Francaisdefrance's Blog

13/02/2012

Incroyable! Le «pousseur du métro» de la Défense acquitté !!!

Déclaré irresponsable, le mec! Tentative de meurte, ça n’existe plus, chez nous? On se fout encore de nous…

 Il faut le croire… On marche (encore) sur la tête. Mais où est la logique, là dedans ? Et un schizophrène en liberté, un !!!

Là, je suis pour la charia: amputation de la jambe pour qu’il voit ce que ça fait… Mais non, j’déconne.

Faudra faire attention si il redescend dans le métro, ce dingue. Il peut avoir une « rechute ». Mais comme il est irresponsable, on va dire qu’il était parti s’amuser dans le métro…

FDF

.

Ahmed ZOBIR  l’avait poussé  sous le métro;  il avait  perdu une jambe !

.

A l’énoncé du verdict, la victime, sonnée, n’a pas souhaité s’exprimer. Renaud Roussillon, qui a perdu une jambe dans l’attaque, avait décrit avec émotion le calvaire qu’il endure depuis le 10 avril 2009. «Être debout c’est une chose, reprendre position dans la société en est une autre

Une peine de 20 ans de réclusion criminelle avait été requise, vendredi, contre Ahmed Zobir par l’avocat général qui avait déclaré l’accusé responsable de ses actes.

Ahmed Zobir, ce SDF qui avait précipité un voyageur sur les rails de la ligne 1, en 2009, a été jugé irresponsable. La victime a perdu une jambe lors de l’agression.

La cour d’assises des Hauts-de-Seine a acquitté vendredi Ahmed Zobir, un SDF de 37 ans, qui avait poussé en avril 2009 un voyageur sous une rame de métro à La Défense. La juridiction, qui a reconnu l’irresponsabilité pénale de l’accusé au moment des faits, a également ordonné son hospitalisation d’office immédiate.

A l’énoncé du verdict, la victime, sonnée, n’a pas souhaité s’exprimer. Une peine de 20 ans de réclusion criminelle avait été requise, vendredi, contre Ahmed Zobir par l’avocat général qui avait déclaré l’accusé responsable de ses actes. «Un psychotique ne s’excuse pas comme il l’a fait, le psychotique ne craint pas ses codétenus lors des promenades», avait-il insisté alors que deux des trois expertises psychiatriques de l’accusé ont conclu à une abolition de son jugement au moment de l’acte.

Interrogé sur le fait de savoir s’il relevait de la psychiatrie ou de la justice, Ahmed Zobir avait, lui, répondu au cours de son procès: «La justice». «Je crois que je vais être condamné, je ne sais pas», avait précisé celui que son avocat présentait comme un schizophrène.

«J’avais entendu des insultes»
Jeudi, au premier des deux jours du procès, Renaud Roussillon, qui a perdu une jambe dans l’attaque, avait décrit avec émotion le calvaire qu’il endure depuis le 10 avril 2009. «Être debout c’est une chose, reprendre position dans la société en est une autre». «Je travaillais à la Défense, je devais me rendre sur un chantier à La Courneuve. Je m’étais mis sur le quai à un endroit où il n’y avait pas trop de monde, s’est souvenu le père de deux enfants. «Je regardais une affiche publicitaire. Le métro était en train d’arriver. Puis… Puis Je me suis réveillé six jours plus tard sur un lit d’hôpital. On m’a raconté ce qui s’était passé et un chirurgien m’a dit que j’avais été amputé d’une jambe».

L’architecte d’intérieur de 43 ans ne connaissait pas son agresseur. Dans une vidéo diffusée à la cour, la scène, enregistrée par les caméras de la RATP, est d’une violence inouïe. On y voit l’accusé se jeter sans raison apparente, les deux bras en avant, sur la victime de dos, après avoir pris soin de s’assurer que la rame de métro entrait dans la station. Sur le quai, personne ne semble réaliser ce qui vient de se passer, si ce n’est un voyageur qui prend aussitôt la fuite et un employé de la RATP, qui s’empresse de couper le courant. La jambe de Renaud Roussillon, coincé sous la deuxième porte du premier wagon, avait été sectionnée alors que le SDF de 37 ans prenait la fuite avant d’ être interpellé une heure plus tard.

