Francaisdefrance's Blog

14/03/2012

Une centaine d’enfants meurent chaque année en France des conséquences de l’abattage rituel » !!!

Allons nous enfin comprendre ?

FDF

.

Regardez  ce reportage   qui ne laisse planer aucun doute :

.

APPLIQUONS LA LOI,   et sans discussion possible, NOUS N’AVONS QUE  FAIRE DE COUTUMES BARBARES IMPORTEES CHEZ NOUS DIRECTEMENT  des époques lointaines  et totalement dépassées.

Il faut interdire l’abattage rituel comme l’on fait d’autres pays en Europe
– une centaine d’enfant meurent chaque année des conséquences de l’abbatage rituel (bactérie E-coli, erichia coli). L’abattage rituel est incompatible avec la sécurité alimentaire. La vache folle tue 25 personnes par an.
– la maltraitance animale,
– taxe religieuse. non respect de la laïcité

En Europe les pays suivant interdisent tout abattage rituel :
– Suisse,
– Suède,
– Pays-bas,
– Norvège
– Islande.

Il est anormal que la France pays laique et qui a traité les conventions contre la maltraitance animale l’abbage rituel est autorisé pire qu’il est devenu la norme.
.

Merci à JC JC…

09/03/2012

Vérité, Valeurs et Démocratie: le casher est-il comparable au halal ?

Ci dessous une courte mais claire explication d’Alain Wagner  (Vérité, valeurs et Démocratie) sur la différence entre « halal » et « casher ». Très intéressant…

FDF

.

21/02/2012

La Chambre d’agriculture d’Ile-de-France confirme les propos de Marine Le Pen sur la viande halal !

On nous ment; encore et toujours… Et l’on cherche à discréditer Marine Le Pen, encore et toujours… En Ile de France, tout le monde mange halal; que ça plaise ou non.

Sarkö dégage en touche lâchant que c’est une simple polémique. On réglera ça dans une soixantaine de jours…

FDF

.

Contents ou pas, on nous fait manger halal ou casher…

.

La Chambre d’agriculture d’Ile-de-France a confirmé aujourd’hui dans un communiqué que 100% de la viande abattue en Ile-de-France l’était selon les traditions musulmane et juive.

« Aucun choix n’est donné aux éleveurs franciliens » qui doivent partir en province pour faire abattre leurs animaux, regrette la Chambre d’agriculture, qui rassemble les professionnels du secteur agricole de la région. Les animaux doivent faire des « centaines de kilomètres », les carcasses devant être rapatriées pour le conditionnement et la distribution en Ile-de-France, souligne l’organisme qui dénonce la « perte de temps et d’argent ».

Auparavant, les abattoirs de la région étaient gérés par les communes mais « le désengagement des municipalités a vu peu à peu l’ensemble de l’abattage francilien confié à des opérateurs privés », explique la Chambre. Pour des « raisons de simplification des process et poussés par la réduction des coûts », ces opérateurs ont privilégié un « procédé unique d’abattage rituel« , regrette encore la Chambre d’agriculture qui pointe du doigt « le consentement coupable des services de l’Etat ».

Les abattoirs franciliens représentent cependant moins de 2% de la consommation francilienne de viande, affirment encore les professionnels. Ces derniers regrettent également le manque d’information des consommateurs. « En France on estime que 30% de la viande est abattue selon les rites musulman et juif alors que la demande ne représente que 7%; 23% sont donc commercialisés comme de la viande ‘traditionnelle‘ », toujours selon les professionnels.

Nicolas Sarkozy a estimé aujourd’hui que « la polémique » déclenchée par la présidente du FN sur la viande halal « n’avait pas lieu d’être », lors d’une visite au marché d’intérêt national de Rungis. La candidate du FN, Marine Le Pen, avait lancé la polémique en affirmant samedi que toute la viande distribuée en Ile-de-France serait, à l’insu des consommateurs, « exclusivement » de la viande halal. La présidente du Front national a réaffirmé ce matin qu' »on ment aux Français » sur ce sujet.

