Francaisdefrance's Blog

09/03/2012

Les gens sont méchants… Nicolas Sarkozy, le dirigeant européen le moins populaire !

On a que le président que l’on mérite… Il a été élu en 2007 . Mais c’est bizarre: dès ses premiers « couacs », personne n’avait voté pour lui. En tout cas, on peut dire qu’il a marqué son mandat.

Et dire que maintenant, Carla craint pour sa santé. Et que lui-même nous a menacé de quitter la politique si il n’était pas réélu… On ne va pas se laisser avoir au chantage et à la stigmatisation, non?

FDF

.

Avec 58% d’opinions défavorables, Nicolas Sarkozy est, parmi les cinq puissances européennes, le chef d’Etat le moins populaire. Il est, en revanche, le plus connu des cinq.

Si, avec 93% de notoriété, Nicolas Sarkozy est le dirigeant européen le plus connu, il est le moins populaire des cinq principaux pays. C’est Angela Merkel, la chancelière allemande, qui domine le classement, avec 92% de notoriété et 50% de bonnes opinions. Le président de la République français arrive loin derrière avec seulement 33% de bonnes opinions et surtout 58% de mauvaises.

Deuxième sur le podium, David Cameron, le Premier ministre britannique, que 88% des personnes interrogées connaissent. Il recueille autant de bonnes opinions que de mauvaises, 44%. Suivent ensuite les deux nouveaux venus, Mario Monti, le président du Conseil italien, et Mariano Rajoy, le Premier ministre espagnol. Moins connus que les trois autres (74% de notoriété pour Monti et 63% pour Rajoy), ils n’ont pas forcément beaucoup plus de bonnes opinions que le chef de l’Etat français, mais ont moins d’opinions défavorables. Mario Monti recueille 36% d’opinions favorables, autant que de mauvaises. De son côté, Mariano Rajoy n’obtient que 27% d’opinions favorables mais seulement 34% de défavorables.

Source: http://www.ladepeche.fr/
.
Merci à Henri…

26/02/2012

Retours sur des traîtrises à l’encontre du peuple de France…

Montage d’illustration…

.

Petits rappels avant les présidentielles…

Vous allez adorer…

FDF

.

« Depuis cinq ans, aprés avoir promis l’inverse en 2007, ils ont ouvert tout grand les vannes de l’immigration:

200 000 entrées et 100 000 naturalisations par an.

 
Aujourd’hui, à la veille d’une élection importante, ils nous font miroiter la possibilité d’un referendum sur le sujet,  déclarant doctement que « l’immigration est un problème« , ce que nous crions depuis quarante ans!
(http://www.francesoir.fr/actualite/politique/le-sarkozyste-guaino-juge-que-l-immigration-est-un-probleme-188264.html)
 
Désolé, Messieurs, la ficelle a trop servi. Votre « referendum » est à ranger au placard, avec le karcher.
 

UN REFERENDUM SUR L’IMMIGRATION ??

Encore faudrait-il savoir comment il sera formulé : moins d’immigration, suppression de l’immigration ou… plus d’immigration  ?

Il est alors bon de rappeler 2 Points :
 
1 – Qu’en sera-t-il de la Résolution de Strasbourg signée en 1975 ?

conséquence du premier choc pétrolier :
RESOLUTION DE STRASBOURG SIGNEE EN 1975
et création de deux institutions méconnues du grand publique.
– L’UIPA (Union InterParlementaire Arabe)
– L’Association PAEAC (Association Parlementaire pour la coopération Euro-Arab)
 

Passage significatif de cette Résolution :

« L’Association parlementaire pour la Coopération euro-arabe demande aux gouvernements européens de prendre des mesures spéciales pour assurer la libre circulation des travailleurs arabes qui émigrent en Europe… ces droits doivent être équivalents à ceux des citoyens nationaux… permettre aux immigrés et à leurs familles de pratiquer la vie religieuse et culturelle propre aux Arabes… nécessité de créer, à travers la presse et les autres organes d’information, un climat favorable aux immigrés et à leurs familles… exalter, par le biais de la presse et du monde académique, la contribution apportée par la culture arabe au développement européen… les immigrés ont aussi le droit d’exporter en Europe leur culture, d’en faire la propagande et la diffusion… »

 

Immigration, islamisation, discrimination « positive », reniement de nos fondements culturels. Tous ces éléments de la démission de nos pseudos-élites, face aux exigences d’un envahisseur qui ne tire sa force que de notre faiblesse, sont contenus dans ce fameux pacte honteux sans précédent dans l’histoire européenne. La complaisance de nos dirigeants à l’égard de l’Islam y trouve son explication :

Chantage à la « dette » coloniale, chantage au pétrole, chantage au terrorisme

Sont les principaux ingrédients d’une stratégie qui aboutit à la subordination progressive de l’Europe.

