Francaisdefrance's Blog

17/11/2011

C’est bon de se sentir en sécurité…

Il est des endroits, de plus en plus nombreux, où il est risqué de sortir car personne n’est à l’abri de se prendre une « balle perdue »… Dans cette affaire, comme dans bien d’autres, les agresseurs et les victimes sont, selon la formule consacrée, « connus des services de police »…

FDF

.

Photo d’illustration.

.

Deux hommes ont été blessés par balle cet après-midi lors d’une fusillade en pleine rue à Colombes (Hauts-de-Seine) après avoir été braqués par trois personnes, a-t-on appris de sources policières. Selon les premiers éléments de l’enquête, les deux victimes, connues des services de police, ont été agressées vers 17H10, boulevard Charles-de-Gaulle, au pied d’un immeuble HLM par trois personnes dont l’une portait « un pistolet-mitrailleur« , a déclaré à l’AFP une source policière.

Une dizaine de douilles ont été retrouvées sur le sol, a expliqué une source proche de l’enquête. Selon des témoignages, les agresseurs – deux d’entre eux étaient cagoulés – ont pris la fuite après avoir tiré à plusieurs reprises en direction des deux victimes. C’est le bruit des détonations qui a alerté les riverains et les forces de l’ordre.

Les deux hommes, blessés au niveau des jambes, ont été transportés à l’hôpital Pompidou à Paris mais leur pronostic vital n’est pas engagé, selon une autre source policière. Les deux victimes, un jeune majeur et un mineur, habitent les quartiers Nord d’Asnières (Hauts-de-Seine), une commune proche.

Les enquêteurs procéderont à leur audition dès que leur état de santé le permettra.
« Le mode opératoire ressemble fortement à un règlement de comptes. Une nouvelle fois, l’UNSA police déplore ces violences aveugles à coups de fusil mitrailleur, à proximité imminente de la voie publique à une heure très passante », a déclaré à l’AFP un représentant syndical départemental, Christophe Crépin.

Dans ce quartier à proximité d’une artère routière très passante, une dizaine de voitures de police étaient stationnées près du lieu de l’agression. Le quartier est l’objet d’une vigilance particulière des forces de l’ordre car il est connu pour abriter des trafics de stupéfiants.

Il y a un mois, deux hommes, également connus des services de police, avaient été agressés dans ce quartier: l’un avait reçu un coup de couteau et un autre avait été blessé par trois balles dans le dos. Un habitant, qui souhaite garder l’anonymat, a raconté à l’AFP que « depuis un mois, le climat était « tendu » et a déploré « cette grosse fusillade » dans un quartier en train de « changer », notamment grâce aux travaux d’extension du tramway. L’enquête a été confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine.

Source: http://www.lefigaro.fr/

04/09/2011

De nombreux candidats ouest-africains à l’immigration clandestine, profitent de la chute du régime de Kadhafi pour tenter l’aventure vers l’Europe via la Libye.

Arghhhhhhhhhhhhh; en re-voilà ! Au secours !

.

Non pitié, pitié; on en a déjà plein !!! Déjà qu’on ne peut déjà plus les supporter… Gardez vos clandestins. Ou bien envoyez les directement au domicile des membres des associations pro-immigrés clandestins. Ils manifestent pour l’accueil des clandés; c’est qu’ils sont prêts à les accueillir. Qu’ils montrent déjà l’exemple…

Allo? Allo? Tiens; personne ne répond… Même pas de répondeur. Bizarre…

FDF

.

Niger – La chute de Kadhafi relance l’immigration illégale vers l’Europe !

.

Le Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) à Niamey, relève « d’importants mouvements transfrontaliers » dans le nord du Niger, notamment « de migrants tentant de retourner en Libye ».

« Kadhafi qui bloquait le passage n’est plus là, alors on fonce! », lance le jeune nigérian de 29 ans qui espère faire carrière dans musique en Italie.

« Après des mois de trêve en raison des troubles en Libye, les affaires reprennent« , jubile Bachir Amadou, un passeur Touareg de 38 ans.