Merci à JC JC…

17/02/2012

Scandale de santé publique: 100% des franciliens mangent de la viande halal, augmentant le risque de contamination par germes E.coli !

Ce n’est pas pour vous faire peur, mais pour vous faire constater que le « halal » n’est pas aussi sain que les musulmans ne l’affirment…
FDF

.

Image d’illustration…

.

Ce qu’il convient d’appeler le « Halalgate » va-t-il s’inviter dans la campagne présidentielle?

 http://rutube.ru/tracks/5325916.html?confirm=93e2f06bdf2d04c8f7c85d98284d26ec

Le reportage d’Envoyé Spécial vient de révéler une bombe sanitaire : tous les abattoirs d’Ile-de-France égorgent les animaux (vaches, boeufs) selon le rituel islamique qui empêche l’étourdissement (pourtant règle européenne) et surtout de ligaturer l’oesophage qui en abattage traditionnel préserve du contenu de l’estomac véritable foyer grouillant de germes nocifs.

Gilbert Mouton, expert auprès des Tribunaux français et européens explique :

« le danger il est là car les plaies sont béantes, vous avez un déversement du contenu de l’estomac avec les germes qu’il contient dans la plaie de saignée et sur la tête »

Problème:  la plaie de saignée fournit les steack hachés !

« Le ministère de l’agriculture a pris le problème au sérieux dans son « enquête sur la viande hachée » (rapport d’expertise vétérinaire de 2007) « Dans les abattoirs le parage des plaies de saignée est un problème récurrent, le problème est accru dans les abattoirs pratiquant l’abattage rituel »

Source:   http://www.islamisation.fr/

30/12/2011

Enfin en vente dans toutes les bonnes boucherie !

Il est là; arrivé juste avant les fêtes ! Que du bonheur! Toutes les religions vont pouvoir enfin s’entendre!

Finie, la guerre du halal, du casher !!!

Le mouchon !

En vente dans toutes les bonnes boucheries.

FDF

17/06/2011

Etiquettage halal: les lobbys muzz et juif ont eu le dernier mot cette fois encore…

La soumission se fait de plus en plus palpable…


FDF

.

Plus de mention « abattus sans étourdissement » sur les étiquettes !

Avril 2011. Le Parlement européen votait un texte – provisoire – sur l’obligation de mentionner sur les étiquettes de produits carnés issus de l’abattage rituel « abattus sans étourdissement » (voir l’Europe vote l’étiquetage « abattus sans étourdissement ») Victoire pour les animalistes, catastrophes pour les juifs et les industriels du faux halal. Victoire pour les animalistes, car c’est l’une de leurs principales revendications. Catastrophe pour les juifs, car 70 % de la carcasse d’une bête casher part de facto dans le circuit traditionnel. La filière casher ne survit que parce qu’elle a la possibilité de revendre à d’autres les parties de la bête non consommable pour un juif. Catastrophe pour les industriels du faux halal, car cet étiquetage les aurait contraint à la transparence, hantise absolue tant l’opacité profite à leurs petites affaires.Voici ce que disait le communiqué de presse officiel.

Étiquetage supplémentaire pour les viandes et étiquetage clair des « imitations »: ne pas induire le consommateur en erreur

Selon les députés, les étiquettes des viandes devraient indiquer le lieu de naissance, d’élevage et d’abattement de l’animal. En outre, la viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement (conformément à certaines traditions religieuses) devrait être étiquetée comme telle et la viande composée de morceaux reconstitués devrait porter la mention « morceaux de viande reconstitués ».

Les députés ont affiné les règles existantes afin que le consommateur ne soit pas induit en erreur par le conditionnement des denrées alimentaires. Ils ont également insisté pour que les denrées alimentaires n’aient pas l’apparence, du fait de l’étiquette, d’une autre denrée alimentaire. Selon eux, le remplacement d’un ingrédient par un autre doit être clairement indiqué sur l’étiquette. Les denrées alimentaires contenant de l’aspartame devraient porter l’étiquette « contient de l’aspartame (source de phénylalanine et pourrait ne pas convenir aux femmes enceintes) ».

