Francaisdefrance's Blog

12/10/2010

Quartiers « sensibles » à Grenoble: le nettoyage commence; enfin… Ils ont lâché les chiens.

On n’y croyais plus… Grenoble, haut lieu de la racaille et désormais tristement célèbre. Grenoble, sa racaille, ses sous-merdes, ses bandes, ses violences… Et bien à Grenoble, on a décidé de réagir… L’assaut a enfin été donné. Enfin, un avertissement, déjà. En toute légalité et qui a rapporté gros. Les délinquants du coin doivent tirer la gueule, ce soir; et certains faire dans leur froc. C’est le but recherché. Pour la sécurité de nous autres, les souschiens… Et ce n’est qu’un début… Un grand merci à nos forces de l’ordre qui ont commencé un nettoyage des écuries d’Augias….

FDF

.

Importante opération de police à Grenoble.


lefigaro.fr

Deux-cent cinquante policiers et gendarmes ont investi plusieurs appartements d’un quartier sensible de la ville à l’aube, mardi. Ils visaient à lutter contre l’économie souterraine.

Une nouvelle fois, une importante opération de police s’est déroulée mardi matin à Grenoble. Pas moins de 250 membres des forces de l’ordre ont investi plusieurs appartements d’un quartier sensible de la ville, le quartier Mistral. Ces hommes du GIPN (Groupement d’intervention de la police nationale), gendarmes, policiers, membres de la police technique et scientifique ainsi que des maîtres-chiens sont arrivés peu après 6 heures du matin.

Une quarantaine de suspects étaient visiblement visés par cette opération de lutte contre «l’économie souterraine» . Vingt-trois d’entre eux ont été interpellés, et vingt-et-un placés en garde à vue. Cette opération s’est déroulée dans le cadre d’une instruction pour «escroquerie en bande organisée, blanchiment, faux et usage».

Ce coup de filet est l’aboutissement de sept mois d’une enquête qui a débuté en mars à la suite de l’interpellation d’une personne ayant ouvert des comptes avec de «fausses fiches de salaires», de «fausses quittances EDF» et tentait d’obtenir des crédits. Les enquêteurs soupçonnent que les donneurs d’ordre ont fait appel à plusieurs autres exécutants pour ouvrir des comptes de la même façon, acheter du mobilier et le revendre, dans de probables opérations de blanchiment.

Rétablir l’ordre

Cette opération visait également le quartier de La Villeneuve, théâtre de violences urbaines cet été, qui avaient été provoquées par la mort d’un jeune braqueur. A la suite de ces violences, un nouveau préfet, Eric Le Douaron, avait été installé en Isère par le président de la République, avec notamment pour mission de rétablir l’ordre et lutter contre l’économie souterraine liée au trafic de drogue.

C’est lors de l’installation du nouveau préfet le 30 juillet que Nicolas Sarkozy avait prononcé son fameux «discours de Grenoble» dans lequel il prônait un renforcement de l’arsenal répressif contre les délinquants.

Quelques jours plus tard, début août, une opération de grande ampleur avait eu lieu dans le quartier de La Villeneuve : sept cars de CRS avaient été nécessaires à l’arrestation de six personnes, dans le cadre des précédentes violences urbaines. Peu de temps auparavant, trois jeunes hommes avaient été interpellés avant d’être remis en liberté, dans le cadre de l’enquête sur un vol à main armée du casino d’Uriage et les fusillades qui avaient suivi.

Source: http://tinyurl.com/23jfbmy

01/10/2010

Uriage: les beaux CV de Boudouba et de son complice…

Encore des « chances pour la France »! « ON » n’a encore pas compris???

FDF

.

Monsif Ghabbour, le complice de Boudouba lors du braquage d’Uriage et des trés graves désordres qui suivirent, a un CV non moins éloquent que celui de son compère,  retransmis ci-dessous. Pris par la police et déféré en justice, savez-vous quelle peine lui fut infligée? je laisse la parole à l’hebdomadaire Rivarol (édition du 10 septembre):

« Or, à peine déféré devant la justice et malgré les très lourdes charges pesant sur lui pour de graves délits justifiant la comparution en cour d’assises, Ghabour était élargi le 2 septembre au matin par le juge Yann Cattin qui, à la grande joie de son avocat Denis Dreyfus, le soumettait à un simple contrôle judiciaire. Ce qui signifie que le malfrat a toute latitude de reprendre une cavale que les forces de l’ordre avaient eu tant de mal à interrompre tant il jouissait de complicités au sein des zones de non-droit grenobloises ! »


Ah, le beau CV que voilà !