JUSQU’A QUAND ?

Et, comme la conférence organisée le 15 juin 2010 sur la coopération Algérie-Europe le stipule, une zone de libre échange est planifiée entre l’Europe et l’Algérie pour 2017. Comprenant évidemment la libre circulation des individus.

2 – N’oublions pas aussi toutes les déclarations de SARKOZY

NICOLAS SARKOZY

MINISTRE ET CANDIDAT à l’élection présidentielle 2007

« La France est un pays qui s’est construit sur la diversité et sur l’immigration. Ça doit continuer. »
Nicolas SARKOZY, alors Ministre de l’Intérieur, le Monde 08/04/2003.

« Aujourd’hui la France profonde est celle des banlieues à majorité musulmane. »

Nicolas SARKOZY, le 19 septembre 2005 à l’Institut.

« Je veux être le président d’une France qui aura compris que la création, demain, sera dans le mélange, dans l’ouverture, dans la rencontre, je n’ai pas peur du mot,… dans le métissage. »

Nicolas Sarkozy, Discours du congrès de l’UMP, 14 janvier 2007.

« La France éternelle, ce n’est pas la France éternellement identique. C’est la France […] qui se métamorphose tous les jours. C’est la France dont le visage change à chaque fois que parmi les Français apparaît un nouveau visage […] C’est l’intelligence collective qui enfante l’avenir, c’est le métissage des cultures et des idées, le mélange, le brassage qui est la principale force de création dans tous les domaines. »

Nicolas SARKOZY, Discours de Besançon, 13 mars 2007

NICOLAS SARKOZY PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

« Le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme ne s’expliquent pas, ils se combattent. Ce qui vaut pour la France vaut partout ailleurs. Il n’y a rien de plus semblable à un antisémite qu’un islamophobe. Tous deux ont le même visage, celui de la bêtise et de la haine […] La civilisation méditerranéenne n’a jamais été grande que par l’échange, le mélange, et j’ose le dire, le métissage. Elle ne résistera pas autrement demain à l’aplatissement programmé du monde […] La diversité, l’échange, le métissage, l’ouverture à l’autre, tels sont les principes qui doivent fonder l’Union de la Méditerranée ».

Nicolas SARKOZY, lors de sa visite en Algérie, début décembre 2007

« N’en déplaise à quelques-uns que je combats, l’islam, c’est aussi une partie de la France. »

Nicolas SARKOZY, le 1/10/2007 à la Grande Mosquée de Paris à l’occasion de la rupture du jeune

« L’islam, c’est le progrès, la science, la finesse, la modernité. »

Nicolas SARKOZY, le 17 juillet 2008 lors de la pose de la première pierre des nouvelles salles des arts de l’islam au Louvre.

« Les antisémites, les islamophobes, les racistes n’ont rien à faire sur le territoire de la République française. »

Nicolas SARKOZY, Mars 2009.

« Je pense que les Français attendent une France d’après (…) C’est une France où l’expression « Français de souche » aura disparu. »

Nicolas SARKOZY, Extraits de « Témoignage »

ET CERISE SUR LE GATEAU :

CARLA BRUNI-SARKOZY
son épouse et Première Dame de France

« Les Français sont des minables et négatifs. »

  Carla Bruni – Interview au Dailynews le 19 Janvier 2008.  

« Cette société multiculturelle, cette mini-France des potes […] les gens des cités doivent devenir le pouvoir. »

Carla Bruni, le 9/11/2008 dans  le journal du Dimanche  

ALAIN JUPPE  EX PREMIER MINISTRE UMP
ET  ACTUEL MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

 

« La France est islamo-compatible. »
Alain JUPPÉ – 9 décembre 2009 sur Europe1.  

« La véritable question est de savoir si oui ou non nous sommes prêts à continuer à assurer notre tradition d’accueil et en particulier vis-à-vis de la communauté musulmane. Moi, naturellement, je réponds oui à cette question. »

Alain JUPPÉ – Déclaration du 21 décembre 2009

BRICE HORTEFEUX EX MINISTRE DE L’INTERIEUR EN 2010

« Désormais chaque policier devra intégrer dans son cursus de formation les principes religieux coraniques, notamment connaître les coutumes de l’Islam, les fêtes religieuses et les principaux versets du Coran afin de mieux comprendre ces populations nombreuses qui vivent sur NOTRE sol. Qu’il connaisse un minimum de vocabulaire arabe pour une meilleure compréhension afin de ne pas heurter leur sensibilité (sic) lors des contrôles d’identité, interrogatoires, etc. »

Brice HORTEFEUX – Ministre de l’Intérieur à J.J.BOURDIN sur RMC, le 30 Avril 2010. »

Merci à R.S.

