Francaisdefrance's Blog

28/08/2011

Emeutiers: et si l’exemple venait d’Outre-Manche ?

Cameron les avait prévenus. Il avait promis les expulsions des participants aux émeutes. Promesses tenues; ça change. Fini les logements sociaux pour les casseurs! La délinquance devrait baisser d’un cran…

FDF

.

Les expulsions d’émeutiers britanniques ont commencé.

Plusieurs municipalités anglaises ont engagé des procédures pour pénaliser leurs résidents arrêtés durant les émeutes.

Maite de Calva est devenue le symbole de la politique de fermeté des autorités britanniques après les émeutes de début août. Cette mère célibataire de 43 ans, immigrée espagnole, résidente de Battersea, sur la rive sud de la Tamise à Londres, a été la première à recevoir, voici une semaine, une notice d’expulsion de son logement social de deux pièces après les faits reprochés à son fils de 18 ans durant les événements. Ce dernier, Daniel Sartain-Clarke, a été arrêté pour vol dans un magasin d’électronique de Clapham Junction le 8 août et maintenu en détention provisoire en attendant son jugement, prévu le 6 septembre. Les élus locaux de Wandsworth n’ont pas jugé utile d’attendre pour lancer la procédure d’expulsion. «La mairie va faire tout ce qui est possible pour s’assurer que ceux qui sont responsables payent le prix de leur comportement. Ce qui peut aller jusqu’à l’expulsion», a prévenu le chef conservateur de la municipalité, Ravi Govindia. Si le prévenu est acquitté, la procédure sera toutefois annulée, précise un porte-parole.Plusieurs municipalités adoptent une réponse sans pitié aux émeutes, encouragée par David Cameron. Alors que les tribunaux condamnent lourdement les fauteurs de troubles – avec des peines 25 % plus lourdes comparé aux pratiques habituelles – les sanctions ne s’arrêtent pas à la prison. «Assurons-nous que si des gens causent des troubles et enfreignent la loi, ils soient éjectés de leurs logements sociaux», a déclaré le premier ministre. L’opinion applaudit. Une pétition pour priver les émeutiers de tout avantage social a déjà recueilli plus de 220 000 signatures. «Aucun contribuable ne devrait subventionner ceux qui ont détruit des biens, volé leurs voisins et montré le mépris pour ce que le pays leur apporte», justifient les auteurs du texte.

«dDouble peine»

Au sud de Londres, le Council de Southwark a envoyé cette semaine 35 lettres d’expulsion. «Sur 120 résidents locaux arrêtés pour leur implication dans les émeutes, nous avons identifié ces 35 cas, explique Ian Wingfield, élu de Southwark en charge du logement. Nous nous appuyons sur une loi de 1985 qui permet à la municipalité d’expulser un résident coupable d’un délit. Mais nous regardons la situation au cas par cas, de façon raisonnable et proportionnée. On ne va pas mettre dans la rue quelqu’un qui a volé une bouteille d’eau, des personnes âgées ou des enfants. Certaines familles vont peut-être même avoir besoin d’une aide sociale accrue. On peut aussi supprimer la sécurité du bail du locataire pendant un an avant de l’expulser. La procédure va commencer par des entretiens en face à face avec ces gens. Seulement quelques-uns seront expulsés au bout du compte.»

La pression politique pour une réaction ferme et rapide aux casseurs entraîne parfois un peu de précipitation. Les expulsions souhaitées par les mairies devront être validées par un juge. Selon un sondage du magazine Inside Housing, 27 bailleurs de logements sociaux sur 36 interrogés dans le pays envisagent de telles mesures tandis que neuf s’y refusent. Ces décisions échappent aux clivages politiques : les municipalités de gauche comme Southwark, Manchester, Nottingham ou Greenwich se sont prononcées pour, comme celles de droite de Westminster, Hammersmith, Fulham ou Wandsworth. «Bien sûr cela a fait débat mais le conseil municipal est en vacances, nous en reparlerons à la rentrée», précise le travailliste Ian Wingfield. D’autres municipalités préfèrent ne pas se hâter. À Westminster, au cœur de Londres, sur 34 résidents condamnés, 19 occupent des logements sociaux. «On va prendre le temps d’étudier les options appropriées», tempère une porte-parole. À Greenwich, «on réfléchit à des expulsions, mais la priorité est d’abord d’aider les victimes des destructions».