La jeunesse ( fantastique et trop tôt interrompue ) de Karim Boudouda né le 28 février 1983,

délinquant armé d’un PM de type Uzi et d’un fusil d’assaut SIG

est tué par les policiers de la Brigade Anti criminalité ( BAC ) après le braquage du casino d’Uriage ( 30 000 ¤ )

et une course poursuite à bord d’une 307 volée .

Fils de père algérien employé à la ville de Grenoble, alcoolique et parfois violent et d’une mère algérienne aussi, ancienne conseillère conjugale,

il a été traumatisé (le pauvre chou) par la séparation de ses parents et perturbé par la dérive de son frère aîné, toxicomane. (Ah famille je vous hais).

A 14 ans , premier forfait qui lui vaut un séjour en prison ( attaque d’un salon de coiffure de son quartier  avec un pistolet à grenaille avec lequel il tire )

A 15 ans il entre en prison à Varces (Isère). Il en ressort 18 mois plus tard mais pour une courte période.

Avec quelques copains il monte des coups. Il n’a pas de permis mais il achète une voiture . Il aime « la grande vie « , le champagne et la vitesse .

Il a plusieurs accidents , mais prendre des risques lui fait  » plaisir , pour s’amuser et se faire peur ».

A l’ automne 2002 , il braque 3 agences bancaires et une bijouterie .

Le tout pour quelques milliers d’Euros en liquide et environ 350000 ¤ en bijoux , qu’il claque dans des hôtels de luxe de la Côte d’Azur ,

dans l’achat de vêtements de marque et aux jeux , joue de grosses sommes aux dés et fréquente les casinos avant d’être rattrapé .

Il écope au total de 17 ans de réclusion en deux condamnations . Il bénéficie d’une confusion des peines et ressort en 2008 , mais pas pour très longtemps.

En mars 2009 , il est condamné à 6 mois d’emprisonnement pour acquisition et recel de stupéfiants .

Père d’une petite fille qu’il avait eue à 17 ans, il n’a jamais travaillé .

Son itinéraire suscite donc le respect des jeunes voyous de sa cité et sa mère et sa compagne ont déposé une plainte pour « meurtre « !!!!

C’est sûr qu’avec un CV pareil il était  » inemployable « .

Et la cerise sur le gâteau , les policiers de la BAC doivent être exfiltrés de Grenoble et être protégés . Mais alors par qui ? Mais que fait la police ?

(D’après une info de JLL…)

04/09/2010

Racaille: une recette très simple: tu dis « c’est pas moi, m’sieur » et t’es dehors…

Lamentable. Il se réfugie chez des amis, mais il nie les faits… Y’a pas comme un problème, là? Enfin, bref, il est dehors… Facile, non?  Le mec, il a un nom à consonance maghrébine; on va éviter des émeutes, donc… Il serait retraité, avec un nom bien franchouillard et aurait essayé de se défendre contre des cambrioleurs, il serait en cage pour un bon moment. On « touche le fond », là.

FDF

.

Le second braqueur présumé du casino d’Uriage est … libre: « On sabote le travail des policiers »

Le quartier de la Villeneuve à Grenoble

Le quartier de la Villeneuve à Grenoble
MAXPPP

Le parquet a fait immédiatement appel de cette décision selon le Figaro.

De quoi s’agit-il ?

Dans la nuit du 15 au 16 août, deux hommes ont braqué le casino d’Uriage (Isère). L’un des braqueurs, Karim Boudouda, a trouvé la mort après le hold-up lors d’un échange de tirs avec la police. Ce qui avait occasionné plusieurs jours d’émeutes et le fameux discours de Nicolas Sarkozy, rappelez-vous, avec la déchéance de nationalité pour les « Français d’origine étrangère » qui tirent sur les policiers.

Son complice avait réussi à s’enfuir.

Mercredi, après un mois de recherches, les policiers ont interpellé Monsif Ghabbour, 25 ans, connu de la justice. Il est soupçonné d’être le second braqueur du casino d’Uriage. Il s’était réfugié chez des amis à 15 kilomètres de Grenoble.

