme du FN n’est pas nouvelle. Au milieu des années 1990, il a fait une première tentative d’implantation dans le monde syndical.

En 1997, 66 listes prud’homales (sous étiquette CFNT) avaient même été déposées un peu partout en France, avant d’être interdites.

La menace est donc bien réelle. « Il ne faut pas se voiler la face. La CGT est un échantillon de la société et elle est donc traversée également par le discours xénophobe, explique Pascale Darnet, secrétaire départementale CGT. Le phénomène est mis en avant par un gouvernement qui se place sur le terrain du FN (identité nationale) ».

La secrétaire s’interroge sur les valeurs que la CGT véhicule par rapport à celles du parti frontiste : « Elles sont antinomiques. Pour nous, un salarié compte pour un. Nous ne faisons pas de différence et la préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme ».

Comment lutter alors contre la diffusion de ces idées ? « Il a été clairement exprimé à nos adhérents que les propos racistes et xénophobes sont interdits publiquement et en interne. On n’accepte pas la banalisation des propos racistes, ne serait-ce qu’à travers une blague, poursuit Pascale Darnet. Face à tout manquement à cette règle, les adhérents s’exposeront à des sanctions. Car, au-delà, c’est face à une menace d’instrumentalisation que le syndicat s’organise.

« Nous sommes très attentifs aux tentatives d’infiltration du FN, commente Pascale Darnet. Nous avons fait passer le message à nos adhérents qui sont des cibles potentielles ». La secrétaire CGT ajoute qu’elle n’a pas noté, pour l’heure, de dérive dans la Loire. Tout du moins ouvertement.

Le constat est identique à la CFDT mais là aussi la prudence est de mise. « Nous essayons d’amener le débat dans les entreprises afin d’éviter que les gens regardent par le petit bout de la lorgnette. Ce n’est pas facile parce qu’il y a beaucoup de tabous, constate Luc Thoral, secrétaire départemental. « Nous essayons de donner la parole aux salariés pour que chacun puisse se responsabiliser plutôt que de faire confiance à des discours extérieurs.

Luc Thoral considère qu’il faut bien distinguer le syndicalisme du politique. « Nous enregistrons de nouvelles adhésions depuis le mouvement contre les retraites. Ce qui prouve que la confiance dans les syndicats est bien là ». Ce qui, à ses yeux, n’est pas le cas vis-à-vis des politiques. « Les Français attendent beaucoup des élus et ils sont très déçus. Les discours extrémistes, que nous combattons, constituent alors un refuge pour certains ».

« Les salariés le savent, il n’y a que le FN pour sauver leur boulot » estime Charles Perrot, secrétaire départemental Loire du FN

Avez-vous constaté, dans notre département, une croissance d’adhésions de syndicalistes ?

« Depuis six mois, dans la Loire, nous avons enregistré six ou sept nouvelles adhésions issues de gens qui ont des orientations syndicales marquées et qui sont à jour de leur cotisation. Ils ont fait la démarche pour la valeur travail que nous défendons ».

Qu’entendez-vous par « valeur travail » ?

« Dans les entreprises, les salariés n’accordent plus de crédit aux syndicats qui défendent des prés carrés avec dogmatisme. La valeur travail n’existe pas pour eux, car ils ne tiennent pas compte de l’évolution de la société. Ils vivent dans une bulle et ne représentent plus rien dans les PME-PMI. Nous, on ne défend pas les avantages acquis des fonctionnaires mais le travail et l’entreprise, sans discours politisés. Nous sommes les seuls à défendre la valeur travail, la production française pour les Français, face à une mondialisation abominable, remise en cause aujourd’hui. Les salariés le savent, il n’y a que le FN pour sauver leur boulot ».

Les syndicats traditionnels seraient-ils condamnés à périr ?

Oui, le syndicalisme est en train de crever. Il ne représente que 7 % des travailleurs français. Le taux le plus faible en Europe. Ils sont présents là où il n’y a pas de souci de perte d’emplois. Le secteur public est leur dernier bastion. Lorsqu’on regarde des représentants CGT s’exprimer à la télé, deux fois sur trois c’est pour défendre quelqu’un issu de l’immigration. Ils vont chercher des travailleurs étrangers pour exister. Les syndicats sont le refuge des médiocres (sic). Les délégués sont là pour s’autoprotéger et se foutent bien du travail.

