Francaisdefrance's Blog

08/02/2011

La racaille s’en prend aux bateliers, maintenant !

Ca non plus, on ne le savait pas… Et pourtant, ce sont malheureusement des pratiques courantes… Il faudrait armer les péniches de lance-flammes. Non?

FDF

.

Pluie de pavés sur la péniche L’Occitania !

Christian Moutous, directeur de l'Occitania et Laurence Pourquier, capitaine./ Photo DDM, Thierry Bordas
Christian Moutous, directeur de l’Occitania et Laurence Pourquier, capitaine./ Photo DDM, Thierry Bordas

Pour Christian Moutous, patron de la péniche l’Occitania, « il faut siffler la fin de la récré ». Samedi soir, vers 22 heures, alors que son bateau navigue avec une quarantaine de passagers aux alentours de Rangueil, 4 individus cagoulés surgissent des accotements et se mettent à jeter des pavés vers le navire. Bilan : une dizaine de vitres fêlées et une belle frayeur pour les clients – il s’agissait heureusement d’un verre de sécurité très épais.

Un incident loin d’être un cas isolé « en quelque temps, on est passé d’un à 4 ou 5 cas de caillassages par an pour l’ensemble des bateliers du canal-du-midi », et d’ajouter « la cadence semble s’accélérer, ça devient franchement dangereux ; mais il faut toujours garder à l’esprit que le canal traverse un milieu urbain, avec tout ce que cela peut engendrer ». Ces actes s’ajoutent au dépôt de divers détritus et encombrants dans le canal qui « bloquent les hélices et abîment la coque des péniches » et dont la réparation nécessite presque à chaque fois une plongée sous l’embarcation qu’il pleuve, vente ou qu’il neige. « On n’a pas les moyens de remettre à chaque fois nos navires à la cale. Il faut agir en amont ». En ce sens, l’UMIH-Batellerie a émis une liste de propositions, base à une concertation plus large, en partenariat avec la mairie, pour sensibiliser et faire cesser ces incivilités.

Source: http://www.ladepeche.fr/

07/11/2010

Ras le bol de ces racailles !

Il faudrait « s’en farcir un », de temps en temps, pour l’exemple…

FDF

.

Toulouse: jets de pierres et coups de feu contre un bus !

Les bus sont régulièrement pris pour cibles avec des projectiles, pierres, cailloux, œufs… En novembre 2007, c'est le N° 13 qui avait été caillassé à Bellefontaine./Photo DDM, archives
Les bus sont régulièrement pris pour cibles avec des projectiles, pierres, cailloux, œufs… En novembre 2007, c’est le N° 13 qui avait été caillassé à Bellefontaine./Photo DDM, archives
.

Jeudi soir, deux bus de la ligne 16 ont été visés par des projectiles. Une première fois à coups de pierre, puis dans la même soirée avec une carabine. Une violence inquiétante.

Qui s’amuse à tirer à la carabine sur un autobus toulousain ? Cet incident heureusement rarissime est arrivé jeudi soir sur les allées de Brienne à un chauffeur de bus de la ligne 16. Le bus a été visé par un individu armé et une vitre s’est brisée sous l’impact des projectiles. Bizarrement, peu de temps avant, vers 20 h 30, un autre bus de cette même ligne avait été pris pour cible avec des pierres, du côté du Stade Ernest Wallon. S’agit-il d’une simple coïncidence ou y a-t-il un problème particulier sur la ligne 16, qui traverse la ville entre les Sept Deniers et la Terrasse ? Le ou les agresseurs visaient-ils le chauffeur, les passagers ou Tisséo ? Est-ce une mauvaise plaisanterie de gamins ou un acte criminel qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques ? Choqué, le chauffeur du bus visé par les coups de feu est rentré au dépôt d’Atlanta et a été mis en arrêt de travail pour trois jours. Un plomb a été retrouvé à l’intérieur du véhicule. La police judiciaire a lancé une enquête.