Des voix s’élèvent pour dénoncer cette «double peine». Lord Ken Macdonald, conseiller de la reine, ancien procureur général, a déclaré que les juges risquent d’être «très mal à l’aise» avec de telles sanctions. «Cela sonne bien dans les médias, mais je ne suis pas sûr que mettre d’anciens émeutiers avec leur famille à la rue sans ressources nous aide à restaurer l’harmonie sociale et à éviter de nouveaux désordres», estime ce haut magistrat. «C’est à la justice de punir les criminels, pas aux municipalités», martèle Stephen Bubb, patron de l’Association of Chief Executives of Voluntary Organisations. À Wandsworth, une pétition pour défendre Maite de Calva a réuni 2737 signatures et une manifestation a été organisée devant la résidence du maire. Un élu travailliste local a pris sa défense. Pour calmer le zèle répressif, le secrétaire d’État aux Communautés, Eric Pickles, a annoncé une consultation de douze semaines sur le sujet.

LIRE AUSSI :

» Après les émeutes, les Anglais exigent des sanctions

» Les prisons britanniques en surchauffe après les émeutes

» Les Anglais veulent priver les émeutiers d’aide sociale

Source: http://www.lefigaro.fr/

25/10/2010

43 heures de garde à vue pour les anticasseurs de Lyon !

Des « casseurs » remplis de haine… Ceux-ci, on peut les interpeller…

Le monde à l’envers… On marche sur la tête, en France. Si la Police a des ordres pour reculer devant les casseurs (et ça doit bien les faire ch…, d’ailleurs) elle n’en a pas pas pour procéder à des arrestations abusives. Le lycéen est une proie facile: il ne brûle pas de voitures, ne casse pas de matériel urbain, ne s’attaque pas aux forces de l’ordre, manifeste dans une ambiance « bon enfant », bref, c’est sur un plateau… Et puis comme il faut « faire du chiffre » quand-même…

Lamentable…

FDF

.




24/10/2010 – 14h32

 

LYON:

A la suite de la manifestation qui s’est déroulée vendredi dans le centre de Lyon pour dénoncer la quasi-impunité des bandes ethniques qui, les jours précédents, avaient mis à sac le centre ville, pilant et détruisant tous les magasins qui se trouvaient sur leur passage, la justice a fait arrêter… les anticasseurs ! Douze personnes, considérées comme les meneurs de cette manifestation qui réclamait que les casseurs soient mis hors d’état de nuire, viennent de passer 43 heures en garde à vue ! Leurs domiciles ont aussi été perquisitionnés. Raison officielle de cette mesure coercitive : « Organisation illégale d’un rassemblement sans autorisation préalable. »

La manifestation de vendredi, forte d’environ 400 personnes, s’était pourtant déroulée dans le plus grand calme (voir les vidéos ci-dessous) et strictement aucun incident n’avait été déploré. Ce qui n’avait pas empêché les forces de l’ordre de procéder à 328 interpellations ! Dont douze, donc, qui ont passé près de deux jours en cellule ! Pour avoir réclamé que les forces de l’ordre… fassent régner l’ordre.

.

http://www.youtube.com/v/LNS6ICOcOak?fs=1&hl=fr_FR&rel=0

http://www.youtube.com/v/Y1eyt-mHa8k?fs=1&hl=fr_FR&rel=0Source et Vidéos: http://fr.novopress.info/70218/exclusif-%E2%80%93-43-heures-de-garde-a-vue-pour-les-anticasseurs-de-lyon/

Novopress.info, 2010
[http://fr.novopress.info]

23/10/2010

Manifs: morceaux choisis…

« ON » arrête quand de nous prendre pour des cons?

FDF

.

 

Lyon : 150 “militants d’extrême droite” face aux casseurs ?


(tract distribué aujourd’hui à Lyon)

« 17h30 – Les craintes de la police

100 à 150 militants d’extrême droite d’un côté, 200 à 300 lycéens de l’autre et la police entre les deux, vouée à servir de tampon. C’est la situation actuelle dans le centre de Lyon. La police est un peu dépitée de voir les événements relancés, après le calme des dernières heures. Leur crainte : qu’un élément isolé d’un camp soit encerclé par le camp adverse et roué de coups. Pour l’heure, les militants d’extrême droite sont encerclés par les forces de l’ordre à Ampère. Les lycéens crient “la honte, la honte !” face à l’extrême droite.

Vous vous êtes fait laminer la gueule toute la semaine, laissez-nous faire votre boulot !”