Mai 2011. Le Consistoire publiait un communiqué de presse sur son site appelant à défendre l’abattage rituel. Le propos était clair et alarmiste. Conscientes qu’il faille plutôt traiter de ces problématiques, très polémiques et particulièrement prisées de l’extrême-droite antisémite et islamophobe, en toute discrétion, les autorités juives multiplient depuis plusieurs mois les interventions publiques ; ce qui témoigne de’une très grande préoccupation et de l’extrême gravité de la situation.

Le 19 avril 2011, la commission Environnement du Parlement Européen a adopté un amendement, dit Gerbrandy-Jorgensen qui prévoit l’étiquetage des viandes provenant d’animaux abattus sans étourdissement, c’est-à-dire issues d’abattage selon un rite religieux (juif ou musulman). Ce texte, avec de très nombreuses autres dispositions sur l’étiquetage des aliments, sera soumis au Parlement pour adoption en séance plénière début juillet 2011. L’amendement Gerbrandy-Jorgensen pose comme postulat que l’abattage sans étourdissement est source de douleur importante pour les animaux. L’étiquetage des viandes abattues selon un rite religieux permettra ainsi d’accréditer l’idée que les animaux dont proviennent ces viandes auront été exposés à une souffrance inutile et injustifiée, selon un rite rétrograde. On peut prévoir d’ores et déjà des conséquences dramatiques sur les circuits de production et de distribution de la viande cacher ou halal.

Même le CRIF, organisation laïque, s’est ému de la situation et en est venu appeler au lobbying (voir Abattage casher : le CRIF appelle au lobbying).

Après le vote du 19 avril, la situation semblait très compliquée. Si compliquée que les autorités françaises ont demandé, discrètement, aux organisations juives et musulmanes d’approuver et de soutenir le texte. Recommandation non suivie ni par les représentants de la communauté juive, ni par les négociateurs européens qui ont planché sur le texte. Suite aux protestations « de représentants de la communauté juive » contre cette mesure « qui aurait pénalisé selon eux les abattoirs cashers », comme l’indique une dépêche AFP de ce jour, « les négociateurs se sont finalement mis d’accord pour évacuer la question dans une future réglementation européenne concernant le bien-être animal, selon un diplomate européen ». De fait, le communiqué de presse publié hier ne comporte plus aucune mention à l’abattage rituel, contrairement au précédent.

Ce volte-face de l’Europe risque d’agacer sérieusement Brigitte Bardot, qui n’a de cesse de s’attaquer à l’abattage rituel. De même, il va être très difficile à Nicolas Dhuicq, l’UMP qui en veut à l’abattage rituel uniquement halal, de mener à bien son entreprise anti-halal. Après avoir été mouché une première fois en décembre dernier (L’UMP fait retirer en catimini la loi contre l’abattage rituel), le député de droite a essayé gauchement de convaincre que son projet était toujours d’actualité. Mieux, érigeant l’absurde en tactique politique, N. Dhuicq est allé, dans un entretien accordé au souvent croquignolesque Causeur.fr, jusqu’à différencier le casher du halal, dédouanant le premier – ce qui a dû faire bien rire les connaisseurs –, accablant le second.

Juifs et musulmans sont des alliés objectifs dans la défense de leur droit, reconnu par la loi française et par l’Europe, de disposer de viandes abattues rituellement. Vouloir distinguer l’abattage rituel musulman de l’abattage juif est toujours douteux, tant ils sont similaires. Si la défense des consommateurs était sa véritable motivation, Nicolas Dhuicq ne commettrait pas un impair aussi disqualifiant. Big fail, comme souvent à l’UMP, chez qui on devrait tout de même travailler mieux les dossiers. Pas si facile finalement de taper sur les musulmans.

Pour rappel, l’étourdissement préalable, c’est aussi ça; à voir ici: http://www.al-kanz.org/2011/06/16/etiquette-abattage-rituel/

Merci à G…..