Est-ce pour cela que le parti que vous représentez veut créer ses propres syndicats ?

Il faut changer de discours dans ce pays. Quand nous arriverons au pouvoir, l’idée est de créer des forces corporatistes, des unions de personnes par branches professionnelles qui défendront leur métier, comme cela se fait en Allemagne. Il s’agit de s’organiser au sein de chaque filière, privée ou publique, sans position politiqueIl y a quinze ans, on avait déjà réfléchi sur le sujet, mais à l’époque le choix avait été fait de ne pas livrer son contenu pour ne pas s’exposer un peu plus. Ceux de 1995 ont été fusillés dans leur carrière professionnelle, par leurs copains de la veille et par leur hiérarchie ».

Source: http://www.nationspresse.info/?p=131294#more-131294

18/03/2011

Judiciarisation de la parole publique: l’affaire Zemmour ressurgit.

Il n’y a que la vérité qui blesse…

.

La CGT, les « cocos », quoi, en perte de vitesse, ne savent plus à quoi se raccrocher pour que l’on parle d’eux sans qu’ils passent pour des demeurés. Les voilà qui s’en prennent à Zemmour, maintenant. C’est très « mode ». Et encore une fois, ils vont l’avoir « profond »…

FDF

.

Affaire Zemmour : la CGT envoie une lettre ouverte au PDG de France Télévisions

« L’affaire Zemmour » rebondit à France Télévisions. Dans une lettre ouverte, rendue publique mardi 15 mars, la CGT du groupe public s’indigne du « silence assourdissant » de Rémy Pflimlin, le PDG, qui a décidé de ne pas sanctionner le journaliste Eric Zemmour, après sa condamnation, le 1er mars par le tribunal correctionnel de Paris, pour provocation à la discrimination raciale, en raison de ses propos sur « les Noirs et les Arabes » tenus dans des émission de Canal+ et France Ô.

Le chroniqueur (qui collabore chaque semaine à l’émission « On est pas couché » de Laurent Ruquier sur France 2) avait affirmé dans une émission de la chaîne cryptée que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait », et répété sur France Ô (chaîne appartenant à France Télévisions) qu’on avait « le droit » de refuser un emploi à des Arabes ou des Noirs.

Suite à la décision du tribunal, M. Pflimlin, avait demandé à France Ô de diffuser la publication de cette condamnation, mais n’avait pas suspendu M. Zemmour pour sa participation à l’émission de Laurent Ruquier. M. Pflimlin s’en est justifié à l’AFP en expliquant qu’il se « refusait à porter une appréciation sur les propos d’Éric Zemmour dans d’autres enceintes que France Télévisions ».

Une position qui avait choqué SOS Racisme, par ailleurs membre du comité de la diversité de France Télévisions. Dans une lettre ouverte à M. Pflimlin, son président Dominique Sopo soulignait que « de par sa caractéristique de service public, le groupe France Télévisions se doit, comme vous l’avez à maintes fois exprimé, d’adopter un comportement exemplaire et citoyen ». Il ajoutait : « J’imagine que France Télévisions ne se contentera pas d’un rappel général à la nécessaire éthique dont doivent faire montre les animateurs, collaborateurs et journalistes de la chaîne «  et n’en restera pas à  » une action purement déclarative ».

Dans sa lettre ouverte, la CGT écrit que « les mots portent leurs choses ». Le syndicat souligne que « les milliers de salariés qui travaillent à France Télévisions attendent un communiqué interne qui clarifie votre position, quand un juge a condamné l’incitation à la discrimination raciale sur nos antennes ». Le syndicat ajoute : « Vous n’êtes pas un enfant pour ignorer que, malheureusement, l’histoire trop souvent se répète. Vous vous devez donc de cesser cet attentisme coupable. (…) Nous n’acceptons plus votre discrétion en interne quand, dans le même temps, vous administrez la bonne parole dans les médias privés, rappelant combien vous êtes attaché aux principes de la République ».