17h – l’extrême droite remonte la rue Victor-Hugo

La rumeur courait ces derniers jours. On attendait confirmation pour vous en parler. C’est désormais chose faite. Une centaine de militants d’extrême droite part de la place Carnot pour rejoindre la place Bellecour. Ils cherchent l’affrontement avec les manifestants lycéens et plus encore les casseurs. Ils brandissent des banderoles “Lyon Lyon Lyon, la racaille t’es foutue, les Lyonnais sont dans la rue”, ou encore le drapeau tricolore. Les sites identitaires se sont mobilisés ces derniers jours. Ce midi, un collaborateur de Gérard Collomb disait la préoccupation de la municipalité face à ce type de risques. Ce jeudi, un de nos collaborateurs avait mis la main sur un tract d’extrême droite (voir plus haut).

Ils ont essayé de s’en prendre au piquet de grève de Perrache. Dispersés par les CRS, ils ont remonté la rue Victor-Hugo et sont bloqués depuis 17h à la station Ampère, rue Victor-Hugo. Les forces de l’ordre les contrôlent et se font prendre à partie : “vous vous êtes fait laminer la gueule toute la semaine, laissez-nous faire votre boulot” ou encore “les CRS avec nous” ont été entendus sur place par notre journaliste.

Lyon Capitale

Les jeunesses identitaires, proches de l’extrême-droite, ont défilé en fin d’après-midi entre la place Carnot et Ampère. Furieux du manque de réponses des forces de l’ordre face aux exactions des casseurs ces derniers jours**, ils veulent dorénavant monter au créneau pour défendre « leur ville », selon les termes utilisés par leurs représentants. […]

Lyon Mag

Entre 12h15 et 13h, un groupe d’une trentaine de personnes a manifesté pacifiquement entre la Place Carnot et la place Bellecour à Lyon 2e. Munis d’une banderole “stop à la casse”, le cortège était formé majoritairement d’étudiants en Droit, scolarisés à l’IDRAC, l’université catholique et Lyon III. Suite au blocage et aux dégradations commises dans le secteur depuis le début de la semaine, les jeunes ont dit vouloir montrer “une autre image de Lyon et de la jeunesse lyonnaise “, soucieux de l’image de la ville à l’étranger. Sur leur passage, ils ont été applaudis par certains commerçants de la rue Victor Hugo, insultés aussi par des passants qui les ont traités de “fachos”.

Lyon Capitale

** “Des responsables des forces de l’ordre m’ont dit : “On a des consignes pour ne rien faire.” » Denis Broliquier, maire du 2e arr. de Lyon, 19/10/10

Source:  http://www.fdesouche.com/146013-lyon-150-militants-dextreme-droite-face-aux-casseurs

 

20/10/2010

Les manifs dégénèrent en scènes de guérilla urbaine et pillages…

Chroniques de la haine ordinaire.

Pas nouveau, mais ça ne peut faire qu’en ajouter dans le domaine des « bienfaits de l’immigration » et de la « préférence non-nationale »… Pas vraiment la gueule d’étudiants, les chimpanzés…

Ecoutez bien les paroles; édifiant; et à vomir…

FDF

.

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=0bYhfYSwAQY&feature=player_embedded

19/10/2010

Ces drôles d’élèves qui manifestent à Cannes…

Barrez-vous, cassez-vous !!!

Bon, cette fois, les sous-merdes, vous planquez vos drapeaux, vos tee-shirts et autre signes distinctifs provocateurs pour nous autres, français de souche. Si vous n’êtes pas bien en France, vous dégagez et retournez dans vos bleds respectifs. Il est certain que là-bas, vous n’y pourriez pas faire le dixième de ce que vous faites sur NOTRE territoire de France… Vous y êtes indésirables, c’est certain. Sachez que vous y est aussi chez nous, idésirables.. En France, on n’aime pas les profiteurs et les semeurs de merde. Alors, laissez NOS étudiants manifester en paix et arrêtez votre travail de sape. On ne vous a rien demandé, vous n’êtes pas concernés par ces manifs car vous vivez essentiellement de NOS aides sociales et autres trafics d’armes ou de drogue. Vous voulez profiter de la situation pour « casser du flic », brûler des voitures et autres distractions qui vous font croire que vous êtes des « durs » et en faire subir les conséquences à nos étudiants? Allez-y. Mais sachez, bandes de cons, qu’il existe un raticide qui est de plus en plus puissant, chez nous, en terre de France: il se nomme RESISTANCE. Vous venez en outre d’outrager notre Patrie avec vos étendards de haine accroché à un monument dédié à nos morts tombés pour leur pays à Cannes. Ca, les gars, c’était l’erreur à ne pas faire. Commencez à raser les murs… C’est un conseil. On a les photos; vos tronches et vos allures de chimpanzés sont reconnaissables à des kilomètres; vous n’avez pas peur de la Police, soi-disant? Vous allez avoir peur d’autre chose, croyez moi… Et la peur, elle va changer de camp; soyez-en sûrs…

FDF

.