04/01/2011

Abattage rituel: bien heureux les carnivores ignorants…

Halal, casher et électrocution : la campagne qui fait polémique

halal ()

Lundi 3 janvier, 24 heures avant son lancement national, la campagne d’information sur l’abattage rituel s’affiche déjà dans les rues de Lyon. Portée par un groupement d’associations de protection des animaux, dont la célèbre fondation Brigitte Bardot, ces 4 par 3 tentent de sensibiliser le grand public sur les méthodes d’abattage rituel, au risque d’être accusés d’islamophobie.

Halal, casher, les abattages rituels sont dans le collimateur des défenseurs des animaux. En novembre 2010, une campagne de publicité décrivant le procédé est interdite par l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP), et déclenche l’émoi des partisans d’un abattage après étourdissement (électrocution, gazage…). Les militants d’extrême droite dénoncent cet empêchement et y voit la preuve d’une islamisation des consciences.

Des affiches sans références au halal et casher

Janvier 2011, les affiches ne faisant plus référence aux termes halal et casher, mais simplement « abattage rituel » sont autorisées. A côté de la photo d’une vache, des phrases sans équivoque : « Cet animal va être égorgé à vif sans étourdissement et dans de grandes souffrances. C’est ça, un abattage rituel », suivies d’une citation sur fond rouge : « Du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances : Fédération des vétérinaires d’Europe ».

detail ()

A l’origine de cette campagne, un collectif de plusieurs associations : Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs, Fondation Assistance aux Animaux, Protection Mondiale des Animaux de Ferme, Conseil National de la Protection Animale, Société Nationale pour la Défense des Animaux, Confédération Nationale des SPA de France, et enfin Fondation Brigitte Bardot.

Ensemble, ils militent pour la fin de l’abattage rituel sans étourdissement mais aussi pour un étiquetage spécifique qui précise si l’animal a été mis à mort dans ces conditions. En effet, selon elles, des animaux abattus de manière rituelle sont parfois vendus dans le circuit classique, sans que cela soit précisé.

L’électrocution peut-elle être halal ?

Dès lors les affiches pointent vers le site Internet : www.abattagerituel.com, où les deux méthodes d’abattage sont décrites dans un manque d’objectivité qui ne manquera pas de déclencher certaines polémiques. Contrairement aux brochures et autres dossiers de presse distribués par le collectif, l’abattage conventionnel illustré sur le site est représenté par des dessins monochrome où il expliqué que l’animal est immobilisé individuellement, étourdi et rendu insensible à la douleur suivant divers procédés, puis mis à mort par saignée.

L’abattage classique, le meilleur des mondes ?

De son côté l’abattage rituel a droit à des photographies couleurs qui ne manqueront pas de choquer les plus sensibles. Les animaux sont égorgés à vif, « en pleine conscience ». Pour remédier à cette situation, selon le collectif, il est possible de mettre en place un abattage rituel après un étourdissement. Un proposition que rejettent certains juifs et musulmans. Cependant le procédé est déjà utilisé par certains grands groupes industriels pour leur produit halal et casher.

Abattage rituel, les jolis dessins laissent place aux photos

Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon estime que cette proposition « ferait souffrir doublement les animaux » : « Personne ne peut dire que l’abattage rituel fait plus souffrir les bêtes. Des études montre qu’aucune méthode n’est moins dure. Il y a une volonté de nuire aux juifs et aux musulmans. Si demain les industriels doivent étiqueter la viande, ils renonceront à faire du halal et du casher. Les associations militaient autrefois contre les abattages illégaux lors de l’Aïd. Avec l’État nous avons fait des efforts et remédié à ce problème, elles ont trouvé un nouveau prétexte. »

« Je suis pour un wikileaks du halal »

De son côté, bien que regrettant le ton partial de la campagne, Fateh Kimouche, fondateur du site communautaire musulman http://www.al-kanz.org estime que l’étiquetage pourrait être une bonne chose : « Il y a beaucoup de faux halal, après électrocution. Avec l’étiquetage, les industriels seraient obligés de clarifier leurs méthodes d’abattage. Informer le consommateur permettrait de mettre les choses à plat ! je suis pour un wikileaks du halal, s’il y avait plus de transparence, il y aurait moins de fraude, c’est la hantise des industriels« .