Lors de sa garde à vue, l’accusé, lui, a explique avoir été «un peu échauffé de la tête» et «avoir manqué de contrôle» ce matin-là du 10 avril 2009. «J’avais entendu des insultes», argue-t-il. Jeudi, face à sa victime qui racontait péniblement sa descente aux enfers, l’accusé n’avait rien laissé transparaître avant de prononcer à voix basse des excuses.

Source: http://www.lefigaro.fr/

25/11/2011

Une journaliste de France 3 frappée et agressée sexuellement en Egypte !

Je sais bien que l’information est primordiale. Je sais bien. Mais cette journaliste savait ce qu’elle risquait en allant faire son travail chez ces sauvages. Peut-être pas à ce point là, mais bon. Il faut envoyer des reporters masculins avertis et « aguerris », sur ces terres de combat et de révolution. Et bien les entourer.

Quand on aura compris ça…

FDF

.

Présente au Caire pour un reportage, la journaliste de France 3 Caroline Sinz a vécu un véritable cauchemar ce jeudi. En compagnie de son caméraman Salah Agrabi, elle a été prise à partie dans une rue reliant la place Tahrir au ministère de l’intérieur. « Nous étions en train de filmer dans la rue Mohamed Mahmoud quand nous avons été assaillis par des jeunes de quatorze ou quinze ans« , explique la journaliste à l’AFP.

Entraînés manu militari vers la place Tahrir, ils ont ensuite été séparés. « Nous avons alors été agressés par une foule d’hommes. J’ai été tabassée par une meute de jeunes et d’adultes qui ont arraché mes vêtements« , indique la journaliste de France 3, précisant avoir été victime d' »attouchements« . Elle ajoute : « Quelques personnes ont essayé de venir m’aider sans y parvenir. J’étais lynchée. Cela a duré environ trois quarts d’heure jusqu’à ce qu’on puisse m’extraire. J’ai cru que j’allais mourir« . Son caméraman a également été tabassé.

Secourue par des Egyptiens présents à proximité, Caroline Sinz a pu rejoindre son hôtel, où elle a reçu l’assistance de l’ambassade de France.

La journaliste de France 3 a évoqué son calvaire face caméra jeudi dans Soir 3:  http://tinyurl.com/bst3cq3

Source: http://www.ladepeche.fr/


12/11/2011

Enfin! Un violeur multirécidiviste prend 30 ans de prison… Mais il n’en fera que 20, tout au plus.

On n’y croyait plus… Peut-être l’effet médiatique de l’affaire de la petite Océane (pauvre gamine…)? Comme si il avait fallu attendre des horreurs pareilles pour s’intéresser de plus près à ces violeurs multirécidivistes qui traînent toujours dans nos rues car « soumis à un suivi médico-judiciaire »… On voit ce que ça donne.

Une justice plus expéditive serait le remède; mais ça, « on » s’insurge quand je l’évoque. Alors laissons les violeurs de ce genre se balader tranquillement dans nos villes. Mais si un jour, un « Bouzhour » ou autre malade s’en prenait à quelqu’un de ma famille, je pense qu’il n’arriverait pas jusqu’à son jugement… La justice se doit d’être BIEN faite!

FDF

.

La cour d’assises a très lourdement condamné, Hicham Bouzhou un violeur récidiviste, mercredi soir. Jugé à huis clos, Hicham Bouzhour, un Montpelliérain de 35 ans, a écopé de trente ans de réclusion criminelle : Il ose nier les faits!
Et la récidive pour laquelle il vient d’être condamné est quasiment identique.

Nuit de cauchemar
Il l’a étranglée à deux reprises et l’a violée toute la nuit sur le palier de son immeuble
Toujours dangereux :  en 2000, il avait violé une jeune femme durant une nuit entière.
« Les expertises ont montré qu’il peut encore être dangereux lorsqu’il boit, que l’on n’est donc pas à l’abri d’une récidive.
Hicham Bouzhour, déjà condamné à vingt reprises essentiellement pour des faits de violences, souffrant d’un alcoolisme lourd et chronique.