A l’intérieur du « ghetto » (une maison de clandestins comme les appelle la population locale), au coeur d’Agadez, une centaine de Gambiens et Nigérians, dont des femmes, attendent l’heure de départ, sous la canicule (40 degrés à l’ombre), allongés sur des nattes de fortune.

Dans un autre « ghetto », à Amarwat, autre quartier d’Agadez, une cinquantaine de candidats ouest-africains règlent les derniers détails avant l’embarquement.

Certains se ruent vers une échoppe pour en revenir les mains chargées de bidons d’eau, de couvertures ou de turbans et de cagoules qui les protègeront contre les redoutables tempêtes de sable et les nuits glaciales du désert.

Après une longue heure d’attente, quatre véhicules de type Toyota pick-up se rangent, une cinquantaine de personnes prennent place, puis ils roulent vers Dirkou, localité nigérienne proche de la Libye, à trois jours d’Agadez.

« Pour la traversée périlleuse de ce vaste désert, les chauffeurs n’ont que leur flair pour s’orienter », explique Mohamed « le passeur », un « vieux routier fier de ses 17 ans d’expérience ».

« Nous leur offrons quatre jours de ravitaillement en eau, biscuits et lait en poudre » raconte-t-il.

« Chaque jour au moins trois véhicules partent pour la Libye avec 15 à 18 passagers chacun, contre une rotation mensuelle avant la chute de Kadhafi », raconte souriant Abdoulaye Abou, un autre passeur.

Pour le seul mois d’août, profitant du « chaos et des signes avant-coureurs de la chute de kadhafi, nous avons fait passer plus de 700 personnes vers la Libye avec destination finale l’Europe », poursuit-il.

Coût du voyage: 90.000 FCFA (130 euros) par personne jusqu’à Gatron, première ville libyenne à quelque 1.200 km d’Agadez. Les clandestins verseront ensuite l’équivalent 100 dollars à des passeurs libyens jusqu’à Tripoli, à un millier de km au nord.

Les plus chanceux arrivent à destination.

« Quinze de mes camarades partis d’Agadez en août nous ont téléphoné il y a deux jours d’Italie », note « Ermondo »: « nous voulons profiter du désordre en Libye, après les Blancs (les européens, ndlr) vont fermer la route », lâche-t-il.

En mars, Mouammar Kadhafi, dont le pays dispose de quelque 2.000 km de côtes sur la Méditerranée, avait cessé toute coopération avec l’Union européenne en matière de lutte contre l’immigration illégale.

« Sa chute semble avoir ouvert les vannes de l’Europe aux clandestins sub-sahariens fuyant la misère chez eux », estime un douanier d’Agadez.

A Agadez, la police ferme les yeux sur ce trafic juteux.

Avec la relance de cette immigration illégale, la belle ville ocre d’Agadez aux portes du désert, revit après trois années de rébellion armée touareg. Même si les récents rapts d’Occidentaux par Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) à Arlit (nord) sont dans les tous les esprits.

Source: http://www.afreekelection.com/

18/05/2011

Le kamikaze du jour est…

……………………….corsa merda !

.

Nominé ce jour pour ses propos anti-Corses que j’ai reçus en commentaire… Bon courage à toi, corsa merda. Des Corses,  il y en a aussi sur le continent et grâce aux élément d’identification que tu as laissé traîner dans ton commentaire, ils savent déjà où te trouver: Savigny le Temple, en Ile de France… Et là, personne ne pourra rien pour toi… Passe le bonjour à Allah !

FDF

.

Auteur : corsa merda (IP : 212.23.175.186 , cardiopharynx.cichlides.jmsp.net)

E-mail   : m.malcom51@yahoo.fr

Adresse :

Whois    : http://whois.arin.net/rest/ip/212.23.175.186

Commentaire :

vous me faites rire bandes de corses homosexuels! vous faites les malins sur votre petit cailloux de merde en vous attaquant à des maghrébins et en jouant les coboyes!

Mais une fois sur le continent vous baissez tous la tête et toutes vos formules de merdes vous les gardez pour vous! comme des grandes gueules!!

La vérité c’est que vous êtes un peuple de fainéant et voir des maghrébins plus intelligent que vous faire des études chez vous ça vous fout la rage!