Néanmoins Fateh Kimouche estime que cette campagne donne l’impression que l’abattage après étourdissement ne pose aucun problème : « Si on montrait un abattage classique, on aurait la même réaction de dégout de la part des consommateurs, nous vivons dans un monde aseptisé, édulcoré où tout est beau avec de jolies vaches dans de vertes prairies. Ce qui choque c’est l’abattage en lui-même. Si on montrait toutes les méthodes en vidéo, les gens mangeraient beaucoup moins de viande. Il faut être cohérent : les étiquettes devraient préciser les méthodes d’abattage en détail ».

Par ailleurs Fateh Kimouche craint surtout que le mouvement soit récupéré par l’extrême droite et estime que la présence de Brigitte Bardot lui porte préjudice : « Bardot explique que le halal inonde la France en donnant des chiffres fantaisistes. Elle fait du mal aux animaux, plutôt que de parler de leurs souffrances, elle pointe vers le tout halal et casher. Parmi les collectifs, nous avons discuté et travaillé de manière positive avec de nombreuses associations, mais malgré cela l’extrême droite va récupérer le débat, alors qu’elles ne se sont jamais émues de l’abattage traditionnel du cochon, tout aussi choquante« .

L’étourdissement pour protéger le personnel

Pour la sociologue Florence Bergeaud-Blacker, il s’agit avant tout d’un problème industriel. Dans un billet paru en novembre 2010, elle rappelle que l’étourdissement est à l’origine utilisé pour protéger le personnel. Tandis que la dérogation légale qui permet aux industriels d’abattre sans étourdissement est utilisé à grande échelle pour permettre un rendement plus efficace, sans temps mort, ou seule la rentabilité prévaut. Dès lors, associations de protections des animaux et religieuses devraient nouer le dialogue et s’opposer ensemble à une industrie qui n’a que faire des conditions de mise à mort : « ces deux alliés objectifs se combattent à mort pour le plus grand profit de l’industrie d’abattage qui ne peut que se réjouir d’une radicalisation stérile du débat ». Bien heureux sont les carnivores ignorants qui ne sont point perturbés par tous ces détails gastronomiques.

Source: http://tinyurl.com/289elst

06/12/2010

A deux exceptions près…

Un repas sans viande, ce n’est pas un repas; surtout pour les enfants. En outre, il y en a qui n’en mangent pas chez eux, pour les plus défavorisés. Et « on » voulait les en priver dans les cantines scolaires? La mairie de Fontenay a très justement répondu non. Mais, toujours pour les mêmes, on a dit oui…

Pour des raisons de pathologie médicale, rien à dire.

En revanche, re-voila les autres casse-c……. avec leurs menus soi-disant « halal »… Toujours là pour emmerder le monde! Et si on ne se plie pas à leurs exigences, ils en appellent au racisme (les musulmans sont devenus une race, vous ne le saviez pas ?) ou bien envoient leurs enfants dans des écoles privées, coraniques de préférence.  Donc, pour ne pas perdre d’élèves et éviter la propagande anti-occidentale, on baisse son froc… Pas belle la France?

FDF

.

 

Fontenay dit non au menu sans viande dans les cantines

Des parents d’élèves ont sollicité la ville pour l’élaboration d’un menu sans viande à la cantine. Impossible, selon la mairie, d’un point de vue matériel comme philosophique.

 

 


 

Peut-on manger au choix végétarien, casher, halal ou biologique dans les cantines scolaires de Fontenay-sous-Bois? Réponse clairement négative, comme l’a indiqué la mairie communiste dans une lettre envoyée aux associations de parents d’élèves. Certains d’entre eux ont sollicité la ville pour que la viande soit retirée du déjeuner de leur enfant à l’école pour des raisons éthiques ou religieuses.