Contactée par Le Monde, la direction de France Télévisions réaffirme que M. Zemmour ne sera pas sanctionné et rappelle que le président de France Télévisions a demandé à l’ensemble des directeurs de chaîne du service public de veiller à ce que de tels propos ne soient plus tenus sur leurs antennes.

Invité, après sa condamnation, par le groupe UMP de l’Assemblée nationale, M. Zemmour avait dénoncé « la judiciarisation de la parole publique », et la « terreur moralisatrice ». « La liberté d’expression, c’est la liberté d’avoir tort », avait-il proclamé en demandant aux élus UMP de « supprimer » notamment les lois mémorielles, et « l’action pénale pour les associations anti-racistes ».

Source: http://www.lemonde.fr/

17/03/2011

Affolons les piliers du système !

Riposte SITA 189Logos des piliers du système : L’UMP, Le Parti socialiste, Besancenot-NPA, Mélenchon-Parti de Gauche, Laurent Joffrin/Nouvel Observateur, Bernard Thibaut/secrétaire de la CGT, aurence Parisot/Medef, Richard Prasquier/Crif  


Les piliers du système perdent les pédales devant la progression de Marine Le Pen

Pendant que le peuple japonais subit une terrible catastrophe – permettant aux anti-nucléaires, sans vergogne, d’accuser le gouvernement français pour sa politique énergétique – les piliers du système se comportent comme s’ils vivaient eux aussi un traumatisme aussi terrible : la progression de la méchante Marine Le Pen. Elle menace ni plus ni moins leur fonds de commerce, c’est donc panique à bord, et tous les coups semblent permis.

Les dirigeants politiques qui accaparent le pouvoir depuis 30 ans, les journalistes bien-pensants qui monopolisent les antennes et nous assènent le même discours, les associations dites anti-racistes, et même les organisations syndicales perdent complètement les pédales. Ils nous font penser à ces nantis d’un système qui, à la veille de toute révolution, prennent peur, comprenant que cela va bientôt être la fin de leurs privilèges, que le peuple va leur demander des comptes, et qu’il va peut-être leur falloir (…)

Cliquer dans l’image pour lire la suite :

Les piliers du système perdent les pédales devant la progression de Marine Le Pen
[source]

Affolons plus encore les piliers du système dont il est question dans l’article. La panique étant mauvaise conseillère, ce sera tout bénéfice pour nous !
C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/592ezu )

Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Un timbre 20 grammes de base permet d’envoyer deux feuilles (soit 4 pages imprimées recto-verso).

Vous trouverez les adresses postales où envoyer votre courrier affolant aux piliers du système, dont il est question dans l’article, sur les pages internet suivantes :

– L’UMP, Le Parti socialiste, Besancenot-NPA, Mélenchon-Parti de Gauche : france-politique.fr/partis-politiques.htm

– Toulouse, fédération PS : ps31.parti-socialiste.fr/

– Laurent Joffrin, Nouvel Observateur : tempsreel.nouvelobs.com/contacts.php

– Bernard Thibaut, secrétaire de la CGT : cgt.fr/Contacter-la-CGT,34498.html

– Laurence Parisot, la patronne du Medef : medef.com/medef-tv/mentions-legales.html

– Richard Prasquier, le président du Crif : crif.org/?page=pgs/contact_fra

Imprimer les quatre pages de l’article en version pdf ci-dessus (deux feuilles recto-verso).

Avec ça le destinataire va angoisser car il va comprendre que le peuple à compris ses entourloupes et qu’il va lui falloir changer de chanson, ce dont il est incapable, ce qui signifie que le peuple (saloperie de peuple…) va le virer.
Ah ben oui ma brave dame, les CDD dont on se fait virer à grands coups coups de pompes dans le train arrière, c’est pas que pour les salariés, c’est aussi pour les piliers !

Mettre le tout dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.

