Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

Amiens sous tension…

Comme à Marseille. Les « quartiers nord » font la une… Mais comment calmer tous ces semeurs de m…. ?

Envoyons l’armée, ceux qui rentrent d’Afghanistan, par exemple.

FDF

.

IL FAUT BIEN QUE LES « DJEUNS »   S’EXPRIMENT   NON?

AUCUN MEDIA  NATIONAL  NE NOUS PARLE DE CELA   –   ELECTIONS OBLIGENT !!!!!!
Les violences urbaines sont fréquentes à AMIENS,   
QUI PAYE LA CASSE DE CES DJEUNS QUI DETRUISENT TOUT  COMME DES SAUVAGES  ???

« De nouvelles violences urbaines ont eu lieu hier, en fin d’après-midi SAMEDI DERNIER et durant une partie de la soirée, dans le quartier nord d’Amiens. Dès 17 heures, un véhicule de police, visé par des tirs de projectiles, était pris pour cible près de la place du Colvert.Mercredi, c’est un bus qui avait fait l’objet de jets de projectiles sur l’avenue de la Paix. Après avoir mis en place un système de sécurisation, les policiers s’étaient retrouvés face à une vingtaine d’individus et avaient essuyé des tirs de projectiles. »

JC JC…

.

AMIENS: Tensions urbaines dans le quartier nord

Comme le laissaient présager certains commentaires circulant sur Internet, de nouvelles violences urbaines ont eu lieu dimanche, en fin d’après-midi et durant une partie de la soirée, dans le quartier nord d’Amiens.

Dès 17 heures, un véhicule de police, visé par des tirs de projectiles, était pris pour cible près de la place du Colvert où doit se tenir le traditionnel marché aujourd’hui. Afin de disperser un groupe de jeunes particulièrement énervé mais qui n’avait rien à voir avec le caillassage, les fonctionnaires de police ont dû faire usage de gaz lacrymogène.

Les affrontements se sont poursuivis en début de soirée toujours à hauteur de la place du Colvert où des poubelles incendiées étaient renversées sur la chaussée.

Les CRS ont dispersé les jeunes et quadrillé la zone. Le calme est revenu aux alentours de 20 h 30 mais la tension restait palpable. Plusieurs camions de CRS ont d’ailleurs tourné dans le quartier pour sécuriser les lieux.

Mercredi, déjà, un bus était la cible de projectiles
Mercredi, c’est un bus qui avait fait l’objet de jets de projectiles sur l’avenue de la Paix. Après avoir mis en place un système de sécurisation, les policiers s’étaient retrouvés face à une vingtaine d’individus et avaient essuyé des tirs de projectiles.

Comme hier, les policiers avaient dû répliquer avec des moyens lacrymogènes pour disperser le groupe.

SOURCEhttp://www.courrier-picard.fr

18/11/2011

De récidive en récidive… Encore des « jeunes ».

C’est passé dans les moeurs, non? Ca devient du « faits divers »… Quelle honte qu’ils puissent encore agir ainsi, ces « jeunes ». Le lance-flammes, vite !

Ou Marine en 2012. Vous préférez quoi, la racaille ? On vous laisse encore le choix, pour l’instant…

FDF

.

Ils se vengent en caillassant la police !

Quatre jeunes Castelsarrasinois de 14, 17 et 19 et 27 ans ont été arrêtés, hier, et placés en garde à vue pour un cambriolage en flagrant délit et le caillassage d’un véhicule de police dans la nuit de mercredi à jeudi.