20/10/2011

Il est né, le « divin enfant » !!!

Et ben; on n’ a pas fini d’en causer.

19 octobre 2011: et la face du monde commença à changer…

« Carla Bruni-Sarkozy serait traitée « comme toutes les autres mamans »; avec un petit plus: des policiers en civil, des fonctionnaires de police, des barrières de sécurité, un périmètre de sécurisation et un filtrage des accès à la clinique. Des broutilles, quoi. Il manque quelques cars de CRS…

Souhaitons à la grande famille royale qu’ils aient au moins droit aux avantages des familles nombreuses.

FDF

Même Martine Aubry s’est réjouit !

.

Carla Bruni-Sarkozy a accouché d’une petite fille !


Carla Bruni-Sarkozy a donné naissance à une petite fille ce mercredi, à la clinique de la Muette à Paris, selon Europe1 et BFMTV. Son prénom n’est pas encore connu

Entrée à la clinique en milieu de matinée, Carla Bruni a reçu une brève visite de Nicolas Sarkozy dans l’après-midi avant que celui-ci ne s’envole pour une rencontre avec Angela Merkel à Francfort. Il doit être de retour dans la soirée. 

C’est le second enfant pour la Première dame, déjà mère d’un petit Aurélien avec Raphael Enthoven. Nicolas Sarkozy à quant à lui déjà trois fils: Pierre et Jean, les fils de Marie Dominique Culioli; et Louis, avec Cécilia Cyganer. 

L’accouchement était pourtant prévu pour le 3 octobre, selon le grand-père de l’enfant, Pal Sarkozy. Et depuis plusieurs semaines, les médias guettaient la naissance de l’enfant. De nombreux journalistes se sont rendus devant la clinique. Ce mercredi, Nicolas Sarkozy, est arrivé peu avant 16h00 à la clinique, il en est ressorti une demi-heure plus tard.  


Carla Bruni n’a jamais annoncé officiellement cette grossesse. Durant les dernières semaines, elle avait expliqué son silence par le fait que le sujet « n’intéréssait pas » les Français. Elle a également déclaré qu’elle « n’exposerait jamais » son enfant. 

Le père de Nicolas Sarkozy, Pal, avait été moins discret dans la presse allemande: « l’enfant sera baptisée dans la religion catholique romaine », avait-il déclaré, avant de se rétracter. 

Quant aux alentours du bâtiment, ils sont le théâtre d’une effervescence accrue depuis que Voici et Closer ont annoncé l’arrivée de Carla Bruni-Sarkozy à La Muette. Mais les journalistes sont maintenus à 200 mètres de l’entrée, derrière une barrière de sécurité. Des policiers en civil les surveillent. Des fonctionnaires de police ont également été positionnés aux carrefours environnants. La préfecture de police avait déjà annoncé il y a neuf jours la mise en place d’un « périmètre de sécurisation » aux abords de la clinique pour filtrer les accès. 

Lundi, la clinique expliquait pourtant que Carla Bruni-Sarkozy serait traitée « comme toutes les autres mamans » – avec toutefois « un dispositif un peu plus élaboré » pour accueillir les personnes chargées de sa sécurité.

Source: http://www.lexpress.fr/


17/07/2011

Présidentielles de caniveau.

Rarement on avait vu des élus et politiciens tomber si bas… Je ne sais vers quelle présidentielle on va, mais on y va. Immersion dans les cours de récré de la politique…
FDF

.