Distribution de tracts lundi

Pas beaucoup d’explications hier soir du côté de la direction de Tisséo qui a envoyé une équipe de prévention sur place, dévié les bus et porté plainte. Les syndicats attendent d’en savoir plus sur le déroulement exact de ces incidents, avant de décider des suites à donner à l’affaire et éventuellement de poser un droit de retrait. « Il y a une réunion du CHSCT (comité hygiène et sécurité des conditions de travail) en début de semaine au cours de laquelle on abordera ce problème, annonce Franck Delperrier (Sud Tisséo). On ne peut pas parler d’une montée de la violence mais il y a régulièrement des incidents à bord du réseau. Il faut être vigilant. Lundi nous distribuerons des tracts ». Selon Thierry Tourte, délégué CGT membre de la CHSCT, les incivilités sont fréquentes. « Sur notre site http://www.cgt-tu-toulouse.fr nous retraçons tout ce qui se passe sur le réseau bus et métro, jour par jour. Il arrive que des bus soient caillassés mais un coup de feu, c’est plus grave »


La CGT transports urbains a relevé huit caillassages en octobre et cinq en septembre. Ces jets de pierres se sont produits sur différentes lignes, notamment à Saint-Cyprien, Arnaud-Bernard, Borderouge, occasionnant des dégâts matériels, tels que vitres brisées et pare-brise fissurés. Le 31 octobre des œufs ont été jetés sur un bus à l’arrêt Fontaines.

18/10/2010

Manifestations contre la réforme des retraites: c’est « la banlieue à la ville »…

Il est certain que le « terrain » est favorable aux exactions habituelles des sous-merdes… L’occasion est trop belle. Et ils s’en donnent à coeur joie, ces cons, et incitent les étudiants à la violence; leur violence. C’est triste. C’est la délinquance « officialisée » qui est à l’oeuvre. C’est « la banlieue à la ville ». La Police ne fera pas la différence; dommage…

FDF

.

Manifs lycéennes: 196 « casseurs » interpellés

Plusieurs incidents ont éclaté en marge des manifestations contre la réforme des retraites.

Manifs lycéennes: 196 "casseurs" interpellés  

Reuters/Robert Pratta

A Lyon, un millier de jeunes ont brisé des abribus, renversé des voitures, jeté des cocktails Molotov et mis le feu à des poubelles.

261 lycées étaient « perturbés à des degrés divers » ce lundi matin en raison de la contestation de la réforme des retraites, soit 6 % des 4.302 lycées de France, selon le ministère de l’Education nationale. L’UNL, premier syndicat lycéen, faisait état de « 850 lycées mobilisés, dont 550 bloqués à la mi-journée.

Si beaucoup de manifestation se sont déroulés sans heurts – à Bordeaux 800 personnes ont défilé sans problème -, de violents incidents ont émaillé la mobilisation dans d’autres villes françaises. A la mi-journée, 196 « casseurs » avaient été interpellés et quatre policiers blessés, selon le ministère de l’Intérieur. Vendredi, le ministère avait annoncé 264 interpellations de « casseurs » – 151 à la mi-journée.

A Lyon, un millier de jeunes ont brisé des abribus, renversé des voitures, jeté des cocktails Molotov et mis le feu à des poubelles. Dans le premier arrondissement, cinq voitures ont été incendiés, a constaté Reuters sur place. Les forces de police déployées ont eu du mal à maîtriser la situation du fait de l’éparpillement des actions. Le Progrès parle d’une trentaine de casseurs.

A Lille, la police a procédé à 50 interpellations pour des contrôles d’identité en marge de manifestations de lycéens. Alors que 200 jeunes manifestaient à proximité du lycée Baggio de Lille, certains ont brûlé des voitures, dégradé du mobilier urbain et jeté des projectiles sur les forces de l’ordre, selon la préfecture.

A Roubaix, six interpellations ont également eu lieu pour des dégradations de mobilier urbain et des jets de projectiles, en marge de manifestations de lycéens.

Près du lycée Livet, au nord-est du centre-ville de Nantes, une petite cylindrée a été incendiée et plusieurs autres véhicules endommagés, a indiqué à l’AFP un témoin sur place. Plusieurs dizaines de voitures auraient eu des rétroviseurs arrachés ou d’autres dégradations sur le parcours du groupe de jeunes et au moins un véhicule aurait été retourné

Suite et source: http://tinyurl.com/37vhxzd