Il est près de 13 h 30, mercredi, lorsqu’un riverain de l’impasse des Tilleuls – une rue qui donne sur le parc de Clairefont et qui est au cœur du quartier de Cassenel – alerte le commissariat pour un cambriolage en cours dans une résidence. Une patrouille de police se rend promptement sur les lieux. À leur arrivée, les cinq individus visiblement bien rôdés à ce genre d’exercice, ont toutefois le temps de prendre la fuite. Non sans avoir pris avec eux une partie du matériel électroménager, des bijoux et des valeurs qui se trouvaient à l’intérieur de la villa. Aussitôt, un vaste dispositif mobilisant une partie de l’effectif de l’hôtel de police sous le commandement du commandant Francis Rapin quadrille le quartier pour tenter d’appréhender le quintette de cambrioleurs. Dans le même temps, le témoin du cambriolage reconnaissait sur le fichier photo de la police une partie des protagonistes de ce vol avec effraction. Des délinquants très défavorablement connus de la justice et du commissariat. Des informations précieuses qui permettaient aux enquêteurs du capitaine Guillaumon d’arrêter en fin d’après-midi deux des cinq cambrioleurs « présumés ». Un Castelsarrasinois de 14 ans et un autre de 17 ans qui étaient placés en garde à vue et passaient la nuit en cellule.

Un véhicule de patrouille pris à partie dans la nuit

Des arrestations qui visiblement n’étaient pas au goût de certains membres de la famille des délinquants. Durant la nuit, en effet, un groupe de mineurs s’en prenait vivement en projetant des cailloux sur un véhicule de police qui patrouillaient dans le quartier de Cassenel.

Un appel anonyme précieux

Une nuit agitée qui n’empêchait pas les fonctionnaires de poursuivre leurs investigations pour cueillir les autres membres de cette bande. Hier matin, c’est finalement un témoin anonyme qui donnait par téléphone le signalement du plus âgé de la bande. Des renseignements une fois encore qui permettaient son interpellation. Placé en garde à vue, cet individu de 27 ans était rejoint un peu plus tard dans la journée par un autre de ses acolytes de 19 ans. Hier soir, les bureaux d’auditions du boulevard du 4-Septembre ne manquaient donc pas d’activité. De facto les quatre mis en cause bien identifiés par l’un des témoins du cambriolage, niaient tous en bloc les faits qui leur étaient reprochés.

Source: http://www.ladepeche.fr/

04/09/2011

Agression raciste anti-blanc à Dijon: un enterrement de première classe !

Le racisme anti-Blancs n’existe pas; du moins, il ne faut pas en parler. C’est la « bien-pensance » qui nous l’impose. Mais utiliser certains mots comme « Nègre », « Noir », « Bicot », « Raton » ou « jeune issu de l’immigration » est un délit, en France.  J’en sais quelque-chose…  « Face de craie », « sale Blanc », vont bientôt entrer dans notre dictionnaire. C’est du langage usuel, de la « novlang »; je n’ai pas vérifié… Mais il n’est absolument pas interdit de prononcer ces mots. C’est comme insulter la Police ou caillasser les voitures de pompiers.


Si par hasard, vous traitez un « jeune » de « bougnoule » parce qu’il vient de vous doubler à 130 kmh en ville et vous a fait une queue de poisson, ne portez surtout pas plainte. La première chose que l’on vous demanderait au poste (de police) est de savoir si vous ne l’avez pas provoqué… Ca sent le vécu, non?  

Quel beau pays que le notre.

On va se laisser faire encore longtemps?

FDF

.

Novopress a déjà rapporté le lynchage raciste anti-blanc par une bande ethnique, survenu en plein centre ville de Dijon il y a quelques jours. Comme l’indique le quotidien  Le Bien Public le jeune homme de 15 ans, de type européen, marchait en compagnie de deux copains, l’un d’origine maghrébine et l’autre d’origine africaine. Les copains n’ont pas été touchés et le jeune homme a indiqué qu’il a entendu ses agresseurs dire « On casse du cblan [blanc] ! ».

Etonnés par l’absence totale de réaction des responsables politiques les Identitaires Bourguignons ont d’abord interpellé le député de Côte d’Or, Bernard Depierre (UMP) par l’intermédiaire de son secrétaire (enregistrement audio ici sur Novopress), puis hier ils ont appelé la Mairie de Dijon pour interroger le Maire.

Ci-dessous jusqu’à 1min42 l’enregistrement de l’appel pour poser la question, ensuite (séparé par des bips) l’enregistrement de la réponse du cabinet du Maire. L’interlocutrice, qui appartient à l’Antenne municipale de lutte contre les discriminations, est manifestement très mal à l’aise. Elle est chargée de répondre que le maire n’intervient pas car l’enquête est en cours (l’agression date quand même du 19 août !).