A Cannes, les “élèves” manifestent !

Ce vendredi 15 octobre 2010, les élèves des lycées cannois se sont rassemblés et ont fait le tour des entrées de ces mêmes lycées. Manifestation à la base contre la réforme des retraites, mais à la vue de ceux qui ont défilé l’on peut se demander quel était le but de ce rassemblement. Les drapeaux du Maghreb (Tunisie, Maroc, Algérie) étaient présents, au milieu des bandes ethniques. Les “organisateurs” (pas très organisés soit dit en passant) et vite débordés n’ont pu contrôler ces bandes, venues pour une unique et même raison : afficher leurs couleurs. Aucune banderole, tout comme aucun slogan sur les retraites, seuls des “La jeunesse est dans la rue, Sarko t’es foutu” , “Sarko on t’encule” puis le fameux “One Two Three Viva Algérie”, et les insultes fusaient, “Nique la police”, face à l’important dispositif policier mis en place. A noter : un policier a été blessé par un jet de pierre.

Afin de voir des photos plus éloquentes de la foule entourant le drapeau tunisien, ou encore la première ligne avec le drapeau marocain : vous pouvez vous rendre sur le site de Nice-Matin à cette adresse : http://www.nicematin.com/diaporama/la-manifestation-lyceenne-a-cannes?idx=4#top-diapo

D’après: http://recounquista.com/

Bonus:

Vous êtes toujours là
A rôder comme des rats
Toujours à trafiquer
A rien faire, à traîner
Vous polluez la France
Et c’est qui, qui finance ?
Chômedu et RMI
Ça sort d’la poche à qui ?

De la poche à Ducon
Et Ducon il en a marre
D’entretenir les p’tits cons
De payer leurs pétards

Barrez-vous, cassez-vous
Retournez donc chez vous
Vous foutez la pagaille
Il n’y a plus de travail
Barrez-vous, cassez-vous
On a déjà donné
Du balai, du balai
La France est aux Français
Aux Français !

Où est passé Paris ?
C’est Casa, Djibouti
Y a plus que des métèques
D’la Roquette à Barbès
Maintenant ça suffit
Maintenant y en a marre
Vous engrossez nos filles
Et faites des bâtards

Il n’y a plus de Français
Et on n’est plus chez nous
Ca commence à bien faire
Là vous nous pompez l’air

Barrez-vous, cassez-vous
Retournez donc chez vous
Vous foutez la pagaille
Il n’y a plus de travail
Barrez-vous, cassez-vous
On a déjà donné
Du balai, du balai
La France est aux Français

Barrez-vous, cassez-vous
Retournez donc chez vous
On a déjà donné
Du balai, du balai

Ah ! Si on avait su
On est toujours trop bon
C’est fini moi j’donne plus
Barrez-vous, petits cons !

Chanson de  Claude Barzotti

Manifestations: 4 policiers blessés à Lorient !!!

Décodage: remplacez le mot « jeunes » par « racailles-sous-merdes cagoulées issues de l’immigration »

FDF

.

Les incidents se poursuivent à Lyon, à Nanterre, à Paris… 1.158 personnes ont été interpellées en une semaine.

Lundi, de nombreux incidents ont éclaté en marge des mobilisations lycéennes.

Mardi, le nombre d’incidents semble monter d’un cran. Le ministère de l’Intérieur a dénombré près de 163 interpellations à la mi-journée.

Au total, sur une semaine, près de 1.158 personnes ont été interpellées, toujours selon le ministère.

Plusieurs grandes villes de France ont été concernées par les mobilisations lycéennes mardi, notamment Nanterre, Evry, Saint-Denis, Lille, Mulhouse, Clermont-Ferrand…

A Paris, dans le 15 éme arrondissement, une jeune fille a été blessée après l’explosion d’un scooter suite à un feu de poubelle près d’une école élémentaire et d’un lycée technique. La victime a dû être hospitalisée. « C’est un lycéen qui a mis le feu à des poubelles. La police a des indices, il devrait être arrêté dans la journée », rapporte le maire UMP.

Selon 20 Minutes, sont hospitalisation s’est bien passée. La jeune fille va bien.