Lettre à Pierre Izard, cet homme qui se dit de gauche et qui m’a interdit d’intervenir à Toulouse
 

Lettre à Pierre Izard, cet homme qui se dit de gauche et qui m’a interdit d’intervenir à Toulouse

Monsieur le Président,

J’étais invitée le 9 mars à Toulouse depuis plusieurs mois par la commission « Droits des femmes » de la fédération du PS. de Haute Garonne. Il s’agissait de débattre sur le féminisme, après la projection du film « La journée de la jupe ». Depuis des décennies, je suis compagne de route du PS, j’ai été proche collaboratrice d’Yvette Roudy quand elle était ministre des droits de la femme, je suis souvent invitée par des délégations femmes PS. Martine Aubry m’a remis en 1998 la Légion d’honneur pour mon engagement dans la cause des femmes. Je me réjouissais donc d’avoir un échange avec les femmes du PS. Mais il est vrai que je prends certaines distances avec votre parti, quant à ses positions floues et peu courageuses sur la laïcité.

Et voilà qu’on m’annonce, alors que j’arrive à l’aéroport de Blagnac que le réunion est annulée. Le bruit court qu’une poignée d’extrémistes de gauche, NPA et Libertaires, ont décidé d’empêcher la réunion. Mais Il faudra attendre le communiqué local du PS, deux jours après, pour connaître les raisons de cette censure venue d’en haut et à laquelle vous n’êtes pas étranger. Le motif ? Les propos que j’aurais tenus lors des assises sur l’islamisation de l’Europe le18 décembre 2010 . Ils ne seraient pas conformes à votre éthique, qui serait de défendre l’antiracisme et l’antisexisme.

Antisexisme ? Je ne l’ai pas constaté sur place : déni d’une parole libre, recours à des méthodes autoritaires pour interdire d’en haut une réunion démocratique, mépris total pour les femmes de votre parti qui (…)

Cliquer dans l’image pour lire la suite :

Lettre à Pierre Izard, cet homme qui se dit de gauche et qui m’a interdit d’intervenir à Toulouse
[source]

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Un timbre 20 grammes de base permet d’envoyer deux feuilles (soit 4 pages imprimées recto-verso).
Imprimer les deux pages de l’article en version pdf ci-dessus (une feuille recto-verso).
Compléter votre courrier avec une deuxième feuille recto-verso : Aux dirigeants qui livrent l’Occident à l’islam : « Nous vous demanderons des comptes », paul_weston2pages-aux_dirigeants_qui_livrent_l_occident_a_l_islam-nous_vous_demanderons_des_comptes.pdf

Vous trouverez l’adresse postale publique personnelle de Pierre Izard, baron PS local, sur la page internet de la fédération PS de Toulouse : ps31.parti-socialiste.fr/ justacote.com/toulouse-31400/pediatre/izard-pierre-815837.htm [Merci à Bravotango pour le lien et ses explications qui en confirment la validité.]

Mettre le tout dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.

Couverture du journal Le Point, le spectre islamiste
 

MM. Imbert et Giesbert, je me désabonne du « Point », à cause de votre aveuglement sur l’offensive islamiste

A M. Franz-Olivier Giesbert, Directeur du Point

Monsieur le Directeur,

Je vous informe par la présente que je résilie mon abonnement au Point, et j’entends vous en donner les raisons.

J’ai été successivement abonné au Nouvel Observateur (26 ans) puis à l’Express (deux ans) avant de l’être à votre journal. Ce qui m’a fait abandonner vos deux précédents confrères est mon éloignement progressif de la gauche qui fut longtemps ma famille de pensée, en raison notamment (mais pas exclusivement) de son aveuglement fanatique devant l’immigration et ses conséquences, à commencer par l’islamisation de l’Europe.

J’avais cru en 2007 trouver dans le Point un journal qui me ressemble. Son éditorialiste Claude Imbert n’avait-il pas eu le courage avant tout le monde de se déclarer islamophobe, déclenchant un de ces tollés dont la bien-pensance nous gratifie à chaque froncement de sourcil contre ses dogmes ? Un magazine non étiqueté à gauche et dont un rédacteur majeur bouscule les vaches sacrées, ne pouvait pas être foncièrement mauvais.

Le désenchantement fut lent. Je notai d’abord une (…)

Cliquer dans l’image pour lire la suite :

MM. Imbert et Giesbert, je me désabonne du « Point », à cause de votre aveuglement sur l’offensive islamiste
[source]

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Un timbre 20 grammes de base permet d’envoyer deux feuilles (soit 4 pages imprimées recto-verso).