Un enterrement de première classe, quoi ! Comme dans la réponse du secrétariat du député de Côte d’Or, Bernard Depierre (voir ci-dessus).

Quelle différence avec le tintamarre politico-médiatique dès la moindre suspicion de racisme anti-magrébin, africain ou juif !

Source: http://fr.novopress.info/

03/08/2011

Les « jeunes » s’ennuient durant les vacances: des policiers caillassés à Empalot…

Photo d’illustration

Solution: une compagnie de légionnaires pour une opération de nettoyage durant une journée. Ca devrait suffire…

FDF

.

Plusieurs patrouilles de police ont été prises en tenaille dimanche en début de soirée dans le quartier d’Empalot, à Toulouse. Insultés, caillassés, les policiers ont dû utiliser des grenades pour écarter les agresseurs, de « jeunes garçons » qui cherchaient à défendre le conducteur d’un quad qui avait été pris en chasse par la police.

Ce dernier circulait dans le centre de Toulouse sur son engin à quatre roues quand des policiers ont voulu effectuer un contrôle du conducteur et de son engin. L’homme a alors préféré prendre la fuite, multipliant les infractions routières et prenant des risques insensés pour distancer le véhicule de police. Il a finalement rejoint la cité d’Empalot où il a abandonné le quad avant de disparaître dans un immeuble. C’est quand les policiers ont voulu enlever l’engin qu’ils ont été pris pour cible. Deux suspects, âgés de 22 et 17 ans, ont été interpellés et ramenés au commissariat central. L’un est accusé d’avoir donné plusieurs coups de pied dans une voiture de police, l’autre d’avoir jeté des projectiles vers les policiers. L’enquête a été confiée à la brigade des violences urbaines de la sûreté départementale. Hier les deux suspects, et les policiers victimes, étaient toujours interrogés par les enquêteurs. La garde à vue de deux suspects devait être prolongée par un magistrat du parquet…

Source: http://www.ladepeche.fr/

15/01/2011

Un quartier de Tarbes pour le moins « agité ».

Quartiers, délinquance, voitures brûlées, caillassées, « jeunes »… Chutttttttttttttttttttt. On ne doit pas donner les chiffres… Et bien si; on va les donner et inviter les victimes à témoigner. Il faut que la population sache, au moins, ce qu’on lui cache… Et la peur des « représailles », on va laisser ça de coté. De toutes façons, elle va changer de camp, la peur… On va les mettre à genoux, les sous-merdes. Ce n’est pas une poignée de cloportes « issus de l’immigration » qui vont continuer de faire LEUR loi sur NOTRE territoire. Il est temps de réagir. Et si il faut en aligner deux/trois « pour l’exemple », ce ne sera pas un problème. Ce ne sont pas les « bonnes volontés » qui manquent…

FDF

.

Tarbes. Trois voitures incendiées

Trois voitures ont été incendiées dans le parking de cette résidence, sans doute en guise de représailles…/Photo DDM, Joël Boyé
Trois voitures ont été incendiées dans le parking de cette résidence, sans doute en guise de représailles…/Photo DDM, Joël Boyé

Depuis quelques jours, le quartier Laubadère est pour le moins agité. Ce week-end, une ambulance des pompiers a été « caillassée », sans mal pour les hommes du feu, fort heureusement. Et puis, la nuit dernière, s3 voitures ont été incendiées, dans le parking des nouvelles résidences, rue de la Gascogne. L’origine criminelle ne fait aucun doute car, si deux des voitures étaient garées côte à côte, la troisième était garée à une dizaine de mètres. La « propagation naturelle » est donc exclue.