Je souhaite qu’une chose: que vous soyez indépendant car vous profitez pleinement de la France comme des voleurs en ne foutant rien et en attendant que l’argent tombe (FDF: là, c’est l’hopital qui se fout de la charité…), bande de mafieux sanguinaire! courageux comme vous êtes à poser des bombes et en vous cachant derrière des cagoules! continuez de vous entretuer entre vous jusqu’au dernier et qu’on entende plus parlez de vos sales gueules!

Crevez tous et venez donc faire le malin sur le continent! on vous attends!

14/04/2011

Dissimulation du visage: la loi qui amenuise la loi…

La fameuse loi qui vient d’être votée concernant l’interdiction de dissimuler son visage est en fait une version « soft » d’une loi un peu plus ancienne et qui n’a, à ce que je sache, jamais été appliquée. Des cagoulés, des masqués, vus lors de récents affrontements avec nos forces de l’ordre sont toujours en première ligne; impunément. Alors celle-ci, de loi, laissez nous rire…

FDF

.

A lire avec intérêt. Relevé entre autre :

D’autre part, les maires concourent par leur pouvoir de police à l’exercice des missions de sécurité publique et de prévention de la délinquance (art. L2211-1 du CGCT). 

Or, l’article R645-14 du Code pénal punit, depuis 2007, d’une amende de 1.500 euros (contravention de 5e classe) toute personne dissimulant son visage aux abords ou au sein d’une manifestation afin de ne pas être identifiée dans des circonstances faisant craindre des atteintes à l’ordre public.

 

08/02/2011

La racaille s’en prend aux bateliers, maintenant !

Ca non plus, on ne le savait pas… Et pourtant, ce sont malheureusement des pratiques courantes… Il faudrait armer les péniches de lance-flammes. Non?

FDF

.

Pluie de pavés sur la péniche L’Occitania !

Christian Moutous, directeur de l'Occitania et Laurence Pourquier, capitaine./ Photo DDM, Thierry Bordas
Christian Moutous, directeur de l’Occitania et Laurence Pourquier, capitaine./ Photo DDM, Thierry Bordas

Pour Christian Moutous, patron de la péniche l’Occitania, « il faut siffler la fin de la récré ». Samedi soir, vers 22 heures, alors que son bateau navigue avec une quarantaine de passagers aux alentours de Rangueil, 4 individus cagoulés surgissent des accotements et se mettent à jeter des pavés vers le navire. Bilan : une dizaine de vitres fêlées et une belle frayeur pour les clients – il s’agissait heureusement d’un verre de sécurité très épais.

Un incident loin d’être un cas isolé « en quelque temps, on est passé d’un à 4 ou 5 cas de caillassages par an pour l’ensemble des bateliers du canal-du-midi », et d’ajouter « la cadence semble s’accélérer, ça devient franchement dangereux ; mais il faut toujours garder à l’esprit que le canal traverse un milieu urbain, avec tout ce que cela peut engendrer ». Ces actes s’ajoutent au dépôt de divers détritus et encombrants dans le canal qui « bloquent les hélices et abîment la coque des péniches » et dont la réparation nécessite presque à chaque fois une plongée sous l’embarcation qu’il pleuve, vente ou qu’il neige. « On n’a pas les moyens de remettre à chaque fois nos navires à la cale. Il faut agir en amont ». En ce sens, l’UMIH-Batellerie a émis une liste de propositions, base à une concertation plus large, en partenariat avec la mairie, pour sensibiliser et faire cesser ces incivilités.

Source: http://www.ladepeche.fr/

30/01/2011

Chroniques de la haine ordinaire: un mort à Villeneuve-sur-Lot.

Rien d’extraordinaire à souligner ce « fait divers ». C’est tellement passé dans les moeurs. Et puis, les chiffres de la délinquance baissent, paraît-il…

FDF

.

Un « jeune » de 20 ans tué dans une rixe entre bandes rivales!