« Nous faisons de la restauration collective, il y a naturellement des règles qui valent pour tout le monde », explique Martine Antoine (PC), adjointe à l’enfance, à l’éducation et à la jeunesse. A deux exceptions près : lorsque des enfants sont concernés par une pathologie médicale (notamment des allergies) et lorsque du porc est au menu (des repas de substitution sont alors servis « pour des raisons culturelles anciennes »). « Devant les interrogations posées par quelques parents, je précise que cette règle n’est pas nouvelle, mais il semble que çà et là elle a pu ne pas être appliquée comme il se doit, écrit l’élue dans sa lettre. Elle a donc été rappelée à l’ensemble des fonctionnaires territoriaux chargés de l’inscription à la restauration scolaire et de l’organisation du temps de repas. »
Une position que la mairie de Fontenay-sous-Bois justifie d’un point de vue matériel comme philosophique. La Fontenaysienne, structure municipale chargée de la restauration scolaire, produit 5000 repas par jour, dont 4700 sont envoyées dans les 19 restaurants des écoles élémentaires de la commune, pour les enfants comme pour les enseignants. « Il est impossible de produire 4700 repas différents! reprend l’élue. De plus, nous sommes dans une organisation de service public laïque. Lorsque des règles religieuses contraignantes remettent en cause le principe du vivre-ensemble, ce n’est pas acceptable. Nous n’allons pas mettre des enfants à part. »
Du côté de la très laïque Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) de la commune, les réactions sont partagées. « Un petit nombre de familles musulmanes demandent que la viande non halal ne soit pas servie à leur enfant. Jusqu’à présent, cela se passait très bien avec les animateurs, décrit Clémentine Fardoux, coordinatrice de la FCPE à Fontenay-sous-Bois. Depuis la rentrée, la mairie a décidé de réaffirmer sa laïcité. Quelques aménagements ne remettent pourtant pas en cause ce principe, d’autant que les familles ne réclament pas de viande halal, mais seulement un régime sans viande. Le risque, c’est que les enfants soient ensuite inscrits dans des écoles privées confessionnelles. D’un autre côté, certains pensent que le rôle de l’école de la République, c’est aussi de dire stop. »


Merci à DG pour l’info…

29/11/2010

www.abattagerituel.com: le site à visiter.

Abattage rituel : les organisations françaises mobilisées pour dénoncer la souffrance des animaux et la tromperie des consommateurs


Face à la généralisation, en France, de l’abattage rituel (Halal et Casher) et l’immobilisme des pouvoirs publics, huit organisations de protection animale ont présenté, le mercredi 10 novembre 2010 à l’Assemblée nationale, la première campagne d’information sur la cruauté de l’abattage sans étourdissement et la tromperie des consommateurs. 

Une communication difficile car une campagne d’affichage refusée !

Les organisations de protection animale souhaitaient attirer l’attention et susciter la réflexion du consommateur sur les réalités de l’abattage sans étourdissement grâce à la publication et à l’affichage de deux visuels.

Mais, le 8 novembre dernier, l’ARPP émettait les plus grandes réserves sur ces visuels, considérant qu’ils étaient de nature « à ridiculiser ou à choquer » les adeptes des rites concernés. Dès lors il devenait impossible pour les organisations de protection animale de lancer leur campagne d’affichage.

En attendant des annonceurs qui sauront comprendre que cette campagne n’a nullement pour but de choquer ou ridiculiser mais bien d’informer, les organisations entendent se servir du Net pour faire passer leur message auprès des consommateurs citoyens.

Le site spécifique www.abattagerituel.com est désormais à leur disposition pour une meilleure information.

Cruauté de l’abattage rituel

Les animaux non étourdis sont égorgés à vif, en pleine conscience, ils éprouvent des souffrances inacceptables. L’agonie des animaux peut durer jusqu’à 14 minutes chez les bovins (INRA 2009). Dans le cadre de l’abattage avec étourdissement, l’animal perd conscience et ne ressent pas de douleur lors de son égorgement. Les scientifiques consultés par la Commission européenne ont clairement déclaré : « En raison des graves problèmes de bien-être animal liés à l’abattage sans étourdissement, un étourdissement doit toujours être réalisé avant l’égorgement ».