En outre, les deux affaires semblent liées, comme le subodore le préfet des Hautes-Pyrénées, René Bidal. « Le caillassage d’un VSAB de pompiers est, fort heureusement un acte exceptionnel dans une ville comme Tarbes, et bien que ses conséquences soient faibles, aucun pompier n’a été blessé, il a tout de même une portée symbolique très importante, et cet acte isolé et rare ne doit pas rester impuni. Aussi, j’ai demandé aux services de police de tout mettre en œuvre pour confondre les auteurs et deux jeunes mineurs ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête. »

Toujours selon le préfet Bidal, les incendies de cette nuit sont en quelque sorte des « représailles » après ces arrestations. « Certaines personnes doivent être contrariées par l’activité policière. Il est dommage que dans ce quartier, où l’effort de l’État et des collectivités locales est très important, financièrement et en moyens humains, soit l’objet de telles exactions qui jettent l’opprobre sur l’ensemble de la population, alors qu’elles ne sont le fait que de quelques-uns. À ce sujet, je souhaite insister sur le devoir de témoignage. Il est excessivement difficile d’en recueillir. C’est pourtant un devoir citoyen, encore plus important dans une zone où des jeunes se livrent à de telles dégradations, dont les victimes sont également des habitants du quartier. »

Source: http://www.ladepeche.fr/

04/01/2011

Antivol ou signe de reconnaissance ?

Vous avez déjà tous remarqué que les voitures des musulmans sont quasiment toutes ornées d’un petit coran ou d’un chapelet accroché à leur rétroviseur intérieur. Ceci a plusieurs significations: c’est un signe de reconnaissance entre eux, ces voitures là ne seront jamais incendiées et c’est une autre façon de nous provoquer en arborant en public ces signes « religieux »…

Et si on faisait de même? Il est certain que c’est risqué si vous accrochez à votre rétro ce que l’on peut voir sur la photo ci-dessous: votre voiture sera incendiée, rayée, caillassée, on crachera dessus, etc… Mais rien ne nous l’interdit. On peut toujours essayer. Ce n’est pas afficher un signe religieux, ça… Et on en trouve des faux dans les magasins de farces et attrapes, car vous risquez simplement de circuler avec des effluves pas très agréables en plein été, si vous en accrochez des frais (qui ne le resteront pas longtemps, d’ailleurs)… Mais ça pourrait être un antivol très bon marché…

Tous à vos saucissons !

FDF

.

18/12/2010

Noël: un renne victime de cruautés…

Quelles est la « race » (le mot est faible) ayant pour occupation (entre autres) le caillassage et les crachats? Je vous le donne en mille: les SOUS-MERDES !!!

FDF

.

Aiki va animer le marché de Noël ce week-end./Photos DR
Aiki va animer le marché de Noël ce week-end./Photos DR

Aiki, une femelle renne de 8 ans, sera présente sur le marché de Noël aujourd’hui dans son enclos près de la forêt enchantée ainsi que samedi et dimanche où elle proposera aux enfants des promenades en traîneau. Une attraction qui attire beaucoup de monde et notamment les plus jeunes curieux de voir « en vrai » un renne du père Noël même si Aiki très demandée en cette période fête n’était pas présente tous les jours sur la place Jean-Jaurès. Mais visiblement, elle était suffisamment là pour subir les foudres de gens mal intentionnés. En effet, Aiki a été la cible de maltraitance : jet de pierre et autres objets, crachats sans parler d’attitudes visant à lui faire peur. À tel point que la ville, organisatrice du marché de Noël, a décidé de taper du poing sur la table et de lancer un avertissement. « La Ville de Castres rappelle que Aiki, comme tout animal, mérite le respect. Toute maltraitance à son encontre (caillassage, souillure…) dès lors qu’elle sera avérée, fera l’objet de poursuites pénales », indique la mairie qui précise aussi que contrairement à certaines rumeurs Aiki est en excellente santé. « Si parfois il reste couché dans son enclos, c’est qu’il s’agit d’un renne trés calme. C’est un renne domestique habitué à voir du monde et il ne se comporte pas comme un animal sauvage », explique sa propriétaire qui assure que son animal est bien traité et suivi par un vétérinaire.

Source: http://www.ladepeche.fr

15/11/2010

La définition du Niktamère, édition 2010…

Une petite remise à niveau de nos connaissances s’imposait. C’est fait. Car on les connait mieux de jour en jour. Ce n’est pas une évolution de l’espèce (c’est impossible) mais leurs faits et gestes se précisent. Regardez bien autour de vous. Facilement repérables. Le Niktamère peut s’appeler également « sous-merde »; C’est selon…

FDF

.

