Francaisdefrance's Blog

06/06/2011

Les « casques bleus » à Sevran ? et bientôt dans toute la France !

Reçu par mail…

FDF

.


On demande l’armée à Sevran ! Elle serait donc plus apte à rétablir l’ordre que police et gendarmerie. Si armée il y a c’est donc que nous sommes en situation de guerre : une guerre intérieure mais une guerre.
Le Maire de la localité, Stéphane Gatignon en a assez du climat d’insécurité qui règne à cause d’une rivalité sanglante des gangs. Des balles perdues traversent les salles de classe, les récréations sont émaillées d’incidents : les coups de feu claquent aux oreilles des enfants. Il dénonce l’installation d’une mafia née de la drogue et du trafic de cannabis en lutte d’influence pour la possession des territoires. « C’est Chicago. Il y a eu des tirs samedi, des tirs lundi, des tirs mercredi. La situation ne peut plus durer comme ça » déclare Gatignon.

Nicolas Comte (secrétaire général du syndicat SGP Unité police FO ) confie au Nouvel Observateur voir dans la proposition de Stéphane Gatignon « un vrai cri d’alarme par rapport à une situation plus que préoccupante ». Il pense aussi que faire appel à l’armée n’est pas la solution, mais reconnaît que, « sur place la situation est intolérable » et que « les policiers ne sont pas assez nombreux. » Quelle solution à ses yeux ? « La police nationale doit occuper le terrain de façon permanente. » La guerre vous dit-on !

Claude Guéant fait bien sûr le déplacement pour affirmer sa fermeté : « Dans un État démocratique, c’est à la police républicaine, sous le contrôle de la justice, de rétablir la sécurité. (…) Ce n’est pas possible que l’on tire des coups de feu dans la rue, que l’on prenne une population et une école en otage »
Qui dit armée et guerre suppose des moyens extraordinaires, inhabituels, et en « guerre » l’erreur de jugement est possible, la bavure comme il est banal de dire. Entendez-vous par anticipation le délire qui ne manquerait pas d’envahir les colonnes des journaux et les « clips » des télés si un « tir » inapproprié venait à se produire ? Des cortèges pleins de fleurs pour les pauvres victimes innocentes d’une terrible méprise. Nous toucherions une fois de plus cette extraordinaire contradiction cultivée par les tenants de l’ordre en face des « scories » de ce même ordre. Il ne peut y avoir d’ordre sans fermeté, sans rudesse parfois et souvent sans injustes conséquences.
C’est alors que le maire de Sevran, et d’autres prennent le problème sous une autre formulation. Puisqu’il apparaît difficile voire impossible de rétablir le plein exercice de la Loi Républicaine, supprimons la cause de l’infraction, la pénalisation du trafic en légalisant le cannabis …
Mais OUI, mais c’est BIEN SÛR … Rappelez-vous la prohibition aux States etc. J’en passe et des meilleurs.
Ils oublient simplement une toute petite chose, lorsque le cannabis sera légalisé et vendu au bureau de tabac avec encaissement d’une taxe par l’Etat, les gangs et mafias se reconvertiront avec une rapidité fulgurante dans la distribution frelatée (pour conserver des prix attractifs) de drogues un peu plus dures et les balles continueront de siffler à Sevran et ailleurs.

Un petit rappel: ignominie

03/06/2011

Les casques bleus, vite !!!

On va bientôt déclarer l’état d’urgence, en France. A moins que…

FDF

.

Albi. Fusillade chemin de Canavières : 3 blessés, 4 interpellations.

La grisaille humide et les 17 petits degrés de ce jeudi de l’Ascension n’ont pas refroidi leurs ardeurs. Pour régler un différend d’ordre privé, deux familles résidant en bas du chemin de Canavières ont employé la méthode forte. À coups de fusil de chasse et même de 9 millimètres !

Une rixe qui s’est déroulée en deux temps sous le mode « action-réaction ». En fin de matinée, une dispute a éclaté entre représentants de deux familles qui appartiennent pourtant à la même communauté. La police a dû intervenir ainsi que deux ambulances des sapeurs-pompiers qui ont évacué deux hommes touchés aux jambes par des plombs, de petit calibre fort heureusement. Les choses auraient pu en rester là sauf que, vers 15 h 30, à 200 mètres du lieu de la première escarmouche, un incident beaucoup plus sérieux a éclaté. C’est la maison des tireurs présumés du matin qui a été attaquée par deux hommes cagoulés et lourdement armés. La façade de l’habitation et les deux véhicules qui étaient stationnés devant ont reçu des tirs nourris de cartouches de chasse et de balles de calibre 9 mm ! « C’est un miracle que personne n’ait été touché dans la maison », confiait un officier de police. Ce second incident a néanmoins fait un blessé parmi la famille assaillie : un homme qui, en voulant échapper au commando armé (ou le poursuivre ?), s’est fait mal à un genou. Tandis que les pompiers l’évacuaient sur l’hôpital, le commissariat de police était contraint de muscler son dispositif, avec le renfort dissuasif des gendarmes du peloton de surveillance et d’intervention (PSIG) d’Albi. Jusqu’à 17 h 30, les accès au chemin de Canavières étaient bouclés de part et d’autre du lieu de la fusillade… où les douilles et impacts de balle se comptaient en dizaines !

L’enquête, confiée à la brigade de sûreté urbaine, recevait l’appui technique de l’Identité judiciaire. Hier soir, on apprenait que la police avait procédé à quatre interpellations, « deux dans chacune des familles concernées ». Parmi ces quatre hommes, tous majeurs, placés en garde à vue au commissariat, reste à savoir si se trouvent les membres du commando cagoulé. Dans la soirée et la nuit, la police devait patrouiller dans le secteur pour éviter toute reprise des hostilités.

Source: http://www.ladepeche.fr/