Une dérogation qui devient une règle !

La réglementation européenne prévoit une dérogation à l’obligation d’étourdissement préalable des animaux uniquement dans le cadre strict de l’abattage rituel. Mais cette dérogation tend à devenir la règle dans de nombreux abattoirs, pour des raisons principalement économiques. D’après une enquête menée, en France, par l’OABA dans 225 établissement d’abattage : 28% des gros bovins, 43 % des veaux et 62 % des ovins-caprins sont abattus sans étourdissement. En 2008, une enquête de la Direction Générale de l’Alimentation reconnaissait que la moitié des ovins et caprins étaient abattus sans étourdissement.

Tromperie du consommateur

Le consommateur est volontairement tenu dans l’ignorance du mode d’abattage des animaux. Jusqu’à 60 % de la viande issue d’animaux abattus selon le rite musulman et jusqu’à 70 % pour le rite israélite se retrouvent dans le circuit classique à l’insu des consommateurs. Cette dérive, qui constitue une infraction à la réglementation, inquiète les autorités européennes qui envisagent la mise en place d’un étiquetage précisant le mode d’abattage de l’animal (avec ou sans étourdissement). Le ministre français de l’Intérieur n’a toutefois pas caché que le gouvernement s’opposerait à cette transparence et qu’il veillerait à ce que ce projet communautaire d’étiquetage des viandes n’aboutisse pas.

Réactions des parlementaires français

Le 15 septembre dernier, le Sénateur Nicolas About, déposait une proposition de loi « visant à limiter la production de viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement aux strictes nécessités prévues par la réglementation européenne ».

Une proposition de loi jugée digne d’être débattue puisque la Commission de l’Economie a en effet nommé un rapporteur, le sénateur Marcel Deneux, chargé d’auditionner différentes personnalités et de rédiger un rapport parlementaire sur la question de l’abattage rituel en France.

Le 9 novembre, le député de l’Aube, Nicolas Dhuicq annonçait le dépôt imminent d’une proposition de loi « visant à améliorer l’information du consommateur quant au mode d’abattage des animaux ».

Les huit organisations : Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoirs ; Fondation Brigitte Bardot ; Fondation Assistance aux Animaux ; Protection Mondiale des Animaux de Ferme ; Conseil National de la Protection Animale ; Société Nationale pour la Défense des Animaux ; Confédération Nationale des SPA de France ; Association Stéphane Lamart

Source: http://tinyurl.com/2eqqqyk

17/11/2010

Halal/casher : Baudis censure Brigitte Bardot !

Le Maître Censeur 2010…

Comme la liberté n’est plus qu’illusion dans notre pays, la campagne d’information concernant l’abattage halal/casher par la Fondation de BB en riposte à la campagne « Fièrement halal », vient d’être stoppée net dans son élan par l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité), chapeautée par Dominique Baudis, son nouveau président depuis octobre dernier, et président de l’Institut du Monde arabe, mis en cause pour ses notes de frais de nabab.

Le maître censeur Dominique Baudis, ancienne tête de liste de l’UMP dans le Grand Sud-Ouest en 2009 pour les européennes, a estimé que cette campagne d’information était de nature à « ridiculiser ou choquer » les adeptes des rites concernés, en l’espèce les musulmans et les juifs puisque l’abattage casher est sensiblement similaire au halal.


Cette mise à l’index signifie clairement que charbonnier n’est plus maître chez lui, dans ce vieux pays gallo-romain qu’est notre pays, la France.

Que l’on se rassure : la passionaria anti « Souchiens » Houria Bouteldja, cheffaillonne du Parti des indigènes de la République (PIR), n’a jamais été mise en cause par Baudis, bien qu’ayant été rémunérée par l’Institut du Monde arabe.

source : nationspresse.info