LE NIKTAMERE.  « PRESENTATION »

Le NIKTAMERE est un animal en voie de disparition dans ses pays d’origine, le Maghreb.

Par contre, il se reproduit rapidement en milieu urbain européen.

La femelle peut mettre bas entre 10 à 15 NIKTAMERES dans sa vie.

En général ils se regroupent dans des réserves naturelles (banlieues, zones industrielles) et à proximité des distributeurs de billets de banque ( C.A.F, CPAM, ASSEDIC, Services sociaux municipaux, etc.…)

Le jeune NIKTAMERE ne sort que la nuit et se déplace généralement par petit troupeaux de 5 ou 6 spécimens appelés « branleurs ».

Le NIKTAMERE isolé est un animal peureux et craintif. Il fuit devant tout être humain de bonne constitution, toutefois il s’attaque aux femmes seules et aux personnes âgées, ainsi qu’aux enfants à la sortie des écoles.

Les plus vieux NIKETAMERES, appelés CHIBANI, s’agglutinent durant la journée aux points de survie (cafés, bancs publics, parcs et marchés).

Le NIKTAMERE ne chante pas la Marseillaise: il la siffle. Il se fait enterrer en Afrique mais personne ne sait qui paie.

Il exige qu’on le respecte mais ne respecte rien.

Il veille jalousement à la virginité de ses sœurs mais cherche à baiser toutes les filles qu’il croise, d’où conflit de ses valeurs existentielles.

Ses occupations favorites sont l’incendie de voitures ainsi que le caillassage des ambulances et des voitures de pompiers et de police.

Le NIKTAMERE protège jalousement son territoire où il pratique le »bizness ». Tout intrus en est violemment chassé.. Si les intrus, généralement vêtus de bleu ou de noir, sont trop nombreux il appelle cela de la provocation et en appelle à de célèbres vedettes du showbiz.

Le NIKTAMERE est armé d’un couteau qu’il utilise pour égorger les moutons mais pas seulement…

Il répond habituellement au nom de Mohamed, Mouloud, Kader, Rachid ou Mourad.

Ses cris sont: « Nique ta mère! », « Nique la police! », « Nique la France! »

Grégaire, caractériel et indomptable, le NIKETAMERE est aux sociétés policées ce que le zèbre est aux arts équestres.

MOYENS DE TRANSPORT

Le NIKTAMERE voyage en autobus, en métro et en RER (sans ticket).

Il frappe violemment tout contrôleur qui ose lui demander son titre de transport.

Dés sa tendre enfance, il s’est entraîné à frapper principalement sa maîtresse d’école.

Pour se déplacer, le NIKTAMERE utilise également les voitures volées, les mobylettes à petit guidon (plus facile pour conduire avec des menottes) et les fourgons de police avec escorte (ceci en tout dernier recours).

Il affectionne tout particulièrement les mini-motos à échappement libre qu’il fait vrombir jusque tard dans la nuit sous les fenêtres des travailleurs *souchiens (*Le souchien – ou sous-chien – désigne, en sabir, les natifs encore appelés « Français de souche »).

IDENTIFICATION ET MODE DE VIE

Le NIKTAMERE est aisément identifiable :

1. Très bon sprinter,le NIKTAMERE peut courir très vite.

2. Très bon magicien : les objets les plus divers sautent dans ses poches lorsqu’il passe devant les étalages, ceci sans même qu’il en prenne conscience. D’où sa surprise lorsqu’il se fait attraper ; « Ji rian fait  M’sieu », « Ci pô moi, j’ti jur’».

3.  Les pattes avant sont cagneuses. Le teint est mat. La chevelure dense et noire.

4. Il porte des survêtements blancs trop larges et une casquette de base-ball posée de travers.

5. Il parle une sorte de patois, le SABIR.

Espèce protégée par diverses associations (MRAP, SOS RACISME, etc.…) subventionnées par l’Etat, le NIKTAMERE fait l’objet d’une interdiction de chasse, d’où un risque de prolifération dangereux pour l’équilibre de notre système judéo-chrétien.