Vous trouverez l’adresse postale publique de Franz-Olivier Giesbert, Directeur du Point, sur la page internet lepoint.fr/html/contacts/support.php

Imprimer les quatre pages de l’article en version pdf ci-dessus (deux feuilles recto-verso), mettre le tout dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.

M. Todd, cessez de mépriser le « petit peuple », et informez-vous sur la charia
 

M. Todd, cessez de mépriser le « petit peuple », et informez-vous sur la charia

Monsieur TODD,

J’ai écouté l’émission de Frédéric TADDEI dont le théme était « la montée de Marine LE PEN dans les sondages ». Le brillant politologue, sociologue, historien, chercheur-démographe de l’INED que vous êtes (je ne peux que m’incliner devant tant de compétences réunies chez un seul homme), estime que la percée de Marine LE PEN a son origine dans un certain nombre de causes, et notamment la mondialisation de l’économie, la désindustrialisation de certaines régions, le chômage massif qui en découle et l’incapacité de nos dirigeants de l’UMP et du PS à y faire face. En êtes-vous bien sûr?

Vous écartez d’un revers de main et avec mépris, en parlant de « conneries », d’autres causes possibles comme l’islamisation de la vie de la société, de quartiers entiers voire de régions! L’islam est installé en France, c’est trop tard, c’est fini, j’ai envie d’ajouter « circulez, il n’y a rien à voir… ». Je vous cite des déclarations de deux (seulement deux parmi tant d’autres) personnages que vous ne pouvez pas ne pas connaître:

Amar LASFAR, recteur de la mosquée de Lille-Sud, Président de la Ligue islamique du Nord, l’un des meneurs de l’UOIF, proche de Tariq RAMADAN et ami de Martine AUBRY: « Dans l’islam, la notion de (…)

Cliquer dans l’image pour lire la suite :

M. Todd, cessez de mépriser le « petit peuple », et informez-vous sur la charia
[source]

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Un timbre 20 grammes de base permet d’envoyer deux feuilles (soit 4 pages imprimées recto-verso).
Imprimer les deux pages de l’article en version pdf ci-dessus (une feuille recto-verso).
Compléter votre courrier avec une deuxième feuille recto-verso : Aux dirigeants qui livrent l’Occident à l’islam : « Nous vous demanderons des comptes », paul_weston2pages-aux_dirigeants_qui_livrent_l_occident_a_l_islam-nous_vous_demanderons_des_comptes.pdf

Vous trouverez l’adresse postale publique d’Emmanuel Todd à l’INED où il travaille sur la page ined.fr/fr/contacts/

Mettre le tout dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.

A peine nommé, Claude Guéant donne déjà des gages aux islamistes
 

A peine nommé, Claude Guéant donne déjà des gages aux islamistes

 

Donc, Claude Guéant a « recadré » le débat sur la laïcité, corrigeant au passage non seulement Jean-François Copé, mais aussi le Président de la République (1). Dalil Boubakeur est content, lui qui ne voulait pas de prêches en Français. Finies les crises de nerfs (2) : il a eu satisfaction. D’autres que moi commenteront plus à fond cette interview. Je me bornerai ici à relever une phrase précise de Guéant, que je trouve ahurissante.

Concernant des dérapages de prédicateurs, Claude Guéant rappelle que la loi prévoit des « sanctions » mais il ajoute qu’« en ce moment, rien de tel n’est signalé ».

Donc, Monsieur Claude Guéant n’a pas remarqué de dérapages chez les prédicateurs. Monsieur le Ministre de l’Intérieur est bien mal renseigné. Que fait la police ? C’est l’occasion ou jamais de (…)

Cliquer dans l’image pour lire la suite :

A peine nommé, Claude Guéant donne déjà des gages aux islamistes
[source]