VOILA UNE PREUVE DE PLUS, SI BESOIN ÉTAIT QUE, POUR CES PERSONNES Là, LA FEMME  EST JUSTE UN OBJET  SEXUEL, et JUSTE UNE CITOYENNE DE SECONDE ZONE   comme  dit dans leur livre de la haine.
VOILA, MESDAMES,  ce que vous réserve la sharia   et l’islam,  alors battons nous pour ne pas laisser entrer ces horreurs  sur nos terres

JC JC…

________________________________________________________________________________________________________________________________



La cour d’assises a très lourdement condamné un violeur récidiviste, mercredi soir. Jugé à huis clos, Hicham Bouzhour, un Montpelliérain de 35 ans, a écopé de trente ans de réclusion criminelle, assortis d’une peine de sûreté de vingt ans durant laquelle il ne pourra pas demander de libération conditionnelle. Et à sa sortie – pas avant 2031 donc – il sera encadré par un suivi sociojudiciaire.

Il ose nier les faits
Jusqu’au bout, l’accusé a nié les faits, affirmant que la victime était consentante, sans convaincre personne, son avocat n’osant même pas demander l’acquittement. Condamné à vingt-deux reprises par la justice, souffrant de graves problèmes d’alcool, il avait déjà écopé de huit ans de prison devant cette même cour d’assises de l’Hérault : dans un squat, aux Beaux-Arts, en 2000, il avait violé une jeune femme durant une nuit entière.
Récidiviste
Et la récidive pour laquelle il vient d’être condamné est quasiment identique. Dans la nuit du 10 juin 2009, cours Gambetta, il se jette sur une femme de 32 ans, qui rentre chez elle en vélo. Alors qu’elle pénètre dans son immeuble, il la saisit par le cou et lui dit, selon le récit de la victime à la barre : « Je vais t’égorger et demain on parlera de notre histoire dans Midi Libre. »
Nuit de cauchemar
Il l’a étranglée à deux reprises et l’a violée toute la nuit sur le palier de son immeuble, essayant même de la jeter dans l’escalier. Terrorisée, sans défense, la jeune femme a vécu un cauchemar dont elle restera marquée à vie.
« Le calvaire qu’elle a vécu a duré six heures, c’était une séance de torture et, pour elle, la vraie crainte était de mourir, explique son avocat, Me Mickaël Poilpré. Elle a eu tellement peur de mourir que le viol était accessoire, ça faisait partie du décor qui allait l’amener irrémédiablement à la mort. »
Car elle a certainement sauvé sa vie en adoptant un double comportement. D’abord, en laissant faire son agresseur sans tenter de se défendre trop. Les experts psychiatres ont confirmé qu’il aurait pu la tuer si elle avait trop résisté. Ensuite, les faits se déroulant dans la pénombre, elle a refusé de voir son visage de peur qu’il lui reproche de pouvoir le reconnaître et donc qu’il décide de l’éliminer.
ive. Et il n’a pas reconnu le statut de victime à la plaignante« , avance de son côté l’avocat général Jean-Jacques Planchon, qui a requis et obtenu ces trente ans de réclusion.

Source: http://www.midilibre.fr

11/08/2011

Qui n’a pas couché avec DSK ???

Moi, déjà…

Une petite coupure de presse. On devine le prochain scoop de cette affaire qui traîne (volontairement) en longueur. Il faut bien tenir le peuple en attendant 2012 et faire oublier la pilule de la crise…

FDF

.

08/11/2010

Message des archevêques d’Irak aux Chrétiens de France…

Il faut qu’ils abandonnent le terrain, et vite. Qu’ils reviennent en terres chrétiennes où l’on a grand besoin d’eux pour enrayer l’invasion islamiste. S’ils restent là-bas, je ne donne pas cher de leur vie…

FDF

.

L’appel au secours des chrétiens d’Irak.

Une veillée organisée par les chrétiens de Bethléem, en mémoire du massacre dont ont été victimes ceux de Bagdad.
Une veillée organisée par les chrétiens de Bethléem, en mémoire du massacre dont ont été victimes ceux de Bagdad. Crédits photo : MUSA AL-SHAER/AFP

Un message adressé par les cinq archevêques du pays a été lu dimanche dans toutes les églises de France.