Dernier point: le NIKTAMERE crache à tes pieds quand il te croise en chemin. C’est sa façon de te saluer…

06/11/2010

Caillassage de Carcassonne: « laissez venir à moi les petits enfants »…

Petit retour sur ces actes de haine envers les chrétiens qui assistaient à la messe pour les défunts en l’église de Carcassonne… L’Evêque pardonne… Enfin, presque. Ces petits cons pourront recommencer. Allez caillasser des musulmans dans une mosquée; vous n’en ressortirez pas vivants…

FDF

.

Pour l’abbé Bruno Garrouste, «c’est une véritable profanation. Cette fois, on a passé un cap», estime le curé de la paroisse Saint-Jacques, du quartier sensible du Viguier à Carcassonne. Mardi 2 novembre, vers 18h30, alors qu’il célébrait la messe pour les défunts en présence d’une soixantaine de fidèles, deux jeunes adolescents d’origine maghrébine sont entrés dans l’église dont les portes étaient, évidemment, ouvertes.
«Ils ont commencé à jeter des pierres sur les gens, et des pommes de pin bien dures. Ils devaient avoir 13 ou 14 ans. Une dame a été légèrement blessée. Un homme leur a couru après et s’est fait insulter. Il n’a pas pu les rattraper. On a continué la célébration», raconte l’abbé Garrouste.

[…]

«Nous prenons cela au sérieux. Il faut comprendre ce qui s’est passé» soulignait hier soir le procureur de la République de Carcassonne, qui s’interroge encore sur la qualification des faits.
«On peut estimer qu’il y a dégradation, bien sûr, mais aussi violence si les jets de pierres visaient directement les fidèles». Hier soir, les deux jeunes auteurs n’avaient pas été interpellés.

Lire la suite sur l’Indépendant

DECLARATION DE Mgr L’EVEQUE A PROPOS DES EVENEMENTS SURVENUS A L’EGLISE SAINT-JACQUES DU VIGUIER A CARCASSONNE:

Les déchaînements de haine anti-islamiste qui ont suivi les événements de Carcassonne sont beaucoup plus offensants pour le Christianisme et le Christ lui-même que la sottise de quelques enfants mal intentionnés.

L’évêque de Carcassonne et Narbonne ne peut pas cautionner un appel à la haine et au communautarisme tel qu’il se développe actuellement sur les réseaux Internet.

Alain PLANET  Evêque de Carcassonne et Narbonne

VOIR VIDEO SUR TF1 (cliquez ici)

04/05/2009

Une intervention des pompiers suscite le débat à Villiers-le-Bel.

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 15:52
Tags: , ,


Une femme est morte et un homme a été grièvement blessé après s’être tous deux défenestrés pour échapper à un incendie dans un immeuble de Villiers-le-Bel, dans le Val-d’Oise.

Des voisins accusent les pompiers d’êtres arrivés trop tard!

bleublancbrule


Les pompiers sont-ils arrivés trop tard? Paniqué, un couple d’une vingtaine d’années s’est défenestré samedi matin pour échapper à un incendie. La femme est morte et son compagnon a été grièvement blessé. Le feu a pris samedi à 2 heures 20 du matin dans un immeuble de Villiers-le-Bel, dans le Val-d’Oise. D’après certains voisins, si les secours étaient arrivés plus tôt, le couple n’aurait pas sauté. Un argument que réfutent les pompiers.

Parmi les autres locataires présents au moment du drame, treize personnes ont été légèrement intoxiquées par les fumées. L’incendie, qui a pris dans une gaine électrique, a entièrement détruit deux appartements. Et l’immeuble étant actuellement privé d’eau, d’électricité et de gaz, une trentaine de personnes doivent être relogées par la mairie.

Une cinquantaine de pompiers se sont relayés jusqu’à 6 heures pour éteindre les flammes. Ils étaient encadrés par des policiers et des CRS pour prévenir tout débordement.

C’est dans cet immeuble qu’habitait une des deux victimes de l’accident qui avait déclenché plusieurs nuits d émeutes en novembre 2007 à Villiers-le-Bel, indique Le Parisien.


C’est vraiment du foutage de gueule !! Quand les pompiers arrivent, ils se font caillasser !!! Et il n’y a pas qu’à Villiers le Bel…