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de voter
Démocratie Directe

Imprimer la page de l’article en version pdf ci-dessus (une feuille recto).
Un timbre 20 grammes de base permet d’envoyer deux feuilles (soit 4 pages imprimées recto-verso).
Vous pouvez donc compléter votre courrier avec une deuxième feuille. Avec le verso resté libre au dos de la première feuille, cela fait donc trois pages. Imprimer le discours de Paul Weston en trois pages Aux dirigeants qui livrent l’Occident à l’islam : « Nous vous demanderons des comptes », paul_weston-aux_dirigeants_qui_livrent_l_occident_a_l_islam-nous_vous_demanderons_des_comptes.pdf

Vous trouverez l’adresse postale publique du ministre de l’intérieur sur la page internet http://www.interieur.gouv.fr/sections/contact/ministre/ministre (tout au bas du formulaire « Contact ministre »)

Mettre le tout dans une enveloppe, écrire l’adresse, timbrer et poster.

Voilà, affoler les Zélits et les pousser à l’erreur utile ce n’est pas plus compliqué que ça.

Éventuellement, vous pouvez recenser vos actions au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

18/02/2011

C’est parti! Un syndicaliste de la CGT adhére au Front National.

Et ce n’est pas le seul dans ce cas là. Jamais le Front National n’a eu autant d’adhésions spontanées. Et venant de tous bords. Si ce n’est pas un signe, ça. Jean Marie Le Pen a semé durant de longues années. Marine en récolte les fruits… Qui s’en plaindra? Et d’autant commencent à trembler et de ce fait, dans l’affolement, accumulent les erreurs. La France regarde… Et se prépare à un sérieux changement où le patriotisme sera pris au sérieux; en autres…

FDF

.

Dans la rubrique « les lignes bougent », Fabien Engelmann syndicaliste de la CGT adhére au Front National. Ces collègues syndicalistes ne l’ont pas sanctionné bien au contraire. Un signe supplémentaire? Certainement…

Après avoir milité au sein du NPA, Fabien Engelmann a pris sa carte au Front national, au risque de choquer certains de ses collègues de la CGT. Photo RL
En maintenant sa confiance à un (nouveau) frontiste, la section des territoriaux de Nilvange risque l’exclusion de la CGT. Inédit en Lorraine.

Vingt voix pour. Trois contre. Fabien Engelmann reste à la tête de la section CGT des territoriaux de Nilvange. Hier soir, l’assemblée générale lui a accordé sa confiance malgré sa récente adhésion publique au Front national.
Sur l’air du « gauche, droite tous pareils… chacun peut bien voter ce qu’il veut… », les militants sont restés sourds aux arguments des représentants de l’Union départementale qui espéraient la démission du jeune secrétaire « par honnêteté intellectuelle. »
« C’est un camarade qui bascule du côté obscur », a ainsi regretté amèrement Hugues Miller, membre du bureau départemental.
Après avoir soutenu les thèses du NPA (Nouveau parti anticapitaliste) à l’extrême gauche de l’échiquier politique, Fabien Engelmann s’est laissé séduire par le « nouveau Front national de Marine. Si c’était encore Jean-Marie Le Pen je n’aurais pas rejoint le FN. »
Vrai convaincu ou faux naïf, le jeune secrétaire général ne voit pas d’incompatibilité entre son adhésion aux thèses frontistes et ses engagements syndicaux.
Le débat est resté courtois mais Denis Pesce n’en démord pas, « Il y a un antagonisme entre les valeurs de la CGT et les conceptions du Front national. »
Le secrétaire de l’Union départementale reconnaît que le fait d’utiliser un mandat syndical pour faire de la politique est un réel problème « quel que soit le parti ! » Mais « on ne peut pas mettre le FN sur le même plan que les partis démocratiques. La CGT n’aura pas de section syndicale avec un secrétaire Front national ! »
Pour le coup, il est plus que probable que l’UD 57 décide de désaffilier la section de Nilvange. L’histoire ne manquera pas de faire réfléchir : dès leur prochaine assemblée générale, les membres de l’Union débattront du danger des thèses extrémistes.
Lucie BOUVAREL.

Pillé chez Gérard Brazon: http://puteaux-libre.over-blog.com/

03/02/2011

Et si « ils » avaient prévu de remplacer la Constitution par le coran ?

Ce n’est peut-être pas de la science fiction quand on voit le nombre croissant d’élus qui s’agenouillent devant l’islam…

FDF

.

(Photomontage…)