Tous les coups sont permis…

Fillon attaque Eva Joly sur sa binationalité

François Fillon a continué, hier, à être la cible de la gauche pour ses propos contre la candidate écologiste Eva Joly, qui avait proposé de supprimer le défilé militaire du 14 juillet, une «fête qualifiée de républicaine et populaire dont la suppression affaiblirait le lien qui lie l’armée à la Nation», avait déclaré le Parti radical de gauche. Le Premier ministre avait créé la polémique en reprochant à la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts de ne pas avoir une « culture très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises, de l’histoire française ». La polémique s’est poursuivie, hier, sur le terrain de la binationalité (Eva Joly est franco-norvégienne) et de la distinction faite implicitement par le Premier ministre entre les Français de naissance et ceux qui sont naturalisés. L’ex-magistrate s’est défendue de nouveau en qualifiant « d’hypocrisie dangereuse » la démarche de François Fillon qui prétend « défendre la République en agitant le démon des origines ». À gauche, les critiques n’ont pas manqué. « Est-ce que l’on va reprocher à Madame Carla Bruni-Sarkozy sa double nationalité ? », a déclaré Daniel Cohn-Bendit, député européen (EELV). Choqué, François Hollande, candidat à la primaire de la gauche, estime « qu’il n’y a pas deux catégories de Français : ceux qui pourraient parler car ils sont nés en France et les autres. Il n’y a que des Français. On peut dénoncer ce qu’Eva Joly a dit mais on n’a pas le droit de lui reprocher son propos. Elle est en France depuis 30 ans. Aucun débat n’est interdit. Nous sommes tous Français ». La socialiste Martine Aubry a pour sa part estimé que l’attaque du Premier ministre ressemblait fortement « aux thèses du Front national ».

A neuf mois de l’élection présidentielle, les attaques personnelles, les coups bas, ont remplacé les idées et les programmes des candidats. Les attaques personnelles succèdent aux rumeurs. Et cette campagne où les uns et les autres s’accusent mutuellement a démarré depuis plusieurs semaines. C’est à croire que la présidentielle ne connaîtra pas de répit estival. La polémique provoquée par les propos d’Eva Joly sur le 14-Juillet confirme que la campagne de la présidentielle 2012 a commencé dans une violence de ton pour le moins inquiétante. Que ces déclarations soient maladroites, c’est une évidence. Valaient-elles pour autant à la candidate écologiste d’être traitée « d’anti France » par le député UMP Guy Teissier, prompt à jouer sur la corde xénophobe ? Non, bien sûr. Faire référence à « l’anti France », c’est employer l’expression utilisée par l’extrême droite lors de l’affaire Dreyfus puis au début XXe siècle pour discréditer la gauche et entretenir un climat pourri dans la vie politique. L’UMP devrait donc surveiller son langage si elle ne veut pas que la campagne dégénère, car on peut faire confiance à Marine Le Pen pour lui emboîter le pas, voire surfer sur la surenchère. Déjà, les rumeurs ternissent la vie politique depuis quelques semaines. Elles visent Martine Aubry. « C’est dégueulasse », a déclaré Jean-Louis Borloo, en apportant son « soutien » sur ce point à la socialiste. Lui-même n’a pas été épargné par les campagnes insidieuses. « Ça fait des années que je vis avec l’idée que je suis alcoolique et que je me lave pas. J’en ai souffert. Quand on est un personnage public, c’est terrible et profondément destructeur », a-t-il avoué. Sur le 20 h de France 2, il y a quelques jours, François Hollande avait déclaré qu’il ne voulait pas que l’élection se déroule « dans un marécage ». Dominique de Villepin avait récemment qualifié d’« ignobles » les attaques visant la patronne du PS. « D’où qu’elles viennent, elles sont scandaleuses et elles n’ont rien à voir avec la politique », a dit l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac.

A couteaux tirés…

Face aux rumeurs, certains ne résistent pas. En 1993, Pierre Bérégovoy s’est suicidé à la suite de la défaite électorale des socialistes, persuadé que la campagne menée contre lui dans le cadre d’un prêt privé qu’il avait contracté avait pesé dans la débâcle de la gauche. Sous le Front Populaire, un autre socialiste, Roger Salengro, a mis fin également à ses jours à la suite de la campagne haineuse et mensongère de l’extrême droite qui l’accusait d’avoir été un déserteur. Rumeurs et calomnies ont toujours fait partie de la vie politique et des campagnes électorales à des degrés divers. Mais il faut savoir qu’elles peuvent conduire au pire. D’autant qu’aujourd’hui, à travers Internet, leur puissance et leur nuisance sont démultipliées. Depuis quelques semaines, des ténors de droite comme de gauche trouvent que l’atmosphère de ce début de campagne est malsaine. Il serait bon que tous les protagonistes de la présidentielle 2012 en prennent conscience.