Les forces de l’ordre ont procédé à 110 interpellations, dont 81 gardes à vue mardi, à Paris et dans la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne).

A Corbeil-Essonnes
en Essonne, des incidents ont eu lieu en marge des manifestations lycéennes. Une soixantaine de jeunes de la cité des Tartêrets ont rejoint 250 lycéens qui manifestaient. La voiture du commissariat a été retrounée et des objets ont été volés.

Un policier aurait été blessé en marge de la mobilisation.

A Évry en Essonne, deux policiers auraient été blessés lors d’affrontements avec des manifestaants.

A Savigny-sur-Orge
toujours en Essonne, des lycéens auraient, eux-mêmes, dégradé du mobilier urbain, provoquant une intervention des forces de l’ordre.


A Nanterre
dans les Hauts-de-Seine, le lycée Joliot-Curie est toujours bloqué par plus de 200 lycéens.

De nouveaux affrontements ont eu lieux entre CRS et des jeunes extérieurs au lycée, indique Le Point.fr.

Regardez ces images de ITélé :

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes et de Flash-Ball pour dissiper les jeunes qui leurs lançaient des pierres et autres projectiles, rapporte L’Express.

Les lycéens de Nanterre indique qu’il vont rejoindre le cortège place d’Italie, précise I Télé.

« J’ai pourtant essayé de calmer le jeu lundi, une réunion a été organisée à la mairie avec les élus, des parents d’élèves, des lycéens, des professeurs. J’ai donc décidé de fermer le lycée mardi matin, pour éviter que les actions de provocations policières soient portées », explique le proviseur du lycée Joliot-Curie sur I Télé.

« Ce sont des casseurs, extérieurs au lycée qui viennent semer le trouble. Ils ne sont pas là dans le cadre d’une manifestation lycéenne contre la réforme des retraites », déplore le proviseur du lycée.

Une nouvelle voiture aurait été brûlée, des vitres brisés, précise encore ITélé.

Le tribunal de Nanterre a été endommagé par une quarantaine de jeunes.

Voici une vidéo qui revient sur les affrontements de mardi matin à Nanterre.

(Source : I Télé – Montage Fred-Lille)

A Lyon, dans le Rhône les affrontements entre les forces de l’ordre et les jeunes se poursuivent également. Un policier a été blessé à la jambe. Un photographe a été blessé par un jet de bouteille au visage.

Regardez ces images de TF1 :

Une trentaine de voitures ont été renversées, dont cinq brûlées.

On constate plusieurs pares-brises brisés, des feux de poubelles, des abribus détruits, des vitrines de magasins brisées… Deux magasins – une bijouetrie et une boutique de vêtements – ont été pillés.

Déjà 13 personnes ont été interpellées, mardi matin, suite aux incidents en marge des manifestations.

Sur le réseau de micro-blogging Twitter, un photographe, en direct de Lyon, parle d’un véritable champ de bataille.

Le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collob en appelle au calme via son compte Twitter. « La situation se dégrade. Un peu partout des incidents se produisent. Je condamne ces débordements et en appelle au calme », rapporte 20 Minutes.

La ville avait déjà été le théâtre de violences lundi et la semaine dernière.

Au regard de l’ampleur des événements, le maire de Lyon a décidé d’écourter son voyage en Chine pour apaiser les tensions et appeler au calme, indique 20 Minutes.

Débordemant dans les manifestations lycéennes à Lyon, le 18 octobre.

Débordemant dans les manifestations lycéennes à Lyon, le 18 octobre.

Par mesure de sécurité, plusieurs lycées de toutes la France ont préféré fermé leur porte, notamment à Tourcoing dans le Nord.

A Mulhouse, dans le Haut-Rhin, 500 à 600 lycéens et étudiants dégradé des voitures et brisé des vitrines, a constaté un journaliste de Reuters. La police a procédé à plusieurs interpellations, rapporte Le Point.fr.

Lorient dans le Morbihan, quatre policiers ont été blessé et deux personnes ont été interpellées suite à des affrontements entre jeunes et CRS.