«On les a vus arriver. Ils étaient entre 15 et 30, cagoulés, armés. Ils voulaient en découdre, ils frappaient tout ce qu’ils pouvaient frapper. Ils criaient. » Ce témoin qui souhaite garder l’anonymat raconte ce qu’il a vu, dans la nuit de vendredi, au cœur de Villeneuve-sur-Lot, en Lot-et-Garonne. « Des violences de type urbain » pour reprendre le mot d’un policier. Du jamais vu dans le département. Deux bandes rivales armées des battes de base-ball, de couteaux et d’une bombe lacrymogène, du même type que celles qu’utilisent les forces de sécurité dans les manifestations, se sont affrontées. Un arsenal qui suffit à comprendre que les deux bandes s’étaient très probablement donné rendez-vous pour en découdre. En arrière-plan même si ce n’est à cette heure pas confirmé par la justice, une probable lutte d’influence dans le trafic de stupéfiants en Lot-et-Garonne.D’une rare violence, cette série de rixes a eu des conséquences dramatiques pour l’un des protagonistes, un « Villeneuvois » de 20 ans retrouvé sur une rive du Lot par les secours. Transporté au centre hospitalier Saint-Cyr vers 3 h 30, il est décédé des suites de ses blessures. On parle de plusieurs coups de couteau, ce qui laisse imaginer la violence des affrontements. L’autopsie devait avoir lieu hier soir. Deux autres personnes ont été blessées.

Du renfort venu d’Agen

Autour de la place Lafayette, les commerçants et les riverains connaissent le numéro du commissariat par cœur. Depuis plusieurs semaines, la colère monte contre les incivilités et une certaine violence qui devient banale, presque ordinaire. Une nouvelle fois, hier soir, dès 21 heures, c’est le 17 qui a été composé par plusieurs commerçants, excédés par le comportement agressif de plusieurs jeunes qui, à cette heure de la nuit, stationnent leur voiture place Lafayette, ouvrent les portes et écoutent de la musique sur des sonos surpuissantes, provocant la colère des riverains. Dans un communiqué, le député-maire PS de Villeneuve-sur-Lot Jérôme Cahuzac a dit sa « consternation », tout en déplorant « la réduction des effectifs de police » qui affecte sa ville « depuis maintenant trois ans », avec pour conséquence « qu’une seule patrouille de nuit peut être assurée » sur un bassin de 30 000 habitants, contre « trois simultanées » auparavant. La bagarre entre les deux bandes rivales se serait déroulée dans trois endroits différents de la ville . « Elle a nécessité la mobilisation de tous les effectifs de police alors disponibles, renforcés par des gendarmes, des éléments de la police nationale d’Agen et des policiers municipaux réquisitionnés par la municipalité », a souligné le maire de Villeneneuve. Selon le parquet, « plusieurs personnes » ont été placées hier en garde à vue. Jérôme Cahuzac a indiqué que des enregistrements de vidéosurveillance avaient été saisis par la justice. L’enquête a été confiée au SRPJ d’Agen, en collaboration avec la direction départementale de la sécurité publique du Lot-et-Garonne. La sécurité a été renforcée hier soir à Villeneuve-sur-Lot et à Agen, avec des effectifs supplémentaires de police et de gendarmerie.

Source: http://www.ladepeche.fr/

11/12/2010

Catalogne: l’interdiction de la Burqa entre en vigueur à Lleida!

Un grand bravo à nos amis catalans pour qui résister n’est pas un vain mot. Un second applaudissement pour le fait de démontrer que les musulmans n’ont rien à imposer sur les terres qui les tolèrent.

FDF

.


Le maire socialiste, Àngel Ros, souhaite défendre « la sécurité, la liberté et l’égalité »

Dans le strict cadre de la loi, la mairie de Lleida, à l’Ouest de la Catalogne, a délibéré en mai dernier sur un projet d’interdiction des signes ostentatoires musulmans dans ses services municipaux. Le 8 octobre, le texte a été définitivement approuvé par la mairie, dirigée par le socialiste Àngel Ros. Depuis ce jeudi matin, la burqa, le niqab, mais aussi les casques et les cagoules, sont ainsi proscrits des bureaux, bibliothèques, ou centres sportifs, qui appartiennent à la Ville. Les contrevenants encourront des amendes de 30 à 600 euros en cas de non-respect de cette mesure, qui vise à défendre « la sécurité, la liberté et l’égalité », selon M. Ros. Le premier magistrat, jugeant que la burqa « discrimine », envisage cette disposition locale comme un acte de « pédagogie » voué à renforcer l’intégration aux valeurs communes de la péninsule ibérique. La pénalité de 600 euros annoncée est prévue dans les cas de récidive, selon cette mesure, qui a reçu au mois de novembre une forte opposition de l’association musulmane Watani, constituée dans la même ville de Lleida, dont la population atteint 136.000 habitants. Le collectif prônant les valeurs de l’islam a saisi le Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne (TSJC), en arguant d’une atteinte aux droits de l’Homme, en l’occurence une discrimination pour appartenance religieuse. Le TSJC a jugé cette requête irrecevable, tandis que le maire affirmait que Watani est “ le groupe le plus minoritaire existant au sein de la communauté musulmane » de Lleida.