La guerre des petites phrases

Les joutes sont ouvertes depuis le début de l’été entre les politiques qui, de droite et de gauche, montrent les crocs et ne se montrent pas avares en tacles assassins. « Les propos du Premier ministre puent la xénophobie », a déclaré Manuel Valls, candidat à la primaire de la gauche qui a volé au secours d’Eva Joly. Le Premier secrétaire du PS par intérim, Harlem Désir, a accusé le Premier ministre de se faire « le porte-parole et le champion d’une droite lepéno-compatible ». Jean-François Copé, le secrétaire général de l’UMP, a jugé les propos d’Eva Joly choquants : « Ils sont tellement dérisoires au regard de ce qui se passe aujourd’hui en Europe et dans le monde. Ils sont indignes et dérisoires à la fois. » Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement, a estimé que les attaques de la gauche contre François Fillon étaient une « tentative acrobatique de se ressouder après les propos extrêmement malheureux d’Eva Joly ». Pour Laurent Wauquiez, le ministre de l’Enseignement supérieur, « il ne faut pas être dupe de l’écran de fumée construit par les leaders de la gauche pour tenter de faire oublier cette proposition scandaleuse qui discrédite leur principale alliée ». La ministre des sports Chantal Jouanno, invitée à commenter le possible retour en politique de Dominique Strauss-Kahn avait déclaré que DSK n’a pas « donné une image extrêmement positive ces derniers temps, entre ses goûts de luxe et d’autres sujets ».


Quand la rumeur s’invite dans la présidentielle

Martine Aubry

Martine Aubry a fait l’objet de rumeurs, relayées sur Internet concernant son état de santé . La candidate à la primaire de la gauche les appelle « les boules puantes ». Elle soupçonne l’entourage de Nicolas Sarkozy de les distiller à bon escient : en cause, son soi-disant « alcoolisme présumé » et la prétendue sympathie de son époux Jean-Louis Brochen pour les « islamistes ». L’affaire a fait grand bruit. La maire de Lille, candidate socialiste à la primaire de la gauche, a décidé de porter plainte pour couper court à ces rumeurs nauséabondes. «Je suis blindée», a-t-elle avancé.

JL Borloo

Jean-Louis Borloo, accro à la dive bouteille ? « Les rumeurs, c’est un truc épouvantable. Moi, cela fait des années que je vis avec l’idée que je bois, que je suis alcoolique ou que je me lave pas », a confié le candidat potentiel des centristes de la majorité à la présidentielle. Mais contrairement à d’autres personnalités politiques, l’ancien ministre ne croit pas aux manipulations politiques. « Je ne crois pas que ce soit les adversaires politiques

[…] que ce soit l’UMP ou d’autres[…] Je pense que c’est juste un monde moderne, un peu étrange où l’on peut parler de tout sur tout. Cela s’appelle juste de la malveillance », dit-il.

Nicolassarkozysme

Depuis son élection en 2007 à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy n’a pas échappé à la rumeur. Une rumeur qui, un temps, a spéculé sur des liaisons extraconjugales du couple présidentiel. La rumeur qui prêtait des liaisons entre Carla Bruni et le chanteur Benjamin Biolay d’une part, entre Nicolas Sarkozy et la ministre Chantal Jouanno d’autre part, a fait jaser et provoqué de vives réactions dans l’entourage du chef de l’État. À la base, un « Tweet » daté du 24 février 2010 évoquant ces ragots qui ont été repris sur les sites internet.


Il reste encore 281 jours avant le premier tour de la présidentielle de 2012 qui aura lieu le dimanche 22 avril. D’ici là, coups bas, rumeurs et phrases assassines vont alimenter la chronique politique.
Source: http://www.ladepeche.fr/

30/08/2010

Affaire Sakineh Mohammadi-Ashtiani: Carla Bruni et Isabelle Adjani insultées par l’Iran.

Barbe naissante… Pas bon, ça.

Quand on aura compris, en France plus particulièrement, que la « médiato-politico-récupération » ne paie plus, on aura avancé d’un grand pas… En outre, MAHMOUD AHMADINEJAD n’attendait que ça pour affirmer plus encore son mépris de la France et du monde Occidental… Faut pas tomber dans le piège permanent de ce maboule… Il tient tout le monde en haleine avec cette affaire; et il doit bien se marrer de voir comment nous réagissons. On passe encore pour des cons.
FDF


30.08.10

Elles ont soutenu Sakineh, la femme condamnée à mort par lapidation…

Attaquées pour avoir soutenu Sakineh Mohammadi Ashtiani. Carla Bruni et Isabelle Adjani, qui ont toutes les deux signé la pétition réclamant la libération de cette Iranienne condamnée à mort par lapidation pour avoir trompé son mari, ont été insultées par l’Iran en retour.

Kayhan, un journal sous le contrôle du gouvernement iranien, les traitent de «prostituées» dans un édito, selon le Telegraph. La télévision d’Etat, elle, accuse Carla Bruni d’«immoralité».

L’Iran a rappelé samedi que la justice n’avait pris aucune décision finale sur la lapidation de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, et a rejeté les pressions de l’Occident qui s’est mobilisé en faveur de l’Iranienne.

Source: http://tinyurl.com/342877n