» Survivant du massacre de la Toussaint, Talal veut prendre le chemin de l’exil

L’onde de choc est terrible et l’appel au secours, poignant. Moins d’une semaine après l’attentat qui a visé la cathédrale syriaque catholique de Bagdad, les cinq archevêques d’Irak viennent d’adresser un message implorant la compassion de leurs «frères de France». Dimanche, ce texte a été lu dans toutes les paroisses du pays. Il n’y a pas une Église catholique du monde qui ne se mobilise, par la prière et la solidarité, pour venir en aide aux chrétiens irakiens, encore désignés après l’attentat, par al-Qaida, comme des «cibles légitimes».

Les cinq archevêques écrivent: «Notre calvaire est lourd et il nous paraît long. Le carnage qui a eu lieu à la cathédrale Notre-Dame du Perpétuel Secours de Bagdad, avec 58 morts, parmi lesquels deux jeunes prêtres et 67 blessés dont un prêtre, nous a profondément secoués. Nous perdons la patience, mais nous ne perdons pas la foi et l’espérance. Cet événement d’une telle ampleur qui se produit juste après la tenue du synode nous choque encore plus. Ce dont nous avons besoin c’est de votre prière et de votre soutien fraternel et moral. Votre amitié nous encourage à rester sur notre terre, à persévérer et à espérer. Sans cela nous nous sentons seuls et isolés. Nous avons besoin de votre compassion face à tout ce qui vient toucher la vie des innocents, chrétiens et musulmans. Restez avec nous, restez avec nous jusqu’à ce que soit passé le fléau. Que le Seigneur nous protège tous.».

Ces cinq-là – Athanase Matti Matoka, archevêque de Bagdad des Syriens, Louis Sako, archevêque de Kirkouk des Chaldéens, Emil Nona, archevêque de Mossoul des Chaldéens, Basile Georges Casmoussa, archevêque de Mossoul des Syriens, Bachar Warda, archevêque d’Erbil des Chaldéens – étaient, il y a encore quinze jours, à Rome pour participer au synode sur le Proche-Orient. Avec eux, Benoît XVI avait invité pour agir tous les évêques et experts religieux des dix pays de cette région du monde, de façon à endiguer le phénomène de diaspora des chrétiens vers l’Occident et à renouveler un dialogue avec les musulmans modérés, contre l’islam radical.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, avait aussi été invité par le Pape à ce synode, conclu le dimanche 24 octobre après deux semaines de travaux. Vendredi, à Lourdes, il a lu l’appel des évêques irakiens devant la centaine d’évêques français réunis en assemblée plénière, André Vingt-Trois n’a donc pas caché sa «grande émotion» en assurant, dans une réponse écrite, de la «prière» et du «soutien et l’amitié» des catholiques de France. Ils «ont été profondément choqués», assure le président des évêques. Ils appuient, dit-il encore, «votre désir légitime de demeurer sur votre terre où les chrétiens sont présents depuis les premiers siècles».

«Violence absurde»

En conclusion, l’archevêque de Paris a assuré : «Nous parlons de vous autour de nous et nous insistons pour que les instances internationales prennent la mesure de votre détresse et agissent avec fermeté.» Mais il a aussi souhaité «que l’Esprit de Dieu (…) fasse grandir dans le cœur de tous les hommes, de quelque religion qu’ils soient, le désir de la paix véritable et de la justice».

Dans sa cathédrale, Notre-Dame de Paris, une messe est organisée ce dimanche, à 18 h 30, par l’Œuvre d’Orient, à l’intention des victimes de cet attentat. À Rome, cette semaine, Benoît XVI s’est dit «profondément touché» par ces «attaques barbares». Le Pape a condamné «cette violence absurde, d’autant plus féroce qu’elle a touché des personnes sans défense, rassemblées dans la maison de Dieu, qui est une maison d’amour et de réconciliation»…

Suite et source: http://tinyurl.com/24g6pkc