En Catalogne, c’est non! A qui le tour?

Source: http://www.la-clau.net/

19/10/2010

Manifestations: 4 policiers blessés à Lorient !!!

Décodage: remplacez le mot « jeunes » par « racailles-sous-merdes cagoulées issues de l’immigration »

FDF

.

Les incidents se poursuivent à Lyon, à Nanterre, à Paris… 1.158 personnes ont été interpellées en une semaine.

Lundi, de nombreux incidents ont éclaté en marge des mobilisations lycéennes.

Mardi, le nombre d’incidents semble monter d’un cran. Le ministère de l’Intérieur a dénombré près de 163 interpellations à la mi-journée.

Au total, sur une semaine, près de 1.158 personnes ont été interpellées, toujours selon le ministère.

Plusieurs grandes villes de France ont été concernées par les mobilisations lycéennes mardi, notamment Nanterre, Evry, Saint-Denis, Lille, Mulhouse, Clermont-Ferrand…

A Paris, dans le 15 éme arrondissement, une jeune fille a été blessée après l’explosion d’un scooter suite à un feu de poubelle près d’une école élémentaire et d’un lycée technique. La victime a dû être hospitalisée. « C’est un lycéen qui a mis le feu à des poubelles. La police a des indices, il devrait être arrêté dans la journée », rapporte le maire UMP.

Selon 20 Minutes, sont hospitalisation s’est bien passée. La jeune fille va bien.

Les forces de l’ordre ont procédé à 110 interpellations, dont 81 gardes à vue mardi, à Paris et dans la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne).

A Corbeil-Essonnes
en Essonne, des incidents ont eu lieu en marge des manifestations lycéennes. Une soixantaine de jeunes de la cité des Tartêrets ont rejoint 250 lycéens qui manifestaient. La voiture du commissariat a été retrounée et des objets ont été volés.

Un policier aurait été blessé en marge de la mobilisation.

A Évry en Essonne, deux policiers auraient été blessés lors d’affrontements avec des manifestaants.

A Savigny-sur-Orge
toujours en Essonne, des lycéens auraient, eux-mêmes, dégradé du mobilier urbain, provoquant une intervention des forces de l’ordre.


A Nanterre
dans les Hauts-de-Seine, le lycée Joliot-Curie est toujours bloqué par plus de 200 lycéens.

De nouveaux affrontements ont eu lieux entre CRS et des jeunes extérieurs au lycée, indique Le Point.fr.

Regardez ces images de ITélé :

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes et de Flash-Ball pour dissiper les jeunes qui leurs lançaient des pierres et autres projectiles, rapporte L’Express.

Les lycéens de Nanterre indique qu’il vont rejoindre le cortège place d’Italie, précise I Télé.

« J’ai pourtant essayé de calmer le jeu lundi, une réunion a été organisée à la mairie avec les élus, des parents d’élèves, des lycéens, des professeurs. J’ai donc décidé de fermer le lycée mardi matin, pour éviter que les actions de provocations policières soient portées », explique le proviseur du lycée Joliot-Curie sur I Télé.

« Ce sont des casseurs, extérieurs au lycée qui viennent semer le trouble. Ils ne sont pas là dans le cadre d’une manifestation lycéenne contre la réforme des retraites », déplore le proviseur du lycée.

Une nouvelle voiture aurait été brûlée, des vitres brisés, précise encore ITélé.

Le tribunal de Nanterre a été endommagé par une quarantaine de jeunes.