 

Sources : Le Point.fr, L’Express, I Télé, 20 Minutes, Le Progrès, Le Figaro.fr, Europe 1, Europe 1

Par La rédaction du Post

voir les vidéos sur http://www.lepost.fr/article/2010/10/19/2272293_incidents-en-marge-des-manifestations-lyceennes-ca-continue-a-nanterre.html

Les casseurs dans les émeutes: ce sont bien ceux que l’on pensait…

Il est certain que les casseurs qui opèrent en ce moment dans les manifestations d’étudiants ne sont pas ces petits jeunes qui font des sittings sympas simplement par solidarité envers les grévistes touchés de près par les décisions gouvernementales. Ce ne sont pas des écoliers rigolards que les CRS ont en face d’eux… La preuve en vidéo…

FDF

.

http://www.youtube.com/watch?v=jTx-Y9Cjmiw

http://www.youtube.com/watch?v=Gwf5yzc_IT8

http://www.youtube.com/watch?v=NPgA4dcxwbU

http://www.youtube.com/watch?v=JJFPTCu_Olk

http://www.youtube.com/watch?v=BpaUTWyMqes

 

 

 

 

18/10/2010

Pas de retraite pour les sous-merdes !

Rien de tel qu’une bonne manifestation pour que la racaille s’en donne à coeur joie pour jouer son rôle de casseurs. Et comme les manifestations se suivent en ce moment, la racaille emboîte le pas, parpaings en poche… Et ces cons là démarrent vite.

FDF

.

Manifestations : la racaille ne prend pas de retraite !..

Les principales villes de France sont « animées » par les grèves et manifestations contre le projet de loi du gouvernement Sarkozy sur la réforme des retraites. L’Eure et Loir n’y échappe pas.

Les salariés déjà pressurisés par la politique sociale catastrophique de Nicolas Sarkozy ne pouvant pas sacrifier une journée de salaires et appointements trouvent un relais chez notre jeunesse lycéenne, comptant sur eux pour faire du bruit. Est-ce vraiment leur place ? Mais compte tenu d’un système éducatif défaillant et dès lors où c’est l’occasion pour cette jeunesse de s’amuser et « sécher » les cours, on ne peut qu’assister impuissant face à ce triste spectacle.

Le plus intolérable est que ces manifestations font systématiquement sortir la racaille de leur tanière et plusieurs destructions de biens publiques sont à déplorer notamment à Chartres où une quinzaine d’abris bus ont été gratuitement détruits. Ceci est peu relayé par la presse locale qui, en bonne manipulatrice, pour ne pas rendre illégitime toute cette agitation, évite d’en parler.

Par la voix de Ségolène Royale, le Parti socialiste porte une lourde responsabilité face à ces comportements condamnables en ayant appelé ces jeunes à manifester.

Source: http://tinyurl.com/2ctzpns

Manifestations: des « Blacks Blocs » saccagent l’Opéra Bastille.

Les premiers effets de la lutte contre la délinquance PROMISE par Sarkö Ier se font sentir…

FDF

.

La grande manifestation parisienne de samedi contre la réforme des retraites a dégénéré samedi, en fin de journée. Des Blacks Blocs, issus de groupuscules ultra-violents, ont saccagé le hall de l’Opéra Bastille. Une trentaine d’interpellations ont eu lieu.

Bastille CRS Black Blocs De nombreux CRS ont été dépêchés place de la Bastille, pour prévenir des dégâts causés par les  »casseurs ». (Reuters) 

La journée de mobilisation contre la réforme des retraites s’est déroulée dans le calme samedi. Quelques incidents ont toutefois eu lieu en marge de la manifestation parisienne. En fin de cortège, sur la place de la Nation, des échauffourées anecdotiques ont eu lieu, selon i-Télé, entre les forces de l’ordre et des jeunes. Mais c’est surtout à la Bastille que la situation a dégénéré. Près de 200 « casseurs » ont débarqué dans le sillage des milliers de manifestants.

« Des Blacks Blocs« , selon le site de Paris Match , qui se sont livrés à des dégradations cassant vitrines et abribus. Une cinquantaine d’entre eux ont également pris d’assaut l’Opéra Bastille, dont ils ont saccagé le hall d’entrée. Peu avant 19h15, la police a interdit les journalistes d’approcher le lieu. Les CRS ont ensuite délogé les « casseurs » de l’Opéra. Une trentaine de personnes ont été interpellées.

Les Black Blocs sont constitués de groupuscules ultra-violents, qui se réclament souvent de l’extrême-gauche. Ils s’étaient notamment illustrés en avril 2009, lors du sommet de l’Otan à Strasbourg, par de nombreuses dégradations et affrontements directs avec les forces de l’ordre. Ils étaient également présents au sommet de Copenhague sur le climat. Leur sortie de samedi soir n’a toutefois rien de comparable avec ces événements internationaux.

Source: http://tinyurl.com/262p9tw