Il a nié les faits pendant sa garde à vue et n’a fourni aucune explication devant le juge d’instruction.

Il a été mis en examen pour « vol à main armée » et « tentative d’homicides volontaires sur agent de la force publique ».

Le parquet a requis son placement en détention provisoire. Le juge des libertés et de la détention en a décidé autrement. Il l’a remis en liberté après l’avoir placé sous contrôle judiciaire.

Le parquet a immédiatement fait appel. Le procureur général de Grenoble a jugé la décision de remise en liberté « absolument inacceptable compte tenu des charges très graves qui pèsent » contre le mis en examen.

Sur RMC, Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie-Officiers, ne mâche pas ses mots contre cette décision: « Les policiers sont écoeurés. Les policiers en ont marre de voir leur travail saboté par une minorité de juges totalement déconnectés des réalités. »

« Le discours sécuritaire est vain s’il n’y a pas de réponse pénale. On touche le fond en remettant en liberté quelqu’un qui a tiré sur les policiers. »

« Le parquet de Grenoble a fait appel de cette décision et s’est permis un avis dessus, ce qui est rare, en le qualifiant d’inacceptable. Ce qui est un euphémisme… »

D’après Libération, l’appel du parquet sera examiné d’ici de semaines par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Grenoble.

De son côté, l’avocat de Monsif Ghabbour, Me Denis Dreyfus, se rejouit de cette décision « exemplaire ». L’avocat considère que le « dossier est vide au niveau des éléments à charge et que son client n’est que « celui de la rumeur », rapporte Le Parisien.


Source: http://tinyurl.com/2uutfby

03/09/2010

Karim Boudoua, sa vie, son parcours: impressionnant…

On a perdu une « Chance pour la France« … Requiem pour un malfrat.

FDF

2 septembre 2010

Le  beau CV que voilà !

« La jeunesse (fantastique et trop tôt interrompue) de Karim Boudouda né le 28 février 1983, délinquant armé d’un PM de type Uzi et d’un fusil d’assaut SIG et tué par les policiers de la Brigade Anticriminalité (BAC) après le braquage du casino d’Uriage (30 000 € ) et une course poursuite à bord d’une 307 volée.

Fils de père algérien employé à la ville de Grenoble, alcoolique et parfois violent et d’une mère algérienne aussi, ancienne conseillère conjugale, il a été traumatisé (le pauvre chou) par la séparation de ses parents et perturbé par la dérive de son frère aîné, toxicomane.( ah famille je vous hais).

A 14 ans, premier forfait qui lui vaut un séjour en prison (attaque d’un salon de coiffure de son quartieravec un pistolet à grenaille avec lequel il tire)

A 15 ans il entre en prison à Varces (Isère). Il en ressort 18 mois plus tard mais pour une courte période.

Avec quelques copains il monte des coups. Il n’a pas de permis mais il achète une voiture. Il aime « la grande vie », le champagne et la vitesse. Il a plusieurs accidents, mais prendre des risques lui fait « plaisir, pour s’amuser et se faire peur ».

A l’automne 2002, il braque 3 agences bancaires et une bijouterie. Le tout pour quelques milliers d’Euros en liquide et environ 350 000  en bijoux, qu’il claque dans des hôtels de luxe de la Côte d’Azur, dans l’achat de vêtements de marque et aux jeux, joue de grosses sommes aux dés et fréquente les casinos avant d’être rattrapé. Il écope au total de 17 ans de réclusion en deux condamnations.

Il bénéficie d’une confusion des peines et ressort en 2008, mais pas pour très longtemps .

( 2008 – 2002 = 6 ans de cabane  au lieu de 17 =  1/3  de fait ? ? ? )

En mars 2009, il est condamné à 6 mois d’emprisonnement pour acquisition et recel de stupéfiants.

Père d’une petite fille qu’il avait eue à 17 ans, il n’a jamais travaillé.

Son itinéraire suscite donc le respect des jeunes voyous de sa cité et sa mère et sa compagne ont déposé une plainte pour « meurtre » !!!!

C’est sûr qu’avec un CV pareil il était « inemployable ».

Et la cerise sur le gâteau, les policiers de la BAC doivent être exfiltrés de Grenoble et être protégés , mais protégés par qui ? »

(Reçu de Jakin…)