Voici une vidéo qui revient sur les affrontements de mardi matin à Nanterre.

(Source : I Télé – Montage Fred-Lille)

A Lyon, dans le Rhône les affrontements entre les forces de l’ordre et les jeunes se poursuivent également. Un policier a été blessé à la jambe. Un photographe a été blessé par un jet de bouteille au visage.

Regardez ces images de TF1 :

Une trentaine de voitures ont été renversées, dont cinq brûlées.

On constate plusieurs pares-brises brisés, des feux de poubelles, des abribus détruits, des vitrines de magasins brisées… Deux magasins – une bijouetrie et une boutique de vêtements – ont été pillés.

Déjà 13 personnes ont été interpellées, mardi matin, suite aux incidents en marge des manifestations.

Sur le réseau de micro-blogging Twitter, un photographe, en direct de Lyon, parle d’un véritable champ de bataille.

Le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collob en appelle au calme via son compte Twitter. « La situation se dégrade. Un peu partout des incidents se produisent. Je condamne ces débordements et en appelle au calme », rapporte 20 Minutes.

La ville avait déjà été le théâtre de violences lundi et la semaine dernière.

Au regard de l’ampleur des événements, le maire de Lyon a décidé d’écourter son voyage en Chine pour apaiser les tensions et appeler au calme, indique 20 Minutes.

Débordemant dans les manifestations lycéennes à Lyon, le 18 octobre.

Débordemant dans les manifestations lycéennes à Lyon, le 18 octobre.

Par mesure de sécurité, plusieurs lycées de toutes la France ont préféré fermé leur porte, notamment à Tourcoing dans le Nord.

A Mulhouse, dans le Haut-Rhin, 500 à 600 lycéens et étudiants dégradé des voitures et brisé des vitrines, a constaté un journaliste de Reuters. La police a procédé à plusieurs interpellations, rapporte Le Point.fr.

Lorient dans le Morbihan, quatre policiers ont été blessé et deux personnes ont été interpellées suite à des affrontements entre jeunes et CRS.

 

Sources : Le Point.fr, L’Express, I Télé, 20 Minutes, Le Progrès, Le Figaro.fr, Europe 1, Europe 1

Par La rédaction du Post

voir les vidéos sur http://www.lepost.fr/article/2010/10/19/2272293_incidents-en-marge-des-manifestations-lyceennes-ca-continue-a-nanterre.html

11/10/2010

Des « jeunes » et les forces de l’ordre s’affrontent à Amiens…

Encore des « jeunes »… Toujours des « jeunes ». On ne peut pas les nommer des « sous-merdes » ? Ce terme leur va si bien… L’article parle de « rétablir l’ordre public »; C’est facile: la Légion… Il n’y aura pas de prisonniers.

FDF

.

Le quartier nord d’Amiens a été le théâtre dans la nuit de samedi à dimanche de plusieurs heurts entre une dizaine de jeunes et les forces de l’ordre, donnant lieu à cinq interpellations. Une douzaine de feux de poubelles ont été allumés et huit voitures ont été incendiées. Plusieurs jets de projectiles ont également eu lieu contre un bus et des véhicules de police, indique la préfecture dans un communiqué. 

Près de 120 fonctionnaires de police ont été dépêchés sur place et ont réussi à ramener le calme vers 3 heures du matin. Cinq personnes ont été interpellées suite à ces échauffourées, indique la préfecture, sans donner plus de précisions.

Causes inconnues

Les causes de cette poussée de fièvre ne sont pas connues, affirme la préfecture. Un dispositif de sécurité renforcé sera mis en place pour la nuit de dimanche à lundi afin que « ces faits de violences, qui ne sont pas admissibles » ne se reproduisent pas et pour garantir l’ordre public, ajoute le communiqué.

En mai 2009, le quartier nord s’était déjà enflammé suite à la mort d’un jeune motard au cours d’une course-poursuite. Onze voitures et trente poubelles avaient notamment été brûlées, tandis qu’un poste de police avait été partiellement incendié. Des caillassages avaient également eu lieu et un policier avait été blessé, après avoir été renversé par des personnes encagoulées qui participaient à un rodéo.

Source: http://tinyurl.com/2c3jjag